Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Psys ouverts au polyamour

(Hors sujet)
#
Profil

Anarchamory

le dimanche 21 avril 2013 à 19h47

Bonsoir,

N'y avait-il pas quelque part une liste de psychiatres ouverts et sensibilisés à la question du polyamour ? Je recherche ce genre de spécialiste dans les coins de Nancy. Merci pour votre aide !

Cordialement

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 03h32

Bonjour,
Je pense que la thérapie tu peux la faire ici et c'est gratis. :-D

Cordialement

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 10h03

Et c'est ce que je fais en ce moment . (+)

#
Profil

Anarchamory

le lundi 22 avril 2013 à 12h14

Le problème c'est que ça serait une thérapie pour mon épouse (enfin elle l'est toujours pour l'heure) et moi. C'est une suggestion d'un couple qui nous avait préparé au mariage... donc se sont des cathos. C'est ma femme qui avait voulu qu'on aille les voir par rapport à nos problèmes de couple. Pour lui faire plaisir, nous y sommes allés, mais je ne vois pas trop ce qu'ils peuvent faire pour nous. Si elle croit, et si ils croient, qu'un psy pourra me rendre monoamoureux, ils se trompent lourdement. Autant dire qu'un psy pourrait les rendre athée, c'est du même niveau de ridicule.

Même si c'était techniquement possible, je ne le souhaite pas. Ça serait un appauvrissement relationnel à mon sens. Je vivrais ça comme une amputation, comme si on voulait me prendre mon corps et me transformer en pur esprit. Ça ne serait pas régler un problème chez moi, ça serait créer un problème là où il n'y en a pas (à quoi peut bien ressembler une hypothétique thérapie pour devenir monoamoureux ? on nous conditionne à haïr le corps et le sexe ? on nous prescrit du bromure ?...).

Et puis, même si ça pouvait changer mon affectivité, ça ne pourra pas changer mes convictions philosophiques quant à la liberté d'aimer.

Bon, sinon, j'ai quelques problèmes d'impulsivité qui, certes, mériteraient peut-être d'être traités, mais c'est tout.

Bref, quoiqu'il en soit, si on va voir un psy, j'aimerais que ça soit un psy ouvert à l'idée du polyamour et qui connaisse le sujet, histoire qu'il ne dise pas n'importe quoi, et qu'il aille plutôt dans le sens "faire accepter à mon épouse que je suis poly et que je ne changerai pas". Après tout, si elle me traine chez des cathos, y'a pas de raison que je ne réplique pas en la traînant chez des psys poly-friendly :)

#
Profil

Anarchamory

le lundi 22 avril 2013 à 12h34

Au fait, des couples chrétiens, stables, aimants, socialement insérés, avec des enfants épanouis... mais polyamoureux et qui l'assument, ça existe ? Parce que si ça existe, alors il faut que nous en rencontrions un, ça fera une "thérapie de choc" à ma femme qui a tendance à amalgamer : polyamour, immaturité affective, papillonnage amoureux, débauche sexuelle et athéisme hardcore dans un même "package" voué aux Gémonies.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 avril 2013 à 12h38

MetaZet un bon psy ne devrait ne donner ni son avis sur le polyamour ni sur la monogamie, simplement savoir "faire parler la souffrance".

Par contre, ce dont tu parles, c'est un conseiller conjugal. Je te recommande effectivement de vérifier que ce soit un psychologue clinicien. Ca n'est pas une garantie de bon résultat, mais il est censé s'en tenir à une déontologie, un recul où tu n'es pas jugé, seulement soutenu.

Pour répondre à PolyLove... Ici tu vas sans doute trouver de bons conseils, en espérant qu'il y ait assez le choix pour que tu trouves des participations adaptées à ta situation.
Mais ce n'est pas de la thérapie, hein. D'abord parce que personne ici n'est habilité à te donner un soin... Et ensuite parce qu' avec un psy tu serais amené à un travail plus profond que le questionnement du couple.

#
Profil

Anarchamory

le lundi 22 avril 2013 à 13h10

Siestacorta
Par contre, ce dont tu parles, c'est un conseiller conjugal. Je te recommande effectivement de vérifier que ce soit un psychologue clinicien. Ca n'est pas une garantie de bon résultat, mais il est censé s'en tenir à une déontologie, un recul où tu n'es pas jugé, seulement soutenu.

Il y a juste un seul souci : les fins de mois sont très difficiles donc on cherche un spécialiste remboursé par la Sécu. Les psychiatres étant médecins sont remboursés. Ce n'est pas le cas des psychologues, des psychothérapeutes ou des conseilleurs conjugaux, sauf évidemment s'ils sont psychiatres. Mais des psychiatres conseillers conjugaux, je ne sais pas si ça existe. Je suis sceptique.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 avril 2013 à 13h29

J'ai eu un soucis similaire. Mon thérapeute n'est pas remboursé, mais il me fait un prix abordable (très très inférieur au coût classique).
Après, c'est un investissement qui aide à gagner beaucoup de temps.

Mais un psy qui prend
- en couple,
- et vous tarifera des séances de thérapie (plus de 20 mn) sous le régime d'une consultation de suivi médical...
j'avoue que c'est pas facile !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 16h44

MetaZet
Au fait, des couples chrétiens, stables, aimants, socialement insérés, avec des enfants épanouis... mais polyamoureux et qui l'assument, ça existe ? Parce que si ça existe, alors il faut que nous en rencontrions un, ça fera une "thérapie de choc" à ma femme qui a tendance à amalgamer : polyamour, immaturité affective, papillonnage amoureux, débauche sexuelle et athéisme hardcore dans un même "package" voué aux Gémonies.

Oui. Enfin on ne l'assume pas au sens de le crier sur les toits, mais sinon on correspond à peu près en tout point à ta description ;-) Si tu viens au café poly du 13 mai à Paris j'y serai. En attendant tu peux me joindre par MP, si je peux être utile à quelque chose...

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 avril 2013 à 17h03

Janis : Oui enfin dans un café poly elle risque d'être en partie confortée dans ses préjugés, hein, parce que les difficultés qu'on avoue rencontrer sans se cacher peuvent être entendues par elles comme des preuves de vice ou de dysfonctionnement !

Par contre, MetaZet, pour être "soignée" par une thérapie de choc, encore faudrait-il que ton épouse soit malade.
Or si elle veut la monogamie, c'est pas une maladie...
J'insiste sur ce point parce que tu cherches un psy, sur un autre fil... Son travail ne sera pas de convaincre l'un ou l'autre d'aller mieux en changeant d'opinion, mais de vous faire dire ce que vous voulez chacun, et si vous pouvez le faire ensemble (et cherche à répondre à cette question prendra plus de temps qu'un post...)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 17h49

Je suis d'accord avec Siestacorta, ce site et l'expérience des autres ne peuvent faire office de thérapie (de soins) et trouver un psy qui fasse son travail avec professionnalisme (donc à mon sens avec neutralité) reste difficile à trouver. Le coût est justifié si le travail est bien fait. Il existe un livre de Y.A Thalmann qui s'intitule "La psychologie peut-elle vraiment vous aider ?" (éditions de l'Hèbe) car la question est peut-être là. L'intérêt, à mon sens, d'une thérapie ce n'est pas de chercher un psy qui donne raison mais qui apporte de l'aide. Un psy, pour moi, ne doit pas être catho ou poly mais doit faire abstraction de ses convictions personnelles. Entreprendre une thérapie doit être je crois consentie pour être efficace...
Enfin, c'est comme ça que je vois les choses et pour moi, l'amour, quelque soit la manière de l'accepter, de l'assumer et de le vivre n'est pas un défaut et encore moins une maladie. Le souci c'est la manière de percevoir l'optique de l'autre, le souci c'est le fait que l'autre désirerait que l'on soit autrement (pour diverses raisons), le souci c'est le fait que l'on est unique et indépendant de l'autre avec une personnalité propre, le souci c'est que chacun trouve sa place, son bonheur, son équilibre et de le faire ensemble dans une même stabilité. Par contre, quelque soit sa forme et sa manière de le vivre, opposer l'amour à l'amour, c'est...

Pour MetaZet, je t'ai posté une réponse plus personnalisée en MP en sachant que je ne suis pas thérapeute mais simple poly donc non partiale. Ta femme est influencée par certaines personnes et toi par d'autres (par le biais de ce site notamment) et je crois que cela vous confortera dans votre position mais ne vous aidera pas à vous comprendre et à vous accepter. Cette démarche, seul vous pouvez la faire, si vous le désirez. Si tu as l'impression qu'elle ne te comprends pas, peut être qu'elle aussi a l'impression que tu ne fais pas d'effort pour la comprendre. Vous évoluerez tous les deux, ensemble ou séparément mais je crois (c'est mon opinion qui n'engage que moi) que si vous agissez dans le désintérêt de l'autre ce sera perdu d'avance. S'il y a une chose que j'ai appris ces dernières années c'est qu'une relation amoureuse est difficile, complexe mais qu'il ne doit pas y avoir de perdant car dans ce cas il y aura deux perdants. Même dans le cas d'une séparation, il doit y avoir deux gagnants si celle-ci est bien vécue. Aussi je crois que le travail du thérapeute c'est de vous aider à gagner tous les deux, quelque soit la suite que vous donnerez à votre relation. C'est comme ça que je vois les choses, j'ai peut être tord ou partiellement raison. Je vous souhaite de gagner (+)

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 18h14

Pas de malentendu : je ne suis prosélyte de rien du tout. Et je ne convertit jamais personne de force, que ce soit en matière religieuse, morale, politique etc :-D
Tout ce que je peux éventuellement apporter (et c'est l'unique sens de ma réponse ) est un témoignage : oui, on peut être chrétien, CSP +, père et mère de famille, marié-e depuis près de 15 ans, habitant un pavillon de banlieue, avec une vie associative et même paroissiale riche et... Être poly.

Bon, ceux qui me connaissent savent que je suis aussi féministe, bi, tendance gauche plutôt gauche, et que j'ai un tatouage. Mais on va dire que pas toutes les joies le même jour et que ça se voit pas au premier abord :-D

Ensuite je rejoins un peu la mise en garde générale concernant la thérapie. Il me semble d'ailleurs qu'il y avait un fil qui présentait un cas un peu similaire il y a deux ans, faudrait que j'essaie de le retrouver... Les divergences de vue dans la forme d'une relation ne sont pas des signes de maladie chez l'un ou l'autre des partenaires ; parfois tout simplement et tristement, il y a deux points de vue tout aussi valables l'un que l'autre - mais inconciliables.

#
Profil

Katouchka

le lundi 22 avril 2013 à 18h52

MetaZet
Au fait, des couples chrétiens, stables, aimants, socialement insérés, avec des enfants épanouis... mais polyamoureux et qui l'assument, ça existe ? Parce que si ça existe, alors il faut que nous en rencontrions un, ça fera une "thérapie de choc" à ma femme qui a tendance à amalgamer : polyamour, immaturité affective, papillonnage amoureux, débauche sexuelle et athéisme hardcore dans un même "package" voué aux Gémonies.

Nous correspondons à peu près à ça, à part que je suis athée, que mon ami est plutôt non pratiquant. Je serai je pense aussi au café poly! :)

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 20h45

#
Profil

Anarchamory

le lundi 22 avril 2013 à 21h23

Janis
Pas de malentendu : je ne suis prosélyte de rien du tout. Et je ne convertit jamais personne de force, que ce soit en matière religieuse, morale, politique etc :-D
Tout ce que je peux éventuellement apporter (et c'est l'unique sens de ma réponse ) est un témoignage : oui, on peut être chrétien, CSP +, père et mère de famille, marié-e depuis près de 15 ans, habitant un pavillon de banlieue, avec une vie associative et même paroissiale riche et... Être poly.

Eh bien, ça me ferait vraiment plaisir que ma femme (si elle est d'accord) et moi faisions votre connaissance, à ton mari et toi.

Par contre, le 13 mai, ça va pas être possible car d'une, on bosse ce jour-là (et ça fait quand même 300 km...) ; de deux, on est fauchés comme les blés...

T'es vraiment a fond dans la religion ou c'est juste une sorte de hobby en dilettante ? Je veux dire : est-ce que tu es fervente, que tu as la foi, que tu vas à la messe le plus régulièrement possible et que tu t'intéresses à la vie des saints et prend au sérieux - un minimum - les discours du pape ? est-ce que tu crois à la transformation des espèces consacrées en corps et sang du Christ, est-ce que tu crois à la Résurrection ? As-tu fait baptiser tes enfants ? Quel est ton opinion sur la contraception, le mariage gay, l'IVG ? etc. Dis-moi tout :-) Par MP si tu veux.

(je suis parti du principe que tu es catholique, mais si tu es protestante ou orthodoxe, il y a manifestement des choses dans ce que j'ai dit qui ne pourront pas correspondre)

Janis Bon, ceux qui me connaissent savent que je suis aussi féministe, bi, tendance gauche plutôt gauche, et que j'ai un tatouage.

J'ai découvert récemment que les tatouages n'étaient pas condamnés par l'Eglise catholique donc c'est bon, t'iras pas en Enfer pour ça ! ;-)
Pour le féminisme, je crois qu'il y en a du chrétien.
Niveau politique, ma femme n'est pas très bien informée de tout ça, donc même si j'aurais tendance à dire qu'elle est globalement de centre-droit, ça devrait passer... de toute façon il y a des chrétiens sociaux et même des socialistes chrétiens...

Pour ce qui est du féminisme, ma femme est un mystère : elle est pour l'émancipation-mais-pas-trop. Genre, des hommes qui monteraient une crèche et iraient ainsi contre les préjugés culturels, ça lui parle. Mais attention, faut quand même pas que ça aille trop loin : par exemple, des hommes qui se pacseraient ensemble ; ou des hommes qui auraient plusieurs femmes ; ou des femmes qui auraient plusieurs hommes... là c'est niet ! les préjugés culturels reprennent le dessus !

Janis Ensuite je rejoins un peu la mise en garde générale concernant la thérapie. Il me semble d'ailleurs qu'il y avait un fil qui présentait un cas un peu similaire il y a deux ans, faudrait que j'essaie de le retrouver... Les divergences de vue dans la forme d'une relation ne sont pas des signes de maladie chez l'un ou l'autre des partenaires ; parfois tout simplement et tristement, il y a deux points de vue tout aussi valables l'un que l'autre - mais inconciliables.

Hélas !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le lundi 22 avril 2013 à 21h25

Janis
Trouvé !

/discussion/-nO-/Couple-poly-mono-en-therapie-conj...

Thanks :-)

#
Profil

Siestacorta

le lundi 22 avril 2013 à 22h30

MetaZet

Niveau politique, ma femme n'est pas très bien informée de tout ça, donc même si j'aurais tendance à dire qu'elle est globalement de centre-droit, ça devrait passer... de toute façon il y a des chrétiens sociaux et même des socialistes chrétiens...

Et même des anarchistes chrétiens.

#
Profil

Apsophos

le lundi 22 avril 2013 à 23h14

MetaZet
elle est pour l'émancipation-mais-pas-trop.

Désolé de ne commenter que ça, mais c'est une expression qui ressort beaucoup quand on essaie de paraphraser le fond de la pensée de beaucoup de monde. Nulle raison de voir là un mystère. "Les gens" veulent que les choses changent, mais qu'elles restent globalement les mêmes.

#
Profil

Cendre

le mardi 23 avril 2013 à 00h10

La radicalité n'est pas quelque chose de facile à vivre, et encore moins à transmettre.
Pour ma part, après près d'un an à côtoyer un radical, j'en suis revenue.
Et pourtant, j'adhère à énormément de ses vues, j'apprécie beaucoup que l'on partage certains sujets, pourtant très polémiques usuellement, avec lesquels nous sommes immédiatement d'accord. J'apprécie sa détermination comme son ouverture d'esprit.
Mais sur d'autres points, sa radicalité me fait peur : pour lui, il n'y a pas d'autre lecture possible de l'histoire, il n'y a pas d'alternative (pour parodier une grande dame du bord opposé), et il faudra faire entendre cela à tous, par la force.
De lui, j'ai beaucoup appris, mais il me fait peur dans son extrémisme. J'ai pas la carrure pour tout flanquer par terre.

Alors, c'est avec un certain soulagement que je rejoins la masse de ceux qui bichonnent leur zone de confort, de ceux qui « veulent que les choses changent, mais qu'elles restent globalement les mêmes ».

(mes excuses pour le hors-sujet, MetaZet)

#
Profil

Anarchamory

le mardi 23 avril 2013 à 09h36

Siestacorta
Et même des anarchistes chrétiens.

C'est vrai, cela dit les anarchistes sont inclassables. Vu qu'ils rejettent le système parlementaire, on ne peut pas les classer sur l'axe droite-gauche.

Cette discussion est close, il n'est plus possible d'y répondre.

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :

Cette discussion est close. Il n'est plus possible d'y répondre.


Espace membre

» Options de connexion