Polyamour.info

wolfram

wolfram

boulogne-billancourt (France)

www.trouples.fr

Participation aux discussions

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le lundi 08 octobre 2012 à 10h27

cela n'avait jamais été remis en question...

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le vendredi 05 octobre 2012 à 19h32

c'est beaucoup plus clair ainsi :)

j'étais parti sur une autre compréhension à cause du rappel sur la théorie du genre et du thème qui semblait partir d'une hétérosexualité matinée de bisexualité.

comme quoi, le cerveau possède ses schéma qui font de l'ombre au raisonnement parfois ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le vendredi 05 octobre 2012 à 10h21

@lam

Je ne vois pas en quoi dire qu'à trois personnes il n'y a que deux sexes biologiques peut être hétérocentré ?

Si tu es adepte de la théorie du genre, tu reconnais aussi le sexe biologique tout en ajoutant à celui-ci un genre qui serait masculin ou féminin. En cela, il n'y a rien de neuf depuis les grecs pour qui l'âge de l'adolescence correspondait à un changement de genre. Il n'y avait donc, selon eux, des pratiques homosexuelles mais sentimentalement hétérogenre ;) (il n'y avait pas d'amour homosexuel pour eux).

La théorie du genre reconnait un sexe biologique. Les pratiques peuvent donc être homosexuelles, bisexuelles ou hétérosexuelles, même si l'esprit est autre.

Pour en revenir à ma définition du trouple, Même si on admet qu'une personne puisse avoir une évolution rapide de son genre, lors d'ébats sexuels à trois, la simultanéité des échanges impose la création d'un troisième genre (trans par exemple) ou alors, on se retrouve dans une schyzophrénie sexuelle où cohabitent deux genres distincts.

La théorie du genre n'est rien d'autre que la poursuite de la querelle entre l'inné et l'acquis. Elle ne contredit pas l'existence d'une bisexualité. Elle dit seulement que la sexualité est en accord avec le genre.

Voir dans le contexte

Discussion : Les méfaits de la fidélité

Profil

wolfram

le vendredi 05 octobre 2012 à 09h27

Article très intéressant !
Un léger biais cependant, l'auteur s'auto-cite un peu trop souvent ; cela nuit à la solidité de son socle théorique et de ses démonstrations.

Surtout qu'il y a des auteurs sur la théorie de l'engagement !

Par exemple (Kiesler 71), seuls nos actes nous engagent et ceux-ci dépendent de croyances.

La croyance dans le grand amour ou sur la fidélité comme base du couple, mènera celui qui y croit à être fidèle car cet acte démontre son engagement. Donc, celui qui croit en son couple, s'il pense que la fidélité est l'élément de preuve de son engagement, sera fidèle naturellement.

La perversion arrive quand on essaye d'imposer cette croyance à l'autre. Le comportement n'est plus discrétionnaire mais le fruit d'une implication et cela peut déboucher sur un mal-être qui nuira au couple de toute façon.

J'aime bien la fin de l'article avec la notion de contrat. Le soucis est que la pression normative peut imposer des clauses auxquelles le signataire n'adhère pas.

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour s'invite dans le débat sur le mariage homo

Profil

wolfram

le mardi 25 septembre 2012 à 23h48

Si le mariage homosexuel est une étape vers l'union à plusieurs, ce serait bien à mon goût :)

Le mariage est l'atome de la société traditionnelle européenne. Il s'agit de répéter, à petite échelle, ce qu'est la société dans son ensemble (ou devrait être) : un contrat de coeur.

On en revient toujours à l'opposition entre communautaire et individuel. Personnellement, je suis attaché au mariage parce que je suis attaché aussi à la notion d'Etat :)

Changer le mariage change nécessairement l'Etat.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le mardi 25 septembre 2012 à 19h14

je ne le prends pas pour moi :)
surtout que je suis resté plutôt dans la question que dans la réponse...
et j'adhère totalement à ton développement !

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le mardi 25 septembre 2012 à 18h51

Merci LittleJohn mais à quoi réponds-tu ?

Aimer les rousses et les blondes démontre une grande ouverture et un refus de la discrimination car c'est aimer des minorités :D

Dois-Je considérer les rousses avec une bite et les blondes avec un clitoris ou l'inverse, pour voir à quoi se rapporte cette analogie ?

J'ai aussi un contre-exemple de fonctionnement, j'aime les gâteaux aux marrons et ceux à la noix de coco, je suis polyamoureux mais je ne me sent pas encore bisexuel... :D

Voir dans le contexte

Discussion : "Aujourd'hui, le sens du mariage a changé"

Profil

wolfram

le mardi 25 septembre 2012 à 17h57

Effectivement, c'est bien expliqué ; elle soulève le même problème que Florian Philippot chez Ardisson l'autre soir ;) ... la question de la parentalité est la plus difficile à régler.

Quel recul avons-nous sur la construction des enfants dans des couples homo-parentaux ? Il y a un parent biologique (au plus) et un de coeur ; l'enfant a-t-il une attitude particulière par rapport à celui-là (de rejet par exemple) à un moment de son évolution ?

Peut-être faudrait-il se rapprocher de ce qui se voit avec les parents adoptifs...

Vivre le "tu n'es pas ma mère/mon père" ne doit pas être plus facile à vivre qu'on soit parents adoptifs ou parent non-géniteur...

En tout cas, cette union est un premier pas vers le trouple (du moins, je l'espère) :)

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamour et bisexualité

Profil

wolfram

le mardi 25 septembre 2012 à 17h24

C'est intéressant de lire ces témoignages. Dans la forme "trouplesque" du polyamour, la bisexualité est de fait. Si on se retrouve à s'aimer à trois, il y en a bien deux du même sexe.

Reconnaître qu'il est possible d'aimer plusieurs personnes simultanément ouvre-t-il à la bisexualité ?

Plusieurs étaient bi avant de se reconnaître polyamoureux de ce qui est écrit ici. On pourrait retourner le truc ; la bisexualité implique-t-elle le polyamour ?

Pour cela, je pense que ça doit faciliter les choses (mais je n'ai pas de preuves ;)).

Souvent on s'éprend des passions des gens que l'on aime. Peut-être que cette passion peut s'étendre à ceux qu'ils aiment :)

Voir dans le contexte

Discussion : Un début de polyamour difficile a gérer....

Profil

wolfram

le lundi 10 septembre 2012 à 16h05

Au risque de passer pour un vieux con et sachant que je suis adepte du trouple... militant même !

Je te dirais que cette fille a 19 ans et cela a son importance !

à 19 ans, le cerveau n'est pas physiologiquement fini et elle ne peut savoir ce qu'elle sera dans 5 ans. Il y a plus d'écart entre elle est toi qu'entre toi et une personne de 50 ans. Tu ne peux savoir, parce qu'elle entre dans la vie, ce que tu seras pour elle demain.

Je trouve ta femme étrange dans sa réaction... elle accepte le libertinage et je serais étonné qu'elle n'ait jamais eu de pincement au coeur pour d'autres. Sa réaction semble teinté de crainte, celle de te perdre et elle préfère 'maîtriser" son destin en flinguant votre couple plutôt que de vivre ce qui va advenir... de quoi a-t-elle vraiment peur puisqu'elle n'a pas de jalousie par rapport aux ébats sexuels ?

Il me semble que ta femme t'a menti sur ses sentiments. Je ne vois pas pourquoi, si elle aime aussi cette fille, elle n'accepte pas que tu puisses en faire autant. Ce serait même le plus beau cadeau que tu puisses lui faire.

Viens lui faire faire un tour sur mon site : www.trouples.fr si elle est intriguée par cette notion d'amour partagé à trois. il y a aussi www.tryades.net par exemple. Elle pourra voir que vivre et s'aimer à trois peut être une réalité.

Voir dans le contexte

Discussion : Ouvrir le partenariat civil aux polys ?

Profil

wolfram

le dimanche 02 septembre 2012 à 15h49

la version française dans 20mn : www.20minutes.fr/ledirect/992051/bresil-notaire-au...

Voir dans le contexte

Discussion : Valeurs du polyamour

Profil

wolfram

le samedi 04 août 2012 à 00h40

Tout s'explique !
Nous créons un nouvel espace (dont le forum serait un vecteur directeur) et nous cherchons la norme qui s'associe.
Pas étonnant que j'ai autant de goût pour les corps, les groupes et les idéaux !
Evariste Galois figure constitutive du polyamour !

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour, vous avez dit moderne ?

Profil

wolfram

le jeudi 02 août 2012 à 12h34

Le polyamour, on peut le retrouver dans le satyricon de Pétrone par exemple... avec ses difficultés aussi.

Le principe des unions "more danico" au moyen âge qui est issu des moeurs des germains.

Chez les celtes, il y a des règles très intéressantes aussi sur la durée et le type d'union.

Rien de neuf quoi :) mais c'est rassurant parce que, biologiquement, l'homme n'a pas changé depuis 10 000 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Le temps des uns et le temps des autres.

Profil

wolfram

le mercredi 01 août 2012 à 21h41

En tout cas, c'est agréable à lire !
Il y a un côté romantique à se laisser submerger par le fleuve d'amour :)
Il y a aussi un côté effrayant à vivre cette forme de noyade mais c'est la petite mort et non la grande... c'est le bonheur de renaître...
Pas de conseils pour ma part, juste l'espoir que ce que tu vis débouchera sur une histoire profonde et pleine de vie.

Voir dans le contexte

Discussion : Valeurs du polyamour

Profil

wolfram

le mercredi 01 août 2012 à 20h28

@BobMorloch Ce que tu écris est le bout de ce que je commençais à dénoncer dans mon précédent message !

Tu t'es permis de dire "la vision communautaire a beaucoup de point commun avec le polyamour mais en diffère suffisamment (principalement par le refus de relations extérieures au trouple) pour être dans une catégorie à part ". Cela signifie que ça y est, tu as ton dogme et ce qui ont une autre vision que toi (le trouple par exemple) en sont exclus !

Je n'utilise pas du jargon mais du français, c'est la langue qui nous est commune et chaque mot est porteur de sens et de concepts ; il ne serait pas convenable d'accepter de les dévoyer parce qu'ils ne vont pas dans ton sens !

Un individu n'est pas une individualité. Un engagement diffère d'une implication.

Ce qui nous rassemble c'est la reconnaissance qu'il est possible de vivre plusieurs amours simultanément.

Je peux faire plus simple, si je voulais caricaturer je dirais qu'un qu'un cocu c'est un échangiste qui ne le sait pas. Pour citer ma compagne qui est à mes côté, le polyamour serait-ce plus "je vais te faire cocu car ça va m'épanouir et ensuite comment te le faire accepter que tu sois d'accord ou non" ?

Accepte l'idée qu'il puisse y avoir plusieurs chemins pour mener au même endroit et que nous n'avons pas tous les mêmes mentalités. Prend exemple sur les mathématiques si le langage ne te convient pas. Il y a l'Algèbre, la Géométrie et l'Analyse qui conduisent aux mêmes résultats mais par des chemins différents. Pour te livrer de l'intime, je suis plutôt un algébriste ; tu comprendras ma vision ensembliste.

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour, vous avez dit moderne ?

Profil

wolfram

le mercredi 01 août 2012 à 20h08

J'aime bien ce retour à la stupide querelle des anciens et des modernes :)
C'est une bonne remise en place, merci !

Voir dans le contexte

Discussion : Perversion narcissique et polyamour

Profil

wolfram

le mardi 31 juillet 2012 à 14h33

@Eric_50 euh, c'est parce que nous appartenons à la communauté des polyamoureux que nous avons un comportement discrétionnaire qui nous pousse à répondre aux individus qui se posent des questions :D

Désolé, je sors !

Voir dans le contexte

Discussion : Valeurs du polyamour

Profil

wolfram

le mardi 31 juillet 2012 à 13h04

Bon :)

Vous n'en avez pas marre de refuser qu'il puisse y avoir deux points de vue totalement différents sans que l'on puisse juger qu'il y en ai un meilleur que l'autre ;)

Je reprends, l'implication n'est pas un engagement car avant l'engagement il y a une croyance. La croyance précède l'engagement. L'implication correspond plutôt au sens du devoir (le comportement que MA morale me dicte) ; l'implication est individuelle.

L'engagement conduit à un comportement discrétionnaire, c'est à dire que je fais des choses qui ne me sont pas demandé et je prends du plaisir à le faire==>la communauté et son bien, comme objectif qui me rend heureux.

Dans une communauté, il n'y a pas d'individualité mais des individus. L'individualité correspond à la reconnaissance de l'individualisme. L'individu doit y trouver du bonheur et cela se mesure par le comportement discrétionnaire. Quand ce comportement disparaît, la communauté en fait de même (elle survit un temps par l'implication ; c'est la période d'agonie). L'individu se reconnait dans une téléologie (un but immédiat pour lui et un objectif à long terme désincarné).

Les individus sont différents les uns des autres et leur comportements discrétionnaires ne seront donc pas les mêmes et c'est ainsi que se forme une communauté ; c'est l'assemblage harmonieux de personnes différentes mais qui se sentent inter-reliées : un village Schtroumpf.

La communauté est donc un système en équilibre et quand les individus changent, il faut que la communauté évolue aussi : la reconnaissance du polyamour est un exemple de changement que nous jugeons comme bon dans une démarche d'amélioration continue.

On peut lire l'article ce Coralie Delaume pour voir que nous avons encore du travail puisque, que nous soyons individuels ou communautaires, nous allons dans le même sens (mais pas forcément avec les mêmes valeurs ;)).

Voir dans le contexte

Discussion : Perversion narcissique et polyamour

Profil

wolfram

le lundi 30 juillet 2012 à 21h27

Dans les règles du polyamour proposées dans l'article "a bouquet of lovers", l'une d'elle propose qu'une relation polyamoureuse ne puisse être imposée et que chaque participant de la relation doit en connaître les termes dès le départ.

mais, c'est sûr que ça peut être commode de se présenter comme polyamoureux pour avoir quelques aventures sans se retrouver dans la relation standard des comptes à rendre.

Voir dans le contexte

Discussion : Valeurs du polyamour

Profil

wolfram

le lundi 30 juillet 2012 à 21h22

Bon, ça dérive un peu ;)

Je vous propose de faire un tour sur mon blog pour l'histoire de la meute.

Pour l'engagement, il appartient plus à la vision communautaire car, théoriquement, la croyance précède l'engagement et donc, suivant que l'on croit en la communauté ou l'individu, on aura un engagement ou une implication.

L'implication est plutôt individuelle et l'engagement plutôt communautaire (avec la notion de comportement discrétionnaire).

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion