Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Compagne d'un polyamoureux et jalousie

#
Profil

mandarine

le jeudi 15 avril 2010 à 13h01

Je te rassure ca marche pas tous les jours
Pour moi la therapie a duré 7ans!
Quand je m aime pas j hiberne en general ca dure pas!
Quand je m aime c est quand meme nettement plus simple!

#
Profil

Drya

le jeudi 15 avril 2010 à 13h05

Donc si on aime ni l'une ni l'autre des décisions entre lesquelles on est coincé...? ce n'est pas une décision valable ^^ Retour à la case départ. Ca peut durer très longtemps.

#
Profil

Capucin

le jeudi 15 avril 2010 à 13h06

C'est vraiment dommage d'hiberner au début du printemps et pourtant je ne m'aime pas en ce moment...

#
Profil

mandarine

le jeudi 15 avril 2010 à 13h13

Vas te promener dans la rue
regarde les gens, c est le printemps ils sourient tous
peut etre que ca te donnera envie d en faire autant
et dis toi que si tu t aime pas
quelque part il y a quelqu un qui t aime!
Si ca peut t aider !
V as pas hiberner maintenant ce serait du temps de perdu
Mon pere aurait dit :si toi tu y arrives n importe quel con peut le faire!
Pas con mon papa!

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 15 avril 2010 à 21h17

Drya
Donc si on aime ni l'une ni l'autre des décisions entre lesquelles on est coincé... ?

Il faut lâcher un truc.
Fermer une porte
Mettre tout le paquet sur la porte que l'on veut ouvrir ou garder ouverte.

Vieillir c'est supprimer des choses possibles, ou accepter qu'elles ne soient plus possibles, pour ne pas laisser mourir les choses encore possibles qui nous tiennent à coeur.

La pulsion de mort (l'acceptation de laisser mourir quelque chose) sert à la vie.

Le tout, c'est de ne pas se tromper.
Le tout, c'est de savoir ce qui est vraiment important pour nous.

Ne pas confondre avec "ce qui est le plus important pour nous", car dans cette phrase, on choisit entre des choses qui nous sont imposées, alors que dans l'expression "ce qui est vraiment important pour nous", on choisit ce que l'on veut qui soit.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

mandarine

le jeudi 15 avril 2010 à 21h22

dans cette equation avec deux inconnues on a aussi l oppotunité de se tourner vers la troisieme qui reste a decouvrir!

#
Profil

mandarine

le jeudi 15 avril 2010 à 21h31

Drya
Donc si on aime ni l'une ni l'autre des décisions entre lesquelles on est coincé... ? ce n'est pas une décision valable ^^ Retour à la case départ. Ca peut durer très longtemps.

Si on est coincés on peut toujours essayer de prendre la decision qui semble la meilleure pour soi quitte a revenir a 'la utre si celle ci n a pas fonctionné.
Je parle pour moi mais sans tout ramener a moi !!
J essaie juste d aider un peu a ma facon !
C'est long et ardu mais as t'on vraiment le temps de pinailler pendant des années a l age qu on a!

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

Romy

le jeudi 15 avril 2010 à 21h45

Dans l'ensemble, je suis assez d'accord avec le message d'Éric, c'est-à-dire que s'il doit y avoir un choix et qu'on choisit, il faut arrêter de penser à l'autre option par la suite et mettre toute notre énergie sur l'option choisie. Mais celà demande d'abord de choisir. Je crois que profondemment dans nous même, notre instint sait ce qu'il faut faire, même s'il s'agit d'un choix déchirant. Il faut surtout prendre une décision sur des acquis et non sur ce que ça pourrait être ou ce qui a déjà été, mais qui n'est pas.

#
Profil

ERIC_48

le jeudi 15 avril 2010 à 22h51

Rosalie
Il faut surtout prendre une décision sur des acquis et non sur ce que ça pourrait être ou ce qui a déjà été, mais qui n'est pas.

Euh, moi, je fais tout le contraire de ça, ou presque. Disons que je me base sur le fait d'entrevoir la possibilité de créer la situation que je souhaite, ou sur le fait d'entrevoir le chemin qui me plait. C'est vrai que ça finit souvent mal, mais quand ça finit bien, c'est quelque chose.

Il y a quelque chose d'impossible dans le fait d'attendre que les choses existent avant d'opter pour.

Par exemple, il est vrai que si je suis boulanger-pâtissier et que j'ai trop de boulot, je peux opter pour faire seulement pâtissier, par exemple. Certes.

Mais ais-je attendu d'être pâtissier pour devenir pâtissier ? Si je peux aujourd'hui opter pour cette branche en laissant tomber l'autre, c'est que j'ai créé la situation autrefois, à un moment ou il n'y avait qu'à retrousser ses manches pour me fabriquer un métier ou deux. Ce n'était pas acquis, pourtant j'ai pris la décision de me lancer quand-même.

Euh, je signale que je ne suis pas pâtissier, c'est bien dommage d'ailleurs, mais c'était juste pour illustrer mon propos.

Et bien acquis profite toujours.

#
Profil

Drya

le vendredi 16 avril 2010 à 08h55

Je reste pourtant consciente que les choses peuvent parfois se transformer quand on n'y croyait plus. Je n'ai pas envie de laisser derrière moi ce à quoi je tiens vraiment si, contrairement aux apparences, ça peut changer.

#
Profil

Capucin

le vendredi 16 avril 2010 à 09h54

Tout à fait d'accord avec toi ,Drya ,les choses peuvent se transformer...
Encore une fois ,je pense que les choses doivent être claires...
Pour ma part ,j'accepte la poly de ma "maitresse" ,et je suis bien conscient que je ne suis pas le seul à l'aimer...
Seulement je ne sais pas comment lui faire comprendre ,et surtout j'aimerais qu'elle me dise franchement ce que je fais qui lui laisse penser que je suis jaloux ...
Je ne sais vraiment pas comment faire....

#
Profil

lets

le vendredi 16 avril 2010 à 10h49

Je me demande si mon ami et moi vivons la même histoire.
Il me dit qu'il n'est du tout opposé à communiquer avec moi mais que moi je suis uniquement dans le "parler avec lui pour créer un lien", et non dans la communication. Il me dit que je n'écoute pas. Que je peux évidemment de pas être d'accord mais que je n'écoute pas. QUe je suis en roue libre dans ma monomanie.

Il me dit qu'il veut rester ici, dans cette vie, avec nos enfants. Et moi je lui répond : mais on dirait que tu veux que je partes, que tu fais tout pour ça" et lui me dit qu'il vient de me dire le contraire!!!!!!

#
Profil

lets

le vendredi 16 avril 2010 à 10h51

ERIC : qu'attends-tu de ta femme quand tu tombes amoureux d'une autre? QU'elle soit là? Qu'elle te foute la paix? quoi?
ROSALIE : même question. Comment te comportes-tu avec ton mari quand il débute une relation amoureuse? Comment aimes-tu qu'il se comporte avec toi?
Avez vous une phase où votre couple disparait à vos yeux? (même s'il reste là évidemment)

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 avril 2010 à 11h15

Lets, "Je me demande si mon ami et moi vivons la même histoire".

Personne ne peut avoir à coup sûr la même interprétation des événements que son voisin, même pas des amoureux, ça me semble logique que vous ayez des différends si le but c'est de voir les choses de la même manière...

Donc avec ce constat, est-ce qu'une voie possible vers plus de paix, ce serait d'accepter que vous vivez quelque chose de différent? Et d'accepter que le partenaire ait une vision différente de ce qu'on fait et dit?

Juste ça?

Après tout si le but commun c'est de poursuivre la vie ensemble en famille, que faut-il de plus? Peut-être qu'il demande aussi à être simplement ENTENDU sur sa vision des choses. Pas que tu acceptes, pas que tu sois d'accord... mais d'être entendu, quittancé, etc. C'est un des oeufs de Colomb de la communication.

Après, il sera toujours temps de voir si c'est bien ça qu'il veut. Mais attention, faire la démarche une fois ne dispense pas de faire l'effort, ensuite, de répéter l'exercice tout le temps; c'est jamais gagné une fois pour toutes. Avoir plus de dialogue, c'est pas forcément être complètement du même avis, mais que des avis différents cohabitent.

Message modifié par son auteur il y a 12 ans.

#
Profil

lets

le vendredi 16 avril 2010 à 12h01

Tu as raison clémentine.
L'entendre, pas forcément accepter mais l'entendre.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 avril 2010 à 12h56

Et le lui dire, le lui reformuler, genre "si j'ai bien compris, ta vision des choses, c'est...".

Un truc très important, ça, la reformulation; à la fois pour être sûr qu'on a bien capté, ET pour donner un signe très clair que le message est entendu, reçu 5/5. En plus, j'ai remarqué qu'en faisant ça, on s'approprie l'émotion, on absorbe le choc, on métabolise. Comme si tu te faisais bien mal, et que tu prennes un calmant contre la douleur - puisque tu ne peux pas ne pas avoir mal, te donner les moyens de calmer ce mal.

#
Profil

Romy

le vendredi 16 avril 2010 à 15h45

Lets: quand mon mari débute une relation, je suis froide. Je fais un peu l'indifférente. Vous aurez compris que je suis une grande comédienne qui aime bien les situations dramatiques. Mais je me calme dès que ça dérape, et je redeviens toute compréhensible. Au début, lorsqu'il revenait de chez elle, il était tout aimant, il ne me lâchait pas. Il me disait qu'il m'aimait et devenait hyper romantique. Comme s'il considérait ce qu'il avait fait comme étant très subversif et avait besoin de revenir à certaines valeurs. Enfin, je schématise. Et moi, j'utilisais mon 'pouvoir' de celle à qui quelque chose est dû pour me refuser à lui. Évidemment, j'attendais qu'il insiste! Je sais, ce sont des petits jeux de pouvoir que je joue, mais comme j'ai dit, je m'arrête toujours à temps, parce que, heureusement, lui n'embarque pas là dedans. Maintenant que nous sommes plus avancés dans nos histoires, il ne se met plus à quatre pattes. Si je le refuse, il n'insite plus et s'éloigne. Alors j'ai arrêté :-)
Je précise que je suis beaucoup plus relax lorsque j'ai moi aussi un amant.

#
Profil

LuLutine

le vendredi 16 avril 2010 à 17h48

lets
Il me dit qu'il veut rester ici, dans cette vie, avec nos enfants. Et moi je lui répond : mais on dirait que tu veux que je partes, que tu fais tout pour ça" et lui me dit qu'il vient de me dire le contraire!!!!! !

Donne-lui des faits, pas seulement des impressions.
Parce que sinon tu vas continuer à lui dire que tu as le sentiment qu'il voudrait te faire partir (quand tu dis "on dirait", ça dénote bien une impression de ta part...) et il va continuer à te dire que c'est faux. Chacun reste sur ses impressions.

Si au contraire tu lui dis : "Lorsqu'en rentrant le soir tu ne viens pas m'embrasser" (j'invente un exemple hein) "cela me donne le sentiment que tu préférerais que je ne sois pas là", il comprendra laquelle de ses actions t'a fait penser qu'il ne voulait plus de toi. Et là, il aura des billes pour changer la situation.

Sinon il va continuer à faire les choses de la même manière, parce qu'il ne verra pas le problème.

Donc même si tu le lui as déjà dit (c'est peut-être le cas, mais les gens n'impriment pas toujours les premières fois !), prends soin de bien lui dire laquelle de ses actions te donne telle ou telle impression désagréable. Je pense que c'est le seul moyen de lui permettre de te répondre par un comportement approprié les fois suivantes - ou bien de t'expliquer pourquoi il agit de cette manière, en te rassurant.

#

(compte clôturé)

le vendredi 16 avril 2010 à 18h07

Essaie d'abord peut-être de lui demander comment il se sentirait entendu? Ca me semble primordial de savoir quelle manière ou quel canal utiliser, avant d'essayer quoi que ce soit. Demande-lui démonstration, peut-être. Chaque couple a sa propre dynamique de communication, ce qui marche chez Paul et Juliette est peut-être capable de tout foutre par terre chez Claudine et Manuel...

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 16 avril 2010 à 18h07

Oui. Tes sentiments, tes impressions, je crois, j'imagine... Tout ça a une base dans la réalité, pas frocément une base agréable (je souscris aux mots de tentacara plus haut, ton mec est parfois un peu boeuf, si on en croit ce que tu nous dis) mais la place que ça prend dans ta tête semble bien disproportionnée.

Et ça veut dire que tu dois t'occuper de ta tête.
Ca fait plusieurs semaines que tu te confies ici. Je suppose que certaines idées et situations évoluent. Mais je constate aussi que tu as encore besoin de parler.
Avec lui, c'est évident.
Mais peut-être qu'il faut que tu songes à voir un psy. Ce que tu exprimes ici, c'est des souffrances.
Et ce n'est pas que la relation qui souffre, c'est aussi toi.

Il faut que tu cernes cette souffrance, que tu t'en occupes au lieu de juste la laisser couler ici et dans ta vie... Parce qu'elle peut empêcher le dialogue, ou rendre ses résultats moins bons. Elle peut aussi t'empêcher de mettre les limites à ton mec (tu la prends pas au téléphone n'importe quand, juste dans telles conditions). Tu ne peux pas trouver ni imposer de modus vivendi si tu ne sais pas quelle partie de toi tu dois protéger, quelle partie est forte ou quelle partie faible ou forte ne risque rien parce qu'elle n'est pas en jeu.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion