Polyamour.info

Minora

Minora

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Trouple / de l'art de dormir ensemble

Profil

Minora

le lundi 10 février 2020 à 21h07

Alors déjà que j'ai du mal à dormir à 2
Trois... ouaouuu :)

Voir dans le contexte

Discussion : La relation poly hiérarchisée : une structure soumise à fortes tensions

Profil

Minora

le mardi 07 janvier 2020 à 17h39

Alors là, je suis entièrement d'accord avec toi! A mon sens ce sont les relations amoureuses qui sont compliquées, quelle que soit la forme de la relation.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Premier polyamour

Profil

Minora

le mardi 17 décembre 2019 à 19h19

Je suis d'accord avec Diomedea, je trouve que c'est une très jolie histoire qui se construit.

Voir dans le contexte

Discussion : En questionnement sur la relation de couple quand on est polyamoureux

Profil

Minora

le mardi 26 novembre 2019 à 09h22

Tu sais, je suis la mono de mon couple et nous ne vivons pas ensemble, n'avons pas de projet d'enfant, évidemment pas non plus de mariage ni même de PACS. Et c'est autant mon souhait que le sien. Et s'il était mono lui aussi je ne voudrais pas d'une autre forme de relation pour autant. Et pourtant, je pense réellement que nous sommes un couple. Mais après tout peu importe les mots non?
Clairement le fait que lui veuille des enfants et plus toi est l'élément le plus problématique mais si lui construit une famille avec enfants de son côté cela résoudra la difficulté. Comment le prendrais-tu au fond de toi?

Voir dans le contexte

Discussion : Comment en parler à mon mari?

Profil

Minora

le samedi 05 octobre 2019 à 18h27

Aiemama
Si c’etait si simple... ceux qui trompent sont les méchants, on dirait mon fils de 10 ans.

Le cœur est bien assez grand pour aimer plusieurs personnes on ne le dira jamais assez. Dans le respect de son partenaire de vie et l'écoute. Mais lorsque l’autre demande le silence, est complètement sourd et muet quand vous abordez le sujet : à la façon d’un DRH face à une demande d’augmentation et bien il faut avancer. On n’a pas le droit de blâmer quelqu’un qui veut juste aimer, grandir, sans faire de mal. Comment faire quand l’autre a des bouchons dans les oreilles et de la merde dans les yeux... et puis il y a les enfants, eux n’ont rien demandé mais est-ce pour cela que l’on doit prendre le risque de tout détruire. On peut tout avoir, tout si l’on est honnête et sincère envers... soi-même.

A quel moment il est dit que son mari refuse de voir et d'entendre? Il semble avoir au contraire manifester une ouverture non négligeable, qui mériterait d'être approfondie.

Ce qui me fatigue de mon côté c'est de voir des messages comme ça où, à coup de moi moi moi, ma liberté a moi, ma connaissance approfondie de moi, ma bonne entente de moi avec moi moi moi moi...

Au final y en a un des deux qu'a pas son mot à dire et qui, en plus et je trouve ça un peu fort est un peu systématiquement l'emmerdeur, l'empêcheur de tourner en rond autour de soi soi soi soi alors que bien souvent il n'est même pas au courant. Elles sont où l'honnêteté et la sincérité là-dedans?

Bref, quand l'étendard absolu de la liberté vient écraser sans le moindre scrupule le respect de l'autre.
Et qu'on ne vienne pas me répondre que son mari ne la respecte pas elle en ne la laissant pas être libre d'être elle ( moi moi moi moi) puisque de toute évidence il n'a pas le possibilité de donner son avis puisque tout semble se passer dans son dos.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 17h06

Minora


Cela dit, je tends le bâton, il devait avoir lui-même vécu une séparation difficile et sortait tout à fait du cadre de neutralité que l'on peut attendre d'un professionnel. Il était tout à fait persuadé que l'homme se faisait toujours avoir dans ce cadre

En plein dans la norme ET les clichés sexistes.

;)

Ben en fait je pensais que ce passage expliquait bien qu'il ne s'était pas comporter comme un professionnel en sortant du cadre de la psychothérapie pour retranscrite sa vision personnelle d'homme et pas de psy et qu'en plus il s'agissait d'un discours orienté et jugeant.
Mais peut-être n'etais-je pas clair. Dans ce cas je suis désolée de t'avoir induite en erreur.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 16h46

bonheur
@Minora : le simple fait qu'il fasse un parallèle à sa vie personnelle, montre ce que tu décris fort bien. Qu'il faut fuir et j'avais en effet du mal à concevoir de ta part que tu dises être allé chercher ce que tu escomptais auprès d'un tel professionnel. J'ai extrapolé, en effet, suivant ce que tu indiqué. Et oui, mon extrapolation n'était pas si idiote puisque ton attitude, non indiqué, en est le reflet. Après, fantasmagorique ou logique ? (avec les infos en ma connaissance, évidemment).

A fuir on est d'accord. Heureusement que j'ai trouvé quelqu'un ensuite capable de me ré-assurer dans ma capacité à ne pas faire porter a mes enfants ce qui ne les concernaient pas et à les ré-assurer eux-aussi que l'on peut a nouveau être heureux après une rupture familiale de ce type et que la famille perdure, bien que sous une forme différente (comme tu le dis souvent, que la vie est impermanence).

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 16h42

J'ai l'impression qu'on ne parle pas de la même chose. Oui la norme est et oui elle est sans doute utile. Je ne parle pas de s'en affranchir complètement (et je crois que le terme de "déconstruction" si souvent utilisé ici est une chimère dans bien des cas). Mais je crois aussi que si l'on considère qu'elle règle tout, absolument tout (ce qui me semble être illusoire), on n'est pas pour autant obligé d'adhérer à tout absolument tout.
Après si l'on est dans le domaine de la conviction profonde et pas juste dans l'incompréhension alors nous avons toi et moi des convictions différentes et ça non plus ça n'est pas grave.

Débattre d'éthique pourquoi pas, mais personnellement je préfère le faire autour d'un café ou d'une bière plutôt qu'autour d'un distributeur d'essence.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h56

bonheur


Après, ton psy était bon pour TOI parce qu'il abondait dans ton sens. Il ne t'a pas accompagné mais allait dans ton sens. Dans ton cas, ça t'a fait du bien de savoir que tu n'étais pas seule à souffrir. Toutefois, on en revient à ce que dit @bidi... Lui et toi sont les gens biens et ceux-celles qui sont à l'origine de la séparation-divorce sont les méchants mauvais.

Ce psy t'a-t-il indiqué que dans une séparation, les deux personnes ont leur propre part de responsabilités. Désolée @Psg, mais le lien est vraiment intéressant. Le méchant parent, c'est toujours l'autre dans ces cas là et ce simple (mauvais à mes yeux) constat autorise tout, juste pour que celui qui a le beau rôle, celui qui n'est pas en "faute" soit dans son bon droit et reconnu comme "subissant"

Sincèrement, je ne sais pas dans quoi tu es partie mais cette partie de ton message est très signifiante. Tu extrapoles de choses que je n'ai pas dites en un déroulé complètement fantasmagorique...

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h52

Ben en fait ce psy était absolument abominable et en 2 séances j'avais fuit donc non, il n'a certainement pas dit ce que je cherchais à entendre.
D'ailleurs je n'en attendais pas qu'il me dise ce qui est bien ou mal, si l'un des deux était plus en "faute" que l'autre, ça n'avait aucun intérêt pour moi. Je ne suis pas idiote, une relation c'est 2 personnes, une séparation c'est 2 personnes.
Je voulais juste ne pas rendre encore plus angoissant une rupture de vie qui, quoi qu'on en dise l'est déjà beaucoup pour des enfants qui subissent des décisions d'adultes.
La vie ça n'est pas tout noir ou tout blanc, il n'y a pas le Bien et le Mal et rien d'autre autour. Norme ou pas, nous vivons dans un entre-deux et il ne sert à rien à mon avis de tout voir via le prisme de la norme que cela soit pour l'en encenser ou au contraire la condamner.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h14

bidibidibidi
Je crois assez peu au concept d'ouverture d'esprit et de tolérance.

Souvent, le principe que la norme utilise pour conditionner les gens c'est d'user des notions de bien ou de mal. Aller voir ailleurs, c'est mal. Voler, c'est mal. Manger des légumes verts, c'est bien.

Si tu es conditionné, tu n'as pas conscience que beaucoup de ces messages ne font pas appel à une notion objective du bien et du mal, mais juste à une notion subjective (vis-à-vis de la norme) de ces mêmes notions. Et je pense pas qu'une personne puisse être suffisamment ouverte d'esprit pour encourager des comportements "mauvais" moralement à ses yeux.

Il faut un travail de déconstruction pour arrêter de considérer qu'aller voir ailleurs, c'est mal, que voler, c'est mal, etc...




Message modifié par son auteur il y a 20 minutes.

Je crois surtout que les choses ne sont pas aussi manichéennes. Il y a la norme et ce qui en sort. Les gens absolument et complètement raccord avec la norme sont rarissimes. Les gens entièrement en dehors également. Je crois fondamentalement que la plupart d'entre-nous est quelque part entre les deux.
Et moi je crois beaucoup à l'ouverture d'esprit et la tolérance. Je suis persuadée qu'ils sont en nous et que notre environnement familial, social, notre parcours de vie nous incite ou nous dissuade de les développer.

La norme n'est pas le grand méchant machin qui nous manipule tous et nous façonne sans aucune possibilité d'en sortir. La preuve avec le polyamour par exemple. Mais avec tant d'autres choses.

C'est à chacun de nous de choisir ce qui nous convient ou pas dans la norme. Le tout étant d'être prêt à assumer ces pas de côté.
Tu sais, je suis réellement profondément mono, pas par choix, mais c'est comme ça, je n'arrive pas à éprouver des sentiments amoureux pour plusieurs à la fois, ça ne fait pas de moi une ayatollah incapable de comprendre que pour d'autres c'est possible, que ce n'est pas grave, que c'est juste une autre différence qui fait la richesse des relations humaines.

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 15h05

bonheur

@Minora : une personne qui se sent en harmonie et en osmose avec la norme. A savoir qui s'y sent naturellement intégrée et qui n'en n'a pas subit de décalage via autrui… pourquoi aurait-il besoin d'un psy ?

Quand a-t-on besoin d'un psy ?

Le besoin d'aller voir un psy peut ne rien avoir à voir avec le rapport a la norme. On peut aller voir un psy à l'occasion de la perte d'un proche par exemple.

Je suis allée voir un psy lors de mon divorce par exemple, essentiellement pour trouver les mots et l'attitude la moins traumatisante pour mes enfants.
Cela dit, je tends le bâton, il devait avoir lui-même vécu une séparation difficile et sortait tout à fait du cadre de neutralité que l'on peut attendre d'un professionnel. Il était tout à fait persuadé que l'homme se faisait toujours avoir dans ce cadre
En plein dans la norme ET les clichés sexistes.
;)

Voir dans le contexte

Discussion : Questionnement poly-Différente

Profil

Minora

le mardi 01 octobre 2019 à 13h51

Le terme déconstruit devient vraiment un mot valise en plus. On (donc un psy aussi) peut tout à fait être dans la norme (au sens en accord avec elle) et pour autant être suffisamment ouvert d'esprit et tolérant pour admettre que l'on peut fonctionner et être heureux en dehors de cette norme.
C'est le travail que font la plupart des polyacceptants par exemple.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Minora

le lundi 30 septembre 2019 à 23h01

Je vis exactement la même chose! J'ai rencontré mon chéri sur un site de rencontre et lorsque l'on s'est rencontré j'ai failli faire demi-tour tant il ne correspondait pas physiquement à mes critères... résultat ça fait 4 ans qu'on se fréquente et jamais je n'avais éprouvé un tel désir pour quelqu'un. Le moindre de ses mouvements, simplement apercevoir une épaule... et je crève d'envie de lui

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Minora

le lundi 30 septembre 2019 à 21h35

Ben j'préfère nettement ça :D

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Minora

le lundi 30 septembre 2019 à 20h58

Pardon si j'ai mal lu. J'avoue ça me fichait un sacré coup de blues de me dire qu'on est forcément voué à la disparition du désir dans une relation longue... ;)

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Minora

le lundi 30 septembre 2019 à 20h09

cactus
As-tu visionné cette vidéo ?

https://youtu.be/HJ1zVPf9uWs

Je ne crois pas qu'on puisse faire revenir le désir en y travaillant, que le désir est qqchose qu'on puisse contrôler. Sais-tu dire pourquoi tu as envie de fraises? Pourquoi tu n'en as pas envie? Comment faire en sorte d'en avoir envie?

En revanche, la pression, l’injonction pour avoir du désir, la volonté de contrôle sur moi, ce sont des facteurs qui chez moi, à coup sur, font fuir le désir. Et je ne crois pas être la seule.

On peut travailler dans le couple pour retrouver une sexualité satisfaisante, pas celle des débuts certes mais rien n'est jamais acquis dans la vie quoi qu'il en soit, et tout a une fin... mais un désir spontané, je n'y crois pas trop.

Vous êtes un certain nombre ici à avoir développé ça, qu'une fois le désir éteint c'est définitif, fichu, pour toujours.
Je trouve ça effrayant comme vision de la vie en général et dans la vie d'un couple en particulier. Tellement de choses peuvent faire vaciller le désir. C'est déprimant de dire que ça ne peut pas revenir (spontanément en tout cas mais alors c'est antinomique avec le fait de dire qu'on ne peut pas y travailler non plus).
Enfin bref, je trouve ça un peu catégorique comme affirmation.

Voir dans le contexte

Discussion : Appel à témoins

Profil

Minora

le samedi 21 septembre 2019 à 13h37

Je suis très impressionnée par ta façon de gérer les choses. Je trouve ça extrêmement mature, responsable et intelligent. Franchement, quand je lis d'autres fils où sa propre liberté est instituée en valeur absolue, où le plus simple respect de l'autre et parfois même de soi disparaît purement et simplement au seul profit de l'assouvissement du plaisir immédiat, je trouve que ton approche fait beaucoup de bien à lire.

Après, je vais uniquement revenir sur certains des éléments que tu abordes, comme le fait de te retrouver seul. Le conseil selon lequel tu pourrais en profiter pour prendre du temps pour toi est souvent facile à donner et difficile à mettre en place, du moins au départ. D'abord parce que au départ justement on n'a pas choisi ces moments seuls et la solitude subie c'est très difficile à supporter. Ensuite parce que quand on vit en couple et encore plus en famille on a tendance à vivre en autarcie, à avoir un fonctionnement clanique ou l'individualité de chacun à tendance, dans l'univers familial à se dissoudre dans l'entité famille.

Quand j'ai divorcé de mon ex et que la garde alternée a été mise en place, tout ce temps libre pour moi a été extrêmement déstabilisant. Ca n'était pas désagréable mais, de fait, j'avais l'impression d'être en vacances un peu tout le temps. J'ai mis beaucoup de temps à intégrer ce nouveau rythme de vie. Mais c'est venu et la panique de se retrouver seule dans mon chez moi à moi et rien qu'à moi est devenu un vrai confort, un vrai plaisir. Au début, je suis sortie de façon tout à fait frénétique, ça m'a permis de récupérer une vraie vie sociale, puis, sevrée de sorties (amis, amants) j'ai pris l'habitude de passer du temps avec moi-même. J'ai réappris à vivre avec moi-même et surtout à y prendre du plaisir. Ca ne s'est pas fait rapidement ni même naturellement.

Dans ton cas l'imaginaire lié à ce que ta femme vivra ou pas sans toi, peut rendre encore plus difficile de prendre du plaisir à te retrouver seul mais ça reste une formidable opportunité de te retrouver. Peut-être peux-tu dans un premier temps t'assourdir de sorties, d'activités histoire de ne pas te laisser le temps de penser à ce que vit ta femme pendant ce temps là. Le temps passera plus vite et le temps que tu y penses elle sera revenue. Si tu la vois revenir heureuse et que ses retours sont synonymes pour vous de retrouvailles heureuses alors tu seras plus détendue lors de ses départs suivant, qui seront moins marqués par le risque de la perdre. Et alors, je suis à peu près certaine que tu pourras commencer à prendre vraiment du plaisir à te retrouver toi, avec ou sans autre.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : NRE et dépression de sa conjointe : comment ne pas se frustrer sans blesser ?

Profil

Minora

le samedi 21 septembre 2019 à 13h18

Je suis assez d'accord avec HeavenlyCreature. Ca fait quand même un peu " de toute façon je ferai comme je veux mais comme j'assume pas trop parce que je me rend bien compte que c'est limite, j'attend qu'on me dise "mais non t'a bien raison de faire comme ça, regarde en plus elle, elle s'en fout de toi"

C'est jamais simple de passer pour l'égoïste immature mais à un moment, quand on est adulte, on fait des choix.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment aider mon amoureux à accepter le polyamour...?!

Profil

Minora

le jeudi 12 septembre 2019 à 21h04

Minora
Sincèrement, avec autant de certitudes toutes faites et de clichés, faut pas s'étonner d'avoir du mal à faire des rencontres.

Et ben voilà Heavenlycreature, on est d'accord. Il sait mieux que les femmes c'est évident et puis on est qui d'abord pour venir exposer un avis divergent?

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion