Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Dormir ensemble ou pas (Décortiquons la Monogamie)

Monogamie
#
Profil

artichaut

le mercredi 09 septembre 2020 à 12h19

Dormir ensemble (j'ai bien dit dormir, je ne parle pas de sexe) c'est beaucoup un truc in-négociable de la monogamie (qui va avec le fait de s'aimer donc d'être en couple, habiter ensemble, partager le même lit, toussa toussa) alors que franchement, quand il s'agit de dormir, souvent on dors mieux seul·e.

Longtemps même, pour moi, dormir-ensemble à été le signe d'une marque tangible de la relation. J'étais déçu si l'on ne dormais pas ensemble. Je sacralisait le fait de "s'endormir ensemble" ou "se réveiller ensemble". Du coup ça m'a manqué quand je suis devenu un genre de solo-poly* : j'avais un peu la nostalgie de ça. Et quand j'ai développé des relations intime mais sans-sexe, dormir-ensemble était une preuve du caractère "poly-important" de la relation (="on ne fait pas ça avec ses ami·e·s, ou rarement"). J'avais encore besoin de démarquer les "relations d'amitiés".

Aujourd'hui je m'en fous. Je trouve que dormir non-seul·e est souvent +compliqué qu'autre chose. Je n'ai plu besoin de ça pour valider que la personne m'aime et que j'aime la personne.

Adieu Monogamie : tu t'éloignes de moi, encore+ chaque jour.


Et puis ça n'empêche nullement de le faire quand même de temps en temps. Quand on en a vraiment envie. Arrêtons de le faire par habitude (ou pire : pour faire plaisir à l'autre).

Et puis surtout surtout : tout ce que l'on fait en+ quand l'on "dors-ensemble" on peut le faire quand on ne dort-pas-ensemble :
- partager des chouettes moments de lit
- se lire des histoires au lit
- confidences sur l'oreiller
- sexe, câlins, tendresse, sensualité, complicité & co (au lit ou pas au lit)
- trainasser au lit (ou sur le lit)
- prendre le ptit déj au lit
- etc etc

Par exemple on peut se coucher ensemble, discuter, bouquiner, et au moment d'éteindre la lumière, hop l'un ou l'autre part dormir ailleurs. Tellement +simple que passer la nuit entière à faire attention de ne pas déranger l'autre.

Aussi, si l'on est dans une relation pleinement consentie, on a pas besoin de se mettre au lit ("aller dormir") pour partager… du sexe. On évite du même coup tout un tas de situations pourries et de dépassement de consentement. Et "dormir ensemble" peut enfin cesser de porter en soi ce truc lourd d'ambiguïté (lourd comme la culture du viol) : « on va vraiment faire que dormir, là ? ».
Et les mots reprennent enfin le sens qu'il n'aurait jamais du perdre.


___________
Autres fils sur le thème "dormir" :
- Dormir chez vous - quelle symbolique ?, août 2013
- Faire dormir ses amants à la maison quand on a des enfants ?, sept 2019
- Trouple / de l'art de dormir ensemble, fév 2020
- Lit pour trois ? Manque de place., sept 2020


____________
> Voir aussi le fil générqiue : Décortiquons la Monogamie, sept 2020.

#
Profil

alinea7

le mercredi 09 septembre 2020 à 13h34

Dans mon expérience j'ai effectivement l'impression qu'il y a une forme de croyance qui veut que si on s'aime on a envie de dormir ensemble.
Mais je ne suis pas sûre qu'elle perdure. Autour de moi quand j'ai commencé à devoir dormir seule je me suis rendue compte que les partenaires qui dorment chacun dans leur lit, c'est bien bien plus fréquent qu'on pense. C'est juste que les gens n'en parlent pas, le sujet ne vient pas.

Et quand j'ai dû dormir seule ça m'a moins affectée moi mono que mon partenaire poly. Je n'y mets pas cette symbolique et ce que les gens imaginent à partir de ce qu'ils savent de moi m'importe assez peu. Que lui puisse se poser la question m'intéressait déjà plus mais il connaît bien les causes.

Je suis pas sûre que ce soit un emblème phare de la monogamie, en tout cas pour moi non : d'abord parce qu'on peut dormir à plein donc les polys peuvent parfaitement partager cette croyance, à part qu'on risque de se gêner ça n'est pas un souci. Et ensuite parce qu'on peut avoir cette croyance et dormir avec des partenaires à tour de rôle.
Pour moi c'est davantage un emblème de l'amour romantique labellisé. Qui se trouve aussi être exclusif. C'est ça que tu appelles toi amour monogame ?

#
Profil

Sophie72

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h00

Alors c'est marrant cette question et en lisant ton expérience @artichaut, en fait j'ai le sentiment d'avoir fait l'inverse de ton expérience.
A la fin de l'adolescence, au début de l'âge adulte, je m'imaginais volontiers ne pas vivre sous le même toit (donc à fortiori pas dormir dans le même lit) que mon compagnon. Je trouvais ça chouette de ne pas partager tout le quotidien et de se retrouver que pour partager le meilleur. Et puis mon compagnon n'avait pas les mêmes idées et surtout notre budget ne nous permettait pas d'avoir ni deux appartements, ni même deux chambres! LOL Aussi, j'ai oublié mes idées. Actuellement, nous aurions la place de ne pas dormir dans le même lit (bon nous avons aussi pas mal de chambres mais avec 5 enfants, c'est complet :D) mais j'apprécie me retrouver seule avec lui. Et oui parce que depuis 22 ans que nous sommes parents, je peux vous dire qu'il y a eu presque autant de nuits de cododo avec nos enfants que de nuits à deux! Et actuellement le petit de 4 ans squatte encore régulièrement dans notre lit!
Bon après n'ayant pas d'autres partenaire de lit, mon expérience est encore différente des vôtre mais c'est juste pour dire qu'entre nos idées de départ et la réalité de notre quotidien, il y a tout un monde et ce, qu'on vive des relations plurielles ou mono. ;)

#
Profil

Caoline

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h22

Je n'écris plus souvent en ce moment mais là j'ai vraiment une expérience à partager.

J'ai dormi avec mon compagnon historique, quand j'étais avec lui bien sûr mais ça doit être 90 % du temps global si on compte l'ensemble de notre vie commune, pendant plus de 29 ans dont 20 ans de relation exclusive physiquement et 10 ans de relation poly.

Je n'aurais jamais imaginé qu'il en soit autrement, enfin que je puisse ne plus en avoir envie, car comme pour tous nos choix, on l'avait déjà questionné.
Mais il y a quelques mois, du jour au lendemain dans une période très difficile pour moi ( rupture en fin de confinement avec celui que je considère comme le deuxième homme de ma vie, remise en question globale, questionnement sur une forme étrange de dépendance affective... ) je lui ai demandé qu'on ne dorme plus ensembles. Il a très mal vécu cette demande, je pense qu'il l'a assimilé à une fin de notre relation amoureuse ce qui n'était pas mon souhait même si la période était si difficile pour moi que je n'étais plus sûre de rien.

Mes raisons étaient multiples :
- le soir soit je perturbais son endormissement soit je m'obligeais à ne paslire comme j'en avais envie.
- quand j'étais très mal le fait qu'il soit à coté de moi en semblant m'ignorer totalement, ne sachant pas quoi faire, était extrêmement violent pour moi.
- au petit matin si il se levait pour aller aux toilettes ça me réveillait et je n'arrivais plus à me rendormir.
- avoir son corps nu près de moi me donnait du désir et j'avais l'impression d'être toujours en demande ayant une libido bien plus forte que la sienne.

Je lui ai bien sûr précisé qu'il serait le bienvenu dans mon lit quand il en aurait envie.
Même si il n'était pas ravi, il est évident, c’est dans sa nature, qu'il n'allait pas m'imposer sa présence.

Et la suite est bien surprenante : alors que moi j'apprécierai que ce soit plus fréquent, il a du redormir 3 ou 4 fois dans mon lit depuis, à ma demande ou même la nuit dernière à ma quasi exigence tellement j'étais malade et en panique d'être seule.
On dort tous les 2 beaucoup mieux séparément et il l'apprécie encore beaucoup plus que moi.
Il vient par contre me faire des câlins ou partager de la sexualité, de façon très variable suivant les périodes, mais au moins quand il vient c'est qu'il en a vraiment envie et j'apprécie grandement. Je suis aussi parfois allée le rejoindre dans le siens, soit pour des câlins soit parce que j'ai laissé mon lit à ma fille et son amoureux.

Ceci m'amène à évoquer un autre sujet, il me semble que dormir séparément peut être considéré comme un vrai choix de riche. Pour nous tant qu'il ne fait pas froid c'est simple puisqu'on ne dormait pas au même endroit suivant la saison, j'ai donc gardé notre lit d'été et lui a rejoint notre lit d'hiver. Et il se trouve qu'une de nos grandes quitte la maison, j'avais déjà mon ordi dans sa chambre, elle va donc devenir la mienne pour l'hiver, sauf les jours où je ne dormirais pas seule, ou alors on va rechanger de chambre. Mais en fait tout le monde n'a pas une chambre par personne. C’est un peu pareil qu’avoir des logements séparés, économiquement ça peut être très compliqué. Bon il s'agit là de considération qui ne concerne que les personnes vivant en couple ou en famille.

Un dernier point, avec mes autres relations, je fais comment ? Avec mon autre grand amour (notre relation a repris), ça serait super hard pour moi qu'il ne veuille pas dormir avec moi car on ne se voit déjà vraiment pas assez à mon goût donc quand nous sommes ensembles j'ai envie de profiter un maximum de temps d'un maximum de contact et heureusement ça lui va bien, même si la dernière nuit ensembles, première depuis des mois, nous avons mal dormi. (Il faut vraiment que j'arrive à faire quelque chose pour ce lit en pente) Mon amoureuse elle ne supporte pas de contact pendant le sommeil, ce n'est pas facile pour moi mais je respecte. Peut-être que si nous avions à disposition 2 lits confortables ça serait plus confortable justement, d'autant qu'on a des rythmes de sommeil différents, mais ce n'est pas le cas alors, on s'adapte. La dernière fois que nous avons passé des nuits avec mon meilleur ami, qui est aussi son amoureux, il nous a fait un câlin, est allé dormir ailleurs en nous laissant son lit (pour une question de luminosité le matin que ma chérie ne supporte pas) et il est revenu nous faire un câlin le matin. Nous avions déjà essayé de dormir à 3 et il avait déménagé dans la nuit.

Tout cela reste souple, je ne peux témoigner que du passé, je ne sais pas ce que nous réserve l'avenir.

#
Profil

artichaut

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h50

Merci pour vos témoignages.

alinea7
Pour moi c'est davantage un emblème de l'amour romantique labellisé. Qui se trouve aussi être exclusif. C'est ça que tu appelles toi amour monogame ?

Oui c'est a peu près ça que j'appelle Monogamie.

Sophie72
je m'imaginais volontiers ne pas vivre sous le même toit (donc à fortiori pas dormir dans le même lit) que mon compagnon.

Ça n'empêche pas non plu que ce soit pratiqué (moins souvent mais pratiqué quand même) même si on habite pas ensemble. Comme d'ailleurs @alinea7 l'a bien expliqué (merci pour ça).
La question aurait pu être : « Dormez vous dans des lits séparés… quand vous êtes dans la même maison ? ».

Pour autant même si c'est pratiqué par les polys ça me semble relever de la Monogamie (en tant que système)… ou l'amour passion labellisé, si tu préfère @alinea7 (je préfère "amour-passion" que "amour romantique", qui me semble soit un pléonasme soit un anachronisme).

Même si la contingence fait que l'on ne peut pas toujours le faire (co-dodo avec les enfants, etc).

#
Profil

artichaut

le mercredi 09 septembre 2020 à 18h58

J'aime beaucoup ton témoignage @Caoline parce que vous avez essayé plein de choses, dépassé des craintes, constaté des incompatibilités ou préférences, etc. Bref vous avez vraiment creusé le sujet… en le pratiquant (et non seulement en le théorisant, ou en vous contentant d'a-priori).

Oui il y un peu un aspect choix de riche, mais comme tu dis il y a aussi moyen de s'arranger avec les configs des maisons.

Moi, suite à une expérience où une amoureuse m'a avoué des mois après s'être forcé de dormir avec moi alors qu'elle n'en avait pas envie (et que pourtant je lui avais proposé de ne pas le faire) j'ai mis en place le fait qu'à chaque fois que je retrouvais une amoureuse, je lui proposais que nous ne dormions pas ensemble la première nuit (bon si on se voyait plusieurs nuit d'affilées bien sûr !) ceci pour garantir la possibilité —car vécue en acte et pas juste en paroles— qu'effectivement ne pas dormir ensemble soit une vraie possibilité.
Et souvent, alors que les personnes sont réticentes au premier abord, la nuit suivante elles ont envie de réitérer (de ne pas dormir ensemble) et la nuit suivante encore. Et c'est presque moi qui en venait à être déçu à la fin. Un peu comme ce que tu racontes @Caoline.

Et je me suis dit : tant qu'on a pas essayé on a du mal à se rendre compte de ce que ça fait réellement de ne pas dormir avec l'autre (en étant dans la même maison bien sûr).
Et je me dis que c'est sans doute pareil pour plein plein d'autres choses. Surtout pour tous ces "trucs" que l'on considère comme allant de soi dans une relation "normale" (ie : normée) d'amour-passion-labellisé®.

#
Profil

artichaut

le jeudi 10 septembre 2020 à 18h48

J'ai bien aimé la proposition de @dragonphoenix sur un autre fil :

dragonphoenix
Dormir ensemble, c'est vraiment dormir (juste dormir) ensemble (mais vraiment ensemble, avec l'envie d'être ensemble, pas juste partager le même lit pour des raisons pratiques).

#
Profil

artichaut

le jeudi 10 septembre 2020 à 18h51

J'ai bien aimé ça aussi :

Caoline
Mon amoureuse elle ne supporte pas de contact pendant le sommeil, ce n'est pas facile pour moi mais je respecte.

Oui y'a plein de façon de "dormir ensemble". Si c'est pour ne pas du tout se toucher, moi je préfère généralement ne pas dormir dans le même lit.

#
Profil

Caoline

le jeudi 10 septembre 2020 à 19h18

artichaut
J'ai bien aimé ça aussi :

Oui y'a plein de façon de "dormir ensemble". Si c'est pour ne pas du tout se toucher, moi je préfère généralement ne pas dormir dans le même lit.

Oui, c'est ce que je disais, ça serait plus confortable pour moi aussi dans ce cas là, car je pense que je ne dors pas profondément pour veiller à respecter son besoin, mais il y a les questions pratiques et en pratique quand nous sommes ensembles, ça serait finalement encore moins pratique ou confortable les possibilités qu'il y a...

Et par rapport à ton autre citation, il parait que, quand c'est bienvenu, je fais pleins de caresses et de câlins en dormant, au point que certains pensent parfois que je ne dors pas vraiment.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion