Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

La théorie / La pratique : j'ai peur de ne pas y arriver

Bases
#

penelopoly (invité)

le mardi 29 juin 2021 à 15h32

Bonjour à toustes,

Je découvre ce forum, et j'imagine que ce sujet a déjà été abordé, si c'est le cas je m'excuse de la répétition.

Je vous écris car avec ma copine nous avons récemment décidé d'ouvrir notre relation, pensant être en mesure d'aimer plusieurs personnes à la fois.

Avant cette relation, j'ai connu plusieurs relations monogames. Puis, après plusieurs traumas et une période de célibat, j'ai beaucoup réfléchi aux relations, à l'amour, et je me suis rendue compte que je me retrouvais beaucoup dans les revendications et les valeurs des personnes polyamoureuses.

Au bout d'un an de relation monogame, nous avons donc décidé, à mon initiative, d'ouvrir notre relation. Suite à l'ouverture de notre couple, moi qui l'avais désiré longuement et qui avait progressivement introduit ma copine à ses réflexions-là, je suis entrée dans une phase de peur, dans laquelle j'ai réalisé que je n'étais pas encore prête à ce type de relations, même si je le désirais. Et surtout, que pour l'instant, je n'avais aucune envie de rencontrer quelqu'un. Pour moi, il s'agissait pour l'instant d'une question d'indépendance, de disposition d'esprit, de valeurs.
Je me disais qu'il me faudrait du temps, qu'on allait découvrir ça ensemble, petit à petit, et que ça viendrait.
Aujourd'hui, pour la première fois, elle a rencontré quelqu'un qu'elle commence à voir.
J'ai beau, dans la théorie, trouver ça magnifique, être heureuse pour elle, reconnaissante que quelqu'un d'autre soit en mesure de voir la beauté en elle, mon corps réagit tout à l'inverse.
Je pleure énormément, je n'arrive plus à m'alimenter depuis quelques jours, j'ai des nausées, j'ai peur et je suis triste. Je sais que c'est une grande étape, que c'est normal que ça puisse être difficile. Je sais qu'il faut du temps pour ouvrir une relation initialement monogame, pour déconstruire tout ça.
Mais j'ai peur de ne pas y arriver. Même si dans ma tête, je me dis que c'est possible, que j'en ai envie, que je vais travailler sur moi, mon corps et mes émotions réagissent de façon très intense et très brutale, et je me sens profondément mal. J'essaie d'analyser toutes mes émotions, les prendre une par une, mais j'ai du mal à comprendre pourquoi je me sens si mal : mes émotions sont-elles l'expression de mes insécurités passées ? ou sont-elles le signe que je ne suis pas faite pour ce type de relation, même si j'en ai envie ?

Je me doute que vous ne pouvez pas répondre à toutes mes questions, mais j'aurais aimé avoir votre avis à ce sujet, savoir ce que vous en pensez, ce que votre expérience vous en dit.

Merci à vous

#
Profil

lau93

le mardi 29 juin 2021 à 17h03

Bonjour Penelopoly
J'ai entendu il n'y a pas si longtemps ( je débute mois aussi) dans un cafépoly une intervenante parler de ces émotions en disant qu'elles pouvaient "arriver en mode dragon": c'est tout a fait cela que je peux ressentir physiquement parfois: non seulement les griffes mais aussi les flammes! J'en suis venue a me dire que puisque j'avais fait le choix d’être polyacceptante, je devais accepter certes de vivre des moments pas sympas quand les peurs sont déclenchées et que les affronter est assez terrifiant, mais aussi de me rappeler que le dragon n'a pas le dernier mot: quand l'émotion recule, qu'elle laisse à nouveau la place au raisonnement , l'engagement dans l'envie de laisser plus de place aux amours plurielles permet de construire une nouvelle façon de réagir. J'ai convaincu je crois mon amoureux de cet engagement et que, lorsque je suis en crise, je laisse passer la vague avant de débriefer avec lui. Tous cela est très nouveau mais en quelques mois entre les livres les témoignages les blogs etc j'ai l'impression d'arriver à bâtir une autre moi, moins jalouse et plus aimante. Donc j'ai envie de te dire ce que je considère comme une piste de développement personnel: n'ai pas peur de ces sensations et essaie de comprendre ce qu'elles veulent te dire de toi.
Bonne journée
L

#

PetitPrince (invité)

le mercredi 30 juin 2021 à 13h24

Bonjour,
Je suis touché par ton témoignage. Je n’ai pas vécu la même chose mais ma trajectoire est proche. Mon amour m’a annoncé il y 2 mois son intention d’être poly amoureuse car elle avait développé une nouvelle relation depuis plusieurs mois. J’ai tout de suite mentalement compris et accepté ce qu’elle voulait vivre. La première semaine a été atroce avec des émotions vives. J’ai rapidement trouvé la piste pour les expliquer. Je me suis dit que cela devait venir de trauma et peur de l’enfance. J’ai tiré le fil et avec de l’aide j’ai trouvé que j’avais une peur intense de l’abandon. Elle a passé beaucoup de temps à me rassurer et moi beaucoup a l’introspectif. Je suis mieux depuis quelques semaines. J’ai encore des petites rechutes de jalousie mais faible et j’ai pris partie de reprendre les rennes de ma vie. Ça m’a réveillé et je vis plus intensément. Cela participe à la construction de mon nouvel équilibre et la liberté nouvelle qu’on partage maintenant. Nous avons compris aussi tout l’amour inconditionnel qui était sous-jacent à notre histoire et qui renforce notre attachement, quelque soit les autres relations que l’on pourrait développer. Tiens le coup, c’est un chemin, un processus. Il faut chercher à comprendre ses émotions pour passer les étapes progressivement.

#
Profil

bonheur

le mercredi 30 juin 2021 à 14h22

Bonjour Penelopoly et PetitPrince,

Je rejoins @laurence93 et également @PetitPrince (j'adore ce petit roman). St Exupéry y décrit le lien fort que le Renard développe avec le héro. Le Renard va plus loin, il fait preuve de compersion envers la Rose. Il convainc même le Petit Prince de partir, du moins ne le retient pas, pour rejoindre sa Rose, sur une autre planète. Le Renard fait preuve d'une empathie extraordinaire, je trouve. Surtout, il aide le Petit Prince à aimer sa Rose. Je laisse le soin à chacun de lire ce livre que l'on trouve ici :
www.saintexupery-domainepublic.be/wp-content/uploa...

Le passage commence page 70, toutefois, lire l'intégralité me parait indispensable. Pour moi, ce roman exprime beaucoup en termes de développement personnel. Oser explorer son intérieur et accepter ce que l'on y découvre. La personne poly, je crois, doit faire cette démarche. La personne acceptante, qu'elle ambitionne de devenir poly ou non, doit faire cette démarche. C'est long et demande que l'on accepte l'inconfort. Pourquoi ? Parce que les repères ne sont plus. Parce que la zone de confort justement, n'est plus. Cela revient à quitter sa planète et voyager. Cela renvient à une exploration à l'intérieur de soi et continuer.

Les émotions, par nature, sont passagères. Si ce n'est pas le cas, ce ne sont plus des émotions. Vaut-il mieux vivre des montagnes russes ? J'ignore. Les très bas et les très hauts, certaines personnes y arrivent. D'autres pas. Le polyamour repose sur l'amour. Sauf que voilà. Il n'existe pas une forme d'amour semblable à tous les humains. Il existe autant de lien amoureux que d'émotion amoureuse, sachant que rien n'est figé.

Et puis, il y a les attentes, les dépendances. Parfois, l'attente de dépendance. Se laisser embarquer dans un projet commun, par exemple, alors que ce n'est pas son projet. Faire pour l'autre n'est pas une preuve d'amour. L'amour ne doit pas s'agrémenter de preuves.

Les idées viennent de l'intellect. L'amour vient de l'émotionnel. Vouloir paramétrer l'un avec l'autre ?

Tu as envie, @penelopoly de répondre à ton intellect. Tu veux le satisfaire, voire lui prouver que tu es capable. Sauf que ton envie émotionnel ne rejoint pas ce schéma. Pas dans l'immédiat. Là, c'est de toi qu'il s'agit et les réponses viendront. Elles viennent toujours, il faut être patient. Ton souhait d'indépendance est acté. Il peut se concilier aussi bien à la polyacceptance qu'à devenir poly. Pour l'instant, tu es dans le brouillard (pour moi, il a duré 4 ans). Sache que tôt ou tard, la clarté sera présente. Tu te demanderas peut-être depuis combien de temps ?

Laisse le temps au temps !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion