Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Mécanismes et schémas monogames dans nos relations polys (monogamie résiduelle, monogamie vestigiale.…)

Monogamie
#
Profil

artichaut

le mardi 24 septembre 2019 à 14h05

@Lili-Lutine aime animer des discussions sur le thème «  Interroger nos schémas monogames dans nos relations polys ». Bien qu'ayant organisé des événements ensemble, je n'ai jamais pû participer à ces discussions. A défaut, j'ai eu envie d'ouvrir ce fil de discussion ici.

Quels sont donc ces mécanismes ou schémas monogames que l'on peut retrouver dans nos relations polys ?

Il m'arrive de galérer avec certaines choses dans mes relations polys, et souvent d'être confronté à la question : « Tiens est-ce que ce ne serait un reste de monogamie qui m'habite encore ? ». Par contre, quand plus tard j'essaie de me rappeler ce que c'était : impossible. Comme si mon cerveau effaçait au fur et à mesure ce qu'il n'assume pas d'avoir vécu/ressenti.
Comme d'une part j'ai envie d'assumer ce que j'ai pû être, et que d'autre part, ça me semble pouvoir servir à d'autres, j'ai eu envie de lister ce qui nous semble être des schémas monogames dans nos relations polys.

Alors si vous avez vécu des choses dans ce sens, ou si vous pensez à des choses, ça m'intéresse de les lire.


——————————————————————
Je précise que cette thématique avait notamment été abordé dans le fil « Pourquoi le Polyamour ne marche pas – pour moi – » (notamment à partir de ce message et les suivant).

@Siestacorta avait proposé les termes monogamie résiduelle ou monogamie vestigiale.

Et avait ajouté :

Siestacorta
j'insiste un peu sur "vestigial plutôt que résiduel".
Oué, je (re)fais mon péteux. :-D

Mais : vestigial, ça parle d'un truc vivant qui fait partie de l'ensemble du corps, qui peut aussi bien servir ou ne pas servir ; résiduel, c'est un truc qu'on a un peu l'idée que ça disparaitra et que ce sera tant mieux.
Vestige évoque par ailleurs un passé ancien, ce qui est adapté, résidu, il peut s'être déposé là ya cinq jour.

Source : opus citem

Aussi, enlevons une part de l'ambiguïté dogmatique que ces réflexions pourraient donner l'impression de prêter au polyamour (genre le polyamour serait LA bonne voie, et il faudrait se débarrasser de toute traces de monogamie dans nos relations) : au contraire, le but n'est pas tant de supprimer tout schéma monogame dans nos relations, que d'avoir conscience, que tel schéma puisse avoir des racines monogame (ou socialement construit) et donc pouvoir choisir en conscience de le conserver ou non. Et pour en avoir conscience, et bien : lister, recenser ce qui pour chacun·e de nous, nous semble monogame, ça peut aider.

(même si bien sûr on ne sera pas forcément d'accord, et que tel schéma peut paraître mono ou non selon les personnes)


____________
> Voir aussi le fil générqiue : Décortiquons la Monogamie, sept 2020.

#
Profil

artichaut

le mardi 24 septembre 2019 à 14h12

Autant que possible j'essaierai pour ma part, puisque ce thème parsème le forum, de citer les sources quand je les trouve.

Commençons par un classique …et pour le coup je m'autocite (même si quelqu'un·e d'autre l'a forcément dit avant moi). Citation retrouvée dans la discussion sus-citée :

artichaut
La modalité "relation principale et relations secondaires" peut être une manière de ne pas quitter les préceptes monogames.

Source : #

#
Profil

Lili-Lutine

le mardi 24 septembre 2019 à 14h17

Autres sources que j'aime beaucoup, et qui font partie des supports pour mes groupes de paroles sur ce sujet (+)

ici: Pensée monogame, terreur polyamoureuse. Brigitte Vasallo

et là : Les mythes du polyamour romantique de Mosca Cojonera

Message modifié par son auteur il y a un an.

#
Profil

artichaut

le mardi 24 septembre 2019 à 14h20

Autre auto-citation (retrouvée avec le mot clef "résiduel")

artichaut
je m'interroge aussi à l'attirance/fascination exercé par le dominant sur le dominé.
Par ex. dans un cadre hétérocentré et phallocentré (un exemple au hasard, hein !) je m'interroge ces temps-ci sur la part d'attirance/fascination résiduelle* (et structurelle) chez les personnes assignées femme, dans toute (?) relation hétéro ? Et comment ne pas sans cesse s'enfermer dans les même schémas sclérosants, sans pour autant s'empêcher ou culpabiliser de vivre des relations hétéro-cis…

Source : #

Et en effet la dimension hétérosexuelle est clairement liée à la monogamie (ou au patriarcat si l'on préfère).


— ne vous sentez pas obligé de sourcer, comme je tente de le faire, vous pouvez juste balancer des idées —

#
Profil

artichaut

le mardi 24 septembre 2019 à 14h26

Et je te cite @Lili-Lutine

Lili-Lutine
La symétrie, pour moi, c’est comme rechercher l’égalité dans nos relations, que l’autre soit autant que possible aux même endroit que nous (un peu comme avec l’escalator relationnel) sur tous les plans et ici dans mon propos même sur un plan affectif...

Alors que je suis convaincue que nos relations poly nous offrent cette chance inouïe, d’enfin pouvoir, penser et vivre nos relations poly avec une asymétrie qui n’empêche pas l’équité !

(…)
Alors oui peut-être, pouvons nous, chacun.e et ensemble ici, commencer d’essayer de déconstruire cette idée, et/ou, ce besoin, de recherche de symétrie dans nos relations ? (Cette idée ou pensée, qui pour moi je vous le rappel, ne nous appartient pas individuellement, et qui de mon point de vue, est juste une construction sociétale et patriarcale)

Source : #

Ça me parle cette idée que cette idée de symétrie (ou d'égalité, au contraire de l'équité) puisse être une construction sociétale et patriarcale.

(Il faut dire qu'en France, l'égalité fait partie d'une de nos trois valeurs nationales : "liberté, égalité, fraternité")

#
Profil

artichaut

le lundi 07 octobre 2019 à 17h09

…et hop un café-poly sur ce thème (voir le compte-rendu de ce café poly, avec des scénarios écrits pour l'occasion.).

et merci à @Lili-Lutine d'avoir sourcé l'origine de ce thème.

#
Profil

artichaut

le lundi 13 janvier 2020 à 03h57

les Fesses de la crémière
A force de vénérer l’engagement monogame et de honnir l’adultère, notre culture nous a programmés pour traiter l’amant-e comme de la merde. Même quand on est en couple libre voire polyamoureux, nos vieux réflexes exclusifs ressurgissent — et nos partenaires non-principaux s’en prennent plein la figure.

Source : L’amant-e n’est ni une chose ni une variable d’ajustement (texte)

(cité par @Mark ici)

#
Profil

artichaut

le mardi 14 janvier 2020 à 01h11

J'ai écris ici :

artichaut
Penser la question du temps (quantité de temps passé avec l'autre, qui en cas d'enfant peut être conséquent, surtout au début) comme LA valeur me paraît profondément monogame.
Idem pour la conjugalité.
On dirait que pour beaucoup "hiérarchiser" ça veut dire assumer de passer +de temps avec tel ou telle (ou habiter avec tel ou telle, ce qui revient au même).

et @bidibidibidi de me demander :

bidibidibidi
Je ne te suis pas. Pourquoi monogame ?

Alors je développe.

J'entends beaucoup en cafés poly (surtout de la part de néo-poly, mais pas que) :
- le problème majeur c'est la question du temps (enfin quand on ne me sort pas la celui de la jalousie)
- mais comment faites-vous pour gérer vos relations ?
- plus de 3 relations, ce n'est pas possible, tu ne peux consacrer le temps nécessaire à chacune
- etc
Et pourtant…

J'ai le sentiment, que sans pour autant négliger ses relations, le nombre ne dit rien de la qualité et l'intensité et l'importance de chacune.

Qu'une "vraie" relation (ou une relation importante, ou même hiérarchique) serait une relation a laquelle on consacre beaucoup de temps me semble tout à la fois absurde et monogame.

Car la monogamie dit ça : « consacre la majeur partie de ton temps à une seule personne, dédie lui ta vie, passe tes vacances avec elle, fête les anniversaires, passe du temps avec ta belle-famille, etc etc »
Alors oui, la multi-monogamie serait ça multiplié par le nombre de relations. Et oui avoir +de 3 relations monos en même temps ça eviens quasi impossible à gérer.

Mais encore une fois ça ne dit rien de ce qu'y réellement se vit. Et ça me semble juste répondre à des injonctions sociétales et des normes sur ce qu'on devrait ressentir dans tel ou tel cas.
Et je ne vois vraiment pas en quoi passer beaucoup de temps avec quelqu'un dit quoique ce soit de la qualité des moments passés. Même souvent je dirais que c'est le contraire.
Plus il y a de temps, plus la qualité est dilué.
Moins il y en a, +ça oblige à redoubler d'intensité pur profiter de chaque instant.

Et je parle de temps aussi bien sur la régularité d'une relation (pourquoi une fois par semaine serait forcément mieux que se voir tous les 2 ans ?) que sur sa durée (pourquoi une relation de 10 ans serait forcément mieux qu'une relation de 2 ans ?).

Idem pour la conjugalité. Pourquoi une relation avec qui t'habite serait forcément mieux qu'une relation avec qui t'habite pas ? La conjugalité n'est-elle pas au contraire le meilleur moyen de pourrir une relation amoureuse ? (cf ar exemple La Non-demande en Mariage de Georges Brassens).

Et disant cela je ne dis pas qu'il faut se contenter de demi-relations. Mais bien qu'il est possible de revaloriser et ré-intensifier toutes nos relations.


Moi-même je suis pétris de ces idées que je qualifie de mono. Et je valorise plutôt les longues relations, qui s'établissent sur la durée, qui prennent le temps de se construire lentement, etc. Et je pense qu'il y a quelque chose de "mono" là-dedans.
Ou qu'en tout cas la monogamie à privatisé ces notions là. Et que les réinventer sans la monogamie, n'est pas une mince affaire. Et que, sans doute a-minima, ça passe par les déconstruire, les rejeter au moins un temps, explorer d'autres choses, valoriser ces autres choses, etc.

Nommer un schéma mono ce n'est pas forcément rejeter pour toujours les notions contenues dans ce schéma et que la monogamie a privatisé.

Il y a du chemin pour que nos choix deviennent de vrais choix indépendamment des injonctions monogames, comme d'éventuelles néo-injonctions anti-monogamie.

#
Profil

Ellea

le mardi 14 janvier 2020 à 10h24

Artichaut je suis d'accord avec ton passage sur la qualité des moments, c'est ce que j'expliquais à mon mari qui ne voit sa metamour que quelques heures une fois par semaine en moyenne , ce sont des rencontres de qualité hors temps, hors quotidien, hors obligations routinières.. (désolée je ne maîtrise pas encore les liens et copier coller les citations..)

Message modifié par son auteur il y a 11 mois.

#
Profil

Polyamour.info

le mardi 14 janvier 2020 à 10h40

@Ellea, n'hésites pas à consulter, si besoin, le mode d'emploi du site

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 14 janvier 2020 à 10h58

Pour moi, cette question du temps est plus complexe que ça. Et elle n'est pas reliée qu'aux relations monogames (on parle par exemple d'un ami de 20 ans).
Le temps reste un indicateur positif de relation, quoi qu'on en dise. Les relations non satisfaisantes ne durent pas. Et le temps passé ensemble a un impact positif sur une relation. Maintenant, il n'est pas le seul indicateur possible. Donc une question serait : Comment déterminer la satisfaction retirée d'une relation autrement qu'en se basant sur le temps passé ensemble ou l'âge de celle-ci ? Ca me paraît difficile d'y répondre, mais peut-être as-tu une réponse ?

#
Profil

artichaut

le mardi 14 janvier 2020 à 13h40

bidibidibidi
Les relations non satisfaisantes ne durent pas.

Malheureusement si.

bidibidibidi
Et le temps passé ensemble a un impact positif sur une relation.

Moi je dirais : parfois positif, parfois négatif.

bidibidibidi
Comment déterminer la satisfaction retirée d'une relation autrement qu'en se basant sur le temps passé ensemble ou l'âge de celle-ci ? Ca me paraît difficile d'y répondre, mais peut-être as-tu une réponse ?

Pas de réponse toute faite. Mais je dirais que la question est justement passionnante et a explorer.

Ellea
c'est ce que j'expliquais à mon mari

Par contre, je dirais que seules les personnes concernées peuvent décider pour elles-même si le temps passé est du temps de qualité.
Mais je comprends Ellea que tu lui dises ça. Car oui c'est hors quotidien, hors obligations routinières. Donc je conçois que l'entendre dire que c'est peu, puisse être rageant.

"quelques heures une fois par semaine", moi ça semble déjà beaucoup et je dirais que ça me semble correspondre à une "dynamique monogame" ("monogame" n'est peut-être pas le bon terme, mais en tout cas à une dynamique normée)

#
Profil

bidibidibidi

le mardi 14 janvier 2020 à 14h36

artichaut
Malheureusement si.

bidibidibidi
Et le temps passé ensemble a un impact positif sur une relation.

Moi je dirais : parfois positif, parfois négatif.

Tu es négatif :-)

artichaut
Pas de réponse toute faite. Mais je dirais que la question est justement passionnante et a explorer.

Et bien, posons là !
Pourquoi ne pas créer un sujet là-dessus ?

Message modifié par son auteur il y a 11 mois.

#
Profil

artichaut

le mardi 14 janvier 2020 à 15h38

bidibidibidi
Tu es négatif :-)

Oui (parfois).

bidibidibidi Et bien, posons là !
Pourquoi ne pas créer un sujet là-dessus ?

Oui.

#
Profil

artichaut

le vendredi 17 juillet 2020 à 12h44

Je signale ce fil « Difficultés chez les polyamoureux de longue date » où sont nommés plusieurs schémas monogames.

Peut-être je prendrai le temps de les lister. Mais si qq veut le faire avant moi… welcome.

#
Profil

bodhicitta

le vendredi 17 juillet 2020 à 20h48

En en revenant au thème, les empreintes de la monogamie... Je pense que ça dépend aussi de notre état d'esprit du moment, de mise en place de la relation... Inconsciemment, p t être qu'on laisse une ouverture (voir sensibilité, besoin) à ce côté d'attachement...

#
Profil

artichaut

le samedi 18 juillet 2020 à 01h15

bodhicitta
Inconsciemment, p t être qu'on laisse une ouverture (voir sensibilité, besoin) à ce côté d'attachement...

Si tu veux bien développer un peu, ça m'intéresse…

#
Profil

artichaut

le lundi 14 septembre 2020 à 10h22

voir : Les termes "Kitchen-table-poly" et "Parallel-poly". Quid de ces termes ?

je me demande si le "Parallel-poly" ne serait pas finalement juste un schéma monogame dans nos relations dites « poly ».

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion