Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour est il féministe ?

#

(compte clôturé)

le lundi 17 mai 2010 à 12h43

Idée commune à une foule d'autres -ismes.

Mézencore?

#
Profil

usclade

le lundi 17 mai 2010 à 15h12

Clementine
Idée commune à une foule d'autres -ismes.

Mézencore ?

Bacétou...

#

(compte clôturé)

le lundi 17 mai 2010 à 16h05

Badakor... :-)

#
Profil

ERIC_48

le mardi 18 mai 2010 à 22h14

Je ne dirais pas que le polyamour pousse de lui-même dans le sens du féminisme.

Mais, je dirais que lorsque je pousse une femme vers le polyamour, ou que je la tire jusqu'au polyamour, alors je l'attire obligatoirement en même temps vers une sorte de "féminisme qui serait pour le bonheur" (à ne pas confondre avec "un féminisme qui serait contre les hommes, ou contre le sexisme, ou contre les inégalités, ou contre le conditionnement, etc").

C'est à dire, que je ne l'attire pas vers une cause ou un mouvement ou un parti, mais vers un état, une réussite concrète.

Cet état, n'est pas un état égalitaire, mais un état ou chacun a une place heureuse et enviable, qui supprime la nécessité d'être "contre" et la remplace par la possibilité d'être "pour" jouir d'aujourd'hui "tel qu'il est arrangé".

Opter pour le polyamour, c'est remanier l'aujourd'hui, tout de suite, légèrement, mais en profondeur.

D'après moi, un remaniement de ses propres idées, aboutissant au polyamour, ne peut pas être contre la femme.

Cela rend t-il le polyamour féministe ? OUI mais NON

#
Profil

Drya

le mardi 18 mai 2010 à 22h17

Il serait autant féministe que masculiniste selon moi :P

#

(compte clôturé)

le mardi 18 mai 2010 à 22h31

Voui. Et humaniste, et... quand j'en aurai trouvé d'autres, je reviens,

#
Profil

ERIC_48

le mardi 18 mai 2010 à 22h57

Tiens, humaniste, ça me plait bien, ça.

#
Profil

usclade

le mercredi 19 mai 2010 à 00h04

En fait, effectivement c'est bien de dépasser le clivage des sexes en utilisant une formule neutre, asexuée, comme humaniste. Simplement, comme on peut le lire sur le fil concernant la polygamie, si on considère qu'historiquement, il existe un déséquilibre très sexué, au détriment de la femme, dans la liberté sentimentale et conjugale, alors c'est dans la résolution de ce déséquilibre que le polyamour présente le potentiel le plus spectaculaire.
C'est ce qui me semble suffisant pour lui attribuer le qualificatif de "féministe". Ca ne signifie pas qu'il est intrinsèquement plus adapté, orienté ou je ne sais quoi envers les femmes. C'est juste une question de rattrapage historique...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 19 mai 2010 à 01h36

Rattrapage historique...
Je touche peut-être à un truc qui me chiffonne, tiens, dans ce que je peux parfois lire à propos de féminisme.

Historiquement, je suis un enfant d'une génération féministe. Ma mère n'a pas poussé les idées de son époque aussi loin qu'elle aurait pu, mais c'est évident que ses moeurs et libertés différaient beaucoup de celles de sa mère à elle.

Du coup... moi, en tant qu'homme aujourd'hui, je n'ai pas l' impression de devoir combattre un atavisme culturel aussi lourd que celui dénoncé dans les textes féministes. Ce que je souhaite d'égalitaire avec une femme, ce n'est pas par rattrapage historique, c'est pour l'intérêt de nos rapports présents.

On peut me répondre ue cette impression non-conflictuelle vient de ma position d'homme : puisque la société me donne l'avantage, je percevrais moins la difficulté. Pourtant, je crois que ce qui me détermine n'est pas exactement ce qui déterminait nos pères.

Bon. Je n'ai pas encore complètement mené mon idée au bout, mais c'est pour chopper au passage cette idée de "perspective historique".

#

(compte clôturé)

le mercredi 19 mai 2010 à 07h41

Oui, ben je t'emboîte le pas, parce perso si je vis également les choses de manière non-combative-en-mouvement, parce que c'est tous les jours que je défends mon croûton d'individu, et que je pisse à la raie du sexisme, avec mordache et même avec hargne... je vois les choses comme ceci: il est temps que les mecs aussi se libèrent de quelques malédictions pesant sur leur appartenance à leur sexe, comme les disqualifications diverses qu'ont leur ressort avec si peu d'élégance, parfois: gougouttes de pissouze sur la lunette, panier à linge sale, couche merdeuse du petit et organisation de l'intendance, entre autres.

Et comme la mère de Siesta, ma mienne à moi a fait son chemin vers un peu plus, un gros bout de plus, même, que ma grand-mère. Et à notre tour, ma franjgomme et moi on a poussé plus loin encore. Ca se nettoie tranquillou, mine de rien.

Vala. Donc, poussez pas, y'en aura pour tout le monde quand il n'en voudra. Car la liberté vient de l'intérieur, et vazy, fouzy!

#
Profil

Tchu

le mercredi 19 mai 2010 à 12h12

Eric, pousser, tirer... elle est pas capable de ses choix toute seule ?

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 20 mai 2010 à 20h56

Tout le monde ne s'appelle pas Tchu.

Je modifie ce message pour rajouter que tout le monde ne prend pas Eric_48 pour quelqu'un qui pense et fait des choix à la place des autres, mais comme quelqu'un qui apporte des éléments nouveaux (pas pour toi bien sûr), éléments qui au premier abord sont repoussants, puis finissent par l'emporter.

Ma "ferveur" vient surtout du fait que je vois dans le polyamour un plaisir, et ne vient pas d'un besoin de manipuler.

Je pense apporter à certaines personnes qui cherchent désespérément une solution à côté de la plaque, une façon de voir qu'elles n'auraient effectivement jamais vues toutes seules.

C'est le fait que le premier abord apparaît comme repoussant à certaines personnes, qui les empêche d'accéder à des points de vues libérateurs. Les laisser livrées à elles-même revient plus ou moins à une non assistance à personne en danger.

Et peut-être que si je ne t'ai ni poussée ni tirée (vers le polyamour), c'est peut-être que toi, tu n'en avais pas besoin.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 20 mai 2010 à 21h06

usclade
C'est ce qui me semble suffisant pour lui attribuer le qualificatif de "féministe". Ca ne signifie pas qu'il est intrinsèquement plus adapté, orienté ou je ne sais quoi envers les femmes. C'est juste une question de rattrapage historique...

Le meilleur moyen de rattraper l'histoire, c'est de ne pas trop en faire, car passer de l'autre côté nécessitera un nouveau rattrapage.

J'aurais plutôt dit un truc du genre "compatible avec l'égalité".

#
Profil

Tchu

le vendredi 21 mai 2010 à 10h51

(Heu, Eric, tout d'abord, un peu moins de ramène-tout-à-moi, merci. Parfois, ta familiarité à l'écrit m'est très désagréable.)

Tu dis :
"Ma "ferveur" vient surtout du fait que je vois dans le polyamour un plaisir, et ne vient pas d'un besoin de manipuler."
C'est juste que j'avais effectivement perçu ton dernier post comme un "je suis polyamoureux, donc j'attends des compagnes qui partagent ma vie qu'elles y entrent aussi, sinon, pfouh, je vais pas avoir beaucoup de plaisir moi."

Du prosélytisme actif pour servir tes intérêts propres quoii.

Si je t'ai mal jugé, je m'en excuse.

Néanmoins, quand tu dis, avec ferveur :
"Je pense apporter à certaines personnes qui cherchent désespérément une solution à côté de la plaque, une façon de voir qu'elles n'auraient effectivement jamais vues toutes seules."
Je ne suis pas entièrement d'accord avec toi.

On en revient toujours à la dichotomie entre ceux qui voient le polyamour comme une solution pratique à leurs problèmes de couple, ou à leur situation personnelle et ceux qui, simplement le _sont_ à divers degrés, par état d'esprit, par inclinaison, par liberté.

Je n'affirme pas que les seconds sont meilleurs que les premiers ou inversement.

J'ai juste beaucoup de mal à conceptualiser la démarche du (toujours pour faire simple et direct) "pouh je suis mono ça marche pas comme je veux si je suis poly ça va forcément arranger les choses allez hop !"

C'est _pas_ un remède miracle.

C'est dur au quotidien, faut pas se leurrer.

Même dans les relations triangulaires idéales (et idéalisées par de nombreux polysympathisants), on en chie pour des broutilles. On doit faire des choix à la con, discuter toujours, tout le temps, des fois pour des détails, se remettre à l'ouvrage, regagner la confiance, cloisonner, décloisonner, recloisonner, être patient, respecter, ne pas s'énerver, réfléchir, prendre des gants, dépasser toujours et encore ses propres limites, accepter de s'engager, mesurer la valeur de cet engagement, assumer les conséquences de ses actes, et en mesurer la portée, faire attention à l'autre, à l'autre de l'autre...

Faudrait mettre une alerte, sur le site.

Attention, le polyamour n'est pas une sinécure. Mais ça en vaut la peine, pour peu que tu sois totalement clair dans ta tète et droit dans tes bottes.

#

(compte clôturé)

le vendredi 21 mai 2010 à 11h24

à Tchu: OK avec toi, le chemin est rude et escarpé, mais il en vaut la peine. En revanche, penser que les amours plurielles vont résoudre les problèmes de couple, c'est un peu comme faire un enfant pour se rapprocher: ça peut faire diversion, mais ça ne résout pas le problème. En fait, ce qu'il faut développer pour réussir le pluriamour (terme que je préfère définitivement à polyamour) à savoir écoute de l'autre et des autres, respect, sens des responsabilités, évaluation des conséquences de ses choix, humour, autonomie... permettrait sûrement à des monogames de bien réussir leur monogamie :) L'avantage du pluriamour, c'est qu'on avance en terrain nouveau et miné, et qu'on est donc plus vigilant que ceux qui choisissent l'autoroute balisée de l'amour.

#
Profil

usclade

le vendredi 21 mai 2010 à 16h00

Francoise
En revanche, penser que les amours plurielles vont résoudre les problèmes de couple, c'est un peu comme faire un enfant pour se rapprocher : ça peut faire diversion, mais ça ne résout pas le problème.

Francoise
L'avantage du pluriamour, c'est qu'on avance en terrain nouveau et miné, et qu'on est donc plus vigilant que ceux qui choisissent l'autoroute balisée de l'amour.

J'aime bien ces images pleines de sagesse et de lucidité !
(en ce qui me concerne je suis polypapa (ou pluripapa), question diversion je suis servi : la vie avec les gamins n'a rien d'une autoroute, donc je me représente bien ce que ça donnerait si en plus j'étais polymari (ou plurimari) :-)

#

(compte clôturé)

le samedi 22 mai 2010 à 15h50

Francoise
(...) L'avantage du pluriamour, c'est qu'on avance en terrain nouveau et miné, et qu'on est donc plus vigilant que ceux qui choisissent l'autoroute balisée de l'amour.

(+) Je plussoie ! C'est tout à fait ça. C'est tellement nouveau et on a tellement envie de réussir, de blesser le moins possible (à la fois les autres et soi), qu'est on cent fois plus attentif. Je dirais même pour ma part que la qualité de vie en général est en améliorée.

#
Profil

ERIC_48

le samedi 22 mai 2010 à 22h27

Tchu
...j'avais effectivement perçu ton dernier post comme un "je suis polyamoureux, donc j'attends des compagnes qui partagent ma vie qu'elles y entrent aussi, sinon, pfouh, je vais pas avoir beaucoup de plaisir moi." Du prosélytisme actif pour servir tes intérêts propres quoii. Si je t'ai mal jugé, je m'en excuse.

Le polyamour ne me parait être, ni une croyance (ou religion), ni une idée politique, ni même une phylosophie, mais plutôt le contraire à savoir, la libération d'une croyance fortement erronée.

Cette libération n'est pas forcément utile pour tout le monde. Considérons ceux pour qui c'est utile. Certains sont libres de cette croyance d'entrée de jeu, d'autres s'en libèrent plus tard tout naturellement, d'autres effectuent spontanément tout un travail pour finalement y arriver, d'autres ont besoin qu'on les aide, puis d'autres ont besoin d'un coup de pied au cul.

Mais quelque soit le cas, tout les intéressés en bénéficient.

Par suite, même en considérant que je fait du prosélytisme (mot qui ne me parait pas adapté à la situation, mais qui ne me gêne pas outre mesure), je n'ai pas de honte à servir mes intérêts, en même temps que les intérêts des autres. C'est à dire que je le fait dans un intérêt commun, une démarche dans laquelle tout le monde est gagnant.

Au passage, je suis frappé du fait que les seuls opossants à ma méthode soient des gens qui sont déjà convaincus par le polyamour, ou qui se déclarent l'être. Les autres personnes que je connais s'opposent souvent à moi sur le fond de la question, mais jamais sur la forme que j'utilise. Ce qui me pousse à penser que certaines personnes ici, font comme moi, à savoir, essayer de convaincre les autres du bien fonder de leur méthode, tout en affirmant qu'ils détiennent la seule façon honnête de faire. Je ne vois pas par exemple, comment tu peux me reprocher de faire du prosélytisme, alors que tu essaye de m'empêcher de faire comme je le sens. Est ce que tu cherche à me ralier à ta méthode, qui consiste à faire semblant de ne pas faire de prosélytisme, tout en errant sur ce site ?

Par ailleurs, je n'entend pas être jugé ici par quiconque. Je me réfère à la seule justice de ce pays, d'après laquelle je ne fait aucune faute. Ici, je ne fais que discuter, rencontrer, essayer de convaincre. Il n'y a pas matière à jugement. Certes, on peut repousser mes idées. Dans ce cas, ce n'est pas un jugement mais un choix de chaque personne qui me lit ou qui me cottoie, et non un jugement. A moins d'avoir sa propre justice.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Tchu

le dimanche 23 mai 2010 à 01h11

Eric. Si tu pouvais juste essayer deux secondes d'arrêter de faire du ramène-tout-à-toi.

Je ne te reproche absolument rien, si ce n'est ta logorrhée verbale ou ta paranoïa galopante.

Je n'ai jamais prétendu faire de prosélytisme, parce que je ne cherche à convaincre personne du bien fondé du polyamour.

Et surtout, je ne cherche pas à m'autopersuader, en venant consulter et répondre aux messages du forum que ce que je fais du polyamour est juste et bon.

Si ça me rend heureuse, si ça rend heureux mes partenaires, alors c'est bon. Je ne me pose pas d'avantage de questions.

En fait, en octobre, je suis venue sur le forum pour trouver des témoignages concrets de vécu de situation polyamoureuses et voir si ça ressemblait à ce que je vivais, pour trouver des solutions, des réponses.

Ton énième message pénible vient de me convaincre que j'en trouve de moins en moins.

Je vais donc vivre ma vision du polyamour, au lieu de lire celle des autres.

Tchô.

#
Profil

ERIC_48

le dimanche 23 mai 2010 à 10h17

Le wagon suit toujours la locomotive

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion