Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Demande de conseils

Monogamie
#
Profil

bertrand50

le samedi 20 juillet 2013 à 07h23

Bonjour,
je suis "monogame" et j'ai appris récemment que ma femme est poly-amoureuse. C'est une chose que j'accepte -que je crois accepter- pourtant savoir qu'elle doit passer la nuit de lundi prochain avec son autre amour m'angoisse.
J'ai peur de ce que vais ressentir à ce moment, je ne sais comment je vais vivre ces heures.
Quelqu'un a-t-il des conseils à me donner pour gérer ce stress ?
Merci de votre aide.

#
Profil

Boucledoux

le samedi 20 juillet 2013 à 10h23

Salut Bertrand,

comme tu pourras le voir en long en large et en travers en parcourant les discussions de ce forum, choisir d'accepter ou de tenter d'ouvrir son mode de vie à la non-exclusivité, quelque soit le chemin d'arrivé ne signifie pas que tous les problèmes sont réglés automatiquement ;) , à peut-être pour celles et ceux pour qui ce schéma est spontané tout de suite (et encore...)

C'est même plutôt le contraire c'est une plongée dans un nouvel univers émotionnel, ça veut dire que les repaires qui étaient solides et rassurants s'estompent et il faut du temps et du travail, sur soi et sur la relation pour en reconstruire des nouveaux. Bien sur, nous serons nombreux-euses à te dire ici que c'est un chemin qui vaut le coup d'être emprunté, même s'il y a quelques pentes escarpées à passer :)

Bon, la première piste qu'on peut te donner c'est peut-être ça : ton angoisse et ton stress sont bien normales et naturelles dans ta situation, accepte les et essaye d'écouter ce qu'elles te disent. Tu peux identifier précisément sur quoi ça rebondit chez toi ? Qu'est ce que ça te dit de toi, qu'est ce que ça met en danger ?

Ensuite, c'est peut-être quelque chose que tu peux discuter avec ta compagne aussi. Pas pour faire pression ou limiter ses mouvements mais qu'elle comprenne ce que ça met en jeux chez toi peut aussi être utile pour l'aider à te rassurer sur les points qui sont sensibles ?

Enfin, pense à toi. Ce qu'il y a de formidable pour moi dans le polyamour ce n'est pas forcément que de s'envoyer en l'air avec plein de gens, c'est aussi d'abord que chacun-e des partenaires de la relation retrouve de l'autonomie pour gérer son propre espace personnel à l'intérieur de la relation et ça, ça marche dans les deux sens, même si ta copine est la seule à avoir un ou des autres amours. Est ce que tu peux prendre ce temps, non pas comme du temps ou ta compagne est avec un autre mais comme du temps à toi pour faire toi entre toi et toi des choses qui te font plaisir ?

en tout ca bienvenue sur ce forum, il me semble que tu as frappé à la bonne porte pour trouver, sinon des réponses (elles sont chez toi), au moins des pistes de l'aide et du soutien.

#
Profil

Leolu

le samedi 20 juillet 2013 à 11h16

BoucledouxEnfin, pense à toi. Ce qu'il y a de formidable pour moi dans le polyamour ce n'est pas forcément que de s'envoyer en l'air avec plein de gens, c'est aussi d'abord que chacun-e des partenaires de la relation retrouve de l'autonomie pour gérer son propre espace personnel à l'intérieur de la relation et ça, ça marche dans les deux sens, même si ta copine est la seule à avoir un ou des autres amours. Est ce que tu peux prendre ce temps, non pas comme du temps ou ta compagne est avec un autre mais comme du temps à toi pour faire toi entre toi et toi des choses qui te font plaisir ?

Il me semble que le polyamour consiste principalement à remettre le sentiment amoureux dans l'UNE des places de la vie quotidienne. Un monogame ne pense pas toute la journée à sa compagne, il ne la retrouve que lorsqu'ils se rejoignent dans leur foyer (ou lors du rendez-vous programmé). Tout le reste du temps, il a une vie simple, naturelle et autonome. Et il ne se pose pas la question de savoir ce qu'elle peut bien faire de SA vie à elle.

Dans le polyamour, il faudrait arriver à le vivre de la même manière : lorsqu'elle est là, on profite pleinement de sa complicité, de son affection, de son amour... et lorsqu'elle n'est pas là, on vaque à ses occupation, la laissant vivre ses travaux et passions à elle en toute quiétude.

En fait, pour le polyamour, "loin des yeux, loin du coeur" serait un précepte très positif. A condition d'y ajouter : "de retour sous mes yeux, réveil de mon amour".

Mais je sais que le coeur est jaloux de nature et que la solitude d'une soirée, lorsqu'on n'est pas habitué, est pesante. Il faudrait donc trouver une occupation très prenante à cette heure si inquiétante. Histoire de s'oublier tout en validant le principe du plaisir de la vie autonome. N'y a t'il pas des moments où tu aurais aimé être seul pour faire quelque chose ?

AMHA

#
Profil

Anarchamory

le samedi 20 juillet 2013 à 11h19

Salut Bertrand,

Bienvenue à toi :-D et déjà : bravo pour ta démarche et ton ouverture d'esprit. Je souscris aux propos de Boucledoux, notamment :

Boucledoux
Enfin, pense à toi. Ce qu'il y a de formidable pour moi dans le polyamour ce n'est pas forcément que de s'envoyer en l'air avec plein de gens, c'est aussi d'abord que chacun-e des partenaires de la relation retrouve de l'autonomie pour gérer son propre espace personnel à l'intérieur de la relation et ça, ça marche dans les deux sens, même si ta copine est la seule à avoir un ou des autres amours. Est ce que tu peux prendre ce temps, non pas comme du temps ou ta compagne est avec un autre mais comme du temps à toi pour faire toi entre toi et toi des choses qui te font plaisir ?

J'ajouterais que tu peux aussi essayer de gérer cette absence en te disant que ta femme ne cessera pas de t'aimer et qu'elle reviendra bientôt. Ne serait-ce pas plus difficile si, lorsque tu l'as rencontré, elle t'avait dit "non", que vous soyez restés juste amis, et que tu ais soupiré en vain, fou d'amour pour elle, tout en la voyant sortir avec d'autres gars ?... Ça aurait été aussi une attente, mais elle aurait été longue, voire éternelle et sans ce réconfort de te dire qu'elle t'aime. Comme dit sur un autre fil, même l'absence, pour peu qu'elle ne soit pas définitive, peut être "goûtée", appréciée, dans la certitude de votre amour réciproque. Et tu pourras aussi te dire que cette nuit là, par amour, tu auras offert à ta femme un cadeau très spécial que peu de maris sont prêts à offrir. Tu l'aimeras jusqu'au point de lui accorder d'aimer qui elle veut et de jouir de cet amour. N'est-ce pas satisfaisant de se dire que tu aimes une femme libre plutôt qu'une femme "esclave" ? Car si elle est libre d'aimer, c'est donc qu'elle t'aime toi aussi librement, et non par obligation. Tandis que si elle n'avait pas cette liberté d'aimer, alors on pourrait toujours suspecter qu'elle t'aime par peur de la solitude. Je pense que c'est une qualité d'amour très noble que d'aimer avec cette distanciation qui préserve l'individualité de chacun. C'est à la fois intense mais contenu à une juste mesure. Ce n'est pas une passion débridée et possessive. Ce n'est pas non plus une simple bienveillance froide et détachée. C'est la fusion des deux à travers une nouvelle façon d'aimer. C'est de l'amour fissionnel. :-D

#
Profil

Anarchamory

le samedi 20 juillet 2013 à 11h35

Leolu
En fait, pour le polyamour, "loin des yeux, loin du coeur" serait un précepte très positif. A condition d'y ajouter : "de retour sous mes yeux, réveil de mon amour".

Je ne suis pas d'accord. Pour moi c'est justement l'inverse : proche du coeur en toute circonstance. Même avec l'amoureu(x)(se) B on ne cesse pas d'aimer l'amoureu(x)(se) A et on se nourrit de cet amour pour aimer d'autant plus B. Ça marche aussi en amitié. Il y a quelques mois, j'avais enfin pu revoir une amie strasbourgeoise que ma femme m'empêchait de revoir, et j'avais, par la même occasion, fait la connaissance IRL d'une poly de ce site (Junon). J'avais passé vraiment un très agréable moment, et lorsque j'ai revu ma femme après, elle a bien vu et senti que j'étais épanoui et que cela impactait positivement sur mon attitude envers elle. Elle aurait dû être satisfaite et se dire que finalement, elle pouvait au moins laisser son homme cultiver des amitiés privilégiées (voire tendres) avec pourquoi pas des femmes, sans s'en offusquer, que c'était tout bénéf pour elle. Mais non, que ça soit avec d'autres femmes que j'ai vécu cet épanouissement (qui n'avait donc rien d'amoureux au sens habituel du terme, et encore moins de sexuel), qui plus est des femmes qui ne partageaient pas sa vision de la vie, cela lui était insupportable. Pourtant elle disait qu'elle ne voulait pas que je sois malheureux. Elle ne comprenait pas qu'en me laissant cette liberté, ça aurait été cette fois un bonheur dont je lui aurais été redevable. Au lieu de chercher à ouvrir un peu notre couple, ne serait-ce qu'en m'octroyant une autonomie amicalo-tendre (je n'exigeais même pas une ouverture érotico-sexuelle, même si je ne lui garantissais pas le risque zéro), elle m'a encore davantage serré la vis. Elle a fait tout le contraire de ce qu'il aurait fallu si elle avait voulu me garder !

#
Profil

bouquetfleuri

le samedi 20 juillet 2013 à 11h56

Un des marqueurs du poly amour, pour moi du moins, est la fidélité ou du moins une appréciation différente de la fidélité.
Elle ne signifie plus enfermement dans une relation, mais constance dans les sentiments. Ce qui, soit dit en passant, est un de ses sens originels.
Ce n'est pas parce qu'elle rencontre un autre homme qu'elle ne t'aime plus, ou moins, ni que tu ne l'aimes plus, ou moins.
Et lundi prochain, tu vas pouvoir toucher du doigt cette confiance qu'elle a en toi, en vous et tu vas pouvoir mesurer celle que tu as en elle et en vous.
C'est cette confiance qui permet d'étouffer un peu l'éventuel pincement, la possible peur de l'abandon, la jalousie.
Cette confiance ne nie pas ces peurs et pincements au coeur, elle les fait disparaître, doucement. Elle prend leur place en apportant autre chose, une certaine tranquillité.

Bon courage, quand cela se passe bien, c'est une belle expérience, une découverte de soi et de l'autre.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Leolu

le samedi 20 juillet 2013 à 16h36

MetaZetN'est-ce pas satisfaisant de se dire que tu aimes une femme libre plutôt qu'une femme "esclave" ? Car si elle est libre d'aimer, c'est donc qu'elle t'aime toi aussi librement, et non par obligation. Tandis que si elle n'avait pas cette liberté d'aimer, alors on pourrait toujours suspecter qu'elle t'aime par peur de la solitude. Je pense que c'est une qualité d'amour très noble que d'aimer avec cette distanciation qui préserve l'individualité de chacun.

MetaZet
Je ne suis pas d'accord. Pour moi c'est justement l'inverse : proche du coeur en toute circonstance. Même avec l'amoureu(x)(se) B on ne cesse pas d'aimer l'amoureu(x)(se) A et on se nourrit de cet amour pour aimer d'autant plus B.

Je crois qu'on est assez d'accord, en définitive, puisque tu parles de "distanciation".

Bien sûr que le polyamour, c'est l'amour permanent, même si conjugué à plusieurs, la vraie fidélité en chacun et chacune.
Mais concrètement, c'est un amour qui laisse de la liberté à l'autre. Qui est même content d'offrir des amours, des temps d'amour, à son amoureuxse... et qui permet de rester autonome le reste du temps, donc d' "oublier" un peu les autres, pour se consacrer à soi, ou à l'autre personne avec laquelle on se trouve au moment présent, entièrement et pleinement.

C'est cet aspect concret que j'essayais de faire ressortir avec ma révision un peu acrobatique de la maxime.

Parce que quand on n'est pas profondément en accord avec le principe du polyamour, qu'on hésite, qu'on doute et qu'on s'inquiète, c'est cette distanciation qu'il faut être capable de comprendre et d'admettre en tout premier : savoir "oublier" pour mieux aimer. Pour aimer la personne libre qu'on a près de soi. Aimer qu'elle soit libre et qu'on soit libre soi-même.

Ce que tu expliques si bien, par ailleurs.

Après, dans un second temps, lorsqu'on a réussi à lâcher la bride, on peut découvrir (comme beaucoup ici) combien il est valorisant de vivre de cette façon. On découvre véritablement la compersion. Chose qui n'était pas instinctive auparavant (sauf pour certaines personnes naturellement acquise au principe du polyamour). Chose qui n'était admise que par principe et non par expérience.

Découvrir le "lâcher-prise" avant de comprendre pleinement "le don d'amour". En deux temps.

#
Profil

bertrand50

le samedi 20 juillet 2013 à 21h54

Merci à tous pour vos réponses.
J'avais déjà parcouru quelques articles sur le site, en particulier "entretenir une relation polyamoureuse avec une personne monogame" et j'avais déjà en partie des réponses.
Merci surtout pour votre "écoute" car je pense que c'est de cela dont j'avais besoin. Le fait d'écrire mon ressenti m'a déjà permis de me libérer et savoir que cet écrit a été lu est une autre libération.

#
Profil

LuLutine

le lundi 22 juillet 2013 à 09h58

Leolu
Un monogame ne pense pas toute la journée à sa compagne, il ne la retrouve que lorsqu'ils se rejoignent dans leur foyer (ou lors du rendez-vous programmé). Tout le reste du temps, il a une vie simple, naturelle et autonome. Et il ne se pose pas la question de savoir ce qu'elle peut bien faire de SA vie à elle.

Euh...je voudrais nuancer un peu ton propos, car tu sembles généraliser alors qu'un certain nombre de personnes exclusives sont très loin d'être comme ça !

Au contraire il y en a des tas qui ont besoin de savoir ce que fait l'autre....d'ailleurs, hum, j'étais comme ça lorsque j'étais exclusive ! Toujours besoin de savoir (au moins un peu) où il était, ce qu'il faisait....!

Et j'en connais d'autres !

Donc : oui, certaines personnes exclusives profitent vraiment de la séparation pour avoir du temps à eux, ça ne les gêne pas (et étrangement c'est lorsqu'elles savent que l'autre est en rendez-vous amoureux que là, ça les gêne !!! - ce que pour ma part je trouve très incohérent), mais un certain nombre d'autres personnes ne peuvent réellement pas se passer de savoir tout ce que fait l'autre et de le retrouver dès que possible pour être "collées" à lui/elle...

Leolu
Découvrir le "lâcher-prise" avant de comprendre pleinement "le don d'amour". En deux temps.

Pourquoi en deux temps ?
Moi j'ai tout fait en même temps....je fais toujours tout en même temps !

Ca doit plutôt être une question de personnalité ! :)

#
Profil

Len

le lundi 22 juillet 2013 à 16h47

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le lundi 22 juillet 2013 à 17h04

Len
C'est humain comme comportement, je le comprends parfaitement pour l'avoir vécu, c'est destructeur moralement ce genre de situation

C'est humain mais n'est pas vécu ainsi par tous les humains.

Len
Cela touche au respect de l'autre à tout ce qu'il y'à de plus intime, viscérale, quand on parle de sexualité

Idem. Je constate que tu attaches bcp d'importance à la sexualité et surtout à son intimité. Je comprend parfaitement cela. Mais pourquoi plus à l'intimité créée "sexuellement" qu'à celle créée affectivement. Qu'elle est pour toi la différence ? Serait-ce parce que les sentiments relèveraient d'un domaine généralement inconscient, d'un ressenti intérieur, et que la sexualité relèveraient plus des actes ?

#
Profil

LuLutine

le lundi 22 juillet 2013 à 17h14

Len
LuLutine, c'est la peur de perdre l'autre qui fait que ça gêne certaines personnes que sa/sa bien-aimée parte en rdv avec une autre personne.

Merci de ne pas nous refaire les 50 fils sur la peur, source de jalousie, etc.
Je comprends très bien tout ça.
Je comprends très bien que certaines personnes font une différence.
C'est juste que pour ma part, je trouve ça incohérent.

Lorsque j'étais exclusive j'avais aussi peur de "manquer" de mon amoureux lorsqu'il était avec des amis, lorsqu'il faisait quelque chose tout seul, que s'il avait été avec une autre fille. Je fonctionne différemment, et j'ai bien écrit plus haut :

LuLutine
ce que pour ma part je trouve très incohérent

"Je trouve cela incohérent" ne veut pas dire que je ne comprends pas le fonctionnement qu'il y a derrière.

Il n'empêche que c'est incohérent pour moi. Point.

Len
Cela touche au respect de l'autre à tout ce qu'il y'à de plus intime, viscérale, quand on parle de sexualité.


Je suis d'accord, tiens. C'est d'ailleurs parce que j'applique ce respect, que je respecte mes partenaires, que je leur reconnais le droit de vivre leur sexualité comme ils l'entendent et de disposer de leur corps comme ils le souhaitent.
Ca me paraîtrait un énorme manque de respect de vouloir décider pour l'autre ce qu'il doit faire ou non de son corps et comment il doit vivre (ou non) sa sexualité.

Len
C'est humain comme comportement, je le comprends parfaitement pour l'avoir vécu, c'est destructeur moralement ce genre de situation.

Ce n'est pas "ce genre de situation" qui est destructeur, sinon tous les poly seraient "détruits" !

C'est l'interprétation que la personne concernée en fait. Pour ma part, si je pense par exemple à un amoureux qui est avec une autre amoureuse, mon interprétation n'est pas "Oh mon Dieu il va me quitter, je vais le perdre" (comme si on pouvait posséder quelqu'un, tiens).
Mon interprétation est plutôt : "Je suis heureuse qu'il passe de bons moments, ça me fait plaisir qu'il soit avec quelqu'un d'autre, qu'il vive sa vie, et de savoir qu'il me retrouvera avec plaisir une autre fois" !

Len
si c'est pour aller voir un pote, un ami, un collègue, en tout cas pour moi et bien tout va bien, ça fait plaisir de savoir que l'autre est avec quelqu'un d'autre, qu'il/elle vie sa vie.


Oui oui, tout pareil, en rajoutant "amoureux(se)" à la liste "pote, ami, collègue" ;)

Len
Le fait d'être collé à l'autre par moment n'est pas un mal, il faut des temps importants partagés ensemble pour se connaitre, avancer, créer ensemble.


Je suis d'accord. Je parlais plus haut des gens qui souhaiteraient être collés 24/7 si c'était possible (et pas sur une courte période, toute l'année hein).

Len
Cela devient mauvais si c'est tout le temps, que sans l'autre on se sent mal par exemple. Là clairement je te rejoins.

Ah oui on est d'accord alors. Je parlais bien de ces gens-là qui ne peuvent (presque) rien faire sans l'autre.

Je précise que j'en ai fait partie et que depuis j'ai effectué un virage à 180 degrés....

#
Profil

Leolu

le lundi 22 juillet 2013 à 22h22

LuLutineAu contraire il y en a des tas qui ont besoin de savoir ce que fait l'autre....d'ailleurs, hum, j'étais comme ça lorsque j'étais exclusive ! Toujours besoin de savoir (au moins un peu) où il était, ce qu'il faisait.... !

Tu as raison, il y a plusieurs sortes de personnalités : les fusionnelles même durant l'absence (ton cas du passé) et les sérielles qui ne pensent qu'à une chose à la fois, successivement (dont moi).

Je serais tout de même curieux de savoir comment une fusionnelle telle que toi a pu devenir polyamoureuse.
Parce que, tout de même, j'imagine qu'on ne pense pas systématiquement à l'un lorsqu'on est dans les bras de l'autre... Il faut bien passer d'un monde (amoureux) à un autre (dans sa tête et dans les lieux), pour ne pas les mélanger allègrement. J'allais dire : "mettre chacun dans sa case"...

Serait-ce à cause d'un "trop-plein" de fusion, qui serait passé par la phase "et moi toute seule, comment je suis ?" pour en arriver à : "il y a moi, lui, et lui, et lui, et mes liens avec eux" ? Un besoin de différencier les compositions tout en préservant une pensée pour chacun ?

En fait, je me demande comment peut-on ne vivre que pour UNE personne (l'amoureux), totalement, mentalement et charnellement... pour en arriver ensuite à accepter qu'il ait son indépendance, son individualité propre, donc à acquérir une capacité à ne plus s'en sentir "propriétaire", à admettre qu'elle ait une vie en dehors de nous-même (même en pensées ou en SMS).

Il faut bien en arriver à se recentrer un peu sur soi-même, pour "abandonner" ainsi l'autre à sa propre vie sentimentale. Non ?

#
Profil

Len

le mardi 23 juillet 2013 à 01h13

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le mardi 23 juillet 2013 à 02h00

Len
Quand je dis destructeur, dans le sens ça casse une intimité, une sorte de "pacte" entre deux âmes (pas sûr que je peux le dire ainsi).

Ouep.
Ca c'est ton interprétation justement. Tout le monde ne le vit pas comme ça.

Donc je comprends de cette phrase que c'est ta vision des choses. Ok, elle me semble un peu excessive mais tu as le droit d'avoir cette vision pour toi.

Sauf qu'on sera probablement d'accord que tu parles bien là de ta conception des choses, ton ressenti. Qui ne sont pas plus légitimes que les miens ou ceux de gcd68, etc.

En résumé, ce que tu dis n'a rien d'universel, c'est une expérience singulière et ce qui gêne beaucoup de gens, c'est le fait que tu sembles vouloir faire passer cette expérience particulière pour une vérité universelle.

Len
Il est tard, j'essaierais de rentrer plus en détail sur cet aspect de l'amour "sacré" entre deux personnes.

Euh...
Là j'ai envie de dire : "Pitié, non."

Je crois qu'ici tu ne seras d'accord avec personne, on a compris que pour toi c'est hyper sacré l'amour tout ça...et ben pour la plupart d'entre nous, ça ne l'est pas. Ou pas de la même façon (quelqu'un peut avoir une façon de voir le sacré qui consisterait justement à le partager avec le plus de personnes possibles)..

J'ai peur qu'en lisant ton message le bouton "modérer" ne finisse par me démanger...
Je pense qu'on déjà pas trop mal cerné ton point de vue, on en a juste un autre.

Bon après si quelqu'un qui participe régulièrement au forum dit qu'il veut voir ton message là-dessus, ok.

Mais je sens déjà que pour moi, ça ne va pas le faire ! Donc ne l'écris surtout pas pour moi, en tout cas ! :)

#
Profil

LuLutine

le mardi 23 juillet 2013 à 02h28

Leolu
Je serais tout de même curieux de savoir comment une fusionnelle telle que toi a pu devenir polyamoureuse.

En fait c'est très simple.

Déjà, je pense que j'étais fusionnelle par conditionnement social (les exemples que j'avais autour de moi me montraient - du moins, avec la vision que je pouvais en avoir - des exemples de couples plutôt fusionnels, qui faisaient un maximum de choses ensemble ; je voyais donc la fusion comme un idéal à atteindre, en gros) ; je n'étais pas fusionnelle par réel besoin intrinsèque. Abandonner un conditionnement est sans doute un peu plus facile qu'abandonner la satisfaction d'un besoin qu'on aurait réellement au fond de nous.

D'autre part, quand j'ai accepté l'idée qu'il pouvait très bien voir des amis sans moi, aller se promener sans moi, boire un verre avec des collègues sans moi....ça ne s'est pas fait en un jour ni sans heurts, mais c'est un des éléments qui m'a fait accepter qu'il puisse voir une autre fille hors de ma présence, y compris pour une relation amoureuse. Pour moi toutes les activités étaient un peu "dans le même sac" : en effet qu'il aille voir des potes ou une autre amoureuse, je me suis dit un jour que le résultat était le même pour moi, à savoir qu'il n'était pas là et que je devais m'occuper autrement...ça peut paraître juste pragmatique comme ça et...ça l'est sans doute. Non ?

#
Profil

tsampa

le mardi 23 juillet 2013 à 06h52

LuLutine
Pour moi toutes les activités étaient un peu "dans le même sac" : en effet qu'il aille voir des potes ou une autre amoureuse, je me suis dit un jour que le résultat était le même pour moi, à savoir qu'il n'était pas là et que je devais m'occuper autrement...ça peut paraître juste pragmatique comme ça et...ça l'est sans doute. Non ?

(+) J'aime bien cette vision, c'est à mon avis une bonne première étape pour accepter la présence d'une autre. Abandonner les fantasmes et revenir à la réalité.
Ensuite il faut sûrement aller un peu plus loin si tu veux profiter de la compersion, parce que ton mec revient probablement différent d'une soirée avec une amoureuse ou d'une soirée bière-pizza-foot avec des potes. Mais je trouve que c'est une bonne première étape qui pourrait être appliquable à d'autres personnes dans la même situation.

#
Profil

bouquetfleuri

le mardi 23 juillet 2013 à 08h03

len
Globalement, ce n'est pas si simple, pour moi de faire l'amour à une femme.

Ça se travaille, au lieu de nous asséner des discours amphigouriques sur le sacré.
Il y a dans le sacré une dimension que l'on ne contrôle pas. Et bien dans le naturel aussi il y a une dimension que l'on ne contrôle pas, et vouloir dissocier absolument le sacré culturel du sacré naturel me paraît juste une vue de l'esprit, ou dans le pire des cas une barrière que l'on dresse pour s'empêcher de bien vivre.
Tous les poly-amoureux, tous ou peu s'en faut ont fait leur chemin vers l'abandon du fantasme de maîtrise, cette camisole intellectuelle qui filtre ce qui nous dépasse dans tous les domaines de la construction individuelle.
C'est toujours faisable, mais à un moment, il faut se mettre en route.

Je partage l'avis de LuLutine, et pourtant j'y suis immergé dans le sacré de l'amour. Je ne discuterai pas.

#
Profil

Anarchamory

le mardi 23 juillet 2013 à 08h26

Len : si ta chérie faisait seulement (ou plus souvent) avec d'autres personnes des choses (ni sexuelles ni "amoureuses") que tu aurais très envie de faire avec elle, est-ce que ça n'engendrerait pas un grand malaise chez toi ? Voire de la jalousie ? Et ce de façon supérieure à si elle avait des relations sexuelles ou "amoureuses" avec d'autres que toi tout en ne te négligeant pas sur cet aspect, a fortiori en te réservant la meilleure place à cet égard ?

#
Profil

Len

le mardi 23 juillet 2013 à 08h42

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion