Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Liens entre polyamour et genre

#
Profil

Siestacorta

le vendredi 06 janvier 2017 à 22h42

Maxence_Lascombe
Sauf que pour ce qui me concerne, je ne parle pas au nom des autres,

Ah ?

Parce que, quelques posts plus haut...

Maxence_Lascombe
ils portent la responsabilité de faire fuir toutes les personnes qui arrivent dans les groupes de discussion autour du “polyamour” ou de “l’anarchie relationnelle”.

Et je parle pas du passage ou évoquant les messages privés de tant de gens qui se plaignent. Les masses silencieuses !

C'est pas toujours grave de parler avec ou pour d'autres, faut juste savoir se situer.
Le diable est dans les détails de "chacun ses biais de confirmation", quoi.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

ThrukDen (invité)

le vendredi 06 janvier 2017 à 23h04

«  il n’est pas question pour moi d’admettre le discours qui consiste à rendre tous les hommes, blanc, hétéro cisgenre responsable des maux de la société patriarcale »

Il n'est pas question de les accuser de tous les maux, mais de reconnaître qu'en général ils sont plus largement du côté des bénéficiaires de ce système, crétin.

#
Profil

Maxence_Lascombe

le vendredi 06 janvier 2017 à 23h28

Siestacorta
C'est pas toujours grave de parler avec ou pour d'autres, faut juste savoir se situer.
Le diable est dans les détails de "chacun ses biais de confirmation", quoi.

Voui, elles sont vieilles celles-ci, élimées.

On pourrait presque y retrouver du Arnaud XX dans le texte. C'est dire si la rengaine est éculée. D'ici à ce vienne pointer un Point Godwin, un KKT pour finir la pirouette. Tout cela est attendu.

Un_Kretin
de reconnaître qu'en général ils sont plus largement du côté des bénéficiaires de ce système

Bhâ, on va aussi s'excuser d'être en bonne santé, d'avoir accès au Net, de pouvoir disposer de l'énergie électrique, de manger plus ou moins à sa faim... C'est vrai quoi, crétin, de quoi tu vas te plaindre, alors que y'a des gens qui meurent de faim dans le monde. Soit heureux et TG ! ;)

Merci, on la connais aussi ... la chanson.

-

@Acajou : aucune prise de tête. Simplement déposer du stabilo là ou les ayatollahs de la bonne pensée et du bon dire s'agitent.

#
Profil

Loic

le samedi 07 janvier 2017 à 02h08

Ah oui. N'oublie pas tes petits stabilos, tu en auras besoin.

#

(compte clôturé)

le samedi 07 janvier 2017 à 09h23

Je trouve une fois de plus les methodes employées par la clique des revolutionnaires de salon sur ce forum détestables au plus haut point: je les resumerai ainsi:
-doctrine du péché originel (à peine réecrite mais pourquoi produire quand on peut recycler): initier un clivage, la honte chez la cible.
-manoeuvre d’intimidation par repétition/acharnement pour obtenir une confession: mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, je suis ontologiquement coupable d’oppression. but: faire consentir la cible à sa manipulation par un aveu extorqué.
-si la manoeuvre échoue ou provoque une resistance chez la cible, lui retourner le cerveau une dernière fois, on en revient là, on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, la fin justifie les moyens, tu ne devrais pas te plaindre de ressentir cela…etc

La troisième étape est la plus violente, puisqu’elle consiste à nier l’existence du malaise induit par le procédé le tout avec l’éthique en bandoulière façon Dieu ou Junon.
junon tu y vois une «  évolution », j’y vois au contraire une régression aux formes les plus archaiques et nauséabondes (au sens propre: qui provoque la nausée) de la pensée politico-religieuse.

Je déteste viscéralement cette ambiance sectaire
bon courage

#
Profil

Indi

le samedi 07 janvier 2017 à 10h27

La question initiale m'évoque une chanson de Boris Vian, Bourrée de Complèxes :

https://www.youtube.com/watch?v=DTfvCyF87xQ

#

(compte clôturé)

le samedi 07 janvier 2017 à 11h15

Avant de clôturer mon compte, moi, APH ("Aimer plusieurs hommes") souhaite vous dire pourquoi:
125 réponses virant au règlement de comptes et à l'invective systématique, pour une question très simple et pertinente, que Lstelie posait avec bien des précautions, expliquant qu'il ne jugeait pas, essayait de comprendre et voulait simplement savoir le lien entre polyamour et genre, vu l'ampleur des questions de genre sur ce site (et aussi sur la page polyamour de FB soit dit en passant).

Où sont donc passées la bienveillance et l'écoute qui prévalaient autrefois sur ce site?

Pourquoi tant de logorrhée qui tournent en rond?
Pourquoi confondre les oppressions systémiques: l'impérialisme, le colonialisme, la domination masculine, le capitalisme financier qui existent et engendrent effectivement des rapports de domination et d'oppression, et les individus qui font partie de groupes dominants par leur naissance, mais ne sont pas forcément des oppresseurs?
Par parenthèse, mieux vaut dire "opprimés" que oppressés", oppressés, c'est médical, ça concerne les asthmatiques et les gens souffrant d'insuffisance respiratoire.

Pour avoir enquêté incognito dans plusieurs sectes (Moon, enfants de Dieu... ) je suis au regret de constater qu'il y a dans ce fil des caractéristiques de dérives sectaires. Quand Lulutine- que j'aime bien et qui se trouve être de surcroît administrateur de ce site- écrit "je n'ai pas encore tout lu, mais je suis quasi sûre que la réponse de Dieu est géniale". Comment être sure de ce qu'on n'a pas lu.? Pourquoi considérer a priori une personne comme géniale si ce n'est en étant une adepte, une fidèle?

Comme dit Franck Lepage, ce n'est pas la pensée qui crée le mot, mais le mot qui crée la pensée. Exemple: on remplaçant "cotisations sociales" par "charges sociales", on a mis dans la tête des gens que ces sommes sont une charge, alors qu'elles sont un salaire différé et une expression de la redistribution des revenus.

C'est la raison pour laquelle je me suis toujours insurgée quand- même par humour, même au second degré- on m'appelait "la papesse" du polyamour, car utiliser un mot me mettant sur un piédestal créait, de fait, ce piédestal. Or j'ai toujours dit que je me contentais de partager mes réflexions sur 44 ans de vie polyamoureuse effective, et les réflexions que j'avais nourries avec le courrier des personnes qui m'avaient écrit, mais qu'en aucun cas je ne me poserais en gourou de quoi que ce soit.
C'est une des raisons pour lesquelles- et j'espère qu'elles l'auront compris- je ne réponds pas aux demandes d'amis FB venant de la "sphère polyamoureuse si je ne connais pas personnellement ces personnes, car l'idée de sphère ou de communauté sur ce seul critère me déplaît. Être poly est une composante importante de ma vie, mais loin d'être la seule et aujourd'hui je m'intéresse bien davantage à la domination d'où découle toutes les autres: celle d'un système économique prédateur et inégalitaire qui exploite effectivement toutes les minorités, et même des hommes blancs hétéros (les ouvriers forcés de porter des couches aux USA parce qu'on ne les autorise pas à quitter leur poste de travail pour pisser ou déféquer font peut-être partie d'un groupe dominant par leur genre et leur couleur, mais ils sont opprimés par le système économique).
Curieusement, ici, alors qu'il y a eu moult digressions totalement hors sujet par rapport au polyamour, très peu de digressions concernent l'organisation économique et anti-écologique de la société dite mondialisée.

Pour en revenir à la terminologie: choisir "Dieu" comme pseudo, même pour rire, même par humour, c'est se placer de facto en position dominante, et c'est ce qui est arrivé puisque le discours de Dieu est a priori considéré comme génial et que plusieurs semblent adhérer à ces discours fleuves, comme j'ai vu des adeptes de Moon adhérer aux "Principes divins" du prophète qui ne résistaient pourtant pas, sous une apparence logique, à une analyse approfondie.

Dernière minute: on me signale que Dieu s'appelle Anarchamory et a un site. J'y vais, et je découvre- à vrai dire je ne découvre pas, on me l'avait déjà signalé- que dans un de ses écrits il met en scène un personnage assez ridicule sous le nom de Françoise Sintemère, journaliste écrivant des livres où on reconnaît aisément les miens. Il écrit même que nous échangeons un baiser fougueux. Où va se nicher le fantasme.!!! Et lorsque Lulutine lui a fait remarquer que je (Françoise Simpère) n'aurait pas eu besoin de son aide pour se débarrasser d'un importun- ce qui est exact- il lui a répondu que ce n'était pas Simpère, mais Sintemère, ce qui n'abusera personne, et là encore l'argument de l'humour ne prendra pas. C'est une caractéristique des dominants, quand ils blessent quelqu'un, de dire: "c'est de l'humour, c'est pour rire, c'est du second degré" en accusant l'autre de ne pas avoir d'humour. Et ça prétend défendre les opprimés.

Depuis longtemps je délaissais les cafés polys sans aucune réticence, juste parce que je sature d'un sujet que j'ai défendu quasi seule pendant 20 ans. J'ai quitté récemment la page "polyamour de FB" parce qu'elle est devenue assez stalinienne, avec des exclusions, des modérations sévères et une part croissante de discussions telle que ce fil. Aujourd'hui, je quitte ce site et Mikael ne sera plus mon "ami FB" à cause de son indélicatesse envers moi. Quand j'écris un livre où je m'inspire d'une personne réelle, je l'en informe toujours et je respecte son éventuel refus. Il ne l'a pas fait à mon égard, car Dieu est tout-puissant.

Merci à je suis une princesse, Bagheera, grd, et quelques autres d'avoir tenté de maintenir de la bienveillance dans cette pseudo discussion. J'aurais toujours plaisir à échanger avec vous, par mail ou MP.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le samedi 07 janvier 2017 à 11h34

2 comptes clôturés en une discussion, belle perf....

Françoise, tu nous manqueras.

#
Profil

Maxence_Lascombe

le samedi 07 janvier 2017 à 12h18

gdf
2 comptes clôturés en une discussion, belle perf....

Pas deux comptes :-( :-/
TROIS comptes cloturés :-/ , et cela n'est que la partie visible de l'iceberg.

A part ça, les Mugneretistes et ses acolytes n'ont pas la moindre influence, pas la moindre responsabilité... Le déni, encore et encore.

polyamour.info est en train de perdre toute crédibilité par la seule présence de ces terroristes de la "pensée", ces ayatollahs du "genre", ces prélats du "comportements.

La dispersion de ce venin est dramatique, dangereux :(

#
Profil

Anarchamory

le samedi 07 janvier 2017 à 12h47

APH
Dernière minute: on me signale que Dieu s'appelle Anarchamory et a un site. J'y vais, et je découvre- à vrai dire je ne découvre pas, on me l'avait déjà signalé- que dans un de ses écrits il met en scène un personnage assez ridicule sous le nom de Françoise Sintemère, journaliste écrivant des livres où on reconnaît aisément les miens. Il écrit même que nous échangeons un baiser fougueux. Où va se nicher le fantasme.!!! Et lorsque Lulutine lui a fait remarquer que je (Françoise Simpère) n'aurait pas eu besoin de son aide pour se débarrasser d'un importun- ce qui est exact- il lui a répondu que ce n'était pas Simpère, mais Sintemère, ce qui n'abusera personne, et là encore l'argument de l'humour ne prendra pas. C'est une caractéristique des dominants, quand ils blessent quelqu'un, de dire: "c'est de l'humour, c'est pour rire, c'est du second degré" en accusant l'autre de ne pas avoir d'humour. Et ça prétend défendre les opprimés.

Depuis longtemps je délaissais les cafés polys sans aucune réticence, juste parce que je sature d'un sujet que j'ai défendu quasi seule pendant 20 ans. J'ai quitté récemment la page "polyamour de FB" parce qu'elle est devenue assez stalinienne, avec des exclusions, des modérations sévères et une part croissante de discussions telle que ce fil. Aujourd'hui, je quitte ce site et Mikael ne sera plus mon "ami FB" à cause de son indélicatesse envers moi. Quand j'écris un livre où je m'inspire d'une personne réelle, je l'en informe toujours et je respecte son éventuel refus. Il ne l'a pas fait à mon égard, car Dieu est tout-puissant.

Bonjour Françoise,

Je comprends ta réaction. Dans mon esprit, mettre en scène un personnage te ressemblant -sur certains points- dans un univers alternatif inversé tenait de l'hommage, même si c'était un hommage humoristique. Je n'ai pas un seul instant imaginé que ça pouvait te blesser, en cela je ne peux que reconnaître avoir manqué d'empathie et je le regrette. Tu as parfaitement raison de souligner que j'aurais dû te prévenir et te demander avant. J'ai été effectivement indélicat et je te demande pardon. Je vais modifier ma nouvelle pour qu'elle n'évoque plus ta personne. Je m'applique les mêmes principes que j'applique aux conduites oppressives que je peux dénoncer. Je suis donc conscient que mes intentions n'effacent pas l'impact de ma nouvelle et il n'est pas dans mon intention de tenter une justification par l'humour ou autre chose. Ce n'est pas toi qui n'a pas d'humour, c'est moi qui me suis mal conduit et je ne l'aurais pas réalisé sans ton message. Par conséquent, je te remercie de t'être exprimé.

En ce qui concerne mon ancien pseudo "Dieu", là non plus je n'ai pas réalisé qu'à lui seul il pourrait influencer la réception de mes propos. Mais tu n'as pas tort, c'est à considérer.

Encore désolé pour le mal que je t'ai fait. Je te demande pardon, mais je respecte ta décision et comprends ta colère.

Bien à toi,

Mikaël Mugneret

#
Profil

Indi

le samedi 07 janvier 2017 à 13h00

SebastienPeroni
Je vais te contredire, mais étant transgenre, l'ouverture aux identités de genre est de plus en plus visible partout et n'est pas un monopole poly! Par contre, un grand nombre de poly que j'ai pu rencontrer sur Toulouse sont de joyeux anarchistes de salon, s'amusant à "déconstruire" la société, et par là même, la notion de genre. Et j'ai pu me rendre compte qu'il y a un bon paquet d'anarchistes de salon chez les poly fréquentant ce forum!

Au final, la question de genre n'a rien à voir avec le polyamour! Idem sur toutes les justifications soulevées par APH: pourquoi se justifier!!!

Arrêtons de tourner en rond dans des discussions stériles, et aimons, bordel!

C'est fantastique, ce message annonçait précisément ce qui allait se produire ensuite. (Au passage, je suis probablement un "anarchiste de salon" - bien que je n'aime pas les étiquettes.) Ce qui apparaît, c'est que la place prise par les questions de genre est liée au militantisme. Autrement dit, pour utiliser le jargon dédié, c'est du prosélytisme ou de l'entrisme et cela finit toujours pas être extrêmement déplaisant pour quiconque ne partage pas les croyances rabâchées.

Anarchamory
Il n'y a pas vraiment de rapport entre polyamour et genre. Tout au plus une légère surreprésentation de personnes transgenres parmi les polyamoureux-ses et de polyamoureux-ses parmi les personnes transgenres


Tout le monde est d'accord là-dessus. Cela confirme ce que disait Sébastien. La discussion serait-elle close ?

Anarchamory
Attention au choix des mots. Parler de « terminologie hallucinante » n'est pas très sympa pour les personnes concernées qui, si elles ont forgé cette terminologie, ont sans doute dû en percevoir une utilité. Les sciences et le droit (pour donner deux exemples) regorgent aussi de « terminologie hallucinante »... Mais sans cette terminologie on ne pourrait pas faire de sciences ou de droit...

Je crois que tu es dans l'erreur, Anarchamory. Si j'utilise mon jargon d'informaticien en parlant à une personne qui n'est pas spécialiste du domaine, celle-ci pourra parfaitement considérer que je fais usage d'une « terminologie hallucinante ». Si je continue sur la même voie, cette personne sera probablement très agacée. Il n'y a pas donc pas de raison objective de considérer que cela n'est « pas très sympa ». En faisant cela, encore, tu agaces ton interlocuteur en lui prêtant arbitrairement des intentions malveillantes qu'il n'a pas.

Anarchamory
Les blondes, mais plus généralement les femmes, appartiennent à une catégorie de la population qui —en tant que femmes, donc toutes choses égales par ailleurs— est opprimée. Et si elle est opprimée, c'est donc qu'il y a des oppresseurs. Et ces oppresseurs sont donc tous ceux qui (volontairement ou non, consciemment ou non) tirent partie de cette oppression : les hommes.

Chouette, une bonne occasion de faire fonctionner notre cervelle !

La proposition d'Anarchamory " Et ces oppresseurs sont donc tous ceux qui (volontairement ou non, consciemment ou non) tirent partie de cette oppression : les hommes." est elle vraie ?

Y a-t-il identité entre l'ensemble de "ceux qui (volontairement ou non, consciemment ou non) tirent partie de cette oppression" et l'ensemble des hommes ?

Quiconque n'est pas blonde tire partie de la dévalorisation des blondes. Donc ma question précédente est équivalente à celle-ci : "L'ensemble des non-blondes est-il identique à l'ensemble des hommes ?" Or je peux démonter que la réponse est fausse. En effet, les autochtones natives de Papouasie ou d'Amazonie, pour prendre deux exemples arbitraires, ne sont pas blondes. Elles font donc partie elles aussi du groupe des oppresseurs tel que défini par Anarchamory. Les Papoues et les Amérindiennes ne faisant pas partie du groupe des hommes, je viens de démontrer que la proposition d'Anarchamory est fausse.

Cette erreur est regrettable puisqu'elle conduit à la stigmatisation injustifiée d'une population, autrement dit à une oppression.

Par ailleurs, mon exemple soulève un autre problème dans l'affirmation faite par Anarchamory : la conception qu'il semble avoir du terme "oppresseur". En effet, pour la plus part d'entre nous un oppresseur est actif : il est à l'origine de l'oppression. L'oppresseur tel qu'il apparaît dans la citation d'Anarchamory est un oppresseur passif : il s'agit finalement toute personne qui n'est pas la cible de l'oppression considérée. Selon cette définition, être un oppresseur est somme toute très banal : chacun(e) est un oppresseur.

Livrons-nous à un petit exercice intellectuel : appliquons ces deux définitions différentes du terme oppresseur à l'oppression mise en lumière plus tôt. Je pense avoir démontré que l'affirmation d'Anarchamory figurant en citation stigmatise injustement le groupe des hommes. Si j'applique la conception (passive) d'Anarchamory dans le cadre particulier de cette oppression, cela fait un oppresseur de quiconque n'est pas un homme : les femmes et les personnes intersexuées. La cas particulier d'Anarchamory lui-même est intéressant. Selon la conception commune, l'oppresseur (actif), c'est lui ainsi que quiconque reprend à son compte son raisonnement illogique. Mais si on utilise sa conception particulière, il est un opprimé (il est un homme) et les oppresseur sont les non-hommes.

On me concédera, je pense que cette conception passive de l'oppresseur est assez particulière puisqu'elle peut conduire comme dans cet exemple à exclure du groupe des oppresseurs les auteurs de l'oppression.

De plus, se voir qualifier d'oppresseur quand on n'en est pas un selon la définition commune du terme ne peut qu'agacer et je pratique ici l'euphémisme.

Anarchamory, pour les raisons que j'ai pris la peine de détailler tout au long de mon message, je crois que ton message ci-dessus est largement responsable de la tournure qu'on pris les échanges. Je vois que tu te définis comme anarchiste et zététicien. C'est un positionnement que je trouve éminemment sympathique, même si à titre personnel j'ai un peu du mal à comprendre (comme Françoise) qu'on se colle soi-même des étiquettes dessus ou qu'on veuille faire partie d'un groupe, d'une communauté. Autrement dit, ce qui est important à mes yeux dans l'anarchisme et dans la zététique c'est l'attitude intellectuelle : l'alliance de la curiosité et l'esprit critique, le rejet du dogme. Ce n'est certainement pas l'appartenance à un mouvement, car dans ce désir d'appartenance se trouve un péril majeur pour toute personne souhaitant penser par elle-même. Autrement dit, vouloir être reconnu comme anarchiste ou comme zététicien est un excellent moyen de trahir les valeurs de l'anarchisme et de la zététique.

L'anarchisme peut hélas être un "isme" comme un autre. Brassens qui connaissait bien le milieu anarchiste (il en était lui-même un) disait : "Ce que je refuse, c’est qu’un groupe ou une secte m’embrigade et qu’on me dise qu’on pense mieux quand mille personnes hurlent la même chose. Lorsqu’on se réunit pour penser et pour réglementer les comportements, la secte n’est pas loin. Mon individualisme d'anarchiste est un combat pour garder ma pensée libre : je ne veux pas recevoir d'un groupe ma loi. Ma loi, je me l'a fais moi-même. Je sais que c'est très difficile de penser par soi-même. On est le composé de tout ce qu'on a reçu, de ce qu'on voit et on entend. Je ne peux pas penser tout seul mais je ne veux pas démissionner devant la pensée d'un groupe et même pas devant un maître à penser." ou encore : "En réalité je n'ai pas de solution collective. Si j'avais une solution collective, j'aurais posé ma guitare et je militerais. C'est parce que je ne crois pas aux solutions collectives que je me borne à faire des chansons."

Voilà pourquoi je me contente (à peu de choses près) d'être un "anarchiste de salon". Moi je ne fais pas de chansons.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

kill-your-idols

le samedi 07 janvier 2017 à 13h01

Étant donnée la dérive prise par polyamour.info et par le groupe FB "polyamour", je pense créer un nouveau groupe, où discuter à l'abri des dérives sectaires. Si vous voulez l'adresse du groupe, envoyez-moi un message privé.

#
Profil

Jena

le samedi 07 janvier 2017 à 13h10

Maxence_Lascombe
polyamour.info est en train de perdre toute crédibilité par la seule présence de ces terroristes de la "pensée", ces ayatollahs du "genre", ces prélats du "comportements.

La dispersion de ce venin est dramatique, dangereux :(

polyamour.info est en train de perdre toute crédibilité par la seule présence de mecs dans ton genre, qui revendiquent que les oppressions n'existent pas, ne les concernent pas, revendiquent de mal penser, ou de ne pas penser du tout. Ceux qui se posent en autorité parce qu'ils vivent, et clament que les autres ne vivent pas, probablement parce qu'ils ne vivent pas comme eux.
Par la vue de tes posts fielleux en arrivant, tu n'imagines pas le nombre de comptes qui n'auront pas besoin d'être clôturés parce qu'ils ne seront jamais ouverts. Puisse ces personnes trouver un endroit bienveillant où elles pourront lire, écrire et vivre sur le sujet.

#
Profil

Jena

le samedi 07 janvier 2017 à 13h15

je-suis-une-princesse
Étant donnée la dérive prise par polyamour.info et par le groupe FB "polyamour", je pense créer un nouveau groupe, où discuter à l'abri des dérives sectaires. Si vous voulez l'adresse du groupe, envoyez-moi un message privé.

Des groupes sur le polyamour où on refuse les propos féministes, il y en a déjà :
https://www.facebook.com/groups/641885169277751/
https://www.facebook.com/groups/1384113028583222/

#
Profil

kill-your-idols

le samedi 07 janvier 2017 à 13h31

JenaAurelien
Des groupes sur le polyamour où on refuse les propos féministes, il y en a déjà :
https://www.facebook.com/groups/641885169277751/
https://www.facebook.com/groups/1384113028583222/

Tant mieux! Moins de travail à faire! Merci pour l'info! :-)

#

françoise simpère (invité)

le samedi 07 janvier 2017 à 14h47

Je prends acte des excuses de Mickaël et répondrai à celles et ceux qui m'ont déjà écrit en privé.
Que Brassens dit bien les choses: avoir une pensée libre, c'est essentiel. Et ça fait partie des amours plurielles, en définitive (extrait de APH)
"Lorsqu'on s'aperçoit que ce qu'on nous a enseigné - l'amour éternel, la jalousie inévitable, le sexe dangereux, la monotonie conjugale - relève de l'idéologie plus que de la réalité, on garde le réflexe de ne jamais préjuger de rien. Dès la classe de philo, j'étais persuadée que la réalité n'existe pas en soi, mais qu’il en existe de multiples, reflets de l'environ­nement social et des convictions de chaque individu.
Dans mon métier de journaliste, cette volonté de n’être pas dupe me sert en permanence. Je cherche tou­jours pourquoi telle information est diffusée à tel moment, quels intérêts elle sert, quelle idéologie elle sous-tend. Et chaque jour, je constate que même la recherche scientifique n'est pas exempte d'idéologie. En tant que citoyenne, je jubile à analyser les discours des hommes politiques et à les confronter à leurs actions ! En tant que personne, je m'applique à ne rien croire sans l'avoir personnellement vérifié."

Sur ce... bonne continuation!

#
Profil

Indi

le samedi 07 janvier 2017 à 15h08

Je voulais ajouter que la zététique ou le scepticisme scientifique, demande qu'on prenne du recul à l'égard de ses croyances pour analyser autant que possible froidement et logiquement les faits. Or tu as fais exactement l'inverse Anarchamory, tu as suivi ta narration sans te soucier des faits en agressant Luc au moins trois fois dès ton premier message. (Sans parler des autres hommes lisant ce forum.)

Franchement, je trouve que Luc et Françoise (et d'autres sans doute) ont fait preuve de beaucoup de retenue.

J'étais revenue pour écrire ceci et voici ce que je découvre :

APH
Dernière minute: on me signale que Dieu s'appelle Anarchamory et a un site. J'y vais, et je découvre- à vrai dire je ne découvre pas, on me l'avait déjà signalé- que dans un de ses écrits il met en scène un personnage assez ridicule sous le nom de Françoise Sintemère, journaliste écrivant des livres où on reconnaît aisément les miens. Il écrit même que nous échangeons un baiser fougueux. Où va se nicher le fantasme.!!!

Anarchamory
Je comprends ta réaction. Dans mon esprit, mettre en scène un personnage te ressemblant -sur certains points- dans un univers alternatif inversé tenait de l'hommage, même si c'était un hommage humoristique. Je n'ai pas un seul instant imaginé que ça pouvait te blesser, en cela je ne peux que reconnaître avoir manqué d'empathie et je le regrette.

Est-ce que je rêve ? C'est bien toi, la même personne, qui donnes des leçons de féminisme en collant des étiquettes d'oppresseur à tout va et qui fait ça ?

#
Profil

Anarchamory

le samedi 07 janvier 2017 à 15h29

Indi
Est-ce que je rêve ? C'est bien toi, la même personne, qui donnes des leçons de féminisme en collant des étiquettes d'oppresseur à tout va et qui fait ça ?

L'homme cisgenre est un oppresseur par défaut en raison du privilège cismasculin. Je suis un homme cisgenre, je suis donc un oppresseur par défaut. Et il peut m'arriver d'y être dans les faits, malgré ma détermination pour me déconstruire. Dont acte. Je n'ai pas prétendu être au-dessus de la mêlée, même si mon ancien pseudo a pu avoir une emprise que je ne soupçonnais pas.

Je ne reproche à personne d'oppresser sans le savoir / vouloir. Ce qui m'agace c'est le refus de reconnaître ses erreurs, et pire : quand ce refus est ponctué de reproches à l'adresse de la personne ayant pointé le problème, que ses propos sont déformés, etc.

#
Profil

gdf

le samedi 07 janvier 2017 à 16h35

Anarchamory
L'homme cisgenre est un oppresseur par défaut en raison du privilège cismasculin. Je suis un homme cisgenre, je suis donc un oppresseur par défaut.

C'est un axiome avec lequel on peut être en désaccord. Tu (et quelques autres) associes "forcément" privilège et oppression.
Le Larousse définit oppression ainsi :

Malaise psychique sourd, un peu angoissant, qui étreint : Ressentir un sentiment d'oppression.
Action d'opprimer, d'accabler sous une autorité tyrannique : Lutter contre l'oppression.

La première définition correspond à l'oppression subie. Je ne crois pas que qui que ce soit, même Maxence, ait niée l'existence d'une certaine forme d'oppression liée au genre. À noter, il peut y avoir oppression sans oppresseur, si on est oppressé et pas opprimé comme cela a été relevé plus tôt.

La seconde définition correspond à une action. Je pense qu'on peut être privilégié, mais ne pas agir de façon oppressante. À la limite je suis même prêt à admettre que ne pas agir, au sens laisser faire, peut être oppressant, une forme de "non assistance à personne en danger".
Mais je suis en désaccord profond avec l'idee que être quelque chose en particulier (un homme) implique obligatoirement qu'on va agir (ou pas) d'une certaine façon. Peut être qu'une majorité de personne d'une certaine catégorie va avoir des actions du même type, mais affirmer je suis ceci donc j'agis ainsi, ça pose un problème philosophique.

Ce message n'est PAS une négation de l'existence de l'oppression.

#
Profil

gdf

le samedi 07 janvier 2017 à 16h43

Anarchamory
Je ne reproche à personne d'oppresser sans le savoir / vouloir. Ce qui m'agace c'est le refus de reconnaître ses erreurs, et pire : quand ce refus est ponctué de reproches à l'adresse de la personne ayant pointé le problème, que ses propos sont déformés, etc.

Je pense que si tu disais à quelqu'un "tu as fait ceci ou tu as dit cela, et c'était oppressant", ça permettrait à cette personne de" reconnaître ses erreurs"
Si tu dis à quelqu'un "tu es un homme donc tu es oppressant", comment veux tu qu'il "reconnaisse ses erreurs" ? Ce n'est pas une erreur d'être un homme!

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion