Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La boîte de Pandore des relations plurielles

Jalousie
#
Profil

ScottBuckley

le dimanche 29 septembre 2013 à 23h13

Bonjour,

L'autre soir, on nous a demandé (nous = plusieurs personnes ‘ polys ’) si on avait mis au courant notre entourage de notre actuelle opinion et/ou mode de vie favorable aux relations plurielles.
Et si oui, quelles avaient été les réactions.

Les situations peuvent être très différentes les unes des autres : à qui le dit-on ?

> À des ami-es intenses, des ami-es intimes, des amant-es, des soeurs, des frères, des parents, la famille élargie, des voisin-es, des collègues...
A chaque personne rencontrée, une ou plusieurs réactions différentes peuvent apparaître.

Et parmi les multiples situations et réactions, il y a eu cette question et réflexion de l'une d'entre nous, qui m'a beaucoup touché :

→ Comment une personne seule ou en couple plutôt ‘mono’ (qui n’accepterait - à ce jour - qu’une vision ‘mono exclusive’ de l’amour) va "recevoir" et interpréter cette forme de ' poly coming-out ' ?

Qu'on le veuille ou non, certain-es personnes peuvent ressentir cette ' information ' ( ' j'apprécie les relations plurielles Et j'en vis plusieurs ' ) comme agressive, comme dérangeante, et/ou intrusive.

Et elles pourraient déclencher en retour une mécanique position sur la défensive (exemple : “ Moi tes trucs ça ne m’intéresse pas, car moi je suis heureux/se en couple ”)

Car en transmettant ce message ' je suis poly (et pas toi) ' , en filigrane, on laisse entendre que l'on a réussi à dépasser un cap interdit, inédit, alors qu'elle, en couple ' monoamoureux ' , n'a peut-être pas du tout Ou pas encore abordé ni tranché ces questions-là.

Et n'a peut-être jamais ouvert la boîte secrète de ces questions interdites, de ces problèmes-là.

Et pour cause : il s’agit là d’une bien étrange ‘ Boîte de Pandore ’ des relations humaines plurielles, qui contient bien des questions secrètes, et beaucoup de problèmes relationnels de l’humanité :

>> des désirs inavoués pour telle personne rencontrée, des frustrations régulières (affectives, sensuelles, sexuelles...), des fantasmes oubliés, des appréhensions, des ruptures amoureuses, des peurs d’être abandonné-e / seul-e, des espoirs déçus, des passions reniées, des plaisirs sacrifiés, souvent au nom du sacro-saint principe “ Il faut être sérieux et casés dans la vie, avec un emploi + un logement + un-e seul-e chéri-e qui nous attend le soir à la maison ”.

En sous-titres, elle pourrait lire ou traduire dans nos paroles (à tort ou à raison ?) :
" Moi, ' poly ', je me pose de profondes questions sur ma vie amicale, amoureuse, relationnelle, et je vais au devant de mes peurs, de mes jalousies, de mes frustrations pour tenter de les dépasser. Et j'ose aimer et faire l’amour, au grand jour ou presque, avec deux ami-es ou +, sans culpabilité, et avec leurs consentements.

Toi, tu préfères le monoamour, et tu restes sagement dans ta petite vie de couple exclusif, et tu dois faire semblant d'accepter sans aucun remords et à 100% cette situation de monoamour durant plusieurs années voire des décennies... Et cela même si tu as souvent une libido difficilement contrôlable, des désirs inavouables (voire réciproques) avec telle personne, et même si tu as une ou plusieurs très grandes attirances en dehors de ton couple, parfois pour Camille, ou pour un-e collègue de ton bureau. "

Quand on ouvre cette boîte-là, on doit savoir un minimum à quoi s’attendre.

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas se révéler, ni se censurer, ni oublier de communiquer sur notre vie affective et amoureuse plurielle, au cas par cas, mais qu’il faudrait sans doute y aller pas à pas, humblement, avec prudence, et surtout avec patience.

En ayant conscience que toutes les personnes de notre entourage n’auront pas fait le même chemin que nous, et ne se seront peut-être jamais posées ces questions-là, avec cette force que vous leur donnez puisque vous les vivez, ces relations plurielles.

Vous ne parlez pas juste de “projets théoriques abstraits” >> vous faites l’aveu de passages à l’acte, concrets, amoureux, sensuels, sexuels, de relations plurielles, expérimentées en transgressant des frontières encore taboues pour une majorité de personnes.

Quoi qu’il arrive, et quelles que soient les réactions qui seront apparues, il faudrait bien garder en tête l’idée que l’on présente des questions et des modes de vies qui nous sont très personnels, et que nous n’avons pas la légitimité de les imposer à qui que ce soit, encore moins sous la forme de réponses définitives générales.

Mais que chacun-e est libre d’entendre ces questions là, et d’y trouver une résonnance toute personnelle.

Et que le temps jouera lui-même le rôle d’un personnage à part entière, vous encourageant à faire preuve de persévérance, et de patience.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 30 septembre 2013 à 01h18

Euh, et y a une question dans ton sujet ?

Je veux dire, c'est juste une réflexion comme ça, ou tu attends des réactions ?

En ce qui concerne le début du message (en parler à son entourage), j'ai une anecdote que j'aime bien, alors je suis allée la rechercher dans mes anciens messages (d'il y a 4 ans et demi, oui oui) :

LuLutine le 11 avril 2009
J'étais dans une conversation téléphonique avec mon meilleur ami, et le sujet a dévié sur ma situation actuelle avec mon ami (celui avec qui j'ai une relation amoureuse, pas celui que j'avais au téléphone...).

J'expliquais que même si nous nous aimions, nous n'étions peut-être pas faits pour vivre ensemble "24 heures sur 24" et mon meilleur ami me rétorquait qu'il voyait autour de lui beaucoup de couples qui n'habitaient pas ensemble, que c'était de plus en plus courant...

J'en ai profité pour lui glisser un mot sur la non-exclusivité...au début il n'a pas compris, il m'a dit "qu'est-ce que tu entends par non-exclusivité ?"

Je lui ai expliqué que mon ami et moi n'écartions pas la possibilité d'avoir d'autres relations amoureuses sans que cela détruise pour autant notre relation actuelle.

*********************************************************
Sa réponse : "J'aime bien ton ouverture d'esprit."
*********************************************************

Waouh. Je savais qu'il le prendrait bien, mais je pensais qu'il se poserait un peu plus de questions avant d'intégrer la chose.
Il faut savoir que lorsque je l'ai rencontré il y a 8 ou 9 ans, il avait des idées très arrêtées sur la vie, le couple etc. (des idées beaucoup moins souples que les miennes à l'époque alors que j'étais pas mal aussi dans mon genre je pense) et qu'il a beaucoup évolué depuis ; mais autant d'évolution, je ne le pensais pas !
Il semblerait presque qu'il trouve ça normal. J'ai tellement l'habitude de passer pour une extraterrestre auprès des autres, de voir des gens incapables d'imaginer les choses différemment de ce qu'ils ont toujours imaginé, que je n'avais pas envisagé ça :-).

Je rajouterais aussi un bout de mon témoignage du 15 juin 2010 :

LuLutine
une amie catholique très croyante et exclusive m'a dit que pour elle, toute tentative d'augmenter la dose d'amour sur la planète était louable en soi

C'est dans ce sujet d'ailleurs, qui semble pas mal coller avec ton thème :
/discussion/-jO-/En-parler-avec-ses-amis-monogames/

Bon, du coup je dis dans le même message qu'il y avait déjà un autre sujet proche :
/discussion/-U-/comment-le-dire-a-son-entourage-et...

^^

Sinon, en ce qui concerne les personnes n'ayant jamais même entrouvert la "boîte de Pandore" (car parfois, certains mono l'ont fait, par exemple avec de l'adultère, du libertinage mais où les sentiments sont "interdits" etc.) et qui selon toi pourraient recevoir les choses violemment...après 4 ans (presque 5) à m'affirmer polyamoureuse, je ne suis pas certaine qu'il y en ait tant que ça (attention je ne dis pas qu'il n'y en a pas).

Ce que j'ai observé en majorité, c'est de l'étonnement parfois, de la compréhension souvent (assortie en général d'un "mais moi c'est pas mon truc, suis trop jaloux(se)/possessif(ve)" ou encore : "je n'aurais pas le temps, je ne pourrais pas gérer, j'ai déjà du mal avec une relation"...etc).

Et il y a quelques mois j'ai observé une autre réaction très intéressante chez un ami : le "pas de réaction" !
En fait, il n'a pas compris.
De toute évidence, il ne sait pas que je suis polyamoureuse.

Je le lui ai dit deux fois. De plus, j'ai eu je crois des attitudes non ambigües avec au moins deux amoureux qu'il a croisés.

Il m'a demandé un jour où avait dormi un amoureux (mais il n'avait pas compris que nous étions ensemble visiblement) après une soirée, vu que celui-ci était resté chez moi.
J'ai répondu "Bah, avec moi dans mon lit !". Et notre ami de s'empresser de me répondre : "Ah ben oui remarque moi aussi je dors avec mes amis parfois, on fait souvent ça !"

Bref. Visiblement, il ne veut pas l'entendre. Peut-être que ça le choquerait, en un sens. Ca ne rentre pas dans son système de représentations, sans doute ? Et bien ce qu'il semblerait, c'est qu'au lieu de comprendre et de rejeter violemment les choses, il les occulte, tout simplement.

Alors oui, bien sûr, je ne lui ai pas dit frontalement : "Je suis polyamoureuse, sais-tu ce que ça veut dire ?"
Je lui ai dit à l'époque : "Je ne suis pas exclusive".
Après une phrase comme ça, quand même, la plupart des gens posent des questions pour se faire préciser les choses (par exemple l'ami dont je parle dans ma première auto-citation :) ). Lui pas. C'était comme si je n'avais rien dit...ou plutôt comme si j'avais dit "Le ciel est bleu" ou bien "Hier, j'ai mangé une pomme".

On m'a conseillé de ne pas insister et de ne pas vouloir à tout prix lui faire comprendre les choses, frontalement. Je pense que c'est un très bon conseil au final. Cet ami comprendra ma situation lorsqu'il sera prêt à la voir telle qu'elle est.

Donc, tout ça c'était pour dire : j'ai l'impression que quelque part, une bonne partie des gens qui ne sont pas prêts à affronter/digérer ce genre de révélation préfèrent occulter les choses plutôt que de se sentir agressés comme tu le décris, GreenPixie. Et a contrario chez ceux qui ont compris de quoi je parlais, j'ai toujours vu un grand respect de mes choix, et ils ne se sentaient absolument pas menacés ou critiqués dans leurs propres choix d'exclusivité (ou alors ils l'ont très bien caché !).

D'autres qui ont choisi de ne pas comprendre : des gens de ma famille proche qui ont reçu largement assez d'indices pour avoir de quoi amorcer la conversation...et ne l'ont jamais fait. Après avoir tenté de temps en temps des remarques ("Ah, machin trompe sa femme ? Mais tu es sûr ? Si ça se trouve elle est d'accord, dans ce cas-là pas de problème, ce n'est pas de la tromperie") et vu l'effet - ou plutôt le non-effet - de ces remarques sur les personnes concernées, j'en déduis qu'elles ne sont pas non plus prêtes à entendre la vérité.

En conclusion, si on ne balance pas les choses trop frontalement, je ne vois pas pourquoi on se retrouverait dans une dynamique d'affrontement telle que tu me sembles la décrire dans ton message. Ceux pour qui ce n'est pas envisageable d'entendre ça occultent juste les choses...et tout le monde s'en porte assez bien.

#
Profil

Apsophos

le lundi 30 septembre 2013 à 02h54

J'attends de voir les contributions des "inscrits qui ne postent pas" que ce sujet va sans doute tirer de leur lurker-zone.

#
Profil

tsampa

le lundi 30 septembre 2013 à 10h49

Souvent, plus la réaction est violente, plus c'est révélateur d'un grand désir réprimé.
Mais oui, c'est de l'intime, donc il vaut mieux marcher sur des œufs pour ne pas blesser et braquer.

#

(compte clôturé)

le lundi 30 septembre 2013 à 11h58

Perso, la boite est quasi toujours ouverte (sur la polyaffectivité essentiellement évidemment). Et oui, les réactions sont souvent différentes. Et oui, il faut rester zen et souriant pour que cela paraisse crédible. Mon mari a choisi de ne pas avoir d'autres relations et convient que de toute façon il aurait du mal à gérer.

Je pense que le polya(ffectivité)mour n'est pas à la portée de tous, que certains peuvent le vivre bien et naturellement (une fois les tabous et autres virus éliminés) et d'autres n'y réussiraient pas. Personnellement, tant que l'on ne me juge pas, chacun a le droit de penser ce qu'il désire et de choisir ce qui est bon pour lui (y compris un homme que j'aime énormément et qui, de son côté, n'arrive pas à m'aimer car je suis mariée). La liberté d'opinion et d'action est de mise avec moi.

#
Profil

MissO

le lundi 30 septembre 2013 à 21h20

D'accord avec Tsampa, c'est de l'intime avant tout, donc seuls quelques intimes sont au courant. Leur présence fut forte et respectueuse. C'est vraiment très dur parfois de ne pas le dire ,en fait, pas grave, si on peut le vivre
Et je ne me pose jamais la question de savoir si le polyamour est pas à la portée de tous ou pas au contraire, je trouve cette affirmation élitiste.Je me pose plus la question de savoir pourquoi le "monoamour" ne me correspond pas.Mais j'assume

#
Profil

LuLutine

le lundi 30 septembre 2013 à 23h33

MissOJe me pose plus la question de savoir pourquoi le "monoamour" ne me correspond pas.Mais j'assume

Je ne me pose même pas la question...
Ca ne me correspond pas. Je suis comme ça.

Par contre, j'assume aussi :)

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 01 octobre 2013 à 23h11

@MissO, la question du pluriamour est intime, mais aussi politique je crois. Pour moi c'est une question personnelle, et en même temps qui touche profondément nos choix socio-culturels. Parce que pour moi il n'y a pas de génétique, de biologie, qui font qu'on est irrémédiablement "mono" ou "poly", que ce soit du point de vue de l'espèce ou de l'individu.

Et sans doute, comme le dit GreenPixie, que malgré nous, sans le vouloir, ça peut gêner/choquer/déranger pas mal de gens. Comme ça peut l'être si on dit qu'on est homo, bi ou végé encore dans certains milieux, et même si on ne cherche pas à militer d'aucune façon.

Sinon, pour ce qui est de dire ce que l'on vit. Pour moi, ça dépend de la situation et des personnes en face, au feeling, je ne vais pas porter un gros badge.
Sauf quand je veux élaborer une réflexion plus large, culturelle, au delà donc de mon cas perso.
C'est comme pour le végétarisme, ou autre question, j'en parle s'il y a occasion, je ne dis pas à toutes les personnes que je croise que je suis végé.

J'ai pu dans mon cas remarquer que le coming out, quel que soit le sujet, que j'ai pu faire auprès de personnes qui n'ont rien demandée, sans occasions adaptées, ne donne généralement aucun effet (à part d'être éventuellement plus stigmatisée encore par les personnes peu ouvertes). Mais ce n'est que mon expérience limitée.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 02 octobre 2013 à 08h52

Misso
D'accord avec Tsampa, c'est de l'intime avant tout, donc seuls quelques intimes sont au courant.

humm pour moi ce n'est pas si intime que ça...
pourquoi ça le serait plus qu'une mono-relation?

je vie dans une ville village (2300 habitants) et j'assume et "vie au grand jour" mes amours aux pluriels. Aller au marché main dans la main, la boulangerie ou je dis "ha oui j'ai un de MES amoureux à la maison alors il me faut 2 chocolatines et 2 chaussons aux pommes"
ça m'y fait penser, pendant les mois passés j'ai fait rire 2 ou 3 personnes que je ne connaissais qu'un peu qui me demande:
"et tes amours ça vas?" et j'prends plaisir à répondre "ha oui MES amours aux pluriels vont trés bien"

Les gens la 1ére fois me répondent souvent "ha! t'en a plusieurs!"
la je leur réponds " oui, bin quand la seule chose qui est demandée c'est l'honnêteté..."

généralement ça coupe court, ils ont rien à répondre à ça, se rendent p t etre compte que oui, en effet dans la norme mono, l’honnêteté et souvent trés secondaire...

Je trouve ça bon d'parler un peu et avec légéreté de notre pluralisme, ça dédramatise un peu...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Katouchka

le mercredi 02 octobre 2013 à 08h56

Entièrement d'accord avec toi bodhicitta! (+)
Je fais tout pareil que toi à Paris, mon petit village à moi! ;)

#
Profil

lam

le mercredi 02 octobre 2013 à 10h57

Geraldin-e
J'ai pu dans mon cas remarquer que le coming out, quel que soit le sujet, que j'ai pu faire auprès de personnes qui n'ont rien demandée, sans occasions adaptées, ne donne généralement aucun effet (à part d'être éventuellement plus stigmatisée encore par les personnes peu ouvertes). Mais ce n'est que mon expérience limitée.

Pareil!

-----

J'ai envie d'ajouter qu'il y a des monos qui sont dans ces réflexions, qui ouvrent la boîte et la gardent ouverte.
Plus largement, les polys ne sont pas seuls à parler de sujets qui sont et intimes et politiques, suivez mon regard.... O_O
Les féministes, les homos, les transgenres, les queers, ... aussi. Entre autres.
Et oui c'est pas forcément agréable quand la réalité d'autrui questionne la notre. Après si c'est dans le contexte et amené avec bienveillance (sans juger l'autre pour autant) comme pour d'autres déviances à la norme je travaille à ne pas m'excuser d'exister. Ce qui n'empêche pas qu'avec de chouettes intentions on peut bousculer les autres de manière forte et désagréable pour eux. Leurs peurs et zones d'ombres, je les entends mais c'est pas à moi de les porter.

#
Profil

tsampa

le mercredi 02 octobre 2013 à 11h46

MissO
D'accord avec Tsampa, c'est de l'intime avant tout, donc seuls quelques intimes sont au courant.

Ce que je voulais dire, c'est que ça touche à de l'intime pour la personne à qui tu le dis, donc selon moi il vaut mieux prendre quelque pincettes. Pas parce que c'est honteux, mais parce que les chances d'être mal compris ou que l'autre se sente insulté (traité de brontausore tradi réac en gros) sont plus élevées que d'ordinaire. Mais bon, j'avoue être parfois trop précautionneux en la matière.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 02 octobre 2013 à 12h18

tsampa
que l'autre se sente insulté (traité de brontausore

Ah oui, surtout que le brontosaure n'a jamais existé !
C'était une erreur de reconstitution si mes sources (wikipédiesques notamment) sont exactes !

Ca, c'est encore pire comme insulte que les polyamoureux qui n'existent pas !

"Espèce d'erreur de reconstitution" ! :D

Et sinon je plussoie Geraldin-e :

Geraldin-e
le coming out, quel que soit le sujet, [...] auprès de personnes qui n'ont rien demandée, sans occasions adaptées, ne donne généralement aucun effet (à part d'être éventuellement plus stigmatisée encore par les personnes peu ouvertes).

Moi j'aborde le sujet si je vois un terrain favorable...sinon, je laisse tomber.

#
Profil

bodhicitta

le mercredi 02 octobre 2013 à 12h29

Je pense qu'en prennant des pincettes ça met les gens dans la suspicion, ils le sentent les gens, quand on veut dire sans vraiment dire les choses. Du moins moi je marche comme ça, quand ça tourne autour du pot j'me dis que ça cache quelque chose...
Je ne suis pas responsable de l'intimité des gens, et si ils ont un mal étre quand on parle des relations humaines, c'est qu'ils ont à y réfléchir
donc tant mieux si ça réagit
et tant pi si ça réagit mal
(faut le temps du chemin dans leurs tétes)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

MissO

le mercredi 02 octobre 2013 à 12h59

Bonjour!
Moi aussi je croix que le choix du polyamour est "politique", que le gène prédisposant au monoamour ou au polyamour n'existe pas et que cela dépend de l'environnement socio-culturel.
La "discrétion" que nous avons choisie (tous les trois) ne fut pas facile non plus, pour moi. J'aurais eu envie de faire découvrir, par exemple, à mon autre amoureux, plus de gens, plus de lieux que j'aimais.
Alors, c'est vrai j'ai pas trop l'âme militante, et le peu que j'ai me conduit plus à vouloir changer plus le couple que la société (trop de taf!!)
Mais comme j'ai eu l'occasion de l'écrire dans d'autres fils, avant THE POLYAMOUR, il y a l'être, les êtres avec lesquels je le vis. Et l'un de ces êtres (devinez lequel) m'a demandé une"certaine" discrétion. Que je pouvais accepter quand lui acceptait qu'il n'y aurait pas de retour en arrière.
Vivre cet état des faits, vous le dites toutes et tous, nécessite aussi des règles, des accords et il modifie en profondeur énormément de choses dans un couple poly-mono. Je crois que nous ne pouvons pas tout changer d'un seul coup, que nous avançons pas à pas et que c'était pas plus mal, à ce moment, de faire l'économie de cet autre bouleversement, la "visibilité". Et oui, tout simplement la peur du regard des autres.....Ceux de celles et de celui qui surent, furent, au contraire, très bienveillant envers lui, envers les deux .
De même tout le monde ici revient sur la nécessité de la communication.Mais, bon au bout d'un moment, on en devient plus que ça, une constante conversation, discussion....sur le polyamour, notre couple, nos couples ne sont plus que ça .C'est d'un chiant à force.
le "cacher" a au moins permis, en plus, que cela ne devienne pas le sujet de conversation des différentes soirées où l'un des deux couples étaient invité
Maintenant.....avec le recul
Etrangement de son côté, le fait que mon autre relation était limite clandée, lui a fait prendre conscience que mon autre chéri et moi avons développé une vie de couple, des relations, des lieux qu'il ne connait pas, un territoire dont il se sent exclu(oui il est pas simple, vous pouvez pas savoir!)
Et moi, j'avoue mes limites. Je ne serai jamais une militante du polyamour, je ne ferai jamais de polypride, mais bon, je suis ça, un peu. Je ne veux pas me réduire à cette "identité", et que notre couple se réduise à ça, mais j'en envie de trouver des moyens, des formes d'affirmation, autant par rapport à mon "identité" que par respect par rapport au travail que lui a effectué et par rapport à cette histoire avec mon autre chéri qui ne peut être mise de côté, niée.
Et puis,on est pas dupe, "ça se sait".
Alors, on arrive pas avec ça en banderole ou étendard, mais si on nous pose la question, si il y a des sous entendus, et bien on assume et lui n'est pas contre le fait de prendre la parole.
Bon les esprits chagrins diront que c'est pour lui, un moyen d'affirmer son rôle de mâle protecteur, de faire croire qu'il avait le contrôle, mais moi, je kifferais bien!

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 02 octobre 2013 à 16h10

ce que j'avais écrit sur un autre post :-)

LiliLutine
Oui grand bravo à toi Trillian, je te lis attentivement depuis que tu postes ici sur ce sujet. C’est bien sur ce principe de la pleine et entière légitimité de l’existence de mes relations amoureuses que j’ai tenu à ce que ceux qui me côtoient le plus le sachent. Depuis je suis plus sereine quand je me promène sous le soleil avec eux, dans mon quartier, chez mes commerçants, du coté de ma famille ou de mes amis … etc .. Je sais désormais que je ne serai plus surprise en situation considérée comme adultère, ou pire dénoncée à mes proches, et que c’est véritablement de moi qu’ils l’ont appris et non par une bonne âme «  pas » charitable ….

Même si la plupart du temps ceux qui me côtoient quand je me promène ou fais mes courses ne sont pas au courant (commerçants, restaurateurs, etc.), ils voient, ou pas d’ailleurs :-D que ce n’est pas toujours la même personne qui me tient la main ou m’embrasse amoureusement en public, ils voient aussi que parfois ils sont deux et même ils nous voient à 4 quand je suis accompagnée de mes deux amoureux et d’une amoureuse de l’un deux. Nous avons nos habitudes d’achats, de restos etc … nous ne changeons pas nos habitudes pour la simple raison qu’il y a un officiel et un non officiel … un pour la société et sa morale et un que je cache … que je cache pourquoi et au regard et jugement de qui ?

Mes proches, familles, enfants et amis ont tous eu des réactions variables et fluctuantes sur le temps, allant du rejet total avec parfois de la violence dans leurs propos jusqu'à une parfaite compréhension de mes choix amoureux. Entre ces deux extrêmes, certains se sont promenés longtemps et hésitants, puis le temps, le magique temps, a fait son travail et le miracle est là ! Aujourd’hui je me sens libre et ma parole n’est plus ligotée à mes peurs et aux leurs. Ils ont entendu, accepté vite ou doucement, pas toujours compris encore comment et pourquoi mais ce qu’ils savent véritablement aujourd’hui c’est que je suis une femme honnête et assumant sa vie !

Depuis plus d'un an j’ai vécu tant et tant d’étonnantes réactions … j’ai entendu tant et tant de vilaines paroles … tant et tant de jugements à la hache … si à chaque fois j’avais mis de l’huile sur leurs feux, plus grand monde de ceux que je connaissais avant ne ferait encore partie de ma vie en ce moment.

J’ai choisi de ne pas réagir comme eux, de toujours accueillir leurs émotions avec douceur, leurs mots, leurs éloignements et leurs longs silences avec patience, tout simplement comme l’expression de leurs peurs et de leurs inquiétudes pour moi qu’ils aiment et connaissent depuis si longtemps, et je n’ai eu de cesse de les rassurer lentement et vaillamment, patiemment au fil du temps et de leurs questions, de simplement respecter leurs émotions et leurs silences … J’ai parfois regretté et culpabilisé de leur avoir parlé… mais j’ai tenu et rien de moi n’a changé en leurs présences, en leurs silences ou nouvelles violences. Je les ai laissés partir en colère, je les ai laissés revenir un peu apaisés … une sorte de va et vient nécessaire certainement à leurs compréhensions.

Je suis restée moi, celle que je suis profondément, calme et bienveillante, à l’écoute et sereine, pleinement et simplement heureuse de mes bonheurs ajoutés, une femme épanouie avec cet éclat particulier dans les yeux. Ils ont fini (et chacun a son rythme) par n’avoir plus peur d’être brûlés avec moi quelque part dans un enfer si jamais, en plus, peut-être, je pouvais me payer le culot, par ma révélation, d’attendre d’eux une quelconque validation ou certification !

Bien-sûr j’ai eu mal au ventre, je fus stressée par moment et quelques unes de mes nuits furent agitées … bien-sûr que je fus en colère, révoltée, et que souvent j’en voulais à la terre entière de ne pas me comprendre … Mais jamais en la présence de ceux qui m’agressaient en retour d’une de mes paroles qui leurs annonçaient pourtant ma bonne nouvelle à moi ! Jamais je ne leur ferai le cadeau de leur rendre la pareille.

Mon secret à moi - et juste pour vous hein ? (+) - , ce fut le soutien de mes amoureux qui ont accueillis avec tendresse mes révoltes et mes peurs, leurs amours conjuguées m’ont permis de rester belle et humaine. Après tout ce que je vis aujourd’hui qui contribue si largement à mon bonheur, cela aurait été vraiment «  ballot » d’agir autrement … et de perdre le lien avec mes enfants, avec ma famille et avec mes amis : même si un seul brisait le lien, je serais triste.

L’important n’est pas de tout retrouver avec eux, tout de suite, et comme autrefois, comme si de rien n’était, l’important c’est le lien qui n’est pas cassé et qui nous fera aller ensemble et encore de nombreuses années sur ce beau chemin d’amours, d’amitiés et de partages, avec comme bagages nos belles différences qui font de chacun un être unique.



Je les aime chacun tels qu’ils ont choisis leurs vies amoureuses et je n’ai pas cherché non plus à convaincre ou à militer pour les amours plurielles. Bien que là … il faudrait un jour que je vous parle de certains effets secondaires d’une telle révélation, les plus jolis et les plus touchants, ça changerait un peu de ceux dont on se plaint et qui nous font souffrir.

Notre chemin de vie est long encore, vivons en respectant l’autre dans ses peurs et ses confusions et ne changeons pas nos regards ni nos attitudes avec ceux qu’on aime depuis longtemps dès que nous sommes confrontés à leurs peurs.

Car en vérité, de quoi d’autre il s’agit ici ?

Ps : Et pour ceux qu’on ne connaît pas, et même ceux qu’on n’aime pas et ben moi je dis que quoi qu’ils en pensent ou en disent, et bien cela m’indiffère tellement que j’ai presque failli oublier d’en parler. Voilà c’est fait, ça mérite pas plus que l’intérêt que je leur porte, donc rien.

#

(compte clôturé)

le mercredi 02 octobre 2013 à 22h08

GreenPixie

>> des désirs inavoués pour telle personne rencontrée, des frustrations régulières (affectives, sensuelles, sexuelles...), des fantasmes oubliés, des appréhensions, des ruptures amoureuses, des peurs d’être abandonné-e / seul-e, des espoirs déçus, des passions reniées, des plaisirs sacrifiés, souvent au nom du sacro-saint principe “ Il faut être sérieux et casés dans la vie, avec un emploi + un logement + un-e seul-e chéri-e qui nous attend le soir à la maison ”.

Ça fait un moment que j'ai fait mon coming out public, en remettant en cause tout le système "un emploi, un logement, un amour" et je suis devenu un militant de la cause poly-nomade-indépendante. Je collectionne le solutions pour une vie hors du système, et du coup je donne plein d'idées pour tous ceux qui cherchent à changer leur vie! :)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 03 octobre 2013 à 00h02

marco1003je donne plein d'idées pour tous ceux qui cherchent à changer leur vie ! :)

Je prends !

#
Profil

atthis.pachamama

le jeudi 03 octobre 2013 à 20h32

marco1003
poly-nomade-indépendante

ça ça m'intéresse !!! Tu voudrais pas lancer une discussion sur le sujet et nous en dire un peu plus ?

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 03 octobre 2013 à 22h45

Tiens, je vais copier-coller ce que j'ai écrit dans le groupe FB polyamour, car ça s'inscrit pas mal dans le sujet :

"j'ai été amené dernièrement à faire un coming-out à trois collègues. Les réactions étaient intéressantes : - Une collègue comprenait tout à fait, et a connu un couple qui, visiblement, était non-exclusif. Elle ce n'est pas son truc, mais elle est néanmoins ouverte d'esprit. Par contre, elle pense — au moins à titre personnel disons — que ce n'est pas possible d'aimer d'amour passion plus d'une personne à la fois. Je serais presque tenter de dire qu'elle n'a pas tout à fait tort. Il me semble que Françoise Simpère ne dit pas le contraire du reste. - Une autre collègue hallucinait complétement et ne comprenait pas comment ça pouvait être possible. En plus c'est une musulmane pratiquante, et pour elle je risque l'enfer lol. Néanmoins, elle ne m'a pas jugé et elle m'a dit que c'était de toute façon à moi de faire mes propres choix. - Enfin, une troisième collègue, assez ouverte d'esprit aussi, comme la première, comprenait tout à fait le concept et trouvait ça acceptable si tout le monde est d'accord. Elle m'a juste dit que ça n'était pas son truc. Mais ce qui est rigolo, c'est qu'elle m'a avancé des arguments très pragmatiques et concrets pour s'expliquer : que c'est déjà assez compliqué de gérer une seule relation, que ça prend du temps, etc. Bref, pas les arguments fondés sur l'affect, la jalousie et la possessivité auxquels on aurait pu s'attendre. (...) Tiens, j'ai oublié de dire que pour ma première collègue, elle trouvait que c'était une qualité de ne pas avoir de besoin/désir d'exclusivité ! Ca m'a fait très plaisir... Sinon, re-coming out avec un collègue ce midi : pareil, il n'était pas choqué par le concept. Par contre, ma collègue musulmane, qui était à table avec nous, a vraiment un avis sur la question que je trouve extrême : pour elle, un coup de canif dans le contrat, c'est pire qu'un coup de canif dans son corps, et si son mari avait ne serait-ce qu'une seule aventure avec une autre femme, elle demanderait le divorce direct ! Je ne comprends pas comment on peut considérer qu'une agression soit moins grave qu'une faute contractuelle... Ca me paraît complétement irrationnel, vu que je considère que le principe de non-agression est à la base même du droit des contrats, et donc que c'est un principe plus important. Sinon, un contrat par lequel on renoncerait à ses droits serait valable. Or, une telle idée engendre des paradoxes que je ne vais pas détailler ici, mais si ça intéresse quelqu'un, je pense pouvoir trouver des références à consulter en ligne sur cette question..."

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion