Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mono et jaloux et triste

Jalousie
#
Profil

johanfel

le vendredi 30 mars 2012 à 22h28

Je ne tiens absolument à être jaloux, je me suis toujours senti très sûr de moi et depuis 15 ans je suis avec ma femme et je n'ai jamais pensé à la tromper et j'ai jamais désiré quelqu'un d'autre... j'en étais plutôt fier (ce n'est plus le cas) et je l'aime profondément. Il y a presque un an elle est tombée amoureuse d'un type qui ne l'a pas correspondu.

Je sais qu'elle m'aime mais pas assez et je sais qu'elle voudrait connaître d'autres hommes et vivre des histoires avec d'autres personnes. Elle sait que ça me ferait horriblement mal et du coup elle se cache et elle s'éloigne encore plus de moi.

Moralement, en théorie, je la comprends et je ne peux pas lui en vouloir mais dans le faits c'est autre chose. J'ai une horrible douleur et je n'arrive pas à contrôler un vide qui se forme dans moi... J'aimerai pouvoir ressentir encore en moi la sécurité que j'avais avant. Avant je n'avais jamais été jaloux, je n'avais jamais douté. J'aimerai pouvoir libérer tout cet amour que j'ai en moi.

J'aimerai pouvoir aimer plus d'une personne, cela semble si facile pour certains, j'ai l'impression que tout en parlant d'amour on parle de tellement de choses différentes et du coup je me sens idiot et immature.

#

Popol (invité)

le samedi 31 mars 2012 à 03h03

Salut, ben dis donc, c'est pas la joie...

Je crois que c'est une question de nature individuelle, être mono ou poly.
Pour moi, c'est comme si tu disais que tu aimerais tellement avoir les yeux d'une autre couleur. On ne se refait pas, et être poly, c'est pas tellement merveilleux, ni plus ni moins que d'être mono. En plus il y a des polys jaloux, tu sais.

C'est pas la panacée, le polyamour... Par contre, une piste possible c'est d'explorer ta jalousie pour comprendre de quoi elle est faite?

Courage, Pâques c'est la fête païenne du renouveau, et c'est bientôt.

#
Profil

Paul-Eaglott

le samedi 31 mars 2012 à 07h49

Bonjour Johanfel,
Tu abordes deux questions qu'il faut bien distinguer :
- tu aimerais savoir aimer plus d'une personne
- tu souffres de jalousie

Les deux choses ne sont pas liées, et on peut très bien imaginer par exemple que tu puisses arriver à te débarrasser de la douleur liée à ta jalousie, et laisser tranquillement ta femme voir quelqu'un d'autre, sans que cela te fasse souffrir et en continuant à n'aimer qu'elle.

Je ne veux pas t'imposer ça comme solution, mais comme je n'ai pas de réponse pour ce qui est de pouvoir aimer ou être attiré par plusieurs personnes, je vais seulement te répondre sur la jalousie.

Je suis poly et il m'arrive de ressentir de la jalousie. Et parfois de la surmonter sans que cela passe par une entrave à la liberté de mes partenaires. Comment ça marche ?

Je rejoins Popol : ça peut vraiment être utile d'explorer ta jalousie pour comprendre ce qu'elle révèle de toi et de tes peurs profondes, de ce qui, malgré ton impression d'être sûr de toi, est en insécurité au fond de toi.
J'en avais déjà parlé là.

En tout cas, c'est un sujet dont vous avez intérêt à discuter ensemble, ta femme et toi, en essayant de vous considérer mutuellement comme alliés dans une aventure un peu compliquée (et surtout pas comme obstacles mutuels à votre épanouissement).

Bon. Tu es dans le pire moment, et je sais à quel point la douleur qu'on ressent à cause de la jalousie peut être envahissante et aveuglante, mais elle n'est pas fatale. Bon courage, et reviens ici faire le point de temps en temps...

#
Profil

Katouchka

le dimanche 01 avril 2012 à 12h07

Bonjour,

Johanfel, je crois savoir ce que tu dois ressentir en ce moment: mon amoureux est depuis 6 mois amoureux aussi d'une autre fille et cela me fait beaucoup souffrir alors que théoriquement je comprends tout à fait...
Paul-Eaglott te conseille d'explorer tes peurs ce que je fais sans relâche depuis un certain temps et je me suis rendu compte que toutes peurs exclues me reste une douleur profonde: celle de ne pas être aimée de la manière dont j'aime la personne aimée c'est à dire de manière entière...
Une question me vient alors: est-ce possible? Un mono + un poly ?

#

Popol (invité)

le dimanche 01 avril 2012 à 13h19

Oui, c'est possible, si le mono est mono pour lui, et polyacceptant-non-souffrant.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 01 avril 2012 à 14h56

Katouchka
ne pas être aimée de la manière dont j'aime la personne aimée c'est à dire de manière entière...

Pourquoi un poly aimerait-il moins "entièrement" qu'un mono ?

Au contraire, pour moi un poly est quelqu'un d'entier, qui aime parce qu'il aime, pas parce que c'est permis, parce qu'il est célibataire, etc. Et pour moi, ne pas chercher à s'imposer de limites dans nos sentiments parce qu'on est déjà en relation, c'est justement quelque chose qui me permet d'aimer plus entièrement.
Je n'ai plus de raison de me mettre des limites hyper strictes et de me retenir à chaque instant.

J'aime chacun des gens que j'aime, entièrement, et pas à moitié parce qu'ils sont deux, ou au tiers parce qu'ils sont trois, etc. L'amour ne se divise pas, c'est comme pour les pains et les poissons, plus on le partage plus il se multiplie :) .

Je rajouterais qu'en tant que poly, si j'avais le sentiment de ne pas aimer quelqu'un entièrement, je me poserais des questions sur la relation, et je ne suis pas certaine qu'elle durerait. (Enfin bon, ça c'est moi, je suis un peu "tout ou rien" sur certains sentiments...)

#
Profil

lilitu

le dimanche 01 avril 2012 à 23h36

Bonjour Johanfel,

Tu dis que tu aimerais pouvoir aimer plus d'une personne.

J'ai deux/ trois suggestions à ce sujet...

- Déjà, ce désir là d'aimer plus d'une personne est un premier pas dans ce sens là. ça peut être un désir profond qui vient vraiment de toi, révélé par la situation, certes, mais authentiquement personnel . Au quel cas, de mon point de vue, tu n'es déjà plus totalement monoamoureux, mais en quête d'un nouvel équilibre (c'est comme ça que je me suis découverte polyamoureuse ;-) ).
ça peut aussi être un désir uniquement généré par la situation. Peut-être en ce cas-là qu'il vaudrait mieux pour toi que tu te contente de gérer ta jalousie plutôt que de te lancer dans un changement radical qui ne te correspondrait pas.

- Ensuite, si tu as déjà aimé d'autres personnes dans ta vie avant de rencontrer ta femme, tu sais aimer plus d'une personne.
Il me semble que la jalousie et la culpabilité sont le couple infernal qui fait que la plupart des gens mettent fin à une relation avant d'en commencer une autre. J'ai l'impression qu'ils se blindent et mettent un mur entre eux et leurs précédents amours, par peur de générer en eux jalousie et/ou culpabilité.
Si l'on accepte que ce n'est que de la peur, que l'on ne va pas en mourir, qu'est ce qui empêche de continuer d'aimer d'anciens amoureux? Et de là il n'y a qu'un pas à s'autoriser à en rencontrer de nouveaux!

- Maintenant, il te reste donc à apprendre à aimer plus d'une personne simultanément.
Je crois qu'être poly n'est pas forcément inné. ça peut être le fruit d'un apprentissage, à condition qu'à la base il y ait un réel désir. ça demande un changement de point de vue.
La plupart d'entre nous avons été éduqués pour croire au prince charmant, ou à la belle au bois dormant qui nous correspondrait parfaitement. Une fois que l'on a fait le constat que cela n'existe pas, si l'on ne veut pas rentrer dans processus de vouloir changer l'autre à tout prix, on peut commencer à réaliser qu'il existe d'autres humains, avec lesquels on pourra partager d'autres pans de notre personnalité, explorer d'autres modes de relations...
ça ne veut pas dire que tu vas rencontrer quelqu'un sur le champ. Laisse toi le temps de faire ce changement de point de vue. Regarde les femmes, autorise toi à les trouver séduisantes, laisse ouvert en toi la possibilité de devenir curieux d'un autre être que ta femme. Tu ne trouveras probablement pas le grand amour du jour au lendemain, mais si tu laisses cette possibilité s'épanouir en toi, il y a de grandes chances pour que tu finisses par rencontrer des femmes qui t'attirent, qui t'intéressent, jusqu'à finalement retomber amoureux. C'est un peu le même topo que lorsqu'on se retrouve seul après une rupture, en fait. Sauf qu'en tant que poly, on s'autorise cette liberté même lorsque l'on a déjà quelqu'un dans notre vie.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 02 avril 2012 à 14h07

Je prends connaissance de ton cri d'alarme. Dans ton msg, il y a tellement de choses différentes que je ne sais par quoi commencer. L'important dans l'amour, c'est la qualité de la relation et je pense que tu es capable d'avoir une très très belle relation avec la femme que tu aimes. Tu t'aperçois que ta femme a une nature différente de la tienne et elle s'assume telle qu'elle est. A toi de l'accepter ainsi (plus facile à dire qu'à faire). Je note que tu as cherché à comprendre tout cela. Tu es donc indiscutablement sur la bonne voie. Le dialogue est à la base de tout compromis, car tu vas devoir faire des compromis et elle aussi. Ta jalousie est en partie à l'origine de ta souffrance. Elle va s'estomper, éfforce toi de ne pas la laisser s'imposer. Evite les comportements malsains du style fouille des poches, de son portable, etc. Les polyamoureux (en tout cas en ce qui me concerne) ont besoin de se sentir libre. Ta femme ne cherche pas nécessairement d'autres relations mais le droit de dire "oui" à l'amour s'il vient de nouveau frapper à la porte de son coeur. Si ta femme est heureuse et bien dans sa peau, alors montre lui que tu partages son bonheur. Pour ce faire, tu n'es pas obligé de te sentir égalemement polyamoureux. Ne pas mettre la charrue avant les boeufs. L'amour est compliqué, gérer plusieurs relations simultanément n'est pas toujours simple. Mon mari a dû lui aussi s'adapter à des changements il y a quelques années. Aujourd'hui la souffrance est encore là mais elle s'est apaisée, tout comme la jalousie. Mon entourage connait ma vraie nature et la plupart reconnaisse que nous formons un couple, uni, COMPLICE, heureux... Notre relation a été valorisée, embellie, purifiée des mensonges, des non-dits... mais cela a pris du temps. Nous avons trouver un equilibre harmonieux. La qualité est là, la quantité aussi. Aujourd'hui, mon mari se dit mono mais il ferait un merveilleux poly. Ne tiens pas compte des idées reçues, du regard d'autrui, de tout ce qui pourrait faire autorité sur ton intellect. Vois les choses naturellement. Pose toi les bonnes questions ? Pourquoi l'amour devrait-il être exclusif ? M'aime-t-elle moins aujourd'hui ? La difficulté réside en ce sens que toi, comme ta femme, allez devoir faire un travail d'intériorisation en plus du dialogue commun. N'hésite à lui faire part de tes réflexions, à lui poser des questions. Vous allez changer, individuellement et ensemble. Faites en sorte que chacun puisse suivre l'évolution de l'autre... c'est à mon avis indispensable. Je compare souvent le mariage à une cage sans porte au sein de laquelle un couple vit. Si elle veut écarter les barreaux de sa moitié de cage car elle éprouve le besoin de se dégourdir les ailes, rien ne t'empêche d'écarter les barreaux de ta moitié afin qu'elle puisse revenir sans difficulté. Acceuille là à bras ouverts. Un jour tu t'apercevras qu'elle n'aura plus un côté de cage, toi non plus d'ailleurs mais un perchoir commun sur lequel vous aimerez vous retrouver. Au fond, qu'est-ce qui est important : l'écartement des barreaux ou le perchoir ?

#
Profil

Caelur

le lundi 02 avril 2012 à 14h07

Je voudrais tout de même faire une éloge à Johanfel. Se sentir mono et jaloux mais comprendre que l'autre peut aimer quelqu'un d'autre c'est faire preuve à mon avis d'une grande maturité relationnelle.

Johanfel
Moralement, en théorie, je la comprends et je ne peux pas lui en vouloir mais dans le faits c'est autre chose. J'ai une horrible douleur et je n'arrive pas à contrôler un vide qui se forme dans moi... J'aimerai pouvoir ressentir encore en moi la sécurité que j'avais avant. Avant je n'avais jamais été jaloux, je n'avais jamais douté. J'aimerai pouvoir libérer tout cet amour que j'ai en moi.

Tu dis deux choses déterminantes :

- C'est une horrible douleur
Et j'imagine que c'est le cas. Mais en venant ici et même simplement en nommant ton sentiment "jalousie" tu fais un énorme pas. Tu exprime le fait qu'il s'agit d'un sentiment, que c'est donc bien toi qui le ressent.

Ainsi, c'est un révélateur de la confiance que tu places dans l'autre, et surtout dans celle que tu places en toi.

- Tu aimerais être de nouveau en sécurité
C'est le corollaire, sans confiance pas de sécurité

Je crois qu'un début d'explication à ces sentiments peut être ceci "Je sais qu'elle m'aime mais pas assez". Cette phrase m'a interpellée. Est-ce que ta femme te l'a dit textuellement ? Ou est-ce que tu déduis cela du fait qu'elle puises tomber amoureuse d'autres hommes ?

Si c'est la deuxième possibilité, rien ne permet de l'affirmer. Le parallèle est souvent fait avec les enfants. Une mère n'aime pas moins son aîné après la naissance du cadet, pourquoi en serait-il autrement dans les relations ?

Tu parles également de l'éloignement de ta femme, et je comprends que cette situation soit très douloureuse. Sans en parler, il y a plusieurs témoignage de couples poly qui se nourrissent des autres relations de chacun de ses membres. Loin d'être une menace, c'est un élément de stabilité et de sécurité.

Courage d'ici là. La période que tu traverses doit être éprouvante. Et félicitations pour ta lucidité et ton humilité face à la question.

#
Profil

Katouchka

le lundi 02 avril 2012 à 19h46

LuLutine
Pourquoi un poly aimerait-il moins "entièrement" qu'un mono ?

Je me suis mal exprimée: je voulais dire que je consacre mon amour entièrement à une personne (sans le multiplier)... Pourquoi un mono fait cela? Ce n'est pas forcément qu'il cherche à s'imposer des limites... Je pense que j'aime ainsi et que je veux moi-même être aimée ainsi. Il ne s'agit pas de faire des efforts pour ne pas tomber amoureux de quelqu'un d'autre, je le fais naturellement parce que je n'ai besoin que de lui, je suis comblée et cela me suffit. J'aime le fait de ne pas ressentir l'envie d'explorer ailleurs, de l'aimer si fort que je ne vois que lui et j'aurais souhaité qu'il en fut de même pour lui mais ce n'est pas le cas et tant bien que mal j'apprends à l'accepter car je conçois que l'amour qu'il éprouve pour moi n'en soit pas moins intense, moins "beau" à ses yeux; par ailleurs, je suis toujours du côté de la liberté et je pense qu'il n'est pas bon non plus de vouloir "le" posséder, il n'est pas à moi. Pourtant, j'aurais voulu qu'il n'aime que moi comme moi je n'aime que lui.

#
Profil

LuLutine

le mardi 03 avril 2012 à 01h20

Katouchka
J'aime le fait de ne pas ressentir l'envie d'explorer ailleurs, de l'aimer si fort que je ne vois que lui

Ca, pour moi ça ressemble à une forme de passion, mais l'amour n'est pas toujours passionnel...et pour moi ça n'en diminue pas sa qualité ou sa valeur, quoi qu'en pensent certains.

#

Popol (invité)

le mardi 03 avril 2012 à 09h28

"Une mère n'aime pas moins son aîné après la naissance du cadet, pourquoi en serait-il autrement dans les relations ?"

Ca, je n'en ferais pas une généralité: les divers parents aiment différemment leurs divers enfants, pour la bonne raison qu'on n'aime pas tous les gens de la même manière ni pour les mêmes raisons, vu qu'ils sont différents. Même s'ils sont de notre chair!

Car l'amour maternel est un gros mythe, un beau ressort de culpabilisation. Je préfère parler des amours parentaux, car il n'y a aucune norme établie, sinon morale; il existe de très bons travaux de psys, qui décortiquent la complexité de ce sentiment censé être à la fois universel, non-remettable en question, et monobloc quoiqu'il arrive. Avec ça, tous dans le mur!

Partant, je conçois fort bien que le doute assaille certains concernant la fluctuation des sentiments - ce qui n'est que la réalité pure et dure: ça varie, ça s'atténue, il y a des retours de flamme.

#
Profil

Caelur

le mardi 03 avril 2012 à 11h41

Popol

Ca, je n'en ferais pas une généralité : les divers parents aiment différemment leurs divers enfants, pour la bonne raison qu'on n'aime pas tous les gens de la même manière ni pour les mêmes raisons, vu qu'ils sont différents. Même s'ils sont de notre chair !

Je ne peux que souscrire à ce qui vient d'être dit par Popol. C'était bien sûr une simplification abusive de ma part pour faire passer une idée, et merci de la remettre en perspective.

Et j'ai un peu le même sentiment que Lulutine, ça ressemble plutôt à de la passion. Après, c'est difficile à affirmer sans véritablement vous connaître. Cela fait longtemps que vous êtes avec votre amoureux ?

#
Profil

kerdekel

le mardi 03 avril 2012 à 15h25

Popol
"Une mère n'aime pas moins son aîné après la naissance du cadet, pourquoi en serait-il autrement dans les relations ?"

Ca, je n'en ferais pas une généralité : les divers parents aiment différemment leurs divers enfants, pour la bonne raison qu'on n'aime pas tous les gens de la même manière ni pour les mêmes raisons, vu qu'ils sont différents. Même s'ils sont de notre chair !

Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il est préférable de parler d'amour parental, plutôt que de toujours se référer à la mère. Mais je pense que tu confonds l'intensité et la différence.
Bien sûr qu'un parent (puisque là, bon on parle d'une mère) aimera différemment ses enfants ! Ce n'est pas ça qui est mis en question je pense, mais l'intensité.
Ma mère m'a montré un amour différent de celui de mon frère, parce-que je n'étais pas la même personne que lui, on est pas arrivé au même moment, et plein de facteurs, mais les 2 ont été aussi intenses. On ne peut pas donner le même amour identique à 2 personnes, ce n'est pas possible, mais l'intensité peut l'être. Et il est essentiel de bien comprendre cette nuance.
Alors oui, parfois, l'intensité aussi n'est pas la même. Certains parents aimeront un de leur enfants et seront indifférents au second. Certains de ces parents n'ont d'ailleurs qu'un enfant.

Un poly n'aimera pas de la même manière ses partenaires, mais l'intensité elle, peut être aussi forte de l'une à l'autre relation.
La différence d'attitude et de comportement n'est pas le vrai problème, c'est l'intensité du sentiment, qui comme beaucoup de choses d'ailleurs passe par plusieurs phases, mais n'en est pas moins existante.

Sans vouloir m'avancer, perso, quand quelqu'un dit "aimer moins une personne qu'une autre", la différente façon d'aimer, évidente, ne me vient pas à l'esprit, je m'attache plutôt sur le mot "moins", qui relève de l'intensité.
Et là, en effet, d'une manière générale (je ne prends pas en compte les cas particuliers) un parent ne va pas aimer moins l’aîné quand le cadet arrivera au monde. C'est le mot "moins" qu'il faut retenir. Nulle part dans cette phrase il n'est dit qu'il sera aimé de façon identique, seule l'intensité est évoquée.
Pour te donner une image, tu peux imaginer que tu entends une musique quand tu vois quelqu'un que tu aime. La musique sera différente selon chaque personne que tu aimes. Mais tu les entendra en revanche au même volume.

#

Popol (invité)

le mardi 03 avril 2012 à 16h16

Kerdekel, merci avec ta remarque de me permettre d’exprimer ma pensée plus avant.
Alors, je dirais que je ne confonds pas. Les deux choses peuvent coexister, mais partir sur l’intensité seule risque de fausser la réalité.
Mon avis, c’est que si l’on se sent plus proche d’un enfant que d’un autre (j’avais la préférence de ma mère), l’intensité est plus forte à son égard. Ce dont ma mère n’avait pas conscience avant que je n’entre en relation avec elle d’une manière qui l’a plus séduite que la manière de ma sœur.

« un parent ne va pas aimer moins l’aîné quand le cadet arrivera au monde. C'est le mot "moins" qu'il faut retenir »

Ben, justement… oui et non !

Car ce n’est pas ce « moins » qui est prépondérant, vu que le deuxième n'est pas encore né - pas de comparaison possible - mais le « plus » qui peut soudain survenir quand le deuxième arrive, en-dehors de toute volonté de qui que ce soit.

Ceci posé, comme tout un chacun est une cire vierge dans laquelle s’impriment plus fort que tout les premiers signes et vécus d’attachement, ce qui s’est passé alors va conditionner en partie la manière dont le futur adulte va vivre ses amours.

Un autre amour qui survient va faire que la personne va immédiatement se référer inconsciemment à ces premiers vécus.

#
Profil

kerdekel

le mardi 03 avril 2012 à 18h22

Ah bien entendu je ne parlais que de cette phrase, de ce cas précis.

Je ne nie absolument pas les autres facteurs qui environnent. :)

Je ne dis même pas que l'intensité est toujours la même, je dis seulement qu'elle peut l'être (contrairement donc à la "manière" de montrer son amour à quelqu'un qui elle sera forcément différente d'un individu à l'autre, on est d'accord). ^^

#

Popol (invité)

le mardi 03 avril 2012 à 19h18

Heuh, Johanfel, où tu en es, au fait?

On cause on cause, mais c'est pas tout ça.

#
Profil

Katouchka

le mardi 03 avril 2012 à 22h05

Cela fait 8 ans que je suis avec mon amoureux.
Vous lire, lire les nombreux témoignages à ce sujet, m'aide à mieux comprendre. À mon avis, il ne s'agit pas d'intensité... Cela me gène profondément, même si je comprends pourquoi, lorsque certains comparent l'amour maternel et l'amour "sexuel" (les guillemets c'est fait exprès). Cela me gène aussi lorsque l'on compare les amoureux à de la nourriture comme j'ai pu le lire dans d'autres discussions: "on peut aimer le chocolat et les fraises...". Toutes ces formes d'amours sont de natures tellement différentes de celle dont il est question!!!
L'amour que je ressens pour mon amoureux comme dirait Lulutine (avec qui je suis totalement d'accord) est passionnel, c'est à dire que je ne veux que lui et que le reste du monde me paraît fade.
Pour surmonter ma jalousie, il a fallu d'abord que je comprenne effectivement qu'il m'aimait lui aussi même si le reste du monde ne lui paraît pas fade, que son amour n'en est pas moins profond et qu'il serait égoïste de vouloir lui interdire d'explorer ce monde. (cela fait 6 mois que je travaille là-dessus, ce n'est pas toujours évident, la fatigue, le stress, les circonstances peuvent exacerber plus ou moins la jalousie)
On s'aime donc tous deux énormément mais pas de la même manière. Et il n'y a pas d'échelle de valeurs entre ces 2 manières d'aimer. Si l'on n'accepte pas ça, difficile de surmonter sa souffrance à mon sens. Et même si on l'accepte, on a le droit de vouloir être aimé de la même manière qu'on aime mais dans ce cas là il faut trouver la ou les personne(s) qui partage(nt) la même conception.
Johanfel dit qu'il voudrait aimer plusieurs personnes, moi aussi je me suis dit la même chose car je pensais que cela faciliterait les choses: "on serait à égalité". On vivrait les mêmes sentiments. Mais en fait ce n'est pas si simple, tant que je l'aime ainsi, jamais je ne pourrais vraiment tomber amoureuse de quelqu'un d'autre. Mais la passion laisse parfois place à un amour plus raisonnable... L'avenir nous le dira.
Voila, je me garde de donner des conseils mais peut-être que ce que je vis peut t'aider, johanfel, à avancer... Enfin... si tu lis tout ceci...

#
Profil

Caelur

le mercredi 04 avril 2012 à 19h34

Katouchka
Mais la passion laisse parfois place à un amour plus raisonnable... L'avenir nous le dira.

Probablement. Courage d'ici là, et félicitations pour ta lucidité sur la question.

#
Profil

johanfel

le jeudi 26 septembre 2013 à 12h40

Je déteste quand les gens posent des questions sur des forums et après n'y reviennent plus. Je reviens donc pour vous remercier des vos réponses plus d'une année après... et après avoir lu vos réponses que sur le coup je ne pouvais pas répondre.

Finalement j'ai réussi à passer à travers de ma jalousie et j'ai réussi à donner le feu vert à ma femme, à lui dire que je comprenais ses besoins et que mon amour ne pouvais pas être une cage (fermé). Peut-être inconsciemment je m’attendais à que le fait d’expérimenter autres choses la ramène vers moi. Mais ça n'a pas été le cas. Ça lui a plutôt permis de voir que le problème n'était pas dans l'enfermement dans notre relation mais dans ses sentiments pour moi. Nous nous sommes séparés.

Mais ça m'a tout de même beaucoup servi, de l'aimer d'une façon plus généreuse. On ne peux pas arrêter d’aimer quelqu'un en claquant des doigts, mais on peux aimer assez pour laisser partir. Après j'ai découvert que je pouvais être avec d'autres femmes tout en continuant à aimer mon ex-femme et maintenant plus d'un an après la séparation je crois qu'on s'aime encore, mais c'est justement une question d'intensité. J'ai appris que je pouvais aimer beaucoup plus encore et j'ai été heureux de l'apprendre.

En résume j'ai appris que pour être un bon mono il faut savoir penser et être poly. Je continue à me comporter d'une façon strictement mono mais ce côté poly que j'ai dus admettre m'a permis de finir avec un long mariage dans l’apaisement et commencer une nouvelle relation sur de moi et confiant.

Merci...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion