Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Arguments contre le polyamour et pour la monogamie strictement exclusive ?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 03 juin 2013 à 22h22

nan, je me sens pas visé dénoncé désigné rien, Clown, je me sens responsable parce que je remet des sous dans le crin-crin.
Ca fait longtemps que ça dure... Même si dans le principe c'est sans gravité, à la longue, ça peut être délétère, pas d'une façon "han faut pas dire des choses méchantes", mais juste "ça tourne en rond c'est vraiment lourd".

Ma logique sur la trollitude, je l'assume, j'aimerai la partager, c'est pour moi lié au genre "discussion internaute", mais entre accepter le truc et transformer le lieu en illustration du truc, je veux pas trop pousser.

D'un côté, je me prend un peu au jeu, et de l'autre, il y a des gens qui peut-être se sentent mal à l'aise avec ce jeu-là.
Les gens ici, j'en connais pas mal en vrai, ya une limite de l'emmerdement que je peux leur occasionner délibérément.
Par ailleurs, je sais que, dans l'absolu, si j'ai envie de faire le con ici, je pourrai sans que l'on me le reproche de trop (ancienneté, modération plutôt minimaliste).
Donc bonbrefvoilà, je me draperais pas dans la dignité d'un grand cheval si on me disait "ta gueule siesta".
Sans dec, je me vexe pas pour ce coup-là.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

demeter

le lundi 03 juin 2013 à 22h50

En somme, alps, tu attends principalement de ton foyer qu'il soit rassurant, pour toi, pour elle, ce que je peux, comme tout le monde je crois, assez bien comprendre. Pour cela tu comptes le protéger.
Il est peut-être possible de se protéger de pas mal de chose, du moins pendant le plus longtemps possible, en les évitant. Ce qui est plus compliqué c'est de se protéger de soi même.
Le fait de faire un régime, même s'il fait maigrir (ce qui n'est pas toujours le cas) n'a pas d'effet durable quand par ailleurs on mange comme un cochon le reste du temps, et avoir (non pas chercher à avoir) une alimentation équilibrée est préférable à la privation de chocolat ou de quoique ce soit, non ? Faire attention est bien le contraire de se priver, ce n'est pas se prémunir d'un danger. "Fais attention à toi" ne signifie pas toujours "sois prudent".
Comment feras tu pour aimer ta femme aussi longtemps que tu le souhaites ? Peut on faire cela en se tenant à l'écart de ce qui nous fait peur ? je crois qu'il ne faut se garder de rien, au contraire, car les relations ne se nourrissent que de confrontations , de rencontre. Cette liberté là, celle de pouvoir aimer, d'attribuer à l'autre la valeur de sa simple existence, de son "autreté", est, il me semble, aussi difficile à obtenir que la liberté qu'il nous attribue. Je ne sais pas si en définitive on peut distinguer les deux.

Ce qui m'étonne, c'est que tu passes autant de temps à réfléchir une seule face de toi, bien lisse et bien solide, intemporelle comme une philosophie ou la raison, en donnant les "arguments" du bien fondé de certains "choix", statistique à l'appui, dans un contexte (ta vie) qui lui n'est pas statique. Il serait idiot de te demander quel sens tu mets à tout cela puisque tu expliques ta vision du couple avec énergie, et je ne vois pas pourquoi tu en changerais. C'est cet acharnement qui n'a rien d'une discussion qui m'interpelle, qui à moi me parle. Tu ne m'agaces pas, tu m'étonnes. Ton discours est comme un parapluie imperméable à tout changement.

Ce que je trouve fascinant dans la vie, c'est que pour que le "je" existe, il lui faut rencontrer d'autres personnes, fabriquer une histoire qui "nous" ressemble, apprendre. On ne peut contenir une eau qui coule, pas plus que le temps qui passe, pas plus que ce qui nous rend vivant, on ne peut avoir de consistance dans le présent, sans trace de notre passé. Plus on s'épuise à le retenir, à le contenir plus il finit par nous emporter. Je ne suis plus rien de ce que j'étais, et pourtant je suis toujours le même.

J'ai de la peine à croire que ce que je dis puisse te "parler". Je ne mets pas en doute ta capacité à faire ce que tu dis : tu le dis avec tant de conviction, serais tu capable de faire autrement ? Mais il me semble plus raisonnable, plus proche de la réalité, de se croire capable de dire ce que l'on fait plutôt que l'inverse. Nos raisons sont fluctuantes, et nos comportements normalement imprévisibles (sauf pathologie). Je ne parle ni d'un jugement, ni d'une indifférence, ni d'une "illumination" sur le sens de la vie, de ce qu'il faut ou ne faut pas devenir. Je ne crois pas être ni polyamoureux, ni monogame, ni marginal, ni normal, ou bien tout cela en même temps. Je ne prêche rien. Je fais attention à ne parler ici que peu de ma vie, je me protège, me construis. Je ne connais des gens ici que leur discours. Ailleurs, je sens, je vois, je pleure, je ris, je touche, j'entends, j'espère, je me contredis... Et pourtant, je me vois répéter partout les mêmes choses.

#
Profil

Len

le lundi 03 juin 2013 à 23h24

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Cendre

le lundi 03 juin 2013 à 23h34

Bah, franchement, sur un fil de 10 pages qui commence par MetaZet demandant aux mono d'expliquer leurs arguments pour une monogamie exclusive, j'estime que c'est pas grave de pourrir le fil en nourrissant un troll. Et puis, CT a raison, c'est un vrai troll de compet, avec discours argumentés et bien construit. Ça donne envie d'y confronter nos argumentations.

Pour ma part, je tique sur l'idée du devoir, couplée à celle de la tentation, et de la métaphore du régime.

Pour ce qui est de mon expérience personnelle : je n'ai jamais pris autant de poids qu'en essayant de suivre des régimes amincissants. (Faut prendre la prise de poids globale, entre le début du régime et à peu près 6 mois après sa fin, quand la restriction alimentaire à fini d'user ma bonne volonté et que je craque délibérément).
Alors que durant mes 6 premiers mois de polyamour, je suis passée d'un IMC de 25 à 21. Bon, certaines me trouvent pas assez en chair, mais retrouver mon poids de forme (avec les muscles et le souffle qui vont avec), celui de mes 17 ans, ça fait partie pour moi des signes qui disent que je vais bien et que je suis sur un bon chemin.

Et ce, bien sur, sans régime, sans restriction alimentaire, ni aucune limite que ce soit. Non, juste écouter son corps, se donner l'espace pour aller bien, le plaisir pour ne pas avoir à compenser sur le chocolat.

Je suis intimement persuadée que les devoirs sont bien mieux fait quand ils sont effectués par convictions que quand on les érige comme valeur morale.
Je persuadée que l'on peut se faire confiance, à soi-même, en tout domaine, pour ouvrir les portes de la tentation, et laisser son corps et son âme faire la part des choses pour ne pas abuser, ne pas dépasser les limites de notre propre conscience.
Je suis persuadée que lorsque l'on s'impose, à soi, et en particulier aux membres de notre entourage, des limites (telles que : je n'ai pas besoin d'ouvrir cette porte), c'est qu'on est pas dans un climat de confiance avec soi-même, qu'il y a quelque chose qui va pas bien.

Après, il m'est arrivée des époques où je n'allais pas si bien qu'aujourd'hui, et je sais qu'en telles situations on fait comme on peut avec nos quotidiens et nos compensations, que certaines sont franchement néfastes, mais c'est un chemin de guérison que l'on essaye de tracer alors, pas un chemin absolu de morale et d'idéalisation du devoir.

Après, c'est ma vision des choses.
alps, tu es prêt à sacrifier beaucoup d'expériences possibles au nom du devoir, tu fais ce que tu veux de ta vie. Ça me hérisse le poil parce que je vois mal comment votre famille peut être heureuse dans ses conditions, mais c'est sûrement parce que je suis bornée.

Sinon, rassure moi, quand tu disais, « pas de poly chez moi », tu voulais dire : « si un poly vient chez moi, j'attends de lui de ne pas avoir de parole ou de geste équivoque, ni d'ouvrir le débat sur la question ». De la même manière que tu sais te tenir dans une maison qui n'est pas de la même religion que la tienne. C'est encore une histoire de respect, et de confiance dans les personnes que tu invites chez toi à te respecter, et pas du tout une histoire de partage de valeur.
C'est pas parce qu'on a l'air monomaniaque, là, tels que tu nous vois à squatter le forum, qu'on peut pas avoir une attitude décente et une conversation intéressante tout à fait normopensante dans d'autres milieux...

edit : Zut, je préfère les formulations de Demeter aux miennes, mais c'est pas nouveau :)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le mardi 04 juin 2013 à 09h00

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le mardi 04 juin 2013 à 13h08

Cendre
Sinon, rassure moi, quand tu disais, «  pas de poly chez moi », tu voulais dire : «  si un poly vient chez moi, j'attends de lui de ne pas avoir de parole ou de geste équivoque, ni d'ouvrir le débat sur la question ». De la même manière que tu sais te tenir dans une maison qui n'est pas de la même religion que la tienne. C'est encore une histoire de respect, et de confiance dans les personnes que tu invites chez toi à te respecter, et pas du tout une histoire de partage de valeur.

Je suis d'accord avec toi, Cendre, mais je crains que lorsque alps disait « pas de poly chez moi », ce qu'il voulait dire, en fait, c'est : « pas de poly chez moi »... En tout cas c'est ainsi que je l'ai compris et c'est pourquoi je trouvais ça blessant.

Cendre C'est pas parce qu'on a l'air monomaniaque, là, tels que tu nous vois à squatter le forum, qu'on peut pas avoir une attitude décente et une conversation intéressante tout à fait normopensante dans d'autres milieux...

C'est clair ! Encore heureux que sur un forum consacré au polyamour on y cause de polyamour... ça ne veut pas dire que dès qu'on rencontre quelqu'un on lui dise : « Bonjour, moi c'est Métazét. Au fait, je suis polyamoureux, qu'est-ce que vous en pensez ? » :P

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

tentacara

le mardi 04 juin 2013 à 15h53

Moi aussi je veux jouer!
Juste un truc :

alps
C'est machiste ca ?

siesta
Si j'ai un couple d'ami et que je susi hetero et que l'on doit prendre rendez vous pour une sortie en couple avec des heteros. J'envoie des textos à l'homme et non à sa femme. Je ne vois aucun interet d'ouvrir là encore une quelconque porte. Dans le cas de mon couple monogame c'est assez simple puisque nous sommes exclusifs et heteros.

Oui, c'est machiste. Dès lors que tu ne vas pas appeler la femme de ton ami (qui a priori est une amie aussi, hein) juste parce qu'elle est une femme, c'est machiste. C'est supposer qu'un contact avec la femme est intrinsèquement soupçonnable d'intentions sexuelles. Ce sont tes amis, ils sont en couple, théoriquement hétéro et exclusif, tout comme toi et ta femme. En revanche, peut-être que dans leur couple, c'est la femme qui s'occupe de l'agenda, c'est peut-être elle qui s'inquiète d'apporter quelque chose, bref, il existe peut-être une raison rationnelle de l'appeler elle plutôt que lui, et toi, sous prétexte que c'est une femme, celle de ton ami qu'on ne doit pas pouvoir te soupçonner de convoiter, tu ne l'appelles pas .
Oh! oui. C'est complètement machiste.

#
Profil

oO0

le mardi 04 juin 2013 à 16h17

@Siestacorta

Je n'ai pas l'impression qu'Alps troll.

De constats statistiques plutôt glaciaux, son discours est soudainement passé à un mur de feu cerclant sa famille. Il est passé d'une attitude d'observation à une attitude de protection.

@ Alps

C'est là, encore une fois, qu'il me semble nécessaire de rester conscient de ce qu'il est possible de faire dire à des statistiques et des valeurs personnelles qui, inévitablement, vont influencer ce qu'il est possible de leur faire dire. Personnellement, c'est là que j'ai décroché car, soudainement, la froideur glaciale de tes propos - d'un froid piquant - a laissé voir des préjugés brûlant : la métaphore du drogué dissimule très mal le préjugé d'addiction, voire de prédation sexuelle ou encore de briseur de vie de famille lorsque tu impliques ta femme dans le rôle de victime potentielle. (Aucune expression insultante, certes, mais les associations ...)

Tu es chef de famille, tu te dois de penser pour plus que toi et c'est tout à fait compréhensible que ton discours change selon que tu passes d'un registre d'objectivité à un registre de responsabilité, mais c'est difficile de comprendre le manque de respect du changement de ton qui l'accompagne. Je constate de nombreuses nuances pour traduire cette peur autrement que par des préjugés. Ce qui me dérange, c'est que tu sembles rejeter un peu trop facilement la responsabilité de leurs effets.

@ Demeter

Je pense que tu exprimes bien à ta manière nombres de questions qui peuvent toucher à cette fragilité de la vie de famille. Elles concernent cependant le couple sur lequel repose la famille. Peu importe le degré d'exclusivité du couple, de forte à nulle, ces questions se posent comme ce qu'il peut rester de l'affection des époux l'un pour l'autre après des années et dont cela affecte la vie de famille.

[Personnellement, le degré d'exclusivité, forte ou nulle, n'est pas la principale question pour nourrir l'affection dans le temps. Cela concerne davantage une attitude face à la temporalité, à sa répétitivité, etc. Il faut pouvoir cependant se poser la question pour passer au delà.]

Quoi qu'il en soit, toutes les couples - quels qu'ils soient - se pose des questions sur l'impact de l'équilibre de leur relation sur celui de leur vie de famille lorsqu'ils en ont une à charge. Et, en ce qui me concerne, je doute qu'il soit un jour possible de trouver des réponses définitives et je pense donc qu'il faut pouvoir prendre soin d'une famille sans pouvoir répondre à toutes les questions que peuvent poser une relation de couple.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

oO0

le mardi 04 juin 2013 à 19h38

Pour revenir au sujet, j'ai apprécié ta réponse à Louis61, Siesta. Cependant, je regrette que ce ne soit pas ce sens qui prédomine et qu'il se limite au mariage. La monogamie me semble effectivement davantage relative à un choix de vie de famille traduit par le mariage. Après, notamment depuis les familles recomposées, la définition de ce qu'est la monogamie me semble être devenue floue.

Enfin soit, la monogamie ne me semble pas l'opposé des relations non-exclusives. Un couple peut être ouvert, entretenir des relations en dehors du couple, n'avoir "( ne vouloir qu'une seule famille. Ainsi, lorsque certaines personnes - certaines, pas toutes (Merci de noter la nuance !) - trouvent une issues heureuse aux problèmes de couples qui menacent leur vie de famille, c'est dans ces cas le plus souvent au bénéfice de leur vie de famille, bref, de la monogamie. Ce n'est que si la question porte sur la possibilité d'avoir plusieurs familles ou s'éloigne de ce qu'il est possible d'entendre par une famille - comme avec les familles recomposées - que l'on s'éloigne de la monogamie. Il ne s'agit cependant plus d'une question de choix de partenaires "amoureux", objet principal de ce forum, mais de choix de vies de famille.

C'est là, Siesta, que j'ai trouvé très importante ta justification de l'ajout d'exclusivité à la monogamie. Et, tôt ou tard, je pense qu'il va falloir se défaire de cet usage anglo-saxon de la monogamie dès lors qu'il est possible de concevoir une monogamie non-exclusive sans se limiter au libertinage.

Sous ce jour, la question des arguments pour la monogamie contre le polyamour me semble ...

P.-S.: Désolé pour mes longueurs, mais j'apprécierais avoir des retours sur ce que vous pensez devoir entendre par "monogamie".

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mardi 04 juin 2013 à 19h40

tentacara
Moi aussi je veux jouer !
Juste un truc :

Oui, c'est machiste. Dès lors que tu ne vas pas appeler la femme de ton ami (qui a priori est une amie aussi, hein) juste parce qu'elle est une femme, c'est machiste. C'est supposer qu'un contact avec la femme est intrinsèquement soupçonnable d'intentions sexuelles. Ce sont tes amis, ils sont en couple, théoriquement hétéro et exclusif, tout comme toi et ta femme. En revanche, peut-être que dans leur couple, c'est la femme qui s'occupe de l'agenda, c'est peut-être elle qui s'inquiète d'apporter quelque chose, bref, il existe peut-être une raison rationnelle de l'appeler elle plutôt que lui, et toi, sous prétexte que c'est une femme, celle de ton ami qu'on ne doit pas pouvoir te soupçonner de convoiter, tu ne l'appelles pas .
Oh ! oui. C'est complètement machiste.

C'est aussi ce que j'avais relevé.
Je ne dis pas qu'Alps est "globalement" machiste, mais ce comportement-là l'est.

Quand à ne pas respecter les valeurs mono, pas les tolérer... Alps... je répond pas de la même manière à des monos classiques, dans la vie de tous les jour ( et même chez les inconscients qui ont la folie furieuse de m'inviter chez eux alors que je suis si dangereux, greuhar, et manifestement érotomane intégriste, shlurp) qu'à un type qui vient dans un forum polyamoureux expliquer qu'il regarde nos comportements comme il observerait ceux de fourmis, estime qu'il est assez fort pour nous lire sans flancher aussi facilement qu'il a lu Mein Kampf, que nous parler c'est un peu comme distribuer des seringues propres alors que nous fréquenter ce serait, en termes de nocivité, comme se baffrer de chocolat en plein régime ou comme promouvoir la toxicomanie.
Je sais pas, ces comparaisons négatives me semblent manquer assez de bienveillance pour que la mienne soit plutôt faible envers celui qui les enquille.

Tu tires des conclusions sur ma (notre !) tolérance envers les valeurs mono à partir de la critique de ce que tu écris. Tu surévalues beaucoup ta représentativité, et semble oublier que, si tu causes encore ici, c'est une tolérance assez concrète et plus significative que tes projections.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 04 juin 2013 à 20h40

Moi, ça me convient assez qu'alps ne m'invite pas chez lui parce que je suis poly amoureux.
Hahaha, j'irai me consoler avec mes amoureuses

#
Profil

wolfram

le mardi 04 juin 2013 à 21h34

A la lecture de ces dernier échanges avec Alps, je me demande dans quelle mesure il ne se serait pas embarqué dans certaine radicalisation en prenant une posture de provocation suite aux échanges parfois musclés.

En tout cas, si nous pouvons lire une description d'un mode de vie souhaité ou réel, il ne me semble pas que cela puisse être proposé comme arguments en faveur de la monogamie exclusive.

Il y a un aveu de faiblesse et la capacité à tomber amoureux sans que cela signifie la perte des sentiments vers son épouse (le refus de parler à la femme d'un couple d'ami serait un exemple de tentation). Ce qui pourrait être pris comme une reconnaissance q'il est possible d'aimer sincèrement et pleinement plusieurs personnes simultanément.

Cela ne va pas dans le sens de la monogamie exclusive !

#
Profil

Siestacorta

le mardi 04 juin 2013 à 21h50

RIP
Ce n'est que si la question porte sur la possibilité d'avoir plusieurs familles ou s'éloigne de ce qu'il est possible d'entendre par une famille - comme avec les familles recomposées - que l'on s'éloigne de la monogamie. Il ne s'agit cependant plus d'une question de choix de partenaires "amoureux", objet principal de ce forum, mais de choix de vies de famille.

Plus largement que la famille, je dirais la société traditionnelle.
L'égalité de "droits" dans le polyamour, c'est quelque chose d'assez transformateur...
C'est très nettement facilité par les progrès de la contraception, qui ouvre plus de choix aux femmes qu'elles n'en avaient auparavant. Puisqu'il y a des moyens très efficaces de ne pas procréer à chaque relation, ainsi que la possibilité d'avorter dans des cas plus difficile, il est possible d'avoir d'autres critères de décision dans la vie amoureuse.

Autre point, ça offre implicitement à chacun plus de choix qu'une norme sexuelle, il y a d'emblée un pied d'égalité avec les autres sexualités, les autres rapports sociaux.

Bref : le polyamour dépend et bénéficie partiellement de progrès sociaux antérieurs, il se déroule dans des espace où une société choisie prend le pas sur une structure sociale traditionnelle.

Pour répondre au sujet, un argument pour la monogamie strictement exclusive, c'est donc que ça demande PAS de remettre la société telle qu'elle est. Ce qui peut être assez attirant, comme idée, toute éthique mise à part, on peut ne pas avoir envie d'être en situation de lutte si souvent dans sa vie, ni de jouer, pour des raisons a priori un peu floues et mouvantes comme les sentiments amoureux, le "loving class hero".

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

lam

le mardi 04 juin 2013 à 22h26

lam
à 3 h du mat, je propose un prix de la mysogynie raciste et/ou de la psycho-évolutioniste et limite masculiniste pour wolfram

qui est pour ?

(ok c'est naze, bonne nuit ou bon matin, c'est selon **** )

Oui, c'était naze et je suis contrite (=> ça veut dire "je m'excuse"). Je l'ai dis. Je le redis.

#
Profil

wolfram

le mardi 04 juin 2013 à 23h20

ok, bien reçu

#
Profil

oO0

le mardi 04 juin 2013 à 23h28

@ Wolfram

Je suis assez d'accord avec le fait que, à force de se muscler, l'échange à donné lieu à des provocations plutôt radicales. (En ce qui me concerne, je me suis lâché avec l'insinuation de pétainisme "Travail, famille, patrie". Même pour défendre une capacité d'indépendance d'esprit, l'allusion à la lecture de "Mein Kampf" ...) Cela ruine les échanges.

@ Siestacorta

Il y a quelque chose dans ton argument du "not want to be a loving class hero", mais ... tu ne réponds pas à ma question qui est de savoir si la plupart de nos échanges ne se fourvoient pas sur le sens à prêter à la monogamie qui me semble plus une question de choix de vie familiale que de vie "amoureuse". L'un n'exclut pas l'autre plus qu'il n'implique nécessairement l'autre : je ne suis pas contre de parler famille, mais je ne suis pas là pour parler famille.

Je ne vois pas, par exemple, en quoi deux conjoints qui entretiennent une liaison extra-conjugale ferait qu'il n'y a plus monogamie alors qu'ils conservent chacun leur vie de famille sans faire le choix d'une vie de famille supplémentaire. Je ne vois pas en quoi le fait que cette liaison soit mutuellement consentie par les conjoints ou non ferait qu'il n'y a plus monogamie. Par exemple, le film "Happy Few" commence sur une liaison extra-conjugale non-consentie, soit une infidélité, pour ensuite se transformer en deux liaisons extra-conjugales consenties. Personnellement, en termes de famille, terme qui me semble définir la monogamie, je ne vois pas où le film sort de la monogamie.

@ Alps

Le fait que cette exclusivité te permette d'atteindre tes objectifs en évitant ce que tu éprouves comme des impasses me semble un argument solide. L'argument se définit surtout par le choix d'un objectif, l'équilibre de ta vie de famille, plutôt que contre. Quelque part, ce n'est pas loin de ce que je comprend de Siesta lorsqu'il parle de personnes qui ne veulent pas jouer au "loving class hero". (Tu m'arrêtes si je me trompe, Siesta.)

Sinon, je ne considère pas ton comportement comme machiste dans le cas de tes rapports avec un couple d'ami, juste fort marqué par la ségrégation sexuelle. La différence de genre semble l'emporter sur le fait de relation interpersonnelles. Si cela devient une règle pour tous, notamment une règle d'interprétation selon laquelle chaque fois qu'il y a transgression de cette ségrégation, il y a ambiguïté ...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 05 juin 2013 à 08h41

RIP
Il y a quelque chose dans ton argument du "not want to be a loving class hero", mais ... tu ne réponds pas à ma question qui est de savoir si la plupart de nos échanges ne se fourvoient pas sur le sens à prêter à la monogamie qui me semble plus une question de choix de vie familiale que de vie "amoureuse".

Dans le contexte du forum polyamour, on a effectivement un emploi un peu différent du terme "monogamie".
On est un peu obligés de se définir par rapport à lui.

Maitenant, le sens "familial-parental" que tu lui donnes, je le vois bien. Mais je ne le crois pas cet aspect si essentiel.
Monogamie, c'est la règle par défaut, aujourd'hui en France. On s'oriente par là par positionnement par rapport au mariage, donc au foyer, mais ce n'est pas la seule raison.
En fait, pour les mêmes raisons que les pratiques contemporaines (contraception, IVG, pratiques affichables d'autres sexualité que l'hétéronormée, vie sexuelle autorisée AVANT le départ de chez les parents...) facilitent l'exploration du polyamour, l'esprit de la monogamie peut aussi être modifié.
Tu peux te retrouver avec des couples monogames par choix individuel. Des gens qui ne veulent / peuvent pas avoir d'enfants, qui ne sont même pas forcément pacsés, mais qui pensent rester ensemble. C'est une vie commune, intime, mais chacun peut vivre ainsi sans être considérer comme de la famille par son conjoint, ou par l'entourage de celui-ci.
Imagine, justement, un couple homosexuel avant le PACS (je parle d'une situation, hein, pas du lien amoureux).
Ou un homme qui s'installe, après divorce, avec une femme qu'il n'épousera pas.
Ca reste des couples, a priori monogames.

Des cas particuliers qui nous permettent de définir la règle qui les englobe. Maintenant, oui, les cas de monogamie non-exlcusive comme ceux de happy few sont des cas où la monogamie est respectée comme modèle familial.

Peut-être est-il possible de considérer que les choix ouverts par le polyamour ouvrent un choix supplémentaire de ce qu'on fait de sa monogamie : projeter une règle sur les sentiments, ou ne pas le faire.

#
Profil

Len

le mercredi 05 juin 2013 à 15h29

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LittleJohn

le mercredi 05 juin 2013 à 15h43

Len
Pourquoi choisir le polyamour plutôt que la monogamie exclusive ?

Je n'ai qu'une réponse : et pourquoi pas ?

(ou encre, comme dans la célèbre publicité d'une marque de boisson "Parce que !" ^^ )

#
Profil

alps

le mercredi 05 juin 2013 à 16h41

tentacara je crois
Oui, c'est machiste. Dès lors que tu ne vas pas appeler la femme de ton ami (qui a priori est une amie aussi, hein) juste parce qu'elle est une femme, c'est machiste. C'est supposer qu'un contact avec la femme est intrinsèquement soupçonnable d'intentions sexuelles. Ce sont tes amis, ils sont en couple, théoriquement hétéro et exclusif, tout comme toi et ta femme. En revanche, peut-être que dans leur couple, c'est la femme qui s'occupe de l'agenda, c'est peut-être elle qui s'inquiète d'apporter quelque chose, bref, il existe peut-être une raison rationnelle de l'appeler elle plutôt que lui, et toi, sous prétexte que c'est une femme, celle de ton ami qu'on ne doit pas pouvoir te soupçonner de convoiter, tu ne l'appelles pas .
Oh ! oui. C'est complètement machiste.

C'est machiste si je suis une femme lesbienne ? Et qui donc enverrais des textos à l'homme hetero plutot qu'à sa femme bi ?

donc ca ne dépend pas du sexe mais de l'orientation sexuelle. donc ce n'est pas machiste. :)

je crée trop de remous. Je vais tenter de passer une fois par semaine plutot que tous les jours.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion