Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et libertinage

Sexualités
#
Profil

Dakhla

le mardi 01 novembre 2011 à 22h30

Aujourd'hui je m'interroge sur la frontière qu'il y a entre polyamour et libertinage.

Le libertinage semble être exempt de tous sentiments pour ne privilégier que la satisfaction des sens.

Le polyamour semble, de son côté, préférer une entrée sentimentale qui peut déboucher sur l'expression des sens.

Souvent nous marchons sur la ligne qui sépare les deux. Et vous ?

#
Profil

LittleJohn

le mardi 01 novembre 2011 à 22h44

Une frontière est une ligne arbitraire posée pour séparer nous des autres. Je ne vois personnellement pas l'intérêt de celle-ci...

#
Profil

Paul-Eaglott

le mardi 01 novembre 2011 à 23h43

Pour moi, il semble que polyamour et libertinage ne sont pas sur le même plan : le libertinage désigne des actes, alors que le polyamour serait plus une façon d'aborder la question de certains actes et de certains sentiments (dialogue, honnêteté, respect, transparence...)

Dans cette optique, je ne vois évidemment pas de "frontière" possible entre les deux.

On peut pratiquer le libertinage de façon polyamoureuse ou non, on peut être polyamoureux sans être libertin, ou ni l'un ni l'autre...

Et le polyamour ne "part" pas forcément d'une base sentimentale : il part de l'honnêteté de parler des désirs de non-exclusivité (sexuelle et/ou sentimentale) et du respect dans la recherche d'accords relatifs à cette non-exclusivité.

#

Popol (invité)

le mercredi 02 novembre 2011 à 11h03

Je vois le libertinage comme quelque chose qui sert aussi parfois à protéger les couples fusionnels sur le plan des sentiments: autoriser le sexe, mais pas la relation amoureuse.

Je crois savoir d'après les témoignages ici que c'est le cas plus souvent qu'on ne croit, bien plus qu'un quelconque plan hédoniste.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 02 novembre 2011 à 13h33

Alors, on a déjà cet article qui a été publié si ça intéresse des gens (lire aussi les réactions) :
/-ba-/Le-polyamour-est-il-une-forme-de-libertinage/

#
Profil

Mysterhill

le jeudi 03 novembre 2011 à 00h29

Une fiction qui présente une vision de la difference entre polyamour et libertinage (les derniers instants du film, difficile d'en parler sans reveler l'intrigue) :
"peindre ou faire l'amour", avec Daniel Auteuil, sabine Azéma

une critique :

www.lesinrocks.com/cine/cinema-article/t/31956/dat...

Cela dit, il n'apporte rien de nouveau à ce qui a été dit jusqu'à present, et pourriez vous nous dire comment vivez-vous le polyamour ou le libertinage , en quoi vous reconnaissez vous ?
Si la question n'est pas trop indicrète, bien sur ...

#
Profil

patrice-86

le jeudi 03 novembre 2011 à 10h21

A l'origine, le libertin est un "libre-penseur". Il se construit une éthique personnelle indépendante de la morale dominante de son temps. Mais indépendant ne veut pas forcément dire opposé. Il existe donc tout une palette de choix de vie relevant de la démarche "libertine", chacun faisant son propre cocktail à partir des valeurs admises ou non par la société du moment. Le polyamour n'est qu'une des nombreuses expressions de cette "libre-pensée".

#
Profil

eolemuse

le jeudi 03 novembre 2011 à 11h20

Monsieur au clavier

tout le soucis avec les mots c'est leur glissement sémantique avec le temps et ce que des communautés en font en s'appropriant des "drapeaux"

quand on dit "libertin" de nos jours on pense cul immédiatement et presque uniquement. Mais prenons le sens initial du terme depuis le latin :

esclave affranchi !!!!!

En occident on ne peut pas vraiment dire que l'inquisition soit super active de nos jours (ils font plus trop provision de bois pour leurs autodafés ) ce qui a fait sauter l'une des plus grosses oppositions (la religion) à ce courant de pensée ...mais on a encore des "ennemis" de genre assez vivaces (la morale et ses grenouilles!) et gare au rétroviseur! les retours de bâton en histoire existent ^^"""""

pour avoir fréquenté les cercles "libertins" contemporains on est très très loin des origines...c'est devenu synonyme d'un style de vie "loisirs" et "facilité" style société de consommation/supermarché là où c'était un manifeste philosophique et politique complexe...une lutte de l'esprit et du corps à une époque où la prison n'était jamais loin et qui recelait d'innombrables facettes (beaucoup de cercles franc maçons étaient en fait libertins à la fin18eme siècle...qu'à penser à Mozart ou Sade...Olympe de Gouges et bien d'autres hommes et femmes de lettres et sciences qui ont permis que l'on puisse librement deviser et débattre ici aujourd'hui)

je dirais qu'au début polyamour et libertinage ne faisaient qu'un! et que notre société a eu besoin de créer des cadres, normes, catégories et autres distinctions (dès le 19eme siècle avec l'industrialisation et l'émergence des sociétés "libérales"...retenez le terme...il n'est pas innocent)...la psychologie/psychiatrie est passée par là et voilà...on se trouve à avoir des débats et opposer des choses identiques de fait grâce à des opérations chirurgicales de masse

alors oui si il faut absolument générer des distinguos en rapport avec son temps :

je me sens libertin dans l'acceptation 18eme (l'aventure de l'encyclopédie qu'on tente de rééditer dans sa version moderne ici ^^) et plutôt polyamoureux de tous siècles et millénaires avant même que le mot n'existe.

et tout en revendiquant la liberté de jouir à toute heure et lieu sans entraves, pour autant, je ne me sens pas trop pour caricaturer libertin consommateur et insouciant à la sauce fin 20eme ayant eu la panoplie en kit du divin marquis à Noël

même si c'est très réducteur et casse gueule d'ériger des frontières étanches (genre j'ai la vraie foi de la foi) et coller des

"éthiqu' ettes" ;-)

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 03 novembre 2011 à 12h00

Je trouve toujours amusant qu'on puisse se dire libéré de la morale (religieuse ou autre) dominante et que dans le même mouvement, on dénonce - regrette - le loisir et la facilité, à croire que la qualité de quelque-chose, y compris d'une partie de jambe en l'air, découle forcément de la difficulté à l'obtenir...

#
Profil

patrice-86

le jeudi 03 novembre 2011 à 12h24

Rien n'empêche de s'inscrire dans une "éthique de l'effort", après tout ! :-)

#
Profil

LittleJohn

le jeudi 03 novembre 2011 à 12h30

J'ai rien contre l'effort mais j'ai rien pour, non plus. Et je vois pas en quoi 10€ trouvés par terre auraient moins de valeur que gagné en trimant dur.

#
Profil

eolemuse

le jeudi 03 novembre 2011 à 13h38

pour résumer je disais que l'on avait un peu trop dissocié l'esprit du corps dans notre civilisation et que cela me posait un soucis personnel...c'est tout...je ne suis pas passéiste pour autant et je ne fais qu'émettre un choix et un avis (lisez un peu mieux mon discours)

que justement ce débat ne devrait pas avoir lieu d'être mais qu'il est devenu nécessaire et peut être justifié aujourd'hui étrangement? (libertin vs polyamour)...pourquoi? ^^

j'ai été consommateur moi même et je n'impose rien à personne...le cul pour le cul c'est très bien mais ça limite un peu à mon sens quand il n'y a plus que ça (ce n'est que mon avis et non je ne vais pas allumer de cierges demain pour prier contre l'horreur de la surconsommation ou appeler la police des moeurs...j'aime trop jouir) :-P

c'est le problème de trop généraliser (mea culpa) ...chacun fait comme il le sent...je ne fais que deviser de termes, de concepts et de leurs évolutions..et je ne prétends pas m'être affranchi de quoi que ce soit puisque tout m' a été fourni en héritage...pas eu à lutter pour obtenir des droits étant de la génération choc pétrolier...là on lutterait plutôt pour les conserver ou les améliorer...

cependant je ne me sens pas homo economicus c'est tout...est ce un crime? est ce que je risque d'être banni pour cela avec un casier de moraliste? et comment s'affranchir de ce qu'on a toujours pensé être naturel dès l'enfance (il faudra m'expliquer le parallèle) :D

et on a un luxe : c'est de pouvoir débattre de tout cela sans se retrouver en prison pendant 30 ans ou autre...(et pas besoin d'aller trop loin sur la planète pour trouver ce genre de contraintes)...je crois sincèrement que beaucoup deviendraient officiellement monogames hétéros silencieux ou muets sous ce genre de menace non pas qu'il faille les désirer (beurk 1000 fois et vive internet le cul et les loisirs! )

...quand je vois ce qui est arrivé à Alan Turing dans les années 40/50! un gars qui a inventé (l'ordinateur) et sauvé notre monde moderne quasiment (seconde guerre mondiale) et s'est retrouvé castré pour mœurs subversives!!!!!!!

Je regrette juste d'avoir entendu dans certains cercles qui se revendiquaient libertins : "le sida n'existe pas chez les libertins" ou des phrases du genre...les monos sont des cons...et nous sommes super tolérants NOUS...mouais j'ai comme un petit malaise là...Diderot doit se marrer? (je provoque mais c'est ça que j'appelle un niveau zéro de religion : "on est mieux que" avec une morale et des impositions de vues même si on débouche pas sur des sanctions pénales ou des autodafés pour ceux qui pensent et vivent autrement...pour l'instant...ouf ^^"""")

et que je tombe des "nues" quand je me plonge dans la littérature de ces 3 derniers siècles...le chemin parcouru est fou! et pourtant rien de franchement nouveau...si! on on est 7 milliards de mono et poly...et on sur communique pour pas dire grand chose de plus mais on se sent vivre (vraiment?) ^^

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Dakhla

le jeudi 03 novembre 2011 à 21h55

Bon. C'est clair notre petit topique fait débat. Nous apprécions votre participation à cette discussion. Nous trouvons intéressant les exposés de eolemuse et la simplicité de LittleJhone. Merci aussi aux autres pour leur participation.
Nous sommes, nous aussi, de la génération choc pétrolier et avons la chance de pouvoir vivre ce que nous sommes. Nous avons en revanche mis des mots sur notre choix de vie assez récemment. Nous avons aussi découvert que d'autres personnes avaient et assumaient des choix similaires.
Ceci explique notre toute nouvelle adhésion à ce site et les questions de sémantique que nous nous posons actuellement.
En effet, après avoir rapidement "découvert" l'univers du libertinage, nous avons pris un peu peur de son aspect consommation. Bien qu' une partie de jambes en l'air facilement accessible peut, comme le dit LittleJhone être la bienvenue. C'est, en effet, nous l'avons bien compris une question d'envie et de liberté dans le respect des uns et des autres. Le polyamour offre plus et c'est ce que nous aimons et attendons de la vie. Eolemuse a mis l'accent sur le vocabulaire qui est à remplacer dans son époque : nous sommes des libertins dans son sens du 18 ème siècle mais des polyamoureux de toujours.

#

coucou (invité)

le mardi 08 novembre 2011 à 01h09

Selon Paul_Eaglott (voir ci-dessus), le polyamour ne "part" pas forcément d'une base sentimentale : il part de l'honnêteté de parler des désirs de non-exclusivité (sexuelle et/ou sentimentale) et du respect dans la recherche d'accords relatifs à cette non-exclusivité

Cette avis est contraire à la définition même du polyamour qui commence par "Relation sentimentale....".

En fait, il me parait simple de considérer que le libertinage part de l'honnêteté de parler des désirs sexuels non-exclusifs tout en préservant en priorité le couple, ce qui impose d'inhiber tout élan amoureux pour des personnes extérieures au couple.

Et il me parait simple de considérer que le polyamour part de l'honnêteté de parler des sentiments non-exclusifs (sentiments sexués bien entendu) en réinventant d'autre forme d'unions, comme le couple libre, ou le trio, ou le quadri, et pourquoi pas le réseau ou le groupe.

Un polyamoureux peut aussi être libertin (et vice versa), mais pas avec les mêmes personnes, car "inhiber l'amour" s'oppose à "cultiver l'amour". S'il y a une frontière entre libertinage et polyamour, disons que l'on peut passer souvent la frontière, dans un sens comme dans l'autre, autant de fois que souhaité, sans même montrer ses papiers (j'ai déjà dit ce que je pensais du fait que certains libertins se font passer pour des polyamoureux pour obtenir ce qu'il ne pourrait obtenir en disant vraiment toute la vérité, n'y revenons pas). Pour résumer, je dirais que l'on peut être polyamoureux de 8h à 18h, puis libertin de 18h à 19h33 le temps de tirer un coup, puis redevenir polyamoureux. C'est le découpage dans le temps qui résout les contradictions. Ceci est possible parce que le polyamour n'oblige pas à avoir des sentiments dans toute relation sexuelle.

La plupart des libertins rejettent le polyamour, puisque la plupart des libertins rejettent l'amour qui sort du couple. Il y a peut-être eu des périodes ou le libertinage n'était pas aussi "anti-amoureux" qu'aujourd'hui, mais actuellement c'est comme ça.

De leur coté, la plupart des polyamoureux ne rejette pas le libertinage, du moins en France d'après ce que j'ai compris. C'est un fait et non le résultat d'une définition. Est ce que les faits imposent à tout polyamoureux d'accepter le libertinage ? Moi je dis que non. Je ne vois pas pourquoi le polyamour devrait intégrer le libertinage, sous prétexte qu'en france, la plupart des polyamoureux sont amis avec les libertins, et que de nombreux polyamoureux sont également libertins. Le respect mutuel peut largement suffire sans faire de salade conceptuelle. Ceux qui veulent pratiquer le polyamour et le libertinage peuvent bien le faire sans que l'on supprime de la définition du polyamour la notion de "Relation sentimentale".

Bref, être polyamoureux c'est avoir des sentiments multiples, et les cultiver. Le reste, n'a rien à voir avec le polyamour. Il ne faut pas tout mélanger sinon, les mots finissent par ne plus avoir de sens, et à terme, l'existence de ce terme "polyamour" n'apportera plus rien à personne, ce qui serait bien dommage.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 08 novembre 2011 à 10h15

Disons qu'il ya du sentiment dans "polyamour". Ca n'oblige pas à partir de là, mais ya de grand chances pour qu'on y passe quand même...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#

cade89 (invité)

le mardi 08 novembre 2011 à 11h48

bien sur que nous sommes sur le fil entre libertinage et polyamour .
comment séparer ' un de l' autre parfois nous penchons d 'un coté parfois de l' autre ;
n ' en est il pas de même pour l' amour conjugual?
octroyons nous la liberté de ne pas etre parfait et de sortir du cadre .

#
Profil

eolemuse

le mardi 08 novembre 2011 à 12h17

en fait on dit tous plus ou moins la même chose...mais différemment

j'aime bien la version de coucou ...ça résume bien ^^

#
Profil

Dakhla

le mardi 08 novembre 2011 à 13h22

J'aime la définition de coucou. Ce qui est plaisant dans le polyamour, c'est la diversité des sentiments et des relations qui en découlent...Cette diversité est très agréable à vivre, elle est enrichissante, motivante, épanouissante...

Si nous avons déposé ce thème de "libertinage et polyamour" c'est que le libertinage tel qu'il est pratiqué aujourd'hui et les lieux qui lui sont dédiés nous semblent à l'opposé de ce que peut apporter le polyamour: Il émane une sorte de tristesse, de dépendance, de renfermement...(ce n'est que notre ressenti...)

Par contre, le polyamour peut se combiner au libertinage.

Pour résumer:
Le polyamour par sa définition me semble tout de même très mentale et intellectuelle. Au contraire, le libertinage me semble trop dénué de sentiments. Bref, finalement nous ne sommes pas obligés de nous qualifier.

#
Profil

LuLutine

le mardi 08 novembre 2011 à 18h57

Le libertinage ne peut pas faire partie du polyamour, parce que si certains polyamoureux sont libertins, il existe des libertins non polyamoureux.

En résumé, le libertinage et le polyamour sont représentés par deux ensembles distincts mais non disjoints (les matheux comprendront ^^).

#

coucou (invité)

le mardi 08 novembre 2011 à 23h12

Siestacotra, Les personnes polyamoureuses ne sont pas obligées d'aborder les relations en commençant par les sentiments, heureusement, je te le concède. Pour moi c'est évident que les sentiments viennent quand ils viennent et que l'on ne les force pas. Quand une relation commence par une attirance sexuelle, on ne peut pas savoir d'avance si elle va devenir du polyamour, je te l'accorde aussi.

Il y a peut-être un malentendu dans nos échanges car je ne parlais pas de la façon dont on devient polyamoureux, ni de la façon dont on aborde une nouvelle relation lorsque l'on est polyamoureux.

Je parlais de la substantifique moelle du "concept" polyamour, et de son inspiration d'origine dans la tête de ses créateurs (ou créatrices ?) pour le comparer au concept du libertinage actuel et de son inspiration d'origine.

Les personnes deviennent bien polyamoureuses comme elles le veulent (et si elles le veulent), on peut se le raconter, mais effectivement il semblerait qu'il n'y ait pas de chemin pré-traçé. Si c'est ce que voulais dire Paul Eaglott, je veux bien être d'accord avec lui.

Par contre, le terme Polyamour n'est pas vraiment libre de faire ce qu'il veut, de représenter tantôt ceci, tantôt celà suivant l'humeur des gens que ça arrange de se coller ou de se décoller une étiquette,

Je suis bien content au passage que ma définition ait provoquée quelques sympathies. Je ne la présentais pas vraiment dans ce but, mais ça me fait toujours plaisir de voir que j'ai pu apporter quelque chose à quelqu'un. Hum.

Ensemble devenons non disjoints !!!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion