Polyamour.info

HeavenlyCreature

HeavenlyCreature

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Comment en parler à mon mari?

Profil

HeavenlyCreature

le mardi 08 octobre 2019 à 20h59

Je dis ça de manière très hypothétique car pour ma part, je suis bien incapable de tromper. C'est pas une question de morale hein, c'est juste que je suis pas câblée pour ça. Je suis du genre à culpabiliser des jours et des jours pour un mot placé de travers en soirée (auquel personne n'a prêté attention bien sûr, à part moi) et si qqun d'autre que mon chéri me plaît, c'est écrit sur ma tronche (j'ai une tête d'imbécile heureuse donc impossible de passer à trav, même si je le voulais.. !).
Mais pour en revenir à nos oignons : faut il ou non avouer le passé si on a décidé de changer ? Pas si sûre. J'ai déjà conseillé à un pote de ne pas dire à sa femme qu'il l'avait trompée, ça lui aurait fait trop de mal alors que le couple allait plutôt bien à ce moment là.

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Vivre sans amour

Profil

HeavenlyCreature

le mardi 08 octobre 2019 à 15h34

Je pense qu'on est tous différents, je fais aussi partie de ceux qui ont de gros besoins affectifs : petite fille, j'étais une vraie machine à câlins mais j'ai été très vite contrariée (famille sans aucune démonstration affective passé l'âge de 6-7ans) ce qui a fait de moi une adolescente, puis une adulte particulièrement froide et distante : hors relations amoureuse, je ne supportais pas de toucher et d'être touchée, le corps de l'autre me répugnait. Fort heureusement, je n'ai pas reproduit sur mes enfants avec lesquels je suis très affectueuse.

Depuis 2 ans environ, je me suis réconciliée avec cette part "tendre" en moi et je suis (re)devenue qqun de très tactile, avec les collègues, les amis, bref l'entourage en général, hommes comme femmes (à l'exception de ceux qui n'aiment pas ça, je fais attention car je suis bien placée pour savoir que ça peut agresser certains). Ça me vaut parfois de passer pour une allumeuse, car malheureusement les gens mélangent tout ... Actuellement, j'ai un amoureux que je couvre de bisous (et qui me le rend bien) mais je partage tellement d'affection et de sensualité par ailleurs que je ne me sens pas non plus frustrée sans amoureux. De même, je ne pense pas faire peser sur lui un quelconque "besoin", car je me sens aujourd'hui entière. Mais quand le besoin d'affection devient envahissant (pour soi/pour les autres) je pense qu'un travail thérapeutique peut être intéressant, car cela vient souvent révéler un manque affectif dont l'origine se situe dans l'enfance.

Voir dans le contexte

Discussion : Comment en parler à mon mari?

Profil

HeavenlyCreature

le mardi 08 octobre 2019 à 14h39

Bonjour Emmanuelle,
Si j'ai bien compris, tu hésites entre 3 possibilités :
1) maintenir cette situation : tu trompes ton mari, il n'est au courant de rien et donc ne souffre pas. Tu es libre de ton côté de vivre pleinement tes romances, sans limites ni compte à rendre. Visiblement, cette situation ne te convient plus. Tu hésites donc entre :
2) tout avouer à ton mari pour repartir sur des bases saines. Le risque étant de lui faire énormément de peine (voire même de le perdre). Quoi qu'il en soit cet aveu rendra difficile le passage d'un couple mono (ou ouvert sexuellement) à un couple poly.. Mais cette option a le mérite de privilégier l'honnêteté.
3) occulter ce qui a pu se passer pour lui faire par de ton besoin d'aimer au pluriel (pas que du sexe) et de pouvoir partager cela avec lui (pas de mensonge).
Ça pose la question suivante : toute vérité est-elle bonne à dire/à entendre ? Et à qui cela profite-t-il ?
Moi j'aurais sans doute tendance à choisir la 3ème option, sachant que ça implique de prendre en compte et de respecter son cheminement (et donc de perdre les avantages de la 1ère option).

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 22h51

cactus
J'évolue dans un milieu pro où je suis entourée de pas mal de "beaux mecs". Je constate avec l'expérience que la part durable de mes attirances - donc une fois passée la première impression liée au physique - mon désir pour telle ou telle personne n'ont presque RIEN à voir avec le physique, d'autant plus s'il colle aux standards insipides qu'on nous sert à longueur de journée.

Ce n'est pas le physique qui éveille mon désir : ce qui me fait désirer qq, c'est sa façon d'être, son mental, son essence, sa "beauté intérieure", son degré de connexion avec moi, la résonance que j'y trouve, parfois son mystère...

Je plussoie!
Le mec avec qui je suis actuellement, je me serais jms retournée dans la rue sur lui (physiquement et vestimentaire, pas mon style du tout). Pourtant, j'en suis complètement dingue (je le trouve magnifique) et l'attraction qu'il y a entre nous est juste incroyable ! Il y a qques mois, je suis sortie avec un mec objectivement très très beau (si on se base sur les standards de beauté actuels, j'entends) : jeune, grand, athlétique, visage harmonieux, le genre beau brun ténébreux après lequel toutes les nanas courent... Ben passé le crush du début, ça n'a jms collé physiquement entre nous.. Y avait pas le truc.

L'attirance ça va bien au delà du physique et même de la connexion psychique entre 2 personnes. Ça s'explique pas, c'est chimique : ça va être une juxtaposition de plein de petites choses auxquelles on prête pas forcément attention en tant qu'être humain "formatés" par les standards de beauté : une odeur, une texture de peau, le timbre de voix, une manière de se mouvoir, de te toucher, etc. D'ailleurs, y a une expression qui me parle vraiment bien, c'est : "avoir qqun dans la peau". Sur le papier, ya pas tellement de cases cochées pour expliquer objectivement ce qui me plaît chez mon copain, et pourtant j'ai jms ressenti autant de désir pour qqun.

Désolée Gsync, ça doit pas bcp t'avancer. Mais comme ça a été dit plus haut, comprendre que ça n'a rien à voir avec ton caractère "baisable" devrait te rassurer. J'ai desiré mon ex comme une folle jusqu'à qu'un jour "pouf !", plus rien. Ça n'avait rien avoir avec lui (il avait même plutôt tendance à embellir avec les années), juste, je ne le voyais plus comme un partenaire sexuel.

Alors après reviendra, reviendra pas ? Ça, personne ici pourra te le dire de même que personne ne pourra te donner une baguette magique pour régler le problème. Le seul conseil que je puisse donner, c'est de vous faire aider par un thérapeute (sexo ou psycho) dans la mesure où ça génère de la souffrance dans votre couple.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 17h40

Ben le cœur a ses raisons que la raison ignore ;) ça montre au moins que ta copine n'est pas superficielle et que l'aspect attractif de qqun ne se limite ni à son âge, ni à son poids.Tu ne peux pas juger la légitimité de cette attirance, mais en revanche tu peux travailler sur ce qui bloque dans votre couple. Peut-être que de chercher à comprendre ce qui l'attire chez cet homme, sans préjugés, t'aidera à comprendre ce qu'elle ne trouve pas /plus dans votre relation. Quoi qu'il en soit je compatis.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut on vraiment parler de polyamour dans cette situation ?

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 17h26

bonheur
Nos garçons ont 23 et 21 ans. J'espère qu'ils ne se comportent pas ainsi ! L'âge mental et l'âge de notre date de naissance peuvent différer.

Je crois aussi qu'il était dans la transgression et le savait parfaitement. Et puis, avant d'utiliser un vocabulaire, on se renseigne. Ce n'est pas comme si la possibilité d'en savoir plus n'existait pas ou était difficilement accessible.

J'avoue que ce n'est pas la première fois que des personnes se présentent comme poly pour signifier "je fais ce que je veux, quand je veux, comme je veux, je suis libre", alors que le polyamour amène à un petit plus de réflexion, de développement, à la fois de soi, à la fois sur ce qu'est aimer (quelqu'en soit la compréhension). Le polyamour n'est pas simple et surtout basé sur la concertation, la communication.

Alors là je suis totalement d'accord avec toi ! Ce que je veux dire, c'est qu'autant ce type de comportement est tolérable à 20 ans, autant à 40 ans passés, c'est vraiment bof.. Puis je suis tjs hallucinée de tous ces gens qui "décrétent" le polyamour dans leur couple, pour finalement laisser à leur partenaire la charge mentale de se renseigner et de trouver seul.e leur équilibre. C'est tout sauf du polyamour, je suis d'accord

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Responsabilités du mono dans une relation poly

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 13h50

Dans la mesure où il ne la voit que 2 fois par an, je dirais que la technique des 5 semaines de protection en attendant de faire un test me semble correcte et pas trop contraignante. C'est ce que je fais en cas d'accident de capote en dehors de mon couple principal. Peu importe que le mec me dise "je suis clean ça risque rien", il est hors de question que je fasse prendre le moindre risque à mon copain.
Pour moi c'est du bon sens.

Mtnt, que ton copain et sa meuf veuillent ne pas utiliser de capotes ça, je comprends totalement.. Mais dans ce cas qu'ils prennent leurs responsabilités et ne cherchent pas à t'imposer quoi que ce soit.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut on vraiment parler de polyamour dans cette situation ?

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 13h20

Bof, c'est pas très élégant...
Mtnt, une vie de couple est jonchée de truc pas élégants, aussi, seule toi peux savoir si c'est surmontable ou pas, en fonction des valeurs qui comptent pour toi et de l'amour que tu as pour lui.

T'as l'air d'être une meuf bien dans sa peau, indépendante et plutôt au clair avec ce qu'elle veut. Tu tombes sur un mec pas très fini, que tu dois sans cesse rassurer et là, il te fait ça... Sympa. Que tu aies dû lui tirer les vers du nez quand il a été pris la main dans le sac, c'est pas franchement une preuve d'honnête et de maturité (ça prouve surtout qu'il savait qu'il était dans la transgression, mais que ça l'a pas empêcher de le faire. Grand respect quoi). Si tu veux mon avis, t'es pas tombée sur une flèche.. Le gars a quand même 43 ans et il se comporte comme un gamin de 20 ans. Bof !

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut on vraiment parler de polyamour dans cette situation ?

Profil

HeavenlyCreature

le samedi 28 septembre 2019 à 13h46

C'est pas LUI qui a fait une tête de 3 m de long?

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

HeavenlyCreature

le vendredi 27 septembre 2019 à 09h56

artichaut
ah bah tu vois, que t'as compris !

Et alors, toi qui connaît ça, c'est quoi la solution pour s'ouvrir à l'autre, ne plus avoir peur de dire je t'aime, de le penser et/ou de l'entendre ?

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

HeavenlyCreature

le jeudi 26 septembre 2019 à 19h57

Mais quand même, oui, je vois bien le lien dans mon cas. Depuis mes 17 ans peut-être, je n'ai pas conclu avec un mec sans avoir bu avant (je parle pas d'être complétément bourrée mais boire juste assez pour être déhiniber, ça craint qd même). Boire et être dans un contexte festif, ça me donne du courage ! Je sais pas faire autrement, je serais bien incapable de faire le 1er pas autrement, pudeur et peur de l'échec oblige.. v.v' )

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

HeavenlyCreature

le jeudi 26 septembre 2019 à 19h50

artichaut
Merci pour ce parallèle. Je ne me l'étais jamais dit comme ça !

Et l'on comprends mieux le lien entre les deux. Que l'un mène (un peu trop souvent) à l'autre (ou soit "nécessaire" pour en arriver là).

En fait les gens qui boivent, c'est des gens qui voudraient faire du sexe… (??) (ou !!)
—désolé pour la généralisation / j'aime bien ce genre de raisonnement absurde —

Oh oh .. J'ai rien compris ^^'

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

HeavenlyCreature

le jeudi 26 septembre 2019 à 19h19

artichaut
et par contre ce que je n'aime pas c'est justement ça :

Si on ne me le dit pas dans la vie, je n'aime pas du tout qu'on me le dise au pieu.

Pour moi c'est comme si c'était pas sincère. Comme si ça échappait, dans un moment d'extase ou d'état de conscience modifiée (orgasme ou autre).

Je comprends ton raisonnement, mais dans mon cas c'est totalement différent. Mon copain et moi on s'aime très fort mais on est hyper pudiques sur nos sentiments (lui il est un peu comme toi avant, quoi qu'il a déjà vachement changé, il s'est ouvert de ouf : le jour et la nuit, bref !). Du coup, le sexe, c'est un peu comme l'alcool, on tombe les barrières. Ya un côté déshinibant. Je me verrai pas lui dire "je t'aime" en dehors de ce contexte, ça serait très mal-aisant pour lui comme pour moi.

Sinon mtnt que j'y pense je dis même pas "je t'aime" mais "je t'aime tellement..."

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le mardi 24 septembre 2019 à 09h22

Ouais faut faire attention, pcq tu peux rendre un truc passager, chronique.
Avec mon ex ça a été ça : durant ma grossesse puis les mois qui ont suivi je n'avais plus de libido. Lui, c'est qqun qui a de gros besoins. Il m'a mis une pression de dingue et résultats des courses : elle n'est jms réapparue (10 ans de misère sexuelle pour lui comme pour moi). Bon, bien sûr ya d'autres facteurs, mais quand même, ça a BCP joué dans la perte de désir.
Depuis à peu près 3 semaines, il s'est séparé de sa meuf et il est carrément en chien. Ça fait plusieurs fois qu'il me raconte en plaisantant qu'il a rêvé qu'on baisait. J'ai trouvé ça drôle les 1ères fois (on a pas de tabou et moi même ça peut m'arriver, mais j'y mets pas de sens) mais la dernière fois je me suis énervée en lui demandant de garder ça pour lui : ça m'avait véritablement agressée. Faut dire qu'après notre séparation (il est resté 1 an 1/2 avec sa copine), j'ai ressenti une véritable libération de ne plus être l'objet de son désir... Pcq un désir non réciproque (ou même asymétrique), ça peut aussi être très pénible pour celui qui le subit (et là, je parle même pas de la culpabilité) :(

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Des attentes implicites, réelles ou interprétées

Profil

HeavenlyCreature

le mardi 24 septembre 2019 à 09h04

Merci d'avoir fait remonter ce poste, qui me parle bcp. En particulier la distinction assymétrie/non-réciprocité. Je m'en vais de ce pas corriger un poste (+)

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 23 septembre 2019 à 21h22

Mark
S'il y a un.e sexologue dans la salle, je suis preneur d'un avis éclairé.




Message modifié par son auteur il y a 30 minutes.

Haha pareil (+)
On aura ptet un prix de groupe ;)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 23 septembre 2019 à 21h05

Je dis régulièrement je t'aime à mon ex et à mes enfants, quelques fois à mes amis, mais par contre c'est trèèèèès rare que je le dise à mon amoureux : en 1 an et demi ça a dû arriver à peine 3-4 fois ! Faut dire que mon 1er "je t'aime" au bout de 7 mois de relation a été gratifié d'un "c'est cool" (j'attendais pas spécialement de réponse, mais certainement pas ça..!). À l'époque, mon amour était simplement pas réciproque (ou plutôt assymétrique pour reprendre l'expression de Lulutine dans un autre poste). Ça a été un déclencheur, je l'ai quitté les semaines suivantes..

Son 1er "je t'aime" à lui est arrivé après qu'on se soit remis ensemble : on était en train de discuter et il m'a dit "moi aussi je t'aime" sans que je lui ai dit quoi que ce soit. C'était comme s'il répondait à mon je t'aime prononcé... 9 mois plus tôt ! C'était un sacré truc !

Mais c'est pas devenu une habitude pour autant entre nous... De temps en temps j'ai un "je t'aime" ou un "je t'adore" qui m'échappe (typiquement pdt ou après l'amour) auquel il me répond "je t'aime aussi" en me serrant dans ces bras très fort.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 23 septembre 2019 à 20h26

Et le sexologue au passage il est pas là pour "réveiller" sa sexualité à elle mais vous aider à comprendre ou ça résiste et comment mettre en place un autre scénario où tu n'es plus en demande permanente (pcq ça c'est rédhibitoire)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 23 septembre 2019 à 20h16

Oui voilà, pas un psy mais un sexologue, c'était l'idée. Pcq c'est ptet pas définitif cette panne de désir vis à vis de Gsync, et si ça le fait souffrir (à juste titre je trouve) ben ça vaut ptet le coup d'essayer de voir où ça bloque. Mtnt si elle, elle a plus du tout envie ni même l'envie d'avoir envie, elle a le droit, mais par contre faut être hyper clair pour que lui puisse se positionner par rapport à ça : faire avec (ou plutôt sans), aller voir ailleurs et/ou arrêter.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 23 septembre 2019 à 00h24

Bidi, je crois pas que tu puisses limiter la souffrance de Gsync à une question d'ego... Ya sans doute de ça mais pas que... Et selon moi, l'absence de sexualité dans le couple peut légitimement justifier une séparation, si la personne en souffre trop.
Gsync, avoir envie ou pas de l'autre, c'est malheureusement (ou heureusement !) pas une question "d'efforts".Si la situation t'es réellement insupportable, pkoi ne pas envisager une thérapie de couple ? Sinon bah j'ai envie de dire, ya pas 150 solutions...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion