Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour est il féministe ?

#
Profil

LuLutine

le dimanche 23 mai 2010 à 20h48

Tchu reviens !!!

Tu n'es pas obligé de tout lire tu sais...

#
Profil

ERIC_48

le dimanche 23 mai 2010 à 22h28

Tchu
Eric, pousser, tirer... elle est pas capable de ses choix toute seule ?

Bien sûr que si, elle est capable.

Elle est également capable de refuser de se laisser convaincre.

Et aussi d'accepter de se laisser convaincre.

#
Profil

kerdekel

le lundi 24 mai 2010 à 10h56

René Descartes
"L'intelligence, c'est la chose la mieux répartie chez les Hommes parce que, quoiqu'il en soit pourvu, il a toujours l'impression d'en avoir assez, vu que c'est avec ça qu'il juge."

#
Profil

Siestacorta

le lundi 24 mai 2010 à 11h13

La citation est chouette, mais je crains qu'elle soit déformée (elle passe du pluriel au singulier sur "hommes").
C'est pas pour faire mon malin en orthographe, c'est que du coup, je me demande
- si c'est la vraie, c'est quoi cette bizarrerie
- si elle est déformée, ça donne quoi à l'origine.

Je ressors jouer avec mes musclors.

#
Profil

LuLutine

le mardi 25 mai 2010 à 12h27

De mémoire ce n'est pas la vraie citation. Kerdekel a seulement gardé le sens.

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 10h04

Francoise
En fait, ce qu'il faut développer pour réussir le pluriamour (terme que je préfère définitivement à polyamour) à savoir écoute de l'autre et des autres, respect, sens des responsabilités, évaluation des conséquences de ses choix, humour, autonomie... permettrait sûrement à des monogames de bien réussir leur monogamie :)

J'irai plus loin, les critères que tu cites sont quasiment les mêmes que j'utilise pour un recrutement professionnel. Beaucoup des gens que nous avons embauché ont été marqués par le fait que l'humour était un critère de sélection. Souvent ça remplace un long discours sur les valeurs éthiques et blah blah blah.

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 10h12

Il y a deux parties dans le féminisme :

- une forme de regard sur le monde qui consiste à dire que tant qu'il restera des traces du Vieux Monde où le mâle avait droit de vie et de de mort sur une femelle instrumentalisée, il faudra d'une part lutter contre toutes ces traces, et d'autre part ne pas oublier de juger les situations au regard de ces inégalités.

- et ensuite les mouvements militants, combattants, politiques, etc... qui sont le bras armé de ce changement et qui à un moment ou à un autre, sont obligés d'appliquer des principes comme "on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs" voire "la fin justifie les moyens". La parité en est un exemple "soft".

Pour moi, la première proposition est non négociable : "Choisis ton camp, camarade", ou sinon, bienvenue chez Alain Soral et compagnie. En revanche je respecte ceux (dont de très nombreuses femmes), qui ont peur du côté "combatif" du féminisme, parce qu'elles y voient un combat contre les hommes. Je peux leur dire en tant qu'homme : non, le féminisme n'est pas un combat contre les hommes, c'est un combat contre le machisme.

Maintenant, c'est vrai que certaines féministes se trompent de combat et tentent de faire payer aux hommes les douleurs de leur propre vie privée. Mais ça existe dans n'importe quel mouvement, ça ne dénature pas le fond.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 10h19

Donc ceci posé, je dirais que le polyamour et le féminisme sont compatibles, puisque tous deux ont comme objectif un monde où des valeurs comme (je re-cite Françoise) "écoute de l'autre et des autres, respect" remplacent des déterminants tous faits donnant l'avantage à certains - aux hommes en l'occurrence.

Dans un monde idéal, puisque certains se plaisent à y imaginer le PA, le féminisme n'a plus de raison d'être.

Mais comme je n'ai ni la naïveté ni même l'envie d'imaginer ce monde idéal avant ma mort, je fais du féminisme et du PA des valeurs fondamentales de ma construction morale.

Ensuite, la mise en application, c'est autre chose. Vaste programme.

#
Profil

usclade

le mercredi 26 mai 2010 à 10h24

love_fifteen
Mais comme je n'ai ni la naïveté ni même l'envie d'imaginer ce monde idéal avant ma mort, je fais du féminisme et du PA des valeurs fondamentales de ma construction morale.

Je me retrouve parfaitement dans tout ce que tu viens d'écrire, bravo et merci ! :-)

#
Profil

amorgen

le mercredi 26 mai 2010 à 10h58

love_fifteen
Pour moi, la première proposition est non négociable : "Choisis ton camp, camarade", ou sinon, bienvenue chez Alain Soral et compagnie.

(+)

#

.... (invité)

le mercredi 26 mai 2010 à 11h04

"Donc ceci posé, je dirais que le polyamour et le féminisme sont compatibles"

Oui, juste ça. C'est comme des maths booléennes, ça se recoupe à certains endroits, mais pas plus.

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 11h32

Cela dit, je suis sûr qu'Alain Soral est fan du PA... version PAtPong ou PAttaya.

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 26 mai 2010 à 13h31

Tiens, en passant, je me demande si les féministes intégreraient plus facilement le PA que d'autres ou pas...
Par cassandrisme, j'aurai tendance à dire que plutôt non...

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 13h48

Je pense comme toi, Siestacorta, parce qu'effectivement, les femmes qui se définissent elles-mêmes comme féministes sont en général des militantes "hard". Même une Isabelle Alonso, que j'aime BEAUCOUP BEAUCOUP, devient assez pénible quand elle parle des mecs, ou du sexe, voire même de l'apparence physique. C'est dommage, mais c'est comme ça.

Alors qu'il y a une 2ème sorte de féministes, et donc je pense faire partie : ce sont les gens qui ne sont pas spécialement connotés "féministes", parce qu'ils ne le revendiquent pas à tort et à travers, mais qui le sont fermement, fortement, et indubitablement.

Et au delà de tous ces clivages, il y a une femme merveilleuse par la manière dont elle parle du féminisme, du sexe, et de l'amour, c'est Madame Benoite Groult. Moi, c'est pas Marie, mère de Dieu, que j'aime entre toutes les femmes, mais l'auteur de "Ainsi soit-elle" et de tous ses autres livres magnifiques.

(d'ailleurs, un truc rigolo... C'est ma mère qui m'a transmis sa propre passion pour Benoite Groult... Et j'ai découvert récemment que la tortue qu'avait ma chérie quand elle était petite s'appelait "Benoite" parce que sa propre mère était aussi fan de "Ainsi soit-elle" !!!)

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 26 mai 2010 à 21h50

Faut vraiment que je lise Benoîte Groult...depuis le temps que j'en entends parler...

#
Profil

aime_mi_trente

le mercredi 26 mai 2010 à 21h58

Dans ce cas, petit conseil perso, commence par "Mon évasion : autobiographie" (Grasset, 2008). C'est une très bonne porte d'entrée vers le reste.

"Ainsi-soit-elle" (1975) reste un ouvrage de référence, mais il a un peu vieilli, et est moins jubilatoire, en 2010, que "Mon évasion".

Ensuite, chaque livre est remarquable pour des raisons différentes, et ça peut varier d'une personne à l'autre.

#
Profil

ERIC_48

le mercredi 26 mai 2010 à 22h44

Siestacorta
Tiens, en passant, je me demande si les féministes intégreraient plus facilement le PA que d'autres ou pas...

Par cassandrisme, j'aurai tendance à dire que plutôt non...

Explique voir là. Pourquoi non ?

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 27 mai 2010 à 10h03

ERIC_48
Explique voir là. Pourquoi non ?

Par cassandrisme :-)

Plus sérieusement : parce que si le polyamour était facilement soluble dans le mlouvement féministe, ce combat de libération des liens amoureux serait sans doute moins "secondaire" dans les préoccupations sociales contemporaines. Les féministes auraient déjà mis ça sur la table, comme d'autres sujets.

#

.... (invité)

le jeudi 27 mai 2010 à 12h17

Et la part non-négligeable de lesbiennes monogames étant assez présentes parmi les féministes (ressenti personnel), c'est pas elles qui iraient s'investir dans ce "combat"... ça ferait autogoal.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 27 mai 2010 à 13h15

Autogoal, tiens...
Ca pourrait être un outil d'étude de bonne foi idéologique, ça. Qu'un programme contienne un minimum d'autogoal.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion