Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Arguments contre le polyamour et pour la monogamie strictement exclusive ?

#
Profil

Len

le jeudi 06 juin 2013 à 14h17

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 06 juin 2013 à 16h14

Len
Merci Aviatha :-)

J'aime ton témoignage, qui montre bien le sens profond d'une relation amoureuse.
Vivre au côté d'une personne avec toutes ses qualités, tous ses défauts.

Et d'après moi, c'est de l'amour, sans arrangement, sans planification, sans choix : "Alors avec toi ce sera ci et ça et on s'en tient à ce plan". L'Amour c'est inconditionnel, on ne prévoir rien, on vie tout....sinon on ne vie rien.

Pourquoi as-tu quitté ton ex ? (notamment au regard des passages que j'ai mis en gras)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 06 juin 2013 à 16h43

Len
Déjà, je sais pourquoi on choisit d'être mono, pour ce qui est du choix du polyamour les témoignages ne se bousculent pas.

Parce que ce n'est pas le thème du fil, mais si tu lis l'ensemble du forum, tu en trouveras des raisons.

Pas toujours dites explicitement, parfois en filigrane, mais tu en trouveras une floppée. (Sinon, on ne serait pas là à en parler.)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 06 juin 2013 à 16h46

aviatha
Je termine ne citant Bob Marley "Tout le monde fait souffrir les gens qu'on aime, il ne s'agit pas de chercher quelqu'un qui ne te cause jamais de souffrance, il s'agit de trouver quelqu'un pour qui elle en vaille la peine".

Cette citation me parle.

Et elle peut aussi s'appliquer au polyamour (en mettant un pluriel), car parfois, ça vaut la peine de souffrir (bon pas trop quand même hein !) pour plusieurs personnes. Parce que ce qu'on retire de chaque relation en vaut largement la peine.

#
Profil

Len

le jeudi 06 juin 2013 à 16h56

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 06 juin 2013 à 18h16

Len,

D'accord, je comprends mieux. Je croyais que c'était toi qui l'avait quitté et que la raison en était son polyamour.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 06 juin 2013 à 19h36

Trillian
Enfin bref, pour en revenir au sujet, je vais marquer contre mon camps et donner un avantage aux relations mono : le temps. Lorsqu'on a un seul partenaire, on peut lui consacrer beaucoup plus de temps que lorsqu'on en a plusieurs (ca peut vite devenir un vrai casse tête) dans le même ordre d'idée il est beaucoup plus facile de savoir avec qui passer les week end, les vacances, les fêtes....

Étant pour l'heure un polyamoureux non-pratiquant, je ne m'étais jamais posé la question de la gestion du temps jusqu'à il y a peu. Il faut dire que je dois être un polyamoureux assez "hiérarchique" dans mon approche. Je m'imagine une relation "primaire" qui vivrait avec moi et serait la mère de mes enfants, et des relations "secondaires" qui seraient comme des relations d'amitié sauf qu'il y aurait aussi de l'érotisme et du sexe. Niveau timing, je me disais que ça ne devrait donc pas être ingérable. Toutefois, il y a un point dans mon raisonnement dont je n'avais pas tenu compte : des amis "classiques", on peut les voir en couple, et même voir plusieurs amis en même temps. Par conséquent, cela permet de passer relativement beaucoup de temps avec ses amis et son conjoint. Or, des amoureux, en général, si on les voit en tant qu'amoureux, et donc qu'on fait avec eux des choses typiquement amoureuses, c'est plutôt, généralement, du seul à seul. Mais peu importe, j'aime à la fois la compagnie (la vraie, de qualité) et la solitude (la vraie, de qualité). J'ai vraiment besoin des deux. Et il me suffit aussi de savoir que je suis aimé et qu'on pense à moi pour que ça fasse 50% de mon bonheur. Avec ma future ex-femme, j'avais de la compagnie et de la solitude, mais de mauvaise qualité : quand nous étions ensemble, on se frittait souvent ; quand nous n'étions pas ensemble, je lui manquais douloureusement et elle se méfiait de ce que je pouvais bien faire en son absence, et surtout avec qui...

#
Profil

alps

le samedi 08 juin 2013 à 10h40

Des niches du temps.

Nous avons des outils à notre epoque qui permettent de vivre la temporalité de différentes manières pour peu qu'on sache en faire bon usage. Le texto n'est pas le mail par exemple. Et quand on sait qu'on peut dire je t'aime en différentes langues. On peut aussi partager le temps de différentes manières.

Un simple post-it peut égayer la journée et devenir un moment de celle ci, s'il est bien placé, s'il en dit juste assez pour toucher. Pour d'autres il s'agira de cacher quelque chose. Une cravate, une écharpe. Forcer l'autre à chercher et savoir comment il va trouver.

Jouer avec l'autre.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Trillian

le samedi 08 juin 2013 à 11h02

alps

Un simple post-it peut égayer la journée et devenir un moment de celle ci, s'il est bien placé, s'il en dit juste assez pour toucher. Pour d'autres il s'agira de cacher quelque chose. Une cravate, une écharpe. Forcer l'autre à chercher et savoir comment il va trouver.

Jouer avec l'autre.

Message modifié par son auteur il y a quelques instants.

Mon Dieu... Je... Je.... Je suis d'accord avec Alps ! XD

#
Profil

Anarchamory

le samedi 08 juin 2013 à 16h03

Trillian
Mon Dieu... Je... Je.... Je suis d'accord avec Alps ! XD

Il va bientôt se mettre à neiger... je suis d'accord aussi ! oO

#
Profil

Trillian

le samedi 08 juin 2013 à 18h35

MetaZet
Il va bientôt se mettre à neiger... je suis d'accord aussi ! oO

Oh bah non ! Il faisait enfin beau !

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le lundi 10 juin 2013 à 02h07

Vous avez gagné, ce dimanche il a fait moche (à Paris en tout cas).

#
Profil

Cendre

le mercredi 12 juin 2013 à 15h58

aviatha
Et cela donne, à mon sens, de la force et de la valeur à notre relation "je t'ai choisi toi et toi seul parmi tous les autres, malgré tes bizarreries de comportement et tes côtés casse-pied".
[...]
Je termine en citant Bob Marley "Tout le monde fait souffrir les gens qu'on aime, il ne s'agit pas de chercher quelqu'un qui ne te cause jamais de souffrance, il s'agit de trouver quelqu'un pour qui elle en vaille la peine".

Aviatha, je compte bien vivre comme ça, et si possible polyamoureuse en plus. Pour moi, c'est pas incompatible.
J'ai choisi mon mari, je sais pourquoi, je le sais d'autant plus que je le vois traverser mes expériences polyamoureuses, et il m'est chaque jour plus précieux pour cela.
Je le choisi comme compagnon de vie, comme futur père de mes enfants, comme relation centrale qui ne pourra être ignorée d'aucune de mes autres relations.
Je refais ce choix chaque jour.
(vous êtes même rapidement au courant quand la réponse à cette question quotidienne vient pas assez vite à mon goût)

Mais est-ce que cela m'empêche de vivre d'autres relations (qu'elles soient légères, intimes, sexuelles ou autre ) ?
A part la morale, l'habitude, la vision conte de fée et la trouille ancestrale de filer de l'héritage à un gosse qui ne porte pas nos gênes ?

Bon, j'ai pas beaucoup d'expérience en la matière, ça fait moins d'un an que j'essaye de pratiquer, mais aucune de mes relations n'a jamais remis cela en cause : ma relation avec mon compagnon est centrale, elle m'influence beaucoup, et ou on me prend avec, ou il n'y a pas de relation. Et tous ont montré de la bienveillance à son égard.
C'est primordial pour moi dans mon avancée en polyamour.

Len
Pourquoi choisir le polyamour plutôt que la monogamie exclusive ?

Mais parce que cela donne la pêche, l'énergie de faire de belles choses, parce que cela met de bonne humeur, permet de rencontrer des gens extraordinaires, de vivre ce que l'on a à vivre avec ces gens là...
Parce que c'est le premier mode de vie que j'expérimente où je n'ai pas peur de rencontrer une nouvelle personne, où je n'ai pas peur de dire ce que j'ai envie de dire, de faire ce que j'ai envie de faire.

Parce que je n'ai jamais été aussi bien dans ma peau...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Lili-Lutine

le mercredi 12 juin 2013 à 16h03

Cendre
ma relation avec mon compagnon est centrale, elle m'influence beaucoup, et ou on me prend avec, ou il n'y a pas de relation. Et tous ont montré de la bienveillance à son égard.

C'est primordial pour moi dans mon avancée en polyamour.


Mais parce que cela donne la pêche, l'énergie de faire de belles choses, parce que cela met de bonne humeur, permet de rencontrer des gens extraordinaires, de vivre ce que l'on a à vivre avec ces gens là...



Parce que je n'ai jamais été aussi bien dans ma peau...

Oui oui oui je le vis ainsi moi aussi pleinement , elle est vraiment belle ma vie depuis (+)

#
Profil

aviatha

le mercredi 12 juin 2013 à 16h20

A mon sens il y a là une incohérence. On ne peut pas dire "je t'ai choisi mais j'ai choisi un peu les autres, mais un peu moins mais un peu quand même", je n'appelle pas cela choisir (après, est-ce qu'il faut forcément choisir et pourquoi, c'est un autre débat). Parce que pour moi, choisir est quelque chose d'entier, on ne choisit pas quelqu'un pour certains aspects de la vie, on le choisi, point, ou on ne choisit pas.
Est-ce que cela empêche de vivre d'autres relations ? Dans l'absolu non, mais oui si celui ou celle qu'on a choisit souffre de cela. Si on l'a "pris", on a tout pris, et on aussi pris cette limite en lui ou elle, et on se doit, je pense de respecter cela. Le mien ne peut supporter la contrainte ou de se sentir forcé, c'est une limite chez lui que je respecte, et je ne l'oblige à rien malgré la souffrance que cela me cause. Cependant j'ai moi aussi des limites, et le jour où elles arriveront à bout de ma patience il sera bien obligée, s'il veut me garder, de les respecter, polyamoureux ou pas.
J'insiste sur le fait qu'il ne s'agit ni de morale, d'habitude pour moi, c'est quelque chose de viscéral, aussi viscéral que l'amour, et sans doute aussi irrationnel, mais c'est ainsi. Qu'on déconstruise la morale étriquée et l'habitude, je suis pour. Mais lorsqu'on fait appel à l'ordre du sentiment, on ne peut pas demander aux gens de se faire violence toute leur vie (tu remarqueras que cet argument vaut dans un sens comme dans l'autre, je pense au cas de MetaZet entre autres).
Pour répondre à Len, et aussi parce que ce fil lance le débat du pourquoi en général, je pense à vous lire et à réfléchir sur moi, de plus en plus, qu'on ne choisit pas. On est ou pas. C'est comme pour l'orientation sexuelle, c'est comme dire, pourquoi être homo plutôt qu'hétéro, ça n'a pas de sens je crois. J'ai toujours su que j'étais bi, ça s'est imposé à moi comme une évidence, la monogamie en est aussi une pour moi.
Du coup, je pense que je peux avoir des arguments pour dire pourquoi je suis mono, mais pas pourquoi ce serait mal d'être poly, pour moi se serait comme dire pourquoi c'est nul d'être hétéro plutôt que pourquoi je trouve ça cool d'être bi.
Je sais pas si je suis très claire là du coup...

#
Profil

Len

le mercredi 12 juin 2013 à 16h53

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

aviatha

le mercredi 12 juin 2013 à 16h58

Euhm... c'est un peu contradictoire avec ce que je viens de dire il me semble. Mais les poly me contrediront (ou pas) s'ils estiment que cela relève pour eux plus d'un choix de vie que d'une "évidence".

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 12 juin 2013 à 17h00

Aviatha, imaginons que tu sois poly dans une relation poly. Supposons que ton compagnon te dise : "je ne supporte pas l'idée que tu sois bi, c'est ma limite à moi, si tu veux d'autres relations amoureuses, OK, mais il faudra que ça soit que des hommes". Comment réagirais-tu ? Ce n'est pas une question piège, c'est juste pour essayer de mieux te cerner.

#
Profil

aviatha

le mercredi 12 juin 2013 à 17h15

Question intéressante, je me prête au jeu^^
Alors, primo, ce n'est pas parce que je suis bi que j'ai besoin des deux. La preuve, étant avec mon cher et tendre depuis bientôt 6 ans et étant monogame, exclusive et fidèle, cela fait plus de 6 ans que je n'ai pas eu de compagne, et je n'en suis pas malade. Donc, en soi, ce ne serait pas une limite totalement rédhibitoire.
Deuxio, si je suis poly et que j'ai d'autres relations, je suppose qu'on parle ici de relations amoureuses et pas de juste un coup d'un soir. Là où il va y avoir un problème, c'est que pour moi, la limite homme/femme n'est pas plus épaisse que celle entre les blonds et les bruns, donc sans doute que je vivrais mal tout de même de devoir restreindre mes amours à quelque chose qui, pour moi, est un détail absolument futile. J'accepterais bien mieux qu'il refuse que j'ai des relations avec quelqu'un qu'il estime nuisible ou peu épanouissant pour moi.
Tertio, là où serait le fond du problème, c'est que je n'ai jamais caché que j'étais bi, il l'a toujours su, il m'a voulue et acceptée ainsi, et je vivrais extrêmement mal qu'il ait une limite sur quelque chose que je suis et qui était clair depuis le départ. Ce ne serait pas comme si je lui avait dissimulé un "vice caché" ou comme si tout à coup j'avais changé, et qu'il ne puisse pas s'adapter sur ce point là, ce serait contradictoire avec ma vision de l'amour qui est de dire on prend les gens en entier ou on ne les prend pas.

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 12 juin 2013 à 18h51

Aviatha,

Merci de t'être prêtée au jeu ^^
Ton deuxio est très intéressant :

aviatha
Deuxio, si je suis poly et que j'ai d'autres relations, je suppose qu'on parle ici de relations amoureuses et pas de juste un coup d'un soir. Là où il va y avoir un problème, c'est que pour moi, la limite homme/femme n'est pas plus épaisse que celle entre les blonds et les bruns, donc sans doute que je vivrais mal tout de même de devoir restreindre mes amours à quelque chose qui, pour moi, est un détail absolument futile. J'accepterais bien mieux qu'il refuse que j'ai des relations avec quelqu'un qu'il estime nuisible ou peu épanouissant pour moi.

Eh bien, vois-tu, je pense que pour la plupart des polyamoureux, le fait que notre compagnon/compagne exige l'exclusivité est tout à fait du même ordre. Et en te paraphrasant, je pourrais réécrire :

"Là où il va y avoir un problème, c'est que pour moi, la limite amour/amitié n'est pas plus épaisse que celle entre les blonds et les bruns, la limite une seule relation amoureuse/plusieurs relations amoureuses n'est pas plus épaisse que la limite une seule relation amicale/plusieurs relations amicales, donc sans doute que je vivrais mal tout de même de devoir restreindre mes amours à quelque chose qui, pour moi, est un détail absolument futile. J'accepterais bien mieux qu'il refuse que j'ai des relations avec quelqu'un qu'il estime nuisible ou peu épanouissant pour moi."

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion