Polyamour.info

Noe

Noe

Cong (Irlande)

Participation aux discussions

Discussion : Monogame blessée : aidez moi !

Profil

Noe

le vendredi 23 juillet 2021 à 18h45

Bonjour,

Peut-être que l'homme que tu fréquentais ne savait pas lorsqu'il a commencé sa relation avec toi qu'il était Polyamoureux.

Pour autant, en te lisant, je me suis arrêtée à ces propos "Je me suis sentie obligée d'accepter d'ouvrir le couple pour qu'il ne parte pas, qu'il ne me laisse pas."

Que ce soit dans une relation Mono ou Poly, rien ne devrait "t'obliger". Tu as fait un choix pour ne pas être abandonnée. Et j'utilise ce dernier mot à dessein.

Peut-être que pour envisager une prochaine relation sans crainte, quelle qu'en soit la forme, tu devrais travailler sur ton positionnement dans une relation et qui sait réfléchir sur la dépendance affective, mais aussi sur ton manque de confiance en toi. En effet, je pense que c'est la première pierre pour qu'un édifice amoureux fonctionne et que tu n'aies plus à douter de "l'autre" et encore moins de toi. Enfin, cela t'aidera peut-être à faire le deuil de cette relation et passer à autre chose. Courage à toi.

Message modifié par son auteur il y a 4 jours.

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le mardi 04 août 2020 à 15h01

Bidi, ce que j'essaie d'exprimer maladroitement c'est que hormis dans le cas de l'accident, je n'aime pas l'expression "enfant dans le dos", parce que cette expression stigmatise la femme, donne d'elle une image peu flatteuse, comme si l'homme n'était qu'une pauvre victime.

Alinea7 tu as résumé le fond de ma pensée. <3

Je reste sceptique quant au vol... j'ai du mal à comprendre le concept et j'avoue que cela me met tout aussi mal à l'aise.

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le lundi 03 août 2020 à 20h27

Au 21 ème siècle, ca existe encore cela faire des enfants dans le dos?

Pardonnez cette question qui semble naïve. Pour autant il me semble que la responsabilité de faire l'amour sans moyen de contraception incombe aux deux adultes consentants.

Aucun ne peut ignorer qu'à partir du moment où il fera l'amour sans préservatif et sans contraceptif : il s'exposera à une grossesse désirée ou non, et/ou à des soucis de santé plus ou moins définitifs dans certains cas.

Donc le coup de l'enfant dans le dos est un concept pour moi d'un autre âge, qui a la dent dure.

Quand au poker ton adversaire fait "all in" tu n'es pas obligé de suivre, tu peux te retirer du jeu. Si tu le suis et perds, tu ne l'accuses pas d'avoir triché.

Message modifié par son auteur il y a 12 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : J'ai été dans une relation polyamoureuse et abusive pendant sept ans....voici ce que j'ai appris.

Profil

Noe

le dimanche 02 août 2020 à 00h13

:-D Quelle étourdie je fais!

Merci à elles... et à toi pour la rectification :-)

Voir dans le contexte

Discussion : J'ai été dans une relation polyamoureuse et abusive pendant sept ans....voici ce que j'ai appris.

Profil

Noe

le samedi 01 août 2020 à 19h16

Merci à Alinea7 et Lili-Lutine pour avoir partagé ce très bel article et pour la traduction <3

Message modifié par son auteur il y a 12 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le mardi 28 juillet 2020 à 16h28

Toutes mes excuses Bidi pour ma remarque qui manquait de tact et sonnait comme une sentence.

Je suis effectivement une femme.

Pour répondre à ta question "Pourquoi nouvelle concession?"
Parce qu'il me semble que ta compagne accepte et respecte ta condition de PolyAmoureux. Et maintenant, tu lui demandes d'une certaine façon, de renoncer à son désir de second enfant, pour des raisons qui te sont propres.

Or, il me semble t'avoir déjà vu écrire ton point de vue sur le "sacrifice" qui me semble aujourd'hui en totale contradiction avec le 'renoncement" auquel l'un de vous devra faire face sur cette question du second enfant.

Message modifié par son auteur il y a 12 mois.

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le lundi 27 juillet 2020 à 19h20

"C'est un peu difficile à prévoir l'amour" : Ça l'était tout autant lorsque tu as décidé de faire ton fils. Et pourtant tu l'as fait sans certitude et je suppose que tu l'aimes.

Pour le "temps et à l'énergie pour faire cela bien" : c'est vrai que tu es le seul à pouvoir placer le curseur. Au final, c'est le seul argument que je te concède :P

Je te souhaite bon courage pour résoudre cette question et/ou faire accepter ta décision à ta compagne, qui devra sans doute faire cette nouvelle concession (sacrifice?) ...

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le lundi 27 juillet 2020 à 15h05

Si ton fils n'a rien demandé : ni de naître, ni d'avoir un frère ou une soeur...
Il n'a pas non plus son mot à dire quant à la décision de ses parents d'avoir un autre enfant ou non.

Si vous aviez un second enfant :

Votre ainé, comme le second, manqueraient-ils d'amour?
Penses-tu que ce que tu donnes à ton premier né, tu ne pourrais pas le donner au second de façon parfaitement équitable?
Penses-tu que ton premier né aurait à souffrir d'une quelconque façon de la naissance du second?

Ne transposes-tu pas tes propres peurs sur ton fils de dix mois : que vous ayez un deuxième bébé ou pas pour le moment il s'en fiche ; Au mieux, comme au pire, il fera avec.

Je crois qu'une naissance se prépare, et cette fois elle devra juste se préparer avec votre fils ainé.

De l'extérieur je te promets que tes arguments sont aussi nébuleux que ceux de ta compagne ;)

Ca ne fait que dix mois que vous êtes parents. Vous connaissez la fatigue, les angoisses, les remises en question, la réorganisation de tout un pan de votre vie... Alors c'est juste peut-être un peu prématuré, pour toi.

Peut-être, que tu ne devrais pas être si "catégorique" et attendre. Cela fait du bien parfois de ne pas tout maîtriser, de se laisser porter et lâcher prise.

Petit ou grand c'est fou ce que l’Être Humain a une grande capacité d'adaptation.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Dépassement du consentement non-sexuel

Profil

Noe

le samedi 25 juillet 2020 à 20h32

La bonne question n'est pas de savoir qui a raison. Puisque vos choix respectifs sont estimables autant l'un que l'autre.

La bonne question est de savoir, pourquoi tu refuses l'idée d'un autre enfant? Et à l'occasion, pourquoi en souhaite-t-elle un second?

En ce qui te concerne :

Est-ce seulement pour ne pas répondre à un schéma trop conventionnel à ton goût ?

Ou est-ce parce que tu as assouvi ton désir d'expérimenter la paternité pour ton "évolution personnelle" et qu'à ce titre un enfant unique te suffit amplement?

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Responsabilités du mono dans une relation poly

Profil

Noe

le lundi 30 septembre 2019 à 19h11

Bonjour moef

Je me permets d'intervenir tu parles du Sida, mais il faudrait également songer aux autres IST. Et pour cela le test Elisa est inopérant.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Noe

le lundi 30 septembre 2019 à 18h30

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

Noe

le jeudi 26 septembre 2019 à 18h14

Et merci pour le partage

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

Noe

le jeudi 26 septembre 2019 à 18h10

artichaut


Alors des fois maintenant je dis aussi "Je nous aime". D'abord car c'est +vrai (ce que j'aime c'est souvent notre relation) et ça évite de configurer ce truc injonctif pénible.


C'est amusant, c'est ce que je dis aussi de plus en plus souvent, pour les mêmes raisons

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Noe

le mardi 24 septembre 2019 à 20h04

Mark
S'il y a un.e sexologue dans la salle, je suis preneur d'un avis éclairé.




Message modifié par son auteur hier à 20h.

Je me charge de l'ampoule!

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

Noe

le mardi 24 septembre 2019 à 20h02

Une dernière chose "Je t'aime", que curieusement tout le monde sait dire dans toutes les langues, ne sonne vrai qu'éprouvé sur l'instant, et il ne se conjugue qu'au présent.

Allez je vous aime pour toujours mais juste ce soir :P

Voir dans le contexte

Discussion : Dire je t’aime

Profil

Noe

le mardi 24 septembre 2019 à 18h44

Pensée de Mono (oui! parce que quelqu'un le dira donc autant devancer)

Dire “je t’aime”, c’est dire qu’on tend vers l’autre, qu'on rêve de voir ses bras s'ouvrir... c’est faire une proposition : “on fusionne ?”
Dire "je t'aime" est intrusif : mine de rien, il s’agit moins d’informer l’autre que de lui demander la réciprocité. Autant dire "je te foutrais bien un grand coup d'amour à travers la gueule !"

Pourquoi le dire ? Un véritable amour n’est-il pas sans attente ? Ne faut-il pas respecter l’intégrité de l’aimé(e), éviter de perturber l’Autre avec un affect qui pourrait l’embarrasser, et qui certainement l’affectera ?

Bien sûr ça va mieux en le disant, il faut s’épancher, ne pas garder ça pour soi. Le silence est un venin. Mais faire ainsi de l’aveu la résolution d’un problème personnel, c’est oublier que l’autre aussi est une personne ! Avouer son amour parce qu'il est trop dur à retenir, c'est encore ne penser qu'à soi.

Retenue, la formidable énergie de l’amour fait mal. S'il ne faut pas la contenir, il faut donc la cracher ; la raison qui commande de dire “je t’aime” est presque hygiéniste. Dire son amour à l’autre par intérêt personnel : voilà l’horreur du “je t’aime”. Un ego lacanien réclamerait que l’on donne “ce qu’on n’a pas” à l’autre “qui n’en veut pas”. Allez assumer votre amour après ça ! :-D

Autant se taire ! C’est plus respectueux. Mais pas moins égoïste, puisque l’autre n’est toujours pas pris en compte comme une personne à part entière.

Socrate disait quelque chose comme ça il me semble : je t’aime signifie j’aime ton âme... efforce toi donc d’être le plus beau possible.

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Fluctuation du désir

Profil

Noe

le lundi 23 septembre 2019 à 19h19

bidibidibidi
Je ne parle absolument pas d'égo, ni de le mettre de côté, je ne sais pas pourquoi vous me lisez ainsi.

Je dis juste que la sexualité est quelque chose d'imprévisible. Quand on se met en couple, tout va bien (en général) de ce côté là, mais il est impossible de déterminer à l'avance comment ce sera dans 2, 5 ou 10 ans. Si, après quelques années, un des partenaires ne désire plus l'autre, c'est un fait. Il n'y a pas d'effort à faire ou quoi que ce soit, juste un constat. Je ne pense pas qu'aller voir un psy va changer le désir, on ne désire pas quelque chose parce qu'on doit le désirer et on ne peut se forcer à désirer (et encore moins être forcé à désirer).

Donc si on considère que la libido et la sexualité est une pierre angulaire de notre couple, on se tire une balle dans le pied, parce que le désir et la sexualité ne sont pas des choses sur lesquelles on a un contrôle suffisant pour être certain qu'ils vont rester épanouis dans notre couple. Et les statistiques ont même tendance à indiquer qu'on a plus de chance de gagner en pariant qu'on va perdre notre sexualité et que la libido et le désir vont baisser au fur et à mesure des années.

Il y a autre chose d'important dans la sexualité, c'est que c'est quelque chose de très personnel en constante évolution. C'est pas tant qu'elle évolue, mais le fait que notre connaissance et notre maîtrise de notre sexualité évolue. Ca fait que notre meilleur partenaire sexuel, c'est en général le dernier, car notre sexualité, tout au long de notre vie, ne fait que s'améliorer. La sexualité dans un couple, c'est la rencontre de deux sexualités, qui continueront leur petite vie après coup. On peut interdire à son partenaire de la continuer avec quelqu'un d'autre, mais on ne peut l'obliger à la continuer avec soi.

Donc, GSync, quand tu demandes à ta femme de "faire des efforts", la seule chose qu'elle peut faire c'est accepter la frustration sexuelle. Je ne crois qu'hyper moyennement que son désir pour toi et son envie de sexe avec toi va augmenter sous prétexte qu'elle n'en a plus avec d'autres personnes. Non, la sexualité que vous avez actuellement est la sexualité de votre couple. Comme ça fluctue, ça peut remonter, mais j'irai pas parier des cacahuètes là-dessus.

Donc, au final, c'est pas ton égo que je te conseille de ravaler. C'est juste de refermer le trou et poser la pierre tombale sur ce qu'était votre sexualité et commencer à accepter que ce qu'il reste, c'est votre sexualité. Vous pouvez travailler dessus pour l'améliorer, mais vous en referez certainement pas des étincelles. Pour continuer à développer sa sexualité, ta femme a besoin d'autres partenaires.

Voila le fond de ma pensée. Certainement un poil violente, mais je pense assez réaliste.

On va voir un psy non pour retrouver quelque chose qu'on a perdu mais pour comprendre comment et/ou pourquoi on a pu le perdre. Ça permet d'avancer aussi

Quelles statistiques? Parce que c'est bien beau de dire qu'il y a des statistiques qui corroborent chacun de tes propos, mais je peux t'en donner qui vont certifier le contraire également.

Tu as beau connaitre ta sexualité, te connaitre etc... je vois pas trop en quoi ça fera de ton dernier partenaire un meilleur partenaire, à moins de vouloir absolument le façonner. Du coup c'est triste. Et s'il n'évolue pas à la même vitesse que toi, il sera le pire à défaut d'être le meilleur? (tu l'évalues lui aussi à la fin?)

Donc GSync personne ici ne peut savoir ni prévoir si le désir de ta femme reviendra ou pas. Parce que personne ici n'est dans vos têtes, ni dans votre couple. Propose lui d'aller voir ensemble un sexologue, si cela peut t'aider, l'aider, vous aider.

Voir dans le contexte

Discussion : Polyamoureuse ou Connasse?

Profil

Noe

le dimanche 11 août 2019 à 05h00

Personnellement je pense, que tu devrais parler de tout cela avec la personne concernée : ton compagnon.

La communication : un bon début pour essayer de trouver une/des solutions et gagner en maturité. Non? :-)

Message modifié par son auteur il y a un an.

Voir dans le contexte

Discussion : Le "polyamour" n'est-il pas en fin de compte une escroquerie intellectuelle?

Profil

Noe

le samedi 06 octobre 2018 à 20h51

Ben non! Je suis d'accord avec tout ce que tu as dit

Voir dans le contexte

Discussion : Le "polyamour" n'est-il pas en fin de compte une escroquerie intellectuelle?

Profil

Noe

le samedi 06 octobre 2018 à 19h15

bonheur
Et pour ceux-celles qui ne "sexent" pas (faute volontaire) ? Sincèrement !

Après, faisons un monde uniquement de célibataires (co-parentalité pour ceux-celles qui veulent des enfants) ou l'individu n'a de compte à rendre à personne, et surtout pas à la masse. Comme ça, plus de soucis de possessivité, l'individu n'appartiendra qu'à lui-même. Décourager les engagements et encourager l'indépendance et l'autonomie. Dire "je t'aime" à chaque ressenti amoureux, quelque soit l'âge ou autre critères idiots. Perpétuer des liens parce qu'ils sont heureux et bien vécus.

<3

@Laancelot @Siestacorta

Pour des personnes en train de parler d'Amour, vos remarques sont décidément bien intransigeantes. Ça m'attriste de voir les gens parler d'amour en envoyant des fleurs telles que : «  bullshit », «  Foutaise intégrale, déni de soi et habillage egotico-intellectuel... ».

Allez! Je vous aime aussi...

Voir dans le contexte

Retour au profil


Espace membre

» Options de connexion