Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je suis jalouse... de vous !

Bases
#

mouvante (invité)

le dimanche 29 avril 2012 à 12h10

voilà, je suis jalouse! de la chance que vous avez de pouvoir vivre vos sentiments.
je suis amoureuse de deux personnes (mon mari et quelqu'un d'autre, voir ma réponse à "maman amoureuse..etc") mais je ne peux pas vivre ces deux amours autrement que cachée. Ca ne me convient pas. J'aimerais pouvoir en parler librement avec mon mari que j'aime et avec qui j'ai deux enfants. J'aimerais pouvoir comme certains d'entre vous, aborder librement cette discussion, pouvoir remettre en cause le modèle qu'on nous met en tête et qui ne me convient pas, mais je sais qu'il ne pourra pas entendre ça, que ca le détruirait et détruirait notre relation. A un moment, je pensais que je me cachais derrière cette idée de pouvoir aimer deux hommes de facon à justifier mon amour pour le second, je pensais que c'était une facon d'"habiller"joliment la notion d'adultère, puis j'ai pensé que peut etre je n'aimais plus mon mari... Bref, je suis passée par toutes les étapes.... et meme plus... mais je constate qu'après toutes ces oscillations, la conclusion qui revient est toujours la meme : je veux vivre avec mon mari et mes enfants mais j'aime aussi cet autre homme avec qui je veux vivre d'autres choses (pas les memes, plus épisodiquement). Mais je n'aime pas l'idée de cacher tout ca.

bref, je vous jalouse pour votre liberté à vous affirmer tels que vous êtes. Si je le fais, ca détruira tout. Si je ne le fais pas... que m'arrivera-t-il? dois je nier ce qui m'habite? ou l'assumer sans le clamer haut et fort (après tout, la transparence absolue n'est pas forcément bonne...?)
Profitez de cette liberté que vous a donné le courage de vous dire!!! veinards!

#
Profil

Apsophos

le dimanche 29 avril 2012 à 13h21

Tu me sembles envieuse, et non jalouse.

Et n'oublie pas que tous les "polyamoureux" ne vivent pas plus d'une relation. Certains en vivent moins d'une.

#
Profil

PolyEric

le dimanche 29 avril 2012 à 15h06

Je confirme.

Et j'ajoute que tu devrais aussi être envieuse de tous les emmerdes que nos paroles nous rapportent ainsi que de toutes les choses qui nous échappent parce que l'on a (trop) parlé.

Il y a des avantages, certes, mais il y a également des inconvénients, ceux là même que tu n'a, soit disant, pas le courage de déclencher.

En fait, la veinarde, c'est peut-être toi, va savoir.

#

(compte clôturé)

le dimanche 29 avril 2012 à 17h51

Je suis assez d'accord avec Apsophos et avec Eric_49. J'ai la chance d'avoir un mari formidable qui a cherché à me comprendre mais ma franchise m'a fait perdre mon coup de foudre qui m'a amenée à devenir polyamoureuse. Il reste gravé au fond de mon coeur mais je n'ai pas su à la fois expliquer à mon mari et expliquer à cet homme qui a sans doute eu peur de provoquer un divorce. J'ai perdu aussi mon second ami qui n'en pouvait plus de devoir mentir à son épouse alors que nous entretenions déjà une relation de type amoureuse lorsqu'il l'a rencontré. Je lui avais demandé de lui parler dès le départ mais il n'en n'a pas eu le courage et après, plus le temps passait, plus s'était difficile. Notre relation a donc vacillé au gré de l'intérêt qu'il portait à Madame et récemment, un sursaut de conscience de "bon mari" a entrainé notre rupture. Perso, je lui en veux de ne pas avoir assumé l'amour qu'il me porte. Lui aussi, je le garde dans mon coeur. Le polyamour n'est pas une situation FACILE et derrière la facilité apparente avec laquelle j'assume aujourd'hui ma nature de poly ainsi que mon mari, il y a eu des moments difficiles, dans comme en dehors de mon couple.
Un jour, j'ai fait le choix de la franchise et je suis allée jusqu'au bout de ma démarche. Quelques années plus tard, la situation paraît presque normale mais l'amour est quelque chose de compliqué, alors gérer plusieurs relations simultanément n'est pas chose aisée. Suis-je à envier d'avoir aimer et d'aimer encore un homme marié dans le dos de sa conjointe ? Pas si sûr, ne serait-ce que par respect pour cette personne. Il avait fait le choix du mensonge en toute liberté, j'avais fait le choix de la vérité franche et assumée en toute liberté.
En polyamour, l'autre est aussi tributaire de nos choix personnels. En tout état de cause, parlé changera ta relation avec ton mari. Plus de retour en arrière possible. Dans mon cas, cela a revivifié notre couple. Nous avons revisité les bases de notre union qui est aujourd'hui plus épanouie et surtout plus complice. Sache malgré tout que ce ne fut pas sans souffrance car j'ai souffert de faire souffrir mon mari, ce ne fut pas sans crises (jalousie entre autres).
Les polyamoureux sont-ils à envier ? la question reste ouverte !

#

mouvante (invité)

le dimanche 29 avril 2012 à 21h07

je suis contente que ce titre ait provoqué les réactions que j'attendais. ...
je me doute que ce n'est pas facile tous les jours, y compris dans la sincérité, mais de mon côté j'ai l'impression de cumuler tous les aspects négatifs : j'aime deux personnes, je vis la relation donc c'est compliqué mais en plus, je ne peux pas la vivre complètement à cause de cet aspect caché ..; que je n'aime pas.
En plus le fait de cacher comme ca les choses (mon amour) ternit ma relation avec mon mari.
bref... mauvaise période alors que je ressens par ailleurs tellement de belles choses... c'est vraiment "inconfortable" je suis "bousculée" dans toutes mes "certitudes"... Je mets tous ces mots entre guillemets car je n'ia pas le temps de chercher ceux qui conviendraient vraiment et je sais que ceux ci vont vous faire réagir...

#
Profil

LuLutine

le dimanche 29 avril 2012 à 22h41

Pour être polyamoureux et honnête dans ses relations, je crois qu'il faut être solidement ancré sur ses deux jambes, sinon le moindre problème te fait vaciller, voire chuter complètement.

Si tu es solide et sûre de toi, sûre de tes sentiments, sûre que ce n'est pas "mal" d'aimer deux personnes et que tu n'es pas "anormale" (ce qu'on se dit parfois au début), alors je pense qu'en laissant encore un peu faire le temps, petit à petit, tu te sentiras encore plus sûre de ta position et seras en mesure de l'affirmer.

Pour ma part, m'étant découverte polyamoureuse depuis 3 ou 4 ans, il y a des personnes de mon entourage à qui je n'ai pas encore "réussi" à en parler. J'ai toutefois semé quelques indices au fil des mois (allusions leur permettant de faire le lien avec des articles de presse par exemple). En revanche tous mes amoureux sont au courant.

Donc : affirme-toi, mais sans non plus vouloir précipiter les choses. Ton mari devra comprendre que tu resteras là pour lui, que cela ne changera rien à tes sentiments pour lui ni à votre relation ; et pour ça il faudra du temps, de la patience, et un maximum d'attention envers lui.

#
Profil

PolyEric

le lundi 30 avril 2012 à 00h59

LuLutine
Pour être polyamoureux et honnête dans ses relations, je crois qu'il faut être solidement ancré sur ses deux jambes, sinon le moindre problème te fait vaciller, voire chuter complètement.

Oui, je pense aussi.

J'ajoute toutefois que pour être solidement ancré sur ses deux jambes, il faut être honnête dans ses relations (ses relations privées s'entend).

Compte tenu de l'aspect systémique du truc, il est absolument nécessaire de croire aux bienfaits du polyamour, lorsque l'on est polyamoureux, sinon on quitte la boucle vertueuse pour s'enfoncer dans le marasme du "ni mono ni poly", une sorte de vide, de désert, de tunnel qui débouche sur le néant.

Dans un escalier, il vaut mieux se tenir à la rampe.
Dans une vie de polyamoureux, il vaut mieux se tenir au polyamour.

Dans un escalier, il est possible, certes, de monter ou de descendre sans tenir la rampe. Mais, en cas de dérapage, la rampe sera t-elle à portée de main ?

De même, on peut lâcher le polyamour pour vivre une sorte de monogamie en série, ou comme ici, une sorte d'adultère multi-amoureux. Mais en cas de dérapage, par exemple si son mari la découvre, pourra-t-elle mettre en avant, qu'elle est honnête et franche avec celui qu'elle aime ? La rampe sera loin, très loin. Et la chute sévère, très sévère.

gcd68
Le polyamour n'est pas une situation FACILE et derrière la facilité apparente avec laquelle j'assume aujourd'hui ma nature de poly ainsi que mon mari, il y a eu des moments difficiles, dans comme en dehors de mon couple.

D'après moi, il s'agit d'une erreur d'analyse.
La facilité n'est pas apparente, elle est réelle. Le polyamour, le vrai, celui qui rejette ce qui n'est pas du polyamour, est une situation facile. Bien sûr, il faut renoncer à plein de choses, mais quand on a renoncé à ces choses là, alors la vie redevient facile.
Ce qui est difficile, c'est de transiter du mono au poly, surtout quand on ne sait pas ou l'on va.
Chaque fois que j'ai des difficultés, je finis par m'apercevoir que c'est parce que je me suis éloigné du polyamour, j'ai cédé aux charmes de la normalité, j'ai vendu mon âme pour être tranquille, et je n'ai que des ennuis. Le pire est de rester durablement entre deux eaux. Car là, en effet, c'est mission impossible. Il suffit d'avoir le courage de revenir sur sa route, et va savoir pourquoi, les ennuis disparaissent, on se sent bien, même dénudé.

gcd68
Les polyamoureux sont-ils à envier ? la question reste ouverte !

Pour moi, la question est en fait très fermée, car la réponse est non.
Le regard des autres, la connerie, les jalousies et j'en passe, ne sont pas à envier.
Mais le truc, en fait, c'est que les polyamoureux n'ont pas le choix.
Quand on est polyamoureux, on est polyamoureux.
On peut toujours tergiverser (et donc souffrir davantage).
On peut toujours souffrir davantage, ce n'est pas une gloire.
Quitte à souffrir, l'intelligence consiste à passer le guet et à perdre tout ce qui de toute façon nous échappera. Oublions ce qui n'est pas pour nous. Au moins, on aura ce qui nous revient. Et ce qui nous revient, n'est pas pour les autres. Cela, ils peuvent nous l'envier tant qu'ils veulent, ils ne l'auront pas.

#

(compte clôturé)

le mardi 01 mai 2012 à 16h43

Pour que les polyamoureux soient reconnus comme des personnes "normales", il faudrait déjà que les personnes concernées s'assument (je sais, plus facile à dire qu'à faire). Dans mon quotidien, je m'efforce de m'imposer telle que je suis. En général, j'utilise l'humour car cela aide à "alléger" les explications. Famille, collègues, amis, proches, etc j'explique. Ceux qui veulent comprendre m'acceptent en général bien. Les autres s'efforcent de me percevoir tel qu'ils le concoivent. C'est leur choix, leur liberté donc je n'insiste pas. Personne ne peut adhérer de force à une idée ni à une philosophie de vie. Beaucoup admettent qu'ils n'accepteraient pas que leur conjoint(e) puisse aimer quelqu'un d'autre. Je réponds alors qu'un coeur n'appartient qu'à son propriétaire, que l'amour ne se commande pas et que si Monsieur ou Madame lui ment un jour (si ce n'est déjà fait), il sait maintenant pourquoi. Cela reprend la pièce de théâtre diffusée cette année à la TV "La vérité" (avec Pierre Arditi). Si certains l'ont vu, ils comprendront ce que je veux exprimer.
En fait, vivre un seul amour au cours de sa vie c'est de l'utopie. Après, il y a ceux qui préfèrent ignorer la vérité et ceux qui préfèrent la connaître. Dans les deux cas, il faut assumer. Mais lorsque l'on vit avec quelqu'un, c'est un sujet qui n'est pas abordé au départ. On ne demande jamais : "au fait, si un jour j'aime aussi une autre personne, tu préfèreras le savoir ou pas ?"
Je pense tout simplement que si je suis polyamoureuse, c'est parce que je ne conçoit pas de mentir, de trahir. A mes yeux, le mensonge est pire que l'amour. Le mensonge apporte obligatoirement du négatif. Je veux pouvoir aimer librement. L'amour m'offre beaucoup de bonheur et je refuse de m'en priver (surtout pour des normes ou des conventions dictées par la société). Je trouve mon équilibre dans les relations amoureuses que j'entretiens et mon couple est la fondation de cet équilibre. C'est ma rampe d'escalier en quelque sorte et je ne souhaite pas la cacher car je la trouve très belle.
Je comprends que certains tergiversent, je l'ai fait aussi. J'ai nagé entre deux eaux (très peu de temps) et c'est à deux que l'on a éclairci la situation, en bonne intelligence. Il a compris pourquoi je ne voulais pas mentir, il a compris ma vrai nature, ça a pris du temps, de l'énergie, ça a bousculé notre vie, heureusement pour le meilleur. Cela n'a pas été facile. Nous avons tous les deux une bonne ouverture d'esprit et essayons de comprendre avant de juger. C'est sans doute ce qui nous permet d'assumer. A mes yeux, il n'y a pas les poly (qui seraient dans le vrai) et les autres. Il y a des personnes qui font des choix de vie que je respecte. Je respecte et admire ceux qui doute, ils ont au moins l'intelligence de se poser des questions. Mouvante se pose des questions dont elle seule détient les réponses. Par contre, elle envie le résultat sans vouloir affronter les difficultés. A elle de décider. Ce sera son choix et j'ai du respect pour elle. La vérité n'est pas toujours facile à dire. Je n'ai pas la mémoire courte. Je suis passée par là.

#
Profil

boucledor

le jeudi 03 mai 2012 à 22h44

Je suis d'accord avec gcd68, ce qui est compliqué (et j'en ai bien peur long...) c'est cette "transition entre le mono et le poly amour". La situation que je vis est assez proche de la tienne (cf mon témoignage "besoin d'en parler"). Pour ma part, j'ai effectivement fait le choix de "l'avouer" à mon mari car je me sentais très mal dans le mensonge, cela m'a paru comme une évidence de devoir lui révéler la vérité, à savoir que j'aimais aussi un autre homme... Depuis, je dois dire que la situation est très compliquée, de discussions en conflits, de menaces de séparation en "joyeuses retrouvailles", notre couple traverse une CRISE sans précédent dont je ne connais d'ailleurs pas l'issue. Mais, je n'ai aucun regret quant au fait de lui en avoir parler (même s'il m'arrive quand même parfois de penser que les gens qui restent dans le secret -la grande majorité- doivent être un peu plus "sereins" car dans ce cas on n'a "QUE" sa culpabilité à gérer...), car je sais que je lui ai redonné ainsi "les cartes en main", le fait de lui exposer la situation elle qu'elle est lui permet de l'intégrer (ou pas) dans sa représentation de notre vie de couple, à son évolution possible... Il est certain que la "prise de risques" est considérable, mais je ne peux pas m'imaginer mentir "pour protéger" l'autre. Pour se sentir libre, il faut aussi rendre sa liberté à l'autre en sachant qu'il peut en effet l'exercer à sa guise, en prenant éventuellement la décision d'une séparation... C'est un risque que j'ai décidé de prendre car quelque part je suis convaincue qu'en ayant renoncé à cette part de moi que je découvre j'aurais aussi signé "l'arrêt de mort" de ma relation avec mon mari...

#

(compte clôturé)

le vendredi 04 mai 2012 à 16h07

Bonjour Boucledor
Je crois qu'on est un peu pareil toutes les deux. Moi aussi je pense que si j'avais gardé cela pour moi, je serais un peu morte car je ne serais pas moi-même. J'ai souvent pensé aussi que privé de cette liberté d'aimer, je serais fanée et que ma relation avec mon mari serait aujourd'hui hyper fade et peut être même finie. Je sais aujourd'hui (et mon mari aussi) que j'ai besoin de cela pour être vivante. Ce qu'il aime le plus dans le fait que je sois comme cela c'est le bonheur que cela m'apporte. Je suis heureuse et il aime ça. Mon bonheur contribue au sien et donc au mien. C'est un cercle sans fin, pour notre plus grand bonheur.
Tous mes amis sont unanimes, "ne change surtout pas" et ils me connaissent bien. J'ai une vie amoureuse et sociale beaucoup plus épanouie qu'avant. Ceux à qui ça ne plait pas, je n'y prête aucune attetion, qu'ils passent leur chemin. Je veux m'assumer telle que je suis parce qu'aujourd'hui je sais qui je suis. Je suis même allé jusqu'à me faire tatouer le polyamour dans le bas du dos... (avec la bénédiction de mon mari)...

#
Profil

boucledor

le vendredi 04 mai 2012 à 19h26

J'ai une part de moi qui est prête à tout, même à "tout" perdre pour cette "fidélité à moi-même", tant il est vrai que je ressens une énergie positive qui inonde toutes mes relations et surtout celle avec mon mari. Je sens qu'un nouvel avenir pourrait s'ouvrir pour notre couple, un avenir dans lequel j'ai plus envie de me projeter du fait même de la part d'incertitude et d'imprévu qui existeraient. Je crois que la "linéarité" du reste de ma vie commençait à profondément m'angoisser et expliquait peut-être aussi que j'ai pu avoir moins envie de m'investir dans notre relation de couple. Mais, pour l'instant je me sens très seule face à ces "nouvelles certitudes": elles "effraient" mon mari qui se trouve embarqué dans cette "révolution" sans rien avoir demandé au départ. Il lui arrive de reconnaître qu'il y a des effets positifs sur notre couple et même que notre relation était loin d'être si idyllique auparavant, mais la souffrance qu'il ressent surpasse encore de loin ce qu'il estime être pour l'instant qu'une "théorie inapplicable" ne concernant qu'une petite minorité de personnes...

#

(compte clôturé)

le vendredi 04 mai 2012 à 19h53

Pour Boucledor,
La souffrance de ton mari sera compensée par ton bonheur. C'est du moins ce que j'en ai retiré de ce que mon mari me dit aujourd'hui. J'ai fait la démarche de vérité en 2007 (déjà) et après nous avons agit un peu différemment. Par exemple, tous les ans, en voyant les affiches annonçant le salon de l'érotisme de Besançon, on disait qu'on irait... mais la date passait et ni l'un ni l'autre n'avions encouragé l'autre à faire le premier pas. En 2008, nous y sommes allés d'un commun accord pour la première fois, comme si c'était normal. Depuis, on y va tous les ans. Là bas, on a rencontré beaucoup de personnes "hors normes" qui s'assument comme des libertins, des homosexuels, des travestis, des dominant-dominés... et cette année pour la première fois de vrais polyamoureux (une femme et deux hommes qui semblaient tous trois amoureux et vraiment très très heureux). Une harmonie parfaite, à trois. Sans blaguer, c'était hyper émouvant de les voir vivre leur ydille, sans se préoccuper du regard des autres. Ca avait l'air si naturel pour eux que ça nous a troublé tous les deux. Ce n'est pas une théorie inapplicable, c'est parfaitement réalisable. Ca m'a encouragée encore plus à vouloir m'assumer. Quel est le passé de ses personnes, je ne le sais pas, je n'ai pas osé les déranger. De quel droit aurais-je du faire intrusion dans leur monde. Quand tu dis que la linéarité de ton couple n'encourageait pas, je confirme que ça a été pareil pour nous. En fait, notre relation est tellement plus saine maintenant, plus profonde, plus complice, plus honnête, moins sage, moins rébarbative, moins basique, plus réelle, plus choisie. Laisser le temps faire son oeuvre mais sans relacher les efforts de communication. Casse la routine, montre lui ton bonheur. Mon homme adore me voir heureuse, sans doute le tien aussi. En amour, rien n'est jamais acquis. Par contre, je pense que tu sauras préserver ce que tu as sans t'endormir à nouveau. Moi j'ai plus du tout envie de dormir, même pas de somnoler. Contact moi en direct si tu veux (Lulutine dit que ça marche en cliquant directement sur mon pseudo et elle a l'habitude, pas comme moi).

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion