Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Paumée avec un polyamoureux

Jalousie
#
Profil

aviatha

le lundi 08 avril 2013 à 15h17

Bonjour à tous et à toutes,

Je viens ici après avoir longuement parcouru les divers articles, parce que je ne sais plus vraiment quoi faire et quoi attendre.
Je vis avec un homme que j'adore depuis bientôt six ans. Nous nous sommes rencontrés très jeunes, nous sommes encore très jeunes, nous sommes à la fois amoureux, compagnons de jeu, de travail, complices, meilleurs amis et confidents.
Il y a quelques mois, il m'a confié qu'il été amoureux d'une fille, sans qu'il se soit rien passé, sans lui en avoir parlé. C'est d'abord vers moi qu'il s'est tourné, il était lui-même très perturbé, sans vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait. Bien que j'ai été secouée, j'ai avant tout pensé à lui, à ce qu'il ressentait, je l'ai rassuré, je lui ai dit que je n'était pas en colère, que je ne le jugeait pas, que, peut-être, c'était normal, car il n'avait pas vécu grand chose avant moi.
Malgré cela, son sentiment n'a pas disparu, il a fini par se déclarer à elle il y a deux mois, et c'était tout à fait réciproque. Sur le moment, encore une fois, j'ai cru que je le vivais bien. Il était épanoui, et, à mes yeux, c'était une passade, un "à-côté" qui ne durerait pas.
Il y a un mois, il m'a dit un soir que cette relation avec elle était en train de devenir sérieuse. Et c'était comme si le monde s'écroulait autour de moi. Mes nerfs ont lâché d'un seul coup, je n'arrivait plus à dormir, je me forçait à manger parce que je suis déjà un poids plume et que je ne peux pas me permettre de maigrir, je ne sortait quasiment plus, je ne voulais plus rien faire, j'étais à deux doigts de laisser tomber mon doctorat et ma carrière, j'ai été à deux doigts d'en finir surtout, pas par chantage, mais parce que j'étais tellement malheureuse que je me disais qu'ainsi j'arrêterai de souffrir, et qu'ils seraient heureux ensemble tout les deux.
Bien entendu, lorsqu'il s'est aperçu de tout cela, il a été très inquiet, il m'a rassuré, il m'a dit qu'il m'aimait toujours et qu'il serait toujours là pour moi, et toutes ces choses.
Je l'ai rencontrée (je la connaissais déjà de vue) pour savoir un peu comment elle vivait la situation, comment elle envisageait cela dans l'avenir, qu'elle place elle attendait que je lui laisse. Je pense que je ne suis pas jalouse. Je ne lui en veux pas, je considère que la situation lui est tombée dessus et qu'elle n'y est pas pour grand chose, je l'aime bien et je n'ai pas envie d'un faire un "dommage collatéral" si la situation s'envenime. Je me suis dit (et je leur ai dit à tous les deux) que je leur laisserait le temps de vivre leur histoire, autant de temps que je pourrais leur donner mais que je sais que ce sera insuffisant et que je craquerai avant la fin.
Je ne peux juste pas le supporter. J'ai beau faire tous les efforts que je peux, j'ai beau savoir qu'il m'aime toujours et que je suis celle sur qui il se repose, qu'il est toujours l'homme sur qui je peux compter, "mon coeur de cela ne peut s'accommoder".
Actuellement, ils sont dans leur période de début "tout feu tout flamme" et c'est encore plus dur. Leur amour est fusionnel, je me sens exclue et délaissée, nous faisons beaucoup moins l'amour (sans doute l'état dans lequel il me voit y est-il aussi pour quelque chose) et je n'ose plus m'ouvrir ou me plaindre, de peur de le voir préférer la compagnie de l'autre.
Je ne sais plus quoi faire, j'ai l'impression qu'il n'y a pas de bonne solution. Dans l'idéal, j'aimerais qu'entre eux cela s'éteigne en douceur et naturellement, mais je crois que cela n'arrivera pas de sitôt.
Est-ce que je dois rester, en ayant cette conviction profonde et viscérale que je ne serais jamais heureuse dans cette situation ?
Ou est-ce que je dois le mettre face au choix impossible à faire et très douloureux pour lui entre deux femmes qu'il aime ?
Est-ce qu'il veut mieux tout simplement partir, alors que je l'aime et qu'il m'aime, pour que ce ne soit pas à lui de faire ce choix ?
Est-ce que tout le monde peut vraiment vivre heureux dans le polyamour, ou est-ce que certaines personne ne le peuvent juste pas ?
Par avance, merci de vos conseils et de votre expérience.

Aviatha

#
Profil

Ystrak

le lundi 08 avril 2013 à 15h54

Bonjour à toi Aviatha,

Je ne sais pas si je suis le mieux placé pour t'aider, puisque c'est ma chérie et non moi qui a vécu une situation un peu similaire, mais ce sera sûrement mieux que rien.

Malgré le fait qu'on avait auparavant évoqué la possibilité qu'un jour l'un de nous puissions tomber amoureux d'une autre personne, cela a également été un choc pour elle de savoir qu'une autre fille comptait pour moi.
Elle a fini par réussir à l'accepter quand je l'ai convaincue qu'elle restait unique à mes yeux, et que les sentiments que j'avais pour cette autre fille étaient complètement différents de ceux que j'ai pour elle.
Elle avait également posé comme condition qu'elle doit toujours être la "première", la plus importante à mes yeux, et celle avec qui je ferais ma vie quoiqu'il advienne.
Bon, au final ça n'a pas marché avec mon autre amoureuse, donc je ne peux pas te dire ce que ça aurait donné sur le long terme.

Ce que je veux te dire, c'est que tu restes unique aux yeux de ton amoureux. S'il ne voulait pas de toi, si tu ne comptais pas à ses yeux, il ne se serait pas pris la tête et t'aurait quittée. Il t'a parlé de cette autre fille avant de lui en parler à elle, il a pris un risque, et t'a montré que tu es la plus importante, ne l'oublie pas.

Après, que faire?
Le quitter? Ce serait douloureux, pour toi comme pour lui, peut-être trop pour être supportable. De plus, le quitter parce qu'il est ce qu'il est, sachant qu'il est avant tout celui que tu aimes, ne me parait pas une bonne chose.
Le forcer à la quitter? Ce serait également douloureux pour lui, et cela risque de briser quelque chose en lui vis-à-vis de toi.
Supporter cette situation? Toi seule sait si c'est possible, mais au final si tu ne peux être heureuse ainsi, aucun de vous 3 ne le sera.

Je pense que pour l'instant, il faut attendre, discuter, avec eux comme avec d'autres polyamoureux, voir comment les choses évoluent, comprendre ce qu'il ressent, savoir ce dont tu as besoin pour être heureuse, et peut-être qu'un moment d'accalmie dans cette tourmente te permettra d'y voir plus clair.

#
Profil

Katouchka

le lundi 08 avril 2013 à 15h57

Ton témoignage me touche beaucoup. Peut-être parce qu'il fait écho à ce que j'ai moi-même vécu. Je voudrais t'aider mais je ne peux pas répondre à tes questions car seule toi à mon avis peut y répondre. Par contre, je peux peut-être t'aider à trouver ta réponse.
D'abord, je te conseillerais de bien réfléchir sur ce que tu ressens. Ne te laisse pas envahir par la douleur et tente d'en comprendre les causes. De quoi as-tu peur? Qu'il ne t'aime plus ou moins? Qu'il te quitte? Qu'il la préfère? Ou alors éventuellement d'autres choses?
Ensuite les peurs que tu identifies, n'hésite pas à en parler avec ton ami. Il est le mieux placé pour te rassurer.
Au début, certains comme moi, ont l'impression que l'idée même du polyamour est acceptable mais ensuite tout s'enchaîne et dans la pratique certaines choses sont si difficiles à vivre, paraissent si insurmontables!
Certaines règles entre mon amoureux et moi m'ont aidée à surmonter toutes les montagnes à gravir. Peut-être pourriez vous trouver celles qui vous conviennent pour que la situation soit plus facile.
Par ailleurs, je comprends que la phase passionnelle soit terrible à vivre pour toi. Je comprends si bien! La patience, l'attention et l'amour que vous vous portez peuvent t'aider en attendant sa fin. Cette phase n'est pas faîte pour durer, crois moi.
Tout est possible, rien est insurmontable mais cela peut être long et difficile.
Je te souhaite du courage, n'hésite pas à faire part de tes angoisses, peut-être ici trouverons-nous des solutions.

#
Profil

Cendre

le lundi 08 avril 2013 à 16h23

Comme les autres, je n'ai que ma compassion à t'offrir, les réponses ne peuvent être véritablement trouvée qu'en toi même.
Je voulais juste répondre à cela :

aviathaje n'ose plus m'ouvrir ou me plaindre, de peur de le voir préférer la compagnie de l'autre.

A mon avis (modeste, je peux tout à fait me tromper sur votre situation) tu ferais mieux d'oser, de t'ouvrir à nouveau à lui, quitte à te plaindre. Non pas dans le sens de faire des reproches à ton compagnon, mais l'informer sur ce que tu ressens. Même (surtout) ce qui est irrationnel, qui touche aux tripes, qui ne s'explique pas.
N'êtes vous pas les meilleurs confidents l'un pour l'autre ?

En ce moment, mon mari va mal. Je le vois, il me le fait savoir, mais il ne me parle pas de ce qui lui fait vraiment mal, de ce qui lui fait peur. Et j'ose pas aborder le sujet de plein pied. J'ai peur d'être trop brutale dans mes mots.
Je sens petit à petit la distance s'insinuer dans la confiance et même si ça fait moins mal que certains coup d'éclats vécu avec mon premier amant, c'est plus sourd, plus insidieux, et beaucoup plus angoissant pour moi.

Je te souhaite en tout cas de surmonter au plus vite ces difficultés, de trouver ta réponse. La vie est pleine de surprises, et je suis sure qu'il y en aura de très belles pour toi.

#
Profil

aviatha

le lundi 08 avril 2013 à 16h25

Bonjour et merci pour vos réponses si rapides !
"Je pense que pour l'instant, il faut attendre, discuter, avec eux comme avec d'autres polyamoureux" A ceci près, mais je ne l'avais pas précisé, qu'elle n'est pas polyamoureuse. Je sais, elle me l'a dit (sans aucune agressivité, notez bien), que ce qu'elle désire le plus, c'est pouvoir l'avoir pour elle seule, et elle aussi tente de faire le deuil de cela. Pour l'instant elle arrive à passer par-dessus tout cela car ils sont en pleins débuts enflammés, mais de ce qu'elle m'a dit, le risque est grand qu'un jour elle veuille ma place, ce qui ne m'aide bien entendu pas...
Katouchka : j'avoue que j'ai du mal à comprendre les causes de mes réactions. Si je l'ai au téléphone le soir par exemple (nous ne vivons pas ensemble) et qu'il me dit qu'elle est là, ou si je lui demande ce qu'il fait cette semaine et qu'il me dit qu'il la voit tel jour, j'ai juste l'impression de prendre un coup de poing dans le ventre...
Ceci est d'autant plus dur que je me sens très isolée, puisque, lorsque tout cela est arrivé, je venais de déménager loin de ma famille et mes amis pour me rapprocher de lui.
Je sais que cela peut paraître étrange, ou possessif, ou "culturel formaté" ou que sais-je, mais avant cet épisode (et ce que je souhaite plus que tout retrouver), nous étions un cercle rond, des symbiotes, presque une seule personne, j'angoisse de ne plus jamais retrouver ce degré de fusion et d'intimité. Je pense que je ne suis pas faite pour partager, est-ce que pour autant ça fait de moi quelqu'un à l'amour "étroit" ou "raide" ?

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 16h42

En fait, l'homme est averse au changement ! L'homme est optimisé pour la routine (question d'avantage évolutif). Quelle que soit la situation de départ et celle d'arrivée, on vit toujours (et presque tous) mal les changements, d'autant plus qu'ils sont importants, et d'autant plus qu'on n'en est pas l'instigateur. Ce n'est pas lié au polyamour, ce n'est même pas vraiment lié à l'amour.

Ainsi, une situation qu'on aurait acceptée sans sourciller au début — par ex. ne pas vivre ensemble — peut sembler inacceptable si on a d'abord commencé par vivre ensemble et qu'on nous demande de déménager.

Pour les coups de poing dans le ventre : respire ! par le ventre, calmement, profondément.Puis exprime (seule ou à deux), verbalise tes peurs, pour essayer de les déconstruire ("il est avec elle ce soir. De quoi ai-je peur ? Qu'il ne veuille pas me voir demain ? Qu'il ne veuille plus me voir du tout ? etc...").

Et puis, exprime ce que tu ressens en général. Ce n'est pas se plaindre que de dire "j'ai peur". Se plaindre, c'est dire "tu passes trop de temps avec elle" ou "elle est plus importante que moi". Ce qui est sans doute faux (et de toute façon sans réelle importance) et l'accuse. Alors que "j'ai peur" parle de toi, de tes sentiments. Et même si ça peut, dans l’extrême, le faire fuir avec l'autre, c'est un risque moins certain que de le quitter après avoir tout accumulé en toi et laissé pourrir...

Et si au terme de tout ça, tu sens que tu ne t'y fera jamais, alors oui, partir reste une solution. Ni honteuse ni un pis aller. C'est une liberté que tu as. C'est, en dernier recours, te protéger, parce que tu es plus importante — pour toi — que votre relation, que lui ou elle. Par contre, ce serait ton choix, et lui demander à lui de choisir parce que toi tu ne le supportes pas serait injuste.

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 16h51

Ystrak
Ce que je veux te dire, c'est que tu restes unique aux yeux de ton amoureux. S'il ne voulait pas de toi, si tu ne comptais pas à ses yeux, il ne se serait pas pris la tête et t'aurait quittée. Il t'a parlé de cette autre fille avant de lui en parler à elle, il a pris un risque, et t'a montré que tu es la plus importante, ne l'oublie pas.

C'est le genre de pensée qui a plusieurs effets secondaires énormes !
S'il y a une personne "la plus importante", ça veut aussi dire qu'il y a des personnes moins importantes ; c'est, en clair, nier la valeurs des autres relations. C'est aussi prendre le risque de guetter les moindres signes de déclassement :
— je suis important — nouvelle relation — suis-je toujours important ? — oui, je suis toujours important (no problemo, je vois pas pourquoi je ne serais plus important)
— je suis le plus important (et j'y tiens !) — nouvelle relation ! — suis-je toujours le plus important ? — où sont les signes que je suis toujours le plus important ? ah, mais je vois plein de petits signes qui me font douter que je suis toujours le plus important.... etc etc (ben oui, dans un classement, il n'y a qu'une seule première place).

#
Profil

Siestacorta

le lundi 08 avril 2013 à 17h04

sur le classement, un jour, ça vaudra la peine d'avoir un débat là-dessus.
Un jour où j'aurai un peu plus de peps.
Parce qu'à la fois, c'est super difficile d'admettre et d'exprimer l'existence d'un tel classement, à la fois, ne pas dire qu'effectivement telle relation a concrètement plus de poids que les autres, c'est souvent faux...
Et en même temps, même une relation aux modalités très peu contraignantes n'est pas "sans importante", et ne pas pouvoir la conserver peut être considérer comme un problème essentiel.

Bon, bref, on laisse pour plus tard, ailleurs, mais faudrait pas qu'on ait un tabou ou un angélisme là-dessus.

#
Profil

aviatha

le lundi 08 avril 2013 à 17h07

Littlejohn, je comprend bien ce que tu essayes de me dire, mais je ne sais pas bien si cela me correspond.
- S'il m'avait dit (et s'il l'avait su, je ne lui reproche à aucun moment de me l'avoir caché !) qu'il était polyamoureux dès le départ, je ne l'aurais pas suivi là-dedans, je m'en savais incapable.
- Bien sûr je peux partir mais je ne veux pas, et lui non plus, donc je ne sais pas vraiment si partir est moins injuste pour lui ("je pars et tu n'as rien à dire à cela") que de lui laisser (en dernier recours, j'espère vraiment ne pas en arriver là) le choix (y compris celui de refuser de faire un choix, auquel cas je partirais de moi-même).
Et promis, je vais essayer de respirer ^^.
Mais c'est "coups de poings", ce n'est pas que j'ai peur, c'est que j'ai mal. Je ne me dis pas qu'il ne va plus revenir s'il passe la nuit avec elle, je me dis juste qu'il passe la nuit avec elle, alors que j'aimerais tellement qu'il soit là avec moi...

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 17h12

Désolé d'avance, aviatha, de te pourrir ton post ! ;)

Je suis d'accord sur le fond avec toi, Siestacorta : certaines relations ont parfois (souvent), concrètement, plus de poids que d'autres.
Le problème, c'est le biais cognitif que ça induit: si je pense que je suis plus important, j'ai tendance à attendre, spontanément et sans m'en rendre compte, que la balance penche toujours de mon coté. Alors que si on y pense en terme statistique, occuper 75% du terrain signifie aussi que, dans 25% des cas, la pièce tombe sur le terrain que je n'occupe pas (on dérive, on dérive...).

Quand aux relations dites secondaires... mon petit doit est certes moins important que mon pouce ou mon index mais ça me briserait le cœur de devoir m'en séparer ! ^^

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 17h20

aviatha
- Bien sûr je peux partir mais je ne veux pas, et lui non plus, donc je ne sais pas vraiment si partir est moins injuste pour lui ("je pars et tu n'as rien à dire à cela") que de lui laisser (en dernier recours, j'espère vraiment ne pas en arriver là) le choix (y compris celui de refuser de faire un choix, auquel cas je partirais de moi-même).

Pour revenir à mon histoire de doigts... essaie de le reformuler comme ça :
- tu es le majeur, elle est l'index
- les possibilités sont : amputation de l'index ou du majeur
- si tu décides de t'auto amputer, tu as mal, il a mal, elle est ok.
- si tu lui demandes de choisir : il a mal, tu as mal (ou elle a mal) et, en plus, tu lui ajoutes la douleur du choix.
- rationnellement, tu aurais plus intérêt à lui demander de choisir, parce que ça te laisse environ 50% (à poids égal, sans doute plus dans la pratique) de chances d'être choisie...
- sauf que tu seras la cause de la perte d'un autre amour, et donc de sa souffrance à lui. Si tu es aussi fusionnelle que tu le dis, sa souffrance de la perte devrait te couter autant qu'à lui... : il a mal, elle a mal, tu as mal (et en plus, il risque de t'en vouloir d'avoir eu à choisir), donc il y a plus de douleur globale que si tu pars de toi même.

Bon, après, le mieux serait que tu arrives à t'y faire et qu'elle n'essaie pas de prendre ta place... et tu sais quoi ? Parfois, ça marche ! ;)

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 17h26

aviatha
Mais c'est "coups de poings", ce n'est pas que j'ai peur, c'est que j'ai mal. Je ne me dis pas qu'il ne va plus revenir s'il passe la nuit avec elle, je me dis juste qu'il passe la nuit avec elle, alors que j'aimerais tellement qu'il soit là avec moi...

Aurais-tu autant mal s'il passait la soirée avec des potes à jouer au fléchettes ?

#
Profil

Nanou-monogame

le lundi 08 avril 2013 à 17h26

Moi ce qui me "saute" aux yeux c'est le fait qu'il te dise que telle soirée il est avec elle, etc....perso il n'y a rien de pire pour laisser libre court à mon imagination sur ce qu'ils font.
Un polyamoureux ne doit il pas garder un certain jardin secret? ou du moins dans une "relation" , faire en sorte de ne pas rentrer dans les détails?
"ce soir je ne suis pas là"
"La semaine prochaine on ne peut pas se voir"

Dans ton cas aviatha je pense vraiment que l'état dans lequel tu es passera....tu n'es pas véritablement jalouse...à mon avis il faudrait que vous réajustiez certains paramètres.....es tu obligé de savoir quand est ce qu'il est véritablement avec elle? te rassure t'il suffisamment?

#
Profil

LittleJohn

le lundi 08 avril 2013 à 17h30

Nanou-monogame
Moi ce qui me "saute" aux yeux c'est le fait qu'il te dise que telle soirée il est avec elle, etc....perso il n'y a rien de pire pour laisser libre court à mon imagination sur ce qu'ils font.
Un polyamoureux ne doit il pas garder un certain jardin secret ? ou du moins dans une "relation" , faire en sorte de ne pas rentrer dans les détails ?
"ce soir je ne suis pas là"
"La semaine prochaine on ne peut pas se voir"

Ça veut aussi dire ne pas se raconter sa vie, parce que si "lundi, j'ai été au ciné avec Machin, mardi j'ai passé la soirée seul devant la télé, jeudi j'ai dormi tôt et vendredi j'étais avec toi"... "ah, et mercredi, se dit-elle in-peto ? s'il ne dit rien, c'est qu'il était avec une autre ?"

Il peut y avoir un jardin secret sur le qui, sur le comment et l'intensité, pas vraiment sur le fait de voir quelqu'un, à moins d'avoir un jardin secret qui remplisse toute ta vie ou de mentir pour remplir les blancs dus au jardin secret.
À moins de ne pas parler de nos vies respectives...

C'est mon point de vue et je le partage ! ^^

#
Profil

Katouchka

le lundi 08 avril 2013 à 17h33

LittleJohn
Bon, après, le mieux serait que tu arrives à t'y faire et qu'elle n'essaie pas de prendre ta place... et tu sais quoi ? Parfois, ça marche ! ;)

Je dirais même que même si elle essaie de prendre ta place ça peut marcher aussi si ton amoureux lui fait bien comprendre que c'est impossible et si tu as bien confiance en toi.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Ystrak

le lundi 08 avril 2013 à 17h50

LittleJohn
C'est le genre de pensée qui a plusieurs effets secondaires énormes !

S'il y a une personne "la plus importante", ça veut aussi dire qu'il y a des personnes moins importantes ; c'est, en clair, nier la valeurs des autres relations. C'est aussi prendre le risque de guetter les moindres signes de déclassement :

— je suis important — nouvelle relation — suis-je toujours important ? — oui, je suis toujours important (no problemo, je vois pas pourquoi je ne serais plus important)

— je suis le plus important (et j'y tiens !) — nouvelle relation ! — suis-je toujours le plus important ? — où sont les signes que je suis toujours le plus important ? ah, mais je vois plein de petits signes qui me font douter que je suis toujours le plus important.... etc etc (ben oui, dans un classement, il n'y a qu'une seule première place).

Tout dépend de ce que l'on entend par être important il est vrai, je voulais surtout dire par là que comme Aviatha était en couple avec lui avant qu'il ne tombe amoureux d'une autre, elle a passé plus de temps avec lui, d'où une plus grande importance dans sa vie, ses souvenirs, sa tête.
Ici rien à voir avec un "classement", où une hiérarchisation des sentiments et des relations. Je voyais ça d'un œil plus physique, pragmatique.

Pour ce qui est de "elle voudrait prendre ta place", je pense qu'elle aura à y renoncer, elle n'a pas le choix. Si j'étais lui, pourquoi voudrais-je me séparer d'une femme que j'aime pour quelqu'un qui ne pourra pas accepter ma nature polyamoureuse?

#
Profil

Tamara

le lundi 08 avril 2013 à 18h28

Coucou Aviatha, c'est sur ton degrés de jalousie est "bas" et à mon avis tu es très altruiste et capable de bcp de compassion et de compréhension, mais ne t'oublies pas. Les états de détresse morale et psychologique que tu décrit dans ton premier messages sont inquiétants (symptôme dépressif), c'est super que tu écrives tous ça... Le "problème" des relations "très fusionnelle", c'est qu'on risque d'avoir le sentiment de ne plus exister sans l'autre... alors qu'il soit avec une autre ou que tu le quitte ça fais mal... Tu peux pas l'obliger à choisi ,si tu fais le choix de le quitter il aura l'occasion de choisir... et toi tu sera maitre de ta décision. Tu te connais mieux que personne, imagine que ce soit ta meilleure amie qui arrive à toi avec ce dilemme. Que lui dirais-tu ?Que lui conseillerais-tu ? Une phrase m'a frappé dans ton témoignage :
Est-ce que je dois rester, en ayant cette conviction profonde et viscérale que je ne serais jamais heureuse dans cette situation ? Comme tout un chacune tu mérite d'être heureuse et personne ne peut juger ou comment et avec qui. Quel que soit tes choix t’envoie tout mon soutien. Aime-toi toi comme tu l'aime lui et les "bonnes" solutions vont venir... et puis mange, mange, mange : ça donne l’énergie pour affronter les tornades de la vie.

#
Profil

Anarchamory

le lundi 08 avril 2013 à 19h49

Nanou-monogame
Moi ce qui me "saute" aux yeux c'est le fait qu'il te dise que telle soirée il est avec elle, etc....perso il n'y a rien de pire pour laisser libre court à mon imagination sur ce qu'ils font.
Un polyamoureux ne doit il pas garder un certain jardin secret ? ou du moins dans une "relation" , faire en sorte de ne pas rentrer dans les détails ?
"ce soir je ne suis pas là"
"La semaine prochaine on ne peut pas se voir"

Prenons le cas de la polyamitié : si ton époux/copain te dit "telle soirée je suis avec Bruno", "telle soirée je suis avec Alain", etc. cela va laisser libre cours à ton imagination sur ce qu'ils font : boire un verre, regarder la télé, jouer au scrabble, etc. Où est le problème ?...

Ben en polyamour, pourquoi ça serait différent ?

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Nanou-monogame

le lundi 08 avril 2013 à 23h07

tout simplement parce que que dans polyamour il y a "amour" et pas dans polyamitié ;) alors forcement ça fait moins flipper quand il part en soirée avec ses potes (+)

et sinon on ne m'a toujours pas répondu, quand vous (polyamoureux) vous dites que pour vous il est inconcevable de changer et de faire des concessions et donc de devenir mono....que dites vous quand vous tomber amoureux d'un mono et que celui ci vous dit qu'il est mono? (et donc que pour lui il est inconcevable de d'être poly)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 00h20

Ouah, beaucoup de réponses le temps que je m'absente, c'est vraiment super, et je vais essayer de répondre à tous pour faire avancer la question, merci beaucoup !

- "Aurais-tu autant mal s'il passait la soirée avec des potes à jouer au fléchettes ?" Non, bien sûr, parce que quand il est avec ses potes (lui il est plutôt LAN que fléchettes) je sais qu'il va m'appeler pour me dire qu'il vient de poutrer tel pote à lui de façon ridicule, ou simplement pour savoir comment s'est passé ma journée, et je sais que je peux l'appeler pendant une demi-heure si il y a un truc dont je veux lui parler et même qu'il viendra si c'est grave. Je ne me sens pas inopportune. Je souffre quand il est avec elle de "disparaître" momentanément de sa vie, de savoir qu'il y a des moments où je pense à lui, où il me manque et où je ne lui manque pas du tout car il est très heureux dans les bras d'une autre. En revanche, je suis d'accord, il me dit qu'il est avec elle parce qu'il me raconte sa semaine ou qu'on prévoit nos week-ends, ce n'est pas vraiment intrusif.

- A Tamara. Merci, ce que tu dis est très réconfortant et tu as bien cerné mon côté fusionnel. Je suis consciente de mon état de santé, mes amis me surveillent, pour certains sans vraiment savoir ce qui se passe, mais j'essaye de me soigner. J'ai depuis longtemps du mal à m'aimer autant que j'aime les autres, et il est vrai que prendre une telle décision est, du moins pour l'instant, au dessus de mes forces.

- A nanou-monogame. Tu résumes aussi bien mon sentiment. Je comprend qu'il soit tombé amoureux, qu'ils soient tombés amoureux, cela arrive, cela je peux le comprendre. Mais j'ai du mal à vivre le fait que dans son esprit ses sentiments méritent plus de respect que les miens : pourquoi son désir d'amour pluriel est-il plus légitime que mon désir d'amour unique ?

- "le mieux serait que tu arrives à t'y faire" Je sais bien. Mais très honnêtement, j'ai peur de ne pas pouvoir. Il m'a laissé le champ libre de mon côté, en ce disant, d'une part que c'était légitime, d'autre part que peut-être ça me permettrait de comprendre ce qu'il vivait. C'est arrivé une fois, mais ça n'arrivera plus : je ne "suis" pas vraiment avec l'autre, j'ai plus eu l'impression de me jeter contre lui pour oublier, quelques heures, que ce n'était pas mon amoureux, que mon amoureux était avec une autre et que j'en souffrais. Je ne trouve pas vraiment sain d'utiliser les gens comme "anesthésiant". J'ai fait de cet homme le pilier de ma vie, et j'ai du mal à me faire à l'idée que ce ne sois plus réciproque, que je ne suis "plus" qu'un pilier parmi d'autres (même si j'ai des jolies moulures et des fresques que les autres n'ont pas, pour rester dans la métaphore ^^).

Voilà, désolée du long post mais je voulais faire un peu le tour de toutes les réactions, et vous remercier tous !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion