Polyamour.info

wolfram

wolfram

boulogne-billancourt (France)

www.trouples.fr

Participation aux discussions

Discussion : Adultère via internet

Profil

wolfram

le jeudi 05 septembre 2013 à 15h58

Ben non, il n'y a rien de nouveau à cela... le refus de l'adultère est quelque chose d'assez récent en fait !

Quand on regarde le 19ème, de Courteline à Feydeau ou même Marivaux au 18ème ou encore (plus cru) les écrits à lire d'une main de Mirabeau...

Le cocu est le fond de commerce de la littérature européenne depuis toujours... même les comtes de Boccace ou encore le Satyricon de Pétrone pour l'antiquité avec son trouple gay autour de Giton.

Comme le disent les prêtres, ils font voeux de célibats ; ce sont les moines qui font voeux de chasteté ;)

Rappelez-vous aussi la notion de "pieu mensonge"... le mensonge est toléré s'il aide à protéger l'autre. Ne pas avouer son adultère c'est protéger l'autre... le commettre c'est accepter sa nature d'homme et donc ses faiblesses !

Le catholicisme s'est très bien adapté aux moeurs européennes en fait :)

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

wolfram

le mercredi 04 septembre 2013 à 15h29

dans la suite de Eric_50, si les homosexuels étaient la solution à la frustration sexuelle, cela signifierait que cette frustration serait genrée et que donc, il y aurait une frustration pour homme et une pour femme ?

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

wolfram

le mercredi 04 septembre 2013 à 15h15

Je ne vois pas de différence en terme de frustration selon l’orientation sexuelle ???

En revanche, il me semble que la frustration masculine pousse plus à la violence et quand je fais l'expérience auprès de mes camarades masculins dotés d'un très faible indice de Manning, ils reconnaissent avec moi, que ne pas faire l'amour pendant quelques jours les rend agressif.

Le plus intéressant c'est que cette agressivité n'est pas automatiquement, dans notre esprit, reliée à l'acte sexuel dont on peut ne pas supposer le manque. Elle s'apaise simplement avec le reprise d'une sexualité.

Le taux de testostérone fluctuant chez la femme ; elle semble moins sujette à ce problème.

D'ailleurs, il existe une pathologie liée à l'excès de testostérone chez la femme (blocage des règles, poussées d’acnés et diminution de la poitrine chez la femme) et elle se manifeste (avant contrôle des taux) par un désir permanent et une grande frustration s'il n'est pas assouvi.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse en devenir / monogame / rupture et reconstruction

Profil

wolfram

le mardi 03 septembre 2013 à 10h56

Tu sais, nous avons eu une relation avec une fille qui a mis 10 mois à mourir car bien que nous nous aimions, il y avait de part et d'autres des points qui ne convenaient pas (l'absence d'aide aux travaux ancillaires de sa part et de la notre la volonté de connaître sa vie en dehors car, bien qu'elle nous fut fidèle visiblement, elle avait besoin de garder un jardin secret que nous ne comprenions pas).

Elle garde toujours une place dans notre coeur et son orgueil l'empêche de reconnaître ce que certains de ses actes montrent... le fait d'avoir trop tarder à exacerbé les tensions et la rupture a été définitive là où nous aurions aimé garder une amie au moins.

Je te sens dans la même situation : il n'y a pas de victime, de persécuteur et encore moins de sauveur dans une histoire qui se termine mais la volonté de maintenir une chose qui vous insatisfait va vous faire entrer dans le jeu dangereux que décrit Green-Man-Outside.

Ce que tu es et ce qu'elle est ce sont aussi ces comportements qui vous sont insupportables de l'un ou de l'autre. Ce que tu aimes chez elle existe aussi mais il y a, tu dois t'en rendre compte, un côté toxique à se masquer les effets néfastes de votre relation.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

wolfram

le lundi 02 septembre 2013 à 13h24

Excellent cet exercice :)

Pour qcd68, je comprends parfaitement ta colère !

Imagine la mienne en découvrant grâce aux études de genre que ma caste qui oppressante s'est créé une faiblesse qu'elle est la seule à subir : le besoin de transformer sa frustration sexuelle par la prostitution ou le viol !

Les femmes qui ont les mêmes besoins que nous à n'en pas douter, ont toujours su éviter de se soumettre à ce diktat mercanti et les trottoirs des boulevards extérieurs et allées de nationales ne sont pas encombrés d'individus attendant une clientèle féminine !

Les hommes peuvent rentrer chez eux le soir sans crainte d'être suivis par une harceleuse et un homme au t-shirt moulant ne s'entendra pas dire dans la rue "salaud", "l'hôtel, le lit, tu connais ?", "t'es bon !"...

Si les relations homme/femmes ne sont que le fruit d'une socialisation et que la caste oppressive qui a décidé et organisé cette oppression se retrouve dans un sentiment de frustration sexuelle qui peut la mettre en danger (financier ou légal), quel est l'intérêt de la chose et comment la femme qui a les mêmes pulsions a-t-elle pu s'en oblitérer ?

Peut-être parce qu'il naît plus d'hommes que de femmes ?

Pourtant l'équilibre est déjà inversé à 20 ans ? les femmes deviennent en surnombre !

D'ailleurs, pourquoi les oppresseurs ont-ils décidé de s'induire des comportements mortifères qui inverse cette courbe ?

vivement que l'apprentissage des nouvelles relations hommes-femmes remettent cela à niveau !

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse en devenir / monogame / rupture et reconstruction

Profil

wolfram

le lundi 02 septembre 2013 à 00h01

Je crois que tu es dans une situation merdique.

Elle parle, tu l'écoutes et elle ne t'entend pas. Si c'est bien ainsi que cela se passe, cela ressemble totalement à la situation que j'évoquais plus tôt : la porte de sortie avec gestion de sa culpabilité sur laquelle elle a mis un nom réparateur (le polyamour).

Elle te met dans une situation délicate, celle de découvrir une nouvelle façon d'aimer que tu ne demandais pas à connaître. Si sa démarche était honnête là-dedans, elle ne commencerait pas par te poser un lapin pour passer sa soirée avec un autre. La motivation c'est faire des efforts pour atteindre un but. Si elle est motivée par votre relation, elle ferait des efforts pour la maintenir. Le moteur de la motivation c'est le manque. Un lapin n'est pas la meilleur façon de démontrer le manque.

Si tu l'aimes, profite des moments qu'elle t'accorde. Et apprend à l'oublier parce que le polyamour demande d'abord du respect et là, il me semble que tu n'en reçois pas.

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

wolfram

le dimanche 01 septembre 2013 à 23h46

Je ne connaissais pas le sexe 3.0 !!!

Mais quel est l'intérêt pour le mâle dominateur d'organiser socialement sa propre frustration ?

Comment le mâle a-t-il pu éviter la frustration chez la femme au point de rendre exceptionnel le viol ou le recours à la prostitution même en cas de privation sexuelle de longue durée ?

Voir dans le contexte

Discussion : La frustration sexuelle masculine

Profil

wolfram

le dimanche 01 septembre 2013 à 16h57

je réveille cette discussion pour demander quels sont les constructions sociales qui ont poussé les hommes à rechercher l'assouvissement de leurs désirs sexuels au travers de la prostitution (masculine ou féminine) et qu'ont fait les femmes pour s'en abstraire ?

Comment nos sociétés inégalitaires patriarcales ont-elles réussies à construire cette faiblesse chez les hommes qui pousse certains à donner le fruits de leur travail en échanges de sexe ?

Les lecteurs qui connaissent mieux le gender que moi pourrait-ils m'expliquer ?

la vraie égalité sera-t-elle atteinte quand on trouvera des femmes roulant au pas dans les allées des bois entourant les grandes villes ou quand plus personne, ni homme ni femme, ne voudra rechercher des prostitués.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse en devenir / monogame / rupture et reconstruction

Profil

wolfram

le dimanche 01 septembre 2013 à 16h41

Bonjour,

Quelle est la cause de votre rupture, qui en a eu l'initiative ?

En règle générale, les ruptures ont lieu pour de meilleurs raisons que le fait de se remettre ensemble (c'est une généralité pas un systématisme ; il peut y avoir des retours réussis).
En règle générale, ce sont des inquiétudes liées aux incertitudes de la nouvelle vie qui poussent à reprendre une situation où l'on se trouvait en sécurité et, toujours en règle générale, la personne à l'origine de la séparation est celle qui a le plus besoin d'une "base arrière".

Je te rejoindrais sur l'idée que le polyamour sur base de couple demande que celui-ci soit solide.

En résumé, ta compagne est-elle bien dans une démarche polyamoureuse ou dans une phase de découverte avec un besoin de plan B ?

Il est étonnant, si son projet est la reconstruction, qu'elle ne soit pas, selon ce que tu écris, à l'écoute de tes inquiétudes et dans la recherche, par le dialogue, de la compréhension de tes états-d'âmes (la sortie avec cet ex-amant par exemple).

Voir dans le contexte

Discussion : Féminisme et polyamour

Profil

wolfram

le jeudi 22 août 2013 à 01h38

MetaZet

Les Femen sont au féminisme ce que Raël est au polyamour :P

Ok, tu m'as eu, j'adhère au féminisme ! moi aussi, je veux être cloné !!!

Voir dans le contexte

Discussion : Féminisme et polyamour

Profil

wolfram

le jeudi 22 août 2013 à 01h19

Il ne hiérarchise pas, il différencie. J'en reviens au déterminisme biologique.

Pour la citation, il ne faut pas s'offusquer des mots mes respecter leur sens !
Quand un homme dit que la femme est l'avenir de l'homme et que c'est le même qui dit que Staline est l'avenir de l'humanité et encore le même qui n'a pas d'attirance pour la femme, quelle valeur a son propos ?

Pour le féminisme libéral, le fait de créer autant de féminismes au point que chacun puisse s'y retrouver me laisse supposer que le féminisme serait plutôt un fourre-tout auquel je n'adhère pas. Un courant cohérent de pensée ne peut être une chose et son contraire.

L'analyse de Soral qui fait du féminisme un outil d'asservissement permettant de créer des luttes là où il devrait y avoir solidarité se confirme avec le cas des Femen (leur idéologue masculin alors qu'elles étaient sensées n'être que des femmes, leur porte-parole prostituée alors qu'elles militent contre la prostitution et leur financement trouble).

Je ne suis donc pas féministe et pourtant polyamoureux. Il y a des femmes qui subissent des pressions et oppressions mais des hommes aussi. En revanche, je ne crois pas que l'homme cherche à opprimer la femme dès son plus jeune âge.

Maintenant, les gens ont droit d'avoir des idées différentes sans mépriser les autres.

Voir dans le contexte

Discussion : Féminisme et polyamour

Profil

wolfram

le mercredi 21 août 2013 à 20h34

Attention, avoir une vision soralienne du fémininsme ne signifie pas hiérarchiser les sexes !
Ne pas être féministe n'est pas vouloir opprimer les femmes.

Je n'aime pas faire des analogies car je trouve cela suspect et souvent c'est une escroquerie en terme de communication mais je vais essayer de donner une comparaison. Si nous considérons le phénomène religieux ; souvent les croyants estimes qu'il ne peut y avoir de morale sans religion. Pourtant, de ce que j'ai déjà vu, un athée peut parfaitement avoir un comportement éthique et n'a pas besoin d'une punition divine à craindre pour cela.

La femme est un Homme comme les autre selon moi. Ne pas être féministe n'a rien d'oppresseur car il n'y a pas de différence à faire entre les humains.

On ne peut pas dire que tout ce qui n'est pas féministe est anti-féministe. Je ne suis pas bouddhiste mais ne suis pas anti-bouddhiste (comparaison n'est pas analogie).

Comme il avait été dit sur une autre discussion, il peut y avoir des féministes pro-sexe et d'autres anti. des féministes ok pour la prostitution et d'autres anti (avec un paradoxe dans le cas des Femen www.egaliteetreconciliation.fr/Les-FEMEN-ni-putes-... ).
Avec tout et son contraire, j'en conclu qu'il n'existe pas un Féminisme mais une multitude de chapelle et je suis athée de cela ! je préfère croire en l'humain et s'il faut du -iste, soyons humaniste.

Pour MetaZet, j'avais répondu déjà sur la notion de droite des valeurs. Cela vient de l'opposition entre ceux qui pense que les comportements ne sont que des constructions sociales et ceux qui pensent qu'il y a un déterminisme (biologique ou religieux).

Pour ma part, je pense qu'il y a un déterminisme biologique. Cela ne retire pas l'instinct grégaire et l'existence d'un certain conditionnement.

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

wolfram

le mardi 20 août 2013 à 20h05

Hey les gars, c'est moi qui est provoqué ce débordement, ne vous tapez pas sans moi !

La distinction droite/gauche date de la révolution en France lors d'un vote sur le droit de veto du roi. Les partisans d'un droit naturel (religieux ou biologique) se sont mis à droite et les partisans d'un droit construit (construction sociale) se sont mis à gauche.

Gauche du travail signifie que l'Etat doit contrôler et intervenir dans les rapports d'entreprise pour les réguler (opposition au libéralisme). La dérive étant le collectivisme.

Droite des valeurs signifie accepter un déterminisme biologique dans nos aspirations et rapports à l'autre (opposition au gender). La dérive pourrait être le racisme, le sexisme ou l'homophobie par exemple.

Mais là, on s'égare de la question posée !

Voir dans le contexte

Discussion : Féminisme et polyamour

Profil

wolfram

le mardi 20 août 2013 à 16h20

Dans cette discussion /discussion/-Jl-/Le-feminisme-devrait-il-denoncer-... il y a eu risque de débordement au sujet du féminisme.

Dans le respect des discussions récentes, je lance donc un nouveau fil.

Plusieurs personnes ont exprimées qu'il fallait être féministe pour être polyamoureux.

Je me considère polyamoureux au sens de Morning glory zell : www.patheos.com/Resources/Additional-Resources/Bou...

J'ai la même vision que Soral du féminisme : www.kontrekulture.com/produit/vers-la-f%C3%A9minis...

Lutter contre la discrimination aux salaires, selon moi, n'est pas un combat de genre mais un combat de classes. Une ouvrière sera plus discriminée qu'une cadre et le genre n'est qu'un outil de pression social d'une hyper-classe possédante ultra-libérale. Le féminisme serait alors un outil de contrôle maintenant cette illusion et opposant, entre eux, deux groupes de victimes.

Quand Cécile Duflot se targue de féminisme et dit utiliser exclusivement des couches lavables, elle oublie de dire qu'elle a une employée pour les laver ! C'est son appartenance à une classe sociale qui la libère des tâches ménagères et non son féminisme.

En gros, il ne me semble pas nécessaire d'être un zélateur des Femen ni même un contempteur des chiennes de garde ou de ni pute ni soumise pour être polyamoureux. Il me semble que l'on peut être polyamoureux et féministe comme être polyamoureux et non-féministe.

Le discours qui consisterait à attaquer les références que je me suis choisi serait hors sujet. La question est : doit-on être féministe pour être polyamoureux ? Je réponds non.

Je ne viens pas non plus attaquer les références des autres car ce n'est pas le débat.

Il me semble important qu'un nouveau venu puisse percevoir la diversité des opinions et des chemins qui mènent au polyamour.

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

wolfram

le mardi 20 août 2013 à 14h37

@siesta et junon, c'est à moi que s'adresse votre réflexion ?
Je pensais que c'était pour feu Len !

Si c'est moi, il ne me semble pas être sorti du fil : j'ai répondu à la question posé.
Il me semble ne pas avoir voulu laisser passer une dérive qui serait de donner des bons et mauvais points de polyamour !

Si j'ai été mal compris, je reformule (sans polémique, ce n'est pas le sujet) : si le féminisme promeut d'autres normes que la monogamie, tant mieux mais je ne puis laisser penser aux lecteurs que pour être polyamoureux, il faut forcément être féministe.

Et l'objet n'est pas de lancer un débat sur le féminisme mais bien de ne pas traiter la question posée à l'envers et de profiter de ce fil pour normaliser le polyamour et qui peut s'en revendiquer en insistant sur des orientations politiques ou sociales et non sur nos pratiques de relations amoureuses.

Voir dans le contexte

Discussion : Le féminisme devrait-il dénoncer la norme monogame ?

Profil

wolfram

le dimanche 18 août 2013 à 21h03

@aimerplusieurshommes et Audren, je serais très heureux que les féministes prônent d'autres normes que la monogamie mais je le suis moins de lire qu'il n'est pas possible d'être polyamoureux sans être féministe.

J'ai une vision soralienne du féminisme et cela ne m'empêche pas d'être polyamoureux au sens défini par Morning Glory Zell.

En revanche, si le combat féministe permettait de faciliter pour chacun une meilleur acceptation par la société d'autres formes de relation, j'applaudirai avec enthousiasme.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Attention à l'imposture

Profil

wolfram

le mardi 23 juillet 2013 à 15h38

Bonjour Imposture, le double-langage que tu déplores est un fait récurrent. Savoir que ce garçon qui t'a fait souffrir est présent sur le forum où il tiendrait des propos contraires à son comportement est possible puisque, souvent, un lieu d'expression est différent d'un lieu d'action et la vie qui y est présentée peut être fantasmée ou un exutoire pour des justifications d'actes que l'on vit mal.
Le polyamour peut être confondu avec un hédonisme égoïste dont il serait la justification.
Je ne sais pas si ce garçon est conscient ou non de son comportement et de la façon dont tu as pu le ressentir mais si son discours était de te mépriser car tu n'aurais pas les "capacités" à vivre le polyamour, il manque fortement d'empathie et de retour sur lui-même.
Tout le monde n'a pas la capacité à être polyamoureux comme tout le monde n'a pas la capacité à être mono. Il ne peut y avoir d'échelle de valeur sur ce sujet !
Je me joins à Siesta pour te proposer d'oublier ce garçon (membre du forum visiblement) qui nous est inconnu pour le moment mais que nous pourrions appeler "connard" si ses propos sont bien ceux que tu nous rapportes

Voir dans le contexte

Discussion : Mariage Poly

Profil

wolfram

le dimanche 21 juillet 2013 à 20h35

Le premier intérêt du mariage à plusieurs est la solidarité reconnue par la société : pension de réversion entre autre.
C'est l'église qui a inventé le mariage d'amour au début du 13ème siècle.
Le mariage civil (celui qui m'intéresse) c'est d'abord un atome de société et la société c'est l'organisation d'une solidarité entre ses composantes en respectant l'idée que la somme des intérêts locaux ne concourent pas forcément à l'intérêt commun.
Est-ce que le mariage à plusieurs va dans le sens de l'intérêt local ou commun ?
Si nous sommes nombreux à vouloir nous marier à plus de deux et que ne pas le faire peut créer des tensions et des spoliations et que le faire ne va nuire à personne, alors la société devra légiférer en ce sens.
En gros, pour que nous puissions nous marier à plus de trois, il faut que nous soyons plus de trois à le vouloir ;)

Voir dans le contexte

Discussion : Trouver la 3éme personne

Profil

wolfram

le samedi 29 juin 2013 à 18h45

Message modéré pour la raison suivante : Lien externe auto-promotion.

Voir dans le contexte

Discussion : Trio ! besoin d'aide pour y voir plus clair

Profil

wolfram

le vendredi 21 juin 2013 à 10h03

Oui, là-dessus on ne peut rien faire... pourtant Montpellier est une sacré ville étudiante !

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion