Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Dieu est polyamour

Culture
#

prière (invité)

le dimanche 02 décembre 2018 à 11h33

Pouvez-vous comprendre cela les polyamours que Dieu est polyamour?

#
Profil

bonheur

le dimanche 02 décembre 2018 à 14h23

J'ai passé des heures à exprimer l'un de mes amours (on s'aimait, c'était clair) que la religion n'entrait pas en opposition avec le fait d'aimer plusieurs humains... mais apparemment, les principes et les fondements religieux disent et surtout inculquent le contraire.

Je ne lui en veux pas. J'espère qu'il ne m'en veut pas non plus.

Mon expérience montre au contraire une totale incompatibilité dans les faits. Il faut dire que la religion s'inculque par les sentiments négatifs et le premier d'entre eux est la culpabilité.

Le fait est que j'adore le texte de la bible : le cantique des cantiques.

Une fois j'ai assisté via OVS à un atelier consistant à représenter l'amour (dans lequel j'avais intégré à l'époque la famille et l'amour universel... je ne pense pas aujourd'hui donner la même illustration). L'un des participants, très croyant avait voulu compter le nombre de fois où la bible indiquait le mot amour ou aimer... et bien il en avait conclu que la bible n'était pas un assemblage de textes en lien avec l'amour.

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

bonheur

le dimanche 02 décembre 2018 à 14h54

J'invite à lire "dépasser nos émotions désagréables (quelques réflexions sur la colère, la honte, la jalousie, la timidité...)" écrit par le père Christophe Grzywocz qui enseigne la théologie de la spiritualité en Pologne. Il collabore avec un centre de retraites à Cracovie où il donne des sessions de formation. (ISBN 9 782840 244042) pour 12,50€ aux éditions des béatitudes - mai 2011

Quatrième de couverture : "Les sentiments font partie intégrante de notre existence. Ils expriment nos émotions, nos impressions, nos sensations, stimulent notre réflexion et notre volonté et provoquent nos réactions. Parfois, ils accentuent nos désirs et motivent nos actions, à d'autres moments, il provoquent une résistance et nous font renoncer à agir.

Il y a en nous des sentiments que nous ne parvenons ni à aimer ni à accepter. Il en est d'autres que nous cachons, ou même que nous essayons de refouler et qui peuvent devenir des ennemis. Nous prêts d'emblée à les juger "mauvais".

Pourtant, aucun sentiment qui naît en nous n'est en lui-même bon ou mauvais. Même les plus nobles ne décident pas de notre sainteté et les plus désagréables ne remettent pas notre morale en question. Tous peuvent devenir précieux dans notre développement psychique, moral et spirituel. C'est ce que montre ce petit livre qui veut aider chacun à prêter une attention positive aux sentiments qui l'habitent, à en devenir responsable et à s'en servir comme levier pour progresser tant au niveau humain que spirituel de sa vie."

Je cite des passages, en espérant ne pas le sortir de son contexte (ça fait tellement longtemps que je n'ai lu ce livre, mais je l'avais entouré, bien que je n'aime pas "gribouiller" les livres :
"Soulignons la thèse la plus importante soulignée jusqu'ici : le sentiment amoureux peut être satisfait - et dans un lien exclusif, et sans lien exclusif. C'est un sentiment dramatique, comme tout sentiment, qu'on peut bien vivre bien ou détruire. On peut le vivre dans une relation exclusive et le réaliser tout aussi bien sans ce lien exclusif.
...
Ceux qui ne sont jamais tombés amoureux peuvent souvent être froids, austères, renfermés, voir psychopathes. Ils peuvent être à ce point imperméables qu'aucun ange des sentiments n'en viendrait à bout. Ce prêtre ne sera jamais amoureux et il s'en vante, mais ces paroissiens souffrent d'avoir un tel pasteur.
Le sentiment amoureux est une grâce particulière dans la vie des personnes consacrées, grâce pour laquelle il faut remercier Dieu, tout en le priant de pouvoir bien la vivre et d'avoir un bon directeur spirituel qui aidera à surmonter paisiblement l'expérience. Le prêtre ou la religieuse qui a bien vécu un sentiment amoureux, qui n'a pas fui dans l'isolement ou dans une aventure, qui vit cette expérience comme une ouverture à l'amour, à l'autre, devient plus doux, plus tendre, quitte son masque de fonctionnaire austère ; ...
...
L'amour est le courage de recevoir et de donner. Malheur à celui qui porte atteinte à cet équilibre. Le sentiment amoureux le prend alors en pitié et lui montre toute la naïveté de ses principes. Moi aussi, j'ai besoin d'intimité, de compliments, de sollicitude et de tendresse. J'en aurai besoin jusqu'à la fin de ma vie.
...
Pourquoi faudrait-il "toujours" se punir d'être tombé amoureux ?
..."

Message modifié par son auteur il y a 10 jours.

#
Profil

bonheur

le dimanche 02 décembre 2018 à 15h08

Je crois que oui. Ca rejoint le polyamour que de dire que l'on peut "aimer" Dieu (tant que l'on ne m'oblige pas) et aimer DES humains.

Je ne pense pas que la religion soit anti-amour(s) humains. D'ailleurs.

Un autre passage en lien avec certaines de nos discussions ici. Je cite donc encore :
"La question qu'il convient de poser ici est la suivante : "faut-il parler de son sentiment à la personne dont on est amoureux ?" Un prêtre ou une religieuse, un mari ou quelqu'un d'autre, qui ne peut envisager une union stable et qui pourtant tombe amoureux, doit-il(elle) le dire à la personne concernée ?
Il faut discerner. Je le répète, je ne suis pas partisan des thèses prétendant qu'il faut toujours ou jamais le dire. Peut-être. La personne concernée a peut-être le droit de savoir. Un tel aveu pourrait la valoriser : "quelqu'un est capable de tomber amoureux de moi, je ne suis donc pas si nul..." Le chemin menant d'un sentiment amoureux à une aventure est long...
...
Une relation de simple échange ou d'amitié avec la personne dont on tombe amoureux est très difficile et exige une grande maturité des deux côtés. C'est probablement une des formes de l'amour les plus difficiles qui existent sur terre. C'est un certain paradoxe car dans le sentiment amoureux, on tient très souvent à dire à l'autre : "je t'aime" ; cependant, à cette étape, c'est le moment le moins opportun. Le plus difficile est d'aimer l'homme ou la femme dont on est amoureux et avec lequel-laquelle on ne peut pas former de lien exclusif. C'est le plus difficile des amours...."

#
Profil

bonheur

le dimanche 02 décembre 2018 à 15h15

Tout ça pour indiquer que certains hommes d'église sincère reconnaissent que l'amour existe sans exclusivité et qu'il ne se vit pas facilement.

Ils voient l'amour entre humains comme un bienfait individuel et une ouverture sur les autres.

Voici la table des matières :
Avant propos (p 7)
Vie spirituelle et sentiments (p11)
La jalousie (p 31)
L'amour insatisfait (p 51)
L'agressivité (p 79)
La pudeur (p 95)
Le vide et la fragilité (p 117)

Perso, à part le chapitre sur la pudeur, qui se veut à l'extrême (personne n'est parfait), j'ai apprécié le discours de cet auteur, bien qu'homme d'église.

D'ailleurs, dans un passage qui m'avait marqué, il explique que sa chambre est modeste mais toutefois raisonnable et que s'il devait y faire entrer toutes les femmes dont il était tombé amoureux au cours de sa vie, elle serait trop petite. J'avais adoré :-D (+)

#
Profil

Lutinbimarie

le mardi 04 décembre 2018 à 16h14

Je reprend souvent la prière de saint FA en demandant à celui qui m'a fait confiance en m'offrant la vie,(que les chrétiens appel Dieu ou Seigneur)

Créateur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

Amour, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
(c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.) valable pour les croyants

Je me dit qu'il était un vrai polyAmoureux de la vie sur terre...

#
Profil

bonheur

le mardi 04 décembre 2018 à 17h05

Le respect de la condition humaine et le bien être n'est pas affaire de religion. Mais oui, je suppose que dans ce milieu il existe des personnes respectueuses et bienfaisantes. Moi je garde un mauvais souvenir, mais ce n'est que moi !

#
Profil

pkd

le mardi 04 décembre 2018 à 17h44

Encore un troll...

#

prière (invité)

le mercredi 05 décembre 2018 à 09h12

loin de tout prosélytisme plus dans la tolérance , je ne suis pas un troll!

#
Profil

bonheur

le mercredi 05 décembre 2018 à 10h29

Prière, as-tu pris connaissance de la rubrique Poly-Quoi ? ?

N'as tu aucune réaction suivant les extraits que j'ai cité ?

Qu'est-ce qui t'amène ici ? L'humain ?

#

prière (invité)

le mercredi 05 décembre 2018 à 10h50

Je vous repose la même question , je pense que Dieu (sans parler de religion) dispose de plusieurs formes d'amour véritable ! je ne sais pas si vous avez cette tolérance !

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 05 décembre 2018 à 11h29

Dieu, sans parler de religion, ne possède pas grand chose. Un dieu avec des formes d'amour, c'est un dieu chrétien, je suppose. Je suis pas spécialiste en religion, donc je ne connais pas les "autres" dieux.
Le polyamour, c'est le fait d'aimer sentimentalement plusieurs personnes à la fois. Alors, le dieu chrétien est profondément anthropomorphe, mais il n'a pas de relations sentimentales à proprement parler. Donc le concept de polyamour me paraît assez incompatible avec le concept de dieu tel que les chrétiens le voient.
Je crains que, pour quiconque un tant soit peu terre à terre, ce ne soit pas un débat. Dieu et le polyamour ont assez peu en commun.

Après, si on parle de Zeus et le polyamour, le débat devient beaucoup plus intéressant. Zeus, polyamoureux ou queutard ?

#

prière (invité)

le mercredi 05 décembre 2018 à 11h56

Dieu aime sentimentalement plusieurs personnes à la fois!Dieu existe bien avant la religion qui est une institution.Comment pouvez vous aimer ,l'amour vrai ?
Quand à la dimension sexuelle , il existe plein de forme de reproduction asexuée dans la nature et il est possible que cette dimension de l'humanité puisse aussi évoluer !

#
Profil

alinea7

le mercredi 05 décembre 2018 à 12h34

prière
Dieu aime sentimentalement plusieurs personnes à la fois!Dieu existe bien avant la religion qui est une institution.Comment pouvez vous aimer ,l'amour vrai ?

Quand à la dimension sexuelle , il existe plein de forme de reproduction asexuée dans la nature et il est possible que cette dimension de l'humanité puisse aussi évoluer !

Je sais : don't feed the troll.

Mais, en bout de ligne, pourquoi ce débat ?
Je n'y vois que deux motifs possibles (merci de m'éclairer si vous en voyez un autre) : tourner les croyants vers le polyamour, ou tourner les polyamoureux vers Dieu.

La première option je dirais ma foi (puisqu'on en est là), ça s'essaie, ils seront peut-être pas plus malheureux dans la moyenne, certains s'en trouveront mieux d'autres non, c'est sûr qu'ici il y aura peut-être un écho pour cette démarche. Mais je n'y crois pas beaucoup.
La seconde option ? Vraiment !? Est-ce que l'Église est à ce point en manque de croyants qu'elle a besoin de faire des parallèles tarabiscotés entre le polyamour et l'Amour ? Le souci avec cette démarche c'est qu'elle consiste à se rapprocher de personnes qui ont remis en question pas mal de dogmes pour se trouver. Or les religions comme dogme ça se pose là.

Je distingue bien la foi de la religion. Pour ce qui est de faire adhérer des gens qui raisonnent à la religion, bonne chance. Pour ce qui est de la foi, ça ne se raisonne pas, il me semble. Donc je ne vois pas comment négocier la croyance de polyamoureux sur la base que Dieu aime tout le monde.
Je dirais donc : bonne chance. ^^

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

bonheur

le mercredi 05 décembre 2018 à 14h48

En bonne partisane du "en même temps", je pense qu'une forme de croyance peut être compatible avec la philosophie poly, le tout dans une volonté d'ouverture réelle.

Moi je pense que l'on est plus qu'un corps et des neurones... connexions nerveuses... Je crois en l'âme, l'esprit... Mais bon, à mes yeux, ce n'est certainement pas l'oeuvre de quiconque, sauf de dame nature, dans sa grande évolution, diversité et universalité. Je crois aussi aux champs morphiques, aux prémonitions et à un certains nombres de facteurs non expliqués (et dont l'explication m'importe peu). En cela, la création plus présente et plus respectueuse de lien (et pas qu'avec l'humain, mais tout l'univers) me parle, résonne en moi... par contre, tous les discours "religieux", sauf au cas par cas et encore (vu que c'est de la création humaine), me parlent peu et ne résonnent. pas en moi, mais alors pas du tout. Mes citations ci-dessus sont pour moi de l'ordre de l'exception : une conciliation de l'amour humain, de l'amour universel et de la foi (puisque l'auteur l'a).

Dans ce cadre, les extra-terrestres, les formes de vies semblables ou non à celle de la Terre, ça j'en suis persuadée, elles existent.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 05 décembre 2018 à 15h05

La religion est en général un domaine dont on ne peut parler.
Déjà, des gens avec des vraies connaissances en théologie, il y en a extrêmement peu.
Ensuite, il y a toujours la rencontre entre la connaissance et la croyance. Beaucoup de gens estiment avoir droit à la parole dans un débat de fond parce qu'ils sont croyants. Autant ça ne leur viendrait pas à l'idée de participer à un débat sur les mathématiques sous prétexte qu'ils utilisent une calculatrice, autant, quand on parle religion, plein de monde y va de son point de vue.
Et pour finir, la grande majorité des gens qui s'intéressent à la théologie sont eux-même croyants et donc souvent pas objectif.

Enfin, tout ça pour dire que, à mes yeux, ce sujet ne peut absolument rien donner.

#
Profil

bonheur

le mercredi 05 décembre 2018 à 15h27

bidi... je t'invite à lire le livre que j'ai cité dans ce fil de discussion.

bidi...
La religion est en général un domaine dont on ne peut parler.

C'est une réalité que justement, l'auteur dénonce et à grand coup de gueule. Ces propos lui ont d'ailleurs valu des "désagréments" et il les assume... Moi j'aime les gens qui révèlent et qui assument. Je trouve cela sain comme comportement.

bidi...
Déjà, des gens avec des vraies connaissances en théologie, il y en a extrêmement peu.

Je suppose justement qu'un enseignant et conférencier reconnu, a de vraies connaissances.

bidi...
Ensuite, il y a toujours la rencontre entre la connaissance et la croyance

Tout à fait, l'auteur l'exprime également.
L'auteur rajoute même, puisque c'est l'objet du livre, les émotions humaines.

bidi...
Et pour finir, la grande majorité des gens qui s'intéressent à la théologie sont eux-même croyants et donc souvent pas objectif.

C'est en cela que cet auteur, peut-être unique en son genre (donc hors normes dans son milieu... ça vous parle je suppose), diverge. Il ne me donne pas foi en la religion, mais il me donne foi en l'humain qui est présent en lui.

bidi...
Enfin, tout ça pour dire que, à mes yeux, ce sujet ne peut absolument rien donner.

Si l'on reste dans une posture de non ouverture, tout à fait. Je crois qu'il y a du bon parmi les personnes croyantes, même si celles-ci doivent malheureusement se rallier à un discours tout fait pour exister, sauf avancer à contre-courant. Ca me rappelle les poly et leur intégration dans notre société. Non ?

Rien que pour tout ça, je suis admirative ! (pas de "prière", qui a posé le débat mais ne peut le faire évoluer, pour toutes les raisons évoquées si justement par bidi...)

Je considère ce fil de discussion comme intéressant et pouvant amener de la discussion intelligente

Message modifié par son auteur il y a 7 jours.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 05 décembre 2018 à 16h04

Salut Bonheur.

On s'est mal compris. Moi, je parlais de la discussion. Je dis pas que les livres de théologie sont inintéressants ou inutiles. Juste que sur ce fil, je vois pas où on va aller. Alors, il peut dériver (ce serait pas le premier), mais je continue à penser qu'on ne répondra pas à la question de l'auteur originel. Quant à l'auteur de ton livre, si tu arrives à l'amener ici, je le lirai avec plaisir ;-)
Sinon, j'avoue, je suis assez opposé aux religions. Ce sont pour moi des organisations politiques. Principalement, elles sont là pour convertir et diffuser leurs croyances. J'ai du mal à voir ça positivement. Ca rend mes propos plutôt expéditifs et désagréables, comme je sais l'être parfois :-)

#
Profil

Toinou

le mercredi 05 décembre 2018 à 16h13

Aaaah la religion mon sujet de conversation préféré après la politique (oui je sais je suis spécial)

prière
Dieu aime sentimentalement plusieurs personnes à la fois!Dieu existe bien avant la religion qui est une institution.Comment pouvez vous aimer ,l'amour vrai ?

Plusieurs point pour te contredire sur cette simple phrase, mais je vais me contenté du coeur du sujet ici :
Le dieu d'Abraham n'est pas un dieu polyamoureux ! Et cela pour une bonne et simple raison qui est écrit dans les livres saint correspondant :

Deutéronome 4
"Veillez sur vous, afin de ne point mettre en oubli l'alliance que l'Eternel, votre Dieu, a traitée avec vous, et de ne point vous faire d'image taillée, de représentation quelconque, que l'Eternel, ton Dieu, t'ait défendue. Car l'Eternel, ton Dieu, est un feu dévorant, un Dieu jaloux. Lorsque tu auras des enfants, et des enfants de tes enfants, et que vous serez depuis longtemps dans le pays, si vous vous corrompez, si vous faites des images taillées, des représentations de quoi que ce soit, si vous faites ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, votre Dieu, pour l'irriter"

Deutéronome 6-15
"car l'Eternel, ton Dieu, est un Dieu jaloux au milieu de toi. La colère de l'Eternel, ton Dieu, s'enflammerait contre toi, et il t'exterminerait de dessus la terre."

Deutéronome 32
"Israël est devenu gras, et il a regimbé; Tu es devenu gras, épais et replet! -Et il a abandonné Dieu, son créateur, Il a méprisé le rocher de son salut, Ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, Ils l'ont irrité par des abominations; Ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas Dieu, A des dieux qu'ils ne connaissaient point, Nouveaux, venus depuis peu, Et que vos pères n'avaient pas craints"

Et il y en a d'autre comme ça, mais c'est vraiment dans le Deutéronome, que c'est le plus clair.
Par conséquent le dieu d'Abraham, n'est pas ici dépeins comme un dieu polyamoureux, mais tout au mieux comme un dieu polygame. En effet si lui aime plusieurs personnes, il n'accepte pas que ces dernier en aime d'autre que lui même.
Pire même il y est décrit comme jaloux, possessif et violent puisqu'il menace de destruction (ce qu'il fera d'ailleurs avec le peuple de Moïse et l'épisode du veau d'or.

Pour ma part, la lecture des livres saint m'a donné plus le sentiment que le dieu d'Abraham était un mari possessif, abusif, caractériel et jaloux que polyamoureux. Je dirais même qu'il répond bien à la définition donnée du pervers narcissique.

prière
Quand à la dimension sexuelle , il existe plein de forme de reproduction asexuée dans la nature et il est possible que cette dimension de l'humanité puisse aussi évoluer !

évoluer ? Quand bien même on mettrait de coté le fait que la reproduction sexué est un avantage évolutif et que le retour en arrière vers une reproduction asexuée est si ce n'est impossible, infiniment improbable, je suis étonné que tu parles d'évolution vu que dieu est sensé avoir créé le monde parfais, donc pas d'évolution possible dans ce cas.

#
Profil

bidibidibidi

le mercredi 05 décembre 2018 à 16h21

Coucou Toinou,

Qu'est-ce-qui t'a amené à aimer parler religion (et politique) ?

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion