Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Valeurs du polyamour

#
Profil

PolyEric

le jeudi 02 août 2012 à 20h58

wolfram
Pour te livrer de l'intime, je suis plutôt un algébriste ; tu comprendras ma vision ensembliste.

Ou alors, tu es un ensembliste, ce qui explique ta passion pour l'algèbre. :-)

#
Profil

wolfram

le samedi 04 août 2012 à 00h40

Tout s'explique !
Nous créons un nouvel espace (dont le forum serait un vecteur directeur) et nous cherchons la norme qui s'associe.
Pas étonnant que j'ai autant de goût pour les corps, les groupes et les idéaux !
Evariste Galois figure constitutive du polyamour !

#
Profil

bodhicitta

le samedi 04 août 2012 à 00h52

si on cherche la norme qui s'y associe on risque de tomber dans le hors normes ou rien.
Mais je pense qu'il ne faut rien rejeter mais être en paix avec soit même et les autres. mais avoir l'esprit ouvert au hors normes

#
Profil

BobMorloch

le mercredi 08 août 2012 à 17h06

Je vous le concède, en essayant de comprendre, j'ai commis le pêché de facilité qui consiste à étiqueter, à figer les choses dans une petite boite. Sale travers qui nous guette depuis Aristote... Cela dit, s'intéresser à ce qui nous distingue permet aussi de voir ce qui nous rassemble et, si c'est fait avec bienveillance, cela n'exclut en rien.

Je suis désolé si vous l'aviez perçu comme cela, mon intention n'était pas d'exclure ou de considérer que tout ce qui est différend doit rester à distance. J'ai trop conscience de la richesse et de l'intérêt de la diversité dans le polyamour. Par mes questions, je m'intéressais à un concept que je ne connaissais à ce jour que de très loin. Si nous avions tous les mêmes idées, ces forums n'auraient aucun intérêt...

Cela dit, même s'il existe des mots français plus pointus pour le dire, je persiste à penser qu'il est possible de faire passer des idées sans les déformer tout en utilisant un langage compréhensible par la majorité, sans rien concéder à l'élégance et à la fluidité de la langue. Nous ne parlons pas d'astrophysique, tout de même... Entre professionnels d'un domaine, il est normal d'utiliser des termes techniques, qui sont porteurs d'un sens précis.

Ce forum n'étant pas un congrès de sociologues ou de philosophes déconstructivistes, mais rassemblant au contraire des gens de tous horizons ou de toutes formations, des termes trop techniques ou des phrases trop alambiquées aboutiront justement à exclure ceux qui ne maîtrisent pas ce vocabulaire. Je connais des gens qui n'osent pas intervenir sur ce genre de forum, étant moins à l'aise avec l'écrit et complexant d'utiliser un langage plus simple. Du coup, ils s'excluent eux-mêmes et ça, c'est dommage.

En outre, ce type de langage est dangereux car, étant typiquement une construction mentale, il permet de créer un monde logique et cohérent tout en étant totalement déconnecté de la réalité et de son ressenti. Il est possible de rester toute sa vie dans cet univers conceptuel sans réaliser qu'il est totalement artificiel et tourne en vase clos.

Or, seul un langage simple permet de voir s'il est en phase avec notre ressenti, nos émotions, nos tripes. Plus on intellectualise, plus on prend le risque de se couper de son ressenti et de ne plus parler avec le coeur

Je ne dis cela pour personne ici en particulier, je constate juste que plus on est savant, plus il faut être attentif à ne pas tomber dans ce travers...

#
Profil

BobMorloch

le mardi 04 septembre 2012 à 10h47

Je reviens sur le sujet central de ce post, à savoir les valeurs qu’il est souhaitable d’observer pour avoir une vie polyamoureuse épanouissante.

J’ai été frappé par une de mes connaissances qui, nouvellement poly, a un peu pété les plombs devant l’immensité de la liberté et des possibles qui s’ouvraient à lui. En pratique, au nom de sa nouvelle liberté, il se sentait libéré de toute contrainte et de toute nécessité d’agir avec tact et délicatesse envers ses proches (genre : annoncer entre deux portes à sa récente compagne qu’il vient de se taper une autre gonzesse et qu’il a bien pris son pied, sans se soucier de la façon dont elle à même d’encaisser l’information).

J’ai le sentiment que cette absence de règle et de cadre caractérisant le polyamour implique justement de faire preuve d’une éthique individuelle rigoureuse, qui me semble la seule façon de mener une vie polyamoureuse qui soit respectueuse de soi-même et des autres. Cela rejoint le texte relatif aux valeurs polyamoureuses que je vous soumettais.

En outre, si chaque poly observe cette éthique personnelle (chacun l’adaptant à sa sauce, bien sûr), cela ne pourra que contribuer à donner à notre mouvement une image « d’honorabilité », bien loin des clichés voulant que les poly soient juste des jouisseurs égoïstes ou des débauchés sans morale.

Qu’en pensez-vous ?

#
Profil

PolyEric

le mardi 04 septembre 2012 à 10h53

J'en pense que je n'ai rien à faire d'une image « d’honorabilité ». Je préfère de loin ma liberté.

Quant à avoir une éthique que l'on adapte à sa sauce, laisse moi rigoler. Dans ton exemple "représentatif", il suffit que ton copain adapte son éthique personnelle, en se disant que pour être polyamoureux, il faut savoir tout entendre. Ainsi, c'est sa copine qui apparaîtra "non apte". Bref, la notion d'éthique que l'on adapte à sa sauce, c'est tout simplement n'importe quoi, ça ressemble de très près à de l'auto justice, donc aux pires excès.

Quitte à faire des excès, autant ne pas se prendre pour un juge.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

BobMorloch

le mardi 04 septembre 2012 à 13h02

Eric 50, je n’ai pas l’impression de mériter l’agressivité de ta réponse.

J’ai quand même l’impression qu’une majorité de polyamoureux verrait d’un bon œil que le polyamour soit perçu par le reste de la population comme « un modèle acceptable parmi d’autres », et non comme un truc douteux réservé à quelques allumés. Cela suppose donc que le polyamour véhicule des idées et des valeurs défendables (je veux bien enlever le terme « honorables », qui fait peut être trop bourgeois à tes yeux).

Je ne vois pas trop en quoi il faudrait choisir avec ta liberté, sauf à considérer que la définition de la liberté est de faire n’importe quoi sans se soucier des autres et des conséquences.

Je parle d’éthique personnelle, dans la mesure où il y a une telle diversité de personnes, de façon de concevoir le polyamour et les relations amoureuses, qu’il serait illusoire d’espérer définir une éthique universelle en la matière qui puisse englober toute cette diversité sans l’appauvrir (sauf à être extrêmement général et vague). Quiconque édicterait de quelconques règles imposables à tous les polyamoureux sans distinction affronterait tout de suite une légitime levée de boucliers des défendeurs de la liberté que tu viens toi-même de brandir.

Tu relèves cependant un point important : pour qu’il y ait une éthique personnelle valable, cela suppose que chacun fasse preuve d’honnêteté non seulement envers les autres, mais surtout envers lui-même. Je rappelle une des valeurs du texte : « L’authenticité et l’honnêteté vis-à-vis de soi-même, en veillant à se respecter et à n’accepter que ce qui procure le sentiment d’être juste par rapport à soi-même ». Quelqu’un d’honnête ne justifiera pas son manque de délicatesse en pensant qu’un polyamoureux doit être capable de tout entendre et qu’il a donc eu raison d’agir comme il l’a fait (c’est-à-dire en abruti).

Puisqu’on a bazardé les anciennes règles et les garde-fous, il me semble que c’est à chacun d’être capable de se comporter tout seul comme un grand, en adulte responsable. A chacun d’être sincère avec lui-même afin de vérifier s’il se sent droit dans ses bottes à ce sujet…

#
Profil

PolyEric

le mardi 04 septembre 2012 à 22h42

Excuses moi d'avoir donné l'impression de t'agresser, je n'ai absolument rien contre toi bien au contraire.

Je trouve seulement que tu te trompes profondément.

Comme beaucoup, tu considères que l'on est responsable des autres (serait on supérieur ?).

Je pense que ce n'est pas le cas et que tu généralise dans un sens, autant que ton copain généralisait dans l'autre sens.

Il y a de tout pour faire un monde, et quand les extrêmes se rencontrent, ça fait peut-être bobo, mais ce n'est pas plus la responsabilité des uns que celle des autres, à moins bien entendu qu'il y ait une éthique officielle, à partir de laquelle on pourrait mesurer les fautes des uns et des autres !

Personnellement, je considère assez gravement, les personnes qui filtrent les informations que je veux savoir en faisant attention à ne pas me blesser, car je trouve très humiliant qu'on me prenne pour quelqu'un qui qu'il faut materner. J'aime avoir l'information brut de pomme et je me débrouille comme un grand pour la filtrer moi-même.

Ben sur que je préférerais que le polyamour soit bien vu et que la jalousie soit rayée de la carte, mais je ne suis pas prêt à bien me tenir par rapport à une quelconque morale, pour ...., pour..., ne rien avoir du tout, car quelque soit la façon dont on se comporte, ça nous revient de toute façon comme un mépris.

Autant ne pas trop se soucier de ceux qui nous méprisent. Qu'ils commencent déjà par nous respecter, et ensuite, on verra s'ils ont besoin de quelque chose. Je ne pense pas qu'il fasse très attention à ne pas trop nous brusquer en nous traitant de salaud ou de pute, ou que sais-je, la liste est longue.

Quant à être délicat avec son amoureux(se). J'ose espérer que si une personne n'aime pas tel ou telle poly, elle n'en déduira pas que tous les polys sont identiques. C'est vrai que j'oses toujours trop, je l'avoue.

Une chose est certaine, c'est que de mon vivant, je ne verrai jamais le polyamour vu de façon bienveillante par la masse des gens "bien pensants", même si je me comporte comme un petit matou gentil tout mignon.

#
Profil

BobMorloch

le mercredi 05 septembre 2012 à 09h50

Pas de souci, j’ai moi aussi le cuir solide… Mais cela aurait pu ne pas être le cas… Même si on peut être totalement opposé sur le fond, je trouve néanmoins important de rester bienveillant sur la forme, ce qui ne peut qu’aider à éviter les blocages et rendre l’échange plus fructueux.

Je nuancerai un peu mon point de vue : je ne me sens pas particulièrement responsable d’autrui car, le plus souvent, si quelqu’un encaisse mal une information, ce n’est pas la faute de l’informateur, c’est en réalité l’informé qui a des fragilités (jalousie, peu de l’abandon…) et doit apprendre à progresser à ce sujet. En transmettant l’info, l’informateur n’a donc fait qu’amorcer la crise mais n’en est pas la cause, qui est avant tout à chercher dans la jalousie de l’informé.

Je suis donc d’accord avec toi que ménager excessivement les gens ne les fera pas progresser et ne leur rend donc pas service. De même que je ne suis pas responsable de cette progression d’autrui, qui est entre ses seules mains.

Cependant, cela ne justifie pas non plus de dire n’importe quoi n’importe comment. On ne peut pas demander à quelqu’un dont on sait qu’il a encore des progrès important à faire dans la gestion de l’autonomie affective d’acquérir en 5 minutes le détachement d’un bouddha. D’accord que tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, mais en faire baver l’autre un max n’est pas forcément souhaitable. La méthode commando ne convient pas à tout le monde…

Ne pas en tenir compte me semble être une marque d’indifférence à la souffrance de l’autre, surtout s’il s’agit d’une personne aimée. A ce sujet, ma règle éthique personnelle (que j’ai déjà mentionnée) est de me poser la question suivante : ce que je compte dire à ma partenaire est-il vrai, utile et gentil/bienveillant ? Si une de ces trois conditions n’est pas remplie, mieux vaut se taire… Pour ne pas donner une image Bisounours, je tiens à préciser que cela ne signifie pas éviter tous les sujets qui fâchent ou peuvent faire mal car les aborder (mais avec bienveillance) peut entrer dans les catégories « utile » et « gentil ».

Quant à l’image « d’honorabilité » des polys, nous sommes bien évidemment d’accord que notre comportement n’a pas pour but premier de jouer au gendre idéal pour être bien vu. Le regard d’autrui n’est donc clairement pas le critère premier (ni même second). Je pense que quelqu’un soucieux du « qu’en dira-t-on ? » ne sera a priori pas très porté sur le polyamour…

Avoir une éthique personnelle, c’est avant tout pour soi-même, pour que nos actes soient en phase avec qui on est vraiment. Indirectement, cela rejaillira positivement sur nos proches et, tout à fait accessoirement, contribuera malgré tout à donner une image moins caricaturale des polys (pourquoi s’en priver ?).

Belle journée à toi.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion