Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je t'aime... je te quitte...

#
Profil

Siestacorta

le mercredi 16 juillet 2014 à 13h39

Coucou.
Bienvenue.
Tu écris d'un téléphone, là, non ? Si c'est le cas et que tu as des questions à poser, je te conseille de passer au clavier quand tu voudras discuter "longuement" !
Sinon, si tu veux poser des questions ou raconter ta situation, tu crées un nouveau sujet pour ça. A la suite de réponses à propos d'un autre sujet, tu risques de pas être vu/ compris.

A tantôt !

#

(compte clôturé)

le mercredi 16 juillet 2014 à 15h06

Coucou Titi,
Ca ne me gène pas que tu te sois présenté ici, entre dijonnais :-) !!!
Que souhaites tu savoir ? Consulte tes spams... à bientôt peut être... pourquoi pas un apéro sur Dijon ou si tu as un véhicule, à la maison... :-D

Question fonctionnement : tu peux me joindre en privé en cliquant sur mon pseudo puis sur envoyé un message. Tu y découvriras aussi ma présentation <3 .

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 29 juillet 2014 à 12h43

gcd68
Je vois que non, je ne me fais pas du tout comprendre :-( . J'abandonne :-/ C'est pas grave.

Je pense comprendre. C'est toujours une question d'équilibre, mais pas seulement personnel, parce qu'une relation n'en remplace pas (forcément) une autre. C'est pas parce qu'un parent n'a pas assez de nouvelles à son goût d'un de ses enfants que sa relation avec ses autres enfants lui suffira pour se dire "tant pis pour la relation avec celui-là". C'est pareil avec les amours, et ce n'est pas seulement dû au temps passé ensemble, mais plus à la correspondance et l'affinité avec cette personnalité en particulier.

Alors oui, comment se passer de quelqu'un qui est ET représente tant de choses pour soi? Accepter qu'il/elle compte beaucoup pour soi alors que ce n'est pas réciproque, c'est dur aussi, mais on peut apprendre à vivre avec. Mais vivre avec cette absence et cette peur qu'elle devienne définitive, qu'elle devienne une relation morte constituée plus que de souvenirs à ruminer...? c'est une tristesse qui accompagne au quotidien et qui ne s'éteint pas, parce que ça touche bien plus que cette unique relation/perte/personne, c'est sa vie qui est entâchée de ce vide et toutes les autres relations sont conditionnées par cette question: et si cette personne devenait aussi importante, puis disparaissait?

#
Profil

Drya

le mardi 29 juillet 2014 à 12h59

...alors "je t'aime... je te quitte"? j'ai essayé, pour essayer de retrouver un équilibre face à ce vide, prendre l'initiative du départ pour ne pas/plus le subir.... Finalement, ça change un petit quelquechose, peut-être même que ça va provoquer une réaction, mais sinon ça reste un leurre, car le vide demeure, et en plus on se sent coupable de lui avoir donné un caractère définitif.
Parfois on finit naturellement par se lasser d'attendre que ce vide se comble et on finit par en vouloir suffisamment à l'autre pour se dire que finalement il/elle ne nous mérite pas.

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 juillet 2014 à 13h38

Drya
Parfois on finit naturellement par se lasser d'attendre que ce vide se comble et on finit par en vouloir suffisamment à l'autre pour se dire que finalement il/elle ne nous mérite pas.

La derniéree formulation est contestable, mérite un débat à elle seule, justement sur "le mérite"...
Je reformulerai car je suis d'accord sur le fond:
" lasser d'attendre que ce vide se comble et on finit par en vouloir suffisamment à l'autre pour se dire que finalement on décide de ne plus aimer cette personne"
Finalement je pense qu'à un moment, aprés la rencontre on décide d'aimer tel personne, puis, pour une raison ou une autre on décide de ne plus aimer, chérir cette personne.

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 29 juillet 2014 à 13h53

bodhicitta
mérite un débat à elle seule, justement sur "le mérite"...

Bien vu (+)

bodhicitta

" ...finalement on décide de ne plus aimer cette personne"

Oui mais... il n'est pas forcément évident d'imposer cette décision sur soi :-)
Et de toute façon, est-ce que l'amour est ainsi binaire ?

Je propose alors une rereformulation :
"... en vouloir suffisamment que le sentiment amoureux s’amoindrit et s'épuise, et puis à un certain moment on se rend compte que l'on n'aime plus cette personne."

C'est une fin plutôt triste, mais réelle...

Message modifié par son auteur il y a 5 ans.

#
Profil

Leolu

le mardi 29 juillet 2014 à 14h50

bodhicitta
Finalement je pense qu'à un moment, après la rencontre on décide d'aimer telle personne, puis, pour une raison ou une autre on décide de ne plus aimer, chérir cette personne.

Et c'est là où le mieux, ce n'est pas de vouloir "casser" quelque chose, mais de s'éloigner simplement... de passer plus de temps avec d'autres ce qui réduit comme peau de chagrin (j'aime bien le terme, à ce propos ;) ) notre présence avec l'être qui n'est plus aimé.

Et pour peu que l'autre comprenne ou soit dans le même état d'esprit, les choses se passeront sans heurts ni douleurs.
Juste comme ça, parce que c'est fini...
Nul besoin d'explications ni de drames : juste du ressenti, et une acceptation sereine, pour chacun, de ce ressenti...

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 juillet 2014 à 16h52

Magentademars
Oui mais... il n'est pas forcément évident d'imposer cette décision sur soi :-)
Et de toute façon, est-ce que l'amour est ainsi binaire ?

C'est vrai que c'est pas si simple, on ne peut pas s'imposer cette décision à soit méme c'est vrai, mais elle s'impose d'elle méme...
Ca + ça + ça, au bout d'un moment c'est trop, on ne l'aime plus, l'amour est usé... ou il ne correspond plus à l'image qu'on avait

#
Profil

MagentadeMars

le mardi 29 juillet 2014 à 17h24

bodhicitta
Ca + ça + ça, au bout d'un moment c'est trop, on ne l'aime plus, l'amour est usé

(+) C'est bien ça oui...

#

(compte clôturé)

le mardi 29 juillet 2014 à 19h54

Non, dans mon cas, l'amour est présent et le restera toujours. Quand je dis l'amour je parle de moi, de mon ressenti, de ce qui se passe au fond de moi. Rompre la relation, parce qu'elle pourri la vie, n'empêche pas de continuer à aimer la personne. C'est justement pour rendre l'amour plus "sain", sans parasitage de la relation perturbatrice que je dis "je t'aime... je te quitte...". Je n'ai jamais dit que cela signifiait "je ne t'aime plus".

Ce n'est pas l'amour qui est usé, car oui, il y a usure. Chez moi usure = durcissement intérieur. C'est pour cela qu'il y a un stade où il faut stopper. Savoir dire "j'en ai marre...", "je suis lasse..." ; ça correspond à une réalité.

#

(compte clôturé)

le mardi 29 juillet 2014 à 20h02

Pour Drya : qui a dit que je remplaçais une relation par une autre ? Je ne compare pas mes relations, elles sont toutes tellement différentes.

Drya
C'est pareil avec les amours, et ce n'est pas seulement dû au temps passé ensemble, mais plus à la correspondance et l'affinité avec cette personnalité en particulier.

Ca me semble évident. Une correspondance et une affinité, c'est essentiel, surtout pour une polyaffective comme moi. La correspondance permet de garder le contact, de savoir que l'autre va bien, d'être complice, d'être présent... d'entretenir la relation. Nous sommes d'accord, sans correspondance, sans temps consacré à l'autre (même pas grand chose mais régulièrement), la relation ne vit pas. Au mieux elle survit. Moi, je préfère qu'elle meurt et garder mes souvenirs, que de maintenir en l'état une vague survit désagréable. D'où "je t'aime... je te quitte..."

#
Profil

bodhicitta

le mardi 29 juillet 2014 à 23h01

Magentademars
bodhicitta:
Ca + ça + ça, au bout d'un moment c'est trop, on ne l'aime plus, l'amour est usé

(+) C'est bien ça oui...

C'est pour ça que je dis, qu'en quelques sortes, on décide de ne plus aimer...
ou d'aimer différemment, ça rejoint ce que dit

gcd68
. Rompre la relation, parce qu'elle pourri la vie, n'empêche pas de continuer à aimer la personne.

(+)

#

(compte clôturé)

le mercredi 30 juillet 2014 à 13h45

Je viens d'envoyer un mail en ce sens, la communication ayant "repris". Que c'est difficile à exprimer :-/

#
Profil

LuLutine

le vendredi 05 septembre 2014 à 02h37

gcd68
Rompre la relation, parce qu'elle pourri la vie, n'empêche pas de continuer à aimer la personne.
[...]Chez moi usure = durcissement intérieur.

Souvent, on n'a pas le même avis toi et moi. Mais là on est sur la même longueur d'onde.

#
Profil

bonheur

le mardi 09 mai 2017 à 13h57

je fais remonter ce fil qui peut intéresser actuellement. Je pensais envoyer le lien en mp, mais finalement, j'ai pensé qu'il pourrait intéresser plus d'une personne

J'ai testé le lien en page "être mis au congélateur", il fonctionne toujours et est vraiment bien

Message modifié par son auteur il y a 3 ans.

#
Profil

Galance

le jeudi 15 juin 2017 à 23h20

Merci bonheur d'avoir fait remonter cette convers, elle me parle beaucoup. Surtout ce que tu as dit LuLutine. Je n'ai pas du tout le même fonctionnement que toi et j'avais du mal à croire les personnes (une en particulier...) me l'expliquer. Je peux être aussi très occupé mais j'arrive toujours à trouver 5min pour quelqu'un que j'aime donc pas facile de ne pas voir du désamour quand quelqu'un met des semaines à répondre surtout si il répondait rapidement avant.

Drya
ma grande question, c'est comment faire pour que mes sentiments soient vivants tout en n'étant pas "envahissants" pour lui? s'il refuse le contact, comment reconstruire une relation sur un mode différent?

Je suis complètement dedans en ce moment. Il refuse pas le contact mais l'a fortement diminué. Pour ne pas qu'il se sente forcer de me répondre je lui écrit de temps en temps mais sans lui poser de questions, en lui racontant des choses que j'ai faites, des idées qui me viennent par exemple. ça sonne assez stupide en fait...
Mon copain à rompu alors qu'il m'aime, mais il n'a plus l'énergie (selon ses dires). Il souhaitait resté amis. Il embrasse certains de ses amis, peu dormir nu dans leurs bras (sans avoir de relation sexuelle) et en voit certains très souvent donc en réfléchissant je m'étais dit que la situation ne changerais pas trop. En somme, ce serait la même chose si on était en couple mais qu'il n'avait pas envie de sexe. Avec l'avantage qu'il ne souhaitait pas que sa copine (moi..) et sa femme soit au même moment chez lui alors qu'avec ses amis il s'en fiche donc ça pourrait même facilité les choses.

Mais en pratique les deux fois où l'on s'est vu depuis la rupture il y a un peu plus d'un mois ça ne s'est pas du tout passé comme ça. Il a fait le trajet pour venir 2 jours chez moi moins d'une semaine après, mais au moment d'allé se coucher il a déplié le canapé. Alors que tout se passait bien jusque là j'ai fondu en larme. Il a pris beaucoup de temps à expliquer mais j'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit.

Deux semaines plus tard il vient avec son groupe de musique. J'étais très heureuse, me disant que j'allais me rattraper par rapport à l'autre fois, que ça allait beaucoup mieux se passer. Impossible d'être 5 minutes que tout les deux, alors quand il passe 1/4 d'heure avec une fille (très jolie, chanteuse jazz, actrice et poly, tout les musiciens ont les yeux braqués sur elle) à la fin qui lui dit qu'elle va déménager dans son trou perdu en août et qu'il lui file son numéro, gros coup de jalousie que j'ai malheureusement eu un mal fou à cacher.

Retour à la maison à 5h du mat avec tout le groupe, je le vois essayer de trouver une place avec les autre et idem je dois me cacher pour pleurer. Il débarque alors dans ma chambre me prend dans les bras et s'en suis une convers longue et brouillon. Il me dit notamment qu'il s'était sentis mal que je vienne le rejoindre sur le canapé le matin l'autre fois et que je l'embrasse dans le cou au moment de partir. Si dans un couple on part du principe que c'est oui dans les autres relations il faut se dire que c'est non tant que l'on a pas demander. Il a besoin de prendre de la distance et même dormir à côté de moi le dérange. Il veut aussi que l'on trouve notre propre dynamique. Mais en prenant autant de distance comment la trouver? Je digerais le fait qu'on ne sois plus ensemble car j'imaginais (un peu par sa faute, il me l'avait expliquer juste avant qu'il ne prenne sa décision finale) que l'on allait garder la même affection qu'il peux avoir avec ses amis. Il y a moins de temps, moins d'énergie pour notre relation, mais je pensais naivement que les rares fois où l'on se verrait on garderais une tendresse l'un pour l'autre.
Tout aussi naivement je me disait qu'en polyamour on ne se quittait pas vraiment..

Message modifié par son auteur il y a 2 ans.

#
Profil

bonheur

le vendredi 16 juin 2017 à 10h58

Je pense que c'est pour éviter ce genre de situation que quand je quitte, je fais des adieux clairs et nets. La décision est difficile à prendre mais une fois qu'elle est prise, je m'y tiens.

Certaines personnes arrivent à continuer en tant qu'ami, sauf que la distance est pas la même du tout. Le mélange n'est pas viable pour tout le monde, c'est peut-être le cas de ton ami ? Je pense, d'après tes explications, qu'il n'y arrive pas.

#
Profil

Galance

le samedi 17 juin 2017 à 11h16

Je n'ai jamais vraiment compris le besoin de quitter à jamais quelqu'un, sauf bien sûr en cas de manipulation, violence ect... Les raisons pour lesquelles j'aime profondément quelqu'un ne s'envole pas quand la rupture ai décidé.J'ai connu cette situation, ça m'a fait souffrir pendant longtemps et en tout cas de mon côté ça ne m'a rien apporté, juste un sentiment de gachis. Je ressent très rarement une connexion avec quelqu'un. Quand les sentiments ne sont pas forts, j'arrive à rester amis et dès fois ça se passe super bien. C'est vrai que quand c'est la passion c'est plus dur pour rester amis dans sa définition commune, et la situation est souvent ambigu mais parce qu'on essaye de mettre une limite clair entre ami/couple. On s'embrasse, l'autre se sent coupable car on est des amis qu'il ne faudrait pas ect...mais au final pourquoi? Avec un de mes ex avec qui ça été très fort, les rares fois où l'on se croise, on finit tout le temps dans une de ses situations généralement initié par lui. Ce qui crée un sentiment de culpabilité de sa part quand on se quitte mais moi ça me rend juste heureuse même si je sais que ça ne se reproduiras pas pendant un moment, j'ai vécu et apprécié le moment présent. J'ai pas l'impression d'avoir fait quelque chose d'interdit.

Pour mon précédent copain, il m'avait dit que si on se quittait il respecterais ce choix mais qu'il souffrirais enormement si on ne restais pas amis. Il a dit aussi que quand il se mettait avec quelqu'un, il était responsable à vie envers cette personne des sentiments engendrés. Une de ses exs à complement coupé les ponts il y a près de 10 ans, quand il me l'avait expliqué il en avait les larmes aux yeux. Alors oui je pensais que l'on allait resté proche, que l'on partageait sur ce point la même façon de voir les choses. Après la rupture est encore fraiche j'espère que les choses évolueront

#
Profil

bonheur

le samedi 17 juin 2017 à 19h39

On peut continuer à aimer après une rupture. J'aime toujours mes "ex", simplement, on ne se voit plus, on ne communique plus directement.

J'en profite pour envoyer des <3 <3 <3 à quelqu'un qui me lira peut être et qui m'a laissé de magnifiques souvenirs ainsi que du concret (photos...)

L'interdit. Est-ce le fait que notre liberté là où commence celle d'autrui ?

La responsabilité des sentiments ? Si j'ai le désire et la volonté d'inspiré des sentiments, alors oui, je suis co-responsable. Si les sentiments sont venus en l'autre sans mon "aide", alors non, je ne suis pas co-responsable.

Dernièrement, j'ai eu un coup de foudre. Effet immédiat. J'ignore à ce jour ce que lui a ressenti, mais il n'est en aucun cas responsable de ce ressenti. Déjà que pour moi, ça a été involontaire...

On peut avoir des larmes en évoquant une séparation, ça prouve que les émotions sont devenues nostalgie. Après, on peut pleurer suite à une surcharge émotionnelle et dans ce cas là, c'est sain de pleurer. Les larmes sont des trésors de beauté. Considérer chaque larme comme le fruit d'un vécu hors du commun, assez puissant pour se manifester, y compris des décennies plus tard. On n'est pas forcément "malheureux" quand on pleure. A l'intérieur, ça réveille dans ces cas là toute la magnificence du vécu et c'est ce trop plein (tout revient d'un coup) qui se gère ainsi. Il ne faut pas considérer les larmes comme négatives, surtout pas. Il vaut mieux la nostalgie que l'oubli, non ?

Il faut différencier nostalgie et regrets !

#
Profil

Galance

le dimanche 18 juin 2017 à 21h55

C'est joliment dit bonheur. Bien sûr que si les sentiments sont venu d'eux même, la personne ne peux rien y faire. Tu n'as pas eu envie de partager tes sentiments avec cette personne? ou ce n'était pas possible?

Pour ma part, il m'a donné beaucoup de preuve d'amour. Entre autre, faire 800km aller retour en 24h pour me surprendre au travail (en me cherchant sur 3 campus...) avec des rose car on ne pouvait pas se voir le weekend suivant, et tout me faisait penser qu'il était sincère. Comme dit LuLutine il ne faut pas douter de la sincérité de la personne quand elle exprime ses sentiments, je ne doute pas de son amour.
Après, la responsabilité je ne sais pas ce que ça implique, je ne me suis jamais retrouvé à sa place. Si je décide de rester avec quelqu'un je suis sûr de mes sentiments et de vouloir être avec cette personne donc je me suis toujours fait quitté (ou j'ai 'quitté' au bout de moins d'un mois, quand le couple n'avait même pas commencé). Bien sûr celà pourrait m'arriver malheureusement. Avant D., pendant 4 ans je n'ai pas laissé de relation devenir sérieuse car aucune personne que je rencontrais me convenais et je préfère être seul que de rester avec quelqu'un en sachant qu'un moment ou l'autre on se séparera. Et en plus je ne suis pas très bonne menteuse sur mes sentiments.

Oui les larmes ne sont pas forcémement synonyme de tristesse, mais beaucoup de personne ont du mal à recevoir cette charge émotionelle et prenne logiquement de la distance. La nostalgie vient quand les regrets ont disparus et de pouvoir en parler avec la personne concernée aide.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion