Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Où sont les lutines ?

#
Profil

SaturnFox

le mercredi 14 mai 2014 à 19h17

Dieu
Je ne pense pas que le fait que les femmes soient libérées impliquera que les hommes pourront "baiser" quand ils veulent, ni même qu'ils pourront "baiser" davantage, si tant est que "baiser davantage" ou "baiser quand on veut" soit un objectif intéressant à se fixer... Ma vie sexuelle n'a pas été démultipliée depuis que je fréquente des polys (pourtant, on peut considérer qu'en moyenne, les femmes polys sont davantage libérées que les autres). La liberté, ce n'est pas de dire tout le temps "oui" (ce serait une liberté bizarre), ni même de le dire plus souvent (certaines femmes peuvent coucher pour de mauvaises raisons qui n'ont rien à voir avec l'expression de leur liberté la plus authentique : par conformisme, pour faire plaisir, par faiblesse, parce que tel mec est un challenge, etc.). La liberté, c'est aussi la liberté de dire : "non, je n'ai pas envie de coucher avec toi" voire "non, je n'ai vraiment pas envie de coucher avec toi" (pour ceux qui penseraient qu'il y a forcément une résistance psychologique profonde à lever à chaque fois qu'une femme leur dit "non" ;) ).

En fait, je "baise" même moins depuis que je suis chez les polys. Et pourtant, je suis plus heureux et je me sens bien plus aimé, apprécié et compris (à part peut-être quand je commence à discuter économie ;) ). Je ne suis pas un cas unique. Je connais des polys qui ont 5 ou 6 relations simultanées et qui font peut-être l'amour une fois tous les deux ou trois mois dans le meilleur des cas...

J'ai effectivement trop focalisé la discussion sur la quantité, et non pas sur la qualité ; et quand j'y réfléchis, je reconnais que je n'ai jamais manqué en quantité lorsque j'étais en couple mono. Mais pour un-e célibataire, je suis persuadé que le manque est un réel problème.
Et évidemment, nous sommes d'accord sur le fait que les femmes doivent toujours avoir le droit de dire "non". Mais le problème, c'est que toute la société les empêche aussi de pouvoir dire "oui" quand elles en ont envie, car l'un ne va pas sans l'autre (un "oui" ne sera jamais totalement franc si on a pas le pouvoir de dire "non" sans la moindre ambigüité). Une femme libérée sera beaucoup plus encline à accepter ses pulsions et à dire "oui" franchement quand elle en aura envie ; et plus il y aura de femmes libérées, moins il y aura de personnes frustrées (les hommes bien sûr, mais les femmes elles-même aussi, car je suppose car ça ne doit pas toujours être drôle de remplir les rôles de parfaites petites saintes soumises comme le leur a assignés la société). Et moins il y aura de domination masculine, ça me semble aller de soi.

#
Profil

LuLutine

le mercredi 14 mai 2014 à 20h11

Caline
Oh mon Dieu [...] Etes vous sûr d’être un homme, je me dis que vous êtes plus féminin que masculin...

C'est un Dieu lesbien, c'est pour ça ;)

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 mai 2014 à 19h24

Moi, j'aime la baise (jeu SM compris), j'adore aussi énormément faire l'amour :-D . La domination masculine... reste une domination, on l'a subie ou on la rejette. Bref, tous les hommes ne cherchent pas à dominer, heureusement. Perso, tout ceux qui ont pensé que j'étais "une faible femme" (Je suis petite et sensible, donc...) s'y sont cassés les dents.

Quand un Dieu croise, l'espace d'un court moment, une Câline, qu'est ce que ça donne ? (apparemment un Dieu lesbien, :-D :-D :-D )

#
Profil

oO0

le samedi 17 mai 2014 à 22h38

SaturnFox
... les hommes pleuvent autour de ma compagne sans qu'elle n'ait à bouger le petit doigt pour ça (à vrai dire, elle ne cherche même pas activement ces relations ...), tandis que je galère pendant des jours pour décrocher un rendez-vous où j'aurai finalement droit à un lapin. En fin de compte, ma compagne est la seule à pouvoir savourer pleinement sa liberté...

Mis à part ne pas te laisser gagner par la frustration, je ne vois pas ce que tu peux faire. De fait, la frustration te rendra indisponible à qui que ce soit, à commencer par ta compagne.

Sinon, à première vue, cela ressemble à de la frustration, mais je le vis plus comme une humiliation. Je me demande même plus qui je suis, mais ce que je suis pour mériter un tel sentiment d'inexistence. La seule présomption d'intentions sexuelles semble justifier l'économie d'une politesse élémentaire : ne pas agir comme si les autres n'existait pas. L'univers numérique et les sites de rencontre en particulier semble offrir le terrain privilégié d'une telle économie ... qui peut se comprendre sous une forme de harcèlement inversé. Les femmes tendent à être trop sollicitées là où les hommes tendent à être niés. N'empêche que le motif de ce genre de niage, la présomption d'intention sexuelles laisse juste transparaître un malaise par rapport à la sexualité où elle apparaît plus sale qu'une partie saine et désirable de la vie.

ATTENTION, je ne dis pas que reconnaître l'existence d'une personne signifie répondre à ses attentes sexuelles, non, je parle simplement de faire preuve d'une convivialité qui fasse la part belle à ce qu'elle peut avoir de sain et de désirable. (Le fait que la vie érotique des poly soient moins active ne m'inspire guère confiance et, au contraire, me laisse redouter une autre forme de moralisme.) Plus les années passent plus les rencontres perdent en convivialité. Alors, la seule manière d'éviter que cela n'empire, c'est d'essayer de rester le plus convivial possible même si on se les gèlent en enchaînant des silences plus glaciaux les uns que les autres ou encore, quelques rares mots à peine plus chaleureux qu'une aumône blasée. Virtuelles ou non, les rencontres me semblent de moins en moins conviviales ...

... bien que, pourtant, ce soit la première attente qu'éveille une rencontre, qu'elle ait quelque chose d'amicale qui la rende conviviale. Peu importe l'issue, si elle a ce quelques chose, c'est une rencontre qui permet d'aller de l'avant. Cela ne coûte rien de donner un petit coup de pouce à un chouette type - ils sont nombreux - plutôt que de perdre son temps à faire des généralités à partir de quelques (censuré) - ils sont moins nombreux. Lorsqu'une personne ne me plaît pas assez que pour la rencontrer ou encore, aller au delà d'une rencontre, j'essaie de trouver ce petit coup de pouce que mérite chaque personne : il n'y a personne qui ne mérite personne dans sa vie.

Alors, je ne pense pas que ce soit une question d'attitude parce que j'essaie de rester le plus convivial possible, même malgré tous les reproches que je me ramasse en essayant de faire mon possible et souvent plus que mon possible. Non, je pense qu'il y a un moment donné où je pense arriver à la limite de mes possibilités, un moment où la suite ne m'appartient plus. Un moment où si c'est possible d'écouter, ici, les personnes qui ne savent pas quoi faire de leur jalousie, qui viennent avec des drames plus déchirants les uns que les autres, il faut aussi pouvoir faire place à ce genre de question où la convivialité brille par son absence comme des journées sans fin sous un manteau de glace. J'imagine aussi que cela n'a rien d'amusant de rester de glace et qu'il doit y avoir des raisons qui méritent aussi d'être entendues.

Une chose est sûre, glacial ou pas, un non reste non. J'ai juste l'impression que la tendance est à les rendre les plus glacial possible pour bien insister sur le fait qu'il s'agit de non. Plus ils sont désagréable, plus ont s'assurent que cela passe pour un non ... au détriment de la convivialité. Et comme la majeure partie de nos rencontres aboutissent à des non, cela donne bien évidement un climat de rencontre des plus désagréable qui soit.

Mmmmmh, jadoooooooore cette époque de m... !

#

karma polis (invité)

le dimanche 18 mai 2014 à 00h04

Je vous lis Saturnefox :"ça ne doit pas toujours être drôle de remplir les rôles de parfaites petites saintes soumises comme le leur a assignés la société".
N'est-ce pas un peu éculé comme discours aujourd'hui ? Je n'ai pas l'impression que le discours politique, médiatique et social assigne ce rôle aux femmes depuis plus de trente ans... Ni le matraquage publicitaire que nous subissons. Il suffit d'entrer dans un magasin de presse et de lire les titres des revues pour s'en convaincre.

RIP vous évoquez le manque de convivialité dans notre époque.

Ce qu'on oublie beaucoup dans certains des milieux polyamoureux bénéficiant sinon d'une aisance matérielle mais au moins de bagages intellectuels (le niveau des interventions ici en témoigne, avec de longs exposés introspectifs intellectualisant), c'est que près des 2/3 de nos concitoyens, hommes ou femmes ne bénéficient pas de la même situation et consacrent une grande partie de leur énergie quotidienne à assurer un semblant de bien-être matériel à leur famille monogame, à laquelle ils sont justement très attachés dans un monde fluctuant. Ils doivent affronter une époque difficile et conflictuelle ou l'homme est réduit à une valeur marchande. Pour ces personnes, dont je suis, certaines des propositons évoquées plus haut peuvent paraître .... inopportunes, décalées voire menaçantes. Et les réponses en conséquence

L'insécurité/instabilité amoureuse et émotionnelle du poly-amour peut être perçue comme un facteur d'anxiété (beaucoup de posts assez douloureux en témoignent).

Je ne suis pas sûr d'avoir été clair mais j'ai fait de mon mieux.
Comme j'y habite, je ne peux pas m'en empêcher : les habitants de Luc-sur-mer se nomment les lutines et les lutins.

#

jayraymy (invité)

le dimanche 18 mai 2014 à 10h17

Merci RIP d'avoir écrit tout ce que je ressens.

#
Profil

oO0

le dimanche 18 mai 2014 à 11h19

Jayraymy, merci de ne pas avoir peur de te reconnaîre dans mes propos. Je suis bien content que tu puisses y trouver des mots et te souhaites aussi de te trouver un humour tout personnel. Oui, cela mérite d'être pris avec humour, cela n'a rien avoir avec la qualité des personnes, hommes ou femmes, mais plus avoir avec des peurs ... dont il est malheureusement bien lourd de se voir faire l'objet de leurs projections.

N'est-ce pas, Karma Polis ?

Je t'entends parfaitement, mais un vécu n'en annulle pas un autre. L'anxiété que peu susciter le sentiment courant d'insécurité ou d'instabilité face à la non-exclusivité (polyamour, etc.) a bien évidemment sa place dans les sujets d'écoute de ce forum, mais pas vraiment dans ce fil. (Le climat bipolaire des rencontres, trop chaud pour les femmes, trop froid pour les hommes, ne concerne plus les menages exclusifs dont tu parles une fois formés. Après, si ces personnes s'exposent aux rencontres davantage que la vie ordinaire ne les y exposent, notamment en s'inscrivant sur des sites de rencontres, ... [no comment] ...)

De plus, il s'agit plus d'une anxiété propre à des personnes exclusives qui - excuse-moi - accaparent, ici, souvent l'attention dès que des personnes non-exclusives expriment leurs difficultés comme si elles allaient annuler les leurs. Nos problèmes ne sont souvent rien à côté des vôtres parce que vous nous identifiez avec vos problèmes alors que, en fait, vous auriez moins à craindre de nous. Pour la plupart d'entre nous, les partenaires d'une relation exclusive ne constituent pas des partenaires potentiels, ce qui n'empêche d'en écouter nombre d'entre elles et eux qui, tout d'un coup, se découvrent attiré(e) par une autre personne que leur partenaire ou découvre ainsi leur partenaire. Même s'il n'y a pas entre eux de consentement à d'autres relations, ces personnes n'en trouvent pas moins, ici, une écoute qu'elles n'auraient souvent pas ailleurs. Il ne faudrait cependant pas oublier qu'il s'agit avant tout d'un forum pour des personnes non-exclusives.

Sinon, en termes de convivialité, ton intervention suggère que les hommes non-exclusifs appartiennent à une classe aisée (indifférente aux problèmes matériels des autres et même prête à les réduire à une valeur marchande) qui importune les autres, voire constitue une menace pour les ménages : home breaker ! Je ne doute pas qu'il y ait des hommes dont les avances soient innoportunes, voire menaçantes. Reste que cela n'a certainement rien avoir avec l'exclusivité ou la non-exclusivité et les autres hommes ne méritent pas de se voir assimilés à ces quelques hommes. Reste que si tu souhaites faire de ces quelques cas particuliers une généralité, libre à toi de vivre avec la perception d'un horizon masculin terrorisant même si nous ne sommes plus à l'âge de pierre malgré la résurgence occasionnelle de quelques cas isolés dont le comportement même s'avère parfois tout aussi isolé, comme une fièvre des temps primitifs qui a tôt fait de passer. Libre à toi cependant de vivre dans la peur, mais libre à moi, aussi, de m'exprimer sur cette peur, sur ce qu'elle peut avoir de désagréable d'en être l'objet de ses projections lorsqu'elles assimilent mon souhait légitime de faire des rencontres à des dangers multiples pour la gente féminine.

Bref, je pense que ce fil touche probablement à une difficulté qui se présente davantage pour la gente masculine. Je sais que la gente féminine a, elle aussi, ses difficultés (que tu as essayé d'exprimer, ici) et le présent vécu n'a donc nullement pour but d'annuler le vécu de leurs propres difficultés. Parmi ces difficultés, j'imagine qu'il y a celle de comprendre les hommes et même si c'est loin de résoudre toutes leurs difficultés en générale ou en la matière, j'imagine que cela peut aider néanmoins à un peu mieux se comprendre et mériter un peu d'écoute ...

... plutôt que de faire comme si tout allait bien. Je pense pour ma part que, au vu de l'état de la convivialité des rencontres, les rapports entre les uns et les autres ne se portent pas bien indépendamment de leurs qualités personnelles. Ce n'est pas un simple problème d'audace ou de patience, ...

... mais de confiance. Ce n'est pas normal que le premier réflexe soit la méfiance et la suspicion sous prétexte d'une possibilité d'intention sexuel inhérente aux rencontres. Le fait qu'il s'agisse des premiers réflexes les plus courants indiquent une conception suspecte de la sexualité où domine la méfiance. ATTENTION, lorsque je parle de convivialité, je ne parle pas de passage à l'acte sexuel, mais seulement de l'atmosphère dans laquelle sont vécues aujourd'hui les différentes possibilités qui s'offrent à la vie érotique des uns et des unes indépendamment de la concrétisation ou non de ces possibilités, une misère.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 18 mai 2014 à 11h51

RIP
N'empêche que le motif de ce genre de niage, la présomption d'intention sexuelles laisse juste transparaître un malaise par rapport à la sexualité où elle apparaît plus sale qu'une partie saine et désirable de la vie.

hummm :-( C'est pourquoi, j'essaye de conjurer ce malaise.
En en parlant facilement, simplement, sainement, en étant souvent sexy et alaise avec ça.
Mais oui tristement, il y a un mlaise c'est claire!

RIP
(Le fait que la vie érotique des poly soient moins active ne m'inspire guère confiance et, au contraire, me laisse redouter une autre forme de moralisme.) Plus les années passent plus les rencontres perdent en convivialité.

Vie érotique moins active? Tu parle de qui là? les Poly? J'en suis une et j'te fais mentir là!
Les 10 derniéres années, le seul à m'avoir un jour reprocher, d'étre trop souriante, et à parler trop facilement aux gens, bin c'est un des 2 seul à m'avoir demandé fidélité (accepté). Bon ça n'a duré que 6mois il a quand méme eu le temps de me demander en mariage (j'ai échappé belle)

RIP
Alors, je ne pense pas que ce soit une question d'attitude parce que j'essaie de rester le plus convivial possible, même malgré tous les reproches que je me ramasse en essayant de faire mon possible et souvent plus que mon possible.

Non ce n'est pas un problème d’attitude, P t etre que c'est juste que tu ne croises pas les bonnes personnes.
Nul besoin d'en faire trop, au risque que ça semble surfait, c'est comme les compliments quand y en a trop, ils perdent d'autenthisité, on y croit plus.
Il y a 10 ans, mon premier passage à Paris en mode toute seule sac à dos,
J'avais juste à changer de gare donc métro, quand j'croise (il se trouve 2 gas) dans le couloir on se croise du regard (parceque j'regarde pas mes pieds) en marchant j'fais donc naturellement pour moi un signe de téte et murmure "bonjour" Pi là le gas me dit: "qu'est ce t'as?!" :-/
J'raconte ça parceque oui c'est trés trés tiste, les gens ne savent plus vivre ensemble. Mais c'est moins à cause de la sexualité en elle méme que des média et cette reine TV :-/

RIP
Lorsqu'une personne ne me plaît pas assez que pour la rencontrer ou encore, aller au delà d'une rencontre, j'essaie de trouver ce petit coup de pouce que mérite chaque personne : il n'y a personne qui ne mérite personne dans sa vie

En effet en toutes choses en en toutes personnes il y a du bien et du mal.
Des fois pas facile à trouver ce brin de positif, qui n'attend qu'une étincelle que peut etre ce petit coup de pousse dont tu parles.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le dimanche 18 mai 2014 à 12h26

Bodhicitta, cela me fait très plaisir que tu reconnaisses qu'il y a malaise.

Sinon, pour ce qui est de la vie érotique moins active, c'est ce que les études tendent à montrer et un des participants du fil y a fait référence. Cette moindre activité sert souvent d'argument pour faire démentir le préjugé d'obsession sexuelle des personnes non-exclusives : si elles sont moins actives, c'est qu'elles recherchent moins à être actives et donc qu'elles sont moins obsédées par la sexualité. Je n'aime pas la conception de l'érotisme que sous-entend ce raisonnement, c'est tout ce que je voulais dire.

Pour ce qui est de mon expérience personnelle, j'ai d'emblée laissé libre toutes les partenaires que j'ai eues peu importe la liberté qu'elle me laissait. En 16 ans, je constate que cette liberté n'a suscité pour ainsi dire aucun intérêt et la seule fois où elle a été réellement appréciée, je me suis fait humilier au final comme jamais. La plupart de mes ruptures ont été gérées de telles sortes qu'elles soient un tremplin pour la vie affective de l'un et de l'autre. Il s'agissait le plus souvent de personnes exclusives et là, pour une fois que c'était une personne non-exclusive, cela a été un gouffre plutôt qu'un tremplin. Le fait d'aller à contre-courant de la morale dominante peut donner des excès de moralisme qui engendre ce genre de gouffre. J'ai eu plus de respect de personnes exclusives que non-exclusives, voilà la réalité de ces 16 dernières années et pourtant j'en ai rencontrées des personnes non-exclusives. Ce que je constate avec elles, c'est que je disparais très vite dans la masse des personnes intéressées sans même qu'elles aient souvent prêté attention à cet intérêt. Cela ne m'empêche pas de les croiser occasionnellement dans des relations qui ne leur conviennent souvent pas et dont elles savaient pertinnement qu'elles ne leur conviendraient pas. Elles n'ont jamais de temps, sauf pour s'empêtrer dans ce genre de relations. (La liberté, c'est aussi le droit de se tromper, non ?) Je ne parle, ici, que de la vie réelle, pas de la vie virtuelle qui s'avère souvent guère différente.

La vie est faite de paradoxes, je les prends avec un sourire amusé et j'essaie d'en faire autant avec les divers reproches que je rencontre, comme de ne pas rencontrer les bonnes personnes. Je n'ai pourtant pas une seule personne en tête qui ne m'ait pas plue et susceptible d'être intéressée par cette liberté auprès de laquelle je ne me serais pas manifesté. Cela fait 16 ans que cela dure et je ne vois toujours pas plus de raisons d'y croire qu'il y a plus de dix ans quand j'ai dit à mon père que je ferais tout au mieux un joyeux cocu lorsque j'ai assumé la première fois devant ma famille ma préférence pour les relations non-exclusives. Je n'y crois pas, mais c'est ce que je suis et je continue de le prendre avec amusement, je n'ai même pas la joie d'être cocu :P J'échoue là où d'autres réussissent sans le vouloir, là où c'est bien la dernière chose qu'ils seraient prêts à vouloir. La vie est faite de paradoxes, pourquoi se priver de leur ironie :P

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le dimanche 18 mai 2014 à 15h56

RIP
j'essaie d'en faire autant avec les divers reproches que je rencontre, comme de ne pas rencontrer les bonnes personnes.

J'espére que tu ne pense pas que c'est un reproche
:-) :-) oui c'est une de tes forces ce sourire, garde le précieusement! :-) :-)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le dimanche 18 mai 2014 à 16h51

Je sais bien que ton intention n'est pas de faire un reproche, mais c'en est un. À peu près le même que celui qui dit que si une personne en aime plusieurs, c'est parce qu'elle n'a pas trouvé la bonne. Implicitement, la personne ne fait pas ce qu'il faut. Dans l'exemple que je prends, la personne se voit implicitement reprocher de ne pas adopter les bonnes croyances. Je te laisse transposer cet exemple à la situation présente.

Sinon, si tu as si souvent difficile à trouver ce brin de positif, peut-être que ta vision manque de positif ?

Allez, que cela ne nous empêche de garder l'envie de sourire :) Cela ne va effectivement rien arranger à la convivialité en jeu que de se tirer la gueule. D'ailleurs, cette question de la ou les bonnes personnes n'a rien avoir avec la convivialité. S'il faut attendre de pouvoir se correspondre, d'être mutuellement la personne ou l'une des bonnes personnes avec laquelle passer sa vie ou une partie de sa vie pour un peu de convivialité ...

... nous ne sommes pas sorti de l'auberge. Et c'est là que je pense mettre le doigt sur quelque chose.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 19 mai 2014 à 12h23

RIP
un reproche, mais c'en est un. À peu près le même que celui qui dit que si une personne en aime plusieurs, c'est parce qu'elle n'a pas trouvé la bonne. Implicitement, la personne ne fait pas ce qu'il faut.

Je dirai plutot que: ces personnes n'ont pas l'intéligence, l'ouverture, la sensibilité, que tu présumais qu'ils aient.
Comparaison vaseuse (au passage)...

RIP
Sinon, si tu as si souvent difficile à trouver ce brin de positif, peut-être que ta vision manque de positif ?

J'ai pas dit que j'avais souvent du mal à trouver ce brin de positif! Je suis tout le contraire!!

bodhicitta8
En effet en toutes choses en toutes personnes il y a du bien et du mal.
Des fois pas facile à trouver ce brin de positif, qui n'attend qu'une étincelle que peut etre ce petit coup de pousse dont tu parles.

RIP
D'ailleurs, cette question de la ou les bonnes personnes n'a rien avoir avec la convivialité.

En effet mais d'aprés moi il y a plus de chance de trouver de la convivialité dans certains milieux sociaux que dans d'autres...
C'est comme si je veux passer un moment à parler de la nature écologie etc, je passerai ce moment avec des baba-cool, si je veux parler mécanique (oui zen bien aussi) j'irai discuter avec des motards ou ceux que je sais qu'ils aiment ça.

#
Profil

oO0

le lundi 19 mai 2014 à 14h36

bodhicitta8
En effet mais d'aprés moi il y a plus de chance de trouver de la convivialité dans certains milieux sociaux que dans d'autres...

C'est comme si je veux passer un moment à parler de la nature écologie etc, je passerai ce moment avec des baba-cool, si je veux parler mécanique (oui zen bien aussi) j'irai discuter avec des motards ou ceux que je sais qu'ils aiment ça.

En somme, ce ne peut être que parce que je ne fais pas ce qu'il faut et c'est bien ce que je disais, c'était un reproche implicite ;) C'est de ma faute :P Ou encore, une manière d'éviter le sujet qui n'a rien avoir avec l'exclusivité ou la non-exclusivité, mais un malaise qui se retrouve dans un cas comme dans l'autre. (Je suis mauvais, je sais.)

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 19 mai 2014 à 14h50

Grrrr! c'est les gens qui sont pas sympas, pas conviviaux qui ne font pas ce qu'il faut !
M'enfin oui je vois ce que tu veux dire, mais j'dis juste que, si tu fais ton possible, ton énergie use là ou il y a le plus de chance qu'elle te soit rendue de façon positive, et reconnue comme un beau cadeau de la vie, qu'est une (belle) rencontre.
<3 <3 J'suis têtue moi aussi <3 <3

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

oO0

le lundi 19 mai 2014 à 15h13

Je n'ai pas dit que c'était les gens qui, pour ma part, s'avèrent le plus souvent des personnes pleines de qualités. Cela n'a que très peu avoir avec une question de milieu.

Si tu me lis bien, cela fait 16 ans que j'assume, donc bien avant l'apparition de ce forum auquel j'ai commencé à participer presque en même temps que ses débuts. Idem, pour le forum belge et certaines de leurs réunions. Cela n'a pour ainsi dire rien favorisé dans mes rencontres, voire eu l'effet inverse.

Je cite une nouvelle fois l'extrait qui m'a parlé le plus dans le lancement de ce fil.

SaturnFox
... les hommes pleuvent autour de ma compagne sans qu'elle n'ait à bouger le petit doigt pour ça (à vrai dire, elle ne cherche même pas activement ces relations ...), tandis que je galère pendant des jours pour décrocher un rendez-vous où j'aurai finalement droit à un lapin. En fin de compte, ma compagne est la seule à pouvoir savourer pleinement sa liberté...

Ce que tu m'écris occulte complètement le sentiment d'inexistence qui peut résulter de la situation décrite et ne fait que reporter tout le poids de cette situation et y ajouter le poids du rejet, car c'est tout ce que ton obstination produit : le rejet du sentiment d'inexistence qui peut résulter de ce genre de situation.

Les conseils sur lesquels tu préfères t'obstiner comme si je ne faisais pas ce qu'il faut ne font qu'occulter le sujet ou encore, l'autre versant de ce sujet que j'ai déjà réussi à aborder avec des femmes. Donc, je sais bien reconnaître quand nous sommes dans le sujet ou pas et le sujet n'est pas moi, non, ce n'est pas moi : une demande d'apitoiement générale sur mon sort ainsi qu'une pluie d'énergie positive pour me sauver de mon apitoiement sur moi-même, ce qui est faire peu de cas de l'humour avec lequel je prends la situation dans son ensemble. Relis et tu comprendras peut-être.

#
Profil

bodhicitta

le lundi 19 mai 2014 à 15h39

ok p t etre...
M'enfin ça doit pas etre facile, c'est vrai que j'ai pas ton pédigré poly, si bien étalé...
qui n'a rien à voir avec les nouvelles rencontres qu'on peut faire, la convivialité, et le rapport à la liberté

RIP
Cela n'a pour ainsi dire rien favorisé dans mes rencontres, voire eu l'effet inverse.

ok je m'obstine et toi:

RIP
une demande d'apitoiement générale sur mon sort ainsi qu'une pluie d'énergie positive pour me sauver de mon apitoiement sur moi-même,

Gardes ton humour et si tu veux je ne m'obstine plus!
ça y est j'm'apitoie sur ton sort aussi! :-/

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

lam

le lundi 19 mai 2014 à 15h51

salut, ça faisait longtemps.
je pense aussi que les dynamiques de séduction et de relations seraient différentes dans un monde sans rapport de domination entre les 'hommes' et les 'femmes'; j'ajoute, pour rappeler que tout le monde ille est pas forcément hétéro, ou loin de l'être strictement, que dans un tel monde la signification de ce que c'est "un homme" et "une femme" et l'hétéro-norme ambiante seraient/seront aussi affectés. Et ça ferait plein de potentiels possibles de relations en plus pour chacun-e ;-)

#
Profil

bodhicitta

le lundi 19 mai 2014 à 17h07

iam
les dynamiques de séduction et de relations seraient différentes dans un monde sans rapport de domination entre les 'hommes' et les 'femmes';

RIP
Cela n'a que très peu avoir avec une question de milieu.

Désolée j'en rajoute une petite couche en disant que dans certain milieu il n'est pas question de domination (anarchiste dans l’âme par ex)
Dans ces milieux, les femmes en sont donc moins victimes de cette domination et sont moins sur la défensive les griffes sorties.

#
Profil

oO0

le lundi 19 mai 2014 à 17h20

Wouaaais, j'ai réussi à faire pitié : tournée générale ! :-D

Ca fait plaisir de te revoir Iam.

Rapport au rapports de domination, pour une fois, je pense que la situation d'inégalité se renverse à la faveur des femmes dans la situation décrite par SaturnFox, du moins à première vue. Ce renversement me fait d'ailleurs bien rire, il y a comme un renversement de situation amusant, même si tous ses effets sont loin d'être amusants. Oui, cela a quelque chose d'amusant de se retrouver dans une position d'infériorité, d'autant plus que les femmes n'ont souvent pas l'air de comprendre ou de vouloir comprendre qu'elles sont en position de supériorité : cela donne d'étranges quiproquos. Ce qu'il y a aussi d'amusant, c'est que les hommes se retrouvent en position d'infériorité par rapport aux femmes là où elles les intéressent le plus et justement parce que c'est là où elles les intéressent le plus ... sans qu'elles n'aient pour cela à jouer de quelconques rapports de force pour se retrouver dans cette position, même si elles peuvent également s'en servir après comme rapport de force. Il y a quelque chose de très c... dans la domination masculine, c'est qu'elle provoque l'effet inverse là où elle est le plus en attente des femmes et même lorsqu'elle arrive à parer cette effet : domination n'est jamais relation. Cela vaut aussi pour les femmes lorsqu'elles sont en position de prendre leur revanche, ce qui m'a d'ailleurs toujours bien fait rire aussi puisque cela revient à être aussi c... que les c... dont on essaie de se venger : la connerie est sans fin.

Enfin soit, ici, ce n'est pas possible de se comprendre si les femmes ne reconnaissent pas que, pour une fois, elles sont en position dominante comme le montre la situation décrite par SaturnFox. Cela n'a rien avoir avec le fait de sortir ses griffes puisque, au contraire, cette position dominante permet d'ignorer superbement la gente masculine sans avoir à les sortir. Quelles sont les limites de cette position dominante, ça, c'est une autre question. Je serais bien aise, ici, de voir comment c'est possible de s'en sortir en termes d'aveuglements aux privilèges, pour autant qu'il s'agisse de privilèges puisque ceux-ci handicapent souvent la possibilité de relations équilibrées et donc de relations.

Tout cela est bien évidemment loin de n'être que de l'amusement pour les uns et pour les autres. Et, oui, clairement, ma perspective s'articule principalement d'un point de vue hétéro et je ne demande pas mieux que de voir d'autres perspectives s'articuler, car elles offrent d'autres possibilités de comprendre la situation et donc, des solutions qu'il ne serait pas possible de trouver autrement. Il y a un malaise dont tout le monde ne peut qu'y gagner d'en sortir, du moins, c'est à espérer. Sinon, Iam, j'espère t'avoir vaguement fait sourire avec ce qui m'a tout l'air d'un renversement dialectique des rapports de dominations hommes-femmes où le genre dominant se retrouve dominé par ce qui domine ses envies de domination.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

jayraymy

le lundi 19 mai 2014 à 18h44

Ca serait chouette que, de même que les hommes reconnaissent (de plus en plus) que trop de sollicitations (surtout maladroites) sont difficiles à vivre pour les femmes, les femmes prennent conscience que trop de froideur et/ou de rejet par défaut sont difficile à vivre pour les hommes.

Poly ou pas.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion