Polyamour.info

lam

lam

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Ne soyons pas naturels

Profil

lam

le mercredi 24 avril 2013 à 23h22

Metazet, je ne parle pas de la totalité du discours d'Alps, j'ai fait une citation. Je ne suis pas intolérante des pseudos des gens qui postent ici, mais je ne tolère pas ce propos. Je n'ai pas dit qu'Alps est homophobe je maintient que son propos (cf. citation) l'est.

Merci de lire mes posts en entier et ne pas généraliser.

(tu remarqueras que je commence ma phrase par "Merci" et non pas par "Attention").
.
.

Sous prétexte d'infécondité (ce qui est faux) le fait que j'aie des enfants serait aberrant? ?
Cela revient à considérer les homos comme des sous-êtres.

C'est homophobe.

Point.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Ne soyons pas naturels

Profil

lam

le mercredi 24 avril 2013 à 23h21

Metazet, je ne parle pas de la totalité du discours d'Alps, j'ai fait une citation. Je ne suis pas intolérante des pseudos des gens qui postent ici, mais je ne tolère pas ce propos. Je n'ai pas dit qu'Alps est homophobe je maintient que son propos (cf. citation) l'est.

Merci de lire mes posts en entier et ne pas généraliser.

(tu remarqueras que je commence ma phrase par "Merci" et non pas par "Attention").
.
.

Sous prétexte d'infécondité (ce qui est faux) le fait que j'aie des enfants serait aberrant??
C'est homophobe.

Point.

Voir dans le contexte

Discussion : Des temps de discussions et de non-mixité masculines, féminines… : pour quels usages ?

Profil

lam

le mercredi 24 avril 2013 à 23h14

bohwaz
Je pense qu'on sous-estime largement la part d'hommes qui sont justement délaissés et écrasés aussi par cette société patriarcale, qu'ils n'ont pas choisi et en subissent aussi les aspects négatifs (même s'ils sont censés être plus faciles à vivre pour nous les hommes).

le_hasard
oui, il y a une oppression de la société sur les hommes également, une injonction à ressembler à une certaine image "virile", et il y a effectivement une lutte à mener de ce côté également, même si de mon point de vue elle doit se faire main dans la main avec le féminisme, vu qu'elle répond de la même logique.

Je suis 100% d'accord avec ce que vous dites. Mais je souscris aussi aux avertissements concernant les risques de dérive de la non-mixité masculine. A ce sujet la dernière partie de Contre le masculinisme. Petit guide d’autodéfense intellectuelle expose des arguments intéressants qui rejoignent l'intervention de Le Hasard
La section "Les limites et les dangers de la non-mixité masculine" fait une page et demie (milieu de la page 66 et page 67 du pdf)

Voir dans le contexte

Discussion : Ne soyons pas naturels

Profil

lam

le mercredi 24 avril 2013 à 23h01

alps
Il y a quelque chose d'aberant à vouloir constituer une famille quand on est homosexuel. Et par définition infecond.

:-@

J'en ai marre des discours homophobes boueux sur ce forum.

:-@

C'est vrai que la charte de discussion fait un rappel sur le type de message qui sont passibles de poursuites judiciaires, les messages homophobes ne sont pas cités et je n'ai pas fait de recherche pour savoir s'ils sont aussi concernés.

Je ne suis pas fan de l'argument légal, et je trouve que polyamour.info gagnerait à se positionner en tant que site (et pas selon la loi) vis à vis des différents rapports de domination qui traversent cette société et donc nos vies.

Je reste courtoise mais je pense très fort que les discours homophobes, sexistes, racistes, xénophobes, ... n'ont pas leur place ici.

Voir dans le contexte

Discussion : Ne soyons pas naturels

Profil

lam

le mercredi 24 avril 2013 à 22h55

Je trouve aussi que les discours qui justifient (le polyamour ou autre chose) avec la "Nature" et le "Naturel" sont très très dangereux. Cela ne veut pas dire que le biologique n'a pas d'influence, simplement quand on se sert de l'argument "naturel" cela ne veut généralement rien dire, c'est aller chercher un dogme pour justifier des comportements sociaux, et culturellement construits.

Un résumé des risques de dérives, et de pourquoi l'argument du "naturel" devrait mettre la puce à l'oreille quand il est utilisé: En finir avec l'idée de Nature, renouer avec l'éthique et la politique

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour, une "orientation sexuelle" ?

Profil

lam

le mardi 23 avril 2013 à 17h38

Exact, il faut voir le niveau des articles... c'est d'une part relativisé (même par ces journalistes à sensation qui prennent une étude qui les arrange pour faire de gros titres) et par ailleurs ça ne cite pas les études, les moyennes, les degrés de corrélation, on ne sait rien sur la taille des échantillons de personnes testées, ni sur leurs profils de comportement, bref pour moi c'est du flan de top niveau.

Voir dans le contexte

Discussion : Le polyamour, une "orientation sexuelle" ?

Profil

lam

le lundi 22 avril 2013 à 20h19

alps
Les etudes à ce sujet vont toutes dans le meme sens. Il y a des drogues sécrétées par le cerveau qui rendent polygame ou monogame. Ceci en fonction d'un heritage genetique et du milieu. Grossomodo cette drogue influe sur notre conception des relations sociales. Pourquoi ? personne ne sait à ce stade. La monogamie reste minoritaire dans le regne animal.

C'est quoi les références de ces études?

Voir dans le contexte

Discussion : Pourquoi je souffre ? Piste de réflexion...

Profil

lam

le mardi 09 avril 2013 à 18h38

la vidéo
Donc la souffrance en fait dépend de moi, elle dépend pas du monde extérieur, elle dépend de quel est mon degré d'attachement à comment les choses devraient être

Alors ouais on aurait aussi qu'à "trouver notre satisfaction dans la manière dont les choses sont et pas dans ce qu'elle devraient être"...
Dans une certaine mesure oui: si ça concerne l'amour ou des trucs irrationnels qu'on s'imagine et qu'il n'est pas possible de faire advenir ça a du sens pour moi; mais comme message global ça ne marche pas, ça dit clairement "conformez-vous à ce qui existe pour moins souffrir", accepte que le monde soit brutal et brimant et ne fais rien pour moins souffrir ni pour changer les choses. Dans plein de situations ça ne marche pas et je rejoins Cendre sur la critique du coté très post-moderne et universaliste de cette vision du bonheur qui a pour application de tuer dans l'oeuf toute tentative de dénoncer les rapports de domination qui structurent la société et empêchent vraiment plein de gentes d'être heureu-ses-x, de rêver et de faire évoluer nos réalités.

Marc Twain
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Phase passionnelle et polyamour

Profil

lam

le mardi 09 avril 2013 à 18h17

bien d'accord avec Ystrak, moi je prends ça comme une belle drogue qui fait monter haut, mais avec des précautions parce que c'est risqué: je ne prends pas le risque de limiter mes liens relationnels (amicaux et amicaux-sexuels) pour une nouvelle relation où je me prends de la passion plein le corps. Plutôt j'essaye de savourer en gardant à l'esprit que mon bien-être passe par le fait d'être liée à des personnes variées, et que dans ces moments là il y a un danger de faire des choix (même inconsciemment en termes de combien de temps je passe avec qui) qui limitent trop d'autres relations qui me sont précieuses.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Frontière floue : un problème?

Profil

lam

le mardi 09 avril 2013 à 18h07

alps
La question de la frontière floue comme tu en discutes renvoie à la fonction sexuelle chez certains singes. Elle sert essentiellement à améliorer les relations sociales et n'engage en rien.

et y'a aussi des humain-e-s comme moi travaillent la place de la fonction sexuelle dans leurs relations sociales pour qu'elle les améliore et n'engage en rien, tout ça avec humour et amour :-)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Trouple qui explose

Profil

lam

le mardi 09 avril 2013 à 18h01

Salut,
Je pense qu'en tous cas ton attitude est très ouverte et compréhensive vis à vis de la situation. Cela n'empêche pas d'avoir des limites vis à vis de ce que tu peux/veux accepter dans ta relation avec ton mari et la négociation de vos limites respectives avec lui ne peut se faire qu'ensemble. J'espère que vous allez trouver un compromis satisfaisant pour les deux, pour moi une bonne solution devra prendre en compte tes désirs et limites ainsi que les siens: le changement de votre accord n'est pas censé se faire avec une seule personne qui pose les règles: cela revient à poser un ultimatum. Pour éviter ça je pense que ça nécessite que chacun de vous deux soit au clair avec ce qu'ille veut vraiment, c'est souvent là que c'est difficile ou limitant (dans le "au clair"). Bon courage en tous cas.

Voir dans le contexte

Discussion : Frontière floue : un problème?

Profil

lam

le dimanche 07 avril 2013 à 12h41

En fait pour diminuer le risque de heurter les autres (et pour moi aussi) j'essaie d'être le plus au clair possible sur ce que je veux et de faire des efforts pour le communiquer, et de poser des questions quand je capte pas bien l'autre.
Après c'est pas simple hein.
Dans le cas de ton ex j'essayerai de savoir de quoi moi j'ai envie, de le lui dire, de demander des précisions si je comprends pas bien ses réponses parce qu'il y a trop de mots concepts ("amour", "amitié", ..) où je ne cerne pas précisément le/les sens que l'autre y met.

Voir dans le contexte

Discussion : Frontière floue : un problème?

Profil

lam

le dimanche 07 avril 2013 à 12h36

zina
Je ne sais pas si je peux être à l'aise avec l'idée de prendre le risque de heurter et blesser ceux que j'aime...

Oui et en même temps c'est un risque inévitable, si on veut vraiment l'éviter on peut aussi devenir ermite et même là par sûr qu'on ne heurte personne.
Je pense aussi que pour diminuer le risque de se faire mal il faut augmenter les chances de bien se comprendre en communiquant. Parler, rechercher le consentement en face et accepter que tout ce qui n'est pas clairement "oui" est un "non".

Pour réduire le flou j'essaye d'expliciter clairement ce que je veux, exemples:
"j'ai envie d'un moment de sexe avec toi maintenant, qu'est-ce que tu en penses?",
"ça fait un moment qu'on est dans cette amitié sexuelle, on se voit régulièrement et cette relation prend une signification et rôle symbolique importants pour moi, plus qu'il y a un an", "je ne me retrouve pas trop dans notre relations en ce moment et j'aimerai bien qu'on se voie un peu moins/ pouvoir passer du temps avec toi hors de nos cadres habituels"...."
"notre relation a commencé sur beaucoup d'attirance physique et je sens que pour moi elle évolue et prends un place importante dans ma stabilité émotionnelle"
"notre relation est importante pour moi mais j'ai besoin de laisser la composante sexuelle de coté en ce moment"
Bon ça présuppose d'être au clair avec moi-même ce qui est souvent l'étape limitante.

Aussi, moi j'évite d'utiliser des mots creux symboliques et à sens multiple du type "je t'aime.". Je trouve que si on veut déconstruire le coté romantique magique de l'amûûûr, ça passe aussi par réfléchir à ce qu'on veut vraiment dire quand on dit ça. Ca m'empêche pas de dire "je t'aime parce que...", mais "je t'aime point" ça me parait le comble de la communication floutée justement.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Lesbiennes et polyamoureuses comment faites vous ?

Profil

lam

le vendredi 05 avril 2013 à 11h59

Annabelle
Est-ce que tu parles du coup d'une identification à la communauté lesbienne militante ?

En fait pour moi l'aspect politique du lesbianisme dans lequel je me reconnais c'est surtout un positionnement militant contre le patriarcat et l'homophobie: comment je place des priorités, contre quoi et avec qui j'ai envie de lutter et de créer.

Etre gouine pour moi c'est pas seulement une préférence que je choisis pas, contre laquelle je peux rien faire parce que jserai "née comme ça", d'ailleurs j'ai moi aussi bien galléré pendant les 10 premières années de ma vie affectivo-sexuelle où je croyais "être" hétéro. Au contraire comme tu le décris bien c'est un choix de sortir de cette hétéronormativité, c'est pas simple car comme dans pas mal de choses malgré les apparences le principe de partition n'est pas binaire.
Pour moi c'est pas juste une préférence pour le "féminin" dans un contexte abstrait, (d'ailleurs il y a des masculinités queer qui me touchent et me plaisent), c'est étant donnée la société patriarcale avec qui je crée de l'intimité, des alliances et des relations. Dans un monde sans domination lié au genre je serai certainement bisexuelle...

Voir dans le contexte

Discussion : Les amours plurielles, est-ce politique ?

Profil

lam

le mercredi 03 avril 2013 à 21h01

Ah tiens voilà un sujet de fil qu'il est intéressant. Je viens de poster un truc qui rejoint le sujet à coté.
Pousser cette question permettrait peut-être de voir si un jour les polys auront des revendications. Pour le moment j'ai l'impression que ça en est plus au stade où on se justifie d'exister qu'à celui où on pose ce qu'on voudrait voir arriver, ou peut-être un état de transition entre les deux.

Voir dans le contexte

Discussion : Lesbiennes et polyamoureuses comment faites vous ?

Profil

lam

le mercredi 03 avril 2013 à 20h53

Yep, je relis (c'est un peu un post d'insomnie matinale ce que j'ai envoyé), et oui j'ai interprété ce que tu dis n'est pas ironique finalement... sorry :-/

Et sinon oui c'est hors sujet mais pas tant. Pour moi être lesbienne et poly c'est des choix personnels et politiques (je revendique le mot mais pas dans la signification "politique politicienne" bien sur, il est trop important pour qu'en plus de le galvauder la classe politicienne me le vole totalement...),
parce que je pense que la vie et nos choix sont politiques parce qu'on vit dans et qu'on est façonné-e-s par une société, traversée de rapports de domination.
Et mon lesbiannisme par exemple au delà d'une orientation sexuelle, c'est aussi un positionnement politique féministe. Je ne me force pas (à pas avoir de relation avec des mecs cis par exemple) mais mes choix actuels sont aussi le résultat de comment je me positionne dans une société sexiste et hétérocentrée. Je choisis un camp d'allié-e-s, je suis pas "juste" née comme ça.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Voir dans le contexte

Discussion : Lesbiennes et polyamoureuses comment faites vous ?

Profil

lam

le mercredi 03 avril 2013 à 06h50

Annabelle
Serai-je anar moi aussi...? ? ;-)))

Ben y'a que toi qui peux savoir ;-)

Tiens je ne me retiens pas de faire remarquer que, comme les salopes, les anarchistes se coltinent plein de préjugés, alors illes s'adaptent et parlent de polyamour et de socialisme libertaire.

En tout cas je suis très sérieusement "anar" comme tu dis, je ne trouve pas ça moins sérieux que l'écologie, je dirais plutôt que c'est une philosophie qui englobe certains aspects de cette dernière.

Parce que bon quand on a dit "écologie" on a rien dit au fond: l'écologie c'est aussi des crises, des incendies, des extinctions, des migrations des repeuplements, des luttes pour/par la survie de son espèce au détriment des autres... cela ne porte pas "en soi" des fondements d'égalité de respect, ni une critique de l'autorité et de la hiérarchie, ni des propositions pour tendre ensemble vers une société plus libre et égalitaire.

Et puis souvent l'écologie s'appuie sur une vision déformée de l'état de nature où tout serait en équilibre et harmonieux, où on devrait défendre la jolie nature assez hypocritement parce qu'elle est jolie et pas réalistement parce que c'est d'abord des ressources dont on a besoin pour sa survie (individuelle et en tant qu'espèce).

Bref pour moi l'écologie c'est plus comme un domaine où penser l'anarchisme, et l'anarchie une mise en pratique des idées anarchistes qui reposent sur un tout autre rapport global au monde.

Bon voilà je voulais pas que ce post soit véhément, et c'est pas un truc personnel Annabelle mais je suis souvent fatiguée des remarques qui ne prennent pas l'anarchie au sérieux (et même l'inverse), un peu comme pour les relations non-exclusives où on te fait parfois remarquer que tu dois bien rigoler et te faire des histoires en te la coulant douce sans réfléchir et de manière irresponsable, tu sais quoi c'est pas sérieux.

Alors oui pas rester figé-e-s dans des normes, mais rester ouvert-e-s à la différence et à la diversité.

Tiens un exemple positif: Emma Goldman, elle était pas lesbienne mais avait pris position en faveur de l'homosexualité et contre la supériorité d'une forme de relation par rapport à une autre - elle était une des premières personnes à la faire publiquement - contre l'avis de ses contemporain-e-s anarchistes,
elle était féministe et se battait pour les droits des femmes et notamment le contrôle de la fertilité, mais elle avait pris position contre le mouvement pour le vote des femmes parce qu'elle voyait que celui-ci était enraciné dans des privilèges de classe moyenne et que ce combat n'allait pas changer les racines du système patriarcal et la position inférieure des femmes dans ce dernier,

Comme quoi des fois il ne faut pas oublier d'être pas d'accord, même avec ses allié-e-s proches et politiques.

Voir dans le contexte

Discussion : Salope ethique, enfin ! (et pour de vrai)

Profil

lam

le mardi 02 avril 2013 à 11h12

Zajj
Mais lam, il sort d'où ton sous-titre ?
Sur Amazon et chez Tabou, la couverture dit "Guide pratique pour des relations libres sereines".

ben du site de l'éditeur à la date de mon post.
Depuis la photo de couverture a changé... et tant mieux si ce changement reflète qu'il y a eu différentes phases de relecture sur la traduction.

Sinon je l'ai reçu aujourd'hui. et le 4eme de couverture parle de "polyamour" (n. m.) et de "polyamorie" (n. f.), alors que ce dernier mot est absent de l'intro.

Et sinon je dois dire que je suis vraiment déçue de la conception graphique de l'édition francophone.
- j'aime pas le fait d'utiliser une femme nue en couverture. ça suffit déjà que le terme "salope" soit si genré en français.
- ensuite l'imaginaire raciste véhiculé par cette image: elle est blanche et allongée devant trois corps noirs, qui eux sont debout et sans visage.
- je passe sur l'utilisation des symboles "mâle et femelle" mélangés un peu à l'arrache mais toujours de manière un peu 'complémentaire'
- et vraiment ce que j'aime pas c'est sur chaque encadré d'exercice pratique: la silhouette assise pulpeuse et cambrée, cheveux longs, gros seins, taille de guêpe et talons de 20cm...

Bref je trouve ça moche et naze.
l'imaginaire véhiculé est tout simplement dans une ré-affirmation très normative, sexiste et genrée de ce qu'est une salope dans l'imaginaire collectif.
Je trouve ça complètement inapproprié par rapport à ce que le livre traite comme sujet.

vous avez dit subversif...?

breaking news, les stéréotypes ont la vie dure

Voir dans le contexte

Discussion : Lesbiennes et polyamoureuses comment faites vous ?

Profil

lam

le jeudi 28 mars 2013 à 18h57

Annabelle
En même temps je suis quelqu'un de très exigent qui ne tombe pas amoureuse de la première venue. Pour pouvoir me faire de l'effet, une femme doit avoir déjà en elle une certaine forme d'ouverture d'esprit.
Peut-être que j'ai globalement du mal à rencontrer ce type de personnes autour de moi.

Je me reconnais là dedans, et personnellement c'est en m'investissant dans des luttes que j'ai rencontré et que je rencontre des meufs, des trans aussi, qui ont des idéaux, qui réfléchissent, qui veulent changer le monde et se changer elles/eux-même, un monde où la révolution c'est pas juste contre les gros méchants et les principes absurdes mais aussi un combat quotidien fait de travail intérieur, où on cherche à renforcer des solidarités entre nous et entre différentes luttes.
J'avais juste envie de dire que c'est possible, il y a forcément un moyen de trouver des femmes comme celles que tu cherches.

Voir dans le contexte

Discussion : Lesbiennes et polyamoureuses comment faites vous ?

Profil

lam

le jeudi 28 mars 2013 à 18h51

Salut Anabelle,
Alors je me dis que la particularité d'être et lesbienne et polyamoureuse ça fait beaucoup mais là maintenant ça me correspond et je ne me vois pas faire/vivre autrement.
Rencontrer l'Autre c'est jamais simple il me semble, qu'on soit mono/poly, hétéro/bi/homo, cis/trans... avant tout on est unique et on est à un moment unique de notre vie à chaque seconde.

Bref, sinon concrètement ça facilite quand même pas les choses pour nous parce qu'on vit dans un monde ou monogamie et hétérosexualité sont des contraintes normatives, qu'on nous rappelle tout le temps, et qui sont bien fort imprégnées dans nos esprits et ceux de nos rencontres amoureuses potentielles....
Aussi j'évolue dans un "milieu" politisé, entre autres autour du féminisme et de l'anarchisme, où les relations non exclusives sont vues comme politiquement correctes.
Avoir des relations non exclusives (dans ce monde là on emploie peu le mot polyamour), ne pas s'approprier l'autre, c'est plutôt bien vu et en phase avec ces identités de gouines anarka féministes.
Pour autant les choix de relations de couple sont quand même majoritaires, et tout le monde n'a pas envie forcément de remettre en question le couple, le romantisme, et de chercher des alternatives à ça pour trouver du bien-être et de la stabilité affective (mais je trouve quand même quelques alliées dans cette réflexion là).
Ca veut pas dire que c'est simple, mais du coup ça a une existence, ça se nomme, des textes sont écrits et des brochures diffusées...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion