Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Responsabilités du mono dans une relation poly

Monogamie
#
Profil

MoeF

le dimanche 29 septembre 2019 à 00h08

Bonjour a tous,
Je me permet d'ouvrir un nouveau fil car je n'ai pas trouvé de réponses au cours de mes nombreuses errances sur ce forum. J'y ai toutefois trouvé beaucoup d'autres indications/bons conseils et aussi beaucoup de réconfort c'est pourquoi j'ouvre une nouvelle discussion.

Je suis une mono en phase d'acceptation de la relation poly de mon homme et depuis quelques temps, je me pose une question sur les responsabilités qu'a ou non le mono et qu'ont ou non les polys car je m'y perd un peu et mon homme n'aide pas vraiment.

Cas concret : j'ai appris récemment que malgré notre accord de base, mon homme ne se protégeait pas avec son autre partenaire. Il la voit deux fois par an et estime qu'il a le droit de "profiter a fond avec elle le peu de temps qu'il la voit" ce que je peux concevoir. Il lui fait confiance mais moi je n'ai aucune confiance en quelqu'un que je ne connais pas et qui se réserve la liberté de faire ce qu'elle veut de son corps le reste de l'année. C'est légitime mais ni mon homme ni moi ne pouvons prétendre avoir un quelconque contrôle sur ce qu'elle fait. Normal aussi.

Ne me sentant pas en sécurité, j'ai décidé de m'imposer les capotes pendant un mois (le temps de faire des tests fiables et d'avoir les résultats), après son retour d'avec elle pour protéger ma santé. Sauf que je me pose une question. C'est leur mode de vie qui inclue des risques et ils pensent de concert que c'est ma responsabilité de me protéger.

Je trouve cette situation injuste et eux me trouvent injuste et illegitime de leur demander de se protéger.

La dame revenant très bientôt, (elle vit loin c'est pour ça qu'ils ne se voient pas beaucoup mais a son retour ce sera la moitié du temps), son exigence est que nous fassions tous des tests tous les mois, (sachant qu'il faut un mois pour avoir une réponse fiable)ce qui impliquerait qu'au final, pour ma santé ce soit à moi de me protéger systématiquement a chaque relations avec mon unique partenaire. Elle impose aussi que je lui accorde ma confiance et ainsi, ils pensent tous les deux équitables cette situation car tout le monde prend sa part de responsabilités, et c'est mon choix de m'imposer une protection avec mon partenaire. Sauf que je n'ai aucune envie après avoir fait des tests et avoir une contraception fiable, de devoir me protéger. Et ça me met mal à l'aise.
Je ne me sens pas du tout à l'aise avec ça mais a priori ce n'est pas légitime.

D'où ma question : qui doit porter la responsabilité de ce mode de vie ? Celui dont ce n'est pas le mode de vie ou ceux qui l'ont choisi ? Est-ce illégitime de souhaiter un peu de protection de la part de son partenaire poly et de ses partenaires poly (puisqu'etre poly comprend a priori plus de risques) alors que le mono lui ne prend jamais aucun risque, puisqu'il n'a pas de relations sexuelles en dehors de son unique partenaire ?
Et selon vous, le fait d'avoir fait le choix d'accepter une relation poly, un mono doit-il aussi prendre sur lui cette responsabilité et accepter les risques que ça comporte ?

Je donne cet exemple là mais la question s'étend à tous les aspects où le mono doit prendre des responsabilités.
Le débat est ouvert !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le dimanche 29 septembre 2019 à 09h28

Bonjour MoeF,

Ce que je pense de tout ça ! Ce n'est pas une question de mono ou de poly. C'est une question de santé.

Question responsabilité : chacun-e la sienne, je dirai. Ta réaction, à mes yeux, est la bonne. Perso, je continuerai ainsi, à ME protéger.

Est-ce que c'est juste ? Oui et non. Si l'on considère qu'ils ont "autant" le droit dans leur sexualité de ne pas se protéger que toi dans ton couple, ben personne n'a raison, personne n'a tort. Si l'on tient compte que le couple de la ligne du temps, et du fait que tu n'as pas demandé cela à la base… c'est en effet discutable.

Aussi, je crois qu'en matière de responsabilisation et de gestion des risques, ce sont ceux-celles qui sont le plus exposés aux risques, qui devraient éviter toutes contaminations possibles. Je crois que c'est moral par rapport aux autres, qui font le choix de la monosexualité. Ca c'est mon opinion.

Pour ce qui est d'autres aspects, les responsabilités doivent être communes.

Aussi, les tests permettent de se "rassurer", mais ce n'est en aucun cas une prévention. Le test a (ou non) détecté quelque chose, mais si ça arrive, le test vient trop tard, le mal étant fait. Et puis, il y a d'autres transmissions. Par exemple moi je suis sujette à l'herpès buccal. C'est l'un des premiers "cadeaux" de mon chéri de vie. Du coup entre nous, on sait. Mais c'est délicat d'aborder le sujet au début d'une nouvelle relation. Pourtant, je me dois de le faire. C'est ma responsabilité et d'ailleurs je n'ai pas envie de laisser ce type de "souvenir".

Surtout @MoeF, ne prend pas sur toi ce qui ne t'appartient pas ET prend soin de toi avant tout.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

Ellehar

le dimanche 29 septembre 2019 à 12h11

moef
: j'ai appris récemment que malgré notre accord de base, mon homme ne se protégeait pas avec son autre partenaire. Il la voit deux fois par an et estime qu'il a le droit de "profiter a fond avec elle le peu de temps qu'il la voit"

Okay alors chacun voit les choses a sa façon mais un partenaire qui trahit une parole donnée et en particulier sur un sujet aussi important c'est une infidélité et une trahison .
Donc autant a la base je pense que tout les partenaires devrais avoir les mêmes droits mais je comprend que dans un contexte d'adaptation et où il y a eu trahison il te faille du temps...
Après c'est a toi de communiquer avec lui et de voir où sont tes limites mais les choses se gèrent a deux avec du temps et des compromis et si ça ne te conviens vraiment pas a toi de voir si tu veux ou non rester dans cette relation avec tout ce qu'elle implique.
Bon courage a toi ♥️

#

Mpecheur (invité)

le dimanche 29 septembre 2019 à 12h52

Bonjour
Ta santé ne se discute pas! C'est à 100% ton droit de définir la sécurité dont tu as besoin, qui te rassure. Tu n'es pas en train de 'dicter' leur comportement, tu ne fais que de te définir et d'exprimer tes besoins de base.
Comme un autre intervenant que j'ai lu ici en septembre, pour mon couple ni l'un ni l'autre de nous deux imposerait une action (au nom d'un soit-disant 'droit de me réaliser' etc) à l'autre au prix de son inconfort : ceci est possible car nous sommes totalement convaincu de la bonne foi de l'autre, chacun faisant de son mieux l'un pour l'autre. Nous sommes peut-être très 'vieux jeu', mais nous appelons cela s'aimer'.
D'essayer de te persuader de prendre des risques avec ta santé me semble grossier, car ces risques sont réels, peu importe leurs (compréhensibles) envies de "barebacking".

#
Profil

HeavenlyCreature

le lundi 30 septembre 2019 à 13h50

Dans la mesure où il ne la voit que 2 fois par an, je dirais que la technique des 5 semaines de protection en attendant de faire un test me semble correcte et pas trop contraignante. C'est ce que je fais en cas d'accident de capote en dehors de mon couple principal. Peu importe que le mec me dise "je suis clean ça risque rien", il est hors de question que je fasse prendre le moindre risque à mon copain.
Pour moi c'est du bon sens.

Mtnt, que ton copain et sa meuf veuillent ne pas utiliser de capotes ça, je comprends totalement.. Mais dans ce cas qu'ils prennent leurs responsabilités et ne cherchent pas à t'imposer quoi que ce soit.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le lundi 30 septembre 2019 à 14h12

MoeF
La dame revenant très bientôt, (elle vit loin c'est pour ça qu'ils ne se voient pas beaucoup mais a son retour ce sera la moitié du temps), son exigence est que nous fassions tous des tests tous les mois, (sachant qu'il faut un mois pour avoir une réponse fiable)ce qui impliquerait qu'au final, pour ma santé ce soit à moi de me protéger systématiquement a chaque relations avec mon unique partenaire.

Si j'ai compris cette phrase, pour le moment elle vit loin MAIS elle va revenir vivre à proximité et imposera le "non préservatif" pour leur relation. Je ne trouve pas cela correct !

#
Profil

Noe

le lundi 30 septembre 2019 à 19h11

Bonjour moef

Je me permets d'intervenir tu parles du Sida, mais il faudrait également songer aux autres IST. Et pour cela le test Elisa est inopérant.

#

Mpecheur (invité)

le lundi 30 septembre 2019 à 20h56

Bonjour Moef
Je confirme les mots de Noe, en rajoutant que, par exemple, les différentes IST des virus herpès ne sont pas détectées par les contrôles habituelles et elles sont loin d'être anodines.
Je me répète, ta santé ne se négocie pas ; si une personne, au nom de son 'droit d'aimer comme elle le voudrait', me demandait de baisser mes nécessités de la protection de ma santé, je lui dirait d'aller infliger son égoïsme ailleurs.

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 12h37

J'ai eu à une époque des mycoses (candida albican, gardenela vaginalis) persistantes. C'était lié à un terrain favorable à la récidive créé par un début de diabète (type 2) et non pronostiqué donc non soigné. C'est loin d'être grave et ça se soigne bien quand il n'y a pas de situation propice à la récidive. Mais tu vois, même sans sexualité en dehors du couple (wc impropre sur mon lieu de travail, une collègue qui changeait de chaussures en posant ses pieds sales sur la lunette des wc, son obésité l'obligeant à une gymnastique hasardeuse), on peut choper des saloperies ET les transmettre. Après, l'impact est dans la multiplicité de la "chaine" de transmission. Pratiquement toutes mes collègues ont chopé cette saloperie et s'en sont débarrassées facilement, sauf moi chez qui ça a pris des proportions ingérables. Ma ménopause aussi, transformant la nature de la peau et des tissus.

Bref, entre mon herpès buccal qui revient constamment et cette mésaventure qui est aujourd'hui de l'ordre des vraiment mauvais souvenirs, la mono-partenaire sexuelle que je suis n'aspirerait pas à une non protection. Sincèrement, faut pas minimiser les risques, TOUS les risques. Ca pourrit vraiment l'existence.

#

Mpecheur (invité)

le mardi 01 octobre 2019 à 17h37

Bien d'accord avec Bonheur !
en rajoutant que herpès buccale se transmet là où ça fait mal aussi... le plus que les recherches progressent, le plus on comprend son etendu (herpès génital étant en haut du top ten des IST actuelles).

#
Profil

Mark

le mardi 01 octobre 2019 à 18h27

Mpecheur
(herpès génital étant en haut du top ten des IST actuelles).

source?

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/mst/ist/m...

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 18h57

L'important en fait, est-ce les statistiques où simplement d'indiquer que nous pouvons tous être affecté, et donc propager. Plus on a de partenaires, plus on propage. Et puis, dans certains cas, on ne se débarrasse pas. L'herpès buccal n'est pas dangereux en soi. Par contre, je peux dire pour le vivre, qu'il est impactant. C'est une vraie vacherie, sincèrement. Moi qui suis une câline et conçoit le baiser comme étant un geste affectif, ben je ne suis pas à l'aise de devoir me demander systématiquement, comme un "réflexe" : est-ce que je suis dans un état de risque de transmission ? Ca peut paraitre banal, mais sérieusement, c'est vraiment… je ne trouve pas le mot.

#
Profil

MoeF

le mardi 01 octobre 2019 à 19h28

Bonjour à tous !

Une fois encore, j'adore vous lire. Vos points de vue sont vraiment éclairants.

@bonheur, on se rejoint entièrement sur le fait que la santé ne se discute pas que l'on soit mono ou poly, cependant, je vous avoue que lorsque vous dites "quand aux responsabilités, chacun la sienne", je ne vois pas trop ce que vous voulez dire. Concrètement quelles sont les responsabilités des uns et des autres selon vous ? Vis à vis de soi-même, vis à vis du couple et vis à vis de la troisième (ou plus) personne ?
Vous avez dit quelque chose qui m'a vraiment éclairée car cela m'a permis de mettre le doigt sur une chose qui ne m'était pas venue naturellement et qui finalement, explique mon profond sentiment de malaise. "Les tests permettent de se rassurer après coup". Ce n'est pas une garantie. Ce n'est pas parce qu'un test est négatif que le suivant le sera. Alors ça revient à dire qu'en ne me protégeant pas et en faisant confiance, en n'attrapant rien, j'ai juste de la chance, et ce jusqu'à ce que j’attrape effectivement quelque chose.

C'est le principe d'une roulette russe ! C'est pour cela que je me sentais si inconfortable avec leurs exigences ! Merci à vous !

Je me permet de préciser quelque chose : ce n'est pas qu'elle impose le non-préservatif. Ces termes sont les suivants : elle ne se protège pas avec Monsieur mais fais des tests tous les mois (Elle, lui et moi, même si moi, elle veut bien être un peu plus flexible sur la fréquence de mes tests). Mais ce que ça implique pour moi, c'est que :
- soit je fais confiance et je me passe de préservatifs avec lui, (jouant donc à la roulette russe),
- soit je ne fais pas confiance et je me protège entre chaque tests. Un mois donc. Mais vu qu'il faut un mois pour avoir le résultat... ça revient à me protéger tout le temps. Sauf si il arrête de coucher avec elle pendant plus d'un mois. Ce qui n'est pas prévu.

Et ça m'ennuie parce que :
1) je trouve que c'est quand même un peu injuste car, étant donné qu'on peut raisonnablement penser qu'aucune personne responsable n'accepterais de jouer à la roulette russe avec sa vie, c'est une obligation de capotes sans le dire.

2) je pense avoir le droit autant qu'elle à une sexualité "confiante", sans avoir à me poser la question si cette fois ci j'aurais de la chance ou pas,

3) Quand je prend le temps de faire des tests, me faire vampiriser, "spéculumée" et j'en passe, pour être totalement sans danger, je n'ai pas envie qu'on me mette en danger. D'autant que je demande systématiquement la totale. Blenno, syphillis, hépatites B et C (j'ai été vaccinée 3 fois contre la B mais je ne fabrique pas d'anticorps... Il parait que ça arrive), VIH 1 et 2, Herpes de type 1 et 2, chlamydia, papillomavirus, mycoplasmes, trichomonas, et uréaplasme).
... Oui je suis peut-être un peu parano pour les MST ^^'

Enfin, et c'est peut-être accessoire, mais je ne peux pas aller "au bout" avec un préservatif. Je peux y prendre beaucoup de plaisir mais pas aller au bout. Du coup même si je sais que ce n'est pas nécessaire pour avoir une sexualité satisfaisante, c'est quand même un peu frustrant de ne pas avoir droit à un orgasme avec son unique partenaire. (oui je sais c'est idiot mais c'est justement pour ça que quand je suis en couple, je fais des tests très rapidement histoire d'avoir "la voie libre" de sexualiser en toute confiance.

J'ai un peu l'impression que sans "imposer clairement", c'est quand même l'issue obligatoire et ça me donne l'impression d'être le dindon de la farce. Très désagréable cette affaire.

De plus, étant donné qu'on est d'accord que même en se protégeant, il y a toujours des risques, il ne pourra de toute façon pas me protéger à 100%. Mais au moins il fait le maximum pour réduire les risques. Et c'est mieux d'être protégée a 90% qu'à 0. Si une merde arrive, ce sera un accident, et la faute de personne, je ne pourrais pas lui en vouloir. Mais c'est mon point de vue.

@Ellehar, vous avez un point de vue très tranché. Mais c'est vrai que ça a été vécu comme une trahison d'autant que c'est venu au cours d'une période de grand stress (mon stérilet est tombé), j'étais exposée au risque de grossesse et il a fallu avoir cette conversation avec monsieur. "Si je suis enceinte, on fais quoi". Et là il me sort "t'avortes". Ah. Mais euh... Comme ça. Pas de discussions possibles. "non. Et tu commences à me faire peur. Elle, au moins je suis certain a 100% qu'elle avorterai".... Euh... Parce que y'a un risque avec elle ? "Bah oui on se protège pas !" .......... Pour tout vous dire, j'ai voulu le quitter, et il m'en veut encore aujourd'hui. Du coup c'est pas simple.

Et l'ennui c'est que quand j'exprime mes limites, il les voit systématiquement comme une privation de sa liberté, que ça ne me concerne pas ce qu'il fait avec elle, et qu'il refuse que l'une ou l'autre ne cherche à restreindre l'autre.

Alors j'ai bien tenté de lui expliquer que ce n'est pas parce qu'on n'est pas dans l'habitacle d'une voiture qui roule a 250 qu'on ne risque rien. Au contraire, un piéton qui partage cet espace a autant de chance de se faire fracasser que les personnes qui sont dans la voiture. Même si le conducteur a le permis. Même si le contrôle technique est ok. Le code de la route existe pour une bonne raison, que c'est pas pour faire chier les gens mais pour les protéger, et que certaines limites ont du bon quand on est en "communauté". Mais j'ai l'impression qu'il ne comprend pas. Ou qu'il ne veut pas comprendre. Ce qui ne facilite pas les choses non plus.

@Mpecheur, je ne connaissais pas le terme "barebacking" ;) merci pour ma culture G ! Vous semblez avoir trouvé un bel équilibre, ça fait plaisir et ça rassure à lire ! Si je peux me permettre une question, comment est-il possible de dire à quelqu'un que même si on le comprend, même si on d'accord avec lui sur le principe... Eh bien dans les faits, on ne peut juste pas l'accepter ? (Sans qu'il se vexe de trop ^^) ?

En tout cas, merci pour vos réactions concernant mon expérience. Concernant le sujet plus "global" des responsabilités des uns et des autres (pas forcément sur les IST mais aussi sur tout le reste, des choses qui ne mettent pas forcément des vies en jeu, mais juste un équilibre, un des couples, un cadre etc ?)

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 20h01

@MoeF : wahoo ! c'est venu comme ça dans la discussion ? Je ne dis pas que ma réaction serait la bonne. Enfin, si elle le serait pour moi. Sincèrement, je prendrai mes jambes à mon cou et adios. Déjà, cette façon d'être en permanence dans la comparaison. Sache que les responsabilités sont justes quand elles sont concertées. Et si, ça te regarde qu'ils se protègent ou non. Et oui, les préservatifs sont à ce jour la meilleure protection.

Ton anecdote avec la voiture, je la trouve excellente. En fait, on t'oblige sans t'obliger. Moi je fuirai. Je parle bien de ma réaction à moi. L'amour oui, à n'importe quel prix, non.

Au fond, cette mésaventure avec ton stérilet aura eu pour conséquence une discussion sérieuse.

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

MoeF

le mardi 01 octobre 2019 à 20h14

@bonheur, ça nous aura surtout permis un bon gros stress, une bonne grosse engueulade, une rupture, de ruiner la fin de nos vacances et de rentrer plus tôt à Paris... Et depuis, ça n'en finit pas. En vrai, avant cet épisode, tout allait très bien entre nous. Mais ça a brisé beaucoup de choses, chez lui comme chez moi. Et aujourd'hui on arrive plus à se mettre d'accord pour réussir à recoller les morceaux. Actuellement, on est toujours en couple, mais il ne veut plus me voir pour le moment.

Et oui j'étais assez fière de moi pour cette analogie avec le code de la route. Je pourrais la poster ici en entier si ça peut servir à ce qu'une personne qui n'arrive pas à faire comprendre à son Poly que ça va trop vite pour lui sans que le partenaire ne s'énerve !

Message modifié par son auteur il y a 2 mois.

#
Profil

bonheur

le mardi 01 octobre 2019 à 20h45

@MoeF : ça ne "console" pas, mais ce sont ces situations chaotiques que l'on découvre la vrai nature. La nôtre, celle d'autrui. Vous aviez cette incompatibilité sous-jacente qui a fait surface. Le ensemble est-il encore possible ?

Par contre, une personne poly aura à cœur de communiquer différemment. Je ne pense pas que ton chéri soit poly. Moi je ne le perçois pas ainsi en tout cas.

Je te souhaite un bel avenir. La vie est impermanence, je sais, je me répète.

#
Profil

Ellehar

le mardi 01 octobre 2019 à 22h30

@MoeF désolé si j'ai été un peut brutale dans mes propos je ne voulait pas être vexante non plus ! Ma définition de l'infidélité est la trahison d'une parole donné,de la confiance donc je l'ai automatiquement associé a ta situation... Et de ce que tu racontes j'ai beaucoup de mal a avoir un autre point de vue mais je ne vit pas la situation et ça n'est qu'un ressentit sur un point de vue d'une histoire
Après le problème de ne pas se restreindre c'est quand on se retrouve a restreindre les autres a cause de ça... Il ne devrait pas être privé de liberté en revanche idéalement outes les personnes impliquées dans une relation devraient s'y sentir bien et il n'a pas l'air de le prendre en considération autant qu'il le pourrait.

#

Mpecheur (invité)

le mercredi 02 octobre 2019 à 09h03

Bonjour MoeF
Merci pour ton mot!
"Vous semblez avoir trouvé un bel équilibre, ça fait plaisir et ça rassure à lire !"
J'ai la bonne fortune d'être avec ma partenaire, c'est vrai :) . Cela nous fait plus de 25 ans ensemble, et la relation a toujours été vécue avec la profonde confiance que l'autre est de bonne foi et fait de son mieux : tous les deux, nous avons eu des longues relations par le passé où ce n'était pas le cas ... plus jamais!!! Bien sûr, nous avons eu des problèmes à surmonter, parfois très difficiles, mais ce principe-là est la clé de tout pour nous.

"Si je peux me permettre une question, comment est-il possible de dire à quelqu'un que même si on le comprend, même si on d'accord avec lui sur le principe... Eh bien dans les faits, on ne peut juste pas l'accepter ? (Sans qu'il se vexe de trop ^^) ?"
En discutant le principe à fond, dans tous ses méandres, chacun cherchant non pas à le défendre mais à le connaître, l'explorant ensemble. Comme cela vous le comprenez ensemble, ni l'un ni l'autre peut ensuite dire que 'tu ne me comprends pas'. Bien sûr chacun est libre de l'adopter ou pas, ou de proposer des versions modifiées à discuter de nouveau. Certes, beaucoup de discussions, mais une bonne relation la vaut ... sinon, est-elle vraiment bonne?
La personne qui propose peut légitimement se sentir triste que son idée n'a pas séduit l'autre, mais en se vexant elle démontre un manque de respect et même un réflexe juvénile de vouloir contrôler (il me le semble).
De reprendre les discussions avec tendresse est la seule solution que je vois, mais bien sûr elle ne garantit pas une évolution ou une autre.
Je ne vois que très peu (ou pas) de place pour la vexation (surtout la colère) dans ces domaines si délicats de l'amour.
J'apprécie beaucoup ton écriture et ton regard sur ce sujet!
Bonne route! :)

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion