Valeurs du polyamour - Polyamour.info

Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Valeurs du polyamour

Bases
#
Profil

BobMorloch

le mercredi 18 juillet 2012 à 15h37

Bonjour à toutes et tous,

C'est ma première intervention sur ce site, étant de Bruxelles et plus actif sur le site belge www.polyamour.be.

Chacun ayant un peu sa conception personnelle des relations polyamoureuses, nous nous sommes rendus compte de la difficulté d'obtenir un consensus sur une définition du polyamour qui ne soit ni trop vague ni trop restrictive et qui n'exclut personne.

Plutôt qu’une définition, nous avons alors établi une liste de ce qui nous semblait être les valeurs principales sous-tendant le polyamour, que nous avons placée en vue sur notre site web, de façon à offrir aux nouveaux visiteurs un aperçu concret et condensé de ce que suppose le polyamour.

Je vous mets ce texte ci-dessous et serait heureux de recueillir vos sentiments, avis et commentaires à ce sujet.

Belle après-midi à toutes et tous
Bob

Les polyamoureux sont attachés à certaines idées et valeurs, qu’ils tentent d’intégrer au mieux dans leur vie quotidienne, et dont les principales sont :

Liens relationnels

- La conviction qu’il n’y a pas qu’un seul modèle de relation amoureuse valable, chacun ayant la liberté de créer le modèle qui lui convient.

- L'idée qu'il est possible d'aimer plusieurs personnes en même temps sans qu'il ne faille retrancher à l'un ce que l'on donne à l'autre, dès lors que notre capacité à aimer se trouve généralement augmentée au fur et à mesure du développement de nos relations.

- La volonté de s'offrir à soi-même, ainsi qu’à son (ses) partenaire(s), la possibilité de créer et d’entretenir simultanément avec une ou plusieurs personnes des liens et relations durables, qu’ils soient de nature amicale, affective, intellectuelle, amoureuse et/ou sexuelle (ces éléments pouvant se cumuler ou non).

- Un état d’esprit d’ouverture aux rencontres et aux relations, à la découverte d’autres univers, avec le souhait de laisser la porte ouverte aux potentialités, en s'autorisant à aimer si l’envie survient.

- Une nouvelle relation peut s’additionner aux relations plus anciennes sans nécessairement les chasser et les remplacer; les différentes relations pouvant s’additionner sans être concurrentes, se compléter et s’enrichir mutuellement de leurs différences.

- Le respect du caractère changeant des rythmes et des cycles du désir, permettant d’admettre qu’un creux dans une relation peut être temporaire et n’entraîne pas nécessairement sa fin.

- Le souhait de maintenir des relations sur la durée, tout en acceptant leur impermanence, c’est-à-dire le fait que la nature et l’intensité de ces relations ne sont pas figées mais évolueront et se transformeront naturellement avec le temps.

- Une vision pleine d’innocence, de gaîté, de légèreté et d’absence de culpabilité de ce que sont les échanges amoureux, avec l’idée que les relations sexuelles peuvent être un mode privilégié de rencontre et de communication.

Relations au(x) partenaire(s) :

- L’égalité et la réciprocité entre femmes et hommes, entre partenaires, indépendamment de l'orientation sexuelle et/ou l'identité de genre.

- Le respect mutuel et la bienveillance entre partenaires.

- L’absence d’appropriation de l’autre et d’exclusivité imposée, avec le souhait d’offrir à l’autre un espace de liberté où il/elle peut s’épanouir et se révéler pleinement. Cela implique la capacité à se réjouir du bonheur de l’être aimé, que ce bonheur se réalise avec ou sans nous.

- Le développement de l’autonomie affective afin d’éviter la dépendance amoureuse. Cela suppose de ne pas se sentir responsable et indispensable au bonheur de l’autre, ainsi que l’acceptation de ne pas être tout pour l'autre et qu'il ne soit pas tout pour moi.

- Le souci d’éviter d’imposer ses vues à l’autre, en recherchant le plus possible le consensus.

- La volonté d’entretenir des relations franches et assumées à l’égard de son (ses) partenaire(s), dans le refus du mensonge et de la dissimulation, tout en maintenant le droit à un jardin secret et à l’absence d’obligation de transparence totale.

- L’importance de la notion de fidélité, dans le sens du respect avec constance et bonne foi des engagements et des accords conclus entre partenaires, en vue de la création d’un lien de confiance durable.

- Un amour libre mais responsable, veillant à préserver au mieux l’estime et la confiance intérieure de l’autre, avec le souci d’éviter de blesser ses proches.

Relation à soi-même :

- L’authenticité et l’honnêteté vis-à-vis de soi-même, en veillant à se respecter et à n’accepter que ce qui procure le sentiment d’être juste par rapport à soi-même.

- La recherche d’une paix intérieure à travers la conciliation entre les pôles en apparence souvent contradictoires que sont la raison, les sentiments et les émotions.

- La conviction que la voie du polyamour n’est pas celle de la permissivité et de la facilité, qu’elle ne pourra être suivie avec bonheur que si elle est accompagnée d’un véritable travail sur soi : meilleure connaissance de soi et de ses désirs, développement et affirmation de toutes les facettes de sa personnalité, apprentissage de la confiance et de l’amour de soi, apprivoisement de l’égo, de la jalousie, de la peur de l’abandon, du besoin de comparaison et de la rivalité... Le polyamour a cette particularité que si sa pratique nécessite un travail sur soi, cette pratique constitue déjà une part de ce travail.

- L’humilité de savoir que le polyamour est un apprentissage progressif et dans la durée, n’excluant pas les tâtonnements, les erreurs, les périodes de doutes, voire de régression. L’exigence de cette voie ne signifie cependant pas pour autant qu’elle soit utopique ou irréaliste, ni qu’il faille être totalement accompli(e) pour l’essayer et y progresser.

Relations à la société :

- Un regard distancié et indépendant face aux règles morales et religieuses dominantes, tout en respectant ceux qui les suivent.

- Le souhait que le mode de vie et de pensée polyamoureux soit considéré par la société comme un modèle acceptable parmi d'autres.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 juillet 2012 à 17h31

j'aime beaucoup; ça me parle, me semble juste et bien posé.

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 juillet 2012 à 19h42

J'aime aussi.

#
Profil

wolfram

le mercredi 18 juillet 2012 à 20h23

C'est, rassemblé ici, ce que beaucoup expriment sur ce site et ailleurs.

Je ne m'y reconnais que partiellement mais cela est dû à la forme de polyamour qui est celle que je vis.
Ma liberté c'est de pouvoir aimer deux femmes en même temps et qu'elles s'aiment et m'aiment aussi.

Nous vivions cela basé sur un couple qui s'est transformé en trouple plusieurs fois sans que cela ne débouche encore sur la relation que nous pourrions faire perdurer (nous fréquentons toujours notre premier amour, qui est plus en accord avec ce texte, depuis 5 ans) mais, quand des gens s'aiment au delà du simple choc hormonal, le souhait est d'enrichir et maintenir cette relation.

Nous mettons notre volonté à la réussite de notre amour ! cela ne signifie pas que nous fassions de l'acharnement thérapeutique (deux ruptures sans que les sentiments soient éteints mais parce que les efforts pour maintenir le bonheur dépassaient le dit bonheur) mais que chaque jour, à trois, nous nous demandons dans notre coin, quelles briques allons nous porter.

notre souhait est de vivre en fusion à trois comme beaucoup de couples à deux. il n'y a pas de jardin secret pour nous et vivre cela, cette transparence, procure un sentiment troublant et addictif. être transparent implique aussi d'exprimer ses états d'âmes et donc, cela relance la communication et l'amour.

De même, ce qui est juste pour nous doit aussi l'être pour ceux qui constituent notre univers. je veux bien tenter de me connaître moi-même mais je n'imagine pas d'ontologie ; c'est par la phénoménologie que nous raisonnons et c'est en étudiant nos rapports aux acteurs de notre univers que nous nous connaissons.

Souvent je lis "comment lui faire comprendre ou accepter" ; cela ne me correspond pas, je considère qu'il y a un biais dès lors que les règles n'ont pas été édictées au départ. Un peu comme dans l'église catholique où deux personnes mariées peuvent rejoindre les ordres si c'est une démarche commune !

Ce texte me parait très bien pour une forme de polyamour mais il heurte la mienne ; certaines règles de bases proposées ici devraient être vues comme des alternatives.

La chose sur laquelle nous nous entendons tous est qu'il est possible d'aimer plusieurs personnes simultanément sans que cela retire à qui que ce soit. Je me reconnais aussi dans les relations à la société.

Comment pourrions-nous, pour le reste, concilier ces visions qui diffèrent ?
Pour ma part, j'aime bien les postulats de Morning Glory Zell dans son article "A bouquet of lovers". l'article ici

#

(compte clôturé)

le mercredi 18 juillet 2012 à 20h27

J'adhère complètement. Ce texte est réaliste et sensé. Comme le dit no6tm, "ça me parle, me semble juste et bien posé". Ce texte décrit ce à quoi j'aspire, pour moi, pour les personnes que j'aime, pour les personnes qui m'aiment et aux yeux de la société dans laquelle je vis. Ma liberté, celle des autres dans un respect sincère et mutuel.
Bravo (+)
G.

#
Profil

wolfram

le mercredi 18 juillet 2012 à 21h17

dans un vieux message j'avais présenté une alternative pour envisager la société : la vision communautaire et la vision individuelle.
notre (correction, ce n'est pas que la mienne) vision est communautaire et celle de ce texte est individuelle il semble.
notre vision n'est pas meilleur que l'autre mais elle n'est pas prise en compte dedans.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Caelur

le jeudi 19 juillet 2012 à 20h03

Je crois percevoir la tension qu'évoque Wolfram, entre vision individuel et communautaire de la chose.

Peut-être pourrais tu détailler plus spécifiquement les valeurs qui sous-tendent ta vision communautaire de la chose, ou nous mettre un lien vers le texte que tu avais produit ?

Très bon texte pour les valeurs du poly, j'aime et je m'y retrouve. Et pour la version synthétique, reste toujours la définition du polyamour, qui figure d'ailleurs à l'accueil de ce site.

#
Profil

wolfram

le vendredi 20 juillet 2012 à 19h32

il faut que je retrouve mais je n'ai internet que par téléphone portable en ce moment ;)
au pire je m'y recolle, ça me permettrait de le mettre aussi sur mon blog !

#
Profil

wolfram

le dimanche 22 juillet 2012 à 18h12

Message modéré pour la raison suivante : Lien externe auto-promotion.

#

(compte clôturé)

le lundi 23 juillet 2012 à 14h18

Je me suis inscrite sur www.polyamour.be afin de pouvoir échanger également avec nos amis belges francophones. J'ai gardé le même pseudo.
Je voulais juste leur faire un peu de pub. Merci BobMorloch.

#
Profil

BobMorloch

le lundi 23 juillet 2012 à 16h59

J’avoue ne pas bien saisir la nuance qui distingue une vision individualiste du polyamour – qui serait la mienne – d’une vision communautariste qui serait celle des tenants de l’amour en couple de plus de deux personnes.

Il est peut être utile de préciser que le texte que je vous ai soumis n’est en rien un ensemble de règles à suivre sous peine de perdre l’étiquette de polyamoureux ou d’être banni du forum… Ce serait contraire à l’une des idées maitresses du polyamour qui est que chacun est libre de créer le modèle de couple qui lui convient (et donc, d’avoir sa vision personnelle du polyamour).

L’objectif de ce texte est uniquement de permettre aux nouveaux arrivants sur le site web de trouver, condensés en un seul endroit (et non disséminés sur tout le site et dans plusieurs bouquins), des informations permettant d’avoir une idée globale de ce que le polyamour signifie concrètement et, surtout, de ce que cela suppose comme remise en question du modèle classique, faute de quoi le risque de plantage est non négligeable...

Si l’idée a été d’être le plus « universel » possible, il est bien entendu impossible de prendre en compte chaque spécificité particulière. Ce texte étant informatif et indicatif, à chacun donc de se le réapproprier et de l’adapter à sa sauce s’il le souhaite.
Ainsi, concernant la transparence, le texte mentionne « le droit à un jardin secret et à l’absence d’obligation de transparence totale ». Ce n’est donc pas une obligation, ni dans un sens, ni dans l’autre. A chacun d’apprécier s’il préfère plus ou moins de transparence, sachant que les accords entre partenaires peuvent évoluer ou être revus si besoin.

A ce sujet, nous parlons souvent de « translucidité », à savoir une transparence partielle, montrant les grandes lignes mais masquant ce qu’il n’est pas souhaitable de montrer. A cet égard, ma règle personnelle est de me poser la question suivante : ce que je compte dire à ma partenaire est-il vrai, utile et gentil/bienveillant ? Si une de ces trois conditions n’est pas remplie, mieux vaut se taire…

Belle journée à toutes et tous

Bob

#

(compte clôturé)

le lundi 23 juillet 2012 à 18h36

Bonjour BobMorloch,
Vouloir définir quelque chose est extrêmement difficile. Le polyamour relève du domaine du ressenti. Il est donc évident que l'ensemble du texte ne pourra en aucun cas convenir à l'ensemble des polyamoureux. J'ai beaucoup étudié la question et dans l'essai que j'ai écrit j'insiste dès le début : même dans une relation partagée, les deux protagonistes ne ressentiront pas la MEME CHOSE. Chacun a sa propre sensibilité, sa propre perception de l'amour... (voir également le chapitre sur le langage du corps)
Il n'y a que sur la durée que l'on peut comprendre le mode de fonctionnement de l'autre (et encore, il faut se méfier de l'interprétation que l'on fait du comportement et des réactions de l'autre, sachant que ce dernier évoluera indépendamment de notre propre évolution). Ainsi, je me pose constamment la question : comment cette personne que j'aime perçoit-elle mes paroles, mes gestes, mes sourires, mes expressions...
La transparence totale sera dans tous les cas relative. MON AVIS est qu'il faut dire ce qui ne doit pas être caché dans l'intérêt d'une relation franche et sincère et garder pour soi ce qui relève de l'intimité de la relation avec une tierce personne. PERSO, je tiens à conserver ce jardin secret mais il est vrai que je me demande parfois quelles en sont les limites. Faire la part de ce qui est de l'information utile (d'autant plus qu'elle sera interprétée) et de ce qui est de l'ordre de l'intime qui est personnel et donc non partageable. J'évite les comparaisons surtout si elles peuvent être blessantes. Si je veux faire des compliments (et je le fais) c'est à la personne concernée. Donc je rejoins l'initiateur de cette discussion : véracité, utilité et bienveillance. MOI CA ME VA.

#
Profil

wolfram

le lundi 23 juillet 2012 à 21h12

Bonsoir :)
@BobMorloch,
en fait, la différence est de taille, dans la vision communautaire, la rétention d'information est anti-éthique car elle provoque une asymétrie d'information qui empêche la prise de décision rationnelle.
Ce problème n'existe pas dans la vision individuelle puisque chacun sait ce qu'il souhaite dire et se déclare seul juge de ce que l'autre doit savoir ; c'est sa liberté.

Les différences en vision holiste et individuelle se reflètent dans beaucoup des éléments que tu proposes. beaucoup de polyamoureux se retrouvent dans cet écrit qui reflète parfaitement la vision individuelle mais d'autres, les communautaires, ne s'y retrouvent que très partiellement. D'ailleurs, les communautaires souhaitent, ils en éprouvent le besoin, voir réuni sous un même toit ceux qu'ils aiment.

Ce qui nous caractérise tous, c'est cette capacité à aimer et être aimé de plusieurs personnes. La compersion est aussi une valeur commune à mon sens.

@qcd68, l'amour trouve sa source dans le cortex limbique qui est commun à tous les mammifères. si j'ai démarré mon texte par la citation de Hobbes c'est parce que les hommes ont un modèle de société évolué mais basé sur celui du loup. c'est un biais culturel qui pousse à faire croire qu'on ne peut aimer qu'une personne à la fois.

En gros, les valeurs proposés sont très bien à condition que l'on se ressente dans le modèle individuel :)

#

(compte clôturé)

le mardi 24 juillet 2012 à 17h55

Merci Wolfram pour ta remarque.
Ben, en fait, je suis nulle en biologie. Alors les cortex... En plus, j'ai peur des chiens, alors des loups. Moi je suis plutôt à la fois très sociable mais indépendante dans certains cas. Je ne conçois pas (plus) une vie (MA vie) en communauté.
Nous avons donc tous les deux raisons, chacun à notre manière. Il est toujours bien de se rappeler que nous sommes unique. Je pense que l'auteur de ce texte est plus proche de ma conception du polyamour que de la tienne. Vous pourriez peut-être approfondir ce texte ensemble, afin qu'il convienne à un maximum de personnes ?
Il me plait de lire toutes les idées et suggestions afin d'avoir une optique plus panoramique de la question. Il est clair que j'ai encore un champ visuel trop restreint et je m'efforce de rester ouverte aux idées qui ne sont pas les miennes (avec mon fichu caractère, c'est pas toujours facile). J'ai la volonté d'évoluer, et pas seulement dans mon sens.

#
Profil

PolyEric

le samedi 28 juillet 2012 à 07h48

Pour moi, le polyamour est un attachement aux attachements multiples.

Dans mon cas, c'est même un attachement exclusif (je suis exclusivement attaché aux attachements multiples).

Par ailleurs, je pense qu'il s'agit d'un choix "obligatoire" (imposé par la nature). De même, il ne me semble pas que le polyamour ait des valeurs, mais plutôt qu'il les exige.

Par exemple, l'attachement des polyamoureux à la vérité, résulte uniquement du fait qu'il n'est pas possible d'avoir des attachements multiples solides sans vérité (le mensonge finit par être découvert et à casser la relation d'ou une insécurité permanente, ou bien, mine la relation au jour le jour en imposant sa loi du silence et de l'invisibilité).

De même, l'attachement du polyamour à la liberté, résulte uniquement du fait qu'il n'est pas possible d'aimer sans liberté d'aimer (le simple fait de devoir aimer une personne, même lorsque l'on s'y est engagé, détruit immédiatement l'amour pour cette personne, et génère une envie de se libérer de ses propres engagements)

Autrement dit, octroyer la liberté et dire la vérité, ne sont pas des valeurs que l'on adopte vraiment, mais des droits d'entrée, que la nature collecte sans ménagement, auprès de ceux qui veulent accéder à l'amour tout court.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 28 juillet 2012 à 08h48

J'avoue que je reprendrais bien cette citation de Simone de Beauvoir à propos du lesbianisme, en l'adaptant à la non-exclusivité amoureuse.

Simone de Beauvoir
En vérité l'homosexualité n'est pas plus une perversion délibérée qu'une malédiction fatale. C'est une attitude choisie en situation, c'est-à-dire à la fois motivée et librement adoptée. Aucun des facteurs que le sujet assume par ce choix — données physiologiques, histoire psychologique, circonstances sociales — n'est déterminant encore que tous contribuent à l'expliquer. C'est pour la femme une manière parmi d'autres de résoudre les problèmes posés par sa condition en général, par sa situation érotique en particulier. Comme toutes les conduites humaines, elle entraînera comédies, déséquilibre, échec, mensonge ou, au contraire, elle sera source d'expériences fécondes, selon qu'elle sera vécue dans la mauvaise foi, la paresse et l'inauthenticité ou dans la lucidité, la générosité et la liberté.

Simone de Beauvoir, revue par moi-même.
En vérité la non-exclusivité amoureuse n'est pas plus une perversion délibérée qu'une malédiction fatale. C'est une attitude choisie en situation, c'est-à-dire à la fois motivée et librement adoptée. Aucun des facteurs que le sujet assume par ce choix — données physiologiques, histoire psychologique, circonstances sociales — n'est déterminant encore que tous contribuent à l'expliquer. C'est pour les personnes qui la pratique une manière parmi d'autres de résoudre les problèmes posés par leur condition en général. Comme toutes les conduites humaines, elle entraînera comédies, déséquilibre, échec, mensonge ou, au contraire, elle sera source d'expériences fécondes, selon qu'elle sera vécue dans la mauvaise foi, la paresse et l'inauthenticité ou dans la lucidité, la générosité et la liberté.

Faire comme si le polyamour avait des qualités inhérentes, ça me paraît aussi débile que quand je me retrouve face à certains copains cathos, qui se comportent comme si ceux qui pratiquent leur religion étaient de facto meilleurs que les autres.

Alors qu'en fait, il y a autant de cons partout.

Ça a beau être mon choix, le dogme «  Le polyamour c'est forcément mieux », m'emmerde juste un tout petit peu sur les bords.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

coquelicot (invité)

le samedi 28 juillet 2012 à 10h26

Le polyamour n est une verité que pour ceux qui y adherent totalement
librement , gratuitement.
Pour ceux qui n y touchent que partiellement ,du bout du coeur,
ca ne peut pas etre l apotheose !

#

(compte clôturé)

le samedi 28 juillet 2012 à 10h31

Moi qui manifestait ma peur des comportements sectaristes, me voilà servi. :)

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 28 juillet 2012 à 10h36

coquelicot, dans un contexte religieux
Le catholicisme n'est une Verité que pour ceux qui y adhèrent totalement librement, gratuitement.
Pour ceux qui n y touchent que partiellement, du bout du cœur, ça ne peut pas être l'apothéose !

Je veux dire : si ta manière de vivre tes amours pluriels actuellement te convient, c'est tant mieux. Vraiment génial, même. :)

Après, faire gaffe de ne pas universaliser et trier les mondes et modes de vie en «  bien » et « pas bien » selon la toute puissance de ce que tu viens de poser comme un dogme.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

coquelicot (invité)

le samedi 28 juillet 2012 à 12h29

Loin de moi l envie ni l idee de me permettre de dire ce qui est bien ou pas bien.
Je sait simplement ce qui est bien pour moi oui ca je le sait.
Apres chacun voit midi a sa porte.
Les questionnements les doutes les recherches j ai deja donné.
Je pourrai meme dire: qui m aime me suive, les autres eh bien ,ils restent les autres.
Je n ai plus ni le temps ni la patience de savoir si ce que je dis vas plaire ou pas
si ce que je suis vas plaire ou pas.
Je suis je dis je vis!
et qui vivras verra!
Ce sont MES valeurs ,oui, je les ai cherchées pendant dix ans!!!!!
Maintenant que je les tiens.........

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion