La frustration sexuelle masculine - Polyamour.info

Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La frustration sexuelle masculine

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 10h24

Pour l'homme COMME POUR LA FEMME (qui a aussi des envies, des besoins en ce domaine) il existe la masturbation et faute de mieux la douche froide.

L'imaginaire peut aider aussi...

Je ne comprend pas ces hommes qui pensent que la femme n'a pas de besoins, ça a le don de me mettre en colère :-(

#
Profil

Len

le lundi 02 septembre 2013 à 13h10

gcd68 >>

Oui je me disais que quelqu'un me parlerais de la masturbation où de la douche froide.

Je pense bientôt tester une autre méthode: la transmutation de l'énergie sexuelle.

A pratiquer à chaque fois que l'on ressent un désir sexuel et que l'on ne souhaite pas l'exprimer par l'acte sexuelle ou la masturbation ou la douche froide ^^

Exercice:

- Placez-vous debout et expirez lentement et profondément, tout en vous pliant vers l'avant et en mettant vos mains sur vos genoux.

- Expulsez toute l'air contenu dans vos poumons, puis bloquez votre respiration à vide et redressez-vous.

- Placez ensuite vos mains sur vos hanches et soulevez vos épaules.

- Rentrez votre ventre et gonflez votre poitrine. Restez ainsi le plus longtemps possible.

- Lorsque vous ne pouvez plus retenir votre respiration, inspirez profondément par le nez, puis expirez par la bouche. En expirant, laissez vos bras retomber le long de votre corps.

- Respirez ensuite plusieurs fois normalement.

Exercice à effectuer au moins 3 fois pour transmuter/transformer l'énergie.

#
Profil

wolfram

le lundi 02 septembre 2013 à 13h24

Excellent cet exercice :)

Pour qcd68, je comprends parfaitement ta colère !

Imagine la mienne en découvrant grâce aux études de genre que ma caste qui oppressante s'est créé une faiblesse qu'elle est la seule à subir : le besoin de transformer sa frustration sexuelle par la prostitution ou le viol !

Les femmes qui ont les mêmes besoins que nous à n'en pas douter, ont toujours su éviter de se soumettre à ce diktat mercanti et les trottoirs des boulevards extérieurs et allées de nationales ne sont pas encombrés d'individus attendant une clientèle féminine !

Les hommes peuvent rentrer chez eux le soir sans crainte d'être suivis par une harceleuse et un homme au t-shirt moulant ne s'entendra pas dire dans la rue "salaud", "l'hôtel, le lit, tu connais ?", "t'es bon !"...

Si les relations homme/femmes ne sont que le fruit d'une socialisation et que la caste oppressive qui a décidé et organisé cette oppression se retrouve dans un sentiment de frustration sexuelle qui peut la mettre en danger (financier ou légal), quel est l'intérêt de la chose et comment la femme qui a les mêmes pulsions a-t-elle pu s'en oblitérer ?

Peut-être parce qu'il naît plus d'hommes que de femmes ?

Pourtant l'équilibre est déjà inversé à 20 ans ? les femmes deviennent en surnombre !

D'ailleurs, pourquoi les oppresseurs ont-ils décidé de s'induire des comportements mortifères qui inverse cette courbe ?

vivement que l'apprentissage des nouvelles relations hommes-femmes remettent cela à niveau !

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 17h01

A Len, je crois que je préfère masturbation + douche froide. Après, je ne dis pas, ça marche peut être la transmutation de l'énergie sexuelle. Encore une fois, nous sommes tous différents.

A Wolfram. Les femmes, surtout si elles sont un peu exhib comme moi, se font facilement traiter de salope, de pute... Après, quand un mec m'emmerde sur ce terrain là, je sais quoi lui répondre et en général il fanfaronne moins. D'ailleurs, en prenant de l'âge, je m'aperçois que l'on m'emmerde moins de ce côté là. Une femme mature qui se montre est une femme qui s'assume alors que qd elle est jeune c'est une salope... chercher l'erreur !

J'ai déjà vu en boite des femmes draguer ouvertement et mettre des mecs mal à l'aise et je me dis que ça ne doit pas être plus facile à gérer. Bon ok, dire que le mec puisse se sentir en insécurité... Bref ! nous ne sommes pas si différents aussi bien dans nos ressentis, dans nos pulsions, etc...

Le viol relève d'un autre domaine que de la sexualité, c'est plus prendre de force ce que l'on ne peut avoir autrement, sauf pour ceux qui associent violence, souffrance à l'acte sexuel. Tous les hommes ne se comportent pas ainsi (heureusement). C'est comme tout, le viol est un manque de contrôle. Après si la violence est librement consentie et surtout contrôlée elle peut être bénéfique mais là on sort du cadre de la frustration je pense...

#
Profil

Len

le lundi 02 septembre 2013 à 20h40

gcd68 >>

Aucun jugement de ce qui est mieux où pas. Je partage une astuce supplémentaire pour "évacuer" une frustration sexuelle. Celle-ci me parait bonne, je suis à la recherche de quelque chose d'efficace qui m'éviterai de me sentir KO, comme vidé (sans mauvais jeu de mot :-D) après la masturbation.

Je vais tester, j'en verrais les vertus qu'à ce moment là :-)

Ce genre d'information n'est pas forcément très diffusée alors j'ai trouvé ça judicieux de la mettre ici. Y'à surement d'autres méthodes.

#

(compte clôturé)

le lundi 02 septembre 2013 à 22h22

La sexualité, cher Len, demande souvent de l'énergie. Sur ce point je suis d'accord. Donc être fatigué après me parait tout à fait normal. Moi, ça m'aide à dormir la sexualité. Ca m'aide aussi qd je me sens pas bien moralement et parfois aussi quand j'ai mal à la tête (je suis souvent migraineuse) donc pour moi, c'est comme un remède et m'offre l'opportunité d'un bon repos compensateur (je suis une grosse dormeuse mais je dors généralement très mal : quantité mais pas qualité). Pour moi, que du bénéfice.

#
Profil

coquelicot

le lundi 02 septembre 2013 à 22h51

idem pour moi : apres je dors comme un bébé!!
J ai aussi une petite solution a ma facon pour qu un homme ne soit pas frustré: il suffit de toujours dire oui!!!!!
Par contre ladouche froide: zero!

Chacun sa methode.

On rajoute a ca une tablette de chocolat et c est l extase assuree et un remede magique contre le mal de tete......

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

PolyEric

le mardi 03 septembre 2013 à 00h15

J'ai bien la solution, mais elle n'est pas à la portée de tout le monde, et je ne sais pas si j'ose.
En fait, il y a un hic dans le titre. La question est mal posée.
A mon avis, il aurait fallu titrer: La frustration sexuelle des jeunes
Car la solution, c'est bien connu, pour un être humain, c'est de devenir vieux
Bon, ça prend du temps, je vous l'accorde, mais une fois que c'est fait, quel bonheur.
Les femmes se déchaînent de leur carcan et font moins les malines avec leur peau ridée.
Les hommes, moins vaillants, font moins les malins aussi, et surtout ont moins de besoins.
Si vous êtes un homme jeune, essayez les vielles, allez ne faites pas les difficiles, il faut goûter avant de dire que l'on n'aime pas. Vous m'en direz des nouvelles.
Et si vous êtes une femme jeune, suivez les conseils de coquelicot. Comme toutes les femmes, elle ne sait pas toujours qu'elle fait les choses pour elle, mais sa solution me semble parfaite pour une femme qui ne veut pas être frustrée. Enfin, il faut sélectionner un peu, mais disons que dans les grandes lignes, il y a de l'idée.
Oui je sais, je suis un connard, mais je m'en fou en fait, je préfère vous énerver. :-)

#
Profil

audren

le mardi 03 septembre 2013 à 04h11

J'avais commis un article qui aborde un peu cette question. Hors de toute accusation de vénalité. La monogamie érode la libido (féminine, principalement), donc induit la frustration et exacerbe la jalousie.
lesfessesdelacremiere.wordpress.com/2013/04/19/le-...

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 03 septembre 2013 à 11h16

@Eric_50, d'autres "solutions" sont envisageables, que les jeunes garçons fassent l'amour avec d'autres garçons de leur âge par exemple ! lol :-D
Comme ça, leurs "besoins" sexuels exacerbés, réels, supposés ou construits, trouveraient à se satisfaire sans limites :-)
En plus, la peau des jeunes hommes n'est pas encore ridée ! :-)
Bon ok, tout le monde n'est pas homo ou bi ou pan, ...mais ça se soigne :-)

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

tsampa

le mardi 03 septembre 2013 à 13h56

Geraldin-e
Bon ok, tout le monde n'est pas homo ou bi ou pan, ...mais ça se soigne :-)

Ah ouais ? Ça se soigne ? On fait comment ?

#
Profil

Junon

le mardi 03 septembre 2013 à 14h42

Euh, je suis la seule que cette phrase de Coquelicot fait bondir " J ai aussi une petite solution a ma facon pour qu un homme ne soit pas frustré : il suffit de toujours dire oui!!!! !
" ou....?
Parce que, comment dire, ça me rappelle un peu beaucoup les propos des femmes de plus de 70 ans que je connais sur le "devoir conjugual"
Coquelicot, peux tu stp m'éclairer?

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Len

le mardi 03 septembre 2013 à 14h53

Junon >>

Y'avait je crois une part d'humour dans les propos de Coquelicot :-)

Dans ce domaine là à mon humble avis, c'est la qualité des échanges qui prime.

Alors si la relation est heureuse, pleine d'amour au jour le jour, le Oui de Coquelicot signifie une parfaite symbiose, un respect parfait des rythmes biologiques de chacun dans la connaissance et le respect de l'autre.

Enfin c'est comme ça que je l'ai entendu.

#
Profil

coquelicot

le mardi 03 septembre 2013 à 15h00

Bien vu Len
Il a fallu que ce soit un homme qui me comprenne!!
C est drole non...

Mais il est vrai aussi que c est une methode de vieille !!!!!!!

#
Profil

Geraldin-e

le mardi 03 septembre 2013 à 15h08

@Tsampa, y avait bien sûr une grosse part d'humour dans mon propos.
Mais plus sérieusement, je pense quand même que si on était beaucoup moins coincé.es sur les histoires de genres sociaux H/F, il existerait sans doute davantage de "porosité" dans les orientations, et donc davantage de bi ou pansexuel.les.

Et sinon, pour les divers problèmes de frustrations sexuelles des unes et des autres, c'est complexe, plein de facteurs entrent en jeux. Se décoincer des catégories, s'émanciper des genres construits socialement, sortir du patriarcat, s'éclater aussi autrement que par la sexualité (sensualité, danse, collaborations, etc.), + les questions de concurrence/compétition, les critères de beauté, le questionnement sur l'amour non-exclusif, sur l'amour lui-même, les restes de jugement négatif sur le sexe, etc.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mardi 03 septembre 2013 à 20h06

Eric_50
J'ai bien la solution, mais elle n'est pas à la portée de tout le monde, et je ne sais pas si j'ose.
En fait, il y a un hic dans le titre. La question est mal posée.
A mon avis, il aurait fallu titrer : La frustration sexuelle des jeunes
Car la solution, c'est bien connu, pour un être humain, c'est de devenir vieux
Bon, ça prend du temps, je vous l'accorde, mais une fois que c'est fait, quel bonheur.
Les femmes se déchaînent de leur carcan et font moins les malines avec leur peau ridée.
Les hommes, moins vaillants, font moins les malins aussi, et surtout ont moins de besoins.
Si vous êtes un homme jeune, essayez les vielles, allez ne faites pas les difficiles, il faut goûter avant de dire que l'on n'aime pas. Vous m'en direz des nouvelles.
Et si vous êtes une femme jeune, suivez les conseils de coquelicot. Comme toutes les femmes, elle ne sait pas toujours qu'elle fait les choses pour elle, mais sa solution me semble parfaite pour une femme qui ne veut pas être frustrée. Enfin, il faut sélectionner un peu, mais disons que dans les grandes lignes, il y a de l'idée.
Oui je sais, je suis un connard, mais je m'en fou en fait, je préfère vous énerver. :-)

tout à fait d'accord! :-)

Et puis ça permet aux hommes d'expérimenter toute une série de comportements typiquement féminins, tels que:
- mettre des vêtements provocants,
- se faire draguer et se faire offrir des verres,
- se faire raccompagner dans des grosses voitures...

Geraldin-e
@Eric_50, d'autres "solutions" sont envisageables, que les jeunes garçons fassent l'amour avec d'autres garçons de leur âge par exemple ! lol :-D

j'ai essayé, ça marche pas... (il doit y avoir quelque chose que coince au niveau olfactif, mon corps physique se refuse)...

#
Profil

PolyEric

le mercredi 04 septembre 2013 à 00h34

Junon
...des femmes de plus de 70 ans que je connais sur le "devoir conjugual"

Peut-être qu'à une certaine époque, il était plus utile qu'aujourd'hui, de faire croire à tout le monde qu'on le faisait pour son homme.
Ceci dit, je l'entend encore beaucoup aujourd'hui sous une forme légèrement différente : La femme se vante de faire plaisir à son homme assez souvent, ou plutôt bien, etc... comme si elle, n'en avait pas envie, et surtout grand dieu, aucunement besoin.
Je pense que cette notion de devoir conjugal n'est pas à lire sous la forme de l'écrasement de la femme par l'homme, mais par le moyen de se sortir de cet écrasement. Comment expliquer par exemple que la femme ait besoin d'un devoir conjugal pour s'exprimer sur le sujet de la sexualité, sauf à supposer qu'un écrasement ait eu lieu dans l'enfance, le devoir conjugal étant présenté de façon déduite, comme la seule lueur d'espoir sexuel dans ce monde de brutes.
Si l'on s'en tient au fait que la lueur est faible, alors oui, on peut y voir une oppression, par rapport à la lumière du jour, mais si l'on s'en tient au fait que la lueur éclaire la nuit, alors on peut se dire que rien, décidément rien, ne peut écraser la sexualité de la femme, surtout pas l'homme en tout cas, puisqu'il en est la première victime comme l'explique très bien le premier post de ce fil, comme le démontre wolfram par l'ironie un peu plus haut, et comme le démontre cette phrase "devoir conjugal", la brêche qu'il suffit d'agrandir pour se sortir de là.
J'ajoute enfin que dans ce monde pas si reculé que ça, et soit disant patriarcal, ce sont surtout les femmes qui ont élevés leurs filles et leur ont inculquées ces valeurs de merde, ce qui fait que la logique simpliste de l'homme oppresseur ne tient tout simplement pas debout. Il y a un phénomène culturel d'ensemble qui finalement n'a pas besoin d'être étudié pour être mis à la poubelle. Sans compter que désigner le salaud ou la pute de service fait reculer l'amour et donc la sexualité de tout bord.

Geraldin-e, excuses, j'aurais dû y penser, bon sang mais c'est bien sûr.
Personnellement, c'est justement l'argument selon lequel c'était utile de se faire homo pour combler le manque de participantes, qui me rebute le plus. S'il n'y avait pas cette obligation de devenir homo ou bi, mais que c'était présenté comme un plaisir sublimement pur, je me serais peut-être laissé tenter. Au final, contrairement à Marco, ce n'est pas mon corps mais ma tête qui m'arrête, il y a truc dedans qui dit, et ben non, je ne deviendrai pas homo, na, et toc, voilà, bien fait. Ca sera hétéro ou rien. Enfin, on ne doit jamais dire, fontaine... on ne sait jamais, un soir de grande fatigue par exemple, quand je serai très très vieux :-)
Et vous me faites rire.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 04 septembre 2013 à 01h16

- la frustration sexuelle n'est pas un phénomène sociétal, mais un sentiment. Tout le monde peut subir de la frustration, tout le monde ne va pas voir des prostituées ou faire de la violence sexuelle pour ça. La répression sexuelle et la frustration sexuelle pourraient être distinguées, et je pense que déjà on aurait plein de nouvelles questions.

- La frustration masculine n'est pas une motivation de la domination masculine, faut m'expliquer qui dit ça où... Le carburant du patriarcat, c'est le droit de propriété sur les enfants / pour les fils, la frustration c'est juste de l'huile dans le moteur, mal filtré dans le cas d'une éducation de merde.

- ce fil m'agace assez beaucoup, tel qu'il est. Je me fais pas d'illusion sur la qualité générale de l'humanité, polyamoureux compris (je vous aime pas, je n'aime que mes comics et le mezcal), mais si je parle de poly à des femmes, c'est aussi parce que j'espère qu'elles auront dans ma vie d'autres rôles que ceux généralement proposés par la société (la mère, la putain, occasionnellement ma soeur qu'est presque plus vierge que ma mère).

Et non c'est pas du militantisme, ma morale et mon comportement ayant du mal à s'aligner bien propre, j'évite.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#

(compte clôturé)

le mercredi 04 septembre 2013 à 10h00

Siesta, ++++++++

J'ajouterais juste une petite chose qui souligne ce qui me gêne dans la formulation des termes du problème : il me semble que la sexualité n'est ni un droit ni un besoin vital.

Elle n'est pas un droit au sens où la société n'a pas le devoir de procurer une sexualité à ses membres - c'est par définition une activité privée et intime.
Elle n'est pas un besoin au sens où on ne meurt pas si on n'a pas de vie sexuelle.

Donc en tant que femme je ne me sens aucun devoir, ni citoyen ni humain, à venir en aide à mon pauvre frère homme lésé et frustré dans sa sexualité. Je veux bien nourrir l'affamé mais je ne branlerai pas le frustré. Sauf si on me donne une trèèèèèèèèèès bonne raison de le faire. Et je n'aimerais pas non plus en venir à considérer les hommes qui m'entourent comme des exutoires ou des supports sexuels destinés à m'éviter une éventuelle frustration.

#
Profil

Junon

le mercredi 04 septembre 2013 à 10h47

Pour moi, le "devoir conjugal" n'est absolument pas une "lueur d'espoir sexuel", Eric 50. Cela sous entendrait à dire qu’une sexualité imposée (par l'autre ou par soi-même, parce que se forcer pour faire plaisir à sa compagne/son compagnon, c'est ça) vaut mieux que pas de sexualité du tout voire qu'une sexualité imposée est une possibilité d'épanouissement. Ce dont je doute fort.
Quand à dire que ce sont les femmes qui ont inculquées ces valeurs là, peut être mais à ton avis, pourquoi si elles avaient la possibilité de faire autrement que de relayer le message "serre les dents, écarte les cuisses, pense à la France"?

Comme Janis, je crois que le sexe, bien que fort agréable et récréatif (et je suis la première à le reconnaître) n'est pas un besoin vital et je ne me sens absolument pas forcée de m'inclure dans un téléthon du cul pour les malheureux/ses en manque ;)
Ce qui ne m'empêche pas de militer pour l'accès à une sexualité facilitée pour les personnes handicapées par exemple.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion