Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Le polyamour est il féministe ?

#
Profil

lam

le jeudi 15 avril 2010 à 16h21

MelleChat
Les femmes soumises ?
Ouvrons les yeux : il y en a encore plein, et nul besoin d'avoir un homme autoritaire en face.
Encore plein de femmes se soumettent plus ou moins consciemment à ce qu'elles pensent qu'on attend d'elle, sans passer ces exigences au filtre de leur réflexion.

Alors quoi, le polyamour havre de paix, miraculeusement épargné par la bêtise des uns et des autres et uniquement composé de gens toujours réfléchis et parfaitement respectueux de tous les principes auxquels ils déclarent se conformer ? Je n'y crois pas :)

Très joliment dit.
Et ça souligne bien que la réflexion/remise en question sur notre système de valeurs patriarcales, (appelée féminisme par certain-e-s) ne se base pas que sur un axe d'opposition "femmes/hommes" mais surtout sur les conséquences d'un conditionnement commun qui a des modes d'action et des conséquences différentes selon le sexe.

Ce conditionnement est insidieux, il affecte hommes et femmes...

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 avril 2010 à 16h30

MelleChat
Pour que quoi existent vraiment ? Les femmes soumises ?
...
Je trouve incroyable qu'on puisse parler de féminisme sans parler de quotidien (tout comme on se permet de parler d'autres idées idéales - :) - sans examiner comment ils se vivent, au quotidien).

Et dans ce quotidien, il ne me parait pas "impossible" qu'une femme se soumette/soit soumise à la volonté plus ou moins claire d'un ou plusieurs hommes.

Whopeee! Tout-à-fait en phase, contente de lire ça.

#
Profil

MelleChat

le jeudi 15 avril 2010 à 16h33

Clementine
Whopeee ! Tout-à-fait en phase, contente de lire ça.

J'ai fait plein de fautes de français... Haaaan plus j'écris avec un clavier, moins j'écris correctement :)

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 avril 2010 à 16h38

S'en fout la mort, ça équilibre avec moi qui ne supporte pas de laisser une fôte d'ortaugraffe, avec deux effes comme giraffe...

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 15 avril 2010 à 23h34

Il a bon dos, le conditionnement.
Vous êtes emballées par le conditionnement, on dirait.
Ou alors, vous êtes bouchées pour êtres conservées longtemps.
Ou bien, vous êtes congelées, c'est vrai que ça fait froid dans le dos.
Des vrais glaçons.

En tous les cas, la haine qui flottait dans l'air à l'époque de la mise en conserve, a réussit à rentrer dans la boite, et la boite ne sert qu'à la conserver à l'intérieur.

Mais qui vous a emballées comme ça, pour être conditionnée à ce point ?
Un mec ?
Ca m'étonnerait, pour le coup.

#
Profil

Junon

le vendredi 16 avril 2010 à 00h16

De la haine? Tu vois ça où Eric?
En revanche, y a comme un relent de mesquinerie rance qui flotte, là...

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 avril 2010 à 07h39

Ouais... en plus d'être assez intolérant et jugeant... :-/

Ce n'est que ton avis, et là pour le dialogue et s'expliquer ses mondes respectifs, c'est malbarre.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 avril 2010 à 08h20

Nounours
Pour être moins animal, personne n'a simplement pensé de le poser s'il est trop lourd !

Message modifié par son auteur il y a 3 jours.

Mmmmh. Pour devenir carrément conscient de son humanité, il s'agirait plutôt de ne pas le prendre, en disant clairement à celui qui essaie de le donner qu'il va devoir s'atteler à régler lui-même le problème.

Ca peut prendre plusieurs visages: je me défile, je dis NON et je ne dis que ça. Ou alors, je le dis en accompagnant le refus de l'explication suivante: "Si tu règles ça toi-même, tu vas en apprendre beaucoup. Tu vas sûrement apprendre aussi à ne pas te charger du problème de quelqu'un d'autre, car si tu demandes à quelqu'un, même tacitement, de le prendre en charge, c'est déjà qu'il est trop lourd pour toi..."

Faire cette démarche dès le départ, ce n'est ni exclure d'accompagner la personne dans le processus d'apprendre à refuser, ni rester dans le OUI/NON, mais doser son investissement.

J'ai une copine proche qui venait régulièrement lâcher vapeur chez moi, c'était OK (pleurs, mouchoirs, accolades, écoute, encouragements)... et tout-à-coup je me suis rendue compte que j'étais peut-être en train de la protéger de faire un travail plus conséquent sur elle-même, et que peut-être aussi j'étais juste en train de me faire du bien à l'ego (SûûpèèèèrSoignante, boucle sur le front...).

Donc je lui ai dit tout ça... et que je pensais qu'elle avait besoin à mon avis de faire un travail de fond, qu'elle a fait... et qui quelques mois plus tard s'est avéré une condition pour intégrer la formation en cours d'emploi qu'elle voulait accomplir pour se sortir de sa situation. Donc... y'avait autre chose là-derrière de plus fondamental et de plus fondateur pour elle.

Autre chose: je risquais la relation elle-même quelque part, car elle pouvait prendre ça pour du rejet, on y était en plein, d'ailleurs. Pour le moment, trois ans plus tard, on passe un cap difficile, elle veut redéfinir la relation amicale, et en effet je trouve que ce serait pas du luxe.

Là par rapport au titre, je suis HS, sûr. Si le sujet mérite développement, alors on peut ouvrir un autre fil, genre "Polyamitiés, polyamours, même combat".

#
Profil

MelleChat

le vendredi 16 avril 2010 à 13h44

ERIC_48
Il a bon dos, le conditionnement.
Vous êtes emballées par le conditionnement, on dirait.
Ou alors, vous êtes bouchées pour êtres conservées longtemps.
Ou bien, vous êtes congelées, c'est vrai que ça fait froid dans le dos.
Des vrais glaçons.

En tous les cas, la haine qui flottait dans l'air à l'époque de la mise en conserve, a réussit à rentrer dans la boite, et la boite ne sert qu'à la conserver à l'intérieur.

Mais qui vous a emballées comme ça, pour être conditionnée à ce point ?
Un mec ?
Ca m'étonnerait, pour le coup.

Que tu ne le voies pas, ne le sentes pas, ne le vives pas, je le conçois très bien. Mais que tu le nies...

#
Profil

ERIC_48

le vendredi 16 avril 2010 à 18h16

Laissez tomber, c'était pour faire un jeu de mot sur le conditionnement et l'emballage.

Ce que je pense vraiment, c'est encore pire, c'est que vous êtes conditionnées, ça c'est sûr.

Je ne nie donc pas que le conditionnement existe, mais je dis que le conditionnement n'est pas macho, il est, et c'est tout, tout le monde y a droit, même vous. La preuve c'est que vous êtes conditionnées pour dire que c'est le conditionnement qui fait tout. Je l'ai entendu tellement de fois, que le conditionnement ci, que le conditionnement ça, que je me dis que le conditionnement a bon dos. Il supporte tout ce que vous ne voulez pas voir.

#
Profil

Lilie

le dimanche 18 avril 2010 à 02h29

Moi j'ai complètement perdu le fil...

Alors, il est féministe ou il est pas féministe le polyamour?

(oui oui je sors... et je reviens quand j'ai tout bien lu... on peut pas partir en vacance avec vous!!)

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 avril 2010 à 09h26

Heu, je crois que répondre à la question est moins le sujet du fil que d'en débattre selon les sensibilités en présence.

Le polyamour de Boucledoux est féministe, le mien non... et le tien Lilie?

#
Profil

lam

le dimanche 18 avril 2010 à 21h54

A mon sens le polyamour est, entre autres, antisexiste et féministe (même si, je radote, ces mots ne me plaisent pas et j'en aimerai des plus frais, plus parlants, moins "anti" ...)

C'est fou comme les mots conditionnent notre imaginaire et nos ressentis!

Un peu comme "conditionnement" ;-)

#
Profil

lam

le dimanche 18 avril 2010 à 21h55

MelleChat
Que tu ne le voies pas, ne le sentes pas, ne le vives pas, je le conçois très bien. Mais que tu le nies...

Chapeau. (+)

#
Profil

Lilie

le lundi 19 avril 2010 à 00h13

Clementine
Heu, je crois que répondre à la question est moins le sujet du fil que d'en débattre selon les sensibilités en présence.

Le polyamour de Boucledoux est féministe, le mien non... et le tien Lilie ?

J'étais plutôt sur le ton de la boutade dans ce post. Au vu de la quantité de messages que j'avais de retard.

Mais sans avoir relu tout ça... je dirais que je suis intéressée par la question du genre que nous abordons ici, et donc en cela je me sens proche des feministes. De celles qui se posent, précisément, cette question.

Je me sens proche du polyamour parce qu'il questionne le couple, les questions de liberté, et de connaissance de soi.
La question du genre se pose aussi puisqu'elle est intégrée à celle de la connaissance de moi, de ma liberté et du couple. La question féministe aussi, du coup.

Après, je n'ai pas assez de connaissance du féminisme pour savoir l'idée que j'en ai correspond à ce mot. Mais si c'est le cas, mon polyamour est féministe.

#

(compte clôturé)

le lundi 19 avril 2010 à 08h05

OK, donc ce qui serait en question, c'est plus de définir son féminisme à soi que d'adhérer aux idées d'un mouvement idéologique.

Mon féminisme perso s'attache à transmettre, surtout aux enfants et ados, une conception et une expérience de vie de femme particulières (les miennes) devant ce que j'ai observé comme choses qui conditionnent la trajectoire d'un individu selon son sexe. Et de mettre en avant ce que je trouve pertinent de considérer comme non-modifiable (le fait que ce soit la femme qui porte les enfants - pour le moment ^^ ) de ce qui est modifiable (tout le reste, même l'allaitement).

Prêter une oreille attentive à leurs questions et interrogations, pour y répondre avec le moins de préjugés possible; donc, mener avec eux une réflexion pour qu'ils se fassent leur propre idée de ces questions, et en profiter au passage (j'en apprends encore régulièrement sur mes propres préjugés :-/ ).

[PS: Tentacara, je voudrais bien causer avec ta mère, à l'occasion :-D ]

#
Profil

MelleChat

le lundi 19 avril 2010 à 09h11

ERIC_48
Laissez tomber, c'était pour faire un jeu de mot sur le conditionnement et l'emballage.

Ce que je pense vraiment, c'est encore pire, c'est que vous êtes conditionnées, ça c'est sûr.

Je ne nie donc pas que le conditionnement existe, mais je dis que le conditionnement n'est pas macho, il est, et c'est tout, tout le monde y a droit, même vous. La preuve c'est que vous êtes conditionnées pour dire que c'est le conditionnement qui fait tout. Je l'ai entendu tellement de fois, que le conditionnement ci, que le conditionnement ça, que je me dis que le conditionnement a bon dos. Il supporte tout ce que vous ne voulez pas voir.

Qu'en sais tu?

Je veux dire, parce que tu as souvent (trop) entendu des gens se cacher derrière une excuse (en l'espèce, le conditionnement), l'argument ne serait plus valable?
Qu'il soit souvent avancé, c'est une évidence. Qu'il serve à certain(e)s pour se dédouaner de la responsabilité de leurs actes, c'est à n'en point douter une réalité.
De là à jeter le bébé avec l'eau du bain en considérant que désormais, tout qui fait mention de cet argument est forcément le pire des sourds (soit celui qui ne veut pas entendre), ca me semble... prématuré et excessif.

Je ne sais pas qui tu connais, ni même qui tu es. Et p-e même que tu as parfaitement raison, au moins à mon sujet, et que je me planque derrière le conditionnement pour ne pas voir. Ceci dit, vu que tu ne me ne connais pas, tu n'en sais rien. Donc, ton argument, qui consiste à dire "conditionnement, blablabla, conneries que tout cela, il existe et il faut arrêter de le brandir" n'est, à mes yeux, ni fondé, ni juste.

Je ne nie pas l'existence d'un certain conditionnement, ni même son utilité sociale certaine (du moins dans une certaine mesure, ou jusqu'à une certaine époque). Je dis juste que oui, exercer son cerveau pour savoir QUI on a envie de vraiment être sans se laisser limiter par les poncifs liés au sexe, ce n'est pas facile, ca ne va pas de soi, c'est un travail que tout le monde ne fournit pas. Certains par paresse, d'autres par je m'en foutisme ou bien être, et d'autres encore parce qu'ils ne se sentent pas autorisés à le faire.
Et parmis ces gens qui s'autorisent ou ne s'autorisent pas à vivre leur vie comme bon leur semble, il y a des femmes.
Celles qui font le choix de vivre leur vie comme bon leur semble, de remettre en question des codes et des normes genrés, s'affranchissent de certains d'entre eux. Et parfois sont bien étonnées de pouvoir le faire!

Et en ce qui me concerne, pour revenir au fil, le polyamour n'est pas plus féministe que n'importe quelle réflexion qui vise à prendre les rênes de sa vie et à la vivre comme bon nous semble.

#

(compte clôturé)

le lundi 19 avril 2010 à 13h39

Au sujet du dernier §: ce qui donne un aperçu réverse, mais similaire, à ce qu'il me semble à moi à ce sujet. Bonne cohérence, oué.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 10 mai 2010 à 12h54

Hop, pour quelques minutes de fémisme très fun.

#
Profil

pierre

le mardi 11 mai 2010 à 03h47

En fait tout le monde n'a pas la même définition du féminisme, donc ça va être compliqué de conclure :-)

Par contre j'aurais bien un contre-exemple : le polyamour pouvant exister aussi parmi les homosexuels, je ne vois pas bien où pourrait se trouver le féminisme dans ce cas là ?

Le polyamour n'est donc pas forcément féministe à priori.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion