Polyamour.info

HeavenlyCreature

HeavenlyCreature

(France)

Participation aux discussions

Discussion : Quelles bases pour une première relation polyamoureuse ?

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 15 juillet 2019 à 11h15

ourscalin ta réponse est un peu raide je trouve. Perso, je trouve la description de patateheureuse plutôt claire.

Si j'ai bien compris, tu es une femme en relation "secondaire" avec un homme bi, en couple primaire avec un homme.

Il me semble que ta souffrance ne vient pas de la non exclusivité, mais bien de ce que tu perçois comme un manque de reconnaissance sociale apportée à votre relation. En somme patateheureuse, tu ne te sens pas légitime et c'est bien normal si tu es plus ou moins cachée. Il semble y avoir de l'amour et du respect entre vous (et pas de tensions entre l'amoureux de ton chéri et toi ce qui est déjà un super bon point). Ce qui constitue, pour répondre à la question dans ton titre, d'excellentes bases d'une relation polyamoureuse. Néanmoins, il semblerait que tes attentes et celles de ton amoureux (et de son amoureux probablement) ne soient pas en adéquation. Puisque la place qui t'es attribuée ne te rend pas heureuse. Aussi, une base essentielle du polyamour, et tu me vois venir, c'est la COMMUNICATION : une bonne discussion sur tes attentes, tes besoins, à cœur ouvert et sans reproches ça ne pourra qu'aider !

Respect en tous cas pour ta maturité, tu dis que c'est ta première relation tout court, je suis admirative. Raison de plus pour pas te faire du mal !

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Le poly amour est il plus présent chez les femmes ?

Profil

HeavenlyCreature

le mercredi 10 juillet 2019 à 23h23

Intermittent

Pourquoi "contrairement à ce qu'on peut penser" ?

Ben j'ai l'impression qu'on a tendance à penser que c'est davantage l'homme qui se lasserait de sa compagne et irait voir ailleurs.. Tiens d'ailleurs dans l'article en question ils disent ça aussi :

selon le stéréotype en vigueur, ça devrait être le mâle, chasseur intrépide et curieux, qui devrait ressentir davantage un besoin de découverte et de nouveauté, et donc se lasser plus tôt, plutôt que sa femelle qui l’attend sagement dans la bienveillance rassurante d’une domesticité routinière.

Alors qu'au final les hommes ont du désir bien plus longtemps pour leur compagne que l'inverse.
Enfin du coup la question se pose peut-être plus souvent chez les femmes d'un "ailleurs", que ça débouche sur une séparation, un adultère ou le polyamoureuse.. Mais encore une fois, ce n'est que pure hypothèse..

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Le poly amour est il plus présent chez les femmes ?

Profil

HeavenlyCreature

le mercredi 10 juillet 2019 à 00h14

J'ai lu une étude qui montrait que (contrairement à ce qu'on peut penser) le désir avait tendance à durer moins longtemps chez la femme que chez l'homme dans un couple monogame... Alors peut être que oui, les femmes ont peut être plus ce besoin d'ouverture que les hommes, je sais pas. C'est purement hypothétique.

Voir dans le contexte

Discussion : Parler de polyamour à ses partenaires et exprimer ses sentiments librement sans leur faire peur?

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 07 juillet 2019 à 01h15

Très drôle le coup de Netflix! On m'a déjà sorti la même phrase ! On devrait faire payer l'abonnement en vrai :)
Tant mieux si mon témoignage t'a fait du bien. Honnêtement être seule un moment... C'est vraiment là que je vois le salut!
Une copine m'a dit un jour : "on attire ce qu'on dégage". Aussi, si on se fait mal traitées parfois c'est sans doute qu'on a pas une très haute estime de soi même. Qu'on se sent pas vraiment aimables, malgré tout l'amour qu'on aimerait recevoir et donner. Bref, ces prochaines semaines (mois...?) mon plan numéro 1 c'est de prendre soin de moi ! Tu m'en diras des nouvelles si jms ça te tente comme programme..

Message modifié par son auteur il y a 11 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Agressions sexuelles. La parole (manquante) des hommes.

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 01 juillet 2019 à 23h34

Voilà, quitte à se remettre en question, autant tous le faire. Je pense qu'on a tous déjà dérapé, à des degrés plus ou moins importants (encore qu'on peut difficilement hiérarchiser le vécu de la personne en face).
Ça correspond à des âges où on était moins conscients et à des époques où on était moins informés aussi...
Ce qui fait bcp de dégât, c'est la socialisation par les pairs. Les copines, les copains qui entretiennent le culte de la performance, la pornographie...
Bref, je trouve cette réflexion nécessaire, pcq ça ne concerne pas que "les autres".
C'est un peu comme les gens qui dénoncent l'évasion fiscale mais que ça dérange pas, à leur petite échelle, de frauder, pour gratter quelques euros.. J'ai un peu tendance à penser que "qui vole un œuf, vole un bœuf"...

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Agressions sexuelles. La parole (manquante) des hommes.

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 01 juillet 2019 à 21h13

bidibidibidi
Disons que c'est connexe. C'est pas un mal, dans l'absolu. Mais ça ne va pas dans la direction générale du fil, il faut le reconnaître.

Ouais, tu as raison. Disons que ça touche la question du consentement... Où on le positionne, quoi ? Mais j'avoue c'est un peu hors sujet ! Désolée ^^'

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Agressions sexuelles. La parole (manquante) des hommes.

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 01 juillet 2019 à 20h39

Bon, je veux pas comparer ce que j'ai décrit à un viol ni à une agression sexuelle, c'est pas le propos et je voudrais pas non plus lancer de polémique. Juste il y a des situations où je sais que j'ai "abusé" en appuyant sur les bons boutons..., et je me sens pas super à l'aise avec ça... Ce que je veux dire c'est qu'on peut plus ou moins poussé un mec à coucher qui n'en a pas envie (ça marche pas à tout les coup mais c'est loin d'être impossible), au même titre qu'une femme peut plus ou moins se "forcer" à faire l'amour avec son mec par exemple sans en avoir envie. C'est pas du viol conjugal, ni une agression sexuelle, mais c'est pas joli-joli pour autant... Mais c'est ptet pas le bon fil pour poster ça ?

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Parler de polyamour à ses partenaires et exprimer ses sentiments librement sans leur faire peur?

Profil

HeavenlyCreature

le samedi 29 juin 2019 à 16h44

Chère Eloise,

Je n'aime pas tellement les étiquettes, donc je n'ai jamais entrepris de me faire "diagnostiquer". Mais à en croire une thérapeute et un ami à HP, il est probable que je sois aussi une "zèbre".

Quoi qu'il en soit, je me retrouve totalement dans ta description : je suis "trop tout" à tel point que je me suis très sérieusement demandée si je n'avais pas une personnalité borderline... L'hypersensibilité (dans le bon comme le mauvais) c'est vraiment un truc récurrent chez moi, je passe de phases d'exaltation à des phases d'effondrement qui peuvent être déclenchées par un évènement qui serait insignifiant pour le commun des mortels. À côté de ça, face à l'adversité, je sais faire preuve d'une très grande résilience : du fond du trou je rebondis très vite et suis dotée d'une grande force de vie. Comme le dit Bonheur, la sensibilité n'est pas faiblesse..

Comme toi, j'ai cette fâcheuse tendance à voir du bon en chacun (j'aime trop les gens), à être très empathique et ouverte à la différence. D'ailleurs, si on regarde mes relations amoureuses comme amicales, on peut être très surpris par la diversité des caractères, des modes de vie ou des d'opinions. Je suis un vrai papillon social, et en amour, comme en amitié, je suis un vrai cœur d'artichaut... J'ai une énorme dose d'amour à donner et à recevoir.

Comme je suis très démonstrative et très tactile dans ma vie de tous les jours (et plus encore lorsque j'ai un petit coup dans le nez) cela me vaut de passer - pour certaines personnes - pour une "allumeuse". Je me sens souvent incomprise à ce niveau, car je suis moins dans une recherche de sexualité (pour ne pas dire pas du tout) que de proximité, d'affectivité et de sensitivité... Cependant, j'ai décidé "d'assumer", ayant réalisé que les personnes qui me jugent (des femmes, le plus souvent) le font plus par jalousie et par frustration qu'autre chose (il se trouve que je plais.. Est-ce un crime?).

Comme toi, j'accumule les ruptures et les déceptions amoureuses depuis que j'assume ma non exclusivité (bien que dans les faits, je suis plutôt une monogame en série, la différence étant que je continue à aimer même après une rupture amoureuse et suis capable d'aimer en même temps plusieurs personnes. Dans mon monde idéal, j'aimerais rester proches de tous mes exs, mais tous ne voient pas les choses ainsi.. À mon grand désespoir ! ). J'avais d'ailleurs écrit un sujet là dessus il y a quelques semaines (/discussion/-bYL-/Quand-multiplier-les-amours-mult.... Par contre, à la différence de toi, ce ne sont pas eux qui me fuient mais moi qui romps systématiquement la relation... Par insatisfaction,sans doute aussi par peur de souffrir. Contrairement à toi, j'ai plus de mal à exprimer mes émotions, je garde bcp, tais mes frustrations, et finis bien souvent par "exploser" sans crier gare.

Comme toi, je m'interroge aussi sur la pertinence d'annoncer ma non exclusivité dès le début d'une relation.. Déjà pcq je suis moins polyamoureuse de fait que de cœur, ensuite pcq j'ai l'impression que ça génère svt une insécurité chez mes partenaires qui ne me pensent pas vraiment impliquée et/ou ne s'impliquent pas vraiment dans la relation (je parle de personnes monogames au départ). Comme si c'était une manière de dire d'emblée : "ok, mais c'est pas du sérieux entre nous, on peut se permettre de faire n'importe quoi !" .

J'ai pris la décision, après ma dernière rupture, de faire une "pause" amoureuse. J'ai décidé de me confronter à moi même pour y voir plus clair dans mes désirs, mes besoins, mes manques. Ça fait un mois et demi et... contre toutes attentes, je me sens super bien. J'espère réussir à rester seule, pcq le problème avec les gens comme nous, c'est que :
1. On ne sait pas rester seules (peur de la solitude),
2. On arrive pas à rester seules (on dégage une espèce de "magnétisme")

Être seule un moment, peut-être une piste à explorer pour faire le point ?

P. S: pour réagir et relativiser un peu le commentaire de polyarthrite, hormis ce que j'ai évoqué plus tôt (passer pour une allumeuse) je n'ennuie pas mes amis, sachant que j'ai pas mal d'autodérision sur ma vie sentimentale. Ça les divertit pas mal : je suis une télé novelas à moi toute seule :) Et quand je me plains de mes déboires sérieusement, j'ai une vraie écoute bienveillante de mes amies les plus proches car je suis qqun à l'écoute lorsqu'elles ont besoin d'une épaule et d'une oreille attentive.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Agressions sexuelles. La parole (manquante) des hommes.

Profil

HeavenlyCreature

le jeudi 27 juin 2019 à 19h28

J'ai déjà raconté plus tôt une situation se rapprochant des situations décrites dans le prospectus.. Par chance je me suis réveillée avant, je sais pas comment j'aurais réagi..

Par contre, je peux aussi transposer ces situations dans le sens femme-homme, me concernant...
En tous cas, avec le recul, je ressens un certain malaise vis à vis de situation vécues.
Il m'est arrivé, étant plus jeune, de plus ou moins "forcer" le mec à coucher avec moi. Que ce soit dit implicitement ou explicitement, le mec n'avait vraiment pas envie (ex : 1er soir).. Je suppose qu'à l'époque je vivais ça comme un rejet, du coup je me débrouillais pour le "chauffer" suffisant pour qu'on fasse du sexe. Je l'avais à l'usure en quelques sortes. J'ai jms "violé", au sens juridique du terme (la définition me convient moyen à ce propos.. ) mais j'ai déjà clairement "forcé la main" en jouant sur l'excitation physique (purement mécanique pour le coup.. Pas très dur de faire bander un homme) là où il n'y avait pas d'envie ni de réel consentement.

Voir dans le contexte

Discussion : Détresse affective...

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 24 juin 2019 à 15h42

P. S: une astuce.

Pour chaque "défauts", essaie de retourner le trucs en mode positif. Là, je parle pas que de ton profil meetic, mais pour ta vie en général.

Exemple :
- je suis en surpoids
+ je suis bon vivant, un peu gros nounours. Mon corps est à l'image de ce que je suis dans la vie et en amour : généreux et gourmand.

C'est une gymnastique mentale d'arriver à changer son regard sur soi-même, de faire taire ces petites voix qui te rabaissent sans arrêt. Ça demande un de conditionnement ! Mais le truc incroyable, c'est que quand on s'aime, qu'on se trouve beau, qu'on soit ou non dans les canons de beauté ça nous rend rayonnant.

Mtnt, je dis ça, je suis encore loin du compte. Mais enfin j'essaie ;-)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Détresse affective...

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 24 juin 2019 à 14h18

Oula la ! Quelle horrible présentation, derrière l'humour et la pseudo honnêteté, tu ne fais que te déprécier et cela donne une idée assez claire de l'estime que tu te portes (ce qui fera fuir n'importe quelle personne un tantinet saine d'esprit, exception faite de celles qui auraient le syndrome du sauveur ou de personnes mal intentionnées). .

Pardon si mes propos sont durs, mais si je me permets de le faire, c'est que je suis comme ça aussi et qu'on me l'a déjà rapproché par le passé.

Mon ex m'avait fait remarquer que lorsque je me présentais à des nouvelles personnes, je m'autobalançais des fions sur le mode de l'humour : genre j'habite dans la cambrousse, je suis vieille, je suis grosses, j'ai un mode de vie marginal car j'ai eu les enfants très jeune et je vis tjs avec mon ex, etc. Je faisais la meuf "cool", qui avait de l'autodérision sur elle-même, tu vois? Mais pour lui (et pour une fois il m'avait bien cernée) ça traduisait juste la peur d'être jugée/rejetée et c'était une stratégie pour m'en protéger (si je dégaine la 1ère, l'autre aura plus de munitions). Sauf qu'en faisant ça, non seulement tu ériges des barrières autour de toi mais tu décides à la place de l'autre ce qu'il doit penser ou pas de toi, qqpart, tu le prives de sa liberté de jugement. Sans parler que c'est extrêmement gênant pour la personne qui se retrouve prise en otage (y a quand même qqchose de l'ordre de la manipulation, pcq ce que tu attends au fond c'est qu'on te réassures : "mais non enfin, t'es bizarre tes juste original, puis t'es pas vraiment gros, et puis.. " ).. Je m'en rendais pas compte et quand il m'a fait ce "reproche" je l'ai super mal pris, alors qu'il avait totalement raison : c'est pathétique. J'essaie d'être plus attentive à ça mtnt.

Tout en gardant de l'humilité, il faut savoir se mettre en valeur. Tu as quelque chose d'exceptionnel : il n'y en a qu'un comme toi ! Identifie ce qui te rends unique et table sur ça.

Pour ce qui est de l'attachement et de la projection prématurés, là encore, ça fait fuir n'importe qui ! Le problème c'est que la solitude aggrave ce penchant visiblement. Mais si tu en es conscient, tu as le pouvoir dessus : dis toi, la prochaine fois que ça arrive, que ce n'est pas la fille mais bien ton fonctionnement qui te fait faire tout de suite des plans sur la comète, et raisonne toi non d'un chien ! Plus tu vas faire de rencontres, plus ce fonctionnement s'atténuera. Mais pour ça il faut que tu sortes de ton schéma de victimisation.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Détresse affective...

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 23 juin 2019 à 03h22

Ben je dirais qu'il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. C'est comme si tu voulais des enfants et que tu déclarais à ton date dès le premier rdv : "je me vois pas rencontrer une femme pas sensible à la maternité et qui ne veuille pas être la mère de mes enfants". Perso, même si je voulais des enfants, ça me ferait partir en courant !

On ne sait jamais ce qu'une rencontre puis une relation vont donner : le degré d'implication et la durée. Si tu vis une relation impliquée et implicante avec qqun, bien sûr qu'il faut être en phase sur vos modes de vie mutuels. Maintenant, est-ce bien nécessaire de le spécifier dès le départ (que tu es poly et naturiste)? Rien n'est moins sûr... D'ailleurs, bcp de personnes foncièrement mono entretiennent plusieurs relations avant qu'elles ne commencent à se projeter, et c'est là qu'intervient le fameux : "j'ai envie que tu ne vois que moi", l'exclusivité, c'est un peu une manière de signifier pour les mono, "ça devient du sérieux entre nous". Ben pour moi, dire "je suis poly et/ou naturiste" ça a du sens uniquement quand tu commences à te projeter avec la personne (ce qui peut arriver au bout de quelques jours seulement, je parle pas de faire son coming-out 6mois plus tard, attention... Encore que pour certaines personnes considérer qu'on est en relation sérieuse peut prendre un certain temps.. ).

Je suis sans doute pas en phase avec ce que pas mal de gens pensent ici, mais bon c'est mon point de vue perso. J'ai eu tendance à afficher la couleur trop tôt souvent (sachant que je ne voyais personne à côté), ce qui a pu générer des peurs ou justifier des comportements peu corrects de la part de mes amoureux. Alors que l'échange aurait été plus naturel, plus dans un questionnement réciproque, aurait sans doute été plus opportun et plus constructif une fois la relation et la confiance installées. Ensuite chacun est libre de prendre sa décision en connaissance de causes, en pesant les avantages et les inconvénients. Être trop idéaliste (dans 1 sens comme dans l'autre), ça te fais surtout passer à côté de belles histoires. De dire "je suis comme ça" alors que la personne te connait pas du tout, je trouve pas que ça aide à saisir les tenants et les aboutissants, ça fait juste flipper et fuir les gens. Laisser le temps à la personne de te connaître, de t'apprécier, ça aide aussi à comprendre des modes de vies et des pratiques moins conventionnels.
Bref, déjà, fais des rencontres, puis tu verras bien ce qu'il advient !

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Je me lance dans un roman polyamoureux

Profil

HeavenlyCreature

le vendredi 21 juin 2019 à 15h50

C'est délirant

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 17 juin 2019 à 18h39

Pour cette raison, je trouve que le polyamour peut être une solution intéressante (et intelligente), car elle permet effectivement de ne pas arrêter une relation "juste" pour ça tout en respectant les besoins de chacun. La vie de couple, la routine, la familiarité, c'est aussi un sacré tue l'amour. Normal qu'on trouve l'herbe plus verte ailleurs !

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le lundi 17 juin 2019 à 15h39

bonheur
Ce que je peux dire, c'est que c'est oppressant de sentir à la fois l'insatisfaction et l'empressement de l'autre. Mon chéri de vie étant non poly dans les faits, aucune "compensation" en allant voir ailleurs. Le manque peut amener à une forme d'addiction. L'humain est ainsi parfois, quand il se sent "privé", il en veut encore plus. Il est dans une forme d'attente impérieuse et n'est plus lui-même.

J'ai vécu ça aussi avec mon ex pendant plus de 10 ans (avec des hauts et des bas mais globalement une sexualité plus que médiocre). C'était l'enfer, pour lui comme pour moi. Lui était obligé de faire chambre à part certaines nuits tant la frustration le rongeait, moi, je me réveillais en pleine nuit en crise d'angoisse, sur la fin de notre relation. J'ai longtemps culpabilisé de lui faire "subir" mon absence de désir pour lui, mais j'ai compris que je subissais au moins autant que lui, puisque 1. je taisais ma sexualité, 2. j'étais oppressée par la sienne et 3. je culpabilisais de le faire souffrir.

Avec le recul, je me dis qu'on est responsable que de soi-même : à l'insupportable nul n'est tenu après tout.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 16 juin 2019 à 23h43

Tout à fait d'accord avec ça, d'où le "bien souvent" qui relativise un peu la chose. Je vais le remplacer par "parfois", car ce n'est en aucun cas à prendre comme une généralité, plus une intuition au regard de mon expérience personnelle et de la description qui est faite par l'autrice. Il me semble quand même qu'ici, la question se pose (plus aucun désir ni de volonté d'attiser le désir chez madame). De plus, le mari semble souffrir de la situation si j'ai bien compris, ce qui, quoi qu'il arrive finira par poser problème dans le couple principal.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Nouveau

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 16 juin 2019 à 21h20

Bienvenu Fynn et merci pour ce témoignage,

Fynn
Enfin, je ne sais pas si je suis polyamoureux ou un naufrage sentimental, mais ce site m'a l'aire bienveillant et un endroit où l'on peut parler sans tabou.

La métaphore du bateau, je l'ai justement utilisée il y a quelques jours dans un témoignage un peu similaire au tiens (tu trouveras le fil de discussion en cliquant ici :) .. "Naufrage sentimental", "vaisseau fantôme"... Autant de cœurs "à la dérive" qui ne cessent pourtant de battre... Et d'apprendre.

Je t'invite à lire la réponse de oO0 qui est pleine de sagesse, et apporte un regard plein de tendresse sur les déboires amoureux que nous sommes tous amenés à vivre. Ce que j'aime, sur ce forum, c'est qu'on a justement l'occasion de les mettre en perspective et de comprendre combien ils sont riches d'enseignement.

P.S: ne cherche pas à te définir "poly", "hetero", "mono" ou que sais-je encore. La vie est pleine de surprises, laisse simplement venir les choses telles qu'elles sont, et le deviennent.

Au plaisir de te lire...

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 16 juin 2019 à 18h31

J'ai remarqué que souvent la question du polyamour se pose lorsqu'un couple arrive en bout de course. On croit, à tort, que ce sera un moyen de conserver sa sécurité matérielle et affective avec qqun qu'on aime mais dont on est plus amoureux.se tout en ayant la liberté de vivre à côté une/des histoire.s d'amour. Parfois la perte de désir est assez symptomatique, à ne pas sous estimer.

La question s'était posée avec mon ex (12 ans de vie commune, des enfants, plus de libido de mon côté depuis des années). J'étais persuadée d'en être encore amoureuse et d'avoir des problèmes de libido, genre "assexuelle". Le psy que j'allais voir à l'époque m'avait posé de manière brutale : "si vous avez plus de désir pour lui, c'est peut être que vous en êtes plus amoureuse". Je m'en étais défendue très très fort car je voulais pas admettre l'inéluctable : je n'en étais plus amoureuse, point. Au final, on est plus ensemble mais j'ai compris qu'on peut aimer avec un grand A sans être amoureux. Ça reste et restera mon meilleur ami, cette séparation nous a sauvé la vie car on mourrait à petit feu.

Bref, le polyamour ne doit pas venir cacher la misère d'un couple, et ne peut qu'aggraver une situation déjà bancale.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 16 juin 2019 à 17h38

Une connexion émotionnelle, ce n'est pas quelque chose qui se décide, qui se contrôle. Contrairement au passage à l'acte. En l'occurrence, tu n'as encore rien fait avec cet amant que tu désires pourtant énormément, donc, tu n'as pas à te sentir coupable de quoi que ce soit de mon point de vue. Pour ma part et contrairement à d'autres personnes ici, j'aurais tendance à garder cela pour moi, en attendant que le chemin se fasse du côté de ton mari, pour ne pas trop le chambouler, et d'attendre que les choses soient acceptées de son côté avant de passer à l'acte avec ton amant.
Personnellement, j'accorde une grande importance au jardin secret de chacun, j'estime que tout n'a pas besoin d'être dit du moment que ça n'impacte pas la relation. Penses-tu que cette connexion émotionnelle avec ton amant impacte ta relation avec ton mari ? Si oui, c'est différent : il faudrait lui en parler.
Quoi qu'il en soit, il faut t'attendre à ce qu'il y ait de grands changements dans ta vie ses prochaines semaines. Mais ce n'est que pour le meilleur :)

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Peut-on imposer son "besoin" de polyamour?

Profil

HeavenlyCreature

le dimanche 16 juin 2019 à 15h35

Bienvenue Eendea et merci pour ton témoignage,
Ce n'est certainement pas ici que tu seras jugée.
Pour répondre simplement au titre de ton poste, non, il n'est pas possible d'"imposer" le polyamour, qui par définition nécessite un consentement mutuel.
Comme l'ont assez justement expliqué les autres contributeurs à ce fil , plusieurs solutions s'offrent à toi. Le tout en âme et conscience des conséquences pour les uns et/ou pour les autres.
Le tableau semble un peu sombre présenté comme ça, mais je crois que ce que tu vis là est au contraire une ouverture vers une réflexion sur ton couple et sur toi même. Tu le dis toi même "continuer à mourir à petit feu" ce n'est pas une vie, bien qu'elle offre des repères connus et faussement sécurisants.
Bon courage à toi et n'hésite pas à nous tenir au courant de l'évolution de la situation.

Message modifié par son auteur il y a un mois.

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion