Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Comment aider mon amoureux à accepter le polyamour...?!

#
Profil

ScottBuckley

le mercredi 25 mars 2015 à 18h39

aviatha
( ... )
Si les clauses sont différentes, dans les deux cas c'est une histoire de contrat, donc si on pouvait sortir de la paranoïa contre les "méchants monos qui veulent marquer le corps de l'autre au fer rouge pour bien montrer que c'est à eux sans se préoccuper de ce que l'autre désire", ça serait reposant, merci...

Oui, en effet, c'est souvent bien + subtil et/ou + compliqué que cela,
et puis il faut aussi savoir rassurer par des actes concrets (pas juste des "paroles") sa/ son/ ses partenaires, parfois au quotidien, et en fonction des personnes oser s'engager dans des actes, des valeurs, des contrats, des projets, des échéances de se revoir...
... et cela, que l'on soit plutôt "mono" ou "poly", s'engager à deux (ou +) sur des engagements inédits & uniques conclus à deux reste quelque chose qui pour moi me parle fort .
Il peut y avoir de la lâcheté dans le monoamour ou dans des relations non-exclusives, aucun-e n'en a le monopole .

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

maximum

le mercredi 25 mars 2015 à 22h19

strega

je te lis à l'instant et je trouve que tu exprimes d'une façon claire certaines choses qui étaient confuses à exprimer pour moi jusqu'alors.
je suis dans la situation d'un "sans doute mono" conjoint d'une partenaire nouvellement poly (30 ans de vie commune).ce que tu dis sur certaines relations qui "surpassent" les autres ainsi que l'idée d'engagement dans une relation (amoureuse, amicale filiale..) tout cela me parle.
je veux penser ma relation "primaire "et ancienne comme un engagement réciproque, comme un"socle" avec du sublime mais aussi (trop souvent) du moins beau comme tu dis (elle me dit que c'est de cet ordre là, et que c'est BIEN là .
Je veux aussi penser sa nouvelle relation comme une source d'équilibre ( épanouissement, croissance) pour elle et bénéfique à "notre" socle comme une composante nouvelle et entière de notre histoire commune: pas seulement (peut-être) l'effet d'un moment mais un autre "engagement" à vivre ensemble.

Tes mots m'ont fait du bien , merci.

#
Profil

Strega

le jeudi 26 mars 2015 à 09h24

@ maximum

Heureuse de t'avoir fait du bien. :-)

#
Profil

LuLutine

le vendredi 27 mars 2015 à 02h05

Nurja
Je pense que cette fixette (comme tu dis) est assez répandue dans la société actuellement.

C'est mon observation aussi, même si je ne peux pas en tirer de stats (il faudrait les faire sur toute la population, pas seulement sur les personnes que j'ai pu croiser dans ma vie).
Cela dit aviatha n'a pas de stats non plus (ou bien elle n'a pas donné ses sources), bref chacun(e) a simplement ses observations, qui ne permettent pas de conclure.

aviatha
de la NRE qui dure plusieurs années, et je ne suis pas sûre que ça corresponde à la définition dans ce cas.

La NRE peut durer plusieurs années.
Chez certaines personnes en effet, la NRE "efface" l'envie d'entretenir d'autres relations.
Chez d'autres, non.

Strega
(l'amour étant pour Misrahi la joie que l'on a de savoir que l'autre existe).

Belle définition !
J'ai de l'amour pour beaucoup, beaucoup de personnes ! :)

#

Gir (invité)

le jeudi 19 juillet 2018 à 09h49

Désolé mais pour un mono le seul moyen d'accepter la situation poly de son conjoint c'est de régresser dans ses sentiments et pour ce faire avoir aussi des aventures de son côté afin de connaitre d'autres personnes. Car le mono l'est car il se focalise sur son ou sa partenaire comme si il n'y avait que lui/elle... en ayant des liaisons avec d'autres personnes ça permet de découvrir que son conjoint n'est pas unique, et s'attacher à ces autres personnes et moins à son conjoint. Il n'y a pas d'autres solutions... un mono ne vivra jamais bien une relation poly de son conjoint si il entretien son coté mono... et oui désolé pour les poly il y a un prix à payer et faudra aussi accepter que votre mono aille voir ailleurs.

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 19 juillet 2018 à 10h21

Premièrement, tu n'as pas à être désolé pour nous. Si nos partenaires veulent s'ouvrir à d'autres relations, ça ne nous dérange pas.
Deuxièmement, il existe sur ce forum pas mal de témoignages de couple mono/poly qui durent depuis un certain temps sans que le mono ait eu à changer son comportement.
Le seul point sur lequel je te rejoindrai, c'est que pour qu'une relation mono/poly soit viable, il faut que ce soit la relation primaire dudit poly. Sinon, sur le long terme, le mono va être frustré du manque d'investissement de son partenaire.

#
Profil

bonheur

le jeudi 19 juillet 2018 à 11h22

Je confirme, ne surtout pas se sentir désolé pour moi, mais alors pas du tout !

Depuis plus de 10 ans maintenant, et avant de connaitre le mot polyamour, mon mari et moi vivons suivant notre volonté : aimer au pluriel pour moi ; aimer au singulier pour lui.

Par contre, s'il m'annonce être amoureux, je saute de joie. L'amour le rend heureux autant qu'il me rend heureuse... l'amour me rendu heureuse autant qu'il le rend heureux... un effet boule de neige que l'on vit très bien. Bon, oui, il y a les peines de coeur et les difficultés, qui font aussi boule de neige. Alors nous sommes toujours là l'un pour l'autre.

Le fait est qu'il ne désire pas donner corps à l'amour, autre que celui de notre couple. Non pas qu'il soit insensible, mais il ne veut pas se compliqué la vie avec d'autres amours. Mais tout à fait, Gir, un jour peut-être et ce serait merveilleux !!!

A la maison, le polyamour est connu de tous. Mes collègues, enfin ceux qui s'intéressent, mes enfants qui le vivent bien (ils ont dans les 20 ans aujourd'hui), mes parents (qui n'approuvent pas), mes amis qui ne peuvent le devenir que s'ils sont ouverts...

Moi ce qui m'inquiète avec les personnes qui veulent rendre la monnaie de sa pièce (problème de couple) c'est de faire subir à une tierce personne (l'élément choisi en dehors du couple) les conséquences d'un amour qui n'en n'est en fait pas un. Se servir d'un être humain et de ses ressentis pour le manipuler à des fins d'une vengeance personnelle. C'est malsain, je trouve.

#

antithèse (invité)

le vendredi 20 juillet 2018 à 16h02

Ne pas confondre un.e «  mono » (que ce mot raccourcit vraiment tout, y compris la dimension poétique et complexe de l'être, mais bon!) avec une personne qui ne rêverait que de la famille nucléaire. Il y a des «  monos » célibataires, des «  monos » chez qui sommeille un poly, qui sait, des «  monos » qui ne cherchent pas à se définir eux-mêmes au regard d'une relation, quelle qu'elle soit d'ailleurs...
Il y a donc des «  monos » – et des femmes aussi même que - qui se retrouvent plutôt à leur aise dans ce que le polyamour peut proposer. Je dis bien «  proposer », non pas que tout soit à prendre et encore moins à laisser, mais les variations en terme de composition sont tout de même assez riches pour qui ne se retrouve pas dans la vie de couple sous un «  mono-toit ». Et nous sommes sans doute plus nombreux.ses que certains témoignages ne le laissent présager.
Alléluia ! Justice pour celleux qui se croyaient hors circuit à ne pas vouloir ce que la majorité se donne tant de mal à désirer et à construire. Il y a dans le polyamour une dose record de féminisme au-delà du genre, hein, une forme d'émancipation sociale en général. Cela offre un véritable espace d'appropriation ou de réappropriation de sa vie, de ses projets personnels, professionnels, divers et variés. On pourrait même parler d'un espace de création relationnelle dont le rapport au temps peut s'inventer, et carrément perdurer, sans pour autant s'enliser dans les difficultés du quotidien. Ça peut séduire des «  monos » d'échapper à la routine du couple. Quitte à passer à côté de son lot de bonheurs aussi, à ne jamais minimiser dans un véritable couple, mais c'est le jeu, et certain.e.s s'y font plus que bien.
Je ne ferai aucune apologie naïve du polyamour pour autant. Cela reste des relations avec leur lot de tensions, de crises parfois, d'organisation contraignante souvent... mais évidemment pas plus que dans un couple monogame établi. Cela exige une écoute plus affinée, une attention et un engagement renouvelés là où la vie de couple exclusif pourrait très bien en faire trop fréquemment l'économie avec les années. Relations primaires, principales, secondaires... ce que vous voulez mais «  secondaire » ne veut surtout pas dire annexe.

#
Profil

moonchicago

le mercredi 04 septembre 2019 à 17h51

Bonjour Lalila

Je voulais savoir comment ton histoire c'est dérouler après ces dernière années? Après le temps passer est tu finallement toujours en couple avec plusieurs personnes ou si tu t'Est reconvertie monogame pour garder ta famille unie?

MErci

#
Profil

HGWELLS

le mercredi 04 septembre 2019 à 20h37

Je suis dans la situation du « mono » qui s'est fait annoncé par sa conjointe qu'elle était amoureuse d'un autre et voulait changer l'organisation de notre couple pour faire du poly. Ça m'a complètement démoli. J'ai fait une dépression, perdu 60 livres, j'avais des idées noires...

On est ensemble depuis 15 ans maintenant. 36 et 34 ans, deux enfants de 4 et 6 ans. Relation fusionnelle, toujours ensemble, complicité qui faisait des jaloux, aucun tabou, vie sexuelle très active et décomplexée, etc.

Mais depuis qu'on a eu des enfants, elle prenait des anti-dépresseurs; elle a eu beaucoup de difficulté à gérer le fait d'être maman. J'étais sur le point de la demander en mariage quand j'ai remarqué qu'elle était d'un coup devenue très distante, la tête ailleurs, et toujours de plus en plus enfouie dans son cellulaire. J'ai fouillé, j'ai découvert, on en a parlé.

Grosso modo, elle a avoué dès le départ qu'elle était amoureuse d'un autre. Plus intensément qu'avec moi. Qu'elle se sentait morte à l'intérieur avec moi et qu'elle revivait avec lui. Mais qu'elle m'aimait encore, qu'elle voulait qu'on se donne une chance en étant polyamoureux. On a décidé de prendre notre temps, de rester en statu quo (sans qu'elle consomme son autre relation), le temps de réfléchir à tout ça. Entre temps il y a eu tromperie et mensonge de sa part. Découverts, avoués.

Il y a plusieurs problèmes qui se posent dans la vie d'une personne lorsque son conjoint lui annonce qu'il est amoureux d'un autre Que ça s'ensuive d'une proposition de polyamour ou simplement d'une rupture, les mêmes phases se produisent dans la tête du « trompé ».
« Je dois vraiment être une grosse merde puisque je suis incapable de la garder intéressée à moi et elle a besoin d'aller voir ailleurs »
« Je dois être vraiment mauvais au lit »
« Je suis tellement inférieur à l'autre dont elle est amoureuse »
« L'autre dont elle est amoureuse est nécéssairement mille fois plus important pour elle que je le suis, sinon elle ne me ferait pas tant de mal juste pour pouvoir être avec lui »
Etc.

Et dans le cas d'une proposition de polyamour, dans une situation d'un couple avec enfants et maison :
« C'est clair que si elle n'était pas menottée dans notre couple à cause des enfants et de la maison ($), elle m'aurait juste quitté pour lui. »
« Elle veut le beurre et l'argent du beurre »
« Vais-je être le pathétique déchet qui reste à la maison alors qu'elle va se faire baiser par l'autre personne qui l'allume tellement plus que moi ? »

Il y a une très bonne communication dans notre couple, mais ces questions là ne peuvent pas être posées de front en espérant recevoir une réponse fiable. Alors les doutes persistent. Et vient ensuite la réflexion, à savoir si je suis prêt à accepter ce type de relation. Bien honnêtement, je serais 100% intéressé par le polyamour si je débutais une nouvelle relation, que j'étais plus jeune, etc. J'aurais même accepté une relation de polyamour avec ma conjointe actuelle si ça avait été décrété dès le début. Mais il n'en était clairement pas question pour elle. Mais voilà donc les problèmes\questions qui se posent lors de la réflexion :

- C'est un milliard de fois plus facile pour une belle femme que pour un homme ordinaire de trouver des tonnes de partenaires intéressants.
Ce sera donc nécessairement injuste. Le temps que je trouve une personne avec qui vivre une relation satisfaisante, ma conjointe aura certainement eu des milliers de prétendants et plusieurs dizaines d'entre eux seront intéressants. Et ne dites pas l'inverse : c'est beaucoup plus facile pour les femmes que pour les hommes. Les hommes doivent déployer de l'énergie, du temps et de l'argent pour séduire les femmes. Elles, elles n'ont qu'à attendre et filtrer parmi les prétendants ceux qui sont intéressants. Ce qui emmène le deuxième problème.

- Le conjoint qui fait la demande du polyamour, généralement, le fait au moment où il a déjà une « solution de rechange ».
C'est mon cas en tout cas. Ma conjointe insiste pour le polyamour, maintenant, puisqu'elle a, maintenant, une relation amoureuse en attente. Qu'en est-il de l'autre partenaire ? Sa relation amoureuse est uniquement sa conjointe, et au jour 1 du polyamour, il sera le poireau à la recherche d'une autre flamme alors que sa conjointe vivra déjà son autre flamme. Cette situation existera peut-être pendant 1 mois, 2 ans.. ? Qui sait ! Imaginez la frustration du conjoint qui ne trouve pas d'autre partenaire. Imaginez.

- Le temps.
Déjà, dans la vie de tous les jours, il est difficile de concilier le travail, la vie familiale et le temps à passer pour prendre soin du couple. Surtout avec de jeunes enfants, c'est difficile d'avoir une soirée par ci par là pour passer une heure ou deux en « couple ». Qu'en sera-t-il lorsque le polyamour sera lancé? Le peu de temps disponible sera maintenant séparé entre plusieurs amants. Autant dire que le couple initial est voué à disparaître, s'effacer. Surtout si tout n'est pas complètement rose à cause d'inégalités ou de frustrations d'un côté du couple. Ça me semble être impossible à gérer, logistiquement parlant.
Cela est encore plus vrai pour la personne qui subit le polyamour. Comment trouver le temps et les occasions pour rencontrer assez de nouvelles personnes dans le but de trouver l'amour ailleurs? Il faut mettre beaucoup de temps dans les activités sociales (qui devront être sans le conjoint) pour rencontrer beaucoup de gens, faire des sorties, etc. C'est un redoublement d'efforts qui anihile toute possibilité d'avoir du temps de qualité en couple initial.
Et c'est encore pire pour l'homme, qui doit, comme mentionné plus haut, déployer beaucoup plus d'efforts et de temps que la femme pour rencontrer des femmes intéressantes.

- La qualité du temps avec le conjoint
Dans un contexte de vie avec travail à temps plein et jeunes enfants, la presque totalité du temps de vie est vouée aux obligations. Et à la maison, généralement, c'est difficile. On doit gérer les enfants, faire de la discipline, éduquer à deux (avec les conflits que ça apporte..), gérer les crises d'enfants, être à la course la fin de semaine pour les activités (sports des enfants, etc.). Dans tous les couples, la « vie » routinière est source de conflits, de problèmes, d'envie de s'évader.
Dans un couple polyamoureux de gens actifs avec jeunes enfants, le couple principal est là pour le difficile, le mauvais, l'épuisement, la gestion des obligations. Le couple initial est synonyme d'obligation. Le conjoint principal n'est là que pour nous rappeler à quel point la vie est difficile. Et les autres amants, eux, ne sont là que pour le plaisir.
Évidemment, quand on voit nos autres amants, c'est les vacances. Les responsabilités de la vie courante ne sont plus. On fait des sorties, on prend la vie relaxe, etc. Donc... ça fait quoi de notre partenaire principal ? Que du négatif. Le temps de qualité est toujours passé avec les amants, alors que le temps qu'on aimerait fuir est toujours passé avec le conjoint principal.

Ais-je envie d'être ce conjoint là ? Pas du tout.
Ais-je envie qu'elle me rappelle, à chaque jour, à quel point je ne suis pas suffisant pour elle ? Certainement pas.
Ais-je envie d'être le pourvoyeur de famille alors que ma conjointe vire-volte d'amants en amants ? Non.
Ais-je envie de me forcer à rencontrer des gens souvent inintéressants pour ne pas me sentir comme un déchet pathétique qui attend seul à la maison alors que ma conjointe est au lit avec un amant tellement plus intéressant que moi (sinon, elle serait avec moi ce soir là, non?) ? Absolument pas.

Il y a une solution à tout ça, simple, efficace, et qui se fait en deux temps. Et on l'a déjà mentionné dans ce post. Elle va comme suit :
- Se forcer à se détacher émotionnellement de notre conjoint
- Se forcer à rencontrer des gens dans l'espoir de tomber amoureux d'une nouvelle personne

Si ces deux éléments se concrétisent, là, oui, on pourrait songer à un genre de polyamour, mais il faudrait tout de même songer à régler le problème logistique du manque de temps... Comme par exemple en vivant séparément et en se séparant la garde des enfants. Ou autre.

Comme je l'ai dit d'entrée de jeu, j'aurais bien voulu être dans une relation polyamoureuse; mais pas avec ma conjointe. Ou du moins, pas avec elle maintenant que je me suis tant investi émotionnellement en elle. Le polyamour doit être vécu entre partenaires qui ne s'investissent pas complètement, émotionnellement, l'un envers l'autre. Ça doit rester assez superficiel pour être mis de côté lorsqu'on se trouve avec un autre amant.

Alors j'en suis là. Ça va bientôt faire un an qu'on est en statut quo (oui, un an, le temps passez vite quand notre rythme de vie effréné ne permet pas tant de prendre du temps pour soi; alors imaginez en polyamour.. !), et nous allons mettre un terme au statut quo très bientôt (personnellement, je me suis fixé une limite d'un an pour prendre une décision finale). Dans tous les cas, ma relation amoureuse rêvée, que je voulais durer toute la vie, ainsi que la complicité et la confiance qui y régnait est chose du passé. Loin enterrée. Maintenant, il reste à prendre une décision. Et si je décide d'embarquer dans le polyamour, je ne sais vraiment pas comment mes émotions vont réagir, mais je sais qu'il y aura jalousie, éloignement forcé, tristesse de plans de vie purgés, etc.

Et lorsque je tomberai amoureux d'une autre, pourquoi resterais-je dans ma relation avec ma conjointe actuelle, qui m'a posé tant de déception, qui a détruit mes plans de vie, qui m'a rempli de tant de regrets...

#

Polyarthrite (invité)

le mercredi 04 septembre 2019 à 21h05

Merci HGWELLS, je trouve ton message géniale, empreint de realisme et de bon sens, à mille lieu du bisounoursisme que l'on trouve souvent sur ce forum.

Il résume parfaitement les sentiments que j'ai pu avoir en mon temps dans ta situation., à savoir celle du mono à qui l'on propose le poly comme un fait accompli.

Si tu le souhaite, je trouverai super que tu ouvre un topic avec ce message, qui je suis sur resonnera pour bcp

#
Profil

alinea7

le mercredi 04 septembre 2019 à 21h39

Polyarthrite
Merci HGWELLS, je trouve ton message géniale, empreint de realisme et de bon sens, à mille lieu du bisounoursisme que l'on trouve souvent sur ce forum.

Il résume parfaitement les sentiments que j'ai pu avoir en mon temps dans ta situation., à savoir celle du mono à qui l'on propose le poly comme un fait accompli.

Si tu le souhaite, je trouverai super que tu ouvre un topic avec ce message, qui je suis sur resonnera pour bcp

Je n'aurais pas dit mieux.

#

(compte clôturé)

le mercredi 04 septembre 2019 à 22h08

Les rêves de la vingtaine s'effondrent et j'en suis désolé pour toi, pour vous.
Tu es dans le noir et je le comprends, mais la vie continue avec ou sans elle.
Tu parles beaucoup des contraintes de la vie, de la logistique. As fait u pensé à changer cette logistique ? Que chacun sorte une fois seul de son côté pour faire quelque chose qui lui plaît, mais aussi une sortie ensemble, rien que pour vous deux? Avant de résoudre un problème et se focaliser dessus, essayez peu être de vous retrouver dans d'autres contextes.
C'est facile à dire, plus difficile à faire.
Une idée qui a marché pour nous, on s'envoyait une phrase d'amour par jour par SMS. Une pensée réelle.
Une autre idée, s'accorder un câlin tendre de cinq minutes minimum tous les soirs ( ça dérape ou pas ) mais sans obligation.
Des choses simples. Non tu n'es pas à te dévaloriser, tu subis une situation inattendue et tu n'es pas armé pour ça. Essaye de prendre du recul, de te retrouver toi même et de t'accorder du temps pour toi.

#
Profil

Mark

le mercredi 04 septembre 2019 à 22h17

@HGWELLS

Merci pour ton témoignage. Ce qui résonne le plus en moi de ce que tu décris, est le piège de la déconstruction qui peut entraîner le détachement émotionnel et affectif, ce qui mène tout droit vers tes conclusions.

Que te dire d'autre que te souhaiter du courage quand tu sera au bout de ton cheminement, en espérant que ce cheminement t'aura apporté la sérénité de tes décisions. Je suis passé, comme nombre d'autres hommes et femmes, par ces phases. Dans mon cas, quand le couperet est tombé je me suis rendu compte que j'étais prêt. Le cheminement m'avait non seulement apporté la capacité de dissocier la pluralité de fidélité, mais sens m'en rendre compte, j'avais effectué le deuil de mon couple pendant ce temps. Le reste (edit, ou plutôt, la suite) n'a globalement été que soulagement et sérénité.

Du même avis que @Polyarthrite et @alinea7, ton récit mérite un écrit permanent quelque part. @ourscalin, tes remarques sont très pertinentes et je pense notamment à une amie qui porte quasiment toute la charge mentale de son foyer en te lisant. Mais dans le cadre de ce récit, je ne sais pas s'il est encore temps parce que je pense qu'il y a des points de bascule dans le cheminement, des caps qui se franchissent de manière imperceptible.

Message modifié par son auteur il y a 3 mois.

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 septembre 2019 à 09h43

Marck
J'essaye toujours de voir le verre à moitié plein et non à moitié vide.
Tant qu'il reste un espoir, même infime, autant y travailler, ensuite si cela fonctionne pas, effectivement la rupture faite intelligemment doit être envisagée.

#

Intermittent (invité)

le jeudi 05 septembre 2019 à 13h19

@HGWELLS

Merci pour cette synthèse (un peu longue mais c'était nécessaire), qui résume bien la problématique et les questions que peut se poser un/e conjoint/e lorsque l'autre membre du couple propose le polyamour, particulièrement lorsque qu'il y a des enfants et et des biens en commun.

J'avais déjà soulevé certains points que tu relèves sur les "avantages" du polyamour pour celui qui l'initie dans le cas d'un couple avec enfants.

Bien plus simple à gérer et avantageux en terme de gestion du temps que l'adultère ...

Voici ce que j'avais écrit dans un autre topic :

Citation :
Elle n'aurait pas d'enfants, le raisonnement pourrait se tenir. Mais qui a-t-elle choisi ? Le compagnon ou le père des enfants ? "Vraisemblablement pas pour simplement garder le père de ses enfants, en balance avec sa liberté cela n aurait pas suffit." Bien au contraire, cela lui aurait suffit ... La liberté plus la sécurité. Élever des enfants avec un amant, casserait probablement la magie des instants amoureux. Vu du côté du polyamoureux, quand on a des enfants, garder la relation primaire pour son côté utilitaire et sécurisant, est la meilleure des solutions. Les relations secondaires, dès qu'elles retrouvent les contraintes de la vie quotidienne et familiale, perdent beaucoup de leur charme .... Vu du côté du polyacceptante(e), ça semble avoir moins de charme ....
Fin de citation

#
Profil

bidibidibidi

le jeudi 05 septembre 2019 à 14h05

Loin d'être dans la liesse, j'ai envie de répondre de manière plus pragmatique à ton message, HGWELLS.

HGWELLS
Dans un contexte de vie avec travail à temps plein et jeunes enfants, la presque totalité du temps de vie est vouée aux obligations. Et à la maison, généralement, c'est difficile. On doit gérer les enfants, faire de la discipline, éduquer à deux (avec les conflits que ça apporte..), gérer les crises d'enfants, être à la course la fin de semaine pour les activités (sports des enfants, etc.). Dans tous les couples, la «  vie » routinière est source de conflits, de problèmes, d'envie de s'évader.
Dans un couple polyamoureux de gens actifs avec jeunes enfants, le couple principal est là pour le difficile, le mauvais, l'épuisement, la gestion des obligations. Le couple initial est synonyme d'obligation. Le conjoint principal n'est là que pour nous rappeler à quel point la vie est difficile. Et les autres amants, eux, ne sont là que pour le plaisir.

Tu mets ça sur le dos du polyamour alors que c'est clairement un problème qui précède le polyamour. Votre couple vous étouffe, dans sa vie quotidienne, vous amenant à ne plus être que des "conjoints principaux là pour rappeler à quel point la vie est difficile". La sensation qui s'échappe de tes messages est double. Un mélange de "on en chie mais à deux", un genre de sous-entendu comme quoi un couple fleurit dans la merde. Et un petit bout de "c'est la galère, mais quand les enfants seront grands, on sera super contents de nous". Ce qui n'est pas vraiment valable. Si ton quotidien est merdique, une fois que les enfants sont grands, il ne reste plus rien de ton couple et il faut le réinventer (ce qui est loin d'être simple).
Il y a, de manière évidente, un gros souci dans votre couple. Le polyamour est une solution parmi tant d'autres apportée pour essayer d'échapper à un quotidien emprisonnant.

HGWELLS
- C'est un milliard de fois plus facile pour une belle femme que pour un homme ordinaire de trouver des tonnes de partenaires intéressants.
Ce sera donc nécessairement injuste. Le temps que je trouve une personne avec qui vivre une relation satisfaisante, ma conjointe aura certainement eu des milliers de prétendants et plusieurs dizaines d'entre eux seront intéressants. Et ne dites pas l'inverse : c'est beaucoup plus facile pour les femmes que pour les hommes. Les hommes doivent déployer de l'énergie, du temps et de l'argent pour séduire les femmes. Elles, elles n'ont qu'à attendre et filtrer parmi les prétendants ceux qui sont intéressants. Ce qui emmène le deuxième problème.

Je dis l'inverse. Pour qu'une femme (hétérosexuelle) s'envoie en l'air, il faut qu'il y ait un homme qui s'envoie en l'air. C'est donc mathématiquement aussi facile pour une femme que pour un homme de s'envoyer en l'air. Après, c'est effectivement plus facile pour une personne belle que pour une personne ordinaire. Mais si tu es si ordinaire, comment se fait-ce qu'une femme belle ait eu envie de te rencontrer ?

En fait, pour répondre de manière plus globale, tu es engoncé dans une vision du couple ultra normée.
Pour moi, la situation actuelle te donne deux solutions :
- Tu gardes la vision que tu as du couple, tu divorces et donc ne sors pas d'une vision normée du couple. Aucun jugement là-dessus de ma part, chacun vit la vie qu'il souhaite.
- Tu acceptes la déconstruction qui s'impose à toi et tu commences à construire ce que tu souhaites. Alors, oui, c'est dur, vu que les bases de ta vie sentimentale sont remises à zéro. Ca ne garantie d'ailleurs absolument pas la survie de ton couple : si ton seul objectif est celui-ci, tu n'as pas besoin d'entrer en déconstruction, il suffit juste de tout accepter et de faire la carpette. Mais il y a une probabilité que les changements que ça amorce chez toi compense les émotions négatives et la destruction que le polyamour de ta femme a amené dans ta vie.

Enfin, je suis pas sûr que mon message t'aide, je suppose que tu t'es déjà posé toutes ces questions. C'est plus le côté résigné de ton message qui me faisait réagir : Ce n'est pas la situation qui est désespérée, mais toi qui est résigné.

#
Profil

Minora

le jeudi 05 septembre 2019 à 18h18

bidibidibidi

HGWELLS

- C'est un milliard de fois plus facile pour une belle femme que pour un homme ordinaire de trouver des tonnes de partenaires intéressants.

Ce sera donc nécessairement injuste. Le temps que je trouve une personne avec qui vivre une relation satisfaisante, ma conjointe aura certainement eu des milliers de prétendants et plusieurs dizaines d'entre eux seront intéressants. Et ne dites pas l'inverse : c'est beaucoup plus facile pour les femmes que pour les hommes. Les hommes doivent déployer de l'énergie, du temps et de l'argent pour séduire les femmes. Elles, elles n'ont qu'à attendre et filtrer parmi les prétendants ceux qui sont intéressants. Ce qui emmène le deuxième problème.



Je dis l'inverse. Pour qu'une femme (hétérosexuelle) s'envoie en l'air, il faut qu'il y ait un homme qui s'envoie en l'air. C'est donc mathématiquement aussi facile pour une femme que pour un homme de s'envoyer en l'air. Après, c'est effectivement plus facile pour une personne belle que pour une personne ordinaire. Mais si tu es si ordinaire, comment se fait-ce qu'une femme belle ait eu envie de te rencontrer ?

Ahlala merci! Mais merci! J'en ai tellement marre de lire que c'est plus facile pour une femme que pour un homme les rencontres!

#
Profil

HGWELLS

le jeudi 05 septembre 2019 à 19h37

bidibidibidi
« Je dis l'inverse. Pour qu'une femme (hétérosexuelle) s'envoie en l'air, il faut qu'il y ait un homme qui s'envoie en l'air. C'est donc mathématiquement aussi facile pour une femme que pour un homme de s'envoyer en l'air. Après, c'est effectivement plus facile pour une personne belle que pour une personne ordinaire. Mais si tu es si ordinaire, comment se fait-ce qu'une femme belle ait eu envie de te rencontrer ? »

Minora
« Ahlala merci! Mais merci! J'en ai tellement marre de lire que c'est plus facile pour une femme que pour un homme les rencontres! »

En fait, bidibidibidi, s'envoyer en l'air, une fois les deux personnes nues et dans un endroit approprié, oui, c'est aussi facile pour l'un que pour l'autre.

Mais il faudrait jouer à l'autruche pour faire semblant qu'il est aussi simple pour un homme ou pour une femme de « trouver » quelqu'un avec qui avoir une relation sexuelle. C'est bien connu que les femmes se font courtiser, alors que les hommes courtisent. De manière générale.

À la salle de gym, les femmes se font constamment approcher par les hommes, plus ou moins subtilement. Jamais je n'ai vu un homme se faire approcher par une femme à la salle de gym.
Sur les réseaux sociaux, ce sont les femmes qui reçoivent des milliers de messages de la part d'hommes inconnus, qui tentent de créer un contact. Sur les sites de rencontre, c'est souvent gratuit ou moins cher pour les femmes, pour les mêmes raisons. Dans les bars, on attire les femmes avec des « ladies night » où les femmes peuvent boire gratuitement. Même principe.

Même constat un peu partout dans la vie. C'est toujours l'homme qui doit « chercher ». Et pour ça, il doit déployer des efforts, y passer du temps, et parfois de l'argent. La femme n'a qu'à choisir parmi la multitude d'hommes qui lui ont fait des « coucou ». L'homme qui vous rencontre, qui réussi à faire une entrée remarquée dans votre vie, et qui réussi à construire une relation amoureuse avec vous, il était très certainement en plein recrutement avec des tonnes de stratégies ailleurs, plusieurs collets ici et là, et c'est vous qui avez mordu à un de ses hameçons.

Tout de même. C'est connu. Ne dites pas l'inverse. Ne jouez pas à l'autruche.

Dans ma situation, c'est clair aussi. Je suis avec ma conjointe depuis 15 ans, j'en ai vu beaucoup passer, des gars charmant qui déployaient leurs queue (analogie avec le paon, ici..) avec des tentatives plus ou moins subtiles. Et c'est toujours très clair (sauf pour la principale intéressée, généralement, qui se dit juste « oh, il est gentil »). Moi, ça ne m'arrive jamais qu'une inconnue m'adresse la parole juste comme ça, « out of the blue ». Et je ne suis pas laid ou moron.

Alors arrêtez avec ça, là. C'est diablement plus facile pour les femmes que pour les hommes de « trouver quelqu'un qui est intéressé à avoir une relation avec soi ». Je ne dis pas que ces gens là sont toujours intéressant... mais un certain pourcentage l'est nécessairement, alors, sur le lot...

Maintenant --> Tout ça n'est qu'un seul petit élément de mon argumentaire et mes questionnements. C'est loin d'être le plus gros problème auquel je dois faire face. Parce que, suivant la logique du polyamour, si j'embarque là-dedans, je devrais me balancer complètement du fait que ma conjointe ait 2 ou 450 amants. Ça ne me regarde plus rendu là. Non ?

#

(compte clôturé)

le jeudi 05 septembre 2019 à 22h16

Je vais te répondre autrement. Ta conjointe est avec toi, elle ne t'a pas quitté et elle revient. Mon exemple est le suivant, mon épouse est superbe et plus d'un homme se retourne sur elle, elle est courtisée et par des mecs plus beau que moi, mais son amour elle me le manifeste et rentre toujours. Elle m'a dit récemment vouloir revenir à l'exclusif, pourtant un collègue ne l'a laisse pas indifférente, mais elle choisi notre famille , notre foyer et moi.
Il peut se produire des écarts, mais tant qu'elle est avec toi, votre projet de vie est maintenu. Donc ne pense pas à la défaite, essaye de profiter des bons moments, de voir son épanouissement et surtout communique avec elle. Elle saura, peu être te rassurer. Toi de ton côté, tu es jeune encore, inscrit toi sur un site et teste toi. Cela te redonnera confiance. Sois bien avec toi, pour être bien avec elle.
Une femme ne cherche pas plusieurs amants, elles n'ont pas les mêmes pensées ou besoin qu'un homme, donc ne pense pas pour elle.
Recentre toi plus sur toi et sur ce que vous avez construit.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion