Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamoureux mais monogame par choix

#

Dr Freud (invité)

le lundi 04 juin 2012 à 14h26

La majorité des dépressions (en dehors de celles qui font suite à un deuil ou un événement douloureux) viennent du décalage entre vie rêvée et vie réelle, entre les choix que l'on fait et ceux qu'on aurait aimé faire. Quand on renie en quelque sorte ce que l'on est. Alors oui, il est fort possible que ce moment de déprime vienne du renoncement au polyamour, fait pour des tas de raisons sûrement valables, mais qui créent un décalage avec ta vraie nature.
Comme il est difficile de vivre avec un conjoint dépressif, ta compagne a sûrement remarqué que tu ne vas pas bien, et c'est peut-être le moment de lui reparler de ta vraie nature, à froid, sans amante sous le coude, juste pour lui dire combien tu te sens mal. Si elle t'aime, elle doit pouvoir comprendre.

#
Profil

Jak

le lundi 04 juin 2012 à 14h58

Merci pour ta réponse, qui confirme donc la cause de ma déprime.

Je me prends sûrement trop la tête, mais, je n'ose pas lui en parler, surtout quand je me souviens de ce que ça avais provoqué la dernière fois (malgré le fait que je l'ai fait à froid aussi).

De son côté, elle vois bien que je déprime, mais je minimise pour qu'elle ne s'inquiète pas, et aussi pour éviter le sujet.

J'ai tendance à cacher mon mal être en général, mais ça devient visible, petit à petit. Ce que je ne veux surtout pas, c'est me jeter dans le vide alors que j'essaie désespérement de m'en sortir.
J'ai accumulé beaucoup de peur (de la perdre, de me perdre), de perte de confiance (en moi et en mes proches). Ça fais trop de choses à porter.
Le pari est trop risqué pour que je m'y prenne n'importe comment.

C'est la raison principale qui me pousse à venir chercher conseil parmi les polyamoureux.

#
Profil

LuLutine

le lundi 04 juin 2012 à 17h08

Bonjour Jak,

Jak
Merci pour ta réponse, qui confirme donc la cause de ma déprime.

J'aurais répondu peu ou prou la même chose que "Dr Freud", si ce n'est que nous ne sommes pas dans ta tête, et je ne pense pas que quelqu'un ici (et quand bien même serait-il psychiatre ou psy-quelque chose) puisse poser un diagnostique 100% fiable sur ton état.
Oui, c'est possible que le fait de renier ta nature (disons-le ainsi) soit une cause (il y en a peut-être d'autres), et peut-être même la principale cause de ta déprime.

C'est une possibilité, oui. Mais personne ici ne pourra te le certifier...

Jak
J'ai tendance à cacher mon mal être en général, mais ça devient visible, petit à petit. Ce que je ne veux surtout pas, c'est me jeter dans le vide alors que j'essaie désespérement de m'en sortir.

Comme je te comprends. D'ailleurs si tu trouves une solution pour ne pas tomber dans le vide, je suis preneuse aussi. Quand l'équilibriste perd son balancier, ça devient difficile pour lui...
Je crois que certains modes/rythmes de vie, certaines activités et/ou certaines personnes de notre entourage font souvent office de balancier. Quand ils ne sont plus là, la chute est inévitable.

#

Popol (invité)

le lundi 04 juin 2012 à 17h49

Jak...
hello...

je ne vois qu'une chose à faire...

... aller en parler à un psy. -Chologue plutôt que-âtre, ils font du meilleur boulot à mon avis.

J'ai relu nos échanges, ben, j'aimerais, si ça continue.

#
Profil

Jak

le lundi 04 juin 2012 à 20h01

Merci de vos réponses.

C'est vrai, que rien ne peut être garanti à 100% sans avoir toutes les infos. J'ai tendance à m'avancer tellement je suis pressé de trouver la cause (et donc la solution) de ce mal-être.

Et : oui, il n'y a probablement pas que le deni de ma nature qui fait pencher ma balance vers le vide, mais pour le moment, mais comme tu le dis, c'est (sûrement) mon plus gros problème. Maintenant, il est possible que je me trompe.

Parler à un psy ... pas évident dirons-nous. J'ai eu quelques précédents : ayant été enfant d'un couple divorcé (et l'ayant assez mal vécu), j'ai déjà vu pas mal de gens de ce côté-là. Je n'ai pas confiance en leur compétences, qui pour moi ne se limite qu'à un questionnaire automatique sur Facebook et qui vous sort des phrases toutes faites et pas réellement empreintes de bon sens ni de réel compréhension à mon égard (mais j'ai peut-être eu la malchance de ne tomber que sur des charlatants. je suis quand même conscient que tous les psy ne sont pas incompétents).

De plus, je dois avouer qu'un certain trait de moi-même aurait tendance à vouloir psychanalyser le psy (-chologue ou -chiatre). Tu devrais savoir de quoi il s'agit Popol :-) .

Dernière chose à ce sujet, je dois avouer que malgré ma paye plutôt confortable, je ne me vois pas payer pour ce genre de prestation (d'autant plus que je n'estime pas très bien la profession).

La mention d'une personne pouvant faire balance qui aurait disparu du paysage n'est pas à exclure, vu que je ne vois plus grand monde en ce moment, c'est fort probable.

Là, à dire vrai, je suis un peu déboussolé, et je post ici un peu sous le coup de l'émotion. Donc, si j'ai tendance à être plus ou moins cohérent, veuillez ne pas trop m'en tenir rigueur, je m'en excuse en passant.

J'ai prévu ces prochains jours de me prendre un peu de repos afin de respirer un peu d'air frais et de réfléchir sans me prendre la tête. Cela m'aidera peut-être un peu.

En tout cas, ça me fais plaisir de vous revoir tous(tes) les deux me poster une réponse (Popol : j'apprécie aussi nos échanges :-) ).

#

Popol (invité)

le lundi 04 juin 2012 à 20h29

;-)

vouloir psychanalyser le psy (-chologue ou -chiatre). Tu devrais savoir de quoi il s'agit Popol :-) . Dernière chose à ce sujet, je dois avouer que malgré ma paye plutôt confortable, je ne me vois pas payer pour ce genre de prestation (d'autant plus que je n'estime pas très bien la profession).

Mézigues, chaque fois que je débourse chez Mâme Roux le montant d'un repas en bon restaurant pour deux personnes, j'en veux pour mon argent, alors je bosse. Et si ça ne me va pas, je le dis; d'ailleurs le contrat de base entre psy et patient comporte cette franchise - on peut pas reprocher à un garagiste de pas pouvoir régler le moteur si on ne lui donne pas la clé de la bagnole...

Si c'est pas ton truc, c'est pas ton truc.

Mais j'ai rien de mieux en magasin, franchement. C'est vrai qu'il faut vouloir se mettre au boulot, et en plus, comme au début les défenses doivent tomber pour pouvoir reconstruire autre chose, on est un premier moment encore plus mal.

A toi de voir.

;-)

#
Profil

mHysterie

le lundi 04 juin 2012 à 21h13

Ah c'est sûr, les psy, s'ils ne sont pas des charlatans, ne vont pas te faire croire qu'ils ont la clé, une recette miracle ou des pouvoirs magiques pour résoudre tes problèmes. Pour ça, mieux vaut aller voir des rebouteux, des magnétiseurs et autres. :-)

Donc, oui, tu payes et tu bosses (et c'est toi le mieux placé pour ça, pas le psy) !

Il y a différentes façons de mener des psychothérapies, la psychanalyse est un cadre (et plein de psy de ce courant l'adapte, en général) parmi tant d'autres ! Certains psy vont plutôt te questionner sur tes ressentis, d'autres vont préférer t'intégrer dans un système (ta famille) etc. Ce sont des cadres de travail différents. Si tu veux avoir l'impression d'agir concrètement sur ta vie (tes symptômes) de manière directe, il y a même des psy comportementalistes !

Après, il faut être vigilant concernant les psychanalystes et les psychothérapeutes qui ne sont ni psychiatre ni psychologue, car pour avoir ces titres, ils n'ont pas forcément suivi d'études. Les psychiatres ont fait des études de médecine avec une spécialisation et les psychologues ont suivi au moins 5 ans d'étude en psychologie (niveau Master 2 Pro).

Comme le dit Popol : à toi de voir. Je ne cherche pas à t'inciter à faire quoique ce soit, je ne le dis même pas spécialement pour toi, j'informe juste dans l'espoir de laisser plus de place au choix et moins de place aux préjugés.

Message modifié par son auteur il y a 8 ans.

#
Profil

Jak

le mardi 05 juin 2012 à 10h24

C'est vrai que j'ai tendance à me reposer sur mes mauvaises expériences plutôt que de reprendre la base. Du coup, pour le psy (-chatre, -chologue ou autres), je vais y réfléchir : je n'arrive pas à parler facilement (l'écriture en revanche, m'aide beaucoup à m'exprimer) et laisser tomber mes défenses me fait encore penser au fait de laisser mes points faibles à découvert.

J'ai toujours beaucoup fait pour me protéger (peut-être trop), il n'est donc pas facile pour moi aujourd'hui de me confier verbalement à un psy (déjà qu'il m'est difficile de le faire avec mes proches).
On peut me dire que de venir ici pour en parler contredit cela, mais ce n'est pas pareil pour moi.

Je tiens aussi à préciser quelque chose : je n'ai pas de préjugé sur les psy, simplement un mauvais retour d'expérience sur les psy de ma région.
Travaillant sur Paris, je peux éventuellement tenter de voir par-là ...

Après, une autre apréhension qui me porte est le fait d'aborder le sujet du polyamour avec le psy. j'ai cru comprendre qu'une certaine quantité de psy ne sont pas encore sensible à ce sujet et auraient tendance à ne pas gérer correctement celui-ci. De ce côté-là, auriez-vous des suggestions ?

J'espère avoir le courage de parler, de passer mes défenses. En attendant, je tente de parler avec ma compagne, mais je n'arrive pas à entrer dans le vif du sujet.

Merci de vos réponses.

#
Profil

mouvante

le mardi 05 juin 2012 à 13h56

rapidement : normalement un psy devrait etre non jugeant. Y compris sur tes facons de voir l'amour.
Si tu n'es pas à l'aise avec l'approche psy "classique" (psychologue, psychanalyste, psychiatre), il y a aussi des "méthodes" (je ne trouve pas le terme adapté ici) qui proviennent de l'écoute active, la communication non violente etc. Il y en a plusieurs.

#

Popol (invité)

le mardi 05 juin 2012 à 18h14

Qu'est-ce qui fait la différence, Jak, entre te confier ici et te confier à quelqu'un?

*******************************************************************************

A part ça, il y a aussi des psys qui vont juste dire que polyamourer est un stade avant de se fixer... donc une signe d'immaturité... on les merde, ceux-là.

A défaut de connaître de "bonnes" adresses, ça fait partie du jeu de chercher la personne avec qui ça va matcher. Une, deux, trois personnes, jusqu'à trouver la bonne parfois.

P'tit détail: les psychologues les meilleurs que je connaisse sont ceux qui ont pris le temps, quand j'ai demandé rendez-vous, de causer avec moi un petit dix minutes pour évaluer le type de travail à faire et le degré d'urgence. C'est à ce moment que tu pourrais vérifier si le polyamour fait partie des choses dont tu peux traiter avec çuissi ou çuilà.

Avissauzamateurs.

#
Profil

Jak

le mercredi 06 juin 2012 à 09h47

Merci pour vos retours d'expériences, ça m'aidera à trouver quelqu'un qui m'inspirera confiance.

Popol
Qu'est-ce qui fait la différence, Jak, entre te confier ici et te confier à quelqu'un ?

*******************************************************************************

Pour répondre à ta question :
- me confier aux gens que je connais implique nécessairement un échange verbal, qui me mettra forcément mal à l'aise et je ne pourrais pas sortir un mot de ma bouche.
- me confier ici implique nécessairement de communiquer via l'écrit, qui ne m'inhibe en aucun cas.

Le souci, c'est que les gens que je connais ne voudront pas passer exclusivement par l'écrit juste pour me permettre de me confier.
Alors qu'ici, j'ai cette liberté.

L'autre solution qu'il me reste est l'e-mail.

Enfin, maintenant, je cherche un psy. J'espère trouver.

#

Popol (invité)

le mercredi 06 juin 2012 à 14h11

Un psy virtuel... Idée à creuser!

Je te souhaite de trouver qui il te faut.

Et au passage... ça fait partie du contrat d'arriver à parler, beaucoup de gens ont de la peine, non pas à s'exprimer, mais à faire confiance.

Un truc à creuser aussi? ;-)

#
Profil

LuLutine

le mercredi 06 juin 2012 à 15h23

Jak
- me confier ici implique nécessairement de communiquer via l'écrit, qui ne m'inhibe en aucun cas.

Mais si tu as du mal à parler, même à un psy, tu peux peut-être venir à la première séance avec une lettre ?
Il la lira et peut-être que ça permettra d'amorcer le dialogue...?

#

Popol (invité)

le mercredi 06 juin 2012 à 16h27

C'est ce que j'ai fait la toute première fois, tellement j'étais incapable de dire qui que ce soit.

Donc, ouais, bonne idée.

#
Profil

Jak

le mercredi 06 juin 2012 à 16h37

C'est vrai que c'est une bonne idée.

Qui ne sera peut-être pas utile, puisque j'ai pu amorcer le dialogue avec ma compagne ... qui m'a avoué avoir suivi les discussions du site depuis des mois (dont celle-ci).

Nous avons donc commencé à reparler (bon, par mail puisque je suis au travail, mais annonciateur d'une bonne vraie discussion à la maison).

J'attends de voir l'issue de ces premiers échanges.
Je continue quand même de chercher la voie du psy, au cas où nous bloquerions, quitte à aller voir ce psy à deux : puisqu'il s'agit en grande partie d'un sujet de couple, cela aiderait d'aborder le problème en couple.

#

Popol (invité)

le samedi 16 juin 2012 à 20h14

Hello!

Comment vas-tu`?

#
Profil

Jak

le dimanche 17 juin 2012 à 18h59

Hello Popol,

Pour répondre à ta question, c'est pas encore ça, mais les discussions avec ma compagne avancent doucement.

Du coup, je vais mieux.

#

Popol (invité)

le dimanche 17 juin 2012 à 19h05

:-) :-) :-) :-) :-)

#
Profil

Jak

le dimanche 17 juin 2012 à 19h20

Je sais qu'elle lira ça plus tard, mais j'aimerai proposer quelque chose à ma compagne.
Je ne pense pas qu'elle accepte, mais n'étant pas complètement fermée (et mon idée n'étant pas trop brute) je tenterai : j'aimerai qu'elle me laisse la possibilité de vivre une relation platonique en dehors de notre couple.

Cela me laisserait la liberté de voir quelqu'un d'autre, sans qu'aucune relation physique ne s'installe.

Qu'en pensez-vous ?

#

Popol (invité)

le dimanche 17 juin 2012 à 19h32

Un bout de progrès!

Je m'attends à ce qu'il lui faille aussi du temps pour l'accepter, si elle le fait, je veux dire entre le moment où tu lui en parlera et... et... va savoir.

Oublie pas de lui demander qu'est-ce qui la mettrait en sécurité pour pouvoir accepter. Et si tu as quelqu'un en vue, ou pas, d'être parfaitement franc avec elle sur ce point.

Ce que je comprends de toi, c'est que tu es loyal au point de battre en retraite si elle dit oui, puis non.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion