Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureuse pas assumée

#
Profil

Len

le dimanche 18 août 2013 à 20h27

*

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

Bobcat

le dimanche 18 août 2013 à 22h57

Hello tout le monde!

Personnellement, je trouve particulièrement cocasse et sincèrement drôle de lire une intervention qui alerte du fait que le fil se détourne progressivement de son sujet premier pour juste après l'emmener encore un petit peu plus loin dans l'autre direction :P

Je ne pourrais pas te donner de recette toute faite sur comment t'y prendre pour aborder le sujet avec ton Jim, Polycurieuse, tout au plus te donner une vision d'un "Jules" sur la question:

Pour ma part, en tant que Jules, je trouverais rassurant de te voir aborder le sujet avec Jim avec beaucoup d'amour et d'attention vis à vis de ce dernier.
Me sachant l'objet de (certaines de) tes attentions, voir et savoir que tu n'en délaisses pas pour autant ton compagnon de longue date (que ce soit dans l'ignorance, dans le déni de tes sentiments, ou simplement en le mettant de côté) a cela de positif de rendre apparente ton envie de faire prospérer deux relations en parallèle et non l'une aux dépends/en dépit de l'autre.

Beaucoup d'amour car c'est un sujet qui risque de faire remonter à fleur de peau chez lui des vulnérabilités ( "Mince? tu veux dire qu'avec notre mise en couple, le reste de la population mondiale masculine n'a pas cessé d'exister à tes yeux, faisant virtuellement de moi le seul mâle de la planète?" )
des peurs socialement construites ("Tu veux dire que je ne suis pas/plus assez performant pour toi?")
et j'en passe...

...beaucoup d'amour car cela reste un des meilleurs remèdes contre ce genre d'inquiétudes -et il n'y a d'ailleurs pas forcément besoin du polyamour pour qu'on les ressente malgré tout ces inquiétudes:

"Je te trouve craquant", "tu me rends heureuse" sont le genre de choses qu'il est toujours bon de rappeler de temps en temps et qui ont en général leur petit effet.

( "Chéri, je t'adore et tu es formidable, mais il faut que tu saches que j'ai fait tomber la tondeuse sur le chat du coup il a fallu égaliser" passera toujours mieux qu'un simple "au fait, j'ai tondu la boule de poils. Va falloir faire avec quand tes parents viendront dîner." )
Une touche d'humour peut aider aussi à faire relativiser à Jules autant qu'à Jim que l'on n'est pas dans un drame mais dans cette comédie romantique qu'on appelle la vie.

Beaucoup d'amour à vous trois donc !

#
Profil

Cendre

le dimanche 18 août 2013 à 23h04

Please !
Don't feed the troll !
Contactez moi si vous voulez pas voir leurs messages, mais sérieux, j'étais tellement contente d'avoir un invité qui me dise "Je me retrouve dans le rôle du conjoint de Cendre", faut pas les faire fuir, ceux là, ils me sont (oui, très égoïstement) ils me sont bien trop précieux pour envoyer valser leurs fils avec des histoires d'addiction au sexe.
{sur le point de devenir grossière, pour le coup}

(/me respire un grand coup, finalement, si je réagis comme ça, c'est que je vais plutôt bien, en fait...)

edit :
@Bobcat qui écrit en même temps que moi : merci d'être revenu au sujet...

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

ti-punch

le dimanche 18 août 2013 à 23h54

homme partit
Bonjour. Je suis un mari dont la femme se dit poly amoureuse. Je me retrouve dans le rôle du conjoint de Cendre. Suite à diverse discussion, sans colère, sans critique, j'ai décidé d'évoluer vers l'acceptation de son désir d'amours plurielles. Pourquoi ? Par amour, je ne me donne pas le droit de la priver d'être heureuse. Ensuite, elle reste libre de vivre sa vie, car je suis du genre à dire que personne n'appartient à personne. Par principe, comment savoir si on aime ou pas avant d'y avoir gouté ? Elle m'a donné l'adresse de ce site afin d'en connaitre davantage sur le poly amour. Voila donc plusieurs mois que cela dure et j'avoue plus subir qu'accepter. J'ai donc quitté ma femme depuis 15 jours maintenant, de ma propre initiative. J'ai compris que je ne peux pas souffrir par amour, que je ne dois pas tout accepter pour son plaisir. Elle a modifié notre contrat de vie, j'ai accepté de vivre une période d'essai qui ne me donne pas satisfaction, alors je démissionne. J'ai les tripes à l'air mais je pense à moi. Pourquoi cette démission ? Le poly amour ne me correspond pas. J'ai voulu approfondir ce refus d'acceptation en allant voir un psy, Ce dernier m'a fait remarqué que se noyer dans la vie de l'autre est la source de mon mal, Cette dépendance affective qui unit les couple lors d'un coup de foudre devient dramatique lorsque l'un des 2 veut la casser. J'aime tellement ma femme de façon exclusive que je ne peux admettre son autre relation. Soigner cette dépendance signifie pour moi de moins aimer ma femme. Ce n'est qu'une interprétation personnelle, mais elle vient du cœur et non de livres ou autres théories où une solution apparait systématiquement. Les sentiments sont réels et incontrôlables. De plus, je ne suis pas tenté par d'autres femmes, je ne suis pas poly. Cette évolution de vie ne correspond qu'à ma femme, pourquoi donc devrais-je suivre cette voie ? Je ne lui fait aucun reproche, j'ai quitté la maison depuis 2 semaines et elle ne cesse de me demander de revenir en me promettant de cesser son autre relation. Je suis perdu dans le choix à faire, revenir en espérant qu'elle cesse sa double vie, tout en me disant qu'elle peut le faire en cachette, ou me séparer d'elle. Dans les 2 cas je souffrirai, dans un, ma femme sera ravi. Quel dilemme. Je ne fais pas le procès du poly, loin de moi cette idée, mais simplement rapporté mon histoire que ma belle lira certainement.

Bonjour mari partit,
Je comprends pleinement votre situation,car je suis dans a peu pres la meme situation que vous.
J'en suis au statut quo le temps d'aller voir un psy apres nos vacances,donc son coup de coeur à côté n'est pas encore consommé. Mais honnetement plus le temps passe et moins j'y crois.
D'une son comportement à changer,je la trouve moins investie dans le bon fonctionnement de notre couple ne serait ce que le sexe lorsque je lui fais part de mon envie d'elle (de diverses manières),et par ses réactions j'ai l'impression de lui demander d'aller abattre un chaton ou un chiot,du coup ca me coupe.
Mais il en va de meme pour moi que pour vous, je prends ce revirement comme un coup de canife dans le contrat. Car lorsque je me suis marié (religieusement) j'ai juré fidélité et inversement pour elle.
Et sincerement je ne sais pas si une fois sa liaison consommée,je ne trouverais pas qu'il à souillé ma femme, et après ca comment pourrais je vouloir des enfants avec elle si telle est le cas(car elle y aura consenti)?
Idem pour moi,je respecte la facon de penser de tout un chacun et j'aimerais arriver à penser librement comme vous,mais j'ai été bercé par les préceptes de la religion catholique et malgré mon anti-conformisme je n'arrive pas à m'en défaire.

#

homme partit (invité)

le lundi 19 août 2013 à 15h08

ti-punch, je suis en avance sur toi car la relation parallèle de ma femme est consommée depuis plusieurs mois. Si j'avais donné mon accord pour un essai, comme précisé lors de mon message précédent, je ne trouve aucun bénéfice à cette situation, contrairement à elle.

Elle a tellement donné pour l'autre qu'effectivement je me suis senti délaissé et blessé. je te rejoins donc sur ce ressenti.

Je te dirai que le pire est cette énergie mise en œuvre pour me faire accepter ce mode de vie qui au final se retourne contre moi, puisque moins présente, moins attentionnée, du moins c'est ce que je ressens. J'ai du mal à croire que vouloir aimer 2 personnes à la fois soit totalement bénéfique à tous. Je ressens une telle différence entre l'avant et l'après que je ne me sentais plus de continuer ainsi, j'ai énormément perdu, trop en fait.

Lors de notre dernière discussion, nous avons abordé la suite de notre couple. J'ai découvert son égoïsme à continuer malgré mon mal être alors que j'avais fait l'effort de comprendre et d'accepter une période d'essai. Je me dis que l'autre est une roue de secours, qu'elle a un filet, contrairement à moi.

Je ne sais plus maintenant ce que je dois faire, je reste dans un flou que je n'ai pas voulu mais j'ai accepté pour elle. Elle me harcèle chaque jour pour que je revienne à ses côté, mais si elle en est arrivé à vouloir aimer un autre homme, ne serait-ce pas que je ne lui suffise plus?

Je ne me sens pas l'âme d'un candauliste, encore moins d'un homme soumis à ses désirs unilatéraux, mais si nous ne sommes plus capable de faire mutuellement des concessions sur notre vie, à quoi bon de continuer ensemble?

J'ai ouvert les yeux sur la vie à 2 et le fait d'aimer l'autre. Effectivement, les limites à l'amour ne sont pas tangibles mais elles existent. A chacun de ne pas se noyer dans les désirs unilatéraux de l'autre afin de se préserver. Chacun se doit de respirer par lui-même et non à travers l'autre.

J'ai également appris que tu ne peux pas donner ce que tu n'as pas. Comment donner de l'amour à sa femme si tu n'es pas heureux?

Lors de la découverte de ce site, ma femme m'ayant donné l'adresse, j'ai parcouru beaucoup de discussion. Les messages racontant une situation comme la mienne sont en nombre. Je reste surpris tout de même par certains intervenants dont les mots me choquent assez. Serait-ce la preuve que le poly amour n'est pas fait pour moi?

Je respecte ceux qui sont en osmose avec ce mode de vie, j'ai tenté de comprendre, d'apprendre, mais ma femme n'a certainement pas été un bon professeur et je dois être un mauvais élève.

#

Polycurieuse (invité)

le mardi 20 août 2013 à 16h37

Ouillouillouille!

J’étais pas venu voir le fil de discussion depuis quelques jours et me voilà surprise de voir tant de réponses !
C’est très instructif de lire vos expériences, et ce que j’en retiens c’est que 1) la mise en place d’une relation polyamoureuse dans le cadre d’une relation exclusive existante prend du temps, que 2) ce sont surtout les femmes qui sont polyamoureuses (Bouquetfleuri, Evavita, Aimerplusieurshommes, Lulutine, Cendre, etc .. ou bien les hommes de ce forum n’éprouvent pas le désir de témoigner ), et que 3) les partenaires souffrent toujours (plus ou moins, plus ou moins longtemps).

En tous cas merci de prendre le temps de raconter, de mon côté on avance : le week-end dernier, nous avons parlé de X-marié-deux-enfants, qui a une relation extraconjugale avec Y.

Je dis à Jim : « je trouve ça OK, les deux s’aiment et ils ne font de mal à personne, au fond », Jim répond :« Il aime Y, elle lui apporte autre chose que sa femme mais il ne vivrait pas avec elle, et puis tant que la femme de X ne sait rien, elle ne peut pas souffrir. D’ailleurs je trouve que depuis que X voit Y la relation avec sa femme est bien plus harmonieuse».
WOW, on avance vraiment.

Jim accepte donc tout à fait l’idée que l’on puisse continuer à aimer son partenaire principal même si l’on voit quelqu’un d’autre.
MAIS, je ne sais pas s’il voudrait savoir dans notre cas. Ainsi la question de lui parler de mon Jules n’est peut-être pas aussi importante. Bien sûr s’il devait l’apprendre autrement que par moi, il serait blessé de mes cachoteries, s’il l’apprenait par moi, il serait tout aussi blessé… mais je pense que dans tous les cas notre relation ne serait pas remise en cause.

Quelles sont vos règles de vie polyamoureuse à deux? vous dites clairement ce que vous faites avec vos Jims? ou bien des mensonges par omission ? la vérité tacite ? Argh que faire, dire ou pas dire… that is ze question ?

#

Polycurieuse (invité)

le mardi 20 août 2013 à 16h39

Énfin, pour répondre à Bobcat dont l’apport est vraiment intéressant : Il est vrai que mon Jules me demande régulièrement ce que Jim sait, comment je m’y prends avec lui etc… C’est un point de vue intéressant que de savoir que cela le rassure de me savoir toujours amoureuse de mon Jim, je n’avais pas vu cela comme ça ! Je pensais que c’était de la curiosité chez lui. Merci d'éclairer un peu plus ma chandelle!

#

moka (invité)

le mardi 20 août 2013 à 16h56

"et puis tant que la femme de X ne sait rien, elle ne peut pas souffrir"

Je ne supporte pas cette phrase. La femme de X est adulte, en pleine possession de ses moyens, capable de faire des choix, et de comprendre ceux de son mari. Je comprends qu'il puisse être difficile de mettre au courant son conjoint de certaines choses, mais les gens qui trouvent ça bien/pas trop grave, de maintenir volontairement leur conjoint dans l’ignorance, surtout sur le long terme, surtout sur un thème potentiellement important, ça me dépasse.
Si on part de ce principe, je peux traiter ma meilleure amie de salope dans son dos, tant qu'elle ne sait rien elle ne peut pas souffrir donc ça va quoi...

#

Polycurieuse (invité)

le mardi 20 août 2013 à 17h06

Pour répondre à « homme parti », je sais que ceci est plus théorique que pratique, puisque je ne vis pas la situation moi-même, mais je ne crois pas que ta femme soit égoïste en continuant à vouloir faire exister une relation sentimentale avec un autre homme que toi. Ce qui serait égoïste serait de lui demander de faire cesser cette relation au nom de ta souffrance.
Les termes que tu emploies me semblent surtout le reflet d’un sentiment d’insécurité.
: „ roue de secours“ ,“filet“, „..que je ne lui suffise plus“
Je pense que ce qu’il faut comprendre c’est que l’on doit être soi-même heureux avant tout, tu ne peux pas mettre ton bonheur dans les mains de ta partenaire, c’est lourd à porter ! Le bonheur à deux c’est du bonus. Si elle est heureuse, c’est ce qui compte. Elle veut vivre avec toi ? Encore mieux ! car avoir un partenaire heureux à tes côtés c’est la meilleure chose qu’il puisse t’arriver.
Tu vois bien que tu ne peux pas tout apporter tout le temps à ta femme, et c’est okay, tu n’es pas superman et elle t’aime comme ça.
Si malgré tout tu n’arrives pas à vivre avec ça, je te demande de te rappeler un des fondamentaux du bouddhisme : chaque chose est impermanente. Ta femme ne t’apportera jamais le bonheur ultime que tous les êtres sensibles recherchent, parce que si dans le meilleur des cas vous ne vous séparez jamais, la mort finira par le faire.
La vie à deux c’est un vrai cadeau, c’est la meilleure façon de progresser dans la vie, l’autre est un miroir qui nous met tout le temps face à nos peurs. Cultive ton bonheur autrement et ne cesse pas de donner de l’amour à ta femme.

#

Polycurieuse (invité)

le mardi 20 août 2013 à 20h01

Tu sais quoi Moka? À l'église aussi on dit qu'il ne faut pas mentir, on dit aussi qu'il faut se jurer fidélité... Alors tu vois tes réactions enflammées ne cache que de la pure morale! Ça me rappelle toutes ses oies sur d'autres forums qui s'offusquent qu'on puisse aimer deux personnes à la fois.

#
Profil

Cendre

le mardi 20 août 2013 à 22h02

Polycurieuse
2) ce sont surtout les femmes qui sont polyamoureuses (Bouquetfleuri, Evavita, Aimerplusieurshommes, Lulutine, Cendre, etc .. ou bien les hommes de ce forum n’éprouvent pas le désir de témoigner )

huhu ^^
Je n'avais pas idée que Bouquet Fleuri puisse apparaître féminin, mais après tout, un arbre a-t-il un genre ?

Quand est-il de mes règles de vies, non à deux, mais à trois, car les relations poly m’apparaissent de plus en plus comme des triangles plus ou moins accolés les uns aux autres.
On ne peut jamais tout dire.
D'abord parce qu'on en a pas le temps, et même quand ces informations ne génèrent pas de souffrance, il n'y a pas nécessairement l'intérêt.
Par contre, il y a un réel intérêt à pouvoir dire ce que l'on souhaite dire. De la simple anecdote à la rencontre qui nous a fait chavirer : c'est celui de partager avec un aimé ce que l'on peut vivre avec un autre. Et être entendue, comprise, soutenue le cas échéant... Moi, j'adore vraiment ça.

Avec mon compagnon, nous n'en sommes pas là. J'essaye comme je peux de penser ternaire, d'introduire ces autres dans notre vie à deux, mais on est quand même sur un fonctionnement Don’t ask, Don’t tell, en translucidité quasi opaque. Il sait, mais m'a dit explicitement qu'il saurait me demander s'il voulait des détails.
En attendant, j'essaye de lui parler des autres rencontres que je fais via le forum et les cafés, les lectures et autres sources d'intérêts glanées.

A lire peut être pour toi quand même :
sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2013/07/la-f...

#
Profil

zina

le mercredi 21 août 2013 à 00h26

polycurieuse, je voulais réagir concernant ta réponse à moka.

Je suis plutôt d'accord avec moka, et pour moi ce n'est absolument pas de la morale religieuse ou autre...

C'est juste un principe qui me dit que chacun de mes partenaire est adulte. Si je cache quelque chose d'important à l'un d'entre eux, alors il leur manque des données pour d'éventuelles décisions qu'ils peuvent faire dans leurs vies.

Un exemple : Cacher par exemple à celui avec qui je vis que j'ai une autre relation - qui peut par exemple me rendre indisponible parfois, me donner envie de vacances sans lui etc. Ça peut poser des soucis simples de planifications. Si je lui dis, il pourra planifier plus de choses de son côté sans croire que je me retrouve seule, par exemple. Ou même, il pourra se réjouir, il aura le choix. Il aura aussi le choix de dire que ça ne lui convient pas et de partir. C'est simplement un respect de la liberté de l'autre, et ça, ce n'est pas de la morale religieuse, mais c'est un principe important dans le polyamour, justement. C'est du respect en fait.

Ce n'est pas forcément simple, et comme déjà dit plus haut, on peut décider de faire autrement et je ne jugerai personne, ce n'est pas mon rôle. Mais dire que cacher les choses c'est satisfaisant et même d'insinuer que c'est rendre service à l'autre que de décider pour lui de ne pas lui dire, ce n'est pas une position que je suis prête à défendre sur ce site.

Il est intéressant de voir la communication avec ton mari avancer, polycurieuse.

Pour répondre à ton autre question, comment ça se passe avec mes amoureux... C'est assez simple, depuis que j'ai décidé de tenter le polyamour, j'ai d'abord toujours dit clairement si j'avais d'autres amours dans ma vie. Quand on me demande des détails, j'en donne - sans toutefois aller dans l'exhibitionnisme si je ressens un souci, mais le problème ne s'est jamais posé. Ma petite amie actuellement n'est pas tellement interessée par mes autres relations, donc je lui dis plus ou moins quand j'ai quelqu'un de nouveau, et je dis mon emploi du temps quand on pense à planifier quelque chose, en incluant les activités avec d'autres, mais sans insister. Ça ne pose pas de souci en soi, mais on a eu de longues discussions sur le polyamour. Pour d'autres, je donne plus ou moins de détails, mais chacun sait que j'ai d'autres amours qu'eux dans ma vie.

Je ne sais pas si ça apporte quelque chose qui peut aider?

#

Polycurieuse (invité)

le mercredi 21 août 2013 à 09h47

Salut Zina,
Ma réponse à la contribution épidermique de Moka se voulait volontairement provocative.
Ca m'énerve d'être jugée par des gens aussi obtus (le mot est lâché), et je pensais pas en trouver ici.
Je suis bien là pour prendre des conseils pour faire avancer la communication avec mon compagnon, et avant d'arriver sur ce forum, j'en ai lu des pages et des pages consternantes de gens qui s'offusquent au nom de la morale et dont la réaction n'est pas si différente de celle de Moka dans la forme: radicale, et pas réflective.

#

homme partit (invité)

le mercredi 21 août 2013 à 11h31

Polycurieuse, tu écris que si la femme de X ne sait rien, elle ne souffrira pas, que ton homme serait blessé de tes cachoteries. Pour moi, une relation poly est basé sur la confiance et non sur des cachoteries et autres tromperies que je classerai comme adultère. Même si je souffre de la double relation de ma femme, elle est restée honnête avec elle même et donc avec moi.

Je ne demanderai jamais à ma femme de cesser son autre relation, j'ai simplement décidé pour moi, comme elle a décidé pour elle. Pourquoi le conjoint devrait-il accepter le poly amour? Pourquoi ne serait-ce pas l'inverse? Je n'ai pas de réponse. Le poly comme la monogamie ne sont des axiomes, aucun théorème, aucune étude scientifique ne démontrent que ce style de vie est mieux que l'autre. La complexité humaine fait que chacun a ses propres envies, ses propres sentiments.

Le bonheur à 2 était mon idéal, plus pour elle. Mon sentiment actuel est que la séparation que j'ai décidé me rempli de solitude, contrairement à elle où quelqu'un d'autre est présent.

Dans le cas de ma femme, le poly amour fait suite à une période de vie devenue trop parfaite donc trop linéaire. Bien que nous sortions, pratiquions diverses activités, il lui en fallait encore plus : l'envie de séduire, de plaire. Maintenant qu'elle sait que ses charmes agissent encore, j'ai effectivement peur qu'elle continue dans cette voie avec d'autres. Car une fois la magie d'une rencontre éteinte, l'envie de recommencer reprendra le dessus.

Le sentiment d'insécurité doit être un moteur pour alimenter le couple : vivre l'instant présent comme si c'était le dernier. Je pense que cela est vrai pour les hommes, les femmes ayant besoin de sécurité. Le poly amène cette sécurité à ma femme puisque en cas de séparation définitive, elle a déjà un "remplaçant".
Effectivement j'ai peur qu'elle l'aime plus que moi, qu'elle ait raison de l'aimer. Vouloir ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier est bien une recherche d'une sécurité affective lié à de la nouveauté. Si cette nouveauté ne me plait pas, j'ai mon officiel qui me câlinera afin que je puisse rechercher une autre nouveauté. Etre et avoir été, le Graal de l'Homme?

J'ai lu des messages sur ce forums qui ne me rassurent pas beaucoup sur l'avenir des couples dont un est mono et l'autre se découvre poly. Ces messages relèvent les souffrances du conjoint, qui accepte par amour. Au final, vouloir le bonheur de l'autre au détriment du sien, ce n'est pas la bonne méthode et encore moins le vrai bonheur, je l'ai assez essayé.

La démarche afin d'accepter son conjoint poly est assez juste : jalousie à bannir, confiance en soi, indépendance affective, etc, mais je ne me retrouve pas. Mon cœur doit battre pour mon autre comme pour moi. Si je deviens trop indépendant, je ne me vois pas m'investir sur une longue durée nécessaire à éduquer mes enfants par exemple.

Pour terminer, le bonheur n'a pas de recette miracle, mais je crois en la simplicité qui diminue les complications.

#
Profil

zina

le mercredi 21 août 2013 à 18h58

Bonjour homme parti. Je comprends bien que tu choisis et nous donne tes ressentis de ton point de vue.

Quand tu dis "l'autre ne sera pas seul en cas de rupture, donc c'est moins grave pour l'autre", je me dis... C'est peut être vrai dans certains cas, mais ne pas être seul ne veux pas dire qu'on ne souffre pas d'une rupture. Ce qui fait mal c'est la fin d'une relation forte, complice, proche. Être ou pas en manque de calin, pour moi, face à toute cette perte, c'est pas grand chose.

Comme tu dis, entre mono et poly, ce n'est pas toujours simple, mais ce n'est pas toujours au désavantage des monos non plus. Quand un poly choisit de redevenir exclusif, cela va entrainer une rupture avec l'autre ou les autres amours et aussi entrainer de la souffrance... mais du coup pour les polyamoureux.

Aimer plusieurs personnes ne signifie pas qu'on dilue notre amour entre plusieurs personnes, et qu'une rupture n'est pas grave. Au contraire, pour moi, chaque personne que j'aime est une relation importante et indépendante. Une nouvelle relation ne remplace pas une qui se termine. Pour tout te dire, j'ai mis plusieurs années à faire le deuil d'une relation alors que j'en ai eu plusieurs entre deux (et même pendant). Je comprends que tu puisses avoir le point de vue que tu exposes, mais ce n'est pas forcément celui que l'on ressens, en face.

Alors je ne connais pas ta femme. Et en effet, pour moi aussi, qui suis polyamoureuse, les relations mono-poly autour de moi ont abouti à de la souffrance... pour moi. J'étais en relation de base polyamoureuse, et j'ai vu des amoureux me quitter pour des relations exclusives "nouvelles". Oui, tu as raison, ça fait mal, les ruptures. Je suis toujours polyamoureuse, et je n'en veux à personne. J'ai eu mal, mais je les aime, et je sais qu'ils sont heureux ainsi. C'est une consolation. Mais c'est bien à l'opposé de la sécurité. Je crois que la sécurité, c'est pas mal illusoire, et dans un contexte féministe, c'est aussi important de ne pas s'illusionner. Les divorces existent, les accidents de vie, les changements aussi, et c'est dans tous les cas une bonne idée de savoir se sentir en sécurité d'abord seul avant de considérer une ou des relations. Ce n'est pas toujours possible, mais c'est mieux quand ça l'est, je trouve.

Mais en effet, la simplicité est un bon chemin. Pour toi la simplicité passe par l'exclusivité, pour moi elle passe par le polyamour, qui me permet d'être en toute honnêteté, et d'assumer aussi mon indépendance.

J'aime bien le respect dans la différence, je crois. :-)

#
Profil

ti-punch

le vendredi 23 août 2013 à 06h43

homme partit ti-punch, je suis en avance sur toi car la relation parallèle de ma femme est consommée depuis plusieurs mois. Si j'avais donné mon accord pour un essai, comme précisé lors de mon message précédent, je ne trouve aucun bénéfice à cette situation, contrairement à elle. Elle a tellement donné pour l'autre qu'effectivement je me suis senti délaissé et blessé. je te rejoins donc sur ce ressenti. Je te dirai que le pire est cette énergie mise en œuvre pour me faire accepter ce mode de vie qui au final se retourne contre moi, puisque moins présente, moins attentionnée, du moins c'est ce que je ressens. J'ai du mal à croire que vouloir aimer 2 personnes à la fois soit totalement bénéfique à tous. Je ressens une telle différence entre l'avant et l'après que je ne me sentais plus de continuer ainsi, j'ai énormément perdu, trop en fait. Lors de notre dernière discussion, nous avons abordé la suite de notre couple. J'ai découvert son égoïsme à continuer malgré mon mal être alors que j'avais fait l'effort de comprendre et d'accepter une période d'essai. Je me dis que l'autre est une roue de secours, qu'elle a un filet, contrairement à moi. Je ne sais plus maintenant ce que je dois faire, je reste dans un flou que je n'ai pas voulu mais j'ai accepté pour elle. Elle me harcèle chaque jour pour que je revienne à ses côté, mais si elle en est arrivé à vouloir aimer un autre homme, ne serait-ce pas que je ne lui suffise plus ? Je ne me sens pas l'âme d'un candauliste, encore moins d'un homme soumis à ses désirs unilatéraux, mais si nous ne sommes plus capable de faire mutuellement des concessions sur notre vie, à quoi bon de continuer ensemble ? J'ai ouvert les yeux sur la vie à 2 et le fait d'aimer l'autre. Effectivement, les limites à l'amour ne sont pas tangibles mais elles existent. A chacun de ne pas se noyer dans les désirs unilatéraux de l'autre afin de se préserver. Chacun se doit de respirer par lui-même et non à travers l'autre. J'ai également appris que tu ne peux pas donner ce que tu n'as pas. Comment donner de l'amour à sa femme si tu n'es pas heureux ? Lors de la découverte de ce site, ma femme m'ayant donné l'adresse, j'ai parcouru beaucoup de discussion. Les messages racontant une situation comme la mienne sont en nombre. Je reste surpris tout de même par certains intervenants dont les mots me choquent assez. Serait-ce la preuve que le poly amour n'est pas fait pour moi ? Je respecte ceux qui sont en osmose avec ce mode de vie, j'ai tenté de comprendre, d'apprendre, mais ma femme n'a certainement pas été un bon professeur et je dois être un mauvais élève.


Je suis tout à fait dans le meme cas,elle me parait plus investie dans le ressenti et le bien-être du second que du mien,peut être parce qu'elle m'observe et me connait par coeur... Oui je vous rejoins dans cet avis,ce qui m'interloque avec les polys (ex mono en couple),c'est qu'à partir du moment où ils ont compris et accepté leur nature,il faut que le partenaire mono accepte ou décide de partir sinon c'est considéré comme de l'égoïsme,mais n'en est-ce pas justement de l'égoïsme de laisser souffrir celui-ci soit par l'obligation d'accepter un(e) partenaire que l'on ne reconnais plus,soit par la charge d'une décision auquel il ne tient pas,puisqu'à la base ce n'est pas lui l'instigateur de cette nouvelle situation?! En ce qui me concerne,je ne peux pas vous aider sur ce point,car ma femme sait que si l'on vient à se séparer je couperais les ponts définitivement,pas par mesquinerie ou méchanceté,non-juste trop de souffrance et pas envie de remuer le couteau dans la plaie. De toute manière,je ne pourrais pas l'oublier car 16 ans de vie commune avec son 1er et unique amour (jusqu'à ce jour)ne se balaye pas d'un revers de la main,mais je ne le supporterais pas

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

ti-punch

le vendredi 23 août 2013 à 07h24

Il y'à également un truc que je ne comprends pas concernant mon épouse.
Car elle est amoureuse de deux hommes à la fois,et me soutient qu'elle n'est pas polyamoureuse alors qu'elle adhère aux pensées et au fonctionnement des polys.

Pareil depuis qu'elle s'est découverte,elle met une distance entre nous,je la sens moins investie ne serait ce que dans le soutient de tous les jours.
Et elle me surine que maintenant elle vis pour elle et non pas à travers les autres,qu'il va falloir que je m'y fasses,et qu'il n'y aura pas de marche arriere.
Alors tout celà je l'entends,le comprends mais je pense qu'à trop vouloir me forcer la main,elle pourrait déclencher des évènements auxquels elle ne s'attends pas,et obtenir tout à fait l'inverse du résultat qu'elle escompte.
Nous sommes actuellement en vacances dans un endroit où elle capte très mal (ce qui m'arrange bien) et lui est également en vacances en famille,du coup ils se donnent peu de nouvelles. Elle me dit que nous passons de bonnes vacances,mais je vois bien qu'elle est ailleurs le regard dans le vide,lorsque je lui pose des questions sur son moral elle me dit que tout va bien,mais je sais qu'elle pense à lui et qu'il lui manque.

Lorsque nous faisons l'amour,soit c'est nul parce que forcé pour me faire plaisir,soit c'est génial mais du coup je me pose la question à savoir si elle était pleinement avec moi ou si elle s'imagine avec lui.

Ceci dit moi même est souvent l'esprit torturé (pour preuve) avec le regard dans le vague,et je fais de mon mieux pour que ca se passe bien,mais tout ceci me fatigue nerveusement.

#

homme partit (invité)

le vendredi 23 août 2013 à 18h56

ti-punch, ta femme n'a pas l'air d'être une vraie poly mais une personne en train de tomber amoureuse d'une autre, c'est ce que je ressens en te lisant.
Maintenant, l'autre est marié, mais sa femme est-elle au courant? A croire que ta femme a une liaison digne d'un adultère que tu cautionnes. Le peu que j'ai retenu d'un poly est d'être sincère et loyal envers ses partenaires.

Le fait de te dire qu'elle ne reviendra pas en arrière est un ultimatum qui est contre toi. Je ne vois donc pas l'attitude d'un poly. Elle ne pense plus à toi en disant cela.

Je pense qu'il y a beaucoup de non dits dans ton couple. Il serait temps d'avoir une bonne discussion, pausée et constructive, où chacun exprimera ses désirs, ses ressentis, ses non dits et en tentant de trouver un terrain d'entente. Dis-lui que cela va trop loin et trop rapidement. Elle doit prendre en compte ta souffrance car au final, à force d'être le perdant, tu n'auras plus rien à perdre.

Je pense que ta femme a raison dans le fait de vivre pour soi et non à travers l'autre, mais cela ne veut pas dire être égoïste. Un couple sans partage n'est plus un couple mais une collocation sonnant le glas de ce même couple.

Quand je lis les interventions de ce forum, je vois que nous ne sommes pas des cas uniques. Si cela n'est pas rassurant, au moins j'ai l'impression de ne pas être une exception.

#
Profil

aviatha

le samedi 24 août 2013 à 14h31

Si je puis me permettre messieurs, étant dans votre cas, j'appuie beaucoup homme partit dans son analyse. Parce que ce n'est pas une marque de respect, à mon sens, que de dire à l'autre "maintenant c'est comme ça et on ne reviendra pas en arrière". Au contraire, demander quelque chose implique qu'on est prêt à écouter les demandes qui sont en face. Lorsque j'ai expliqué à mon compagnon que la situation était très difficilement vivable pour moi mais que je pourrais encore la supporter un temps à certaines conditions, il a écouté ces conditions et me les a toutes accordées, même si ce n'était pas évident pour lui, et encore moins pour elle. Mais il voyait bien que pour moi elles devenaient plus que nécessaires. Et le respect je pense commence par prendre de conscience des efforts de l'autre et par être prêt à faire également des efforts vers lui, ça ne marche pas à sens unique.
Autre chose, est-ce que vous connaissez les autres compagnons de vos femmes ? A titre très personnel, je vois comme cela peut nous aider, encore plus depuis qu'elle et moi parlons beaucoup, à essayer de prendre le ressenti de tout le monde en compte et de limiter la casse. Après, je sais bien que ce n'est pas possible/souhaitable dans tous les cas, donc ce n'est qu'une suggestion.

#

(compte clôturé)

le samedi 24 août 2013 à 14h58

Aviatha
Et le respect je pense commence par prendre de conscience des efforts de l'autre et par être prêt à faire également des efforts vers lui, ça ne marche pas à sens unique.

(+) <3

Aviatha
...encore plus depuis qu'elle et moi parlons beaucoup, à essayer de prendre le ressenti de tout le monde en compte...

Je pense en effet que ça peut être bien (à mes yeux même indispensable) pour différentes raisons. Tout d'abord apprendre à connaitre l'autre permet de ne plus avoir "peur" de l'autre (on craint je pense toujours plus ce que l'on ne connait pas). Ensuite, comprendre l'autre, les autres, permet de se situer par rapport à chacun, à ses aspirations, etc... Et puis, cela permet un réel dialogue entre tous et je pense que c'est un élément indispensable.

L'amour est une situation qui se gère à deux mais en situation d'amour ou d'affections à plusieurs, la situation doit se gérer AUSSI en commun (je ne parle pas là de communauté ou de trouple, ce serait un débat plus vaste encore). Perso, savoir que les personnes auxquelles je tiens se considèrent avec respect, ça me touche car elles me montrent, par ce biais, la meilleure preuve qu'elles m'acceptent telle que je suis, telle que je veux être, et c'est important pour moi. Important aussi, le fait qu'aucune ne désire envier la place de l'autre, à moi de faire en sorte que chacun puisse s'épanouir au mieux (honnêtement et clairement) à sa juste place (celle ci devant être définie et acceptée par tous, suivant la situation et l'évolution de chacun et de tous). On ne peut je pense jamais donner à 100% ce que l'autre désire car nous avons nos propres désires et ceux-ci ne sont pas toujours complètement compatibles. Par contre, s'accorder pour que chacun ne se sente pas délaissé, c'est important. Dire les choses, ce que l'on peut/veut, ce que l'on ne peut pas/veut pas... c'est déjà savoir ce que l'on peut/veut et ce savoir passe par l'introspection et le dialogue avec autrui. Donc savoir ce que l'autre accepte ou pas, passe par l'introspection de chacun et une bonne communication commune.

Evidemment c'est mon avis et mon analyse personnelle qui n'engagent que moi, blablabla...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion