Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Compagne d'un polyamoureux et jalousie

#
Profil

Lautrier

le dimanche 18 avril 2010 à 15h51

Pendant des moments difficiles comme ceux dont il est question dans cette conversation, les remèdes sont nombreux et "Whaterver works" est bien... Le risque parfois est que le remède soit pire que la souffrance ; faudrait donc essayer de choisir des remèdes innocents, c'est-à-dire qui ne peuvent nuire. Par exemple lire "Fragments du discours amoureux" de R. Barthes, de préférence en piochant au hasard et, avec la finesse de l'analyse, accèder parfois au comique irrésistible des situations et des émotions -- si ont rit, on est guéri/e
Question subsidiaire: quels romans d'amour avons-nous le plus aimé et que nous pourrions nous recommander mutuellement ?

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 18 avril 2010 à 16h04

Ca mériterait un autre fil, les romans damour...

Je plussoie à Siesta, lets, c'est le moment de ne pas rester toute seule avec tout ça, c'est trop lourd. Franchement.

#
Profil

lets

le dimanche 16 mai 2010 à 12h38

je ne vais pas très bien. Je n'ai pas un polyamoureux en face de moi ; j'ai un homme amoureux d'une autre (avec qui il a envie de vivre intensément chaque instant amoureux, sans projet de vie) ; j'ai en face de moi un homme qui n'a plus de sentiment pour moi (depuis longtemps visiblement) et qui a envie de rester dans notre appart , avec nos enfants et pas conséquence moi (mais pas pour moi)
En plus il est tellement écoeuré par mes réactions passées (ou je le retenais physiquement, ou je bloquais sa liberté dit-il) qu'il est maintenant hostile.
Je suis à bout... J'avais encore de l'espoir . je le laisse vivre ce qu'il veut vivre et j'espérais que la tension allait ainsi s'apaiser et c'est tout le contraire.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 12h47

Bon... si c'est la rupture... de quoi as-tu envie, toi? Avec enfants, sans, cet appart', un autre?

#
Profil

Drya

le dimanche 16 mai 2010 à 14h20

Rebonjour Lets,
je suis triste de t'entendre arriver à de telles conclusions. Est-ce vraiment ce qu'il t'a dit lui-même? Est-ce qu'il ne voit pas d'évolution chez toi, ou bien ne veut-il pas la voir car ça lui donne une bonne excuse pour ne pas tenir compte de toi? Peut-être ne croit-il pas que tu es capable de le quitter parce qu'il sait que ce n'est pas ce que tu veux?
Comme dit Clem, quelle est ta décision dans ces circonstances? qu'as-tu envie de lui proposer? Si tu as l'impression de ne faire que subir ses décisions à lui, essaye de savoir quelle est la tienne. Avec de l'imagination, on peut parfois voir des chemins qui rétablissent l'équilibre.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 14h23

Et parfois, il faut aussi simplement penser d'abord à soi, pas forcément à continuer ensemble. Ca peut aussi être ça, l'équilibre.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 16 mai 2010 à 14h23

Drya
Si tu as l'impression de ne faire que subir ses décisions à lui, essaye de savoir quelle est la tienne.

Je crois que aussi que c'est important de savoir quels sont tes besoins, à toi.

Donc : je plussoie sur le message cité, et le précédent.

#
Profil

lets

le dimanche 16 mai 2010 à 14h59

DRYA : si, il me dit voir très nettement l'évolution en moi dans l'absence de réactions violentes, hostilités par rapport à ses sorties (parce que je les vis mieux, j'arrive à m'abstraire de ça, c'est sa vie, ça ne me regarde pas). Ce qu'il aurait aimé avoir il y a 7 ans lors de sa première relation amoureuse avec une autre et ce qu'il aurait aimé avoir au début de cette nouvelle relation.
A ce niveau là je vais beaucoup mieux et je pense avoir fait un vrai travail sur moi (et il s'agit d'une acceptation réelle et non d'une résignation)

Mais cette attitude là (positive) est masquée par ce que "je lui ai fait subir" : obstacle très fort à sa liberté d'aimer. Il dit ne plus me faire confiance, à savoir que je ne peux m'empêcher de prendre chaque attitude ouverte à mon égard comme un engagement que je lui reprocherai tôt ou tard de trahir . Il me dit de le laisser tranquille 6 mois , pas de dicussion à ce sujet, que je règle mes états d'âme seule (je ne veux pas être ton psy me dit -il. Tu es grande, fais face). Il me dit que j'avais tout ce que je demande maintenant au début de sa relation avec cette autre femme mais que c'est uniquement mon attitude de "foldingue" (je cite encore) qui me l'a enlevé. Que dans l'histoire j'ai été ma pire ennemie. Qu'il me suppliait de faire attention.

Et quand je lui dis que j'ai besoin d'un peu d'espoir (sans lui demander d'arrêter sa relation) il le refuse ; il se reproche , je lui reproche de ne pas avoir été clair avec moi (pour lui c'est soit on aime intensément , comme au début d'une relation, soit on aime plus et l'envie d'être ensemble passe par les enfants, la sécurité, le fait de ne pas être seul... comme pour tous les couples). La il veut clairement que je n'attende rien d'affectif de sa part pour éventuellement pouvoir en donner.

Moi je sais d'une que je ne peux absolument pas m'éloigner de mes enfants. Pour lui c'est une motivation pour rester ensemble à la maison (il ne veut pas être séparé de ses enfants me dit il mais pas à n'importe quel prix) mais comme deux célibataires.
Deux , je sais que j'ai besoin d'affection, d'amour ( j'ai des sentiments pour lui, même s'il pense que pour beaucoup c'est plus là peur de l'inconnu qui me motive).

Bref que faire? rester? partir? Moi j'ai envie de rester ; je crois beaucoup à une évolution possible. Lui a envie d'y croire me dit-il mais il ne me fait pas confiance.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 15h13

Lets je vais te parler comme un mec qui a connu des situations comme celles que tu décris, mais avec une grosse différence: je n'ai jamais fait d'enfant... donc ça vaut ce que ça vaut....

si vous avez les moyens de vous séparer, sans que ça soit une catastrophe économique, il faut le faire et si vous n'avez pas les moyens, il faut le faire quand même... et se donner les moyens, quitte à payer le prix ou qu'il assume financièrement et en s'occupant seul à mi temps de ses enfants, par le changement de votre contrat de couple...

autrement, tu sera dans une position de subordination et d'attente. Tu ne pourras jamais prendre le dessus ou tout au moins une relation égalitaire avec ton homme. Pour ce faire et pour le bien de tes enfants, je pense que le mieux est que tu prenne ton indépendance, vous arrivier à une bonne entente dans une garde partagée, et que tu prenne tes ailes et tu t'envole. Tu désire ailleurs, tu aura le temps de vivre pour toi comme ça, et peut être un jour il se rendra compte qu'il t'aime encore... et tu sera peut être encore là pour poser des conditions qui te conviendront.

#
Profil

Drya

le dimanche 16 mai 2010 à 16h08

En ce qui me concerne, quelqu'un qui me dit "c'est trop tard, fallait réagir comme JE voulais avant", c'est à dire quand tu n'en étais pas encore capable, c'est très injuste, comme du chantage, ce n'est plus une coopération pour que la situation convienne aux deux, à moins qu'il ait réellement renoncé à toi avant même qu'il te le fasse comprendre, tout en t'empêchant de prendre toi-même ta liberté, puisqu'il n'a pas non plus créé des conditions favorables à ton indépendance. Maintenant que tu sais où il en est, à toi de décider ce que tu comptes faire de cette situation. Même si vous êtes maintenant "officiellement" simples colocataires, arrangez-vous pour que vos vies soient réellement séparées, que tu n'aies pas à subir ses coups de téléphones en ta présence, que tu n'aies pas à faire des plans stratégiques pour lui cacher le jour où tu auras envie de sortir seule pour rencontrer quelqu'un qui te redonnera envie de t'ouvrir.
Encore une fois, je n'ai que ton point de vue, mais c'est cette façon de reprendre les rênes de ce qui dépendait encore de moi qui m'a aidé à redevenir optimiste.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 16 mai 2010 à 16h14

Drya
quelqu'un qui me dit "c'est trop tard, fallait réagir comme JE voulais avant", [...] c'est très injuste, comme du chantage

C'est ce que je voulais dire mais je ne savais pas comment le dire. Merci Drya.

Lets : en gros là il te dit "Démerde-toi".
Et bien fais ce qu'il te demande et démerde-toi, prends tes distances et vis ta vie. Je ne vois pas trop ce que tu peux faire d'autre. Réfléchis à ce que tu veux pour toi.

S'il n'a plus envie d'une relation avec toi, je ne crois pas qu'il y ait grand-chose à faire. Et s'il en a envie, je pense qu'il reviendra vers toi.Mais pas demain ni après-demain. Il va falloir attendre. Et en attendant...ça serait bête d'arrêter de vivre non ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 16h24

De toute façon, quelque part, dans son système, tu as tort quoi que tu fasses, ou je débloque? Même si c'est pas ça, c'est vers l'individuation et le détachement qu'il semble te pousser.

Qu'il ait raison ou tort, là n'est pas la question; c'est en effet en te recentrant sur toi, et pas sur la sauvegarde de cette relation qu'il semble urgent de travailler.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

Drya

le dimanche 16 mai 2010 à 16h25

Zutre, j'avais oublié de rajouter : après tout, si tu l'aimes, tu n'as pas à t'obliger à ne plus l'aimer. C'est con à dire, mais ne plus maltraiter ces sentiments en toi, ça peut te redonner une certaine sérénité en gardant la porte ouverte et calmer vos rapports, même si ce n'est plus de l'amour pour lui, il semble visiblement toujours exister de l'attachement pour la maman de ses enfants :)

#
Profil

Lilie

le dimanche 16 mai 2010 à 16h53

J'ai vécu ces derniers mois une situation similaire. Mon amoureux avec qui j'ai passé 7 ans est tombé amoureux d'une autre. Cette relation a causé pas mal de bouleversements climatiques (de mon coté, du sien et du leur du coup), et je me sentais devenir la bête noire.
J'ai passé plusieurs mois dans l'attente.. A regarder l'autre construire malgré la tempête.. A essayer de pas déranger tout en étant toujours là, pas loin, dans tous mes états.

Puis un jour, alors que rien n'avait changé de mes sentiments, j'ai arrêté de pleurer.
Je me suis lâchée la grappe, comme on dit.
J'ai changé de point de vue. J'ai fait le bilan : j'avais dit tout ce que j'avais à dire. Donné les preuves de mes sentiments, de mon point de vue. J'avais peut-être réagi trop tard, trop tôt, peu importe. J'étais en adéquation avec moi.

Depuis, j'ai mis de la distance avec cette personne, j'ai arrêté de lui mettre la pression (je le faisais malgré moi en étant complètement dépendante émotionnellement de son attitude). Je me suis retrouvée, et depuis, nos relations se sont beaucoup améliorées, détendues.

Avant ça, j'avais l'impression que lâcher prise était renoncer à cette relation, hé ben conclusion : ça change rien au bordel ambiant! Les doutes sont les mêmes, mais ça change tout à la vie de tous les jours!

Du coup je me suis récupérée un peu aussi : Je ne veux plus qu'il revienne à tout prix. Si on doit se retrouver, c'est qu'on aura tous les deux envie de chercher comment avancer ensemble. Si la situation est déséquilibrée, ça ne m'intéresse plus. Si j'ai compris des choses trop tard pour lui, ben ce sera pour d'autres!

#
Profil

Lilie

le dimanche 16 mai 2010 à 17h00

(+) Je suis donc totalement d'accord avec lulutine, Drya et Clem.

Tu t'es prouvée pleins de choses dans cette histoire : toi, tu es capable de changements, de remise en question...
Si tu n'arrives pas à quitter le logement familial : ça se comprends. Je te dirais : ne fais que ce que tu sens! Tu auras raison. Lui prendra ses responsabilités si il ne supporte pas.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 17h06

Lets, moi je te parle du côté du grand méchant loup qui largue ses nanas, ses engagements... car il tombe amoureux ailleurs... ce qu'il te dis, je te l'aurais dis aussi... et j'aurais eu besoin que tu me lache la grappe si mon coeur était ailleurs... il y a bien du y avoir des choses entre vous qui clochaient déjà. Ne serait ce que la non écoute du besoin de l'autre, mais plus certainement et c'est que à toi de faire un travail pour comprendre qu'est ce qui clochait avant même le passage à l'acte.
Mon expérience à moi, c'est d'avoir repris maintenant une histoire que j'ai finit comme ça de façon brutale car celà ne m'allait pas et car j'avais trouvé quelqu'un d'autre. Eh ben, elle a eu plusieures autres histoires ailleurs, moi de même et à un moment donné on s'est retrouvé, et on avait avancé tout les deux. Et là je commence à aimer à nouveau.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

lets

le dimanche 16 mai 2010 à 17h08

LILIE : je crois que tu as raison. Ton message me fait l'effet d'une bouffée d'oxygène.

Pendant longtemps j'ai cru que si je ne faisais pas une crise à chacune de ses sorties, c'était comme lui dire que je ne l'aimais pas.Ne pas manifester de jalousie, c'était t manifester une absence d'amour. Complètement idiot je m'en rends compte maintenant.

Lacher prise, j'y viens peu à peu mais il n'empêche que je ressens le besoin d'un coup de pouce de sa part et lui le vit comme une pression. Je fais quelque chose et donc j'attends quelqu chose de lui au lieu de faire simplement les choses pour moi, parce que j'en ai envie.

CLEMENTINE : me recentrer sur moi, tu as raison

789 : le fait d'avoir des enfants complique nettement la situation évidemment.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 17h12

Tu ne dois prendre tes enfants en otage... si je peux me permettre. Le plus claire et honête tu sera dans ton rapport à toi et à ton mec, le mieux se sera pour vos enfants... enfin c'est ce que je pense, mais je comprends que ça dois être encore plus compliqué avec des zenfants... c'est pour ça que Clémentine n'a pas voulu en faire...

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 17h20

Ca me fait penser à une jument qui m'avait marché sur le pied: je ne savais pas qu'il fallait lui mettre une bourrade du coude dans l'épaule pour qu'elle se retire, et j'ai par réflexe tenté de retirer en douceur mon peton joli. Grave erreur.

Sentant que ça bougeait sous son sabot, elle a transféré tranquillement tout un quintal d'une jambe à l'autre... mon pauvre arpion est devenu comme une crêpe, je suis devenue pivoine, et l'ongle du gro-norteuille a fait "plop".

Situation instable, message pas clair, renforcement du comportement dérangeant... c'est la plus faible des deux qui a trinqué.

Comme quoi, essayer de faire cesser une situation inconfortable sans prendre position nette et se faire respecter, c'est voué à l'échec.

#

(compte clôturé)

le dimanche 16 mai 2010 à 17h23

786
des zenfants... c'est pour ça que Clémentine n'a pas voulu en faire...

Message modifié par son auteur il y a quelques instants.

Boah, non, c'est que ça m'intéresse pas, l'entité "Môme".

Mais, lets... arrête de compter sur lui et d'espérer quoi que ce soit de sa part, il te REJETTE, pense à la jument...

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion