Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Réactions à l'article

Comment ne plus être jaloux

#
Profil

Eric

le lundi 06 avril 2009 à 15h54

Ta remarque sur le risque d'entraîner un partenaire sur un chemin qu'il n'était pas encore forcément disposé à emprunter est très juste. Et effectivement il ne s'agira pas de compter sur l'autre plus que sur soi-même, ni de mettre sur les épaules de l'autre une responsabilité qui n'est pas la sienne.
En fait, je pense qu'il ne faut rien "attendre" de l'autre quand on travaille sur notre sentiment de jalousie, mais c'est à l'autre d'être attentif et d'apporter son aide sans que celui-ci ne soit requis, par amour ^^

PS : en relisant mon précédent message je me rends compte qu'il y a un bon paquets de fautes (accords, syntaxe, etc. !!!), désolé de ne pas m'être relu davantage avant de le poster... :(

#
Profil

Noemi

le lundi 06 avril 2009 à 16h04

J'ai ouvert un nouveau fil sur la question d'aider une personne jalouse: /discussion/-bT-/aider-une-jaloux-se/

Je trouve ça mérite son propre fil de discussion, c'est un vaste sujet aussi.

#
Profil

bohwaz

le lundi 06 avril 2009 à 16h51

Moi personnellement je pense que la jalousie est d'abord une question personnelle, d'autant plus qu'elle s'exerce souvent même quand on est célibataire.

Cependant quand on a un partenaire ça peut être une bonne occasion pour arriver à travailler sur sa jalousie, en procédant par étape par exemple.

#

(compte clôturé)

le lundi 06 avril 2009 à 17h00

Même quand on est célibataire... Explique, veux-tu?

#
Profil

Siestacorta

le lundi 06 avril 2009 à 20h49

bohwaz : oui, une affaire personnelle, mais quand dans un couple, il y a un jaloux, les deux supportent des conséquence.
C'est pas seulement par égoïsme qu'on veut aider le jaloux, c'est aussi pour qu'il souffre moins. Si on peut aider à ça, faut pas se priver...

#

saisa (invité)

le jeudi 16 avril 2009 à 16h38

selon moi c'est une manque de confiance

#

piton (invité)

le jeudi 16 avril 2009 à 16h39

peur d'etre abandonné par l'autre

#

vanesa (invité)

le jeudi 16 avril 2009 à 16h43

pour moi c'est une manque de confiance en soi.

#

(compte clôturé)

le jeudi 16 avril 2009 à 17h57

Bonjour les triplés! Bienvenue

#
Profil

elle-plus-moi

le dimanche 19 avril 2009 à 09h20

Bonjour tout le monde, je suis nouveaux ici . Présentation rapide pour un premier post ! Jeune homme de 20ans qui cherche à comprendre votre philosophie puis-je dire ? Je ne "pratique" pas personnellement le polyamour.
Cela m'intrigue, m'intéresse et impose mon respect envers vous tous !
Je vous demande pardon pour les diverse fautes d'orthographe au passage....

Bien la jalousie... Personnellement je ne le montre pas, ne le fait pas ressentir, mais c'est un "sentiment" qui m'est complètement inconue ... Je n'est jamais ressenti cela.. Sa dérange mon amie qui elle est en demande de ce sentiment. Certainement à t-elle besoin d'être rassuré ?
Il y à des jours ou j'aimerais savoir ce que cela signifie réellement...
Ce que l'on peut ressentir .. Pourquoi être jaloux ? Cela voudrais dire que l'on se situe en dessous de tous ? Que l'on es exposé à de grand risque ?
Je ne me sens pas supérieure , ou plus je ne ces quoi ... Mais aucune jalousie se dégage de ma personne..
Dois-je faire semblant pour la rassuré ?

En espérant ne pas être trop hors sujet ...

#
Profil

LuLutine

le dimanche 19 avril 2009 à 18h41

Bonjour, bienvenue !

"Je n'est jamais ressenti cela.. Sa dérange mon amie qui elle est en demande de ce sentiment. Certainement à t-elle besoin d'être rassuré ?
[...] Dois-je faire semblant pour la rassuré ?"

Beaucoup de gens malheureusement considèrent la jalousie comme une preuve d'amour, ou au moins une preuve qu'on tient à la personne (d'une manière ou d'une autre). Je vais me fonder sur mon exemple personnel pour essayer de donner des éléments de réponse.

N'étant moi-même pas très jalouse (mais un peu plus que toi parce que je l'ai déjà ressentie quelques fois :-)), il m'est souvent arrivé de faire quand même semblant d'en vouloir à mon ami lorsqu'il faisait une réflexion du genre "tiens, cette fille là-bas est mignonne".
En fait c'est devenu rapidement un jeu entre nous : il tend la main vers une fille (dans la rue si elle ne regarde pas vers nous, à la télévision etc.) et moi j'essaye de le retenir en protestant : "hééééé !".

Je ne suis pas dans sa tête (peut-être que s'il me lit il répondra pour une fois...ou pas ! - ou qu'il ne lira pas) mais je vais donner deux points qui me semblent à peu près exacts :
- le fait que je montre cette "jalousie" est pour lui une indication comme quoi je tiens à lui ; et de mon côté, c'est bien le message que je veux lui transmettre en protestant quand il exprime un "désir" pour une autre ;
- le fait de prendre les choses à la rigolade, d'en faire un jeu, ôte tout le poids de la vraie jalousie (celle qui nous mettrait mal à l'aise tous les deux) et permet de garder l'atmosphère légère.

Je ne sais plus quand ce "jeu" est né ; peut-être qu'un jour il a fait un commentaire flatteur sur une fille, et qu'il s'est étonné que je ne réagisse pas ; alors j'ai réagi pour lui faire plaisir, mais du coup, en rigolant.
Ou alors, ça s'est passé autrement, je ne sais vraiment plus...

Aujourd'hui nous sommes ensemble depuis plus de 5 ans et ce jeu a un peu évolué ; le plus souvent lorsqu'il m'indique une fille qu'il trouve mignonne dans la rue, nous échangeons juste un sourire et un regard complices.
Pas besoin de cinéma, de fausse comédie (même si avant, nous savions déjà que c'était faux, puisque c'était pour rire, bien sûr). Il sait que je tiens à lui et réciproquement. Il sait que ce n'est pas pour autant que j'essayerai de l'enfermer.

Pour conclure, le sentiment que j'ai par rapport à mon ami est qu'il avait, comme tu le suggères pour ton amie, besoin d'être rassuré. Donc ça ne me semble pas incohérent du tout comme hypothèse.
Il faut parfois du temps dans un couple pour bâtir la confiance, celle qui fait que chacun sait que l'amour et l'affection de l'autre sont solides, inébranlables. Puisque tu as 20 ans, je suppose que cela ne fait pas très très longtemps que ta copine et toi êtes ensemble ?

Peut-être alors que tu peux tenter le même type d'approche que moi ? (c'est juste une suggestion un peu hésitante parce que je ne vous connais pas, ta copine et toi...)

Par exemple, si elle rentre en retard en ayant passé une heure chez un ami pour discuter, tu peux lui dire en rigolant que si elle te fait trop d'infidélités, tu vas réfléchir à lui mettre une laisse (enfin c'est juste un exemple, il faut que ça soit dit ou fait avec humour et que ça ne risque pas de la blesser, pour ça à toi de voir quoi dire ou faire !).
Ou alors l'enlacer très fort en l'embrassant partout et en lui disant (toujours en rigolant, il ne faut pas que ça ait l'air sérieux surtout si ce n'est pas vrai) que tu as cru ne jamais pouvoir survivre pendant cette très très longue heure d'absence.

Bien sûr ça peut paraître hypocrite, pas naturel de feindre une jalousie qui n'existe pas, me dira-t-on ; mais l'important ici, c'est que c'est un jeu, un petit jeu de rôles qui peut créer une complicité entre vous et faire du bien à votre relation...en tout cas, chez nous je pense que ça a été le cas.

A toi de peser la situation et de juger de ce qui vous convient le mieux...

#
Profil

oO0

le dimanche 19 avril 2009 à 20h38

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 19 avril 2009 à 21h19

Oui Sam je confirme j'ai adopté dans mon message une logique "mono", d'ailleurs mon ami et moi avons été pendant longtemps plutôt exclusifs...et notre "conversion" est assez récente (voire, je ne sais pas encore si lui il est totalement converti, mais c'est une autre histoire ;-)).

Même dans un couple exclusif, la jalousie exagérée détruit la relation plutôt qu'elle ne la consolide, d'où mon argument de ne pas chercher à "enfermer" l'autre pour de vrai...qui vaut donc bien aussi pour les monogames !

Et comme tu le soulignes, il y a une chose très très importante dans tout couple (en fait dans toute relation, même non amoureuse !), qu'il soit exclusif ou non, une chose que d'ailleurs tous les couples (encore une fois, exclusifs ou non) de longue durée recommandent chaudement : le dialogue, la communication !

#
Profil

Siestacorta

le lundi 20 avril 2009 à 00h23

Elle-plus-moi > une possibilité, dont on n'a pas encore parlé ici (alors que le sujet de la jalousie revient souvent, même en dehors de ce fil) : il pourrait y avoir quelque chose de normatif dans une "demande de jalousie".

Ton amie peut te vouloir jaloux parce que c'est quelque chose à quoi elle s'attend, pas parce qu'en soit ce sentiment l'intéresse. Elle pense que les autres gens sont jaloux quand ils aiment, et il faut faire des cadeaux à la saint valent, et payer les verres quand on est le mec, et en couple il faut passer la majorité de son temps libre ensemble... des conventions, quoi.

Bon, là j'exagère : ton amie n'est peut-être pas conventionnelle sur tous les sujets, peut-être juste sur quelques uns concernant la démonstration des sentiments... Et oui, ça revient à vouloir être rassuré.

Finalement, l'attitude est la même que si c'est le cas plus commun, elle est plutôt jalouse, elle associe les deux émotionnellement, donc attend que toi aussi.
Selon moi, si tu sens que tu es rassurant globalement, tu dois assumer de ne pas faire semblant pour la rassurer... Que ce soit pour des monogames ou pour des poly, le sentiment amoureux s'accompagne de confiance en l'autre... en tout cas ça augmente ça longévité !

Une bonne tactique c'est de te montrer un peu plus gentil dans les moments où elle attend de la jalousie... Disons, quand elle attend que tu la colles dans une soirée pour montrer à un mec qu'il doit pas se faire d'idées, tu peux juste passer lui demander si elle veut un verre, lui faire un bise, et repartir...
Bon, c'est un peu hypocrite, c'est lui laisser interpréter ça comme un geste de protection.

Je me demande d'ailleurs si certaines personnes ne cherchent pas plus l'expression de la jalousie que la jalousie elle-même. Elle attendent que leur partenaire montre le couple, comme ça elle sentent leur identité plus claire en public. Au fond, elles cherchent pas à ce que l'autre se sente propriétaire, mais la question du statut les travaille plus...
Un peu comme il y a des gens qui ne sont pas célibataires plus de 15 jours, parce qu'ils savent pas vivre en étant perçu comme célibataire... comme les femmes qui devaient toujours être mariées ou veuves, dans le temps.

#
Profil

oO0

le mardi 21 avril 2009 à 00h03

...

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

vitamines

le mardi 21 avril 2009 à 10h41

Vaste débat que celui de la jalousie et oh combien interpellant tellement il va touché dans nos racines profondes. Voici donc pêle-mêle quelques idées qui me viennent à l’esprit.

Qui n’a jamais ressenti, depuis sa jeune enfance, ce sentiment que sa mère, son père lui appartenait. Puis plus tard, de part le matraquage social, logiquement, mari et femme nous nous appartenons, en tout cas nous le pensons ou nous aimons à le penser pour nous rassurer. Et comme beaucoup ici à l’avoir déjà évoqué, la question de confiance en soi se pose mais pas seulement pour ce sujet précis.
Pour nous résumer, j’aime ma femme, ma femme m’aime…mon dieu quel bonheur…pourvu que rien, ni personnes ne viennent me déranger dans mon sommeil car j’ai vraiment envie d’y croire à mon rêve. Et même si la comparaison est un peu différente, je crois aussi que nous aimons notre conjoint comme nous aimons tout aussi naturellement notre voiture, notre chemise, notre maison, etc... Par contre, je n’ai pas encore posé la question à ma chemise si elle était attaché à moi autant que je suis attaché à elle…sourire

Ainsi dès le biberon, nous avons l’impression que bon nombre de choses et de sujets sont acquis, que nous avons un droit et que rien ne peut remettre cela en cause. Facile puisque tout autour de nous, nous fait penser que nous sommes sur le bon chemin , dans la bonne direction.
D’ailleurs j’aurais tendance à dire que quand vous perdez cette direction bon nombre de gens vous aideront à leur manières pour la retrouver. Au moins ça ne laisse pas seul dans un univers où l’on finit par se perdre. Alors pour un type lambda ou quelqu’un qui ne s’est jamais posé de question, on peut s’imaginer aisément que cette dite question ne soit pas une priorité parce tout simplement on y perdrait ses croyances et des droits sur l’autre.

Je crois dans ce domaine comme dans tant d’autres que notre psychologie s’appuie sur une construction fragile de béquilles. En retirer ne serait-ce qu’une, nous ferait prendre un risque certain qui est celui d’écrouler notre propre maison. A ce sujet, j’ai souvent été effaré de voir les méthodes de soins utilisés par nombres de thérapeutes en tout genre, y compris sexologues, qui reposent sur du copier coller de la culture ambiante. Donc pas facile de changer quoique ce soi dans ces conditions.

Par ailleurs, il faut reconnaître qu’il est très difficile pour le mental de changer un formatage établi depuis des lustres. Puisque nous sommes dans les lustres, pouvoir éclairer son esprit d’une autre conception, d’un autre mode de vie, n’ai pas aisé pour tout le monde, j’y entends en particulier les facteurs environnementaux. Néanmoins pour ma part, je reste convaincu qu’avec de la volonté, de l’instruction et de l’ouvrage, que rien n’est impossible.

Pour ma part, j’ai choisi de gravir cette ascension en ouvrant ma conscience par niveau afin de donner du temps au temps dans le changement souhaité. Parler, réfléchir est une chose mais c’est quand même l’action qui fait la différence et permet de nous révéler par de nouveaux comportements. Ainsi, ma compagne et moi, avons depuis quelques années, été proche d’une liaison à trois, sans jamais avoir pu concrétiser ces histoires de vie. Auparavant ou parallèlement, nous avons eu des expériences libertines dans le milieu échangiste sans jamais ressentir de jalousies respectives. Mais il faut reconnaître que les constructions relationnelles sont bien différentes donc les risques sont minimes.

Pour réponde à la question de Sam, je ne pense pas que la jalousie soit une démonstration d’affection tout au plus une réaction archaïque et inconsciente de nos systèmes de fonctionnement. Il y a à mon sens bien d’autres manifestations plus glorieuse de l’intérêt que nous portons vers une personne.

#
Profil

lisa

le mardi 21 avril 2009 à 11h28

Vitamines, diriez vous que la jalousie est innée?
Vous dites qu'elle est "tout au au plus une réaction archaïque et inconsciente de nos systèmes de fonctionnement."
Et que l'on s'en débarrasse (si on le souhaite) par un réel apprentissage, un travail sur soi, une éducation ?
Ou bien est ce que c'est un état relatif?
Certaines personnes ici témoignent en disant qu'elles ne l'ont jamais ressenti.

#

(compte clôturé)

le mardi 21 avril 2009 à 11h53

D'autres disent qu'elles sentent avoir un travail à faire pour se débarrasser d'une valise aussi encombrante, et qu'elles ne reconnaissent pas comme leur.

#
Profil

vitamines

le mardi 21 avril 2009 à 15h15

Pour être franc Lisa et non que je veuille me dérober à votre question, je vous dirais que je n’ai aucune certitude dans ce domaine mais juste mon expérience et mon sentiment personnel.
Concernant les relations sentimentales, j’ai au cours de ma vie rencontrer des personnes avec laquelle j’ai donc pu être à certains moments avec certaines personnes d’une jalousie primaire, avec d’autres moins et d’autres encore pas du tout. Toujours est-il que peu à peu je m’apercevais que j’étais enfermé souvent dans des impressions comme s’il se passait quelque chose mais très clairement qui ne correspondait à aucune réalité. Quand la jalousie se manifestait, il me semblait entrevoir et ressentir des choses contraires à ma santé physique et biologique. Une jupe trop courte ou d’autre chose dans le genre pouvaient soulever en moi, un torrent d’inquiétude. On dit que la peur est inhérente à l’homme et que c’est aussi une qualité qui nous protège. En excès, elle vous paralyse et dans le cas de la jalousie, c’est je ne voulais pas partager ce que j’avais identifié comme mon bien, la peur qu’elle trouve mieux que moi mais aussi la peur de la perdre. Tout cela étaient alimenté par des puissants scénarios fantasques que je me projetais en boucle à en devenir malade. Pour l’avoir vécu, à un moment, la jalousie peut aussi se transformer en une véritable pathologie. M’apercevant de la fragilité interne de mon système qui ne pouvait s’adapter à quelque chose de différent de celui que l’on m’avait enseigné, je prenais conscience d’une nécessité de changement pour ne pas me perdre.

D’origine Italienne, ma mère m’avait abondamment nourri au biberon, avec cette noble idée, que je trouverais quelqu’un qui devrait respecter la charte d’une femme esclave au service de son mari. J’en rajoute un peu mais je pense que vous me comprenez. Je dois vous avouer que j’y ai malheureusement cru pendant un temps. Plus généralement dans la culture occidentale et de tout petit, on ne vous apprends pas à partager vos jouets, votre vélo, votre maison et surtout pas votre conjoint. Je pense qu’on est pas toujours obligé de parler de partage comme pour des êtres assez grand pour décider d’eux-mêmes mais au moins de liberté réciproque. Plus tard, en m’ouvrant à d’autres concepts, j’ai compris que la liberté, terme utilisé dans beaucoup de domaines, était une notion toute relative.

Il n’est par conséquent pas étonnant de rencontrer des gens jaloux autour de nous car c’est ce que l’on vous apprends à cultiver dans notre société et en plus par le biais de l’avidité. C’est pourquoi, nous sommes un peu à l’image de ce que nous mangeons et bien sûr dans ce domaine comme dans bien d’autres, nous pouvons aussi intervenir sur cette aspect important de notre vie. Reste que, en gardant l’image alimentaire, il y a là un satellite affectif qu’il n’ai pas aisé à modifier, juste en claquant des doigts. On efface pas d’un trait 30 à 40 ans d’une vie, sans compter des milliers d’années de transmission culturelle.
Effectivement, certains sur ce site disent ne pas ressentir la jalousie et c’est aussi mon cas aujourd’hui, mais ai-je vécu tous les cas de figure me permettant d’en être sûr ? Il peut aussi arriver que certains autres peuvent aussi cultiver une forme d’autoprotection juste pour ne pas rentrer dans la zone souffrance.

A mon sens, quand on veut agir sur soi, il est préférable d’avancer sans comparaison et sans compétition car les histoires d’une personne à l’autre sont bien différentes. De fait, nous n’avons pas tous les mêmes réactions comme les mêmes prédispositions. Certains sont capables de soulever 25kg et d’autres 150, c’est ainsi...

Pour finir, je dirais que pour qui veut changer sa croyance, sa façon d’opérer, que je crois à une transformation de notre être mais au prix d’efforts répétés et bien entendu sans forcément être épargnés des souffrances mais aussi des bonheurs qui accompagnent ce chemin.

#
Profil

lisa

le mardi 21 avril 2009 à 19h22

Merci beaucoup pour votre témoignage Vitamines.
Clémentine je suis d'accord bien sûr avec ce que vous avez rajouté...
Mais c'est plus courant de rencontrer des gens qui ressentent la jalousie (et qui cherchent ou non à s'en débarrasser), que de rencontrer des gens qui n'ont jamais connu cet état. Voilà pourquoi j'ai posé cette question à Vitamines qui semble avoir bien étudié la question.

Répondre

Lire l'article

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion