Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureux mais monogame par choix

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 22 juin 2012 à 12h12

Tu sais mouvante je crois aussi que je me suis laissée vivre durant ces 13 années mono par ma vie bien remplie de mère, d’épouse et aussi par un travail très prenant. Le départ de mes enfants adultes (la dernière à 23 ans aujourd’hui) sont peut être aussi à l’origine de ce changement. Se retrouver juste les deux après avoir vécue une vie où nous étions si nombreux(ses), amis(es) des enfants, jeunes mineures étrangères que nous avons accueillis sur une année scolaire (http://www.afs-fr.org/) et cela durant plusieurs années, nos nombreux(ses) copains(es) ou familles toujours bienvenus … Bref pas souvent le temps pour se poser des questions ou de se remettre en question. Il y a bientôt déjà quatre ans je crois, nous avons tout vendu, notre entreprise et notre très grande maison, pour nous offrir 18 mois sabbatiques, durant ce temps nous avons acheté un petit voilier et nous avons navigué au fil de l’eau et de nos désirs (donc très lentement) seuls les deux durant 5 mois. Puis pris quelques avions pour des destinations que nous n’avions pu avoir avant faute de temps et aussi d’argent. Je crois que tout cela est en parti la cause du changement de mode de fonctionnement de notre couple. Notre couple est vu comme fusionnel par nos proches, nous travaillons ensemble, tous nos loisirs sont ensemble et même jusqu'à pratiquer les mêmes sport et toujours ensemble, toujours cotes a cotes à chaque moment et en chaque lieu, sans même l’idée de se poser la question du pourquoi … Depuis l’été dernier cela aussi à changé, nous avons repris contact avec nos propres désirs, et nous avons découvert à cette occasion que bien souvent l’un ou l’autre avait vécu « ce toujours ensemble » pour le plaisir de l’autre avant le sien. Aujourd’hui nos routes se sont séparées dans bien des domaines de notre vie, il reste juste notre relation qui est devenue plus "pure" si j’ose dire. Nous avons appris à respirer d’autres airs que celui de nos souffles réunis. Et ma foi même si le chemin est long pour le vivre et en avoir le besoin , comme de savoir aujourd’hui qui nous sommes dans notre individualité , je me dis que cela en valait vraiment la peine et je n’ai aucun regret.
Alors j’en reviens au temps, à ce temps parfois nécessaire, et qui peut être quand on le regarde à la loupe sur des moments de doutes et d’incertitudes comportent bien plus de plaisir que d’inconfort.
Certains psy parfois propose d’établir la liste des positifs et négatifs de nos vies, est ce une piste à suivre pour évaluer sur un instant où nous en sommes ? Et du coup peut être aussi de savoir vraiment si la balance penche vraiment trop d’un coté ? Je ne sais … suis pas psy !

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

mouvante

le vendredi 22 juin 2012 à 12h49

...

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Lili-Lutine

le vendredi 22 juin 2012 à 13h16

Oui Mouvante mes enfants sont issus de deux autres unions, les pères n'ont jamais ou si rarement manifestés leurs intérêts que Fred qui les à "élevés en bon père de famille" les a adopté à leurs majorités (adoption simple).
Je comprends très sincèrement ce que tu peux ressentir, jusqu’à mes 34 ans et donc avec de jeunes enfants, je n'ai réussi à vivre que des relations poly-compliquées et souvent poly-catastrophiques où à chaque fois j’ai du quitter … le cœur souvent écorché à vif … Je ne me suis pas donné d’autres choix à l’époque… Longtemps j’ai culpabilisé de n’avoir pas donné le temps à la relation d’aller au delà … Peut être est ce la raison de mes 13 années mono ? Vas savoir … être ici parfois je me dis que c’est une sorte de thérapie, et d’étaler ou de ressasser comme tu le dis ça fait rudement du bien moi je trouve. En chacun(e) de vous et avec vos généreux partages, je retrouve des bouts de ma vie, tout comme je retrouve le gout de la vie, son gout à moi rien qu’a moi. Et si tu es là et encore là c’est que toi aussi peut être qu'à travers tous les écrits ici ,tu cherches aussi ta route ? Et je me dis que jusqu’au bout de la mienne de route je vais certainement souvent avoir encore à choisir dés que des croisements se présenteront, ma mère m’a tellement rabâchée que chaque choix est un renoncement … que je le rabâche moi aussi !

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

tentacara

le vendredi 22 juin 2012 à 21h19

Elle est belle, ton histoire, LililLutine, elle me touche beaucoup.. elle me fait penser à mes parents, à beaucoup de différences près, mais dont il ressort le même amour respectueux de l'autre et ce même désir, cette même certitude que ce couple est assez solide pour se dispenser de la fusion.

Mouvante, c'est très dur ce que tu vis avec ton mari. Depuis notre dernière conversation, j'ai l'impression que tu affirmes un peu plus tes désirs personnels auprès de nous mais que la situation avec ton mari est aussi sinon plus bloquée qu'avant. Sans parler de quelques années, il est probablement encore très blessé par ce qu'il considère comme ta "trahison" et que ça vous prendra du temps d'y voir clair l'un comme l'autre. Quoique tu décides de faire de ta vie, avec ou sans lui, vos relations ne s'apaiseront qu'une fois la blessure refermée et nul, pas même lui, ne peut te dire quand ça arrivera.
Son attitude très "mâle dominant" n'arrange rien bien sûr, et la nouvelle Mouvante qu'il découvre soudain moins soumise, plus indépendante, avec des velléités de liberté qu'il n'imaginait pas, même sans amant dans le placard, doit être assez terrifiante à ses yeux. Tout ceci vous éloigne inéluctablement l'un de l'autre, votre famille en souffre, c'est vraiment la situation la plus compliquée qui puisse advenir dans un cheminement de poly.
MAIS quelle que soit l'issue de tout ça, car forcément, un jour ou l'autre tu en sortiras, les enfants vont grandir, le temps va passer, votre relation va évoluer dans un sens ou dans l'autre, quelle qu'en soit l'issue, n'oublie pas que ce qui émerge de cette période tourmentée, c'est toi.
Tu apprends à te connaître, à savoir qui tu es, ce que tu veux ou pas, ce dont tu as besoin, ce que tu aimes, qui tu veux devenir. Tu t'éveilles à toi-même et bien que cela se fasse dans la souffrance, la tienne et celle des tiens, ce que tu découvres est précieux. C'est ce qui fera qu'à l'heure des comptes et des bilans, tu pourras te regarder en face et savoir que tu as mené une vie intègre, que tu as lutté pour être toi-même, que tu t'es cassé la gueule, relevée, tu as souffert et vu souffrir, mais que tu as vécu TA vie. Je crois sincèrement que ça en vaut la peine.

Je vous embrasse toutes les deux. Merci de partager avec nous.

#
Profil

Jak

le mercredi 22 août 2012 à 09h46

Ça fait un moment que je n'étais pas venu, mais voici quelques nouvelles.

La réflexion se poursuit, lentement, mais sûrement. Ma compagne a encore beaucoup de mal à me poser des questions, donc c'est plutôt long.
Après, chacun a ses appréhensions (même moi ^^) sur la possibilité qu'elle accepte.

Personnellement, je trouve le temps long, et ça commence à être difficile pour moi. Mais je ne veux pas la brusquer ou lui mettre la pression, surtout sachant que c'est difficile pour elle aussi (et surtout pour elle, en fait).

Pour les questions qu'elle m'a posé, en voici une (une classique, je pense) :
- si ta deuxième relation souhaite plus qu'une relation platonique, que feras-tu ? : ce à quoi j'ai répondu que dès le départ, cette deuxième amoureuse sera informée des termes du contrat et des raisons qui en découlent. Si elle souhaite une modification, on en discutera tous ensemble. Si on ne tombe pas d'accord, le contrat ne changera pas. Et si ça ne plaît pas à cette deuxième amoureuse et qu'elle part, je me résignerais à la laisser partir, donnant plus d'importance à ma relation primaire.

Voilà, j'aimerai votre avis sur l'évolution des choses et aussi des conseils pour m'aider à la convaincre de venir poser des questions ici (je pense sincèrement que ça l'aiderait).

Merci d'avance.

#
Profil

Jak

le jeudi 21 mars 2013 à 09h52

Coucou à toutes et à tous,

Un simple constat sur l'année écoulée : depuis que le sujet est entré dans nos vies, j'ai fait tout mon possible pour aider ma compagne à rechercher, à parler, et lorsque j'ai senti être trop présent sur le sujet, j'ai lâché la bride.

Le problème, c'est qu'on en vient vite à ne plus du tout avancer ou aborder le sujet. Entre Septembre et Janvier, aucune discussion à ce sujet, par exemple.

Dans les quelques discussions que j'ai initié ensuite, elle m'a exprimé ses craintes que je la délaisse, ou qu'elle craque et me quitte, si nous vivions mon polyamour.
Personnellement, je souffre de ne pas le vivre, ça, c'est une chose, mais je souffre de la voir se débattre comme un poisson hors de son bocal, et ça, c'est vraiment douloureux. Nous avons parlé de poser des questions sur ce forum, et même éventuellement ensemble. Mais si je ne lui parle pas de ce sujet, j'ai l'impression qu'elle veux l'oublier et ne plus jamais en parler.

Là, elle souffre, je souffre, on souffre, ... c'est chaotique ...

J'en viens à me demander si je ne devrais pas tout simplement laisser tomber, pour qu'elle ne souffre plus.
Est-ce que je fais mal les choses ? Suis-je trop pressé ? Ou simplement pas assez fixé moi-même sur ce que je veux ? ou sur ce qu'elle veux, elle ?

#

lutine79 (invité)

le jeudi 21 mars 2013 à 10h25

Bonjour,
Patience, patience...

#
Profil

bouquetfleuri

le jeudi 21 mars 2013 à 14h42

Arrêtez de souffrir !
Ah, la belle injonction paradoxale... si c'était possible, vous l'auriez fait depuis longtemps, j'imagine !

Est-ce à dire que quand survient un problème de cette sorte on est obligé de souffrir ?
Je ne suis pas loin de le penser tant que l'on considère qu'il y a une opposition irréductible entre polyamour et monoamour et qu'ils ne peuvent coexister sereinement.
Quand on souffre, le polyamour ne doit pas être un sujet de débat, pas plus que le monoamour. Ce qui compte avant toute chose, c'est que ta compagne et toi soyez entièrement rassurés, l'un par l'autre, l'un pour l'autre. Il me semble, pour ce que j'en ai lu, que vous vivez dans un climat de confiance assez développé

C'est donc un problème de riches que vous allez traiter, et vous avancerez ensemble vers plus de polyamour et, ou plus de monoamour.

C'est effectivement une question de temps. Cela peut être très long, mais qu'est-ce qui compte le plus, bien vivre avec la personne que l'on aime ou atteindre une forme de statut marital nouveau en un temps record, quitte à détruire une belle histoire ?

J'ai l'impression que ton objectif est déjà fixé, sans qu'elle ait vraiment voix au chapitre. Voilà ce qui me paraît douloureux.
Je dis qu'un polyamour n'est épanouissant que s'il est construit ensemble, que s'il est investi par tous les partenaires. Je dis aussi que c'est un chemin dont on ne connaît pas forcément le but quand on se met en route.
As-tu demandé à ta compagne ce qu'elle voudrait pour toi comme forme de polyamour, ce qu'elle pense qui te comblerait ?

Vous aurez à inventer votre mode amoureux entre polyamour et monoamour, devenant pour l'un monocompatible et pour l'autre polycompatible...

Comme dit lutine79 : patience, patience (même si la patience ne suffit pas non plus)

#
Profil

Jak

le jeudi 21 mars 2013 à 16h25

bouquetfleuri, tu soulèves quelque chose qui m'avait échappé :

bouquetfleuri
As-tu demandé à ta compagne ce qu'elle voudrait pour toi comme forme de polyamour, ce qu'elle pense qui te comblerait ?

C'est une question à laquelle ma compagne répondra, soit pour l'avoir lu ici, soit parce que je lui poserai la question.

bouquetfleuri
C'est effectivement une question de temps. Cela peut être très long, mais qu'est-ce qui compte le plus, bien vivre avec la personne que l'on aime ou atteindre une forme de statut marital nouveau en un temps record, quitte à détruire une belle histoire ?

J'ai l'impression que ton objectif est déjà fixé, sans qu'elle ait vraiment voix au chapitre. Voilà ce qui me paraît douloureux.

En ce qui concerne le temps, j'ai un gros défaut couplé à un vécu pas particulièrement terrible.
J'ai vécu tellement de déceptions amoureuses que de me trouver dans une situation qui ne me laisse pas tellement de marge de manœuvre, et bah, je panique, et j'ai tendance à être maladroit (et pressé d'en sortir, du coup).

Afin de tenir le coup, je me suis lancé dans une pratique addictive de jeu vidéos et de ma passion musicale (étant musicien). Mais quand je n'ai rien à faire, je replonge dans mes cauchemars, c'est particulièrement déroutant.

Pour souligner le point important : je n'envisagerai jamais de sacrifier notre histoire pour vivre mon polyamour. Ma compagne et moi ne pourrions supporter une séparation, pas après tout ce que l'on a vécu jusqu'ici.

En ce qui concerne mon objectif premier, il a toujours été de faire tout mon possible pour que ma compagne soit la plus heureuse possible. Si dans ce cas, l'impression que je donne est différente, j'en reviens à une certaine maladresse de ma part.
Après tout, le polyamour reste encore relativement récent, même pour moi. J'ai eu plus de temps que ma compagne pour réfléchir à la question, mais cela ne fait que quelques années (3-4) que j'ai pris conscience de tout ça.
Je n'imagine pas vraiment le temps nécessaire à construire ce nouveau mode amoureux.

bouquetfleuri / lutine79
Vous aurez à inventer votre mode amoureux entre polyamour et monoamour, devenant pour l'un monocompatible et pour l'autre polycompatible...

Comme dit lutine79 : patience, patience (même si la patience ne suffit pas non plus)

Beaucoup de travail sur nous en perspective. Une longue discussion pour ce soir aussi.

#
Profil

Lagentda

le dimanche 02 août 2015 à 17h03

Je fais un peu de spéléologie.
Je ne sais pas ce qu'il est advenu de Jak, mais en tout cas le sujet est intéressant, et rejoint certains questionnements classiques (le mono/poly, abordé ici du côté poly).
Ca m'a permis aussi de découvrir le terme de "congruence" en sciences sociales : correspondance exacte entre l'expérience et la prise de conscience. J'ai l'impression que c'est ce qui fait la différence entre les polyamoureux chevronnés (ce que je ne suis pas) et les autres : on peut adhérer à la logique de certaines idées de base du polyamour, avoir l'impression de le comprendre, et ne pas en avoir l'expérience. Si bien que dans nos discussions avec des partenaires mono, on arrive pas à être convaincant au point de douter d'être vraiment convaincu soi-même.
Bref, le doute s'installe. Mais, il ne faut pas baisser les bras, tout en étant patient, et essayer de profiter de la vie tout en essayant de répondre à des questions qui ne sont pas seulement centrées sur la problématique polyamour/monoamour.
Bien sûr, il y a les deux questions classiques : qu'est-ce que l'amour ? Suis-je heureux ?
Et après, pleins de questions sur soi-même, et ses interactions sociales :
-quel est le niveau d'engagement auquel j'aspire ?
-quelle est ma part d'égoïsme ? d'empathie ? dans mes décisions/non-décisions ?
-quel est la part de subi et de voulu dans mes choix de vie ?
-qu'est-ce qui est important ? qu'est-ce qui est particulier dans la relation à cette personne ?
-dans quelles configurations je ressens le plus l'intensité de l'amour ? dans quels moments en revanche j'ai l'impression d'être froid ?

Bref, que de questions...

#
Profil

Jak

le vendredi 07 août 2015 à 17h45

Salut,

Je suis assez étonné de cette "spéléo", surtout que ma situation n'a pas sensiblement changé ...

Rassurerais-je en indiquant que je n'ai pas disparu ?

En tout cas, je suis curieux de savoir ce que tu penses de cette discussion que tu as remontée ?

#
Profil

bonheur

le dimanche 09 août 2015 à 18h18

Pour Lagentda et Jak. Je ne connaissais pas ce terme de congruence et je ne sais pas si je le comprend vraiment. J'ai toujours du mal avec les définitions nouvelles si elle ne me parle pas directement.

Je pense en effet qu'il y a un gouffre énorme entre comprendre un concept et vivre une situation. D'ailleurs, dans mon cas, je n'ai pas cherchée à imposer ma polyaffectivité dans un couple plutôt classique à la base. C'est mon amour pour une tierce personne qui est venu chambouler ma vie et par conséquence celle de mon conjoint.

Par contre, j'écoutais à une époque une chanson qui n'avait rien de spécial en soi mais qui me revenait souvent. Aujourd'hui, elle me parle d'une manière tellement concrète. Sans doute qu'elle avait déjà un sens particulier lorsque j'étais pré-adulte (et donc à l'époque de mes prises de décisions pour construire ma vie), mais, malgré un coeur qui souffrait déjà à l'idée d'annoncer mes fiançailles à un homme que j'aimais pourtant tellement, je n'ai pas percutée. C'est très con. Par la suite, j'ai fait des rencontres qui m'avaient permis de partager avec de tierce personne un lien proche. Et pourtant là encore, je n'avais pas percutée.

Est-ce la peur que cette tierce personne décède qui a enfin fait office de percuteur ? Etait-ce juste le moment venu pour moi de me regarder enfin en face ? Un amalgame des deux, je crois. Et sans doute aussi d'autres facteurs. Suite à la discussion "réveil, évolution, je relève mes manches ???", je pense de plus en plus que la reconnaissance de sa vrai nature ne peut se faire que dans la douleur. La douleur est un moteur puissant pour se découvrir et s'obliger à faire la connaissance de soi.

Sans cette démarche, sans ce "processus", on peut passer éternellement à côté de soi, sans se reconnaitre.

#
Profil

Jak

le lundi 10 août 2015 à 11h07

Bonjour bonheur,

Je suis d'accord avec toi : la reconnaissance de sa vrai nature ne peut se faire que dans la douleur.
Est-ce que quelqu'un qui a toujours tout eu sans faire d'effort connaît ses limites ? Peut-il même se les imaginer ?
J'en doute.

Comprendre le concept de Polyamour et le vivre reste dans cette dynamique.
La prise de conscience de sa polyaffectivité (pour te citer) va forcément demander d'accoucher dans la douleur.
Déjà, pour comprendre comment notre Moi que l'on connaissait jusqu'alors, va évoluer avec cette nouvelle donnée. Parce que forcément, sa conscience de soi-même va en être changée : suis-je normal(e) ? est-ce bien ? mal ? quelles sont mes nouvelles attentes dans ce nouveau contexte ?
Ensuite, et surtout, comment gérer les "autres", aux différents degrés d'intimités (connaissance, copain/copine, ami(e), amant(e)). Être en paix avec soi-même sur le sujet, c'est une chose, le partager avec son entourage proche ou moins proche est un deuxième pas souvent difficile à faire.

Le plus douloureux dans ce cas, c'est que parfois, on n'est pas seul avec soi-même pour avoir le temps de passer ces étapes.
Et non ... le plus souvent, cela intervient à un moment où on vit déjà avec une personne formidable, qui sera malheureusement affectée par cette prise de conscience.
On souffre alors, et notre moitié souffre aussi, mais on n'y peut rien, sauf se mettre dans les dispositions pour en discuter avec assez d'ouverture d'esprit.

Mais cet accouchement peut parfois donner naissance à de beaux bébés, on le voit parfois dans ce forum.

#
Profil

bonheur

le mardi 11 août 2015 à 10h27

Oui, être avec soi-même et être avec l'autre, il faut arriver à cela. Surtout il faut la volonté de dynamique commune qui ne laisse pas de place à l'implicite. Dès que l'on remet en doute l'amour, celui-ci s'altère d'une manière irrémédiable. Je le constate avec les relations secondaires que j'ai eu (la dernière personne que j'ai quitté pensait qu'il était nécessaire de me mettre à l'épreuve en étant désagréable avec moi volontairement). Je peux comprendre et accepter bien des choses, mais rien ne m'oblige à subir les comportements destructeurs des autres. Je préfère en garder le bon et partir

Aujourd'hui, j'aspire donc à vraiment bien connaître la personne (je crois que deux ans est appréciable). Je ne dis pas qu'il ne faut pas que l'amour ne s'exprime pas, sinon nous serions des prisonniers idiots mais ne pas trop rapidement corps au relationnel lui-même, passer par un stade intermédiaire. Le hic, pour moi en tout cas, c'est que j'ai cela à découvrir et j'avoue que ça m'effraie un peu. Je pense que la perception des premiers signes sera importante. L'évolution aussi et pour les relations à distance ne pas prendre pour argent comptant ce qui est exprimé par écrit.

#
Profil

Jak

le mardi 11 août 2015 à 11h36

Personnellement, être avec moi-même, c'est devenu plus simple que d'être avec l'autre.
C'est dur à admettre, mais d'avoir amené le "débat" sur ma polyaffectivité avec ma moitié a semble-t-il brisé quelque chose entre nous. Et je le sens plus qu'elle, qui a du mal à l'admettre.
Sans parler de remise en cause de notre amour, ça à remis en cause surtout notre manière de l'appréhender (autant elle que moi). Et tout cela, sans que j'ai la moindre relation secondaire, puisque je ne me le suis jamais autorisé, puisqu'elle n'y consentirait pas.

Après, il est vrai qu'aujourd'hui, que ce soit secondaire ou principal, trouver une relation sérieuse qui ne s'enlise pas dans des mises à l'épreuve absurdes ... À ce titre, il ne faut pas se laisser entraîner par les comportements inappropriés (qu'ils soient destructeurs ou simplement trop ambiguë).

Autrement, le fait que tu sois effrayé par la découverte des autres est bon signe, je trouve. Cela signifie que tu es consciente du fait que rien n'est jamais garanti, avec qui que ce soit.
Sans rester méfiant, cela pousse surtout à ne pas se faire d'illusion, car rien n'est parfait, tout juste suffisamment "imparfaitement parfait" pour être attachant.

Question relation à distance, je pense que c'est le genre d'histoire qui tient très difficilement. Il est tellement facile d'amener des faux-semblant à quelqu'un qui ne nous vit pas au jour le jour.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 09h21

Jak, je t'ai fait parvenir un message personnel suite à ce post. Il doit être dans ta messagerie personnelle (éventuellement dans les spams ou les indésirables).

#
Profil

Jak

le jeudi 13 août 2015 à 10h37

Je n'avais pas jeté de coup d'oeil à mes mails depuis longtemps.
Ton post ici m'a donc entraîné vers ton message.

Je vais y répondre, même si (ne t'en étonne pas), je risque de ne pas te répondre tout de suite.
Tu en comprendras la raison dans ma réponse.

#
Profil

bonheur

le jeudi 13 août 2015 à 11h06

(+)

#
Profil

Jak

le mardi 31 octobre 2017 à 17h30

Bonjour à tous,
Cela faisait (très) longtemps que je n'étais pas venu ici.

Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai eu comme une envie de repasser sur ce site et d'y revenir à ce que j'avais raconté, mon histoire.

Les choses ont beaucoup évolué. D'abord, parce que, début 2016, j'ai vécu une expérience de mort imminente, qui m'a forcé à voir beaucoup de choses en face, à commencer par moi-même.
Cela m'a aidé à me rendre compte de qui j'étais et de ce qui m'entourait.
Avec ma moitié, nous avons fait un chemin, passage obligé pour nous deux, car notre couple arrivait au point mort.

A ce moment-là, nous avons fait un constat amer : l'amertume avait empoisonné notre relation, j'étais devenu aigri et agressif, elle s'était renfermé et subissait.
Nous souffrions tous les deux.

Au final, nous avons chacun vu un psy (-chiatre pour moi, -chologue pour elle). Dans les deux cas, nous avons eu la chance de tomber sur des gens ouverts et qui nous ont réellement accompagné dans notre démarche de vouloir revivre.
Car oui, cela a été une renaissance pour nous.

J'ai recommencé à voir les choses de manière positive, je me suis rendu compte de mes erreurs, mais aussi de tout le soutien que j'avais eu de ma moitié toutes ces années.
Elle a commencé à s'assumer et à réfléchir à elle, à moi, à nous.
Nous avons recommencé à communiquer, à échanger nos ressentis, nos réflexions.

A un moment donné, j'ai eu un coup dur, car je me suis rendu compte que j'étais tombé amoureux d'une de nos amies.
Ma moitié et moi avons discuté de cela et elle m'a expliqué qu'elle avait fait du chemin sur toutes nos discussions au sujet du polyamour. J'étais content, même si un peu effrayé, car cela faisait un changement auquel je ne m'attendais pas.

Au final, je me suis embrouillé avec notre amie, ce qui m'a beaucoup fait souffrir.
Ma moitié m'a beaucoup soutenu, et avec mes amis, j'ai pu éviter de rechuter dans mes vieux travers.

Si je devais dresser un bilan, je dirai que je vois l'avenir sereinement.
Ma moitié et moi échangeons par moment sur le polyamour, car c'est ce que je suis. Mais le débat n'est plus fermé, il est ouvert et nous échangeons bien plus sainement nos avis et nos ressentis.

Pour le moment, nous sommes toujours en situation de couple monogame.
Je n'ai rencontré personne depuis qui puisse changer cette situation, mais maintenant, ma moitié et moi, nous aborderions un tel changement ensemble, et plus chacun de notre côté.

Je me sens bien mieux, et j'espère que les choses continueront en ce sens.

Merci pour ceux qui m'auront lu.

#
Profil

bonheur

le jeudi 02 novembre 2017 à 13h46

Désolée Jak. J'étais peu présente ici ces derniers jours. Tu suis ton chemin et ta compagne est présente. Vous êtes beau individuellement et magnifiques ensemble. Bravo pour votre évolution, avec ou sans situation poly. Vous avez une dynamique commune et c'est important. N'oublie pas, le parfait n'existe pas :-D .

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion