Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

Comment ne plus être jaloux

#
Profil

titane

le jeudi 18 mars 2010 à 12h45

comme ça un jaloux "jouit" ??. de quoi ? je n'ai jamis connu de jaloux heureux moi !!

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

mandarine

le jeudi 18 mars 2010 à 12h54

ERIC_48
Un jaloux ne souffre pas, il jouit
Tant que pas compris ça, jaloux jouit tranquille Non pas que je veuille l'empêcher de jouir, mais par contre l'obliger à jouir d'autre chose de plus mieux bien meilleur, ça oui.

La jalousie t empeche de jouir !
Quand t as compris que la jouissance viens de ta non jalousie t as presque toutes les clefs pour toutes les portes
Une fois que t est dans le plus bien meilleur tu te rend compte a quel point ta jalousie te renferme sur toi meme .
Six ans d auto analyse !
Juste pour eliminer un seul mot du dico
C est cher payé pour pour huit lettres
Mais le resultat est immense §

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 18 mars 2010 à 13h08

titane
comme ça un jaloux "jouit" ??. de quoi ? je n'ai jamis connu de jaloux heureux moi ! !

Faux croire que la jouissance n'apporte pas toujours le bonheur.

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 18 mars 2010 à 13h10

S'il n'en jouit pas, alors pourquoi il y retourne ?

#
Profil

titane

le jeudi 18 mars 2010 à 13h14

comme un prisonnier retourne à sa cellule... la peur le cloue... il est prisonnier de lui-même... d'une partie de lui-même.. de ses couches superfiielles..

s'il ne souffrait pas ce serait un malade ! un sadique !

car le jaloux fait terriblement souffrir aussi autour de lui

#
Profil

mandarine

le jeudi 18 mars 2010 à 13h16

Ca bein bein vrai ca!

titane
comme un prisonnier retourne à sa cellule... la peur le cloue... il est prisonnier de lui-même... d'une partie de lui-même.. de ses couches superfiielles.. s'il ne souffrait pas ce serait un malade ! un sadique ! car le jaloux fait terriblement souffrir aussi autour de lui

#

John (invité)

le vendredi 18 juin 2010 à 15h21

je crois que je suis jaloux, mais est-ce vraiment cela?
rapidement la situation.
En couple depuis 9 ans, 7 ans de mariage et je viens de passer la quarantaine (ma femme a 6 ans de moins que moi), 1 enfant de 4 ans.
je pète un cable quand elle sort le soir avec ses copines ou pour un apéro entre collègues qui part en bouffe et sortie ...
Elle m'a (apparemment) jamais trompé donc je n'ai pas de raison de m'en faire me direz-vous?
Mais voilà justement je m'en fais, ... ma femme est très jolie et attire les regards.
J'adore sortir avec elle et, si au début, on était fusionnels et sortait tout le temps ensemble, les choses ont changé avec l'arrivée de l'enfant.
Accouchement difficile, allaitement, ... ont fait qu'elle sortait effectivement moins et qu'on sortait encore ensemble de temps en temps, mais plus autant qu'avant.

Au jour d'aujourd'hui, elle sort environ 1x par semaine et on sort environ 1x par mois à deux, je trouve le déséquilibre un peu trop fort à mon gout.

On a eu une bonne discussion hier soir ou engueulade devrais-je dire, mais j'ai réussi à calmer le jeu, on a bien communiqué.

Elle a besoin et je reprends ces termes "de sortir la tête de l'eau" et je lui mets des "clés ou verrous" en la critiquant sur ses tenues trop sexy et en lui demandant à quelle heure elle pense rentrer ou à lui suggérer de pas rentrer trop tard car le lendemain c'est l'anni de notre enfant et que j'ai pas envie d'avoir une femme qui a la gueule de bois ...

Bref en guise de thérapie, j'ai commencé à écrire un livre ou je mets tout à plat, mes crises d'angoisse quand elle est pas là, les solutions que j'essaie d'appliquer et tout ... je viens de commencer cet ouvrage et je pense que çà m'aide ...

Ma mère (contrairement à mes potes) trouve aussi qu'elle sort trop (le mois passé çà a été, 1 enterrement de vie de jeune fille, 2 jours à Paris (bon ok c'est le premier voyage qu'elle fait seule depuis 9 ans) pour du shopping, des sorties et des apéros) et nous deux on a fait quoi? le mariage des amis et une sortie à un concert ...

C'est moi qui déconne ou c'est elle?

Je sais plus quoi penser ...

Je vais bientôt essayer l'etiomédecine car j'en ai marre de pas savoir canaliser mes émotions et surtout que je veux pas continuer à vivre comme çà.
Elle m'a encore dit que si je continuais comme çà, on finirait par divorcer ...
La fin de la discussion hier soir a été plus calme et elle a compris que j'avais aussi besoin de retrouver une dimension de couple (des sorties sans l'enfant donc)

pas facile à gérer tout çà ...

#
Profil

Capucin

le vendredi 18 juin 2010 à 18h37

Je suis un ancien jaloux mais je ne le suis plus du tout...
Ho , ça n'a pas été simple mais je me suis dit que je ne pouvais pas changer ma compagne ,alors plutot que de la perdre , j'ai accepté qu'elle ait un autre amant....
Et dans un deuxième temps ,j'ai même été content qu'elle puisse donner et recevoir du plaisir et du bonheur de quelqu'un d'autre...
Je sais maintenant que son plaisir est ainsi , et qu'elle vit pleinement ,alors comme je tiens beaucoup à elle , je comprends parfaitement ses envies et je suis content qu'elle puisse s'épanouir ainsi ....

#
Profil

LuLutine

le samedi 19 juin 2010 à 04h03

John, il y a un point que tu n'as pas précisé : elle, elle sort sans toi parfois ; mais toi, sors-tu sans elle ? Ou bien est-ce qu'il y a un "déséquilibre" entre vous à ce niveau ?

#

(compte clôturé)

le samedi 19 juin 2010 à 08h38

La jalousie,
et si le coeur, le noyau dur de la jalousie etait le desir mimetique.
René Girard a construit une oeuvre (d'essayiste, "d'anthropologue" à distance, de critique litteraire, de penseur chrétien) qui place la mimesis ("ce qui distingue l'homme des autres animaux, c'est qu'il est plus apte à imiter" Aristote sauf erreur, "Le desir est desir de l'autre" Lacan) au coeur à la fois de la nature humaine et aux sources de la culture.
Le desir est desir d'imitation et l'imitation est "toujours" imitation du desir (idée developpée dans son essai sur Shakespeare de façon superbe sur le theme du metier de comédien).
Je simplifie une oeuvre qui s'etale sur quasiment 40 ans et n'est pas figée mais vous voyez l'idée.
Si mon desir est mimetique, je bute, comme sujet désirant sur le désir de l'autre, tout à la fois modele de mon désir et obstacle (dans le même mouvement), une situation de rivalité, d'envie, voire de ressentiment se crée et s'exacerbe, qui peut mener jusqu'à la violence contre soi (j'imite la violence de l'obstacle), contre le "rival" (montée aux extremes, conflit), contre "l'objet" du désir (possessivité, interdiction, enfermement).
Pour RG, il ne sert à rien de nier son mimetisme, puisqu'il fait partie de la "nature" humaine. Il considere qu'il est plus raisonnable de l'assumer, de le regarder en face et d'en exploiter les possibilités "positives": l'empathie, notamment. Il recommande, comme penseur chretien pour le coup, de "sacrifier" (une fois admise) sa volonté de rivaliser, d'entrer dans le cycle infernal de la vengeance, contre-vengeance (l'indifférenciation violente: car la violence nait de l'indifférenciation croissante et non des différences comme on le pense un peu rapidement des fois). Une sorte de "lacher prise" lucide.
Le desir mimetique peut paraitre sombre mais il est source du plaisir de jouer (et peut etre de jouer du plaisir), de nos capacités d'apprentissage, de la souplesse de l'homme, détaché en partie des programmes instinctifs et repetitifs de l'animal.
Des travaux récents en neurosciences sur les neurones miroirs semblent donner du crédit à sa théorie meme si à la base, il s'agit d'une pure intuition "littéraire" reposant sur la critique des grandes oeuvres (Proust, Flaubert, Cervantes, Shakespeare, Dosto...)
Je modifierai ce message tres simpliste et developperai car il y a des idées qui me viennent sur la notion d'interdit dans le cadre mono (et dans la culture "capitaliste de la propriété privée") mais pas encore élaborées.
A+,
Tigre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

(compte clôturé)

le samedi 19 juin 2010 à 09h10

Fondamentalement, d'un point de vue girardien, il y aurait deux maniere d'echapper à la jalousie ou à la possessivité:

* la solution classique (celle qui se disloque aujourd'hui, selon RG): en gros, je l'appellerai le systeme d'interdits: la monogamie, l'exclusivité dans le champ amoureux, le marché et ses "prix " sur les objets qui ne sont que le nom moderne de l'interdit: on parle bien de "voleuse" de mari, et on interpelle ceux qui sortent un article en oubliant de payer à la caisse du supermarché.
* la solution alternative (la seule viable pour RG dans un monde où les interdits culturels traditionnels perdent leur légitimité: il est interdit d'interdire): renoncer à sa violence et à son esprit de rivalité.

Il me semble d'ailleurs qu'il y a là un argument que j'ai dejà lu ici sur le caractère illimité (les "sentiments illimités" comme dit Ariane Moffat) de l'amour en opposition à la finitude des ressources matérielles. L'amour n'étant pas un jeu à somme nulle, comme le petrole, le jaloux (ou la jalouse) devrait comprendre que l'amour de l'autre (ou pour l'autre) ne retranche rien (au moins potentiellement) au sien.

Reste quand même la question du temps et du tempo.
-le temps n'est pas comme l'amour, il se partage forcément (sauf à devenir insomniaque, ce qui est rarement une solution de long terme). mais cette question est déjà largement abordée ici.
-le tempo: commencer une relation, ce n'est pas comme en continuer une autre: ça déclenche plein de choses belles mais dangereuses pour tout le monde (surtout dans un "trio gris" PA ou adultérin selon l'angle selon lequel on se place): j'ai lu à plusieurs reprises ici que le nouvel amour peut provoquer une "postcombustion" dans la ou les relations existantes.

Tigre.

Message modifié par son auteur il y a 9 ans.

#

jjohn (invité)

le samedi 19 juin 2010 à 10h07

oui je sors aussi seul mais moins qu ellle ...
elle me dit de sortir plus souvent seul ...

#

(compte clôturé)

le lundi 21 juin 2010 à 10h17

La jalousie ouvre la porte au malheur au mal etre.
Quand tu reussit a t'en debarasser tu peut crier victoire .
C' est un travail sur soi de longue haleine mais pas impossible.
Quand on decouvre la facon de la dépasser on entre dans la quatrieme dimension et on y rets tellement on y est bien.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 juin 2010 à 10h20

titane
comme ça un jaloux "jouit" ??. de quoi ? je n'ai jamis connu de jaloux heureux moi ! !

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

Tu peut jouir de ta jalousie mais ca s 'appelle du masochisme.
Jouir en etant libéré c'est ca la vraie jouissance .
Celle qui te transporte a des sommets jusque la innaccessibles.

#

(compte clôturé)

le lundi 21 juin 2010 à 10h21

mandarine
La jalousie t empeche de jouir !

Quand t as compris que la jouissance viens de ta non jalousie t as presque toutes les clefs pour toutes les portes

Une fois que t est dans le plus bien meilleur tu te rend compte a quel point ta jalousie te renferme sur toi meme .

Six ans d auto analyse !

Juste pour eliminer un seul mot du dico

C est cher payé pour pour huit lettres

Mais le resultat est immense §

juste pour ceux qui n'auraient pas suivi: mandarine est devenue bobonne.

#

(compte clôturé)

le jeudi 29 juillet 2010 à 22h02

Eric
L'article est très intéressant, mais il focalise exclusivement sur le travail à faire sur soi-même, en solo, hors j'ai tendance à penser que la jalousie dans un couple est aussi une affaire... de couple !

La relativisation de sa peur est à mon avis plus efficace si elle se fait dans la réciprocité entre les deux partenaires : le travail en commun accorde les sensibilités et met plus facilement en confiance.
D'autant que puisque vaincre la jalousie n'a rien d'un automatisme et s'apprend au fil du temps, alors il me semble important que chacun des partenaires soit conscient des étapes franchies par l'autre afin de s'y adapter plus ou moins et faciliter cet apprentissage, justement parce qu'en tant que polyamoureux notre liberté sentimentale à quand même certaines frontières dont celle du respect de l'être aimé (à qui nous ne souhaitons que du bien !).

On n'a beau se répéter comme un mantra que "tout est dans la tête", puisque tout le monde s'accorde pour dire que le problème vient de la "peur", alors la solution consiste surtout à (se) "rassurer", non ? Et qui est mieux placé pour nous aider à combattre notre peur que la personne dont nous avons justement peur de perdre les faveurs ?

Bref, je trouve que pour vaincre la jalousie il est nécessaire que le partenaire de la relation soit également compréhensif et évite de ne pas trop brusquer son amoureux pendant que ce dernier "apprends" à se débarrasser de la jalousie. Exemples : ne pas s'absenter trop longtemps lors des premiers flirts avec d'autres personnes, être capable d'annuler ses rendez-vous pour câliner son amoureux inquiet, beaucoup discuter et rassurer sur son amour même si c'est un peu exagéré par rapport à d'habitude (ne pas avoir peur d'en faire trop), etc.
Parce que l'équilibre dans une relation polyamoureuse consiste quand même à s'accorder avec les besoins et les limites de chacun afin que personne ne se sente lésé/délaissé/abandonné/jeté/malmené... et que notre connaissance de ces besoins et de ces limites se battit sur des attentions et des observations au quotidien de l'autre.

Alors certes, la jalousie est un poison qu'il nous faut combattre nous-même par un travail introspectif, mais quand on est amoureux c'est tout de même important de pouvoir compter sur l'autre (leS autreS) dans ces moments délicats. Donc pour moi la jalousie entre deux personnes se combat à deux, je ne laisserai jamais ma compagne seule face à ses démons sous prétexte qu'en tant que polyamoureuse c'est à elle de mettre ses émotions en accord avec ses choix.

je viens d'ouvrir un fils, que j'aurais peut être pu mettre peut être ici aussi.
Car Eric, répond en partie à ma question....

#
Profil

titane

le jeudi 29 juillet 2010 à 22h25

la jalousie est une histoire intime... entre soi et soi.. trop facile de demander à l'autre de régler ses propres petits problèmes.... déjà qu'on fait chier l'autre avec sa jalousie en plus il faut lui demander de reconnaître qu'il ou elle fait partie du problème en venant faire partie de la solution...

Bof !

#
Profil

titane

le jeudi 29 juillet 2010 à 22h25

si on refuse de faire son propre cheminement en toute sincérité face à soi-même... on rate une belle occasion de se libérer... tant pis

#

(compte clôturé)

le jeudi 29 juillet 2010 à 22h31

l'un n'empêche pas l'autre !!!

#
Profil

LuLutine

le jeudi 29 juillet 2010 à 22h45

Je crois aussi que c'est excessif de dire qu'une personne doit régler sa jalousie toute seule.

En suivant ton point de vue à l'extrême, Titane, on pourrait se dire que le/la partenaire d'un(e) jaloux(se) peut se permettre n'importe quoi, par exemple venir avec un(e) autre partenaire pour faire l'amour sur le canapé du salon juste sous les yeux du/de la jaloux(se).

En tout cas c'est ce que je comprends de ton point de vue...

Bien souvent le/la partenaire du/de la jaloux(se) n'a pas à "faire" grand chose concrètement, et la discussion suffit souvent. Mais je pense aussi que cette discussion est nécessaire, autrement dit ce n'est pas au/à la jaloux(se) de régler les choses tout(e) seul(e) dans son coin. Il y a aussi certains comportements que le/la partenaire évitera ou favorisera pour aider le/la jaloux(se) à se rassurer, et de mon côté je trouve cela parfaitement normal.

Bien sûr, tout est question de mesure, et je trouverais disproportionné, par exemple, qu'on exige de son/sa partenaire qu'il/elle soit tout le temps joignable (aussi et surtout dans une relation polyamoureuse). En revanche, qu'il/elle s'arrange pour être joignable à un moment où les deux avaient prévu de s'appeler, ou bien qu'il/elle prévienne dès que possible d'une indisponibilité, je trouve cela "normal" !

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion