Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour, une "orientation sexuelle" ?

Bases
#
Profil

Luminada

le samedi 20 avril 2013 à 10h20

Bonjour à toutes et à tous !

Tout premier message pour moi dans ce forum. Pour me présenter rapidement, je suis une étudiante d'une vingtaine d'années, en couple monogame. Je viens ici pour discuter avec vous du polyamour, après avoir lu quelques articles de journaux et de blogs qui m'ont laissé quelques questions.

Je ne suis pas sûre que mon titre est correct.... Disons que j'aimerais éclaircir un truc qui me semble assez obscur.
Beaucoup d'entre vous partez du principe, je crois, que la monogamie est une norme sociale, et qu'il y a des couples monogames qui sont monogames parce que cette norme le prescrit et qu'ils ne l'ont pas remise en question. Je suis assez d'accord. C'est pas demain que Disney fera un film où la princesse se marie avec le prince de son royaume tout en entretenant une relation amoureuse avec le prince d’à-côté ! Mais j'ai aussi lu, sous quelques plumes, que l'homme était "naturellement polyamoureux", que l’exclusivité sexuelle contraignait sa véritable nature, que ce n'était qu'un reste de morale judéo-chrétienne etc. C’est un peu différent : si on s'en tient à ces propos, un monogame est en gros un polyamoureux qui s'ignore ou qui ne veut pas l'être.
D'un autre côté, d'autres semblent tenir qu'on ne choisit pas d'être monogame ou polyamoureux, un peu comme on ne choisit pas d'être attirée sexuellement par les hommes ou par les femmes.
Évidemment, ces deux positions ne s'excluent pas totalement, je suis sûre qu'il y a plein de nuances. Qu'en pensez-vous ?

#
Profil

Anarchamory

le samedi 20 avril 2013 à 10h41

Bonjour et bienvenue !

A mon sens, naturellement, il y a à la fois des inclinations à la monogamie et des inclinations au polyamour. Ces inclinations sont bien entendu contradictoires et, par conséquent, obligent à faire un choix. Par ailleurs, chaque individu est différent et les inclinations vers ces deux modes de vie n'ont pas la même force : l'un se sentira plus fondamentalement monogame, l'autre plus fondamentalement polyamoureux. En fonction du rapport de force entre ces aspirations, chez tel individu et chez les autres qu'il fréquente amoureusement, cela conduira à différents arrangements relationnels intermédiaires entre la monogamie et le polyamour, ou clairement à l'un des deux.

Souvent, cependant, les inclinations naturelles à la monogamie prennent sens par rapport à la question de la procréation. Toutefois, le polyamour ne va pas nécessairement jusqu'aux relations sexuelles ; et même dans ce dernier cas, il est possible d'utiliser des moyens de contraception plus ou moins efficaces. Par conséquent, les craintes naturelles envers le polyamour sont le plus souvent irrationnelles, tout naturelles soient-elles. Comme le remarque très justement un des intervenants de ce forum sur son blog : la monogamie est naturelle, OK, mais le racisme aussi (ce qui est vrai). Ça n'en fait pas pour autant quelque chose de bien. En revanche, les inclinations naturelles au partage intellectuel, émotionnel, corporel, avec plusieurs personnes ne sont pas a priori immorales.

Cordialement

#
Profil

Paul-Eaglott

le samedi 20 avril 2013 à 11h44

Bonjour Luminada,

Je pressens qu'il te sera difficile de recevoir une réponse bien carrée :-D
D'autant moins que les uns et les autres ne définissent pas le mot "polyamour" de la même façon. Et encore moins le mot "polyamoureux"...
Pour certains, être polyamoureux c'est un état (qu'on subit malgré soi), alors que pour d'autres c'est adopter une façon bien particulière, et consciemment choisie, d'aborder les questions d'exclusivité.
Et même en se référant à la définition wiki-officielle, tu ne trouveras pas la même chose selon que tu la lis en français ou en anglais. Dans un cas, il s'agit de relations sentimentales non exclusives (ce qui semble donc insister sur la présence de sentiments pour pouvoir diagnostiquer un cas de polyamour), et dans l'autre c'est la non-exclusivité (qu'elle soit sexuelle et/ou sentimentale) et l'honnêteté à son propos, qui sont le sujet.
Je suis plutôt adhérent de la fraction historique de cette dernière sous-tendance (et plus proche de la mouvance qui soutient que le polyamour suppose la recherche de consensus entre les partenaires, et non pas seulement la transparence ou l'honnêteté), et j'aurai donc tendance à te répondre que "naturellement polyamoureux", ça ne veut rien dire.

Et j'irai un peux plus loin : selon moi la "véritable nature" de l'homme non plus, ça ne veut rien dire.
Un individu humain ne se construit qu'en relation avec d'autres humains, donc en société. Et cette société, comporte des codes, des normes et des cultures (qui ne sont pas les mêmes selon le lieu, l'époque, l'environnement, et dont certains aspects varient très localement, au niveau de la famille, par exemple.)
Chaque humain est le fruit des apprentissages et des influences multiples qu'il a reçues au cours de sa vie, et de la façon hyper spécifique et unique dont les savoirs, les normes et les codes environnants, mais aussi le climat, l'alimentation et je ne sais quoi d'autre, ont infusé en lui.
Et le résultat de ces diverses influences, c'est des individus uniques, qui se trouveront eux-mêmes, chacun à sa façon, en phase ou en conflit avec tel ou tel aspect de leur environnement, des normes ou de la culture ambiante. Et tout ça de façon imprévisible, du moins à l'échelle d'un individu. (Au niveau social, c'est un peu différent : il me semble qu'on peut prévoir que dans telles et telles conditions un collectif humain évoluera plutôt vers ceci ou vers cela ; mais sans savoir par avance quel individu sera en pointe de cette évolution, ni quel autre la freinera. Mais je m'éloigne un peu...)

Donc, tout ça pour dire qu'on ne peut pas séparer la "nature" de l'homme de sa culture ni de sa société.
Et du coup, je suis a priori prêt à envisager que TOUTES les sensibilités imaginables peuvent se rencontrer chez les humains. Et que pour certaines personnes, la non-exclusivité n'aura vraiment aucun intérêt. Pour eux, donc, les normes sociales poussant à l'exclusivité ne seront pas une contrainte, puisqu'ils auront évolué d'une façon spécifique qui se trouvera être en harmonie avec l'idée d'exclusivité.

Ce qui n'exclut pas que, chez d'autres individus, l'intégration des normes s'est faite de façon tellement peu consciente qu'ils sont monogames par ignorance de leur propre sensibilité.

Donc il se peut que le fait d'être monogame te convienne parfaitement. Ou pas. Mais personne d'autre que toi ne pourra te le dire. :-)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

En passant... (invité)

le samedi 20 avril 2013 à 16h31

Orientation sexuelle...

... et disposition relationnelle ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 avril 2013 à 01h54

Luminada
j'ai aussi lu, sous quelques plumes, que l'homme était "naturellement polyamoureux", que l’exclusivité sexuelle contraignait sa véritable nature, que ce n'était qu'un reste de morale judéo-chrétienne etc.

Ouais, ben les discours plats et banals, laiques a la francaise, comme ca, c'est "Prout prout".

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 avril 2013 à 07h40

Bon je sais que ce n'est pas le cas ici, concernant asexuality . Des penseurs de l'adepte du pervers narcissique universel ont mélangés les genres pour encore et toujours prôner .abstinence, alors que ces personnes n'ont aucune libido (.asexualité).
Cordialement .

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 avril 2013 à 08h34

Je ne comprends pas le sens de ce que tu dis, poly-love. Pourrais tu reformuler ou développer ?

#
Profil

alps

le dimanche 21 avril 2013 à 10h33

Luminada
Bonjour à toutes et à tous !

Qu'en pensez-vous ?

C'est un choix dans le sens ou l'on peut avoir des relations avec des gens qui sont polygames et d'autres monogames.

Mais la polygamie comme la monogamie sont innées. La part d'animaux monogames est très inférieure à la part d'animaux polygames. L'homme est l'un des rares animaux monogames. Il faut donc s'adapter très souvent.

Historiquement. Depuis que le divorce est un droit. La polygamie en tant que norme sociale est de moins en moins présente. C'est un des grands défis du monde arabe d'aillleurs. Ou la culture polygame est dominante.

Après le polyamour est tout de même une polygamie particulière. Dans le sens où cette polygamie ne présuppose pas une iniquité entre les genre.

Le polyamour est el fait de ne pas avoir d'exclusivité emotionnnelle ou sexuelle avec un partenaire.

On remarquera que le polyamour ne suppose pas la création d'un ménage pluriel au sens social du terme. On peut etre polyamoureux et vivre seul. C'est la grande révolution conceptuelle de la norme du menage dans la société humaine. On ne peut dans ce cas plus parler à proprement parler de polygamie. Mais d'une forme très large de célibat sans abstinence emotionnelle et sexuelle.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 21 avril 2013 à 12h01

BenjaminL
Je ne comprends pas le sens de ce que tu dis, poly-love. Pourrais tu reformuler ou développer ?

+1 : rien capté non plus, un petit laïus serait bienvenu.

#

(compte clôturé)

le dimanche 21 avril 2013 à 14h22

BenjaminL
Je ne comprends pas le sens de ce que tu dis, poly-love. Pourrais tu reformuler ou développer ?

J'aurais peut-être du commencer par vous dire que je connais une asexuelle,
sa seule envie "pipi"..
Et comme d'hab sainte curaille et compagnie en a sauté sur l'occasion.. pour rappeler leurs idioties archaïques, tout cela sous couverture du mot axexuel .
Purée si toute la curie pouvait vraiment être axesuelle ...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Hugh

le dimanche 21 avril 2013 à 17h09

Bonjour,

première réaction sur ce site pour moi aussi...

vouloir rendre "naturel" un choix que l'on fait n'est pas une bonne approche à mon avis, ni même une bonne recherche de justification. Cela voudrait dire que si notre démarche est naturelle, les gens qui ne sont pas polyamoureux seraient contre nature ? Et là le débat commence à sentir très mauvais ! Je ne me considère pas comme naturellement attiré par plusieurs partenaires, et savoir que les singes ont des partenaires multiples (ou même les escargots) ne va pas me faire changer d'avis ou me conforter dans mon approche. Car après, le débat peut porter sur qu'est-ce que la "nature" et/ou le "naturel" ?

Tout le monde n'est pas fait pour être mono ou polygame. Mais c'est plus une question de personnalité et de choix personnels. Car il s'agit bien de choix. Faire comme tout le monde est tout autant un choix que choisir de sortir de la ligne de pensée la plus répandue, et cela quel que soit le sujet. La vraie question est de savoir si l'on est mono ou polyamoureux par choix personnel assumé et pris en toute liberté, hors de toutes normes imposées (que ce soit la norme sociale ou celle de la "nature").

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 21 avril 2013 à 20h08

bienvenue hugh!
Je pense que oui, tu as raison, admettant que la polygamie et amour pluriel, polyamour sont la méme chose.
Il y a des gens qui ne sont "pas fait" pour ça, ça dépend de leur personnalité. Mais je pense que ça dépend surtout de l'ouverture d'esprit et de la culture, du vécu, donc beaucoup de choses au final.
A tel point, que je ne pense pas que tout le monde est vraiment capable de choisir, si ils n'ont qu'une façon de voir la vie, les relations à l'esprit, qu'ils ont des oeuilléres ils n'ont plus vraiment le choix

#
Profil

Cendre

le lundi 22 avril 2013 à 01h10

Bienvenue aux nouveaux, c'est toujours plaisant de lire de la réflexion neuve.

C'est drôle de revenir au choix, aux choix, que l'on fait dans sa vie, que l'on assume plus ou moins bien. C'est supposer qu'à un moment donné plusieurs option s'ouvraient, des options disjointes, et que l'on en a pris une en délaissant les autres (c'est pas si éloigné de l'axiome du choix)

C'est une question qui me revient.

Je suis venue ici, justement parce que je n'avais pas le choix.
Mes premiers posts en sont blindés, de cette certitude, que je ne peux pas faire autrement : c'est vivre mon polyamour ou mourir, alors j'ai vécu mon amour.
(et si c'est de plus en plus facile de l'écrire au passé, c'est toujours avec ce pincement au cœur)
Là où d'autres, dans ma situation, auraient pu peser le pour et le contre, entre se laisser développer une histoire d'amour adultère et se concentrer sur son couple, là ou certaines réfléchissent, tergiversent, s'interrogent, moi, j'avais déjà plongé dedans la tête la première, parce qu'il était un besoin, une urgence, qui éclipsait tout autre chemin, tout autre possibilité.
Et dans cette situation là, découvrir le forum, le concept de polyamour, fut une révélation.
Parce que je n'avais jamais eu l'impression d'avoir un quelconque choix (le chemin consistant à me sacrifier pour une norme de la société qui paraissait débile)

6 mois plus tard, histoire d'amour finie (dans sa forme première, en tout cas), je me retrouve cette fois ci dans cette position de choisir. Parce que je n'ai plus cette urgence, ce besoin. Je pourrais revenir monoamoureuse. Et je traînais, cette question du choix, est-ce que pourrais, maintenant, choisir d'être ou non poly ?
Et de me retrouver à réfléchir, tergiverser, et m'interroger, sur ce que pouvait m'apporter un chemin ou l'autre. Est-ce que je pouvais m'engager sur une voie et renoncer à l'autre ?

Et bien, savez-vous quoi ? C'est mon compagnon, celui-là même pour lequel j'aurais éventuellement essayer de choisir de ne plus vivre d'amours plurielles, qui m'a répondu. Très clairement, sans concession : il n'a pas le choix.
Il me sait poly, il ne peut pas me changer, il le souhaite même pas. Il ne peut rien faire d'autre que faire avec. Parce que même si je ne fréquentais plus les cafés poly, même si je ne revoyais plus ceux qui emballent parfois mon cœur, il sait que je ne serais jamais à l'abri d'une rencontre comme la première, une rencontre qui prend le dessus, inexorablement, sans amoindrir pour autant l'amour que je lui porte.
Alors comme il m'aime, et qu'il souhaite toujours réaliser son projet de vie avec moi, et bien il n'a pas le choix, il apprend à faire avec.

Alors voilà ce que j'en pense.
Face à une même situation, nous ne sommes pas tous égaux devant les choix que l'on peut faire ou pas. Et toujours, on essaye de faire au mieux. Au mieux pour nous ou pour les autres, mais de notre mieux. Et c'est ce qui fait que ce n'est pas vraiment un choix. Un choix voudrait dire que deux chemins sont également bons (ou également mauvais), qu'il sont suffisamment équivalent pour que la question du choix se pose (ma glace : au citron ou au chocolat ?). Ce qui, à mon avis, n'est jamais vraiment le cas en amour.
Soit il nous semble important de ne pas laisser se développer le sentiment amoureux que l'on voit naître et l'on reste sans trop de casse dans le mono amour.
Soit cet amour naissant nous transporte trop vite, trop loin. Et le choix n'est plus alors poly ou mono, mais poly ou séparation (j'ai oublié le choix du clandestin, qui est pourtant le choix le plus courant).

Je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de naturel là dedans, ce ne sont que actions et réactions entre individus affectivement liés, c'est forcément très culturel.
Je pense par contre que les véritables mono, ceux qui font sciemment le choix de l'exclusivité sentimentale et sexuelle, et qui en sont pleinement heureux, sont relativement rare, surtout à mesure que l'âge progresse.

Il est tant de belles personnes, pourquoi réserver l'amour qu'a une seule d'entre elles ?

#
Profil

alps

le lundi 22 avril 2013 à 01h19

Hugh
Bonjour,

première réaction sur ce site pour moi aussi...

vouloir rendre "naturel" un choix que l'on fait n'est pas une bonne approche à mon avis, ni même une bonne recherche de justification. Cela voudrait dire que si notre démarche est naturelle, les gens qui ne sont pas polyamoureux seraient contre nature ? Et là le débat commence à sentir très mauvais ! Je ne me considère pas comme naturellement attiré par plusieurs partenaires, et savoir que les singes ont des partenaires multiples (ou même les escargots) ne va pas me faire changer d'avis ou me conforter dans mon approche. Car après, le débat peut porter sur qu'est-ce que la "nature" et/ou le "naturel" ?

Tout le monde n'est pas fait pour être mono ou polygame. Mais c'est plus une question de personnalité et de choix personnels. Car il s'agit bien de choix. Faire comme tout le monde est tout autant un choix que choisir de sortir de la ligne de pensée la plus répandue, et cela quel que soit le sujet. La vraie question est de savoir si l'on est mono ou polyamoureux par choix personnel assumé et pris en toute liberté, hors de toutes normes imposées (que ce soit la norme sociale ou celle de la "nature").

Message modifié par son auteur il y a 8 heures.

Pas plus que pour l'homosexualité. Ce n'est pas parce que tu es homosexuel que les autres sont des homo refoulés non ?

Les etudes à ce sujet vont toutes dans le meme sens. Il y a des drogues sécrétées par le cerveau qui rendent polygame ou monogame. Ceci en fonction d'un heritage genetique et du milieu. Grossomodo cette drogue influe sur notre conception des relations sociales. Pourquoi ?personne ne sait à ce stade. La monogamie reste minoritaire dans le regne animal.

Je pense que tu t'attaches surtout à la notion de libre arbitre ou de choix. Mais jusque là aucune étude n'a mis en evidence l'existence d'une telle chose. bien au contraire. Jusque là il est démontré que nos choix sont déterminés avant meme que nous en ayons conscience. La conscience n'a que la possibilité de censurer un choix déjà fait.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Paul-Eaglott

le lundi 22 avril 2013 à 01h42

@Cendre, à propos du choix.

Je parle beaucoup de choix, en effet, mais je ne sais pas si c'est ce que je dis qui te fait réagir. A tout hasard, je précise un chouïa ce que je veux dire.

Je ne dis pas qu'on a le choix de tomber amoureux, ni même de se laisser aller ou non aux tentations de la vie, ni à ce qu'on peut parfois ressentir comme "vital".

Je dis simplement que confrontés à nos pulsions, on a le choix de la façon d'en parler ou non. Et éventuellement de la façon de les vivre.

Et le polyamour, qui suppose de ne pas se mentir entre partenaires, de se respecter, et de prendre le temps de trouver des façons acceptables-pour-tous de vivre nos désirs et nos amours, c'est tout de même un choix conscient (même si on ne sais pas qu'on fait ce choix : c'est consciemment que l'on dit à sa/son partenaire "j'ai rencontré quelqu'un qui me plaît", et qu'on cherche ensemble comment faire pour ne pas tout briser à cette occasion, par exemple.)

Parce qu'on peut aussi faire le choix de vivre les choses soit dans le mensonge, soit en les disant aux partenaires mais sans chercher leur accord, par exemple. Dans ces cas-là, ce n'est pas du polyamour, mais ce n'est pas pour autant que c'est "mal".

Mais c'est pour tenter d'éviter qu'on parle de choses très différentes sous le même mot, que je reviens régulièrement sur la définition, et sur le fait que (même s'il se peut qu'on n'ait pas le choix de se contraindre à l'exclusivité) le polyamour, en tant que façon particulière d'aborder cette non-exclusivité, est bien le résultat d'un choix.

Pour résumer, quand je parle choix, je ne pense pas au choix entre exclusivité et non-exclusivité, mais -- dans le contexte d'une non-exclusivité -- au choix entre le polyamour et les autres façons de vivre ses attirances multiples.

Et je ne prétendrai jamais que le polyamour est le seul choix valable. Je n'ai aucun jugement moral sur le fait de tromper sa/son partenaire, par exemple, mais cette méthode ne me convient pas, et -- pour moi-même -- je préfère le polyamour.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 avril 2013 à 07h31

poly-love
J'aurais peut-être du commencer par vous dire que je connais une asexuelle,
sa seule envie "pipi"..
Et comme d'hab sainte curaille et compagnie en a sauté sur l'occasion.. pour rappeler leurs idioties archaïques, tout cela sous couverture du mot axexuel .
Purée si toute la curie pouvait vraiment être axesuelle ...

Je comprends un peu mieux, mais c'est toujours pas ca.

Sans les elipses, peut-etre ?

#
Profil

lam

le lundi 22 avril 2013 à 20h19

alps
Les etudes à ce sujet vont toutes dans le meme sens. Il y a des drogues sécrétées par le cerveau qui rendent polygame ou monogame. Ceci en fonction d'un heritage genetique et du milieu. Grossomodo cette drogue influe sur notre conception des relations sociales. Pourquoi ? personne ne sait à ce stade. La monogamie reste minoritaire dans le regne animal.

C'est quoi les références de ces études?

#
Profil

Hugh

le lundi 22 avril 2013 à 20h41

J'ai une très forte tendance à me méfier des "études" qui tendent à démontrer que les choses ne peuvent être que d'une seule façon puisque c'est chimique ou "génétique." Et puis, avons-nous réellement besoin de ce genre de "preuves" pour affirmer le bien fondé nos choix ?

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 22 avril 2013 à 21h50

Oui, tout comme Hugh je me méfie énormément de ces "études".

D'ailleurs en 2006 ou 2007, un type avait été interviewé pour un magazine, et il racontait que selon lui, la pédophilie, ou le suicides des jeunes (ou même, l'homosexualité), c'était "génétique". Et en mai 2007 il avait même été élu président en France.
(source : un dialogue entre Michel Onfray et N.S., retranscrit en partie par Philosophie magazine, avec un ajout inédit du Canard enchaîné, paru en 2007).

#
Profil

bodhicitta

le lundi 22 avril 2013 à 21h56

oui Cendre ton post m'a fait réfléchir, je me dis qu'en fait moi non plus je n'ai pas le choix.
Depuis ces 7 derniéres années j'ai bien essayé (car amoureuse) de vivre 1 voir 2 relation ou l'on me demandais fidélité. Mais non ça n'a pas collé (en faisant mon possible pour rendre la relation jolie) en résumé à cause de la communication qui fonctionnait mal un manque d’authenticité à mon gout.
Bref en raisumé je suis poly et ne peuvent vraiment me plaire les gens ouvert à cette façon de vivre les relations. Je me rends compte que maintenant j'ai pas le choix sur ce sujet

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion