Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et secret

Bases
#
Profil

Alygator427

le dimanche 26 avril 2009 à 14h49

Petit problème de conscience,

l'honnêteté est la base du polyamour,
mais comme dans chaque couple, il y a des secrets.

Si un amant/e préfère et veut garder le secret d'une relation par rapport a tout son entourage, sans exception des autres partenaires. Pas dans le but de tromper, ni de blesser mais par envi de garder cette relation 'cachée' par jeu, fantasme, envie de mystère.
Je sais bien qu'il n'existe pas un code.
Mais comment concilier cet aspect sans mentir à/aux autres partenaires ?

#

(compte clôturé)

le dimanche 26 avril 2009 à 14h55

Mentir, ou ne pas dire ce qui ne regarde que toi et l'un ou l'autre ? Ca fait toute la différence, pour moi.

#
Profil

Siestacorta

le dimanche 26 avril 2009 à 15h05

Ca dépend un peu de l'implication du secret... Disons que si tes amants savent que tu as un secret, mais que tu ne veux pas en parler, ça peut sans doute passer.

Sinon, l'explication "par jeu" pourra p-ê valoir après coup... selon la confiance que tu as en ceux à qui tu as caché la chose.

#
Profil

Dreltak

le dimanche 26 avril 2009 à 17h16

@Siestacorta:
Mais dire qu'on a un secret a quelqu'un, c'est en partie le dévoiler, nan?

@Clementine:
Non, ça n'en fait certainement pas un mensonge.... Mais si je préférais être au courant quand elle à d'autres relations (sans rentrer dans les détails, ^^), c'est grave docteur?

#

(compte clôturé)

le dimanche 26 avril 2009 à 17h22

Ah ben je ne trouve pas, je pense que c'est même l'équilibre parfait.

#
Profil

Nina-M

le dimanche 26 avril 2009 à 17h48

Si avec votre partenaire, vous êtes dans un "système" polyamoureux, chacun de vous sait que l'autre peut être amener à avoir d'autres relations. C'est dit et ok pour chacun.
Dans ce cas, je ne sais pas s'il est nécessaire d'informer l'autre de chacune des nouvelles relations qu'il débute. Sauf si bien entendu, cette nouvelle relation prend plus de place dans l'emploi du temps ou dans la tête.
Dans ma relation, il devient primordial de dire les choses à partir du moment où une autre relation a une conséquence sur la première.

#
Profil

LuLutine

le dimanche 26 avril 2009 à 22h56

Je pense que chaque relation polyamoureuse a ses propres règles (et deux relations différentes impliquant la même personne peuvent avoir des règles différentes).

Entre mon ami et moi, il n'est pas question d'entamer une relation sans en parler à l'autre. Mais c'est notre règle propre (et qui évoluera peut-être, qui sait).

Dans d'autres relations, l'un n'a pas de comptes à rendre à l'autre et peut très bien se contenter de refuser une invitation par "Désolé(e), je ne suis pas libre ce soir", sans avoir d'autre explication à fournir...même si c'est pour aller à un rendez-vous avec un(e) autre amant(e), dont l'existence n'a pas été révélée.

D'ailleurs, il y a même des polyamoureux qui disent à leurs relations : "Tu peux voir qui tu veux, mais je n'ai pas envie de le savoir, je ne veux même pas connaître leur existence".

En résumé, dans chaque relation il faut trouver un compromis qui convient le mieux possible à tous les partenaires impliqués (je dis tous parce qu'il y a aussi les relations à 3 ou plus.... ;-)).
Discussion, dialogue, communication...sont nécessaires encore plus que dans les couples monogames. Et oui, ça n'est pas de tout repos d'être polyamoureux !

#

(compte clôturé)

le lundi 27 avril 2009 à 05h33

C'est peut-être ça le truc le plus difficile? Si vous aviez l'habitude de communiquer sur vos indisponibilités et vos absences d'une manière très détaillée, de commencer à ne parler que de ce qui regarde la relation elle-même... à part, évidemment, le moment où comme le dit Nina-M quelque part, une des relations a une influence sur l'autre, foncièrement.

J'ai vécu ça comme le passage à un stade de communication où j'ai appris à ne rien dire qui charge inutilement la relation, une forme de respect. Ca change d'une personne à l'autre, et pour s'y retrouver, un bon repère, c'est quand on commence à ressentir de l'inconfort, de se demander pourquoi d'abord au lieu d'aller inonder la relation avec des backwashes de l'autre relation. Et tant que les raisons ne sont pas claires, de s'abstenir (il y a des cas d'urgence, c'est vrai!). Si je ne peux pas clarifier les raisons, je demande à un pote ou une pote douée pour me faire accoucher de m'aider. J'entends par doué, quelqu'un qui saura se mettre lui-même de côté un moment avec ses idées sur la question, et me faire trouver moi-même ce qui cloche.

#
Profil

titane

le lundi 27 avril 2009 à 12h42

Je partage beaucoup la sensibilité de Clémentine là dessus...

Voilà une petite réflexion au sujet du mensonge: le mensongesuppose la confiance même qu'il viole. Avant de pouvoir mentir il faut établir une confiance. La cerner et la délimiter.

Une confiance peut s'appuyer sur le "je te fais confiance pour que tu me dises tout"... si je ne dis pas tout je mens !

mais il peut avoir: "je te fais confiance pour ne PAS tout me dire"... ainsi je pas dire la vérité n'est plus un mensonge!! troublant hein?

Le premier "montage" est plus confortale que l'autre... et parfois même plus "égoïste": je te dis tout comme ça je "libère ma conscience", et à toi de faire avec! Ainsi je suis dans un confort bien égoïste.

par contre dans le second cas, celui qui doit cacher reste dans un incomfort certain ! Faut jouer fin parfois... ce serait bien plus simple, pour moi, si il ou elle pouvait tout accepter sans souffrir !

Très difficile d'injecter une morale absolue là dedans... une éthique personnelle, reste personnelle... on ne peut l'imposer... mais celui qui ne veut pas savoir semble imposer la sienne ! tout comme celui qui veut tout dire ! ou meêm celle qui veut tout savoir... j'ai quand même le droit de ne pas tout dire même si elle veut tout savoir !

Pas simple ce débat... juste un dialogue...

Je crois que la confiance N'EST pas un contrat... la confiance serait de laisser l'autre dire ou ne pas dire... même si je "peux" tout savoir, j'en n'ai pas vraiment "besoin"... je t'aime c'est tout, et je t'aime là ici et maintenant ...

bises

#

(compte clôturé)

le lundi 27 avril 2009 à 12h54

Idéalement, une relation amoureuse se soucie tout autant du confort du partenaire que du sien propre.
Pourquoi ne pas lui demander aussi ce qu'il souhaite avoir, ne pas savoir... L'exercice peut être extrêmement intéressant, pour le travail d'équilibre de la relation que ça suppose. Quelquefois, il permet même de comprendre "jusqu'où on ne peut pas aller trop loin".
La limite peut changer beaucoup, en plus, de hier à aujourd'hui, à cause d'autres événements, internes, externes, multi-couches.

Ce que je trouve tiltant dans l'exercice, c'est que ça suppose une vigilance forte, une réelle attention à la relation, sur les points flottants. Ce qui finalement, peut s'appeler, pan, osons le mot, de l'amour.
Et sortie de son petit problème perso (j'ai besoin de lui dire, de lui dire comme ceci ou comme cela).

Avec temps de repos, hein, quand même on n'est pas des boeufs, et on a d'autres obligations, s'pas (ah je vous laisse mon patron m'appelle...ou au choix, oups, bébé braille, je vais aller voir)

#
Profil

titane

le lundi 27 avril 2009 à 13h07

bravo !

#

(compte clôturé)

le lundi 27 avril 2009 à 13h21

Titane: je me méfie des gens qui sont autant d'accord avec moi, a priori (quelle chieuse, hein), mais je voudrais bien entamer une correspondance privée avec tézigues. Y'a moyen?

#
Profil

Dreltak

le dimanche 03 mai 2009 à 11h27

"Le premier "montage" est plus confortale que l'autre... et parfois même plus "égoïste": je te dis tout comme ça je "libère ma conscience", et à toi de faire avec! Ainsi je suis dans un confort bien égoïste. "

ça peut être aussi confortable pour l'autre (c'est mon cas). Je te fait confiance pour (a peut près) tout me dire afin d'apaiser certains de mes démons intérieurs (espèce de poète va!).

C'est rassurant de se dire que si ça se passe mal, qu'il y a un soucie "d'empietement" (j'trouve pas d'autre mots) entre deux des partenaires, ou que sais-je, il est possible d'en parler sans tabou.

C'est peut être la solution pour combattre certaines choses chez les couples libres récent.

"même si je "peux" tout savoir, j'en n'ai pas vraiment "besoin"... je t'aime c'est tout, et je t'aime là ici et maintenant ... "

même si j'en ai pas vraiment besoin, j'suis aussi un vilain curieux, victime du démon du jeu de l'amour et du hasard et des imbroglio a n'en plus finir (comme tu le disais titane: "Faut jouer fin parfois... "). Plutôt que tout ce meli-melo et ces non-dit justement, autant se dire les choses... non?

La confiance se construit plus solidement dans la sérénité.

#
Profil

Alygator427

le dimanche 03 mai 2009 à 13h16

Si l'un souhaite savoir et l'autre garder secret, c'est déjà plus compliquer et me met dans une situation ou l'un va forcement m'en vouloir,
Même si a présent le secret est (partiellement) dévoilé !!
Vu que j'en parle ici ^^

Dans mon cas, je peu tout dire à l'un quand je ne peu pas à l'autre (ne sachant pas comment cette relation va évoluer) .
Et entourer de personnes susceptibles (pas forcement pris dans le sens négatif, je le suis aussi) et émotives c'est encore moins évident.

Mais de façon plus générale,
Comment concilier deux règles opposées de deux amant(e)s sans blesser ni l'un ni l'(es) autre(s) ??
Ou que l'un(e) veut rencontrer ou même juste parler, dialoguer quand l'autre est farouchement contre ?

#
Profil

lutevain

le dimanche 03 mai 2009 à 17h38

Notre pacte est clair, elle peut rencontrer qui elle désire, je souhaite simplement le savoir avant, le détail est ensuite une affaire privée entre elle et l'autre… si elle a envie d'en parler je suis toujours à son écoute, mais aucune obligation.

#
Profil

titane

le mardi 05 mai 2009 à 12h10

Dreltak et Lutevain, j'aimerais vous poser la question suivante:

Quest-ce qui vous pousse à "savoir"? et pourquoi "justifier" cette quête?... deux questions différentes.

Que vient faire le "savoir" dans une relation amoureuse ? "Qui" veut savoir ? et pour quoi?

J'ai du mal avec cela. Je ne ressens pas du tout le besoin ni l'envie de savoir et je me demande si je suis "normal"... j'aime aimer l'autre, les autres, lorsque je suis avec eux (physiquement, à distance ou en pensées)... le "reste" ne me concerne pas ou ne concerne ni ma vie ni ma relation avec eux...

Je me méfie de la "simple curiosité"... jamais neutre pour moi et souvent "malsaine"... mais là je fais un procès d'intention je le reconnaîs...

Aimer sans avoir "besoin" ou encore mieux "envie" de savoir... qu'est-ce que c'est bon !!! ce qui ne m'empêche pas d'écouter lorsqu'on me raconte... au contraire même! j'écoute avec plus de "neutralité"; j'écoute l'autre sans "rechercher" ce que JE veux savoir... j'ai l'impression de mieux l'accueillir...

Voilà c'est tout...

#
Profil

lutevain

le mardi 05 mai 2009 à 12h37

Pour moi savoir veut seulement dire qu'elle doit m'en avertir avant, pour des raisons qui tiennent tout autant à l'organisation de notre vie de couple (car nous sommes avant tout UN COUPLE), qu'au sentiment de compersion. Je ne veux pas être à l'écart de ses instants de bonheur, c'est notre règle consentie.

#
Profil

Dreltak

le mardi 05 mai 2009 à 13h56

"Quest-ce qui vous pousse à "savoir"? et pourquoi "justifier" cette quête?... deux questions différentes. "

Pour calmer mon naturel angoissé et une certaine curiosité non dénué de compersion pour rejoindre lutevain (voir aussi non dénué aussi d'autres choses, mais c'est un autre sujet)

Après, j'ai pas forcement "besoin" ni "envie" de TOUT (vous me suivez j'espere) savoir, car:
- Je n'en ressent tout simplement pas le besoin
- Je connais les limites à ce qu'elle serra capable de me dire et ce que je serai capable d'entendre (deux facteurs qui peuvent très bien changé en cours de route).

<<nous ne somme humain que dans le regard des autres>>, donc je justifie dans le sens ou j'explique ce que je suis....

"Que vient faire le "savoir" dans une relation amoureuse ? "Qui" veut savoir ? et pour quoi? "

Et l'amour du savoir, qu'en fait tu? Savoir que tout va bien pour elle est une des base du sentiment de compersion si j'ai bien compris. Ce qui n'est pas contradictoire avec ce que j'ai dit plus haut. Je veut dire que je peut très bien avoir avantage(s) a savoir tout en étant éprouvant des sentiments envers elle a la vue de son bonheur (je sais pas si j'que j'raconte est bien clair)

"Aimer sans avoir "besoin" ou encore mieux "envie" de savoir... qu'est-ce que c'est bon !!! ce qui ne m'empêche pas d'écouter lorsqu'on me raconte... au contraire même! j'écoute avec plus de "neutralité"; j'écoute l'autre sans "rechercher" ce que JE veux savoir... j'ai l'impression de mieux l'accueillir... "

Comme tu le voit, nos sources de bonheur sont différentes. Rien d'anormal ni d'immoral la dedans. J'ai juste une confiance "limité" (pour faire soft) envers la notion de "neutralité", qui représente une abstraction de soit trop importante pour ne pas susciter la méfiance de l'anar individualiste qui fait partie de moi*

*on a tous du noir dans notre drapeau rouge comme disait j'sais pus qui, mais on va encore me traiter de syndicaliste ;p blblblbl

#

(compte clôturé)

le mardi 05 mai 2009 à 14h15

Des fois, dans "savoir", il y a "contrôle". Et au pôle opposé, "secret" signifie parfois "jeu consenti", "piment"...

Va sawouâr. Mince, le revoilà, celui-là.

#
Profil

lutevain

le mardi 05 mai 2009 à 14h26

Savoir ne veut pas dire "tout" savoir", mais pour nous c'est la base de la transparence revendiquée. Et quand il y a couple c'est aussi le moyen de ne pas se faire de soucis pour l'autre, pour un retard imprévu, voire de pouvoir organiser son propre emploi du temps… sans plus de curiosité…

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion