Polyamour.info



Nous avons trouvé plus de 20 résultats dans les discussions

Résultats trouvés dans les messages :

[Lexique] Du polyamour et des termes du débat (ou le polyamour moins l'amour)

Politique
18 réponses
12 nov 2019
Profil

pierre

le jeudi 07 juillet 2011 à 22h18

Je suis d'accord avec Littlejohn !

Tout cela vient surtout avec le mot français, en anglais ils disent polyamory et pas polylove, donc je pense que la nuance est plus claire.

L'aspect amour est cela dit présent, en tant que éventualité au moins, et en cela le sens diffère de celui du mot libertinage aujourd'hui, et je ne trouve pas qu'on se corrompe en le précisant le cas échéant.

Voir dans le contexte

Polyintimité ?

Bases
6 réponses
16 mai 2014
Profil

LuLutine

le vendredi 16 mai 2014 à 01h01

Dieu
Il me semble aussi. Je crois d'ailleurs que c'est ça qui m'a mis la puce à l'oreille.

Oui ça fait un bon, très bon moment qu'on a ce genre de discussions, sur le forum ou en cafés...
Les anglophones utilisent "intimate" mais certains francophones ont traduit "polyamory" en "polyamour" (alors que c'était pas "polylove" non plus, le mot de base) et du coup, ont parlé de relations amoureuses, ou sentimentales (ce qui à mon sens, bien que plus large que "amoureuses", est plus restrictif que "intimes").

Voir dans le contexte

Le polyamour ? C'est quoi ?

Bases
23 réponses
18 sep 2020
Profil

bonheur

le mardi 19 mai 2015 à 11h00

Paul Eaglott
Les anglophones ne rencontrent sans doute pas ce malentendu, parce que leur mot (polyamory) est totalement original : "amory" n'existe pas en anglais. Il n'y a donc pas de risque de confondre avec les notions qu'aurait induit un mot comme "polylove"...

Autrement dit, le mot polyamour, provenant de polyamory, peut vouloir tout dire et ne rien dire. Je me pose donc la question de la pertinence de ce genre de terme que chacun-e peut ramener à soi pour expliquer tout ce qui lui passe par la vie. :-/

Voir dans le contexte

La monogamie ne marche pas

Monogamie
53 réponses
4 mai 2019
Profil

Minora

le jeudi 25 avril 2019 à 15h08

bidibidibidi
En fait, ce qui me faisait réagir, c'est que ça revient au final à considérer que la monogamie est un type de polyamour. Si on part du principe que la monogamie ne présuppose pas l'exclusivité, alors c'est du polyamour (dans sa définition de non exclusivité consentie).

Probablement parce que, en réalité, polyamour ne veut rien dire. Ou au minimum pas dire la même choses pour tout le monde. Le nombre de fois où j'ai lu, ici même, que polyamour était une mauvaise traduction que polyamory et que comme il ne traduisait pas polylove alors il pouvait inclure les amitiés également...

Voir dans le contexte

Le polyamour ? C'est quoi ?

Bases
23 réponses
18 sep 2020
Profil

Leolu

le mardi 19 mai 2015 à 12h56

Paul-Eaglott
Les anglophones ne rencontrent sans doute pas ce malentendu, parce que leur mot (polyamory) est totalement original : "amory" n'existe pas en anglais. Il n'y a donc pas de risque de confondre avec les notions qu'aurait induit un mot comme "polylove"...

Je crois que c'est un faux débat : amory n'existe pas en anglais, mais les gens un peu instruits savent qu'il vient du latin "amor" = "love" (ou hispanique, ou français dont beaucoup de termes entrent dans la langue anglaise, celui d'"amour" y est aussi connu que "love" chez nous).

C'est exactement comme si seul le terme "polylove" avait été popularisé dans le monde, et qu'en France on l'avait utilisé tel quel (en n'ayant jamais connu ni "polyamory" ni "polyamour")... On aurait très bien su que cela venait de "love" = "amour". Et cela n'aurait rien changé à la perception qu'on en a.

Cette philosophie met la liberté sentimentale (et sexuelle) assumée au premier plan... ce qui n'est possible/visible que dans la multiplicité, laquelle est logiquement utilisée dans le terme qui la définit.

"Freelove" ou "Libramour" auraient été plus justes, mais n'auraient pas mis en avant la difficulté première de la philosophie : la multiplicité assumée et acceptée par tous. Je pense que la plupart des gens, conditionnés par l'idée de couple obligatoire, n'y auraient vu que le choix libre d'aimer et de désaimer (divorces), ou alors le principe du libertinage sexuel. Peu auraient compris qu'il s'agit de réels sentiments multiples (et même avec "polyamour"...).

Enfin, beaucoup de termes adoptés dans l'histoire étaient "mauvais" dès le début, mais ils ont été imposés par la pratique quotidienne. On en est là, il faut faire avec. Je ne connais aucun cas de définitions qui aient réussi à être corrigées à posteriori. Même l'académie française s'y casse les dents : #motdièse est pourtant très joli et agréable à prononcer !

Voir dans le contexte

Le polyamour ? C'est quoi ?

Bases
23 réponses
18 sep 2020
Profil

Paul-Eaglott

le mardi 23 décembre 2008 à 19h41

Juste pour enfoncer le clou, je voudrais souligner qu'un malentendu semble revenir souvent sur les divers forums du Net où la question du Polyamour est abordée :

Le mot "polyamour" n'est PAS équivalent à tout ce qu'on peut imaginer spontanément en voyant accolés les éléments "poly" et "amour".

Le polyamour (et ça, ce n'est pas dans son étymologie) suppose que tous les partenaires impliqués soient au courant, et qu'un accord librement consenti par tous soit obtenu.

L'adultère, par exemple, n'est pas du polyamour, même si quelqu'un aime plusieurs personnes.

Les anglophones ne rencontrent sans doute pas ce malentendu, parce que leur mot (polyamory) est totalement original : "amory" n'existe pas en anglais. Il n'y a donc pas de risque de confondre avec les notions qu'aurait induit un mot comme "polylove"...

Voir dans le contexte

Psys ouverts au polyamour

(Hors sujet)
48 réponses
1 mai 2013
Profil

Siestacorta

le lundi 22 avril 2013 à 12h38

MetaZet un bon psy ne devrait ne donner ni son avis sur le polyamour ni sur la monogamie, simplement savoir "faire parler la souffrance".

Par contre, ce dont tu parles, c'est un conseiller conjugal. Je te recommande effectivement de vérifier que ce soit un psychologue clinicien. Ca n'est pas une garantie de bon résultat, mais il est censé s'en tenir à une déontologie, un recul où tu n'es pas jugé, seulement soutenu.

Pour répondre à PolyLove... Ici tu vas sans doute trouver de bons conseils, en espérant qu'il y ait assez le choix pour que tu trouves des participations adaptées à ta situation.
Mais ce n'est pas de la thérapie, hein. D'abord parce que personne ici n'est habilité à te donner un soin... Et ensuite parce qu' avec un psy tu serais amené à un travail plus profond que le questionnement du couple.

Voir dans le contexte

Psys ouverts au polyamour

(Hors sujet)
48 réponses
1 mai 2013

(compte clôturé)

le mardi 23 avril 2013 à 11h04

Siestacorta
MetaZet un bon psy ne devrait ne donner ni son avis sur le polyamour ni sur la monogamie, simplement savoir "faire parler la souffrance".

Par contre, ce dont tu parles, c'est un conseiller conjugal. Je te recommande effectivement de vérifier que ce soit un psychologue clinicien. Ca n'est pas une garantie de bon résultat, mais il est censé s'en tenir à une déontologie, un recul où tu n'es pas jugé, seulement soutenu.

Pour répondre à PolyLove... Ici tu vas sans doute trouver de bons conseils, en espérant qu'il y ait assez le choix pour que tu trouves des participations adaptées à ta situation.

Mais ce n'est pas de la thérapie, hein. D'abord parce que personne ici n'est habilité à te donner un soin... Et ensuite parce qu' avec un psy tu serais amené à un travail plus profond que le questionnement du couple.

Bien sur que non ce n'est pas une thérapie :-D c'est seulement une "blagonnette", j'extrapole souvent :-D

Voir dans le contexte

Besoin de parler - Rennes

Communauté
8 réponses
26 nov 2017
Profil

LuLutine

le mardi 13 septembre 2016 à 05h36

Totora
Je ne me sens pas à l'aise à me dire poly"amoureuse" parce que justement je ne sais plus trop ce qu'est ce sentiment, je vois juste des envies/besoins de relations hybrides ayant des frontières qui ne collent pas avec l'exclusivité relationnelle.

En fait, le mot est trompeur dans le sens où une personne poly n'est absolument pas obligée d'être "amoureuse" et/ou de ressentir de "l'amour" dans toutes les relations qu'elle vit...

C'est possible, mais pas obligatoire.

Tu peux aussi utiliser "polyamoriste" qui est plus proche du mot anglophone d'origine (à savoir "polyamory", et non pas "polylove" qu'on obtiendrait en traduisant le mot français).

Peut-être aussi que l'expression "anarchie relationnelle" peut t'intéresser ?

Voir dans le contexte

Le polyamour ? C'est quoi ?

Bases
23 réponses
18 sep 2020
Profil

Rimes

le samedi 30 avril 2016 à 15h30

"c'est vrai "amory" n'existe pas en anglais, mais le mot "amour" est bien dans le dico de la langue anglaise :-)

pas surprenant puisqu'il on été colonisés par les normands pendant longtemps et que le français a été la langue officielle a l'époque..

Intéressant de voir tous les synonymes du mot "amour" dans le dico des synonymes de la langue anglaise, comme dans le lien qui suit :

www.thesaurus.com/browse/amour

Paul-Eaglott
Juste pour enfoncer le clou, je voudrais souligner qu'un malentendu semble revenir souvent sur les

Les anglophones ne rencontrent sans doute pas ce malentendu, parce que leur mot (polyamory) est totalement original : "amory" n'existe pas en anglais. Il n'y a donc pas de risque de confondre avec les notions qu'aurait induit un mot comme "polylove"...

Voir dans le contexte

[Lexique] Pourquoi oppose-t-on "monoGAMIE" et "polyAMOUR" ?

Monogamie
11 réponses
29 oct 2020
Profil

oO0

le mercredi 28 octobre 2020 à 19h25

Personellement, je n'utilise pas ces distinctions, mais la disposition à une relation exclusive ou non-exclusive de la même manière que l'amour a tendance à être exclusif et l'amitié non-exclusive dans nos sociétés. C'est comme ça que je comprend la distinction entre la monogamie et le polyamour.

Le suffixe "gamie" désigne en fait des structures familiales qui présuppose une ou plusieurs relation conjugale : monogamie et polygamie. Le fait d'utiliser le terme monogamie vient du fait que nous vivons dans une société où la norme légale est la monogamie. Et les seules sociétés où la norme légale est la polyagmie sont polygyne : plusieurs femmes pour un seul homme. Il n'y a pas de société polyhandre : plusieurs hommes pour une seule femme. Certaines sociétés, comme les Na en Chine pourrait s'y apparenter, mais la famille ne se base pas sur la conjugalité, mais la fraternité. L'homme a des responsabilités familiales non pas en tant que géniteur, mais en tant que frère de la mère. Historiquement, dans nos sociétés, le fait de vivre une relation hors mariage n'est devenu un fait courant et surtout socialement accepté que dans les dernières décennies. Tout comme le fait de dissocier la vie de couple et la vie de famille l'est en fait, d'où probablement la persistance du terme "monogamie" anachronique.

Le terme "polyamour" est une traduction de l'anglais, "polyamory" [Définition du site] et non "polylove" [Recherche sur le site] d'où un risque de confusion qui se fait moins en anglais. Comme le dit la définition, implicitement l'amour est par défaut exclusif, donc, oui, par opposition, la monogamie signifie être dans une relation de couple exclusive. Par opposition au polyamour, le terme "monoamour" [RsS] et "monoamoureux.se" [RsS] sont occasionnellement utilisés, mais peu.

Avant l'introduction du terme polyamour, il y a eu celui des “amours plurielles" de Françoise SIMPERE qui, à mon sens, aurait été une meilleure traduction. L'usage du terme "lutin.e" vient d'ailleurs d'elle. Ce qui fait le succès de la traduction du terme anglais vient probablement du fait des études réalisées dans le monde anglo-saxon. Cela ne veut pas dire que la pensée francophone était inexistante, l'anarchie relationnelle vient d'une tradition de pensée qui remonte au début du XX° siècle, mais qui ne s'est pas formée comme un champ d'étude, mais la revendication de la liberté d'une autre manière d'être en relation. Le terme ne désigne d'ailleurs probablement ce qu'il désignait à l'époque.

Bref, finalement, les termes se font selon les usages des utilisateurs à l'intérieure de la langue française et en dehors comme se font en fait toutes les langues. Donc, oui, c'est sujet à débat, mais ce qui tranche le débat, ce sont les usages.

Message modifié par son auteur il y a 7 mois.

Voir dans le contexte

Libertinage/échangisme- polyamour/polysexualité

Social
222 réponses
26 fév 2010
Profil

Paul-Eaglott

le mercredi 17 février 2010 à 08h44

Comme je l'ai exprimé sur un autre fil, il me semble que la notion de polyamour ne fait pas spécifiquement référence à la notion de sentiment, mais décrit un "état d'esprit", ou une "façon de faire", ou une "méthode d'approche" face à la non-exclusivité, qu'elle soit sentimentale ou sexuelle.

Pour moi, le polyamour consiste à être clair, à éviter le mensonge sur nos attirances (qu'elles soient sentimentales ou sexuelles), et à respecter chacun de nos partenaires en cherchant par le dialogue à désamorcer autant que possible les éventuelles souffrances liées à cette non-exclusivité...

Certes, dans "polyamour" on entend "amour", mais c'est une adaptation francisée du néologisme anglais "polyamory", qui ne fait pas spécifiquement référence aux sentiments : ce n'est pas "polylove", et "amory" n'existe pas en anglais... Quant à "amorous", qui existe en anglais, il signifie quelque chose comme "fortement attiré(e)", souvent avec une connotation sexuelle.

Donc, selon moi, s'il y a une distinction sans doute intéressante à faire entre "non-exclusivité sexuelle" et "non-exclusivité sentimentale", il faudrait trouver un autre mot que "polyamour" pour désigner cette dernière...

Voir dans le contexte

Libertinage/échangisme- polyamour/polysexualité

Social
222 réponses
26 fév 2010
Profil

ERIC_48

le jeudi 18 février 2010 à 00h36

Paul-Eaglott
La notion de polyamour ne fait pas spécifiquement référence à la notion de sentiment, mais décrit un "état d'esprit", ou une "façon de faire", ou une "méthode d'approche" face à la non-exclusivité, qu'elle soit sentimentale ou sexuelle. Pour moi, le polyamour consiste à être clair, à éviter le mensonge sur nos attirances (qu'elles soient sentimentales ou sexuelles)....... Certes, dans "polyamour" on entend "amour", mais c'est une adaptation francisée du néologisme anglais "polyamory", qui ne fait pas spécifiquement référence aux sentiments : ce n'est pas "polylove", et "amory" n'existe pas en anglais...

Je suis très inquiet car je m'intéressais surtout à la partie "amour' du mot "polyamour", car la partie "poly" me semblais être la conséquence naturelle de l'amour. Je pensais que l'on aurait pu aussi dire "amour libre", ou d'un point de vue puriste "amour" tout court, puisque l'amour ne peut être que libre ce qui le conduit au poly, mais évidemment, le mot "amour" tout court n'aurait pas été aussi parlant que "polyamour" ou "amourlibre".

Si "polyamour" désigne uniquement le fait d'avoir une sexualité extraconjugale non cachée, et si ce terme de "polyamour" peut être utilisé lorsque la sexualité extraconjugale est sans amour, alors, ce terme "polyamour" ne vaut rien, il n'est même pas à la hauteur de "libertinage" ou de "échangisme" qui sont des termes qui s'assument, et je peux même aller jusqu'à dire qu'il est en lui-même une perversion car il désigne le contraire de ce qu'il véhicule dans le but d'attirer des amoureux libre vers le vice. S'il a été mal traduit, il faut créer un deuxième mot sans que l'on entende "amour" à l'intérieur, et laisser les gens choisir leur camp en toute connaissance de cause.

Si "polyamour" ne désigne pas l'amour, alors il faut vite fuir le "polyamour".

Voir dans le contexte

Je veux en parler au monde entier !

Coming out
355 réponses
24 avr 2012

Anna (invité)

le vendredi 12 février 2010 à 17h40

Je pense que le principe de ce forum est justement de pouvoir tout dire. Personnellement je table sur le 100% vrai et le 100% direct. Nous sommes tous là pour avancer, certains par curiosité, la plupart pour trouver du soutien et partager nos expériences.
A ce sujet, je trouve formidable de voir que chacun a son point de vue et se sent libre de le donner même si ça ne fait pas toujours plaisir ;-)

Alors pour le coup de l'autoroute: c'est pile ça, je sais que le péage approche. Et je crois que je ralentis. Puis brusquement j'accélère décidée à payer puisqu'apparemment sur l'autoroute du polylove plus on reste plus on paye (idée de Eric48 je crois!).
Et de nouveau je stoppe direction l'aire d'autoroute pour remettre à plus tard. Je sais que le péage viendra tôt ou tard. Mais je ne crois pas aimer l'idée de vivre les choses en étant cachée, avec le double moi que je pourrais aimer etc.... Le seul avantage de la situation est simple selon moi: rien à expliquer à l'extérieur et la délicieuse sensation d'être seuls à deux sur cette Terre. Mais savoir que mon amoureux parle de moi à son entourage...c'est encore meilleur! :-)

Pour répondre à Siestacorta, je ne suis pas en processus de recherche de moi ou d'indépendance. Cette étape là est franchie depuis longtemps. Hormis sur la question de mon grand coeur, je suis sûre de moi, de mes idées, capable de les défendre et de les assumer. Je ne suis pas en crise ou quoi que ce soit. A la vérité, je suis plutot du genre épanouie et bien entourée donc pas vraiment à plaindre.

Mais j'ai ce questionnement ou la clairvoyance de me dire que cette situation ne peut pas durer en l'état. Il y a du "trop beau pour être vrai" dans ma vie ou du "une situation aussi périlleuse est une situation précaire".
Bref on avance. Certaines choses nous semblent impensables et quelques mois plus tard on se demande comment on a pu hésiter ou douter. Il faut laisser le temps nous façonner et apprendre à ne pas tout vouloir tout de suite pour éviter de trop s'exposer à tout perdre.
La balance et l'équilibre! entre ce qu'on veut et ce qu'on risque de perdre pour l'atteindre.
Et c'est bien là que le bas blesse, surtout quand on ne veut/ne peut pas choisir:-)

Je songe parfois à la méthode simple d'inviter mes amis à lire ce joli fil pour comprendre et apprendre. Et puis savoir. Une vraie sortie pour le coup, vu que le forum a l'avantage d'abolir toute censure. On pose les gants, on ne craint pas les regards et on se lance sans crainte d'être jugée.
Et les bons penseurs bien droits pourront toujours penser que les PA sont des désaxés, il n'y a que des très belles choses sur ce site :-)

Voir dans le contexte

[Lexique] Monoamour(s) —tentative de définition—

Monogamie
15 réponses
2 mai 2019
Profil

oO0

le jeudi 25 avril 2019 à 16h17

La question du du monoamour et du polyamour me semble poser la question de savoir s'il est possible d'aimer plus d'une personne à la fois. La question mériterait d'être formulée, mais surtout elle présuppose que nous soyons capable de définir ce qu'est l'amour. Cependant, le terme polyamour n'est pas l'équivalent de polylove en anglais, d'où la question de l'utilité de monolove.

Mono - Poly : Cela devient une question quantitative.
Exclusif - Non-exclusif : Cela devient une question qualitative.

Personnellement, j'ai un problème avec l'amour. J'ai rarement eu de sentiment de rivalité avec d'autres personnes et certainement pas de sentiment de rivalité durable ... sinon avec l'amour. Impossible de rivaliser avec l'idéal de l'amour. Je me sens souvent de trop dans une relation amoureuse. Est-ce que cela veut dire que je ne sais pas aimer ? C'est ce que j'ai entendu le plus souvent dans mes relations. Ce que je veux dire par là, c'est que l'amour peut être extrêmement destructeur selon la définition qu'on en a. C'est ce que raconte, par exemple, Joris, dans "Au-delà du personnel - Esquisse de réflexion sur l'amour".
https://infokiosques.net/IMG/pdf/Audela.pdf

Pour une majorité écrasante, la véritable définition de l'amour vrai ne peut qu'être exclusive.

Laancelot
Mais sérieusement, qui peut prétendre en conscience que lorsqu'on aime et désire profondément une personne on est capable d'accepter dans son coeur et dans ses tripes que l'être aimé s'en aille en we avec un ou une autre, se fasse embrasser, lécher, caresser, pénétrer, et éprouve des émotions et des sentiments d'amour pour un ou une autre en toute sérénité?
Foutaise intégrale, mensonge personnel et habillage intellectuel.
Quand on aime et désire profondément, on est naturellement exclusif.
All the rest is total bullshit. :-)

Pourquoi baser une disposition ou un choix relationnel sur un état affectif qui ne se choisit pas ?
__________

Essai d'une définition.

Monoamour : Disponibilité amoureuse pour une seule et unique personne à la fois.
Polyamour : Disponibilité amoureuse pour plusieurs personnes en même temps.

Après, il faut pouvoir compléter avec :

Paul-Eaglott
... l'honnêteté, le respect, le dialogue et le consensus dans les questions de non-exclusivité ...

... ou d'exclusivité.

Personnellement, j'aime bien l'idée de disposition/disponibilité affective à situer par rapport à l'orientation sexuelle. Ce n'est pas tant une question de choix de partenaires sexuels comme pour l'orientation, qu'une question de choix relationnel. En plus, je trouve que l'idée de disposition/disponibilité se prête bien au consentement : être ou ne pas être disposé/disponible. Cela permet d'intégrer une dimension affective au consentement, une dimension, ici, plus propre aux relations probablement. Une disposition n'est pas une intention, mais la possibilité ou l'impossibilité d'une intention.
__________

Sinon, oui, comme le dit Siestacorat, est-ce que cela a un sens de parler de monoamour ailleurs que dans le contexte du polyamour si celui-ci n'est plus accepté et intégré en société.

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

Voir dans le contexte

Le polyamour ? C'est quoi ?

Bases
23 réponses
18 sep 2020
Profil

oO0

le dimanche 27 mars 2016 à 10h31

Salut Elisandre,

Comme le précise PaulEaglott, puis Leolu, les francophones sont exposés à un malentendu auquel ne le sont pas les anglophones qui ont créé le terme. Le malentendu en français est que "polyamour" sonne comme s'il s'agissait de "polylove" en anglais. (Je ne fais que répéter ce qui a déjà été dit.)

L'amour ne relève pas des sentiments, de la dimension affective ? J'ai trois manières de le comprendre :
- La première, c'est que l'amour est supérieur aux sentiments et aux affects dans ton propos, mais quel est-il alors ? Je me rappelle d'un auteur chez qui l'intensité des sentiments se transformait en idée. Issus de sensation, le sentiment pouvait se transformer en idée. C'est impossible en te lisant de savoir ce qu'il en est de l'amour, sinon qu'il semble supérieur à tout ce dont tu dis qu'il n'est pas. Curieusement, cela laisse un sale arrière-goût de dévalorisation et j'ai du mal à concevoir qu'il puisse s'agir d'amour pour dévaloriser ainsi la vie affective et sentimentale. Cela me fait penser au plus fameux des triangles amoureux selon moi, celui au sein duquel les personnes ont toujours le défaut d'être réelles et non pas idéales, bref, ce triangle où l'idée d'amour est semblable à un(e) amant(e) secret(e) parce qu'en fait, c'est l'idée d'amour qu'ils aiment et non pas l'autre. Enfin, bref, j'ai juste le sentiment de cette condamnation classique de la réalité au nom de l'idealité, du genre de celle de la vie terrestre au nom d'un paradis au delà d'elle.
- La deuxième porte plus sur la confusion de la vie affective et sentimentale avec l'amour dans le sens où l'obsession vouée à l'amour conduit souvent à ignorer la diversité des sentiments et des affects de sorte que tout ce qui n'est pas de l'amour est identifié et réduit au fait de ne pas être de l'amour. Concrètement, dans la réalité cela provoque un phénomène de culpabilisation de tout ce qu'il est possible d'éprouver d'autre que l'amour, tout cela sera réduit à un défaut d'amour ou encore une incapacité d'aimer parce que ce n'est pas de l'amour. Bref, cela reviendrait à condamner toutes les couleurs que la vie en fait voir au nom d'une seule, le rouge par exemple : toutes les autres couleurs auraient le défaut de ne pas être le rouge et seraient signe d'impureté. Encore une fois, est-ce de l'amour ?
- il y a différentes manières de parler de l'amour comme par exemple chez les grecs.
/discussion/-jn-/Les-7-degres-de-l-amour/

Voilà, Elisandre, j'ignore ce que tu veux dire, mes tes propos peuvent s'exposer à de nombreux malentendus qui seront differents d'une personne à l'autre. Peuimporte lesquels, sauf dans la mesure où ils peuvent te permettre de mieux te faire entendre. Il y en a néanmoins un qui, comme ton propos l'indique, risque de se manifester pour une immense majorité de personnes : en quoi l'amour ne fait-il pas partie de la vie affective et sentimentale ? Es-tu sûr qu'il n'y a pas un déni de la réalité, une incapacité de l'accepter pour aller contre une telle évidence ?

Pour simplifier mon propos, je pense que si tu expliques la différence que tu vois entre sentiments et amour comme t'y invite Phoenix, ce sera plus claire. Par exemple, engagement et sentiment sont bien évidemment différents. Est-ce à cette différence que tu penses ? Une autre différence ?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

Voir dans le contexte

Polyamour et libertinage

Sexualités
58 réponses
18 nov 2011
Profil

Paul-Eaglott

le mercredi 09 novembre 2011 à 00h48

Coucou Coucou.

En fait, ayant découvert le mot et le concept sur un forum de discussion en anglais, et m'y étant alors reconnu complètement, j'en suis resté à la définition anglaise : "Polyamory is the practice, desire, or acceptance of having more than one intimate relationship at a time with the knowledge and consent of everyone involved."

Il y est question d'intimate relationship, et non pas de sentimental relationship. "Intimate relationship" ne serait pas fidèlement rendu par "relation intime", mais ce n'est pas le seul écueil dans la traduction :
Le mot "polyamour", néologisme traduit du (néologisme aussi) anglais "polyamory", prête à confusion parce qu'il contient "amour" (alors qu'en anglais ce n'est pas le cas : ce n'est pas "polylove". "Amory" n'existe pas mais est proche de "amorous", qui signifie plus ou moins "attiré", sans distinguer s'il s'agit de sexe ou de sentiment.) Le mot "sentimental" présent dans la définition française éloigne encore un peu plus du sens "originel" anglo-saxon.

Il faut peut-être considérer que le polyamour n'est pas la même chose que le polyamory des anglophones, mais ça devient vraiment compliqué ! :-)

Mais à la limite, peu importe : si on accepte de considérer qu'il n'y a pas de façon standard d'aimer, et que le "sentiment" est une chose impossible à évaluer ou à mesurer, qu'on ne peut pas comparer ses sentiments avec la façon dont d'autres ressentent les sentiments portant le même nom, bref que c'est un truc totalement subjectif et intime, et que probablement certains ressentiront comme des "sentiments" ce que d'autres appellent "désir" ou "attirance", ça laisse la place dans le "polyamour version française" pour à peu près toutes les formes de non-exclusivité, dans la gamme allant du sexe récréatif à l'amour purement sentimental, du moment qu'elles sont fondées sur la connaissance de la situation et le libre accord de chacun.

Peut-être est-ce ma sensibilité qui me fait ressentir les choses ainsi, mais pour moi ce qui est "original" dans le polyamour et qui le rend cohérent et intéressant à étudier, c'est la dimension "on s'en parle et on se met d'accord sur comment faire pour que la non-exclusivité ne nous abîme pas". C'est ce qui fait sa différence fondamentale avec l'adultère, par exemple. (Dans l'adultère bien souvent, du sentiment amoureux existe envers plusieurs personnes.)
Je l'ai déjà dit dans un autre fil, à mes yeux le polyamour n'est pas mieux ou moins bien que la non-exclusivité cachée et gérée par le mensonge. C'est un autre choix dans la façon d'aborder la question, qui évite certains problèmes et... en pose d'autres, spécifiques et bien réels, qui méritent bien un forum pour les aborder.

Exemples de problèmes que les polyamoureux -- et eux seuls (qu'ils soient libertins ou pas, d'ailleurs) -- ont à résoudre :
- OK, entre partenaires on se dit la vérité et on trouve des arrangements qui nous conviennent, mais que dire à nos parents ? à nos enfants ? à nos collègues ?
- je suis d'accord intellectuellement pour la non-exclusivité et la liberté de ma/mon partenaire, mais comment faire quand je ressens de la jalousie ?
- la transparence, ça veut forcément dire tout se raconter ?
- comment gérer avec un partenaire la passion amoureuse qui m'attire follement vers un autre en me faisant oublier tout le reste ?
- faut-il que mes partenaires se rencontrent ?
- comment gérer les fêtes à date précise (nouvel an, mon anniversaire...) et avec qui les passer ? Et les vacances ?
- toutes les questions relatives à la vie à plusieurs sous un même toit.
- etc.

Et pour moi, l'intérêt et l'utilité de ce forum résident dans les échanges d'expériences et de réflexions qu'on peut y trouver sur ces diverses questions.

Bon. Pour compliquer encore les choses, il faut signaler que, même en anglais les définitions varient : sur Xeromag, Franklin Veaux parle de "romantic relationship that involves more than two people". Et ça annule tout ce que je viens d'écrire. C'est ballot.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

Voir dans le contexte

[Lexique] Votre terminologie perso

Social
7 réponses
12 nov 2019
Profil

Siestacorta

le lundi 11 novembre 2019 à 17h20

J'emploie
- le lien. Je pense du coup à la chanson de Souchon, qui parle du "fil entre nos cœurs passés, le fil de nos sentiments enlacés, qui nous tient, nous retient". Bref.

- relation : c'est pour moi les pratiques et l'histoire du lien. C'est pour parler concret. Parce que sur les sentiments et le lien, on a pas toujours voix au chapitre, ça se fait ou pas. Sur la relation, sur ce qu'on fait pour l'entretenir, oui.

- amoureux.ses : je préfère amant.es, à la base, mais je me suis fait au langage local... Amant a des accents charnels, dont se nourrit la définition adultère du mot. Amoureux.se a l'avantage de définir l'importance de la personne par notre relation et nos sentiments.

- amour romantique : une forme de sentiment et de relation pleine de défauts car formatée par l'idéal amatonormatif (exclusivité, essentialisme à la con...). Mais je me fais pas d'illusions sur moi-même : j'ai beau avoir beaucoup avancé, j'ai plein de choses qui restent de l'éducation de notre société... J'éprouve des choses qui tendent parfois vers l'amour romantique, d'autres vers l'amitié, d'autres qui fonctionnent plus à l'attirance sexuelle. Bien sûr, la plupart des liens amoureux ne tiennent pas bien gentiment par un seul pôle... Mais dire qu'il n'y a pas de différence entre eux, ça me donne un sentiment de flou ou/et de déni, sur mes sentiments à moi comme sur ceux des autres. Ça me gave souvent d'entendre qu'il suffit de pas utiliser d'étiquette pour laisser plus de possibilités... J'ai besoin d'être clair dans mon rapport à moi-même, et j'aime bien que les autres le soient.

- amour : j'ai une réaction double à ça. Amour avec plein de polysémie, et avec l'attachement qu'il suppose dans la plupart des cas, je prend. On aime plein de gens d'amour, sa famille, ses amis, ses amants. C'est vraiment de l'amour. Mais amour, quand on parle de la relation amoureuse plus que de la relation aimante, implique souvent autre chose, la passion. Et souvent plein de traces de la norme Couple.
En fait, quand je veux insister sur la partie un peu illusoire et normée du ressenti amoureux, je parle d'Hamour, avec le "Grand A" bien soupiré comme dans les chansons de hit-parade et les passages obligés au ciné, bien ouvert qui te prend toute la bouche comme pour changer un cantique... Alors un grand H, na, bien fait.

- passion : ça dure pas. Je pense que c'est un carburant hormono-névrotique qui fait démarrer les rencontres amoureuses, en dopant leurs premiers temps. Je suis très ambivalent avec ça... Je ne m'y fie pas parce que c'est une ivresse qui nous cache beaucoup de chose sur l'autre et sur nous avec l'autre, et comme pas mal d'ivresses, peut nous conduire aux pires conneries. Mais je l'accepte aussi, parce que cette intoxication, comme pas mal d'autres, nous donne un aperçu de ce qui est plus grand que nous. A nous de nous en servir pour faire mieux.

- polyamour : avec tout ce que je viens de dire, on pourrait croire que je préfère "polyamorie", histoire de ranger bien proprement mes intentions éthiques et mes capacités relationnelles... En fait, je crois au contraire que laisser amour dedans, alors qu'étymologiquement ça se discute (polyamory, c'est pas polylove), c'est parler de sentiments et reconnaitre du même coup l'imperfection de la chose. Je me sens généralement assez seul avec ma conception, parce que la surcharge d'attentes envers l'épanouissement par la relation amoureuse doit être, pour certains, embrassée comme la Seule Source de Vérité Univairsaille, et par d'autre, déconstruite et reconstruire vers des Lendemains Qui Chantent leurs Bonnes Intentions puisque chacun sait que c'est facile d'être juste, en amour (lol), et donc si on est pas à la hauteur, on est un social-traitre.

- non-exclusivité : expression technique, un peu plus large que le polyamour. A le désavantage d'être au négatif.

- compersion : un ressenti méconnu. Mais faut passer son temps à préciser qu'il n'est pas ce qui arrive quand on a pas de jalousie, ni quelque chose qui va définitivement la remplacer quand on aura passé sa ceinture noire de Polyamo-Do, mais juste un ressenti qui nous indique qu'il y a pas que du mal à être dans la non-exclusivité.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Soirée Open kiss & polysensuelle Événement

117 réponses
11 avr 2015
Profil

ScottBuckley

le mercredi 21 août 2013 à 13h03

Geraldin-e

Merci GreenPixie de lancer ce genre d'événements.

Pour moi ce genre de soirée "polycontacts" me paraît aller tout à fait dans le sens du polyamour.

Car j'imagine qu'on peut arriver à se toucher simplement, sans arrière pensée et sans crainte, qu'il y ait ou pas des états d'amitié ou amoureux entre les personnes. Comme les massages, c'est une autre communication que le dialogue verbal ou la relation sexuelle.

C'est sortir des normes qui disent toujours, surtout ici dans nos pays, que pour se toucher, s'embrasser ailleurs qu'aux endroits restreints et "convenus", il "faut" être ami.es ou amant.es.

Les normes néfastes ne sont pas seulement dans la monogamie exclusive obligatoire, mais dans la stricte exclusivité corporelle réglementée.

Merci à toi Geraldin-e, pour tes messages chaleureux et encourageants, et je plussoie (+) ta remarque sur les normes néfastes !
( ainsi un message peut parfois être tendre comme un massage, avec la langue ? :-D )

@ MetaZet :
Tu nous dis : " En fait, je trouve que ce genre de soirée est vraiment une très bonne idée, mais je pense qu'il dépasse le cadre du polyamour au sens strict. Il ne s'agit plus simplement d'affections multiples, mais de multiplier les affections, c'est-à-dire de passer d'une attitude passive — j'ai de l'affection pour quelqu'un et réciproquement : on ne s'interdit pas de manifester cette affection — à une attitude active — je créé des liens affectifs avec plusieurs personnes en passant du temps avec elles, en apprenant à les connaître, en dansant avec, en les touchant, en les massant, en les embrassant, etc. "

-->> En fait, je ne (re)connais pas de définition "stricte" du mot "polyamour", et de toute façon je cherche à explorer les univers bien plus vastes de la galaxie polyamory (le mot d'origine, qui ne signifie surtout Pas "polylove").

Polyamory, en anglais, signifie (de mémoire) : relations intimes, avec un ou plusieurs partenaires, avec éthique, honnêteté, complicité, et réciprocité des droits et devoirs
(et donc même avec une définition Si belle et si vaste, cela exclut donc : les rapports et dominations subies, les "relations tarifées", l'adultère, la polygynie, le machisme, la monogamie en série, le mythe infantile du "Finding The One I love pour le reste de la vie" / chercher sa "moitié", la routine subie, les pseudos "morales" religieuses... bref : tout ce que je déteste !). Et ça n'exclut pas le libertinage, mais ça ne le rend pas obligatoire non plus.

De nouvelles formes de relations sentimentales et-ou sexuelles peuvent ainsi naître & co-exister joyeusement !

La communication non-verbale, c'est 80 à 90% de l'ensemble de la communication entre les personnes.

Elle est là, et trop souvent à l'insu de notre plein gré, elle demeure froide, trop maladroite voire agressive.

Et donc oui, ça m'intéresse + que beaucoup d'explorer ces territoires et univers sensitifs & sensuels avec d'autres personnes ouvertes à cela, avec les respects mutuels que l'on s'accorde.

C'est même une très belle façon d'apprendre à connaître les autres, de belles âmes, quand la confiance est là (condition sine qua non pour moi).

Car j'ai envie de revenir à l'origine du mot contact (dans le sens de ' con tact : avec le toucher ' ).

Comme dans une danse-contact, qui peut être juste si touchante et sublime, entre deux êtres qui ne se connaissent pas encore (+)

Si aujourd'hui le mot ' contact ' est un peu trop galvaudé et signifie "n° ou @ dans un répertoire électronique via un écran", je suis convaincu qu'il peut malgré tout retrouver ses lettres de noblesse & de tendresses.

Notre société (de surconsommation et de surcommunication) manque, au final, profondément de vrais contacts (au sens fort, originel), or s'embrasser, se serrer dans les bras, et s'offrir des bisous et baisers dans le cou ou sur la bouche, ça n'a jamais tué personne, au contraire, et en + c'est gracieux, pas besoin d'être "riche" pour l'offrir !

Et je suis sûr que cela pourrait calmer bien des tensions, et faire du bien à beaucoup de personnes, qui aujourd'hui, pour différentes raisons, ne sont plus ' touchées ' tactilement (à cause de leur âge, de leur corps, de leur isolement / internement, ou d'une maladie, d'une Mst...), car tout le monde n'a pas l'envie ni les moyens d'avoir un kiné ou une osthéo.

' je veux vivre une vie riche,
pas une vie de riches ! '

Vive les sensations & les polycontacts réciproques, épanouissants et librement consentis !

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

Voir dans le contexte

Polyamour et secret

Bases
113 réponses
11 mai 2009
Profil

Eric

le jeudi 07 mai 2009 à 10h06

Bon, puisqu'on me sollicite nominativement je vais reprendre la plume et répondre, c'est la politesse. Je vais tâcher de rester aussi cool que possible, car je ne souhaite absolument pas relancer le débat houleux qui a précédé, j'ai eu ma dose : je répond de mon mieux à la question et j'explique ma réponse, voilà tout.

Pour être votre porte-parole auprès des polyfamilles, ma réponse est aujourd'hui un "non" mitigé, dans le sens où je ne tenterai pas de convaincre qui que ce soit du bien fondé de votre vision (je ne suis pas moi-même votre meilleur allié dans ce combat), je souhaite juste qu'on accepte tous votre vision comme faisant partie du paysage, simplement. Je milite (déjà) pour la cohabitation, rien de plus.

Jouer votre porte-parole auprès des autres polyfidèles, je l'ai déjà fait, et la dernière fois c'était pas plus tard que le week-end dernier lorsque j'ai parlé à un couple et à une polyfamille pour leur expliquer qu'il fallait accepter votre différence de conception comme une nouvelle variante du polyamour en France, que votre vision était d'ailleurs très "à la française" et qu'elle n'était pas si surprenante que ça..

Cependant je vous défends de moins en moins dans nos conversations, car ce que j'ai essayé de vous faire comprendre c'est que j'ai ressenti ici une forme de sectarisme déguisé visant à décrier le polyamour "originel" et à vous placer comme héritier du polyamour moderne. Et ça je ne l'accepte pas.
En fait, en écrivant ce message je me rend compte que nous sommes un peu sectaires des deux côtés mais plus subtilement du vôtre, et je comprend un peu mieux ce que vous avez pu ressentir lorsque certaines polyfamilles vous sont tombés dessus et vous ont critiqués... Car oui je reconnais que les polyfamilles sont dans l'ensemble assez sectaires sur le cadre qu'elles donnent au polyamour : nous le restreignons à son essence originelle, sans souhait de l'élargir davantage.

Comme beaucoup de monde, vous avez découvert le terme polyamour et vous vous contentez de traduire "poly" en "plusieurs" et d'en déduire : le polyamour, c'est juste aimer plusieurs personnes. Et vous laissez de côté une bonne partie de son éthique, qui est l'essence même du polyamory selon les polyfidèles qui ont créé ce terme. Pourtant si les inventeurs du terme n'ont pas utilisé "polylove", c'était justement pour donner une âme au mot, outre sa simple définition étymologique.
Finalement, selon votre vision élargie, tous les maris adultères et toutes les femmes adultères du monde qui éprouvent des sentiments sont des polyamoureux. Pour bon nombre de polyamoureux ce n'est plus une dérive mais une véritable inversion idéologique.
Quand je vois une moto, je ne vais pas prétendre que c'est une voiture sous prétexte qu'il y a aussi une carlingue, un moteur et des roues et qu'il faut s'ouvrir l'esprit. Si j'ai besoin d'un terme générique je vais utiliser l'existant : un véhicule.

Voilà, vos convictions, qui s'apparentent assez à de la simple multiplications de relations bipartites classiques avec le cloisonnement auquel nous a forgé notre héritage culturel, sont à l'opposée des nôtres, autant que peuvent l'être les convictions traditionnelles des monogames convaincus. Pour nous il y a trois grandes conceptions : la monogamies, les relations multiples de manière générale, et le polyamour éthique. Bon ben vous avez tendances à injecter toutes formes de relations multiples dans le concept de polyamour, c'est pour nous une surprise et une déception, mais je pense qu'il va bien falloir qu'on se fasse violence et qu'on fasse avec.
J'accepte de fait que votre vision du polyamour deviennent l'une des visions du polyamour en France, malgré votre rejet des valeurs fondamentales et historiques. Je pense qu'aujourd'hui deux concepts différents cohabitent au sein du concept élargi de polyamour. Je ne vous rejette pas, mais je sais que d'autres polyfamilles ne partagent pas mon avis là dessus.
Je voudrais cependant que vous reconnaissiez une chose : votre vision est différente de la nôtre au point qu'on ne parle plus de la même chose. Ok, soit, nous parlons de polyamour, comme on pourrait parler de véhicule, mais vous parlez motos et nous parlons voitures. D'où le fait que l'idée de Clém d'un forum purement polyfamille pourrait être une bonne chose pour nous.

Voilà, je n'ai aucune hostilité envers vous, juste que pour moi et pour bon nombre de polyfidèles vous vous êtes écartés des valeurs qui font du polyamour ce qu'il est : bien plus que de simples relations multiples, expression plus large qui existe depuis bien plus longtemps. Vous avez associé l'idée de liberté à l'idée de non-exclusivité, ce n'était simplement pas l'idée de départ : la liberté relationnelle totale et sans condition n'était pas une idée motrice de l'émergence polyamoureuse. Il faut coire que les français ont changés la donne ;)

Voir dans le contexte

Discussions

Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.


Espace membre

» Options de connexion