Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Paumée avec un polyamoureux

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 00h29

Déjà il est franc....c'est déjà ça ^^ pas certaine que dans une relation mono il y ait autant d'honnêteté (les exceptions existent tout de même, je generalise là)

"J'ai fait de cet homme le pilier de ma vie, et j'ai du mal à me faire à l'idée que ce ne sois plus réciproque"
tu es forcement un pilier dans sa vie....sinon vous ne seriez pas resté aussi longtemps ensemble, il ne serait pas non plus resté avec toi malgré sa nouvelle amoureuse, il n'aurait pas non plus parlé d'elle et t'aurait laissé si ça avait été le cas.

"je ne suis "plus" qu'un pilier parmi d'autres"
A ses yeux tu es unique en ton genre ;)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 00h45

"pas certaine que dans une relation mono il y ait autant d'honnêteté"
Si, du moins entre nous, ça a toujours été comme ça. Il me connaît par cœur, je peux l'entendre penser à 300m et, avant même qu'il me dise qu'il en aimait une autre, j'avais senti depuis plusieurs jours que quelque chose n'allait pas. Au départ, lorsque nous en parlions, ce n'était pas dans l'idée (ni pour lui ni pour moi) qu'il vive cette histoire, mais plutôt de savoir comment il pourrait passer par-dessus (inutile de dire que, niveau dialogue de couple, j'ai vécu cette histoire comme mon Waterloo...). Donc je pense que ce dialogue est possible chez les monos, puisque nous étions encore dans cette optique-là à l'époque.

Vouloir être exclusif n'empêche, ni l'ouverture d'esprit, ni la compréhension de l'autre à mon sens... mais ce n'est que mon avis^^

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 00h54

oui je suis d'accord avec toi.

Par contre quand j'ai écris ça, j'avais à l'idée que pour moi il est polyamoureux et non pas mono...il n'a pas l'air d'avoir "proné" d'être exclusif à vie ,ou alors j'ai peut être sauté une ou deux reponses :/ . Du coup vous étiez en relation mono mais lui "etait" un poly refoulé.

Je n'ai pas vraiment de conseils à te donner cela dit aies confiance en toi et en ce que tu lui apporte au quotidien. Ce qu'elle lui apporte n'est pas comparable même si en tant que mono "Dieu seul sait" a quel point je l'ai presque tout le temps fait.
Tu as une force de caractère bien plus forte que la mienne et si l'amour qu'il te porte au quotidien te satisfait alors je pense que ; malgré tout; tu arriveras à vivre avec....parlez en parlez en parlez parlez.....et ne doutes pas de toi ni en votre amour

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 01h02

Je comprend ce que tu veux dire, mais, aussi étrange que cela puisse paraître, l'ouverture d'esprit et la compréhension ont toujours été plus de mon côté (il m'a parfois fait des scènes dantesques lorsqu'il croyait que j'avais eu le début d'un bout d'histoire avec un autre... alors que ce n'était pas vrai !).
De plus, je me suis toujours dit, car je le connais très bien, qu'il aurait des aventures, des coups d'un soir, avec d'autres, cela ne m'atteignait pas plus que ça. Mais qu'il l'aime et veuille construire quelque chose avec elle... j'avoue, je me sens "pillée", comme si on m'arrachait des pans de ma vie et des bouts d'avenir... alors oui, peut-être que je "vivrai avec", mais comme on peut vivre avec un bras en moins, du moins c'est le sentiment que j'ai en ce moment.

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 01h08

Tu as besoin d'être rassuré par lui.
Si vivre ainsi te fait aussi mal que tu laisse transparaître alors....il n'y a pas dix mille solutions. Tu ne peux pas vivre toute votre vie de couple avec cette épine au coeur.... mais (à mon avis, peut etre que des poly pourront me confirmer...ou pas!^^ ) ne lui demande pas de faire un choix...

Et sincerement si son autre "amoureuse" est vraiment mono elle supportera encore moins la situation que toi....ce n'est qu'une question de semaines ou de mois, et partira....

#
Profil

Anarchamory

le mardi 09 avril 2013 à 01h25

Nanou-monogame
tout simplement parce que que dans polyamour il y a "amour" et pas dans polyamitié ;) alors forcement ça fait moins flipper quand il part en soirée avec ses potes (+)

Mais justement, pourquoi ça te fait flipper quand c'est de l'amour qui est partagé, et non pas quand c'est de l'amitié ?
(bon, faut dire que pour moi, la vraie amitié homme-femme entre hétéros ou la vraie amitié de même sexe entre homos, c'est jamais que de l'amour qui veut passer incognito ;-) )

Tiens, je vais te copier-coller une conversation que j'ai eu sur mon profil facebook (je change juste les noms pour conserver l'anonymat : MM on va dire que c'est moi, ce sont mes initiales), qui, je l'espère, t'éclairera sur ma façon de voir les choses (peut-être pas représentative, cela dit, mais qui mérite, je pense, d'être considérée, surtout s'il s'agit de prendre conscience que vivre avec un homme polyamoureux n'est pas nécessairement insurmontable pour une Nanou-monogame) :


AS : le polyamour! je m'interroge.Devenir amoureux signifie qu'on a placé quelqu'un au dessus de tous les autres, qu'il est pour nous l'unique, l'irremplaçable, celui auquel aucun autre ne pourra être comparé.Roland Barthes écrit:"Est atopos l'autre que j'aime et qui me fascine. Je ne puis le classer, puisqu'il est précisément l'Unique, l'image singulière qui est venue miraculeusement répondre à la spécialité de mon désir". Si quelqu'un dit qu'il est amoureux de deux personnes, en réalité il veut dire autre chose: par exemple, qu'il aime bien l'une, mais qu'il est amoureux de l'autre. ou bien qu'il se livre à des explorations amoureuses.il arrive que quelqu'un hésite entre deux poles d'attraction, mais on ne peut pas encore dire qu'il est devenu amoureux....

MM : AS, ces propos de Roland Barthes me laissent bien dubitatifs... Ce n'est pas du tout ainsi que je conçoit l'amour. Ça ressemble plutôt à une description de la passion amoureuse, voire de la limérence. J'ai connu, jadis, ce sentiment, mais ça m'a fait plus de mal que de bien. Quand il est sans retour, c'est une terrible souffrance psychologique. De toute façon, il ne tient pas compte des caractéristiques objectives et de la valeur réelle de la personne. C'est beaucoup de la superficialité je trouve, même si ça donne une fausse impression de profondeur.

MM : Un amour sain, ce n'est jamais qu'une amitié profonde et affectueuse.

AS : qu'est ce qu'un amour sain? le terme sain en la matière ne m'interpelle pas vraiment

MM : Par amour sain, j'entends — entre autres — un amour de haute tenue morale, basé sur une réelle intimité, une réelle proximité, une réelle connexion, une générosité et une bienveillance allant jusqu'au détachement, une appréciation objective des valeurs de la personne, et susceptible d'épanouir les êtres et non de les blesser ou de les rendre esclaves.

AS : "l'amitié et l'énamourement sont deux choses différentes, l'énamourement apparait brusquement avec l'état naissant. l'amitié se consolide peu à peu, rencontre aprés rencontre, avec le plaisir d'etre ensemble, avec la confiance qui grandit. L'énamourement est une passion. nous aimons parfois quelqu'un qui ne nous aime pas. l'amitié, au contraiore ne peut exister que si elle est réciproque. tout cela est interressant, j'ai beaucoup lu Franscesco Alberoni, grandiose

MM : Ce que dit Alberoni ne contredit pas mes propos. On n'utilise juste pas le même vocabulaire. En reprenant le sien, je peux donc dire que je préfère — et de loin — l'amitié à l'énamourement. Bon, tout n'est pas binaire. L'amitié profonde homme-femme comporte généralement une dose légère et maîtrisée d'énamourement (c'est comme le sel, tant qu'il n'y en a pas de trop, ça relève le plat, mais s'il y en a de trop, c'est immangeable), tandis que l'énamourement contient sans doute une dose légère d'amitié noyée dans la passion. Mais l'idée est là : l'amitié, OK ; l'énamourement, argh !

MM : En fait, peut-être que je devrais parler de polyamitié plutôt que de polyamour, vu que pour la plupart des gens, l'amour = l'énamourement, et insister pour bien différencier l'amitié de la simple camaraderie (souvent associée à tort à l'amitié). Je pense que beaucoup de gens appellent "amis" des personnes qui sont surtout des camarades. La vraie amitié est rare et exigeante.

MM : AS, est-ce que Alberoni envisage l'éventualité que l'amitié puisse impliquer une sorte d'intimité corporelle et des échanges physiques, y compris entre hommes et femmes ? (je ne parle pas forcément de sexe, mais je parle d'un peu plus que des bises et des accolades, souvent d'ailleurs convenues et stéréotypées)

AS : "l'amitié est un sentiment moral. quand je vois un ami, je suis heureux, serein. les amoureux tendent à la fusion, exercent une pression l'un sur l'autre.les amis, eux, se traitent comme deux grands seigneurs et chacun a le plus grand respect pour l'autre, pour son monde personnel et social. quand je suis amoureux, je ne supporte pas de rester longtemps loin de la personne aimée. les amis, en revanche, peuvent rester longtemps séparés et lorsqu'ils se retrouvent, ils reprennent leur conversation là ou ils l'avaient laissée; L' amour est exclusif, jaloux.la relation amoureuse a besoin, pour durer, des sentiments moraux de l'amitié: la confiance, le respect réciproque, la loyauté, la modération, la prudence, la sincérité. " l'amitié est une composante importante dans le couple. Mais a elle seule elle ne suffit pas. on en vient à la séduction érotique, deux amis ne sont pas tenus de se plaire sur le plan érotique. Aucun ne tente de séduire l'autre. S'il le fait, il ne s'agit plus d'amitié. on passe à un autre registre ou le risque est de verser dans l'état naissant de l'énamourement

MM : Je crois qu'Alberoni subit les stéréotypes culturels de notre société : ou bien la tendresse physique est amoureuse, séductrice, jalouse, fusionnelle, exclusive, ou bien elle n'existe pas. Ce n'est pourtant pas très logique si on admet que corps et "âme" sont interdépendants et d'égale dignité. Ainsi, la communion spirituelle de l'amitié devrait trouver à coïncider avec une communion corporelle. Sans quoi, les névroses ne sont pas loin. Je préfère l'approche de Jacqueline Kelen (Aimer d'amitié) :
« L'amitié ne nie pas le corps de l'autre, elle a même une composante sensuelle, seulement de ce corps elle ne veut tirer nulle jouissance… L'amitié respecte l'intégrité et l'indépendance de l'autre sans pour autant être indifférente à sa beauté et à son charme. »
« [l]e corps de l'autre dans l'amitié est reconnu, apprécié, sans pour autant être rejoint, “consommé”. Il devient sujet de contemplation au lieu d'être objet de désir. »
(Bon à savoir : cette Jacqueline Kelen est pourtant chrétienne... mais elle semble avoir compris l'essentiel de la philosophie qui est la mienne... il y a donc tout lieu de penser que sans sa religion, elle l'aurait embrassée entièrement)

AS : le théme de l'amitié est bien vaste. tu parles d'un type d'amitié ou le corps de l'autre devient sujet de comtemplation au lieu d'être objet de désir. Dans cette vision il y a une dimension esthétique, mais l'amitié au sens large du terme est bien plus que cela. S'il n'en tenait qu'a la comtemplation que faisons nous de l'ami dont le corps est meurtri par le handicap, ou bien touché par quelques difformités? où est la composante sensuelle? cette vision de l'amitié est restrictive.

MM : AS : Attention, je ne dis pas non plus — ce serait faire l'erreur inverse — que l'amitié n'est qu'une question de corps ! C'est un mouvement de l'ensemble de l'être qui nous porte vers l'ensemble d'un autre être. Et comme physique et mental sont interdépendants, alors il y a un rééquilibrage qui s'opère : ainsi, par exemple, une amie qui serait un peu disgracieuse mais qui serait très belle intérieurement me paraîtra plus jolie aussi au niveau corporel. De toute façon, le domaine du corporel est vaste : il y a l'anatomie en tant que telle, mais il y a aussi tout ce qui est de l'ordre du comportement, du geste, du sourire, du charme, de la communication non-verbale. Sur papier photo, peut-être que telle personne me paraîtra plus esthétique que telle autre, mais dans la réalité, je serai peut-être plus attiré, finalement, par une personne qui respire la joie de vivre, qui se montre tactile, chaleureuse, souriante, etc., même si elle est moins jolie, que par un top-model froid et inexpressif.

En tout cas, Nanou-monogame, j'apprécie beaucoup ton ouverture d'esprit et ta curiosité, ta volonté de nous comprendre. Si seulement tous les monogames pouvaient être capables de cette faculté de distanciation...

Nanou-monogame
et sinon on ne m'a toujours pas répondu, quand vous (polyamoureux) vous dites que pour vous il est inconcevable de changer et de faire des concessions et donc de devenir mono....que dites vous quand vous tomber amoureux d'un mono et que celui ci vous dit qu'il est mono ? (et donc que pour lui il est inconcevable de d'être poly)

Ben moi, je dirais : du moment que tu ne vois pas d'objection à ce que j'ai plusieurs amoureuses, moi ça ne me pose pas de problème que tu n'en ais qu'un seul, si c'est ton truc :-)

Bonne soirée !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 08h22

Ce qui me fait flipper quand c'est de l'amour qui est partagé?

c'est surement le fait (je décharge ça sur mon égo et mon enfance) que je n'arrive pas encore à admettre que l'amour dans un couple puisse être "reparti" avec d'autres personnes extérieurs à celui-ci .(vocabulaire de mono, je sais bien que la notion de couple n'est pas propre au polyamour)
J’écris "réparti" mais c'est pareil que partager.....j'ai bien compris (enfin je crois) que pour vous (polyamoureux) il n'y a pas de "répartition de l'amour" car chaque personne que vous aimez est unique....
En écrivant cela; je me dit qu'il doit y avoir une capacité ;chez vous; à pouvoir donner de manière unique à chacun de vos amoureux; ce qui n'est pas forcement le cas chez tout le monde cependant j'ai du tomber sur un polymoureux qui n'a pas su me faire sentir que j'étais unique à ses yeux.....

Concernant la question que je posais , pas certaine que celle ci ait été comprise comme je l'entendais ^^

que dites vous quand vous tomber amoureux d'un mono et que celui ci vous dit qu'il est mono ? (et donc que pour lui il est inconcevable de d'être poly)

En gros j'entendais par là qu'un mono souffrirait (presque automatiquement à chaque fois; au vu de sa conception d'une relation) de cette situation qui quelque part leur est imposée....je vais tenter de créer un dialogue entre un Poly et un Mono pour tenter de vous faire "voir" ce que j'essaye d'expliquer:
POLY:je tends a être amoureux de plusieurs personnes
MONO: pas moi, je n'arrive à en aimer qu'une seule
POLY: je suis tomber amoureux de toi
MONO: moi aussi
POLY; MONO: on fait quoi?
POLY: dans ma conception* ça ne me dérange pas que tu sois mono
MONO: dans ma conception* ça me dérange que tu sois poly
POLY: tu vas devoir m'accepter comme je suis
MONO: tu vas devoir m'accepter comme je suis
POLY: je t'accepte
MONO: mais non puisque dans ma conception TU (et moi aussi) n'as que moi comme amoureux
Bref de manière generale ça sera le mono qui sera lesé ...:
le mono et le poly se mettent en "couple".....la conception du poly est respecté mais pas celle du mono (ne sortez pas la hache, je tente de trouver les mots appropriés mais je dois surement mal m'exprimer) puisque son copain va voir ailleurs.

Donc la question ; réellement; est:
est ce que de manière égoïste vous ne mainteniez (chaque personne est libre de choisir, cela va de soi) pas dans une sorte de prison (ahhhhh ne me tapez pas....coeur fragile en ce moment ^^ ) amoureuse dans laquelle; finalement; il ne se retrouverait jamais? alors que vous auriez la possibilité de ne pas rentrer dans cette relation et de tenter de vous contenter de(s) relation(s) que vous avez déjà?!

*conception de l'amour par un poly: non exclusivité , si l'autre est exclusif ce n'est pas grave
*conception de l'amour par un mono: exclusivité si l'autre n'est pas exclusif c'est le drame

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 11h14

J'avais compris la façon dont tu tournais les choses, nanou, et elle résume bien ce que je ressens et que j'ai déjà dit : "pourquoi son désir d'amour pluriel serait-il plus légitime et plus digne de respect que mon désir d'amour unique ?"

Bon, là tu parles de s'engager avec quelqu'un qui ne partage pas notre conception de l'amour, je suppose que le cas est différent lorsqu'on est déjà en couple avec quelqu'un depuis un bout de temps et qu'on se "révèle" tout à coup.

Pour ajouter du combustible à la discussion, je crois que je vis mal la fin de la fusion. Nous avons toujours vécu éloignés l'un de l'autre, du coup notre relation était telle que nous partagions tout, un peu comme avoir le même esprit, et jamais l'un de nous n'a pu être heureux quand l'autre était triste. Aujourd'hui, il y a une part de lui qui ne fusionne plus avec moi et il y a des portions d'espace-temps où je "disparaît" de sa vie. Je sais bien, pour vous avoir beaucoup lu avant de poster moi-même, que c'est la relation qui doit évoluer dans ce genre de circonstances, mais pour moi il n'y a pas d'amour possible hors fusion. Ou alors ce sont des amourettes, des relations sensuelles, ou tendres, ou plus de complicité et de sensibilité, mais je n'appelle pas cela de l'amour.

Je sais, par exemple, que de ma vie je n'ai aimé (dans ce sens-là, bien sûr que j'aime ma maman et mes amis ^^) que trois fois. Cela ne m'empêchait pas d'être attachée aux autres, d'être tendre et attentionnée avec eux, d'être complice ou même d'avoir une sexualité, mais ce n'était pas de l'amour avec un grand A, si je puis me permettre.

A Tamara : je fais de la cuisine pour me donner faim et manger à nouveau correctement, je suis pas loin de passer sous la barre des 43kg, ça devient n'importe quoi (bon, ok je suis pas grande, mais c'est quand même n'importe quoi)

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 11h23

arf :-( et lui n'est pas triste de te aussi triste? que pense t'il vraiment de cette situation?

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 11h50

Pour l'instant, je le sens surtout inquiet de mon état de santé, ce qui éclipse un peu le reste, même si c'est très lié.
Pour ce qui est de sa pensée de la situation, elle est assez simple :
- Il est très amoureux d'elle, ils sont en pleine phase enflammée donc c'est beaucoup plus passionné avec elle (selon ses propres dires, je n'extrapole rien)
- Il m'aime et cela ne le perturbe pas trop puisque toutes les parts de moi sont toujours "à" lui (oui je sais, possessivité quand tu nous tiens) et qu'il sait que personne ne l'éclipse de ma vie à aucun moment
- Cependant, il est inquiet de mon état et aimerait que j'aille mieux

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 11h55

désolé mais ton compagnon m'agace légèrement.....je le trouve légèrement (et je pèse mes mots) égoïste sur la situation....pour lui tu es un acquis....(pour le coup ça me fait penser aux caractéristiques des personnes qui se marient....en se mariant ils pensent que tout est acquis) bref.....
La situation doit etre vraiment difficile à vivre et je suis de tout coeur avec toi....là à l'heure actuelle recentre toi sur toi même....tes 43 kgs font un peu peur (sauf si tu es vraiment petite petite)

#
Profil

alps

le mardi 09 avril 2013 à 12h24

aviatha
Bonjour à tous et à toutes,

Je viens ici après avoir longuement parcouru les divers articles, parce que je ne sais plus vraiment quoi faire et quoi attendre.

Je vis avec un homme que j'adore depuis bientôt six ans. Nous nous sommes rencontrés très jeunes, nous sommes encore très jeunes, nous sommes à la fois amoureux, compagnons de jeu, de travail, complices, meilleurs amis et confidents.

Il y a quelques mois, il m'a confié qu'il été amoureux d'une fille, sans qu'il se soit rien passé, sans lui en avoir parlé. C'est d'abord vers moi qu'il s'est tourné, il était lui-même très perturbé, sans vraiment comprendre ce qu'il lui arrivait. Bien que j'ai été secouée, j'ai avant tout pensé à lui, à ce qu'il ressentait, je l'ai rassuré, je lui ai dit que je n'était pas en colère, que je ne le jugeait pas, que, peut-être, c'était normal, car il n'avait pas vécu grand chose avant moi.

Malgré cela, son sentiment n'a pas disparu, il a fini par se déclarer à elle il y a deux mois, et c'était tout à fait réciproque. Sur le moment, encore une fois, j'ai cru que je le vivais bien. Il était épanoui, et, à mes yeux, c'était une passade, un "à-côté" qui ne durerait pas.

Il y a un mois, il m'a dit un soir que cette relation avec elle était en train de devenir sérieuse. Et c'était comme si le monde s'écroulait autour de moi. Mes nerfs ont lâché d'un seul coup, je n'arrivait plus à dormir, je me forçait à manger parce que je suis déjà un poids plume et que je ne peux pas me permettre de maigrir, je ne sortait quasiment plus, je ne voulais plus rien faire, j'étais à deux doigts de laisser tomber mon doctorat et ma carrière, j'ai été à deux doigts d'en finir surtout, pas par chantage, mais parce que j'étais tellement malheureuse que je me disais qu'ainsi j'arrêterai de souffrir, et qu'ils seraient heureux ensemble tout les deux.

Bien entendu, lorsqu'il s'est aperçu de tout cela, il a été très inquiet, il m'a rassuré, il m'a dit qu'il m'aimait toujours et qu'il serait toujours là pour moi, et toutes ces choses.

Je l'ai rencontrée (je la connaissais déjà de vue) pour savoir un peu comment elle vivait la situation, comment elle envisageait cela dans l'avenir, qu'elle place elle attendait que je lui laisse. Je pense que je ne suis pas jalouse. Je ne lui en veux pas, je considère que la situation lui est tombée dessus et qu'elle n'y est pas pour grand chose, je l'aime bien et je n'ai pas envie d'un faire un "dommage collatéral" si la situation s'envenime. Je me suis dit (et je leur ai dit à tous les deux) que je leur laisserait le temps de vivre leur histoire, autant de temps que je pourrais leur donner mais que je sais que ce sera insuffisant et que je craquerai avant la fin.

Je ne peux juste pas le supporter. J'ai beau faire tous les efforts que je peux, j'ai beau savoir qu'il m'aime toujours et que je suis celle sur qui il se repose, qu'il est toujours l'homme sur qui je peux compter, "mon coeur de cela ne peut s'accommoder".

Actuellement, ils sont dans leur période de début "tout feu tout flamme" et c'est encore plus dur. Leur amour est fusionnel, je me sens exclue et délaissée, nous faisons beaucoup moins l'amour (sans doute l'état dans lequel il me voit y est-il aussi pour quelque chose) et je n'ose plus m'ouvrir ou me plaindre, de peur de le voir préférer la compagnie de l'autre.

Je ne sais plus quoi faire, j'ai l'impression qu'il n'y a pas de bonne solution. Dans l'idéal, j'aimerais qu'entre eux cela s'éteigne en douceur et naturellement, mais je crois que cela n'arrivera pas de sitôt.

Est-ce que je dois rester, en ayant cette conviction profonde et viscérale que je ne serais jamais heureuse dans cette situation ?

Ou est-ce que je dois le mettre face au choix impossible à faire et très douloureux pour lui entre deux femmes qu'il aime ?

Est-ce qu'il veut mieux tout simplement partir, alors que je l'aime et qu'il m'aime, pour que ce ne soit pas à lui de faire ce choix ?

Est-ce que tout le monde peut vraiment vivre heureux dans le polyamour, ou est-ce que certaines personne ne le peuvent juste pas ?

Par avance, merci de vos conseils et de votre expérience.

Aviatha

trouve toi quelqu'un. Sors, couche pas forcément. Mais ouvre toi à d'autres gens. Tu es trop centré sur ton concubin pour pouvoir assumer le polyamour.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

aviatha

le mardi 09 avril 2013 à 12h44

Je crois que nous nous sommes mal compris (en même temps je n'ai pas tout expliqué non plus).
J'ai une vie en dehors de lui, dieu merci, j'ai des amis, j'ai des études, j'ai un art que je pratique depuis des années, j'ai des sorties et des loisirs.
Mais cela n'a rien à voir. Rien de tout cela ne joue sur le même plan que lui. Ensuite, je tien à préciser que pour "Tu es trop centré sur ton concubin pour pouvoir assumer le polyamour", je n'ai pas à "assumer" dans le sens où je n'ai rien choisi. Ça n'a été ni mon envie, ni mon désir, ni ma décision, je ne l'ai pas vécu comme une alternative, ou une ouverture ou une évolution. A mes yeux c'est une tragédie. Et on assume pas une tragédie, on la gère comme on peut, on tente de la surmonter, mais on ne l'assume pas.
Après si le "trouve toi quelqu'un" est l'idée de trouver une sorte de pendant à son amoureuse mais de mon côté, très peu pour moi. Je n'en ai pas besoin, je n'en ai pas envie, je ne marche tout simplement pas comme ça. Ce n'est en rien une critique, ce n'est juste pas "moi". Et je pense que mes sentiments sont tout aussi légitimes que les siens.

#
Profil

alps

le mardi 09 avril 2013 à 12h49

aviatha
Je crois que nous nous sommes mal compris (en même temps je n'ai pas tout expliqué non plus).

J'ai une vie en dehors de lui, dieu merci, j'ai des amis, j'ai des études, j'ai un art que je pratique depuis des années, j'ai des sorties et des loisirs.

Mais cela n'a rien à voir. Rien de tout cela ne joue sur le même plan que lui. Ensuite, je tien à préciser que pour "Tu es trop centré sur ton concubin pour pouvoir assumer le polyamour", je n'ai pas à "assumer" dans le sens où je n'ai rien choisi. Ça n'a été ni mon envie, ni mon désir, ni ma décision, je ne l'ai pas vécu comme une alternative, ou une ouverture ou une évolution. A mes yeux c'est une tragédie. Et on assume pas une tragédie, on la gère comme on peut, on tente de la surmonter, mais on ne l'assume pas.

Après si le "trouve toi quelqu'un" est l'idée de trouver une sorte de pendant à son amoureuse mais de mon côté, très peu pour moi. Je n'en ai pas besoin, je n'en ai pas envie, je ne marche tout simplement pas comme ça. Ce n'est en rien une critique, ce n'est juste pas "moi". Et je pense que mes sentiments sont tout aussi légitimes que les siens.

donc tu ne l'assumes pas. quitte le et passe défintivement à autre chose. Là tu perds ton temps.
Tu seras très triste quelques mois puis ca repartira.

bonne suite à toi.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 12h53

ok, ça renforce davantage le sentiment que j'ai pour ton compagnon....je pense que pour beaucoup de mono comme nous on "accepte" tant bien que mal la situation....ça nous tombe dessus sans savoir quoi faire exactement...soit on lâche l'être aimé ; soit on vit avec cette situation....bref 2 situations qui bouffent nos tripes.....quant à la longévité de votre couple tout dépendra de tes limites....perso je n'ai pas tenu; j'ai preferé m'eclipser mais ma situation était tout de même un degré en dessous de la tienne en terme d'intensité émotionnelles puisque la situation de base était différente....mais bon j'ai toujours mal

#
Profil

Chlo

le mardi 09 avril 2013 à 13h22

aviatha
Je crois que nous nous sommes mal compris (en même temps je n'ai pas tout expliqué non plus).
J'ai une vie en dehors de lui, dieu merci, j'ai des amis, j'ai des études, j'ai un art que je pratique depuis des années, j'ai des sorties et des loisirs.
Mais cela n'a rien à voir. Rien de tout cela ne joue sur le même plan que lui. Ensuite, je tien à préciser que pour "Tu es trop centré sur ton concubin pour pouvoir assumer le polyamour", je n'ai pas à "assumer" dans le sens où je n'ai rien choisi. Ça n'a été ni mon envie, ni mon désir, ni ma décision, je ne l'ai pas vécu comme une alternative, ou une ouverture ou une évolution. A mes yeux c'est une tragédie. Et on assume pas une tragédie, on la gère comme on peut, on tente de la surmonter, mais on ne l'assume pas.
Après si le "trouve toi quelqu'un" est l'idée de trouver une sorte de pendant à son amoureuse mais de mon côté, très peu pour moi. Je n'en ai pas besoin, je n'en ai pas envie, je ne marche tout simplement pas comme ça. Ce n'est en rien une critique, ce n'est juste pas "moi". Et je pense que mes sentiments sont tout aussi légitimes que les siens.

Bonjour,
Que ce soit toi qui ai choisi cette situation ou pas, ne change pas grand chose aux faits. Il aime deux personnes, c'est un fait. La vision idéale de ton couple, en tout cas celle que tu avais, à savoir la monogamie, ne peut plus être et c'est ce deuil-là que tu dois faire pour pouvoir reprendre ta vie en main et ne plus subir une situation que tu n'as pas choisi. En tout cas, avant toute prise de décision, il me semble que c'est le chemin à parcourir...Bon courage dans tous les cas et dis-toi que cette histoire quelle que soit son issue, t'auras permis de te questionner et de te faire avancer sur ta vision du couple et sur tes envies/besoins, ce qui est totalement positif

#
Profil

Katouchka

le mardi 09 avril 2013 à 13h49

Désolée, je n'ai pas lu tous les post du fil, les premiers et les derniers et là tout de suite j'ai envie de dire: ouahhhh!
Alps ou Nanou, désolée mais selon moi vous êtes un peu à côté de la plaque. Selon moi Aviatha a besoin d'aide pour essayer de dépasser une douleur. Elle a compris en venant ici que cette souffrance qui la prend aux tripes, elle elle la ressent mais que d'autres en de mêmes circonstances ne ressentiraient pas les choses de la même manière. Elle n'est pas là pour qu'on lui dise: je pense que ton mec est un abruti ou tu dois le quitter.
Elle veut croire qu'il est possible de surmonter tout ça mais elle ne voit pas comment. Ou peut-être elle est justement là pour comprendre que c'est impossible de surmonter tout ça mais qu'elle aura vraiment exploiter tous les filons avant de laisser tomber. En tous cas, c'est ce que je ressens.
Aviatha, tu exprimes ton angoisse principale ainsi:
" nous étions un cercle rond, des symbiotes, presque une seule personne, j'angoisse de ne plus jamais retrouver ce degré de fusion et d'intimité."
Lui as-tu dit exactement ces mots? Lui as-tu fait comprendre que tu as l'impression que votre histoire a perdu des degrés de fusion? Est-ce à ton avis une impression personnelle, un fait avéré? Que pense-t-il lui? A-t-il la même impression? Après le choc de cette nouvelle, ne penses-tu pas que vous pourriez re-essayer de reprendre où vous vous êtes arrêtés? Avez-vous réfléchi à ce que vous pourriez faire tous les deux pour que ce sentiment disparaisse?
J'ai ressenti la même angoisse que toi, j'ai eu peur moi aussi de perdre ce sentiment que nous ne faisions qu'un, mais nous avons continué coûte que coûte à entretenir notre relation, et même à en faire plus qu'avant: des attentions, des messages, des discussions longues et interminables. En polyamour, tout doit devenir explicite, les besoins, les envies et les sentiments.
Aviatha, juste pour te dire que c'est possible. On peut très bien dépasser tout ça. C'est violent et ça fait mal, parce que c'est une remise en cause totale de toute ta pensée. Mais après ça peut aller mieux. N'hésite pas à me joindre en privé si tu veux.
"Je pense que je ne suis pas faite pour partager, est-ce que pour autant ça fait de moi quelqu'un à l'amour "étroit" ou "raide" ? "
Non, ça fait de toi un être conscient de ses limites!

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 13h56

alors tu n'as pas du lire tous mes posts car je tentais dans un premier temps de la rassurer sur l'amour qu'il lui portait...ensuite; oui je trouve que son compagnon égoiste mais pas "abrutis" ce qui n'est pas la même chose.
Pour avoir été plus ou moins a sa place je lui ai expliqué moi que je n'avais pas été assez forte pour supporter ça et que j'avais prit la douleureuse décision de m' effacé de sa vie....mais je n'ai jamais en aucun cas dit que c'était la meilleure des choses à faire.
En tant que mono je peux comprendre sa douleure.
Et toi en tant que poly tu trouveras peut être les mots pour la faire avancer.
That's all

#
Profil

Katouchka

le mardi 09 avril 2013 à 14h31

Nanou: tu as raison, j'aurais du reprendre ton terme: "égoïste".
Mais en quoi mettre un mot sur ce que tu penses de son amoureux, peut l'aider soit à se sentir moins seule, soit à surmonter son problème? Moi j'ai le sentiment que toi dans ta situation tu trouves que ton amoureux est bien égoïste mais Aviatha elle n'a jamais dit que le sien l'était. Au contraire, elle comprend mais ça lui fait mal.

#
Profil

Nanou-monogame

le mardi 09 avril 2013 à 15h18

Ce n'est pas qu'etre égoiste que de ne penser qu'a soi? dans ce qu'elle décrit de sa situation , il l'est.(d'après ce qui est écrit) Mais je ne le blame pas (bien que ça m'agace) d'être ce qu'il est mais que dans la situation qu'elle a décrite elle n'a pas eu son mot à dire....et que par conséquent elle se trouve dans une situation qui l'a prends aux tripes, une veritable souffrance) j'imagine qu'elle est venue ici pour avoir différents avis, temoignages, etc. du coup j'essaye de trouver des mots, de parler de ma (petite) expérience dans ma relation avec un poly pour tenter d’apaiser ses maux ou trouver peut être des façons de penser similaires (parfois psychologiquement parlant je me perdais , j'avais l'impression d'être la seule a vivre une telle situation) sur sa situation actuelle; peut etre ne sont ils pas appropriés mais ce sont les miens...c'est ma version,mon histoire. Aviatha saura faire le tri dans les différentes interventions.
Il est certain qu'il ne faut pas prendre de décisions sur un coup de tête et j'ai hate qu'un mono vivant avec un poly vienne ici apporter une histoire heureuse afin de pouvoir l'aider.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion