Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Polyamour et vie professionnelle

Social
#
Profil

Livia

le mardi 13 octobre 2015 à 21h47

Comment vous le gérez vous ?
Question volontairement très ouverte, je le reconnais :-)

D'avance merci pour vos témoignages !

#
Profil

Nicolas_Fox

le mercredi 14 octobre 2015 à 06h30

J'évite de parler de ma vie privée et je parais être un homme cisgenre monogame lambda.

Je me mords les lèvres plus d'une fois par jours entre les réflexions sexistes, genrés et bien sûr en ce qui nous concerne ici : monogame.

Pourquoi agir ainsi ? La flemme de devoir expliquer à des gens qui semblent ouvert mais pas tant que ça.

Et puis la peur d'être catalogué et ennuyé par des blagues ou réflexions mal placés qui indubitablement risquent de nuire à l'ambiance de travail.

Bref, à moins de me rapprocher d'un.e collègue de confiance je garde ma vie privée pour moi.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le mercredi 14 octobre 2015 à 07h51

Moi ce serait plutôt tout l'inverse de Nicolas0207. Je n'hésite pas à "heurter" (dans le sens d'interpeler) l'opinion d'autrui, ce qui titille la curiosité et ensuite j'explique.

De toute façon, je suis en général considérée comme une personne qu'il ne faut pas ranger dans des cases. Avec ma patronne et mon patron (c'est un couple), je me suis toujours abstenue car ils ne veulent pas mélanger vie privé et le boulot, mais même eux ont vite compris, bien que n'ayant pas beaucoup poser de vraies questions.

Aux yeux de ma patronne, je n'entre dans aucune case et aux yeux de mon patron, la plus jeune de ses employés dans sa tête, c'est moi, car j'avais demandé un congé pour participer à une techno-parade. Pour lui, j'ai plus une optique de jeunes que de personnes de mon âge.

Autrement au boulot, je m'entends bien avec à peu près tout le monde, y compris avec les personnes que je croise régulièrement, qui m'apprécient beaucoup, et qui ne sont pas de mes collègues... je vois énormément de gens différents dans mon travail, c'est ce qui fait le charme de mon métier.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

#
Profil

bonheur

le mercredi 14 octobre 2015 à 07h52

Autrement question gestion d'emploi du temps, c'est très merdique comme horaires. Comme mon mari travaille dans le même domaine et mon affectif aussi, on se voit autant que l'on peut. Nous avons une bonne compréhension mutuelle par rapport à cela.

#
Profil

Livia

le mercredi 14 octobre 2015 à 20h05

Merci à vous 2 pour ce partage d'expérience. À vrai dire, si je vous pose cette question, c'est parce que certaines personnes de mon entreprise et plus précisément, de mon équipe m'ont surprise avec differentes compagnies (à l'extérieur évidemment)
Du coup, j'ai le sentiment que ça jase un peu à mon sujet alors que je suis quelqu'un qui ne dit mot sur sa vie privée (et justement, moins on en dit, plus cela intrigue !).
Je ne me sens pas particulièrement perturbée car j'assume mes choix et ce que je suis. Pourtant, j'avoue me poser quand même quelques questions sur la façon de gérer une situation de ce type...

#
Profil

bonheur

le mercredi 14 octobre 2015 à 20h38

Pour ce qui me concerne, Livia, lorsque j'intrigue, je n'emploie jamais des mots tout fait comme polyamour ou même polyaffective. J'explique plutôt que j'ai pris conscience que le mariage pouvait être un enfermement, si l'on considère ce dernier en fonction des critères communément admis. J'indique que j'ai fait ma révolution, que mon mari m'a accompagné dans cette évolution, afin que je puisse devenir pleinement heureuse, dans le sens où maintenant je me suis reconstruire suivant ma vrai nature. C'est seulement alors que j'explique que j'ai cette capacité, qui m'est personnelle, et que mon mari ne partage pas, d'aimer sentimentalement des personnes en dehors de mon mariage. Mon honnêteté spontanée fait que je ne dissimule pas mes sentiments et que je vis donc mes relations sans mensonge ni cachoterie. Ensuite, je laisse venir les questions.

Je crois qu'il est important d'expliquer ce travail de déconstruction, de remise en question des normes et des idées reçues, notamment sur l'étiquette que je porte qui est celle de "femme mariée".
Enfin, c'est ce qui me concerne. Curieusement, j'ai souvent des retours de compréhension relativement positive. Je n'hésite pas non plus à indiquer que pour vraiment me comprendre, il faut comprendre la déconstruction et comprendre que ce sont mes émotions à la base, puis l'installation de sentiments importants et sur la durée qui "m'impose" d'être ainsi. J'indique que je refuse de tuer ma capacité à aimer et que l'amour constitue mon principal moteur d'énergie et mon bonheur.

#

(compte clôturé)

le jeudi 15 octobre 2015 à 11h37

je pousse l'histoire un peu plus loin: pourquoi le polyamour ne pourrait pas devenir un outil de réseautage professionnel?

ça m'est déjà arrivé quelques fois que des gens que j'ai croisé aux cafés poly sont devenus pour la suites des collègues ou des clients, ou viceversa que des gens de mon entourage professionnel se soient découverts poly (ou dans un autre point de l'univers LGBT) pour la suite.

En plus il y a aussi des associations professionnelles LGBT comme Network.ch ou Lwork.ch: personnellement je rêve d'une association professionnelle LGBT inclusive, ou il y ait un peu de tout: gays, lesbiennes, bisexuels, trans, libertins, polyamoureux...

#
Profil

Kallista

le jeudi 15 octobre 2015 à 23h23

J'ai deux collègues que j'ai mis au courant de cet aspect de ma vie. L'un complétement par "erreur", et l'autre par choix - elle m'a semblé être une personne ouverte, avait eu des réflexions intéressantes sur le couple, bref, ça a été assez spontané et naturel de lui raconter un peu.
A côté de ça, j'essaie de ne pas trop en parler. Notamment parce que mes collègues sont, en grosse partie, des hommes qui ont déjà fait preuve de sexisme devant moi et que mon compagnon principal étant un collègue, je ne tiens pas à ce que le bruit court - on aurait vite fait de le cataloguer d'une façon qu'il n'apprécierait pas, et il ne tient pas à ce que ça se sache de toute façon. Même si aujourd'hui, "avoir plusieurs meufs" ce serait perçu comme "trop la classe" par ses collègues au vu de la mentalité.
Du coup, même si je me laisse le droit de donner mon avis et de réagir quand j'entends des choses qui m'interpellent, je ne réponds pas aux questions concernant ma vie intime - ou alors en omettant une partie de la vérité (oui, le mec que tu as vu c'est bien "un" copain, et oui, c'est pas celui dont je t'avais parlé, mais non non non y a rien de bizarre là dedans). Je les laisse dans un "flou artistique" et me sert de mon image assez "sage" pour faire passer le tout comme si de rien n'était. Ça marche pas trop trop mal, étant donné que le sujet reste suffisamment tabou pour que personne n'ose de questions plus frontales - auxquelles je ne répondrais pas de toute façon.
Là où c'est cool, c'est que du coup les deux collègues au courant sont de super bonne volonté quand il s'agit de me dire "fais gaffe, lui il a comprit un truc comme ça", "fais gaffe, sur ton facebook t'as laissé passer ça" ou "fais gaffe à tel ou tel collègue, il est connu pour colporter les ragots". Leur en parler m'a permit de découvrir en eux aussi bien des alliés dans la confidence que des amis.
Un jour ou l'autre, je pense que ça finira par se savoir. Mais comme il a été dit un jour par ici (ou en café poly, je sais plus), on a aussi tendance à oublier la capacité des gens à s'en foutre royalement. ;)

#
Profil

LuLutine

le jeudi 29 octobre 2015 à 01h12

Kallista
Mais comme il a été dit un jour par ici (ou en café poly, je sais plus), on a aussi tendance à oublier la capacité des gens à s'en foutre royalement. ;)

Ca a été dit en café si je me souviens bien, à Paris, et je me souviens même par qui. ;)

Oui, beaucoup s'en fichent, mais pour ma part je ne parle pas de ma vie privée. En même temps, on ne me demande rien.

Je suppose que je passe pour une célibataire, ou alors une personne qui "a" peut-être quelqu'un mais qui n'en parle pas, sans pour autant être en "couple officiel" (genre mariage ou concubinage). A priori, on sait que je n'ai pas d'enfants. Pour le reste...je me cache, comme à mon habitude quoi. (Me cacher, c'est pas toujours volontaire, c'est une réaction partiellement inconsciente acquise et automatique. Il fut un temps, ça a été en quelque sorte une question de survie. Et je n'étais alors même pas poly - un peu trop jeune pour ça ! ;) )

Ah, une fois (peu de temps avant de changer de poste, de lieu, de collègues) j'en avais parlé à un collègue qui me semblait assez ouvert (et "différent" des autres), il l'a en effet été, il a trouvé ça particulier je crois mais sans pour autant juger.

#
Profil

rimba

le jeudi 29 octobre 2015 à 11h02

Ah ! En voici une question qui m'a fait réfléchir. Je vis dans une ville de taille moyenne, dans laquelle je croise souvent des collègues en allant boire un verre ou acheter le pain. D'ailleurs il y a un collègue que je croise systématiquement à chaque fois que je me balade avec un nouvel amoureux ou que j'ai un rencard... C'est fou, ce « timing ». Il arrive que je ne le croise pas pendant plusieurs semaines, mais dès que j'ai un rendez-vous amoureux, ça ne rate pas (alors que je varie mes adresses de bars et restaus...)
Au début je me questionnais sur le «  qu'en dira-t-on » et puis j'ai constaté qu'il ne m'a jamais fait la moindre remarque ni posé la moindre question alors je vis maintenant ma vie avec plus de légèreté.

J'évolue dans un milieu artistique et il y a 6 mois j'ai ressenti le besoin d'en parler aux deux collègues avec qui je pars régulièrement en concerts ou en tournées. En effet, dans ces situations, nous «  vivons ensemble » pendant plusieurs jours : longs trajets en camion, repas pris ensemble, soirées passées souvent ensemble et il nous arrive de partager la même chambre pour des raisons financières. Donc un soir j'ai pris le temps de raconter ma vie sentimentale, mes amours au pluriel, pourquoi cela m'épanouissait, et les questions que cela pouvait soulever. Ces deux collègues sont chacune en relation exclusive «  de longue date » et c'est pour elles le seul schéma envisageable. Avant de leur parler de moi, j'avais vraiment l'impression de jouer un rôle en leur compagnie. Elles m'ont écouté avec curiosité et je ne me suis pas sentie jugée (enfin, j'ai eu droit aux questions et remarques habituelles, mais rien d'excessif). Depuis me sens plus légère, et l'une de mes collègues a croisé un de mes amoureux lors d'auditions. J'étais contente de pouvoir vivre cela simplement.

Enfin, dernière anecdote concernant les collègues : il y a un mois environ, discussion à côté de la photocopieuse avec un ami-collègue avec qui je m'entends très bien. Nous discutons art, écologie, société, féminisme, mais il est vrai qu'il ne m'avait jamais rien dit de sa vie sentimentale. Lui était au courant de ma non-exclusivité, par des amis communs, sans que l'on n'en ait jamais discuté directement.
Là, il évoque sa «  copine ». Moi je relève immédiatement «   ah oui ? Tu as une chérie ?? » et lui «  ha !!! oui !! ça fait 6 mois que je veux te parler !! Figure-toi que j'ai rencontré une polyamoureuse assumée !! ».
C'était très drôle. Résultat, nous sommes allés déjeuner ensemble pour pouvoir poursuivre tranquillement notre discussion – très riche. Et il est reparti avec un exemplaire «  d'aimer plusieurs hommes » :-)

#
Profil

Katouchka

le jeudi 29 octobre 2015 à 12h29

À la première occasion, j'en ai parlé. Pour cette raison bien précise. je ne souhaite pas que les gens jasent donc je dis ce qu'il en est très tôt à tous ceux qui m'entourent.
Je trouve toujours très vite l'occasion d'en parler puisque je ne me cache pas.
Justement depuis septembre j'ai un nouveau poste dans un nouveau lieu. Et après avoir juste planté le décors et bien j'ai eu le droit à plein plein de questions et dans mon petit univers je vis à peu près 3 cafés polys par semaine avec mes collègues et ça les intéresse beaucoup. Et j'en suis ravie aussi.
Pour moi c'est important d'informer TOUT le monde sur le polyamour et pas seulement les polyamoureux car c'est comme ça que les mentalités changent.

#
Profil

bonheur

le jeudi 29 octobre 2015 à 14h07

Et oui !!! Le monde commun se voit également composé de personnes biens. En fait, il y a de tout, comme dans tout milieu

#
Profil

Thierry34

le vendredi 13 novembre 2015 à 12h08

Un de mes deux maris à un jour glissé tranquille à ses collègues instits qu'il allait rejoindre ses maris, un seul à relevé et à souhaité en parler, so far so good, de mon côté je m'abstiens j'avoue pour le moment. Bon il faut aussi dire qu'on est à la campagne, parfois ça va plus vite parfois ça va moins vite qu'ailleurs ;)

#
Profil

Junon

le vendredi 13 novembre 2015 à 16h50

Je pars du principe que si mes collègues ne sont pas mes amis, on s'en tient au strict nécessaire d'échanges d'infos intimes, d'autant qu'ils et elles connaissent mon compagnon "historique" (et pour cause, je suis plus ancienne dans ce taf qu'en polyamoiur ;)). Alors oui tout le monde sait que je ne suis ni hétéro ni exclusive mais baste, seul un ami proche qui bosse avec moi en sait plus. Et ça va être rigolo car pour le boulot je fais intervenir un de mes amoureux à une animation...où seront 2 autres amours à moi. Je crois que ça va être dur de ne pas en rire devant mes collègues en mode sous-marin.

Message modifié par son auteur il y a 4 ans.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion