Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Besoin de conseils, expérience, ce que vous voulez

#
Profil

LuLutine

le dimanche 22 mars 2015 à 17h18

alex666
j'ai pu voir bcp bcp de posts ou je ne me suis absolument pas reconnu,

Il y a beaucoup beaucoup de témoignages de "poly" où je ne me reconnais pas, et pourtant je suis poly depuis six ans au moins !

alex666
il y a surement autant de polyamour que de personnes

Tu as tout compris !

alex666
Pour l'instant je me perçois poly-rien du tout à vrai dire

Moi j'adore me mettre plein d'étiquettes....pour mieux les enlever après ! :P

Aliaendel
Ca m'a fait rire celui où il est mis "pourquoi les nouveaux ne lisent pas tous les fils"...eh ben sachez que y a des nouveaux qui s'y collent...

(+) (+) (+)

Et ça mérite d'être souligné ! :)

#
Profil

alex666

le dimanche 22 mars 2015 à 17h29

Aliaendel : Je vais y arriver ou pas. En parler et de moins en moins un problème. En parler c'est ce qui a rendu la chose possible aussi. Après, chacun voit midi à sa porte là dessus. Les questions je dirais qu'il faut les poser qd il faut et que ça doit se tarir au bout d'un moment (parce qu'il y a plus rien à demander ^^).

#
Profil

bonheur

le lundi 23 mars 2015 à 10h48

Les questionnements deviennent des acquis qui font partie du quotidien. Avec le temps, les vécus se posent dans la durée. Cela n'empêche pas de s'assurer régulièrement que chacun-e va bien avec ce vécu, si cela convient, etc...

Je comprend alex666 ta volonté de t'ouvrir également et ta soif de "liberté", c'est parfaitement pertinent. Ne pas oublier malgré tout que les tierces personnes sont humaines et qu'elles nécessitent respect et attention en complément de l'amour.

Je dis cela, parce que j'ai une relation primaire et des relations secondaires... et je suis aussi une relation secondaire. Actuellement, j'ai ce bonheur d'avoir un amour (et son amour principal) qui me respectent, m'apprécient (chacun-e à sa façon, évidemment) et m'accordent ma juste place dans leur vie. Par contre, j'ai eu des expériences passées nettement plus négatives. Aussi, ta volonté éventuelle de devenir poly implique que tu te préoccupes à l'avenir du bien être et du bonheur de deux personnes (aussi des tierces personnes de ta compagne de vie, et des tierces personnes des tierces personnes...)

#
Profil

alex666

le mercredi 25 mars 2015 à 14h13

C'est pas tant une volonté Bonheur, plutôt que si ça doit se faire, ça se fera. Inconsciemment j'entend. Pour le moment, un peu comme ce que raconter Maximum, étrangement tout ça aurait plutôt tendance à me pousser encore plus dans l'exclusivité rapport à elle.

Bien des choses à raconter tiens. Son retour ne s'est pas fait sans heurts. De par et d'autres. Je ressens une certaine fierté à ne pas lui reprocher son week-end, et surtout à n'en avoir aucune envie. Au niveau du week-end pur et dur, les choses se sont plutôt bien passés en tout état de cause. Elle m'a beaucoup manqué mais je n'ai pas sombré dans la dépression (je sais que les somnifères ça a marqué des gens, mais disons que c'est plutôt une garantie. C'est pas tellement que j'en ai BESOIN, c'est du prévisionnel. Une humeur sombre + une grosse fatigue ça donne rarement un bon cocktail. Alors que bien reposé, l'humeur a plus de chance de s'alléger.), j'ai finis par réussir à m'occuper un peu plus à compter du samedi soir (merci le dessin). Et finalement le dimanche était pas si mal (sûrement parce que je savais qu'elle revenait). Et surtout je lui ai manqué aussi et elle a trouvé ça long également. Gros ouf. Le retour proprement dit a été un peu étrange. J'avais pris au final la décision de ranger les menottes et de pas lui administrer la féssée et je crois que j'ai plutôt bien fait. On a beaucoup parlé et câliné, on était heureux de se retrouver. Mais mon besoin de savoir était trop fort, et j'avais besoin de savoir certaines choses genre "combien de fois vous avez fait l'amour ?". Plein. Un peu dépité du coup, mais avec de l'analyse, c'est surtout de la jalousie de ce que je ne peux plus vraiment vivre avec elle. Déjà parce que mécaniquement, baiser 5 fois dans la journée, je suis pas sûr que Jérémy accepterait encore et puis, avec un bébé qui nous occupe pas mal, forcément c'est plus difficile. Alors certains détails de ce genre (qu'elle ne m'a pas raconté d'elle même, j'avais besoin de le savoir) m'ont mis un petit coup de blues, mais c'était surtout dû à la jalousie de ne pas pouvoir le revivre avec elle. Donc pas si grave, ça m'a travaillé un jour, et depuis c'est plutôt oublié. Ils se sont donc dit adieu quand elle partie, rupture de contacts et tout. De notre côté on s'était dit qu'on se laisserait du temps pour en tirer un bilan et se dire si elle pouvait continuer, en faire une décision conjointe. Elle me demande donc de lui dire oui ou non de mon côté dans un mois maximum. Mais finalement, dès le lundi après midi, elle n'en peux plus et me demande de me décider dans une semaine maximum. De mon côté la décision est prise depuis un paquet de temps, je ne me sens pas le pouvoir de décider pour elle. Donc c'est automatiquement oui. Lui imposer mon choix ce serait la couper en deux. Et la femme que j'aime n'est pas une femme tronc. Elle me demande si elle peut rompre le silence avec lui pour le rassurer car elle culpabilise de lui faire du mal. Je la laisse faire. Là il y a bourde. Elle lui annonce de suite que je suis d'accord pour qu'ils se revoient potentiellement ("selon leurs envies" comme elle dit). Rapide. Trop rapide pour moi. Je sens le chrono qui est à nouveau en route. Bcp de discussion plus tard, ça va mieux. Son potentiellement est sincère dans le sens ou elle se refuse à prévoir le prochain week-end, qu'elle veut juste garder le contact, et donc ne sait pas vraiment s'ils se reverront ou pas. Mardi et mercredi seront du même style. Entre joie et malheur des deux côtés. C'est assez difficile à gérer et finalement ce matin j'ai craqué.
Suite à un message adressé à la guilde dont on fait partie je comprend que Robert va finalement surement continué le jeu, sur un autre serveur, sous un autre nom. Et là je ne peux pas m'empêcher de demander : "est ce que vous allez vous parler en secret ? s'il vient un jour sur paris, est ce que tu le verras sur Paris ?". BIM. "tu me fais plus confiance en fait". Encore une fois l'arbre qui cache la foret. Trop concentré sur son histoire à elle, j'en ai oublié la nôtre. Les félures créées par la séparation et ce qui l"a provoquée sont toujours belles et bien là. Crise de larme de mon côté. J'ai beaucoup donné de mon côté ces derniers temps et je craque un peu. Elle m'annonce qu'elle va prendre ses distances avec lui, pour la sauvegarde de notre couple. Soulagé du coup ? Non, pire. Finalement j'ai échoué, je la coupe en deux, je la rend doublement malheureuse. La matinée est horrible. Elle ne veut pas qu'on parle car elle est déjà triste et qu'elle ne veut pas y penser pour le moment et se concentrer sur son travail. Petit à petit le dialogue se réinstalle. Mais jamais depuis mon retour chez nous je n'ai eu l'impression que la séparation était aussi proche. Elle va me quitter ou je la quitterais. Elle prends sur elle et me rassure comme elle peut, mais je suis totalement dans mon craquage. "tu aurais ptete mieux fait de me quitter" et autres "je vais partir qq jours". Ce qu'elle refuse (merci à elle). Elle finit par me demander "est-ce que tu es d'accord pour ne pas prendre de décision radicale (oui ou non) et laisser faire le temps ?". Et là, gros soulagement. Bizarrement qu'elle ne m'annonce pas qu'elle va totalement coupé avec lui me soulage. L'impression de la récupérer. Je vais vous dire, je commence chez un psy à partir de mardi prochain, je crois qu'il va avoir du boulot. Au final, je m'aperçois que le week end était pas si dur que ça, que le sexe entre eux a rien changé pour nous, que ce qu'ils ont partagé n'empêche aucun partage entre nous, mais que ce que je croyais avoir accepté, qu'elle aime qqn d'autre, est toujours un problème. La concrétisation des sentiments semblent ne pas m'avoir fait trop de mal alors que la présence de ses sentiments me fait mal. Le fait d'être soulagé qu'elle n'abandonne pas juste pour moi et qu'elle me dise qu'à son avis, ça finira par être surtout un ami ("un ami qui vous veut du bien" comme on dit cela dit) me conforte un peu dans cette idée.

Bref du boulot. Mes pistes étant d'essayer de lacher un moment leur histoire à eux, les trucs polys, les trucs mono et tout ça et recentrer mon focus sur nous et aujourd'hui.

#
Profil

Strega

le mercredi 25 mars 2015 à 15h19

Merci de nous avoir raconté la fin du week-end. Et bravo pour le chemin parcouru (les hauts et les bas me semblent normal, mieux vaut les accepter que de se flageller).

alex666
Mes pistes étant d'essayer de lâcher un moment leur histoire à eux, les trucs polys, les trucs mono et tout ça et recentrer mon focus sur nous et aujourd'hui.

Cela me semble une excellente piste !

#
Profil

alex666

le mercredi 25 mars 2015 à 15h31

Le problème finalement de ce chemin c'est qu'il est tellement en zig zag que ça fait un moment que je cavale mais à vol d'oiseau j'ai du faire 500m !

#
Profil

alex666

le mercredi 25 mars 2015 à 15h31

En tout cas tiens, parce que c'est quand même plutôt important, elle me l'a confirmé, pour elle la bonne voie (pour elle, mais pour nous aussi du coup) c'est le polyamour.

#
Profil

alex666

le lundi 30 mars 2015 à 13h20

Bonjour à tous,

Les 4-5 derniers jours ont été marqués par les avancées, les reculs, les avancées etc...

Jeudi, gigantesque craquage de ma part. La veille, je lui avais demandé de faire une pause avec lui de 2 jours. Ce que j'entends par pause, c'est pas dans les sentiments, mais 0 contacts. Pas de SMS ni rien. Pourquoi ? Ben parce que comme dit précédemment, leur relation tourne à l'obsession chez moi, et je me rend bien compte que c'est pas possible ainsi et je voulais tenter l'expérience : savoir qu'il n'y a aucun contacts à un moment ou ça va très bien entre nous pour voir si ça ne m'aide pas à ne pas le voir constamment et enfin lâcher qq jours cette histoire et me recentrer sur notre couple et moi. Cette pause, je l'ai clairement exprimé au niveau de son importance. "j'en ai besoin", "je pense que c'est vital pour moi" et autre. Elle m'a demandé si je lui faisais assez confiance pour lui dire uniquement qu'elle avait bcp de travail en ce moment et juste mettre un maximum de distance. J'avoue que sur le moment, j'ai pas pensé qu'elle parlait des deux jours pour ça, mais plutôt que c'était sur du long terme. Ca concordait avec ce qu'elle me disait de l'évolution de ses sentiments pour lui qui tournaient plus à "l'amitié particulière". Je me suis donc empressé de dire oui malgré mes beaux discours sur l'acceptation de leur amour. Monumental erreur, comme dirait Jack Slater (Last Action Hero, incultes !). Pour elle une pause, ça pouvait être simplement la distance, elle avait pas compris que moi ce que je demandais c'était 0 rien du tout. Lendemain matin, arrive la fameuse question fatidique du désormais traditionnel "ça va ?" ce à quoi j'ai répondu "satané règle du 100% honnête !". Ben oui, parce que ce matin là, j'étais dans un mélange de colère et de ressentiment. Parce que je sais que depuis son reveil, elle a déjà reçu le fameux "bonjour poussin", qu'elle y a répondu "bonjour chaton" et que donc ma pause, je m'assoie dessus. L'impression d'être la 1000ème roue du carrosse. L'impression d'être vraiment cool avec eux, de laisser plein de choses, d'avoir "autoriser" le week-end et que quand moi je demande deux jours, on m'envoie bouler parce qu'elle ne veut pas le rendre triste et lui faire, et qu'elle ne veut pas avoir à gérer ça de son côté. Du coup là forcément je me dis, et je le lui dis, que j'ai l'impression de faire et donner tout ce que je peux, et que quand je demande quelque chose qui me parait bien modeste, en regard de ce que j'ai déjà donné, eh ben je l'obtiens même pas. J'ajoute que c'est une idée noire, que je sais le ridicule de la chose. Mais elle ne l'entends pas comme ça. Le ton monte très vite de mon côté (en un sens, tout ça c'est une journée de SMS, le boulot en prend un coup d'ailleurs). Colère un peu noir et déballage. On revient forcément sur l'épisode du bar, on revient sur pas mal de choses qui ont été dites, et on se balance les dossiers au visage. Elle me dit que je la prend pour une égoiste égocentrique, que je n'ai plus confiance en elle, que ses déclarations d'amour je ne les entends pas et autres. Et si rien de tout ça n'est tout à fait vrai, et bien rien n'est tout à fait faux non plus. Le côté égoiste et égocentrique, eh ben on va pas se mentir, si on veut devenir poly et que ce n'est pas spécialement le choix de l'autre, y'a une part de ça, sauf que la forcément, c'est une décision conjointe, donc là pour le coup, je suis bien hypocrite la dessus. La confiance, elle est toujours là, il n'y aurait jamais eu de week end sinon. Mais elle est félé. Et on a tellement cru en notre couple, et de mon côté j'étais tellement obnubilé par son histoire avec lui, que ça, eh ben jusqu'à l'explosion, je ne l'avais pas vu. Et pour le fait de ne pas entendre ses déclarations, eh ben c'est ma foi vrai à certains moments. Parfois je n'entend pas "je t'aime", j'entend "j'aime pas que toi". La journée continuera comme ça jusqu'aux retours à la maison, ou moralement épuisé, la discussion reprend, bcp plus calmes, sur une volonté d'apaisement. La conclusion est simple. Et ca paraitra tout con à plein de gens, mais on se l'était pas encore dit : on a pas la même conception de l'amour. Je parle de l'amour pour un autre adulte qui n'est ni de la famille, ni un ami. Je vois bcp de gens qui disent "j'ai deux enfants, j'en aime pas un moins que l'autre". Cet argument me parait totalement et absolument infondé. Donc voilà, ça c'est dit. Et donc, si pour moi, jusqu'à présent, l'amour c'était une personne, et si on aime qqn d'autre, hop on choisie et on arrête l'autre, et bien elle forcément, c'est le fait d'avoir plusieurs sortes d'amour, qui peuvent être complémentaire. Moi qui prend la forme de son mari, son amant, son ami, le père de son fils et donc Robert, qui est, je cite hein, une forme d'amour adolescente un peu amourette. En gros si pour elle 1+1 = 2 pour moi 1+1 = 1. Bon forcément, je me rend compte que c'est une totale négation du polyamour de mon côté, et même si je vis mieux leur histoire, on voit le boulot à faire. Cette journée là j'ai parlé de partir qq jours, j'ai demandé si la rupture n'aurait pas finalement été la meilleure solution. Donc, c'était je crois la journée la plus malheureuse qu'on a eu depuis notre séparation. Elle veut que je comprenne que lui et moi c'est différent, que l'amour, au sens que moi je lui donne, il est pour moi. Elle me propose de lui dire que dorénavant, "je t'aime", ça m'est reservé, et elle lui dira qu'il ne doit plus envoyer de SMS aux heures ou je suis à la maison. J'en demandais pas tant. Et surtout, la flippe que du coup, lui aille mal, et qu'elle en soit très malheureuse (et que ce soit pire). Mais elle a pas tort, l'heure est à trouver des compromis acceptables pour sortir de l'impasse (on sent que d'une certaine manière, la situation peut vraiment tendre à se détériorer). La soirée se continue, on est trop triste pour la savourer, mais on est de nouveau heureux d'être dans les bras l'un de l'autre. Ils font la pause que j'ai demandé. Comme je lui ai dis, elle n'a pour moi que peu de valeur. J'ai du crier pour l'avoir. Ce n'est pas ce que je voulais. Et on est pas heureux à ce moment là, donc je ne peux pas en tirer qqch. Il craquera finalement et lui enverra quand même un message. Je lui en veux pas. Après la pause, elle lui dit finalement qu'ils ne s'écrieront plus aux heures de "maison", qu'il n'y aura plus de "je t'aime". Elle me dit bien le vivre, et être de plus en plus sereine face à tout ça. Et finalement, me dit qu'il voudrait me parler. Ce qu'on fait donc. Et je lui fais donc part de tout ce qui vient de se passer. Il vit mal ce qu'il appelle mes "changements d'avis inattendu" et autres. Là je comprend qu'il est pas du tout au courant de ce qui se passe chez nous et qu'il sait pas qu'un jour sur deux on s'engueule à moitié ou du moins on est triste. Forcément, c'est plus dur. La discussion se poursuit. Au détour, il me demande s'il peut rejouer. Un peu l'impression d'être le bourreau sacrificiel de leur histoire. Je fais un compromis. Il peut rejouer avec elle. Mais quand je suis là aussi, et on joue tous les 3. Je suis assez d'accord avec ce que dit Bonheur parfois sur la relation avec les personnes tierces, même si je pense qu'il a une vision super idyllique de la chose. Et donc, ça fait un moment que je me dis qu'il faut qu'on soit relativement pote pour que ça ait une chance de fonctionner. Après, j'y vois aussi une façon de demystifier leur histoire. J'y vois des pistes potentielles sur l'acceptation de la chose. Pour reprendre le coup de l' "ami particulier", on a eu un double problème de sémantique. Moi quand elle m'a dit ça, ma définition c'est fuckfriend. C'est un pote et on baise. Mais je l'aime pas. L'idée était du coup séduisante. Après quand elle a donné une définition plus littéral de la chose, moi avec ma conception de l'amour, ma définition c'était "deuxième chéri". Ce qui pose encore problème donc. Après avoir donc parlé de nos conceptions de l'amour, je vois que si, ça peut en effet être "ami particulier qu'on aime". Que pour elle, du moins, ce n'est pas incompatible, mais que ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas de sentiments. J'avoue que j'ai un réél effort à faire au niveau de la compréhension à ce sujet là. Pas d'ouverture, mais de compréhension. Vraiment. Je ne comprend juste pas comment c'est possible pour le moment. Rationnellement et logiquement, je ne comprend pas ce concept. Le dimanche se passe. On joue le dimanche soir, il nous rejoint un moment, échange qq messages privés avec elle. Eh ben... Je n'y pense même pas. C'est pas que je me force à pas les lire ou autre, nan nan j'y pense pas du tout. Du coup mon humeur ne change pas, et pour une fois, tout le monde est à peu près content. Lui se sent un peu puni des nouvelles restrictions, ce que je comprend, mais au bout d'un moment, je ne peux pas juste tout accepter en bloc pour peter un plomb tous les deux jours. Je le lui ai dis. On pose des barrières. Elles sont là pour permettre au temps de faire son effet, et elles ne sont pas immuables, mais elles n'ont pas de durée de vie précise. Ma priorité, et la sienne aussi je crois, reste notre couple. Permettre leur relation au dépend de la notre serait une bêtise sans nom. J'ai d'ailleurs essayé de lui expliqué, que ce n'était pas que leur relation le problème, qu'on gérait en fait 3 choses : nos problèmes de couple qui ont abouti à une séparation, leur relation, et aussi bien sûr, le vrai changement de vie de couple qu'implique le polyamour.

Donc ça va plutôt bien depuis vendredi. Les échanges autour de la notion d'amour ont donnés une autre vision aux choses. Et je découvre aussi que ma jalousie est parfois plus situationnelle (ce qu'ils vivent et pas moi) plutôt que sur le fait de la perdre ou l'abandon.

Deux trucs qui m'ont beaucoup marqué ces derniers jours aussi.

Jeudi, le soir de notre grosse engueulade, elle m'a dit que parfois, même si elle savait que c'était faux, elle trouvait que je la manipulais. Elle a pas précisé en quoi, mais j'imagine dans le sens ou je l'amènerai à arrêter avec lui, ou redevenir monogame. J'en ai été extraordinairement blessé. D'une part parce que j'essaie vraiment de faire que cette voie marche. Parce que je la veux heureuse et épanouie, et que, intellectuellement, je pense oui que ça peut être un cadeau pour notre relation. Mais j'en ai été blessé aussi parce que du coup maintenant, je me demande si c'est pas un peu vrai. Inconsciemment bien sûr, mais je me demande si parfois, je n'aurais pas su m'empêcher de dire ou faire des choses de ce genre. Et qq part, j'ai une très forte envie de me surveiller là dessus. Parce que c'est le contraire de ce que je veux être.

Autre chose, plus réjouissante, depuis qu'on s'est remis ensemble, si je n'ai pas envie d'avoir une autre histoire, j'ai une très forte envie de reprendre le libertinage. Elle de son côté me propose un mix des deux. En gros d'essayer de se trouver une petite amie commune (les filles seules sont une horreur à trouver dans ce milieu au final, du coup je cite "si elle est bien on la lache pas !"). Qu'on verrait ensemble, mais qu'on pourrait voir séparément et avec qui on pourrait avoir une relation sentimentale. L'idée est séduisante. SUPER ULTRA SEDUISANTE. Du coup franchement, je me sens super grave mesquin d'être à ce point branché par cette idée et de faire un tel foin pour son histoire à elle.

Sinon pour le café poly de demain, malheureusement on ne sera pas des votres, il se trouve que ça coincide avec mon premier rdv chez le psy, et comme j'ai l'impression d'avoir encore plus de boulot à faire sur moi que sur notre couple, je préfère lacher 80euros à un charlatan plutôt que de boire une mousse avec des gens sympathique (vous voyez que je dois me faire soigner).

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#
Profil

alex666

le lundi 30 mars 2015 à 13h21

Promis, la prochaine fois, je fais des paragraphes.

#
Profil

Siestacorta

le lundi 30 mars 2015 à 18h11

tu peux même modifier ton post après coup :-)

Sinon, on peut manipuler sans intention maligne en jetant ses humeurs à l'autre pour qu'il réagisse, pour obtenir de lui une garantie "émotionnelle" sur une réponse (ex :"oui tu comptes toujours assez pour moi pour que je réagisse") qu'on aurait pu obtenir de façon fiable en discutant de manière plus posée et moins "action/réaction".

Désolé de pas avoir d'autres réactions là maintenant, c'est pas qu'il y a rien à dire, hein, c'est que j'ai pas l'inspi :-)

#

Polpolp (invité)

le lundi 30 mars 2015 à 20h14

En tout cas, malgré les obstacles vous continuez ensemble en discutant, même de chose qui fâche, et poly ou pas, c'est le principal je pense.

#
Profil

LuLutine

le mardi 31 mars 2015 à 18h46

alex666
je préfère lacher 80euros à un charlatan plutôt que de boire une mousse avec des gens sympathique (vous voyez que je dois me faire soigner).

A moins que ta séance dure jusqu'à minuit, tu peux essayer de passer après le débat...

Bon, après je peux comprendre que c'est pas forcément pratique !

#

Polpolp (invité)

le samedi 04 avril 2015 à 18h27

Comment sa va Alex ? sa se passe bien ?

#
Profil

alex666

le mardi 07 avril 2015 à 12h38

Hello, merci de t'inquiéter Polpolp :)

Alors il s'est passé plein de choses encore. Pour résumé, on a fini par faire une discussion à 3 sur les modalités de tout ça, SMS, jeu, week end et tout parce qu'il avait l'impression d'avoir son mot à dire sur rien (ce qui pour moi était bien le cas). Ca c'est plutôt mal passé. Lui et moi on a fait les gamins. Blobinette était ultra mal le lendemain, du coup je l'ai rappelé lui et on a essayé de faire les adultes. Toutes les restrictions ont volés. Je me repose sur la confiance que j'ai en Blobinette et en son amour pour ne pas abuser. Par exemple pour les SMS, en effet, sans qu'il y ait une restriction particulière, elle n'y répond quasiment pas quand elle est à la maison. Pour la fréquence des week-end, je lui fais confiance pour ne pas abuser.

Le lâcher prise de la situation m'a fait bcp de bien. Maintenant ben, je gère la jalousie et les moments de coups de mou un peu au jour le jour. Elle me rassure autant qu'elle peut, mais c'est pas toujours suffisant. On laisse faire le temps on verra bien.

De notre côté à nous deux, ça fait très très lgtps qu'on avait pas autant fait l'amour, on a décidé de reprendre le libertinage, on redevient bcp plus complice. La seule ombre au tableau c'est que mon humeur change par moments qd je repense à ce qu'elle vit en parallele, ça nous plombe un peu. Encore une fois, j'espère que le temps fera son office.

Donc rien n'a vraiment changé pour mon comportement, toujours dans l'acceptation, mais toujours en dents de scie. D'autant qu'il y a qq jours, je n'ai pas pu résister et j'ai jeté un oeil dans son portable. Beaucoup de "tu me manques" et d''envie d'être dans tes bras". Mon cerveau me dit "normal hein", pour le reste c'est boule au ventre et jalousie.

Prochain week end pour eux prévu pour le 8 mai. De mon côté cette fois j'irais en famille, et voir des amis, en espérant que ça se passe mieux.

Blobinette commence à se demander si je suis pas plutôt déprimé aussi. Et à me demander de lui dire si elle doit arrêter avec lui au cas où, si je pense que ça irait mieux comme ça.

A noter que bizarrement, puisque je reparle avec Robert, et qu'on essaie de plaisanter un peu sur la situation, et de faire un peu plus attention à ce qui se passe pour l'autre, une fois que je lui ai parlé, ça va toujours mieux après, comme si ça les rendait eux deux plus amis qu'amoureux. Blobinette m'encourage dans cette voie d'ailleurs, à voir ce qu'ils vivent comme une amitié++ car pour elle, c'est de l'amour certes, mais différent, mais qu'au sens que moi je peux donner à ce mot, ça n'a rien à voir. Et que donc, même s'il y a des sentiments, si j'étais dans sa tête j'y verrais plus de l'amitié caline que de l'amour. Pour les "je t'aime" qu'elle ne dit qu'à moi, elle a décidé de s'y tenir quand même, car finalement pour elle aussi ça a de l'importance (d'ailleurs, si demain je vis une histoire aussi, elle me demande également de lui réserver le "je t'aime").

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Polpolp (invité)

le mardi 07 avril 2015 à 18h11

C est positif tout sa, bien que quelque chose m interpelle, a chaque fois depuis le début, vous mettez plein de restriction et juste après plus rien et a chaque fois le retour de bâton est là.

De vrai compromis serait peut être mieux que tout ou rien car avec trop de restriction c est bobinette qui semble en pâtir et sans aucune c est toi.

Sa ressemble a ton humeur, en dent de scie.

En tout cas l essentiel c est de penser a votre couple je pense.

Bonne continuation

#
Profil

alex666

le mardi 07 avril 2015 à 18h30

Ah ben la discussion à 3 (c moi qui ait propose à Robert de participer en me rappelant ce que disait bonheur sur les tierces personnes) c t pour ça. ça a pas fonctionné parce qu'au final j'avais l'impression qu'il voulait m'arracher le bras à chaque fois que je donnais la main et parce que finalement bobine tte avait des envies similaires aux siennes, ce que je ne pensais pas. et finalement le seul point où j'ai tenté le compromis c t l'heure du retour, et lui voulait rien entendre c t forcément minuit (sans lui demander son avis à elle).
donc après une nuit sans dormir pour lui et moi, on s'est rappelé pour en parler. Et finalement j'ai vu que les restrictions ça m'apportait pas grand chose au contraire de décisions à elle pour nous préserver nous. je me suis rendu compte que j'essayais de contrôler un minimum leur relation. et arrêter ça m'à fait pas mal de bien.

#

Polpolp (invité)

le jeudi 09 avril 2015 à 12h31

Ah OK. Je pensais que bobinette, au vu de ta réponse, était plus dans ton sens a vouloir atténuer sa relation pour qu elle devienne amicale.

Par contre je comprends pas trop que pour elle ce soit de l amour et pour toi de l amitié ++.

#
Profil

alex666

le jeudi 09 avril 2015 à 15h27

Ben.... Tu m'en poses une bonne.

Elle me dit toujours qu'il tend à devenir un ami. Mais elle dit toujours qu'elle l'aime. Donc, ben je sais pas trop quoi te répondre.

Comme je disais c'est là ou niveau compréhension de la chose, mes super facultés intellectuelles sont inopérantes.

Moi l'amour c'est, entre autres hein, c'est pas que ça, de la projection. De la projection à long terme. Sans se dire que ça finira un jour, même si j'ai bien conscience que ça peut très bien se terminer.

Elle ce qu'elle en dit, rapport à lui, c'est qu'elle ne sait pas si dans 6 mois ce sera toujours là, qu'elle ne se projette absolument pas avec lui, et qu'elle est certaine que ça ne peut pas aller plus loin que ce qui se passe déjà. Elle appelle ça une amourette d'ailleurs.

Je sais pas si c'est que de la sémantique ou si c'est une vrai grosse différence de vision de la vie.

Franchement je sais juste pas. Je veux pas du tout dire que j'ai raison et qu'elle a tort. Mais là c'est sûrement un des plus gros points transformant pour moi avec la situation actuelle. J'aurais tendance à dire que j'aimerai bien voir les choses de sa façon, ce sera vachement plus simple.

Sinon eh ben... J'ai voulu moi aussi profiter un peu de tout ça. Donc mardi soir ben j'ai eu un plan Q. De l'intérêt d'être bisex pour avoir des possibilités à la vitesse de l'éclair. Première fois que je faisais ça en dehors du libertinage. Pendant c'était pas mal. Après, pas glop, juste l'impression d'avoir fait ça vachement trop tôt et tout. Depuis qq jours je discute aussi avec une nana sur okcupid, parfaitement au courant de ma situation du coup, qui ne cherche pas de relation mono (histoire que ce soit pas encore plus compliqué). Il se passe rien bien sûr, ça fait genre 3 jours. Mais à la réflexion je me demande si je vais pas ajouter un problème à un autre si jamais. Blobinette me dit que si la relation me fait du bien elle sera heureuse pour moi. Mais qu'elle aura surement des choses à dire si je suis trop "love" ou trop rapide. Je me sens un peu coupable du coup, donc je suis trèèès mitigé.

Message modifié par son auteur il y a 6 ans.

#

Blobinette (invité)

le jeudi 09 avril 2015 à 15h42

Petite correction :
Tu me demandais comment je me sentais ce matin, à la lecture de vos échanges.
Je t'ai dit etre sereine, et oui je l'étais.
Par contre tu étais perplexe parce que vous lire me donnait la sensation désagréable de m'immiscer dans votre relation, et tu avais donc peur qu'il y ait déséquilibre entre toi qui demande du détail et moi non.
Là où tu te trompés, c'est lorsque tu me demandais comment je le sentirai si cette relation débouche à du sexe voire de l'amour.
Je t'ai seulement répondu que je ne pouvais pas savoir, mais j'aborderai le sujet et ne cacherai pas mes peurs

#

Blobinette (invité)

le jeudi 09 avril 2015 à 15h50

Mais à partir du moment où on se dit les choses et qu'on le fait dans le respect de l'autre y a pas de culpabilité :)
Et ne compare pas à la relation avec Robert, c'est juste parce que c'est la voie choisie

Pour préciser : j'aime Robert mais il ne m'est pas nécessaire, le manque n'est pas handicapant
Un amour simple, sans projection.
Mes deux amours n'ont donc rien à voir

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion