Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse pas assumée

#
Profil

Saya

le vendredi 30 août 2013 à 17h32

MetaZet
La poly-tude serait-elle décelable dès l'enfance ? ^^

A ce propos, une étude sociologique faisant un parallèle entre l'envie de ne pas s'imposer des choix là où l'on ne voit pas l'utilité d'en faire (sur le choix d'une douceur chocolatée par exemple ;)) et le fait d'être Poly me semblerait assez intéressante...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 30 août 2013 à 18h13

gcd68
Je savais bien qu'on y arriverait un jour !! ! (humour)

Je pense qu'il serait idiot de vouloir mesurer l'amour (créer un amouromètre -lol) car trop de paramètres entreraient en ligne de compte. Au mieux, on savoure le bonheur, le plaisir, l'intensité, le non-explicable qui se passe en soit et pour lequel aucun mot n'existe mais par pitié, pas d'amouromètre, non pas ça, au secours !! !

Je suis assez d'accord sur le trop grand nombre de paramêtres, et j'ajouterai l'inconstance des intensités à mesurer, en plus.
Donc pas d'amouromêtre...
Il demeure que le désir d'être préféré, choisi, unique, tout ça... et la comparaison avec l'autre, ça existe. Je crois que ça a droit de cité, faut pas la planquer sous le tapis parce que ça nous met plus ou moins en porte-à-faux.

Le podium de l'amour, ça n'est pas notre façon de réfléchir, et même les monos ne décriraient pas leur ressentis comme ça. Disons que, même si ça nous fait du bien, dénigrer par une description biaisée le besoin d'être préféré ne nous fera pas avancer.
Je pense que c'est plus valoriser la profondeur de notre façon de ressentir (comment on "offre" la liberté, notre soucis de l'autre qui se fait compersion, notre besoin de dialoguer, le plaisir épanouissant de combattre la culpabilité malvenue...), et préciser en quoi c'est bien différent de "je baise toutce qui passe h24 et tu la boucles" qui rend le polyamour fort.

Bon, le dénigrement de l'étroitesse d'esprit traditionnelle/ disneyenne, ça soulage, hein, et ça permet aussi de montrer l'émetteur d'une critique intelligente n'est pas nécessairement un bon mono qui vit dans le respect des valeurs familiales.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 18h23

Je crois que nous sommes tous un peu poly-tude... simplement ce n'est pas admis (socialement correct). On nous apprend dès petit qu'il faut faire des choix. Choix des activités périscolaires, choix de la meilleure copine, choix des orientations scolaires... Il est d'ailleurs difficile et mal vu de changer quelque chose dans sa vie. Perso, j'ai réalisé une réorientation prof à presque 40 ans pour des raisons économiques. On me demande souvent si je préférais mon ancien métier. Pour moi c'est idiot car ce que j'aimais dans les deux cas c'était le contact humain. Je me suis juste adaptée à la réalité économique du marché du travail de ma région de vie tout en conservant le principal intérêt qui fait que je garde le sourire en me rendant à mon travail. C'est tout. Pour le reste, c'est un boulot différent, c'est tout. Je me dis que choisir c'est ne pas laissé le reste du monde décidé ce qui est bien pour soi et que pour cela il faut savoir qui l'on est. Pour choisir il faut s'octroyer le droit de le faire. Finalement choisir c'est peut être avoir un esprit quelque peu rebelle.
C'est mon avis et un simple début de piste de réflexion qui mériterait peut être d'avoir son propre fil de discussion car pour s'éloigner du sujet, on s'éloigne sérieusement...

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 18h24

On a posté ensemble Siesta...

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 18h27

Oserais je dire Siesta que l'on a dit en mm temps grossièrement la mm chose ou j'ai encore rien pigé

#
Profil

Saya

le vendredi 30 août 2013 à 18h45

gcd68
C'est mon avis et un simple début de piste de réflexion qui mériterait peut être d'avoir son propre fil de discussion car pour s'éloigner du sujet, on s'éloigne sérieusement...

Amha on ne s'éloigne pas tant que ça, parce qu'après tout n'entendons-nous pas à longueur de temps qu'il faut "assumer ses choix". Et à moins que je soit totalement à côté de la plaque, ici on parle d'assumer à différent niveau d'ailleurs. Faire des choix, ne pas en faire. Assumer d'en avoir fait ou ne ne pas en avoir fait justement. Le fait d'assumer ou non le fait d'être dans une relation polyamoureuse, d'en souhaiter une ou au contraire ne de ne pas le vouloir. Encore une fois : il ne suffit pas de faire le choix mais de l'assumer et, personnellement, ce que je ressens en relisant une énième fois le premier post, c'est qu'il est aussi question de cela ici.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 30 août 2013 à 18h53

Siestacorta
Le podium de l'amour, ça n'est pas notre façon de réfléchir, et même les monos ne décriraient pas leur ressentis comme ça.

Ne généralisons pas...

Justement si, j'en ai croisé des "mono" qui fonctionnent comme ça.

Ou alors je n'ai pas compris ce que tu voulais dire...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 30 août 2013 à 19h11

Gcd68 : on dit à peu près la même chose, mais je voulais préciser que si le cadre d'un amouromêtre nous semble absurde, nous devons rester sensibles à la comparaisons que font entre eux les gens qu'on aime...

Lulutine : moi aussi, j'en ai croisé, mais je crois que les justifications romantiques (l'amour c'est beau et ça rend beau toutes les conneries qu'on fait en son nom) font que la trivialité de la compétition affective n'apparait pas aussi nue dans le discours.

#

(compte clôturé)

le vendredi 30 août 2013 à 19h44

Siestacorta
nous devons rester sensibles à la comparaisons que font entre eux les gens qu'on aime...

J'y suis d'autant plus sensible que mon mari, à qui je présentais un autre homme pour qui je lui avais dit avoir des sentiments très forts et qui était à l'origine de mes fréquents sourires béats "Attends, tu te rends compte, il est plus jeune que moi, il est grand, sportif, mignon, je ressemble à quoi moi à côté ?". Sa réaction fut spontanée et j'ai fait passé la pilule avec un peu d'humour. J'ai expliqué ensuite que je me foutais de l'âge, de la taille, du corps, et de la belle gueule, que cet homme était quelqu'un de doux, gentil, sensible, attentionné, affectueux, compréhensif et que finalement, vous n'étiez pas si différents...

#

homme partit (invité)

le samedi 31 août 2013 à 17h37

LuLutine, ma femme et moi ne faisions nécessairement pas tout ensemble. Chacun avait ses occupations propres mais jamais elle ne m'a interdit de venir et inversement.

Il ne m'a jamais paru obligatoire que de passer tout mon temps avec ma femme. Nous adorions nous retrouver et de passer du temps ensemble, mais ce n'est pas pour cela que nous étions fusionnels. Nous avions la chance d'avoir une activité sportive en commun tout en conservant des activités individuelles.

Dans notre actualité, je n'accepte pas qu'elle puisse aimer un autre homme, c'est bien cela le problème. Passer du temps avec des amis ou autres copains est de très loin différent que de rencontrer un autre amoureux.

#
Profil

LuLutine

le samedi 31 août 2013 à 22h44

homme partit
Passer du temps avec des amis ou autres copains est de très loin différent que de rencontrer un autre amoureux.

Peut-être parce que tu sais que si elle est avec des amis, ça ne t'exclut pas de fait ?

Or moi j'ai vécu ça (être exclue de fait de certaines activités, quand bien même j'aurais voulu y participer) pour d'autres raisons que la présence d'une autre amoureuse.

Du coup, en l'ayant accepté, ça n'a pas été beaucoup plus dur d'accepter qu'il voie d'autres amoureuses...

Donc une différence importante je pense entre nos deux vécus.

A part ça, je ne faisais pas non plus toutes les activités avec mon amoureux, très loin de là, mais psychologiquement, ce n'était pas la même chose de se dire "Si je voulais, je pourrais venir avec lui" que de se dire "Même si je le voulais, je ne pourrais pas venir avec lui, car il ne le souhaite pas".

#

homme partit (invité)

le samedi 31 août 2013 à 23h33

LuLutine, j'ai accepté de rencontrer l'autre amoureux de ma femme. Cette décision fait suite à une longue discussion, posée et calme. Comme je lui avait demandé un geste de sa part, elle me propose d'établir le calendrier de ses rencontres avec son autre amoureux, à la condition qu'il y en ai un minimum, fixé suivant la rencontre avec l'autre.
Je me sens pris au piège car dans l'absolu, je ne voudrais ni la rendre malheureuse, ni qu'elle continue sa relation poly. De plus, débattre avec autre sur le nombre de fois où il pourra l'avoir me trouble, comme le marchandage d'un animal.

Je suis donc preneur de vos avis sur cette proposition qui m'est faite.

Nous avons passé la journée ensemble, pas comme un couple proche de la séparation. Mais je me suis surpris par mon manque de proximité, comme un barrage protecteur. Elle l'a bien entendu relevé et je n'ai su l'expliquer. Serait-ce tous ces événements qui m'ont éloigné d'elle? Est-ce que mon amour pour elle diminue? Je ne vais pas relancer le débat sur la préférence ou la comparaison, mais je sens que ce n'est plus pareil.

Après son départ, j'ai réalisé que pour rencontrer l'autre, il me faudra une préparation poussée afin de rendre cette rencontre utile et avec retenue de ma part. J'ai demandé à choisir la date afin de me laisser ce temps nécessaire à ma préparation. Ma femme m'aidera si je le souhaite.

Je crois que je suis encore déstabilisé par mon acceptation de rencontrer l'autre, est-ce bon signe?

#
Profil

Siestacorta

le samedi 31 août 2013 à 23h47

- manque de proximité : ben, une hypothèse, la situation te stresse, tu as sans doute peur d'être abandonné, donc préventivement tu es moins à fond dans les moments ensemble, à la fois pour moins souffrir d'une éventuelle séparation, à la fois pour avoir toi-même un contrôle sur vos rapports (si je peux moi décider d'une distance, je suis pas complètement passif dans les évènements).

- la rencontre, dans certain cas, ça aide à démystifier. Le mec en face est juste un mec, deux bras deux jambes, il a pas des effets spéciaux dans les yeux qui hypnotiseraient ta compagne. Ce que ça peut avoir de bon, c'est que par ça aussi, tu as une prise sur les évènements, en exposant ton ressenti et en expliquant les limites les plus sensibles pour toi.

Par contre, comme tu "refuses" la situation, il se peut qu'une partie de toi rejette de prendre les opportunités de bonne évolution qui ne seraient pas un simple retour à "comme avant"...
Ce ne serait pas forcément une faute, si tu n'es pas capable de vivre comme ça, il n'y aurait pas à s'en vouloir : nous on est pour certains pas capable d'être monos, personne n'a à se culpabiliser à cause de ce qu'il ressent. C'est ce qu'on en fait qui compte... Tu essaies de faire au mieux, et pas plus qu'il ne t'est possible.

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le dimanche 01 septembre 2013 à 00h45

Cela rappelle certains moments difficiles de mon expérience personnelle.

L'amour peut être joyeux, rendre heureux comme il peut rendre triste.

D'ailleurs le choc qu'à représenté mon expérience personnelle, m'à fait prendre un recul tellement important par rapport à l'amour, que j'ai de plus en plus rarement envie de faire connaissance avec quelqu'un.

Pas devenu sauvage, juste moins sensible, et quand une femme me plait, ce n'est pas non plus incroyable, quelque part je me protège.

Alors je laisse et je me rend compte que je n'ai pas besoin de vivre quoi que ce soit avec quelqu'un....plus vulgairement, plus l'envie de "m'emmerder" avec ça, alors que je trouverai ça bien en même temps...tellement complexe et peu de chance de tomber sur quelqu'un qui aimera qui je suis...bref.

Franchement, je prendrais du temps, beaucoup de temps pour analyser ce que je ressens par rapport à ta situation.

Je pense que c'est une bonne idée de rencontrer l'autre monsieur, cela met en face de la réalité, c'est une expérience qui peux être intéressante pour ton évolution personnelle.

Désolé,si c'est un peu H.S, ça à refait montrer des trucs là...

Je te souhaite sincèrement de trouver ton chemin hommepartit avec ou sans ta femme, de préférence avec et en conservant des liens d'amour dans tous les cas:-)

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

aviatha

le dimanche 01 septembre 2013 à 16h48

Autant pour la proposition en tant que telle, je sais pas trop quoi en penser, autant concernant la rencontre, ce n'est pas surprenant. Moi-même j'ai refusé de la rencontrer au début, et puis c'est venu d'un coup comme ça. Je pense qu'au début, ne pas voir l'autre nous protège et puis au bout d'un moment c'est ne pas savoir qui nous fait plus de mal qu'autre chose. Donc changement de stratégie, ce n'est ni bon ni mauvais signe, c'est juste que ça correspond à l'évolution de notre ressenti.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 01 septembre 2013 à 20h38

aviatha
Je pense qu'au début, ne pas voir l'autre nous protège et puis au bout d'un moment c'est ne pas savoir qui nous fait plus de mal qu'autre chose.

(+) (+) (+)

#

homme partit (invité)

le dimanche 01 septembre 2013 à 20h46

Siestacorta, je suis parti de la maison depuis 3 semaine afin de me retrouver. Tu as certainement raison que cela pourrait être une anticipation d'une séparation éventuelle. Je pense que ma peur est de ne pas contrôler ce qui va arriver car je ne sais comment accepter le poly de ma femme, et surtout je ne sais pas si je peux l'accepter.

La rencontre avec l'autre se fera, je me le suis fixé en objectif. Mais qu'est ce que cela va m'apporter? Un éclaircissement de la situation, une nouvelle explication, un déclic? Je vais donc suivre ce conseil donné par beaucoup d'intervenants.

Len, prendre mon temps pour accepter cette rencontre était, je le croyais, une bonne chose, avec le risque de ne jamais concrétiser cette rencontre. Car à trop cogiter, jamais ce genre de décision se dessinera. De plus, il me faut aller de l'avant pour me sortir de cette situation qui me pèse trop. Alors, sur un coup de tête un peu censé, j'ai décidé de le rencontrer demain dans un bar, sans ma femme pour commencer. Je vais "affronter" l'objet de mes souffrances.

aviatha, je ne sais ce que je penserai demain après cette rencontre, mais une chose est sure, la souffrance me bouffe réellement et il me tarde que cela cesse. J'ai l'impression d'avoir consumé mes cartouches de patience et de compréhension dans le seul but d'être agréable à ma femme.

Cette dernière s'est rendu compte de mon éloignement d'elle et rumine également du constat de notre couple.

#
Profil

aviatha

le dimanche 01 septembre 2013 à 21h12

Je ne peux que compatir et t'envoyer de bonnes ondes. Moi j'avais besoin de savoir ce qu'elle voulait, quelle place elle entendait que je lui laisse et comment elle envisageait les choses à l'avenir, ça permet de voir aussi que c'est un être humain en face et que c'est un peu comme ce que dit ma mère avec les araignées "elles ont souvent plus peur de nous que nous d'elles".
Par exemple, elle était persuadée que j'allais l'accabler de reproches, lui en vouloir, lui démontrer par A+B pourquoi elle était une mauvaise personne et que j'avais raison de la haïr... et j'ai débarqué en décidant de faire du thé avant de commencer à parler de quoi que ce soit, et elle m'a presque fait de la peine tellement elle était recroquevillée au bout de la table (pourtant je suis pas imposante avec mon mètre soixante, elle fait presque une tête de plus que moi^^).
Et plus largement, si ton seul but c'est d'être agréable à ta femme, ça ne peut pas marcher. Parce qu'il faut que tu y gagnes quelque chose aussi, même si c'est pas tout de suite. Moi je suis patiente parce que je pense que le temps viendra lui-même mettre de l'ordre dans tout ce bor***, et que ça ira mieux un jour, et je n'ai pas envie de lâcher, je le fais aussi pour moi, quelque part, et si tu n'as pas ça, c'est dur, très dur, de tenir la barre.

#

homme partit (invité)

le dimanche 01 septembre 2013 à 21h45

aviatha, merci pour tes bonnes ondes. Je pense qu'il m'en faudrait jusqu'à être irradié.

Tu me parles de gagner quelque chose plutôt que d'être agréable à ma femme, mais je ne sais plus quoi demander qui n'engendrerait pas une souffrance supplémentaire.

Il y a une telle inégalité entre sa vie et la mienne que je souffre chaque jour de sa relation poly. Au final, elle n'y est pas pour grand chose, le problème ne vient que de moi.

Défaitisme quand tu nous tiens..

#

homme partit (invité)

le dimanche 01 septembre 2013 à 21h57

aviatha, pour revenir à ma rencontre de cet autre demain, je ne sais toujours pas ce que j'en tirerai, ni l'orientation qu'elle prendra. J'ai demandé un tête à tête et que ma femme nous rejoigne. Je ne sais pas si je tiendrai de les voir à coté l'un de l'autre. Je me fais des films pas possibles, il est clair que je stresse un max.

Je ne pouvais admettre de le recevoir chez moi, même si je n'y habites plus depuis 3 semaines. Cette rencontre se fera dans un bar, un lieu impersonnel qui m'importe peu. Je n'aurai donc pas à gérer l'affectif du lieu. Maintenant à savoir qui paiera la tournée.....

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion