Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Arguments contre le polyamour et pour la monogamie strictement exclusive ?

#
Profil

Boucledoux

le jeudi 11 mars 2010 à 14h16

Icaria


Je m'interroge : son attitude est -il celui d'un vrai polyamoureux ?

Quelques mots rapides, je suis d'accord avec tout ce que dit Siesta, à part que je ne mettrai pas le même contenu derrière le mot "séducteur" mais c'est affaire de vocabulaire et je suis d'accord sur le fond.

Je rajoute ma petite couche donc et je commence comme les autres par te féliciter de ta démarche ici, je suppose que ce n'est pas facile de faire le pas. Je pense que tu y trouvera accueil et oreille bienveillante et j'espère quelques éléments qui te seront utile.

En gros ma réaction cri du coeur avant de nuancer (peut-être) c'est de dire que le polyamour, ce n'est pas le bon truc pratique pour justifier de se comporter comme un salaud. Au contraire même !

Ce qui me choque d'abord dans ce que tu racontes (mais c'est une réaction sur quelques lignes donc je suis peut-être complètement à côté, tu diras) c'est que j'ai l'impression de rapports de pouvoir moralement très violents. Un fonctionnement qui est de mettre l'autre en état d'infériorité et de dépendance pour imposer ce qui lui convient à lui en s'en foutant un peu de ce qui peut épanouir ou plaire à l'autre.

Bon, on a chacun nos modes de fonctionnement et il n'y a pas de label mais ce qui pour moi est à la base du polyamour, c'est exactement le contraire. Plus que le fait d'avoir 1 2 ou 45 amoureux-euses, c'est d'établir des rapports avec les autres qui soient d'abord égalitaire et respectueux de ce qu'est l'autre, de son autonomie et de son épanouissement. Si ce n'est pas ça, alors j'irai un peu plus loin que Siesta. Réfléchi si le polyamour c'est pour toi, peut-être, mais quelque soit la réponse, ce n'est en tout cas pas pour lui et il vaut probablement au minimum prendre les distances qui te permette de sauvegarder ton autonomie, ta personnalité et ce que tu es toi.

Bon, c'est un peu brut de décoffrage mais un fois de plus j'écris alors que j'ai une réunion commencée depuis 10mn... mais n'hésite pas à revenir et à nous solliciter en tout cas pour creuser tout ce qui te pose problème et que tu aurais envie de discuter...

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 11 mars 2010 à 14h36

Précisons, on peut le fait en "méta réponse"...

J'essaie d'équilibrer ce que je dis du mec d'Icaria... parce que son témoignage a elle est teinté de peine. Sa démarche spontanée, même si dans l'absolu ce n'est pas la plus constructive pour elle, c'est de comprendre le gars. Je pense que les arguments porteront mieux si on l'accompagne dans cette recherche pendant une partie de la réflexion.

Je tiens aussi compte de la subjectivité du témoignage, donc je réfléchis avec un "mec d'Icaria" théorique, présenté sous un angle pas trop agressif.

Même si mon conseil au fond, c'est quand même "tire-toi"... Et que là tel que présenté, le mec ne me paraisse pas valoir la peine qu'Icaria se donne. Mais je ne suis pas assez sûr de mon fait pour insister trop là dessus dans la réflexion.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 11 mars 2010 à 15h39

Icaria, tu devrais peut-être inviter ton amant à venir visiter ce site.
À première vue je dirais que ce n'est pas un polyamoureux au sens éthique du terme.
Moi aussi à première vue j'aurais tendance à dire comme Siesta: tire-toi...
Mais peut-être que je me trompe. S'il fait l'effort de venir lire ici, c'est peut-être parce qu'il tient à toi.
bonne chance

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 11 mars 2010 à 15h52

Rosalie
Icaria, tu devrais peut-être inviter ton amant à venir visiter ce site.

Heu...
Pas tout de suite ?

Le bonhomme tel que présenté a pas l'air d'être facile à ouvrir à un dialogue posé, son mode de vie a l'air assez "passionnel", et puis le côté "mec plus âgé qui a une relation amoureuse avec une fille du travail", vaut mieux être prêt à ce que le cliché du mâle dominant fonctionne.

Comme je le vois, s'il s'aperçoit que Icaria fait parler de lui derrière son dos : je l'imagine pas en brave gars compréhensif qui mesure ses réactions, mais plutôt avec un penchant d'orgueil (souvent jumelé avec le pipeau, ça...) qui enverrait balader Icaria.
Surtout si elle n'a pas encore commencé à discuter avec lui sur ce thème.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 15h58

On ne ressent que de la detresse a lire ICARIA.
lui n est pas poly et elle surement pas epanouie.
Si elle lui parles du site il vas filer sans hésiter,le monde est tros petit.
A moins que par miracle il y soit déja!

#

(compte clôturé)

le jeudi 11 mars 2010 à 16h11

Icaria, ton amant n'est pas polyamoureux....ce que tu décris n'a rien à voir avec le polyamour. En nous lisant ici et en parlant avec nous, tu vas vite voir la différence. Donc rassure-toi, si je puis dire, le polyamour est un million de fois plus beau que ce que tu vis actuellement.
Et je n'hésiterai pas à te dire également : sors-toi vite de ce guêpier, qui a l'air de bien te miner.
Bienvenue à toi parmi nous, n'hésite pas à venir discuter, ici et sur le chat.

#
Profil

Romy

le jeudi 11 mars 2010 à 16h39

Mais justement, si ça le fait fuir, c'est la preuve que ce mec ne tient pas trop à elle.
Au contraire, s'il est intrigué, c'est peut-être le signe qu'il y a quelque chose à faire avec cette relation.

Si le mec a plusieurs maîtresses, une femme, etc. (j'aime bien ce etc.!), il devrait à tout le moins concevoir l'idée du polyamour.... Si ça le fait paniquer et que ça pique son orgueuil, c'est Icaria qui doit fuir à grandes enjambées!

Il me semble que ce n'est pas à Icaria à y aller avec des pincettes (commencer tranquillement à discuter avec lui de ce thème...), mais à lui de faire face à la musique.

#
Profil

Drya

le jeudi 11 mars 2010 à 16h56

Le problème c'est que manifestement Icaria est tenue par son amour pour lui, elle se sent obligée d'y aller avec des pincettes si elle a peur de le perdre : il ne lui a pas laissé le choix d'être une Xe maîtresse avant qu'elle soit trop attachée pour s'en aller avant d'y laisser des plumes, et à mon avis c'est volontaire : il VEUT la possibilité de vivre tous ses "amours" et n'accepte aucune barrière à ça : ses envies sont sa plus haute priorité, les autres ne peuvent que s'adapter: accepter ou partir. Tant qu'il a du succès, et qu'il sait s'attacher ses partenaires, tant mieux selon lui, et il en vaut le coup visiblement, sinon elles l'auraient toutes quitté. Mais je ne trouve pas ça honnête, ça ressemblerait même de la manipulation.
Enfin, j'ai un avis de plus en plus désagréable en relisant tes posts Icaria, mais, évidemment, nous n'avons qu'un seul des deux échos.

#
Profil

Boucledoux

le jeudi 11 mars 2010 à 16h58

Siestacorta
Précisons, on peut le fait en "méta réponse"...

J'essaie d'équilibrer ce que je dis du mec d'Icaria... parce que son témoignage a elle est teinté de peine. Sa
(...)
pas valoir la peine qu'Icaria se donne. Mais je ne suis pas assez sûr de mon fait pour insister trop là dessus dans la réflexion.

Message modifié par son auteur il y a 2 heures.

Tu sous entendrais que je manque parfois un peu de sens de la nuance et de la retenue ?
Noooooooon surement pas ;)

Rosalie
Mais justement, si ça le fait fuir, c'est la preuve que ce mec ne tient pas trop à elle.
(...)
Il me semble que ce n'est pas à Icaria à y aller avec des pincettes (commencer tranquillement à discuter avec lui de ce thème...), mais à lui de faire face à la musique.

si ça le fait fuir ça me semble la réaction au mieux... l'autre possible étant de se mettre en mode bagarre pour assurer son emprise si c'est vraiment le genre de type ultra possessif que je devine sous le témoignage d'Icaria... Mais bon, là je commence à extrapoler carrément sur peu de chose, on devrait peut-être surtout laisser à Icaria le temps de répondre... si elle en a envie...

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 11 mars 2010 à 22h37

Une chose me parait certaine, c'est que Icaria est sur la bonne voie quand elle essaye de savoir qui est cet homme, et cela sans trop s'occuper de savoir si cela lui va ou non.

Tant qu'elle ne sait pas qui il est, elle ne peut pas savoir si ça lui va.
Moins elle pense à son rapport avec lui, plus elle sera objective dans son regard.

Quand elle saura qui est cet homme, on pourra peut-être discuter du reste, mais à mon avis ça se fera tout seul.

J'ai un peu tardé à lire et donc à intervenir, mais du coup j'ai pu apprécié pleinement les interventions. Celle de Siesta est très impressionnante. Les autres sont bien aussi. La mienne me parait plus légère. Mais je pense qu'Icaria est déjà loin...alors je n'investis pas trop. Ca me rappelle "je veux en parler au monde entier". Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais ça nous passionne quand quelqu'un nous soumet son problème. On devrait ouvrir un fil sous le titre "PSY gratuit (mais branché polyamour)"...

#

lilo (invité)

le dimanche 25 juillet 2010 à 16h14

Je n'ai pas lu tout le fil de cette discussion mais tombant sur ce site, je veux bien répondre rapidement au premier post.
La notion d'intimité/d'exclusivité sexuelle est importante pour moi quand je suis avec quelqu'un avec qui je vis une vraie relation, ça tient de la force de la relation. Peut-être que plus tard, si la relation est un peu "morte" tout en étant attachés à notre vie commune, à notre histoire et en ayant de l'affection comme on en aurait pour un membre de sa famille mais qu'il n'y a au fond plus rien de passionnel ou d'amoureux, alors les choses pourraient peut-être être différentes: aller chercher ailleurs ce qu'il manque tout en ne perdant pas une certaine sécurité et ce à quoi l'on tient malgré tout sans que ça nous suffise.
Mais dans une relation "entière" ça empêche de la vivre pleinement, ça l'altère, je dirais presque la salit. A moins ce que la personne avec qui l'on vit ne soit qu'un compromis, ne nous convienne pas vraiment, il vaut mieux pour moi vivre pleinement une relation, ne serait-ce qu'une semaine, plutôt que d'en superposer plusieurs, ce qui me donne l'impression de vivre plus en spectateur sans la vivre à fond, être connectés. Je pourrais le concevoir dans une contexte de routine et avec des personne qui m'attirent/ que j'aime bien, sans que ce soit vraiment puissant. Dans un contexte de vide.
Si on est séparés un temps (travail, déplacement) et qu'on se manque physiquement, je reviens chargée d'envie/ de tension sexuelle et lui aussi, on pense l'un à l'autre, on s'envoie des messages coquins qui font monter la tension, si lui se décharge avec une autre entre temps, on manque l'explosion du retour, on ne se désaltère pas de la même eau, lui sera forcément moins fougueux, une autre aura bénéficier de ses services. Lors de disputes aussi, la tension, les retrouvailles, ça changerait la donne. Pour les femmes moins de moyen de pression aussi lol.
Enfin surtout, c'est être moins disponible pour l'autre, tant au niveau du nombre de câlins possible que du niveau de désir et de la puissance de ces derniers. Mais ça enlève beaucoup de sens, ça réduirait presque le sexe à un simple jeu, une activité, on perdrait de ce côté un peu spirituel qui se développe dans l'intimité. Après on peut vouloir vivre avec quelqu'un sans l'aimer à fond et vouloir "jouer" à côté ou même en aimer d'autres différemment mais c'est pour moi un aveu que la relation ne convient pas vraiment et je le ressentirai mal, je l'entendrai comme un "je t'aime bien mais je ne t'aime pas". Et les filles enfin nombre d'entre elles aiment penser qu'elles vivent une belle histoire d'amour avec le prince charmant et pas avec un type qui ne la désire ou ne l'aime pas vraiment.
Après il y a un rejet pour des raisons simples: quand on fait l'amour il y a toujours un risque de faire un enfant, même avec un préservatif, même sous pilule, même opéré pour un homme, les pilules du lendemain ne marchent pas spécialement toujours non plus (une de mes amies s'est d'ailleurs retrouvée dans la situation du mari qui malgré un avortement de la maitresse, qui n'a enlevé qu'un jumeau, a fait un enfant). Faire l'amour est très lié pour moi au fait de faire un enfant, c'est même un peu dans mon esprit une déclaration "je veux me reproduire avec toi" lool, et je n'aimerais pas qu'il fasse des enfants ou prennent le risque d'en faire à d'autres. On doit vouloir que le père de ses enfants se concentre sur les siens, matériellement, affectivement. Donc je rejoins l'idée que la contraception n'est pas intégrée et que ça joue (c'est pour ça que les prostituées étaient la pire chose car des faiseuses d'anges, que l'adultère était gravissime...). Inconsciemment ça se reçoit comme l'envie de faire des enfants à une autre femme que soi.
Ensuite il y a "lhygiène", les maladies vénériennes qu'on ne souhaite pas attraper. Coucher avec un homme c'est coucher avec toutes les femmes qu'il a pratiqué... Alors oui le préservatif a amélioré les choses (en admettant que tous les hommes le mettent ou informe leur femme avant de faire quoi que ce soit qu'elle puisse refuser de prendre le risque en ne couchant plus avec) mais dans l'esprit comme pour la contraception ça reste ancré, coucher avec un autre c'est mettre en danger son partenaire, c'est prendre un risque pour lui selon son propre jugement sans lui permettre de décider lui-même. Il y a quand même eu des maladies assez dures (syphilis etc).
Mais cette crainte naturelle est toujours justifiée: on parle de plus en plus des HPV qui se transmettent même avec un préservatif, ainsi au delà de quatre partenaires on a un risque accru de cancer de l'utérus (ou si l'on a eu un seul partenaire qui lui a trainé partout), le nombre de partenaires ou les activités annexes de ces derniers peut aussi influer sur la santé d'un éventuel bébé (fausses couches, pour les maladies contaminations à la naissance...) et sans même parler de sexe, un flirt de votre copain peut vous ramener des joyeusetés comme l'herpès.
Bref, je crois qu'il y a une sorte de crainte naturelle pour les relations multiples à cause du fait que pendant longtemps la contraception et protection contre les maladies étaient quasi nulles.
Pour moi c'est plus simple,je ne supporterai pas qu'il soit imprégné d'une autre femme (même à la concevoir stérile dans tous les sens du terme), c'est mon territoire, je veux en user et en abuser jusqu'à peut-être un jour me lasser mais en attendant bas les pattes :)

#
Profil

Drya

le dimanche 25 juillet 2010 à 17h30

Bonjour, merci pour ton avis.
Dommage que tu n'aies pas pris la peine d'éplucher un peu plus ce fil (pas tout, c'est long, certes!) pour y "répondre" plutôt que simplement lister des arguments très standard et en partie injustifiés (la contraception, l'excitation à revoir quelqu'un s'il y a eu quelqu'un d'autre entre temps...) : je dis injustifié dans le sens où c'est une affaire d'imagination plutôt que de réalité. (au fait, c'est quoi la réalité?)

Cela dit, je reviens vite fait sur ce forum (marrant que justement ce soit ce fil en tête de liste!) après absence, et même si j'adhère complètement à l'idée du polyamour, même si j'ai aussi compris clairement que les relations (amoureuses, amicales, familiales, etc.) autres qu'avec moi, finalement, ne me regardent pas (elles sont différentes, je ne peux remplacer personne, et inversement, ce qu'il vit avec moi est unique) - donc je disais - même si j'adhère complètement au principe du polyamour, je note que personne sur ce forum (à part peut-être Françoise Simpère?) ne peux témoigner d'avoir fondé une famille tout en entretenant des relations polyamoureuses. Le polyamour semble intervenir uniquement avant d'envisager ce projet ou une fois que des enfants sont déjà là. Cette rareté n'est pas un hasard car à ce moment crucial, il faut choisir LE père, et malheureusement, à moins d'une vie communautaire ou affranchie de toute jalousie, peu de gens en sont capables, malgré tout l'amour et le respect qu'il peut y avoir.

#
Profil

titane

le dimanche 25 juillet 2010 à 21h01

Lilo dit: La notion d'intimité/d'exclusivité sexuelle est importante pour moi quand je suis avec quelqu'un avec qui je vis une vraie relation, ça tient de la force de la relation.

D'abord on reconnait que ce n'est qu'une notion... intellectuelle? morale? psychologique? que vaut une notion face à une réalité?... "importante" pour toi ou ton ego?... c'est ça qui définit la "vraie" relation?... Celle qui te rend "important", "unique", LA femme à lui?

C'est ainsi que tu mesures la "force" de la relation?... et la durée ? devons-nous revoir les statistiques?

Lilo dit en parlant d'une relation "morte": aller chercher ailleurs ce qu'il manque tout en ne perdant pas une certaine sécurité et ce à quoi l'on tient malgré tout sans que ça nous suffise.: voilà pour moi le vrai mensonge, la vraie hypocrisie et la seule tromperie: faire croire qu'on aime et aller voir ailleurs... mais de qui parle-t-elle?... je ne vois pas...

Mais lilo veut parler de relation "entière": dans une relation "entière" ça empêche de la vivre pleinement, ça l'altère, je dirais presque la salit. A moins ce que la personne avec qui l'on vit ne soit qu'un compromis, ne nous convienne pas vraiment, il vaut mieux pour moi vivre pleinement une relation, ne serait-ce qu'une semaine,

La relation doit lui concenir... la relation ou la personne, l'objet de son amour? lui faut-elle une garantie contre vice de forme?... et si ses goûts changent ou le range au placard?... parce cette possessivité ne salit pas l'amour?... je t'aime alors je te mets en pot à la maison... en échange je reste dans le pot que tu auras choisi pour moi MON amour... si ce n'est pas un compromis affectif ça, c'est quoi alors un compromis?... chose due? comme dirait l'autre...

"pleinement" j'imagine que ça veut dire à portée de MA main... au ça où me démange?... et pourquoi pas ne pas vivre sincèrement plusieurs amours ne serait-ce que quelques jours pendant des années ? au lieu d'une semaine de "passion amoureuse" ou d'égoïsmes à deux?

Lilo nous parle de séparation: Si on est séparés un temps (travail, déplacement) et qu'on se manque physiquement, je reviens chargée d'envie/ de tension sexuelle et lui aussi, on pense l'un à l'autre, on s'envoie des messages coquins qui font monter la tension, si lui se décharge avec une autre entre temps, on manque l'explosion du retour, on ne se désaltère pas de la même eau, lui sera forcément moins fougueux, une autre aura bénéficier de ses services.... en en aimant plusieurs, on multiplie les séparations, les manques physiques, les retours chargés de tension sexuelle, les explosions... les sources d'eaux vives... moins fougeux? de qui parle-t-elle?... je ne vois pas !

Lilo nous parle de "puissance": Enfin surtout, c'est être moins disponible pour l'autre, tant au niveau du nombre de câlins possible que du niveau de désir et de la puissance de ces derniers.... le poly amour parle d'amours concrets et réels, pas potentiels... il n'y a pas de "petits calins"... un geste tout petit peut raviver un brasier... essaye !! tu verras !!

lilo revient sur ses aveux: un aveu que la relation ne convient pas vraiment et je le ressentirai mal, je l'entendrai comme un "je t'aime bien mais je ne t'aime pas". Et les filles enfin nombre d'entre elles aiment penser qu'elles vivent une belle histoire d'amour avec le prince charmant et pas avec un type qui ne la désire ou ne l'aime pas vraiment.... lilo a peur d'petre seule, de ne pas être la plus belle dans ce mirroir ?... lilo pensent pour les autres... que pense-t-elle d'elle? de cette peur d'être abandonnée et de la pas être la princesse? ne peut-emme vivre heureuse même au milieu d'autres princesses? même imparfaite?

Et lilo décide pour les autres... je n'aimerais pas qu'il fasse des enfants ou prennent le risque d'en faire à d'autres.

N'ai plus le temps de continuer...

#

lilo (invité)

le dimanche 25 juillet 2010 à 21h14

La contraception ce n'est pas injustifié ni abstrait quand ton ami fait un enfant avec une autre (j'ai des exemples concrets bien que pour un la maîtresse prétendait prendre la pilule sans le faire). Il est vrai que pour moi quand on fait l'amour avec quelqu'un on prend le risque de faire un enfant avec, c'était une règle pour moi de ne rien faire lorsque ce serait une catastrophe si un accident m'amenait à être enceinte. J'ai toujours accepté ce "risque" et dans mon esprit c'est très lié, quand je fais l'amour avec quelqu'un j'accepte que ce soit possible avec lui. Ca a donc de suite une dimension profonde, même si ce n'est pas très conscient.
Pour ce qui est des apports de l'exclusivité qui ne serait que du ressort de l'imagination, je crois que des fois on pense que quelque chose est "psychologique" alors que nous ressentons des choses qui sont bien réelles, par exemple on a découvert le rôle des hormones dans l'attachement qui fait que par exemple un père n'abandonne pas la mère et ça se passe par la proximité, l'intimité, les contacts peau à peau.
C'est intéressant pour le fait de ne pas avoir d'enfants pendant ce type de relation, en effet détaché de l'idée de fonder une famille, les choses ne sont plus les mêmes. Dans le cas de la femme du premier post, si elle pense être dans une relation "sérieuse" qui se solidifie afin de pouvoir éventuellement faire des enfants, l'idée de polyamour est une sorte de désaveu, de naufrage de son couple. Je le vivrai comme tel sauf à être arrivé à un point où notre relation a changé de nature.

#

lilo (invité)

le dimanche 25 juillet 2010 à 22h12

désolée je ne sais pas citer correctement

Celle qui te rend "important", "unique", LA femme à lui ?
Oui

C'est ainsi que tu mesures la "force" de la relation?... et la durée ? devons-nous revoir les statistiques ?

La durée ça va :) La durée des couples, je pense que souvent les infidélités ou le fait de vouloir se mettre en couple par normalité sans que cet engagement se fasse de soi meme par envie d'être avec l'autre, joue plus que le fait d'être mono ou poly. La force ça ne se mesure pas ça se ressent.

Lilo dit en parlant d'une relation "morte" : aller chercher ailleurs ce qu'il manque tout en ne perdant pas une certaine sécurité et ce à quoi l'on tient malgré tout sans que ça nous suffise. : voilà pour moi le vrai mensonge, la vraie hypocrisie et la seule tromperie : faire croire qu'on aime et aller voir ailleurs... mais de qui parle-t-elle?... je ne vois pas...

ce n'est hypocrite que si les deux personnes ne sont pas au courant et d'accord, je pense que ça pourrait arriver, ce serait le contexte où voir plusieurs personnes pourrait me tenter, j'imagine que si notre relation meurt, je n'aurais peut-être pas envie pour autant de le quitter, après des années on s'apprécie et je conçois qu'on puisse avoir envie de continuer à vivre sa vie ensemble. On peut aussi aimer quelqu'un et ne pas avoir besoin de vivre avec.

La relation doit lui concenir... la relation ou la personne, l'objet de son amour ? lui faut-elle une garantie contre vice de forme?... et si ses goûts changent ou le range au placard?... parce cette possessivité ne salit pas l'amour?... je t'aime alors je te mets en pot à la maison... en échange je reste dans le pot que tu auras choisi pour moi MON amour... si ce n'est pas un compromis affectif ça, c'est quoi alors un compromis?... chose due ? comme dirait l'autre...

ah non on ne se range pas dans un pot à la maison, on court à la maison parce qu'on a hâte de se retrouver, si les goûts changent ou plutôt si la relation venait à faner, en effet... on est ensemble chaque jour parce qu'on a envie d'être ensemble, si ça venait à ne plus être le cas et qu'on avait plus envie de vivre ensemble , n'étant pas une fan du mariage, du moins pour moi même, ben on ne va pas rester pour la forme.

"pleinement" j'imagine que ça veut dire à portée de MA main... au ça où me démange?...
oui :) entre autre

et pourquoi pas ne pas vivre sincèrement plusieurs amours ne serait-ce que quelques jours pendant des années ? au lieu d'une semaine de "passion amoureuse" ou d'égoïsmes à deux ?
Parce que le temps passé avec un autre c'est du temps pris au «  mien » et que si je venais à rencontrer quelqu'un d'autre, je ne voudrais pas «  mélanger les parfums », je ferais alors au moins une pause avec mon ami, selon l'impact qu'aurait cette relation. Si je suis amoureuse, j'ai besoin de me sentir imprégnée de l'autre, je ne peux pas mélanger.
Après ce serait possible pour moi de vivre plusieurs amours dans l'année si justement ma relation était fanée, dans le sens où j'aimerais mon ami mais n'en serait plus amoureuse, le cas décrit plus haut. Il faut qu'il y ait quelque chose d'éteint ou d'en veille.
Se sentir désirée est un moteur important de mon plaisir, j'ai besoin de sentir que l'autre cherche à me posséder, j'ai besoin que la personne se concentre sur moi. L'ego est important en effet, la sexualité est liée à la reproduction donc au moi.

Lilo nous parle de séparation :moins fougeux ? de qui parle-t-elle?... je ne vois pas !
L'hypothèse de moi ou de mon partenaire si un de nous, ou les deux voyaient d'autres gens.

Lilo nous parle de "puissance" : le poly amour parle d'amours concrets et réels, pas potentiels... il n'y a pas de "petits calins"... un geste tout petit peut raviver un brasier... essaye ! ! tu verras ! !
C'est vrai que j'ai une vision passionnelle/fusionnelle du couple, quand je suis amoureuse je suis concentrée sur une personne, je ne vois pas comment je pourrais en intégrer une autre, toute autre relation est nécessairement au moins en pause.

lilo revient sur ses aveux : non j'envisageais plus un je t'aime mais je ne suis pas amoureuse de toi en fait, après de nombreuses années ensemble je pense que c'est possible d'être proches comme frère et soeur, de se sentir une famille et de ne pas avoir envie de se quitter.

lilo a peur d'petre seule
être seule non, j'ai été célibataire suffisamment longtemps pour savoir que je ne sors pas avec quelqu'un pour combler le vide.
, de ne pas être la plus belle dans ce mirroir ?...
oui en effet j'aime plaire, lui plaire aussi, mais je suis consciente que ça peut faner, je ne m'attends pas à ce que la flamme dure à vie mais tant qu'elle brûle je m'y réchauffe. Après il restera je l'espère de l'amitié car heureusement tout n'est pas une question de physique et de désir quand on vit avec quelqu'un.

lilo pensent pour les autres...
j'émets à la limite des hypothèse, je ne pense pas pour les autres
que pense-t-elle d'elle ? de cette peur d'être abandonnée et de la pas être la princesse ?
Alors de ne pas être la princesse je ne dirais pas que c'est une peur mais j'aime être traitée en princesse oui, c'est quelque chose qui me fait du bien et que je recherche, peur d'être abandonnée je ne suis pas sure qu'il y ait de ça.

ne peut-emme vivre heureuse même au milieu d'autres princesses ?
Non, je le vivrais très mal, je ne supporterai pas de trouver leurs traces sur son corps, d'être en contact avec elles à travers lui, je ne partage pas, territoriale en effet mais l'objet est consentant et assez grand pour me dire s'il préfère s'en aller. .
Et lilo décide pour les autres... je n'aimerais pas qu'il fasse des enfants ou prennent le risque d'en faire à d'autres.

Non ce n'est pas décider pour les autres, enfin pas pour moi. S'il me quitte pour fonder une famille avec une autre, ma foi, mais si je suis avec lui et que nous avons une famille ou envisagions d'en avoir une, j'estime que ça me concerne car ça impacterait ma propre vie et celle de mes enfants.

#
Profil

Drya

le lundi 26 juillet 2010 à 10h48

Je comprends bien le risque de conception non souhaitée, mais c'est un peu comme ne plus sortir de chez soi par peur de se faire renverser par une voiture, glisser sur une marche... ou ne pas faire l'amour avant le mariage - dans ce cas, plus besoin de contraception pour toi ;) (je dis ça juste pour dire que le risque est très relatif) - de plus, on parle ici de polyamour, donc de respect, et pas de tromperie.

Je comprends aussi très bien l'idée de "ne pas mélanger les parfums", mais encore une fois, en y réfléchissant un peu, c'est une question d'imaginaire: as-tu l'impression de mélanger les parfums quand tu vois ta mère, puis ton père, puis tes ami(e)s intimes, ton ex? ce sont des relations que tu n'auras jamais avec ton amoureux, elles sont différentes - doit-il en être jaloux?

Ce qui me marque le plus dans ta façon de considérer les choses, c'est que tu imagines d'office que si on s'intéresse à quelqu'un d'autre, c'est par manque d'amour pour la première relation... Je t'invite, pour la culture, à consulter un petit peu les témoignes sur ce forum: tu verras très vite qu'on est loin du manque d'amour, et c'est justement le problème la plupart du temps, et la raison pour laquelle les gens en viennent à considérer qu'aimer est en soi une énergie plutôt positive, pourquoi devoir se sentir coupable?

#
Profil

titane

le lundi 26 juillet 2010 à 10h48

Merci Lilo d'avoir répondu à mes petites provocations... sur un ton agréable et serein... et pardon si parfois mon ton n'était pas si serein... j'ai écris tout ça via un téléphone et j'étis un peu pressé...

Lilo, croire à l'eclusivité amoureuse est pour moi de l'ordre de la "religion": une décision d'y croire, et tu as raison pas seulement avec la tête, mais aussi avec ce que l'on ressent. J'y ai cru avec plaisir pendant 20 ans et je suis avec celle qui m'accompagne depuis 28 ans! Comme qoi les amours multiples ne menacent pas ni la durée ni l'intensité (ou plutot les intensités) d'un couple... chaque expérience est différente c'est sur...

Il me semble que tu ressens et que tu crois vraiment à l'exclusivité amoureuse et que cela fonde ton équilibre amoureux. Alors en effet, il sera dur d'argumenter.

Je te demanderais peut-être de méditer sur certains termes que tu utilise qui, même si tu ne le veux pas, qualifie l'exclusivité en opposition au polu ou multi: c'est à dire en jugeant le non-exclusif de façon négative... tu devrais pouvoir présenter l'excmlusivité de façon plus "positive" et sans comparer.

Tu dois aussi accepter que le multi inclus aussi le mono, à condition qu'il est choisi librement et qui "laisse" la liberté aux autres, sans servir de référence moralisatrice ou sociale. Le "mono" n'est pas forcément en opposition ou en contracdiction avec le "poly" ou "multi".

La plupart de nous avons eu et pouvons avoir encore des phases "exclusives", surtout pendant les phases fusionnelles.

je t'invite aussi à lire quelques articles sur les dangers pathologiques de l'exclusivité avec des excès de possessivité, de jalousie, d'estime de soi fragiles (soit trop basses à la recherche de sécurisation, soit trop haute à la recherche de contrôle...)...

Tu pourrais aussi réfléchir sur cetaines de tes hypothèses et essayer de les inverser afin de véritablement tester leur véracité: l'amour est-il "discret" et fini? ne peut-on vraiment donner qu'une quantité finie d'amour et donc ce que l'on donne à l'un est "pris" à l'autre?... raisonnes-tu ainsi avec des enfants (si tu en as plusieurs) ou des amis? L'amour pour X ne peut-être donné qu'à X pas à Y, si ?

L'amour entre deux personnes est-il vraiment une question d'accumaltion maximale de temps passé ensemble? ne peus-tu envisager d'aimer quelqu'un que quelques jours par an avec une même sincérité et une même intimité que celle avec qui tu partage ton quotidien?

On pourrait reprendre tes hypothèses ou "vérités" une par une et les explorer ensemble... le but n'étant pas de te convaincre mais d'ouvrir un champs des possible afin de faire un vrai choix en pleine conscience sans juger les autres choix...

#

MetaZet_de_passage (invité)

le lundi 16 août 2010 à 17h48

Bonsoir,

Je ne fais que passer. Juste pour vous livrer le résultat d'une petite expérience faite sur ma page Facebook. J'ai proposé un petit cas fictif à analyser à mes contacts (je l'avais soumis à ma femme et avais été estomaquée de sa réaction, donc je voulais savoir si c'était moi qui était bizarre, et pour en avoir le cœur net, je m'étais dit qu'il n'y avait rien de tel que de le soumettre à d'autres personnes) :

"Imaginons un couple très très pauvre. Le mari (appelons-le Auguste) est rongé progressivement par une maladie à l'issue fatale à brève échéance, maladie qui lui fait endurer d'atroces souffrances et limitations, à la fois physiques, psychologiques, et mentales. Tous les médecins du monde ont échoués à le guérir. Toutefois, il se trouve qu'un homme (appelons-le Barnabé) possède le remède à ce mal. Si seulement Auguste pouvait absorber ce remède, ça en serait définitivement fini de son calvaire, il recouvrerait une pleine santé et pourrait encore vivre des dizaines d'années. Sa femme (Augustine) décide donc de trouver Barnabé pour avoir le remède. Le problème, c'est que ce dernier n'est pas prêt à l'offrir à n'importe quel prix. Et la somme demandée dépasse de loin le budget du couple. Même en demandant l'aide de tous leurs amis, ils ne parviennent pas à réunir l'argent nécessaire. Et puis, le temps presse, les médecins ne donnent plus que quelques jours à vivre à Auguste, s'il ne peut bénéficier de ce remède, dont l'efficacité ne fait aucun doute (d'autres personnes plus riches qui étaient atteintes du même mal ont pu bénéficier de ce traitement et ont été guéries)... Augustine étant très belle et très séduisante, Barnabé lui propose alors un marché : elle aura le remède gratuitement... à la seule condition de coucher avec lui. Augustine est suffoquée et outrée d'une telle proposition, mais voyant que son mari se dégrade de jour en jour, elle finit par accepter. Elle s'offre donc à Barnabé, sans aucun plaisir (Barnabé, qui plus est, est très laid et indélicat), avec pour seul espoir et seule motivation d'obtenir le remède, et ainsi de sauver son mari. Pendant l'étreinte, seul l'amour de son mari la tient, et lui donne la force et le courage de continuer jusqu'au bout. Après que Barnabé eut été satisfait, il se rhabille, va nonchalamment chercher une petite clé sous un vase, s'en sert pour déverrouiller un grand placard d'où il tire une petite fiole, qu'il tend alors sans un mot à Augustine encore sous le choc. Celle-ci, tremblante, s'en empare, remet hâtivement ses vêtements, et retourne prestement voir son mari. Elle lui fait boire le contenu de la fiole qui contient le remède. Au bout de quelques jours, Auguste, qui était aux portes de la mort, a retrouvé toute sa force, toutes sa vigueur, et toutes ses capacités. Son calvaire est fini. Les médecins attestent qu'il est complétement guéri et ne présente aucune séquelle. Augustine décide alors de confier à Auguste ce qu'elle a dû faire pour obtenir le remède... Question : supposons que vous soyez Auguste, quelle serait votre réaction envers Augustine ?"

Après avoir eu quelques réactions, j'ai posté ma propre réponse :

"Pour le dire vite : je suis d'accord avec la plupart des intervenants qu'Auguste n'a rien à reprocher à Augustine, qu'il devrait même la remercier et qu'il serait même complétement aberrant qu'il demande le divorce pour
...cause d'adultère ! D'après moi, Augustine n'a rien fait de mal et d'immoral, bien au contraire (elle n'a même pas à se faire pardonner). Mais
puisque j'aime bien argumenter mes prises de position, et pas juste les balancer comme ça, voici mon raisonnement (un peu long, désolé, mais
pas plus d'une page quand même) :

mugneret.perso.neuf.fr/Augustine.pdf
"

Cordialement.

#
Profil

Clown_Triste

le lundi 16 août 2010 à 18h04

@Metazet :

J'ose croire qu'ici tout le monde sera d'accord pour exonérer la pauvre Augustine de toute "faute" et saluer au contraire son dévouement (même si elle a attendu un peu trop longtemps à mon goût - Augustine serait-elle un poil sadique envers Auguste, lui-même vaguement masochiste pour se complaire ainsi dans la souffrance et la maladie ? ;-)

Par ailleurs, Metazet, je note que par le biais de cette intervention, ton nom et ton prénom réels deviennent accessibles. Est-ce voulu ? (Je pose la question au cas où...)

C.T.

PS : nous feras-tu connaître la réaction de ta femme ?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

PolyEric

le lundi 16 août 2010 à 21h03

Oui, la pauvre Augustine est exonérée.
Mais pas Metazet...:-)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion