Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Liens entre polyamour et genre

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 04 janvier 2017 à 20h05

Maxence_Lascombe
@je-suis-une-princesse,
Merci pour ces paroles :) Je nuancerais cela au fait d'avoir été témoin, ces dernières années, de la fuites (pas d'autre mot) des polyamoureux-ordinaire, devant les propos staliniens et les violences, l'oppression qu'exerce un groupuscule à la radicalité qui confine parfois à la haine du bonheur des autres.

Je ne sais pas non plus qu'est-ce qu'a pris à ces personnes, pour qu'ils deviennent si intransigeantes et bonheur-ophobes. Je ne veux pas non plus leur attribuer une vie malheureuse ou des autres misères: j'espère vivement qu'il conduisent une vie intéressante, pleine de belles choses, malgré le mépris qu'ils ont envers le bonheur des autres.

Ce qui me fait mal,c'est que je connaissais en vrai pas mal de ces personnes et que (toujours avant 2014, année où tout a basculé) on a passé pas mal de moments sympa, participé à des événements géniaux, vécu des expériences inoubliables... Voila, maintenant, voir ces mêmes personnes transformées en prêcheurs de haine, cela me fait vraiment mal au coeur. :-(

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

lstelie

le mercredi 04 janvier 2017 à 20h11

Dieu

Par contre, monogame, faudra m'expliquer où t'as vu ça ???? (j'ai même eu une phase où j'étais extrêmement remonté contre la monogamie et où je ne considérais pas que ce puisse être un choix de vie légitime...).

Par exemple ici (si je ne me trompe pas de Dieu )

« je fus pris d’oscillations entre un libéralisme classique, parfois passivement légèrement conservateur dans mes moments de résignation (il faut dire que m’être égaré dans une relation de couple avec une catholique assez réactionnaire dans sa vision du monde avait eu tendance à contaminer ma pensée) et un social-libéralisme beaucoup plus progressiste (dans mes phases plus « rebelles »).»

.. ou cela n'est pas explicitement mentionné mais on subodore qu'une catholique réactionnaire ne doit être que modérément favorable au polyamour (au alors les lignes cathos ont beaucoup bougé :) )

Ceci étant après tout chacun vit bien comme il veut (diversité tout ça...)

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 04 janvier 2017 à 20h29

J'étais dans une relation monogame, mais je n'étais monogame ni dans mon cœur ni dans mon esprit, nuance. Et donc je souffrais de cette situation dont je n'arrivais pas à me dépêtrer. M'enfin bref, tout ça c'est du passé. A présent je ne suis toujours pas monogame, et je ne suis plus —enfin !— dans une relation monogame :) Par contre je m'épanouis dans deux belles relations polyamoureuses, voire trois si j'inclus une relation qui n'est pas (encore ?) de nature sexuelle (mais cependant toute en tendresse) et pas exactement romantique (mais émotionnellement intime quand même). <3

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 04 janvier 2017 à 20h37

Dieu
J'étais dans une relation monogame, mais je n'étais monogame ni dans mon cœur ni dans mon esprit, nuance. Et donc je souffrais de cette situation dont je n'arrivais pas à me dépêtrer. M'enfin bref, tout ça c'est du passé. A présent je ne suis toujours pas monogame, et je ne suis plus —enfin !— dans une relation monogame :) Par contre je m'épanouis dans deux belles relations polyamoureuses, voire trois si j'inclus une relation qui n'est pas (encore ?) de nature sexuelle (mais cependant toute en tendresse) et pas exactement romantique (mais émotionnellement intime quand même). <3

ça me fait plaisir d'entendre que tu vas bien! :-)

#
Profil

Anarchamory

le mercredi 04 janvier 2017 à 20h49

@je-suis-une-princesse :

Finalement cette discussion va peut-être permettre de mettre le projecteur sur quelques non-dits, car je suis en accord avec / me retrouve dans une partie de ce que tu dis :

je-suis-une-princesseCe qui me fait mal,c'est que je connaissais en vrai pas mal de ces personnes et que (toujours avant 2014, année où tout a basculé) on a passé pas mal de moments sympa, participé à des événements géniaux, vécu des expériences inoubliables...

Je te connaissais, c'est vrai qu'on a passé des moments très sympas, etc. ensemble, et un jour tu m'as supprimé de ta liste d'ami-e-s Facebook sans rien dire, et moi non plus je ne sais pas ce qu'il t'a pris... et ça m'a fait de la peine. Mais je n'ai pas osé te demander. Je me disais que c'était à toi de me dire ce que tu me reprochais.

Et lire que tu me considères comme un prêcheur de haine, intransigeant et bonheur-ophobe ça me fait encore plus de peine.

Et c'est tellement loin de mes valeurs, de la manière dont je me perçois, mais aussi de la manière dont pas mal de personnes me perçoivent...

Je n'ai véritablement de haine qu'envers très peu de monde (même mon ex-épouse ou sa mère, je ne dirais pas que c'est de la haine, plutôt une froide indifférence).

Intransigeant ? Avec moi peut-être, mais avec les autres on me trouve généralement trop indulgent. J'ai pas mal de contacts sur Facebook qui tiennent occasionnellement des propos oppressifs sur mon mur, qu'on m'enjoint régulièrement de virer, mais que je garde quand même parce que j'essaie de voir le bon et le potentiel de changement en eux. J'ai de tout, même quelques cathos réacs.

Bonheur-ophobe ? Mais non, mais au contraire ! Je veux le bonheur de tout le monde et de chacun-e. Même des personnes privilégiées ! D'ailleurs, je ne comprends pas comment il a pu échapper à mes différents contradicteurs le fait que j'en étais une moi aussi. Je suis un homme cisgenre qui passe pour hétéro, et qui plus est je suis blanc, et j'ai un travail. Si ça se trouve je suis davantage privilégié que Istelie. Être privilégié-e n'est pas une tare, un mal ou une faute morale. C'est un état de fait, une situation sociale donnée, dont on n'est pas responsable, mais qu'il est bon de prendre en compte. C'est uniquement de prise en compte qu'il s'agit dans mon discours. Prise en compte de ses propres privilèges, et concomitamment prise en compte des oppressions que subissent les autres. Les deux vont de paire.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

gdf

le mercredi 04 janvier 2017 à 21h11

Dieu
Prise en compte de ses propres privilèges, et concomitamment prise en compte des oppressions que subissent les autres. Les deux vont de paire.

Sauf qu'ici, c'est polyamour.info, pas privilèges.info ni oppression.info.
Vu le nombre d'interventions qui parlent d'oppression plutôt que d'amour, je comprends que ça fasse réagir, ou au moins questionner, les non habitués à ce forum.
Mais comme dit l'autre, on est un certain nombre à être passé par là.

#
Profil

kill-your-idols

le mercredi 04 janvier 2017 à 21h36

Dieu
@je-suis-une-princesse :
Je te connaissais, c'est vrai qu'on a passé des moments très sympas, etc. ensemble, et un jour tu m'as supprimé de ta liste d'ami-e-s Facebook sans rien dire, et moi non plus je ne sais pas ce qu'il t'a pris... et ça m'a fait de la peine. Mais je n'ai pas osé te demander. Je me disais que c'était à toi de me dire ce que tu me reprochais.

C'est vrai que à un certain moment (toujours vers mi-2014) j'ai dû être assez dur avec pas mal de personnes, et j'ai enlevé pas mal de personnes (dont toi) de Facebook. Ce n'était rien de personnel, c'était juste une mesure préventive contre les anarcho-féministes qui commençaient à envahir les forums et les cafés.

Comme j'ai déjà dit avant, en 2014 j'ai eu pas mal de problèmes avec pas mal de personnes qui avaient commencé à fréquenter les cafés que j'organisais, et qui m'ont pas mal pourri la vie (harcèlements, agressions etc...) et qui m'ont finalement poussé à arrêter l'organisation des cafés poly.

En regardant de près ce qui s'est passé, et en confrontant aussi les témoignages d'autres personnes qu'avaient vécu la même chose, j'en suis arrivé à la conclusion (confirmé pour la suite par des autres expériences) que:

Anarcho-féministes = Personnes qui croient au privilège cis-hétéro-masculin = Emmerdes.

De la, j'ai commencé une politique stricte de gestion de mes contacts:
- Élimination des personnes qui avaient causé ces troubles, ainsi que de tous leurs contacts, de ma liste d'amis FB
- Plus d'évents publics. Tous les événements organisés pour la suite étaient privés, avec interdiction d'accès pour les anarcho-féministes.
- Filtrage accru des anarcho-féministes dans ma vie de tous les jours. Dès que quelqu'un commence à parler de manière trop insistante de privilège cis-hétéro-masculin, il est viré de mes contacts sans avertissement préalable.

Donc, désolé si j'ai été brusque, et merci d'avoir pu parler directement avec toi!

#
Profil

bonheur

le mercredi 04 janvier 2017 à 21h43

Moi, je garde le passé (et oui, j'y étais également) à sa juste valeur. Nous avons été cela et nous sommes devenus. Nous avons évoluer, et été certainement influencer (involontairement, mais puisqu'il y a eu interaction).

Comme pour une communauté (mot dans lequel je ne me reconnais pas), il faut de l'harmonie et de l'adéquation entre chacun-e et entre tous... c'est cela qui a disparu. Après, je reconnais que je-suis-une-princesse a pris ce tournant en pleine gueule (et moi également par ricochet, ne serait-ce que par ton absence). Je sais par contre ce que je dois et à qui je le dois. Du positif, comme du négatif.

Le bonheur, n'est-ce pas la recherche universelle... Et bien je ne le pense pas (désespérant). J'ai fait l'expérience de souhaiter mes voeux de bonheur. Pas probant du tout. Il faut croire que la chanson a raison "c'était mieux avant". Il existe actuellement une exclusion du bonheur en l'individu, en tout cas je le ressens ainsi. Pour moi, je pense que le bonheur ne fait plus recette mais pire, qu'il n'a plus de sens valide.

Je m'en moque, les sourires, la joie, le bonheur façon moi, je continue à le répandre, car j'y crois. A un sourire offert, on reçoit parfois un sourire... et ça me suffit. Les non habitués (à ce forum, entre autres) ne sont pas insensibles à cela, même l'espace que d'un court instant, ça fait du bien.

Je rappelle également la journée du câlin le 21 janvier... belle opportunité d'offrir

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 04 janvier 2017 à 22h30

Pourquoi on parle tant d'oppression et de rapports de genres complexes dans des lieux dédiés au polyamour ?
Parce que beaucoup de polyamoureux ont pour soucis une égalité, qui, dans les faits, n'existe pas. C'est un idéal, une perspective, une recherche, mais au présent, dans la société telle qu'elle est aujourd'hui, ça pêche encore et pas qu'un peu.
Si cette attente égalitaire envers le cadre polyamoureux est présente déjà dans son code, alors elle se met à l'épreuve d'une société inégalitaire. Et cette épreuve, on finit par en parler.

Pourquoi le genre prend de la place ? Ben un peu comme les rapports parents-enfants ça prend de la place dans les échanges sociaux, on a tous de quoi parler et se questionner dessus. Même quand on a pas d'enfant et qu'on se pose pas de questions, et qu'on voit pas l'intérêt du sujet, on a des parents. Ou leur absence. Bref, un sujet qui va impliquer tout le monde.

Alors voilà, les rapports de genre se passent pas si bien aujourd'hui, on a un cadre de relations qui présente une opportunité de changer ça, ça se présente dans les échanges.

Le ton monte... parce que les attentes sont fortes et les expériences qui font chercher une autre façon de faire peuvent être dures. Et ces attentes et expériences viennent pas d'un monde facile ou il suffirait de moins en parler pour qu'il y ait plus tellement de problème.

Ah, on peut pas parler gentiment du miel et des abeilles et des bonnes vieilles histoires normales de papa-maman ? C'est forcément prise de tête ?

Etonnant, non, que ces disputes se passent si facilement sur internet, ce genre de discussion. Dans un espace de discussion. Comme si l'humanité était pas cette masse raisonnable qu'on aurait toujours connu.

Ah mais ya des gens ils se fâchent alors que c'est pas grave ?

Oui oui oui, comme ça tout seuls - ça vient de nulle part. C'est forcément des salauds malades radicalisés de mauvaise foi. Je vois que ça comme explication raisonnable.
Ou bien, ya un sujet important sur un lieu de discussion où ce sujet est posé, c'est possible, aussi.

Pourquoi ça me tombe dessus, je suis pas méchant ?

Probablement pas. Ca veut pas dire qu'il y a rien à apprendre et que ce qui se passe ici sera comme tu le veux, ou comme t'as l'habitude.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

Lana (invité)

le mercredi 04 janvier 2017 à 23h35

Les hommes et les femmes ne sont pas "égaux", c'est un fait. Nous ne sommes ni une espèce asexuée, ni une espèce hermaphrodite mais bel et bien une espècefemme sexuée, avec des sexes différents et aussi des caractères physiques sexuels de second ordre différents (par exemple poitrine moyenne des femmes plus ronde que des hommes) aussi ainsi que des dymorphisme sexuels (par exemple taille moyenne des hommes supperieure à a taille moyenne des femmes).

Donc on peut avoir des idéaux d'équité ou d'égalité des chances entre les sexes, et entre les genres. Mais l'idéal que les hommes et femmes sont "égaux" me semble à minima prêter à confusion, voire dangereux.

Il y a des femmes opprimées, mêmes en France, même en 2017. Mais l'idée qu'en France, en 2016, globalement, les femmes sont opprimées par les hommes me semble erronée, voire de la pure propagande visant non pas à l'équité entre les sexes, mais à la domination des femmes et à l'oppression des hommes.

Il y a des femmes aggressées et violées, même en France, même en 2017. Mais des idées comme par exemple une femme qui a bu quelques verres d'alcool (juste quelques verres, pas ivre ne pouvant plus parler ou endomie/comateuse), n'est pas apte à donner son consentement sexuel, et puisse ainsi poursuivre l'homme pour viol le lendemain, ça rentre dans une même logique de propagande anti-homme cisgenre.

Dire que les femmes sont moins représentées que les hommes dans les sciences dures commes les mathematiques, la physique ou l'ingénieurie à cause de l'hétéronormativité ou de l'oppression de la femmes, et décréter qu'il faut faire de la discrimination positive dans ces domaines d'étude, selon moi, c'est encore le même genre de propagande qui ne sert pas l'équité des sexes et des genres.

Mon ressenti est qu'il y a beaucoup de verbiage sur la déconstruction des genres dans les rencontres poly mixtes (pas qu'en France). Tout ça 'noie pas mal le poisson', 'tourne autour du pot', et fait beaucoup de langue de bois' sur les sujets plus tabous comme entre autres, la séduction, les séquelles après la grocesse ou l'argent. Dès qu'un homme parle oivertement dans une rencontre mixte des difficultés propres aux hommes, on ferme facilement la discussion en disant que les femmes sont opprimées et que ses soucis ne sont pas importants.

Alors que quand je discute à part avec un homme ou une femme poly de leurs expériences, je me rend compte qu'ils agissent et réagissent émotionellement selon les dynamiques genrées traditionelles (par exemple les femmes poly veulent en vaste majorité un homme plus grand qu'elle, et aprécient la 'galanterie') et que leur disours est en fait superficiel. Et il y a finalement très peu de personnes poly de genre vraiment non binaire.

Parler de genre et déconstruire pourquoi pas mais je refuse de pousser dans le déni de la différence entre les sexes. Malheureusement je trouve qu'il y a beaucoup de tabousb et dénis dans ce domaine dans les espaces d'expression poly mixtes.

#
Profil

Maxence_Lascombe

le jeudi 05 janvier 2017 à 00h39

Anarcho-féministes = Personnes qui croient au privilège cis-hétéro-masculin = Emmerdes.

C'est interessant, parce que plusieurs personnes ont elles aussi disparues des radars du monde poly a la suite de l'arrivée de cette horde sauvage de prélat radicaux, plus féministes que les féministes. Au point d'en faire ciller les fronts de personnalités comme Fourest ou Badinter, qui voient dans les outrances de ces personnes (pour l'essentiel, des hommes ...) des néodictateurs formants un socle préjudiciable aux causes qu'ils prétendent défendre. C'est assez typique de la sphère franco-française, très similaire à la fashosphère qui se sens de plus en plus libérée :(

2014 est en effet le point de départ de ces hostilités dans tous les forums et groupes qui parlaient depuis plus ou moins longtemps de relation non mono.
Plusieurs groupes ont explosés, du fait même des harcèlements permanent que peuvent provoquer ces individus qui se déplacent systématiquement en groupe et n'ont aucune volonté de contribuer au débat, leurs seuls désir est de polluer les discutions par des théories oiseuses.

Je réaffirme ici le fait que ces individus sont dangereux, que quelques uns sont notoirement connus pour pratiquement le cyber harcèlement.

#
Profil

bonheur

le jeudi 05 janvier 2017 à 09h13

Moi je crois que l'on doit être qui l'on est !!! Si une personne est trop différente et qu'il y a incompatibilité(s) importante(s), ben on passe son chemin et on continue à vivre suivant qui l'on est.
Pourquoi vouloir se mettre dans un moule ou dans un troupeau comme des moutons ?
Tout est une réalité pour celui qui la vit !

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 janvier 2017 à 09h32

Toujours un plaisir de te lire Siesta
Le probleme avec les discours fielleux de Junon ou Dieu, qu’est qu’on sent le formatage, formatage indiscutable, absolu parce que fait au nom des opprimés (et là tout est dit)
C’est tout la problématique des avant gardistes auto-proclamés : puisqu’ils parlent au nom des opprimés : tout ceux qui ne pensent pas comme eux sont rabaissés humiliés traités de fascistes.
On retrouve ça dans les logorrhées autoreferentielles de Dieu ou dans les pures insultes de Junon : on sent les commissaires politiques, la mentalité de petit flic du politiquement correct, le monde absolu et manichéen (donc étriqué ) des westerns : les bons revolutionnaires de salon, les salauds de reformistes fascistes. Et les salauds de fascistes/reformistes/hetero/blancs/cisgenre (coche la case de ton choix, cela importe peu, on ne discute pas avec eux, on les réeduque c’est bien connu).
Une observation concrète, as-tu remarqué que ces deux là n’interviennent jamais sur les cas d’espèce que les poly débutants postent sur le forum, jamais d’observations concrètes, jamais de conseils pratiques, c’est tellement vulgaire la réalité, faudrait pas prendre le risque de changer quoique ce soit à la réalité, de la transformer, surtout une réalité infime, prosaïque, ils sont tellement au-dessus de ça, tu comprends, il n’y a plus besoin de faire la vaisselle puisqu’ils préparent la révolution…
Les dieux , donc, sont parmi nous, et les dieux surtout Dieu lui-même, n’accèdent pas au monde relatif de la réalité, un monde insupportable ou les Vérités éternelles et transcendantes n’existent plus depuis au moins 1789 : ce monde relatif est désagréable car on ne peut distribuer simplement les bons ou les mauvais points en seigneur et maître, mais chercher à comprendre, à évoluer, modestement ; je crois profondément que ce monde relatif nos dieux et Dieu le haïssent : trop complexe, trop incertain trop mouvant, les réalités d’hier sont les mensonges de demain. Si les anciens dieux veulent proclamer la Lumiere Sainte de la Revolution Absolue au Nom des Opprimés, qu’ils le fassent mais plus loin, vraiment plus loin , il y a déjà eu trop d’idéologies, de sacrifices, de règles saintes, d'ayatollah, de purges, de commissaires politiques et de polit bureau, BASTA ! Tant que vous y êtes, installez votre Utopia sur une ile loin du réel, rééduquez tout le monde, transformez la en archipel du goulag si vous voulezpour punir les contre révolutionnaires et foutez nous la paix

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

lstelie

le jeudi 05 janvier 2017 à 12h05

Lana
Les hommes et les femmes ne sont pas "égaux", c'est un fait.

Bonjour,

Si je peux me permettre, les hommes et les femmes ne sont pas identiques, égaux ils devraient l'être (et il y a du taf..)

Luc

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 05 janvier 2017 à 12h19

Bagheera

as-tu remarqué

Oui et non. Je les ai croisés dans la vraie vie. Ce sont des personnes toutes humaines, pas faites d'un seul bloc idéologique quoi qu'elles en disent, assez actives pour participer à des cadres constructifs et faire du bien à d'autres gens indépendamment des échanges engagés.

Internet polarise.
Oui, on se retrouve souvent à agir et répondre avec non seulement de la subjectivité, mais aussi avec des choix.
Je ne crois pas à une Utopia de lendemains qui chantent, je ne crois donc pas que tout ce qui peut se dire dans cette perspective est béni d'avance.

Je tente, tant que je peux, de ne pas faire de mon contradicteur un ennemi. Je sais que l'ami Dieu peut faire ça aussi, dans d'autres oppositions, et que cette attitude finira bien par mettre de l'huile dans les rouages... En comptant sur les qualités humaines des autres personnes... Je ne sais, modestement, espérer que ça.

Je tente de pas être polarisé... Pourtant, des opprimés, il y en a. Oh, c'est pas des boat-people, des enfants exploités dans des mines de cobalt... Mais il y a bien des rapports de domination et d'oppression, quotidiens, vérifiables, il suffit de se maquiller en une catégorie ou une autre pour les subir. Bien sûr qu'engueuler le concept de domination ne fait que le reproduire sur l'interlocuteur qui l'a, plus ou moins volontairement, porté : on crée un rapport de force, croyant que nos raisons sont assez bonnes pour que le rapport de domination qui en sortira devienne obsolète à terme, parce qu'il aurait eu un effet bénéfique au présent. C'est une croyance fausse, mais seule l'expérience individuelle et commune peut la faire changer, on s'épargnera pas les oppositions.

Or certaines paroles normatives sont vraiment du côté du plus fort. Volontairement ou non, en pleine conscience ou non, elles proposent à d'autres dominants de ne pas s'en faire quand ils doivent faire face à des situations pratiques déterminantes.
Et on peut pas se ranger de ce côté là. Il y a ici même, dans ce fil, des propos qu'on sait trollesques avec le minimum de recul, mais qui jouent sur le fait qu'ils provoquent une minorité sociale réactive et soutiennent des membres plus ou moins fortement privilégiés de la société (telle qu'elle est en dehors de ces pages). Ca leur donne un air raisonnable facile, puisque bien sûr, celui qui tentera de les décrypter aura l'air d'un petit colérique qui s'entête et s'emporte contre des montagnes.

J'ai pas la prétention de rééduquer ceux qui émettent ces injonctions ré-normatives. Le fantasme satiricautocritique, oui, hein ; ça me dit en partie ce jusqu'où je n'irai pas en vrai. Par contre, j'ai la prétention de dire que ces interlocuteurs tentent de "faire passer pour contestataire le rétablissement d'un ordre immobile" (la phrase, si bien tapée, n'est pas de moi). Que ces gens cherchent à re-normaliser d'autres, les rééduquer eux aussi.

Et si les généralisations et la polarisation réflexes d'internautes confrontés à un monde complexe m'indiquent bien sûr que j'ai intérêt à penser plus fin et plus individuel, je ne suis pourtant pas capable d'être neutre face à certaines affirmations ultra-normées.
Si je trouve le moyen de tracer une route de respect sans passer par des tranchées barbelées d'auto-défense, je préviens.
M'attendez pas trop.

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Anarchamory

le jeudi 05 janvier 2017 à 15h05

lstelie
Bonjour,

Si je peux me permettre, les hommes et les femmes ne sont pas identiques, égaux ils devraient l'être (et il y a du taf..)

Luc

Donc il y a bien un privilège masculin, donc on a besoin du féminisme pour l'abolir et instaurer cette égalité qui n'existe pas encore mais qui est souhaitable...

#
Profil

Maxence_Lascombe

le jeudi 05 janvier 2017 à 15h09

Siestacorta
Toutefois, certaines paroles normatives sont vraiment du côté du plus fort. Volontairement ou non, en pleine conscience ou non, elles proposent à d'autres dominants de ne pas s'en faire quand ils doivent faire face à des situations pratiques déterminantes.

C'est tellement confortable de jouer du biais de confirmation.
Les salauds à l’insu de leurs pleins grés ...

Cela me fait penser à cette caricature de faf' du duo Dieudo/Sémoune ou le réac' utilise à tout bout de champs cette litanie «enfin, j'me comprends».

Arriver à de tels pratiques autistiques, c'est tomber dans des pièges que seuls les adeptes du courant anacho-extrêmo-genristes peuvent comprendre. L'idée même de déformer la langue,de militer en prônant des postures idéologiques dénuées de sens démontrent que la pratique des méthodes staliniennes restent d'actualité, malheureusement.

Comme le disait Nicolas Boileau-Despréaux : «Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement - Et les mots pour le dire arrivent aisément». Autant de diatribes pour si peu de sens ...

#
Profil

Maxence_Lascombe

le jeudi 05 janvier 2017 à 15h18

Dieu
on a besoin du féminisme pour l'abolir et instaurer cette égalité qui n'existe pas encore mais qui est souhaitable...

Faut dire que lorsqu'on se prends pour @Dieu, cela simplifie grandement les choses. Si les féministes avaient besoin de trouver des ennemis, ils leurs suffit de regarder les méthodes que vous pratiquez pour se convaincre que la peste couve. Que les mouvements féministes agissants et reconnus, se passent bien volontiers de personnages comme vous. cf les propos de C. Fourest et/ou E. Badinter sur les "FemFa" qui sont avant tout des hommes, cis-genre-hétéro ... il s'en faudrait de peu pour trouver dans les traits de ces personnalités cyber-agissantes, des caricatures de pervers narcissiques en mal de proies.

#
Profil

Siestacorta

le jeudi 05 janvier 2017 à 15h19

Maxence_Lascombe
C'est tellement confortable de jouer du biais de confirmation.
Les salauds à l’insu de leurs pleins grés ...
Arriver à de tels pratiques autistiques, c'est tomber dans des pièges que seuls les adeptes du courant anacho-extrêmo-genristes peuvent comprendre
Cela me fait penser à cette caricature de faf' du duo Dieudo/Sémoune ou le réac' utilise à tout bout de champs cette litanie «  enfin, j'me comprends».

(...)
Autant de diatribes pour si peu de sens ...
(...)

il s'en faudrait de peu pour trouver dans les traits de ces personnalités cyber-agissantes, des caricatures de pervers narcissiques en mal de proies.

Et ton biais à toi ? Et toi, enfin, tu t'comprends ?

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 janvier 2017 à 15h59

@siesta
bof l'article de libé, désolé c'est pas ma came
franchement, on est pas loin du fan service pour bobos, l'article reste quand même tres superficiel: il evoque le populisme, c'est bien, mais comme beaucoup de journaux, c'est pour s'en tenir à la fièvre, sans jamais questionner la maladie ou pire les causes de la maladie. En gros, le médecin se penche sur le malade et dit "cest pas bien la fièvre, c'est mal" Ok, ça reste cohérent avec la ligne du journal tres euro-favorable (c'est un euphémisme) qui avait il y a quelques années fait une campagne assez féroce en stigmatisant les Non au traité et puis qui aujourd'hui joue la vierge effarouchée à chaque nouvelle flambée de fièvre populiste, ils sont pénibles ces pauvres à pas comprendre/voter comme il faut...:-/
Bref, le populisme est un effet sans cause, un phénomène hors sol, Trump a poussé sur un cimetierre indien ou quelque chose comme çà...

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion