Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse pas assumée

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 août 2013 à 13h44

@ Lulutine: merci pour le résumé, succinct mais parfaitement exact. Pour les détails, n'ont qu'à lire le livre :-)

len
aimerplusieurshommes, ne le prend pas mal, ni pour toi, je m'interroge sur ce qui motive ces désirs, y'à t'il des causes sous-jacentes ?

En tout cas, j'imagine que cela doit être stressant et excitant en même temps comme situation et je ne voudrais pas être à ta place.

Je pense qu'il serait judicieux de réfléchir sur ta vie, ta vie de couple aussi, dans le fond qu'est-ce qui te rend heureuse/pas heureuse, qu'est ce qu'il manque réellement pour créer ton bonheur, ton épanouissement personnel en dehors de la sexualité, de sentiments, etc. ?

Ce qui motive mes désirs? Mon intérêt pour ces êtres étranges et passionnants que sont les hommes, mon envie de savoir comment ils vivent, aiment, "fonctionnent" intellectuellement. Et comme je suis une cérébrale, lorsqu'un homme me séduit intellectuellement, souvent le désir survient et s'il est réciproque, c'est une façon privilégiée d'encore mieux se connaître. Qui n'implique pas une "consommation" effrénée: j'ai fait l'amour une seule fois- j'avais 27 ans- avec un homme que j'ai aimé de 16 ans à 50 ans (jusqu'à sa mort prématurée, en fait) si fort que je continue à aller voir sa mère, qui sait quels sentiments j'avais pour son fils. Cinq fois avec un autre, connu en 1978, que je vois une fois l'an environ, mais on rattrape sur la durée le manque de rencontres. Etc, etc.
J’adore ta phrase sur la nécessité de réfléchir su ma vie de couple: que crois-tu que je fais depuis 40 ans que nous nous connaissons? Nous parlons beaucoup, il a eu quantité d'amoureuses mais pas que. Nous nous aimons pour un regard sensible et semblable sur la vie (notamment au niveau politique, militants tous les deux), j'ai eu mes deux filles avec lui et il est le seul homme que je supporte au quotidien. Mais il en existe tant d'autres qui valent d'être aimés...
Pour ta dernière question: je me sens sereine, ni stressée, ni excitée. Je ne l'ai pas toujours été, c'est le temps et la réflexion qui nous ont apporté cette sérénité. Si je devais refaire mon existence, je referais la même. Je souviens avoir dit un jour à mon mari "je n'ai envie d'envier personne". C'est appréciable. Je rêvais d'écrire, de publier, de voyager, d'agir pour améliorer le monde. Tout ceci s'est réalisé, plus les enfants que je n'avais pas programmés au départ et que j'aime tant à l'arrivée. Les amours plurielles comptent dans ma vie, mais c'est loin d'être mon seul pôle d'intérêt! La seule chose que je changerais, c'est que j'aurais préféré que mon père ne meure pas si jeune...

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 13h59

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 14h15

homme partit
Je suis un mari dont la femme se dit poly amoureuse. [...] Suite à diverse discussion, sans colère, sans critique, j'ai décidé d'évoluer vers l'acceptation de son désir d'amours plurielles.
[...]j'ai accepté de vivre une période d'essai qui ne me donne pas satisfaction, alors je démissionne. [...]Le poly amour ne me correspond pas.[...]J'aime tellement ma femme de façon exclusive que je ne peux admettre son autre relation. [...]Je ne lui fait aucun reproche[...]Je ne fais pas le procès du poly

Je te tire mon chapeau et je trouve ton attitude très saine.
Tu n'as pas cherché à culpabiliser ta femme ou à lui reprocher quoi que ce soit.
Simplement, tu as essayé, et tu as vu que ça ne te convenait pas.

Pour ce qui est de revenir ou pas avec elle alors qu'elle dit vouloir laisser tomber son autre histoire, je pense que tout est question de confiance. Si comme tu le dis tu ne pourras pas lui faire confiance et seras persuadé qu'elle te trompe, qu'elle voit quelqu'un d'autre en cachette, et bien je pense que ce n'est pas une bonne idée de reprendre une relation. Pour moi, la confiance est un ingrédient primordial de toute relation, sans la confiance, point de relation possible. Mais ce n'est que mon opinion.

Ca ne voudra pas dire qu'elle est responsable de ton manque de confiance en elle (après tout, elle ne t'a jamais menti si j'ai bien compris, puisque lorsqu'elle a rencontré quelqu'un d'autre elle te l'a dit). Ca voudra simplement dire que tu n'arrives pas à lui faire confiance. C'est simplement factuel, et tant que ça ne change pas je dirais que toute relation serait bancale et (pour moi) vouée à l'échec.

#
Profil

Evavita

le dimanche 18 août 2013 à 14h21

@ homme partit

C'est sûr que ce n'est pas facile pour tout le monde. Je pense que tu devrais discuter de tout ça avec ton épouse. Je pense que le noyaux de votre discussion ne devrait pas être de savoir si oui ou non tu reviens habiter sous le même toit qu'elle mais avant tout si vous allez trouver un moyen de faire cohabiter vos envies et besoins dans votre relation.
Je pense qu'il n'y a pas que deux possibilité pour votre relation, il y en sans doute plus que ça et avec un peu de chance et beaucoup de discussion, peut-être aller vous trouver un nouveau mode de fonctionnement sous à mettre en "période d'essai" (facile à dire hein?).
En tout cas, je trouve ta manière de réagir face aux événements très belle et je pense que ta manière d'appréhender tout finira par te mener vers la solution qui TE conviendra le mieux .

Merci d'être venu ajouter ton commentaire sur ce fils, je pense que ton expérience peut permettre à certains d'entre nous de nourrir notre réflexion :)

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 14h23

Len
Alors oui il y'à matière à s'interroger sur des addictions lorsque l'on veut développer plusieurs fois des sentiments, des passions, des sexualités.


Les polyamoureux que je connais bien ne veulent pas développer plusieurs fois des sentiments, passions etc. !
Simplement, ils n'y sont pas fermés. c'est là la nuance. Ton propos montre une extrême méconnaissance du polyamour.

Len
Cette manière de vivre démontre à elle seule des dépendances aux plaisirs par exemple où au grand frisson d'une relation naissante.


Là, tu décris la "monogamie en série". Désolée de te décevoir.

Len
les relations peuvent se développer, s'approfondir sans sexualité, sans passion, sans sentiments exagérés pour une personne.

Principe appliqué par tous les polyamoureux que je connais bien. :)
(Le mot "peuvent" étant important ! Ce n'est pas "doivent" !)

L'indépendance que tu prônes est justement leur credo.

#
Profil

Evavita

le dimanche 18 août 2013 à 14h23

ghaaa, j'avais pas vu que tu avais déjà réagi LuLutine, pardon pour le doublon...

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 14h25

Evavita
ghaaa, j'avais pas vu que tu avais déjà réagi LuLutine, pardon pour le doublon...

Mais c'est toujours bien d'avoir plusieurs points de vue.
Et même quand ils sont similaires, c'est toujours dit d'une façon différente et ça apporte toujours quelque chose.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 14h32

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 14h34

Len
Le fait de dire qu'on se l'interdit pas [...] ce n'est pas une nuance ;)


Ben si.

Len
C'est s'offrir le plus de liberté possible, pas d'interdit

Méconnaissance flagrante du polyamour qui est à l'opposé de ça.

Len
Quand on s'engage dans une voix, y'à pas d'exceptions, c'est à fond sans petite astérisque hein ;)

D'ailleurs tu devrais te l'appliquer à toi-même et rester célibataire du coup, non ?

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 14h59

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

popov

le dimanche 18 août 2013 à 15h12

L'énergie sexuelle est sûrement difficile à gérer. Mais ce n'est pas en verrouillant tout que l'on résout le problème. Il y a une différence entre le contrôle et la maîtrise. Le contrôle se contente de réprimer faute de mieux, la maîtrise accepte l'énergie qui se manifeste et s'en rend, par l'expérience de la conscience, maître. Bien sûr, c'est probablement utopique.
Mais, je ne vois pas d'autre solution que de plonger dans l'expérience avec conscience. Il y a des phases où l'addiction menace, d'autres où ce c'est la répression de sa propre énergie sexuelle qui fait problème... Ce qui est sûr c'est qu'à plonger tête baissée dans une voie, on se retrouve au final à l'opposé et cela devient destructeur pour soi (voire pour les autres...)
La question me semble la même pour la gestion du désir amoureux. On ne choisit pas de tomber amoureux, on explore, on gère et surtout, on fait ce qu'on peut avec (en tout cas moi, j'en suis là)...
Accepter ses limites finalement, constater qu'on l'on fait juste ce que l'on peut dans des énergies colossales à gérer, me paraît une démarche d'humilité qui permet parfois de se regarder avec bienveillance et amour.
La voie du milieu est sans doute difficile, mais je ne suis pas sûr que l'on ait vraiment le choix pour s'épanouir et se réconcilier avec soi. En ce sens, la seule liberté que l'on ait, pour moi, c'est d'accepter de faire le voyage avec soi et non le vivre comme une contrainte.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 15h17

Len
Héhé, justement j'applique ce que je dit à moi-même. Pas de relation "amoureuse" depuis 18 mois.



Mais attention, il faut que tu continues toute ta vie hein !

Et, puisque tu as l'intention de ne plus avoir de relations amoureuses, je pense que tu n'as plus rien à faire sur un forum dédié aux relations amoureuses. Je me demande ce que tu fais encore là, d'ailleurs ?

Len
Je peux devenir ami avec une femme avec qui je pourrais avoir du désir.


Quelle découverte. J'ai des relations amicales avec des hommes pour qui j'ai du désir. Parfois même ce désir a été réciproque.

Len
C'est juste trop puissant comme sensation de liberté ! :-)

Oui :)
Ne pas être dans la dépendance vis-à-vis d'une (ou plusieurs) personnes, c'est très libérateur.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 18 août 2013 à 15h19

@popov : je plussoie :)

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 16h09

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le dimanche 18 août 2013 à 16h30

Len
J'ai décidé de vivre une relation amoureuse lorsque je croiserai le chemin d'une femme qui sera la plus parfaite à mes yeux et à ses yeux.

Et si un jour tu rencontres une telle femme, que tu l'épouses, puis que plus tard tu en rencontres une autre encore "plus parfaite" à tes yeux et à ses yeux, tu feras quoi ?

Len
Personnellement je ne verrouille rien, faire l'amour à beaucoup trop de conséquences sur le cerveau et par extension sur mon libre arbitre pour que je me laisse aller à des expériences par ci par là au grès de mes envies, de mes sentiments, attirances etc

Tant mieux si ça marche comme ça pour toi. Il me semble que le polyamour n'est qu'une réponse possible aux conflits qui se font jour entre le désir et les sentiments d'une part, le besoin d'exclusivité, d'une certaine conception de la stabilité, etc. d'autre part, le côté addictif que peut présenter la NRE, le côté épanouissant et dynamisant qu'elle peut présenter aussi, les affres auxquels peuvent conduire la frustration liée au fait d'aimer quelqu'un qui nous aime et de ne pouvoir exprimer cet amour car un tiers s'y oppose, les affres auxquels peuvent conduire la jalousie amoureuse, le sentiment que l'autre nous échappe, etc. Comme nous sommes tous différents (ce qui est notre seul point commun comme disait avec humour un autre intervenant sur un autre fil), nous n'avons pas les mêmes façons de réagir, les mêmes attentes, les mêmes priorités relativement à notre bien-être, etc. et donc nous feront un choix différent. Si la monogamie exclusive te convient bien, enjoy ! Mais ça ne peut pas convenir à tout le monde, manifestement. Tiens, c'est comme pour le domaine professionnel. Le mineur de fond ne comprendra peut-être pas comment l'enseignant peut supporter de devoir gérer une classe, d'avoir des copies à corriger en rentrant chez lui, etc. L'enseignant ne comprendra peut-être pas comment le mineur peut supporter de faire un métier dans la poussière de charbon, risquer de mourir à 50 ans, se donner autant sur un plan physique, etc. Chacun à ses propres capacités, exigences, ressentis, désirs, difficultés, facilités, etc. Il serait idiot de vouloir que tout le monde devienne enseignant ou que tout le monde devienne mineur de fond.

Len Le sexe, les relations amoureuses multiples ne sont pas essentiels dans une vie constructive et basé sur un plaisir raisonné.

Comme déjà dit par d'autres, le polyamour ne consiste pas à se dire : il faut que j'ai des relations amoureuses multiples, c'est essentiel ; mais : si j'aime A et B, pourquoi devrais-je seulement exprimer cet amour ou bien à A ou bien à B, mais pas au deux ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 16h47

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Anarchamory

le dimanche 18 août 2013 à 17h12

Len
MetaZet >>

Je ne suis pas dans une logique de consommation, de profit(ter) des gens, opportunités qui s'ouvre à moi pour évoluer dans ma vie.

Quand je fais des choix, je m'y engage à fond et si c'est avec quelqu'un c'est avec une personne qui à le même état d'esprit.

Cela devrait répondre à tes questions.

En fait, non. Je ne vois juste pas le rapport avec mon intervention.

Len "si j'aime A et B, pourquoi devrais-je seulement exprimer cet amour ou bien à A ou bien à B, mais pas au deux ? "

Tu peux aimer A en te mariant et vivant ta vie avec et aimer B en développant une profonde relation d'amitié.

Oui, ou — nonobstant le fait que c'est impossible actuellement d'un point de vue légal — tu peux te marier avec A et B ; ou tu peux ne pas te marier et développer une profonde relation d'amitié avec A et B ; ou tu peux te marier avec l'un des deux et entretenir malgré tout une relation "amoureuse" avec l'autre ; ou bien ne te marier à aucun et entretenir une relation "amoureuse" avec les deux ; ou bien entretenir une profonde relation d'amitié avec l'un des deux et une relation "amoureuse" avec l'autre ; etc.

Après, ça dépend du type d'amour que tu entretiens, mais quand je disais : "si j'aime A et B, pourquoi devrais-je seulement exprimer cet amour ou bien à A ou bien à B, mais pas aux deux ?", il me semblait évident que je parlais de ce genre d'amour qui incite à nouer une relation "amoureuse", genre d'amour qui ne pourra pas s'accomplir avec "seulement" une profonde relation d'amitié. Bien sûr, il y a des cas où on aime quelqu'un d'amour et où on est obligé de se "résigner" à entretenir "seulement" une relation amicale avec lui parce que l'autre ne partage pas ces sentiments. Mais dans le cas où A, B et C seraient d'accord pour que C aime à la fois A et B, pourquoi un individu D extérieur à ce réseau relationnel aurait-il légitimité à s'interposer entre les individus qui le constitue pour leur dire ce qu'ils doivent faire, comment ils doivent aimer et qui ? C'est pas un peu paternaliste de prétendre savoir mieux que les autres ce qui est bon pour eux ?

Une autre question ?

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 17h51

*

Message modifié par son auteur il y a 7 ans.

#
Profil

tsampa

le dimanche 18 août 2013 à 19h11

Est-ce qu'on pourrait éviter de pourrir encore ce fil de discussion en passant notre temps à se justifier des accusations de Len ? Ça ne mènera à rien à part décourager Polycurieuse et Homme-parti. Merci :-)

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 août 2013 à 19h56

Je plussoie Tsampa, on s'éloigne du sujet du fil, là...
Par ailleurs, une phrase de Len me semble expliquer tout son développement ultérieur:

Len
Et unes source de plaisir, amène une addiction, une dépendance. Y'en à de toutes sortes (nourriture, cigarette, drogues etc.). Et je suis convaincu que ce plaisir du sexe ne fait pas exception, je l'ai moi-même vécu.

Clairement, Len a eu et à peut-être encore du mal à maîtriser ses pulsions, donc il les redoute et projette sur tout le monde cette difficulté, sans qu'il lui vienne à l'idée que nous ne sommes pas tous des pulsionnels prêts à partir en vrille dès que nous aimons. Je dirais même plus: les polys ont moins tendance à partir en vrille que les monos brusquement saisis par un désir extérieur (oui, ça arrive :-) ) car ils réfléchissent en permanence aux conséquences de leur choix de vie. Mais quand on a vécu une addiction quelle qu'elle soit, on devient souvent extrêmement intolérant: voir par exemple les ex-alcooliques contraints à ne pas boire une goutte d'alcool parce qu'ils savent qu'ils retomberont dans l'addiction, et qui vous font tout un cirque si vous buvez un ou deux verres de vin.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion