Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Compagne d'un polyamoureux et jalousie

Jalousie
#
Profil

lets

le samedi 20 mars 2010 à 18h23

Bonjour à tous et toutes.
Je viens de m'inscrire après vous avoir lu avec intérêt depuis plusieurs jours.
Mon compagnon a une relation amoureuse depuis 1 an. Il m'avait toujours dit qu'il aurait envie d'aimer d'autres femmes que moi mais le jour où il me l'a annoncé je l'ai mal vécu : souffrance, jalousie...
Je me suis laissée emportée quelques temps par cette souffrance puis depuis peu j'ai pris un peu de recul. Ces relations amoureuses sont très importantes pour lui (bien que pas simultanées) et je n'ai évidemment pas le droit de lui demander d'y renoncer. Moi je me sens monogame.
Bref je m'adapte tant bien que mal.
Ma question est la suivante : comment peut-on aider la/le compagne (gnon) d'un polyamoureux à vivre le plus sereinement possible ces relations?
Si je ne suis pas sur le bon site (et j'en ai fait un certain nombre pour comprendre!) , veuillez m'en excusez.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

K-roll

le samedi 20 mars 2010 à 18h36

Lets,

Je crois que tu es sur le bon site.
Et en pousser la porte est le premier pas vers la compréhension de ton compagnon.
Chacun fait son chemin en fonction de son vécu, il n'y a pas de recette miracle.
Tu trouveras sur ce site des polyamoureux(ses) serein(e)s, d'autres pleins de questions, comme dans tous les groupes de personnes.
Si nous pouvons t'aider, nous le ferons avec joie

#
Profil

LuLutine

le samedi 20 mars 2010 à 18h42

lets
comment peut-on aider la/le compagne (gnon) d'un polyamoureux à vivre le plus sereinement possible ces relations ?
Si je ne suis pas sur le bon site (et j'en ai fait un certain nombre pour comprendre!) , veuillez m'en excusez.

Bien sûr que tu es sûr le bon site, on est là pour ça !

Je dirais que la jalousie touche aussi les polyamoureux, alors tu peux déjà essayer d'appliquer les solutions proposées dans ces cas-là (plusieurs sujets doivent déjà en traiter ici si je me souviens bien).

Tu peux aussi lire si ce n'est déjà fait l'article suivant :
Polyamour ? Mais je suis monogame !

Désolée de ne pas avoir plus de temps pour répondre.
Peut-être que le Guide des amours plurielles de Françoise Simpère t'apporterait aussi quelques réponses.

#
Profil

Boucledoux

le samedi 20 mars 2010 à 18h44

Bonjour lets et d'abord bravo pour ta démarche, à la fois celle de venir discuter ici et celle que tu entreprends avec ton compagnon qui, si je te lis bien est basée sur commencer par essayer de comprendre et de voir ce qui est possible.

Tu sur le bon site je pense, en tout cas un site ou tu trouveras une oreille sincèrement disposée à tenter de comprendre et de t'aider.

Bon en quelques mots ce que ça m'inspire ton histoire. D'abord, tu peux commencer par lire ça sur le site, tu l'as peut être déjà fait, ça donne de bonnes bases pour essayer de comprendre.

Ensuite, tu es dans une situation pas facile mais pas désespérée. Le coeur du truc à mon avis, c'est d'abord essayer de décrypter ce qui te fait souffrir,tes propres limites, ce qui est important pour toi, qui fait que ta relation t'apporte et t'épanouit même si elle n'est pas celle que aurait souhaité et discuter avec ton compagnon sur ces bases là en cherchant à comprendre les mêmes éléments chez lui.

Une relation amoureuse non conventionnelle peut être heureuse, personne ici je pense ne te dira le contraire. Mais elle ne peut pas l'être si elle se fait sur la base de la négation d'un des partenaires. Tu ne te sens pas le droit de lui demander d'être monogame, tu as probablement raison et il ne le peut peut-être pas de toute façon. Mais toi tu as le droit de demander à la relation qu'elle t'apporte ce dont tu as besoin.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 20 mars 2010 à 19h06

Ajout bonus de bonne foi, dans la catégorie "ça va sans dire mais ça va mieux en le disant"...

Chère Lets,
La plupart d'entre nous sommes conscients que le PA est une norme locale, et que tout le monde ne vit pas la jalousie de la même manière que les PA.
Je veux dire par là qu'il y a une possibilité compréhensible que tu ne puisses PAS vaincre ta jalousie, et que ça ne serait pas "mal", "ta faute" ou quoi que ce soit. Vous pouvez, avec ton compagnon, vous aimer l'un l'autre et ne pas aimer de la même façon, lui en poly, toi en mono.

Tu comprends pourquoi je le souligne ?

Ici, on peut te jurer que ce n'est pas parce que ton compagnon va chercher quelqu'un d'autre que ça va mal avec toi ou entre vous ou pour lui. Mais on peut pas te dire que tu dois bien le prendre, voilà.

Sinon, comme les autres, je t'encourage à creuse, "préciser la conscience" de ton ressenti de jalousie.
La jalousie n'est pas un sentiment simple, elle prend racine différemment selon les personnes.
En général, elle rovient de peurs : celle d'être abandonné, celle d'être moins aimé qu'un autre, moins aimé qu'avant, celle de ne pas se comprendre, celle de l'avenir... Il y en a des tas, en fait.
Pour donner moins de force à ces peurs, il faut que tu les identifies, celles qui agissent vraiment. Ce que tu te imagines qui pourrait arriver de mauvais par la suite.

Après avoir cerné ça, tu verras si tu peux ou non gérer cette peur, si ton compagnon peux t'y aider... Ou si c'est complètement impossible.

Mes encouragements... Même si vous ne deviez pas arriver, au final, à dépasser ce moment, à faire que ce soit une préoccupation amoureuse comme une autre, je crois que cette part du travail peut être positive pour toi et pour votre relation.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 20 mars 2010 à 19h08

Et tant que j'y suis : mes félicitations pour venir ainsi, parler posément, de toi même. Je pense que ça montre la possibilité que tu peux vraiment faire avec cette étape... D'emblée, plein de gens ne seraient même pas arrivé à cet étape et auraient commencé par insulter leur amant et fini par se tirer. Essayer une autre approche est plus que louable de ta part.

#
Profil

lets

le samedi 20 mars 2010 à 21h23

Tout d'abord merci pour vos réponses.
J'ai toujours intellectuellement admis que l'on puisse aller vers d'autres personnes au sein d'un couple mais je pense que j'y voyais une motivation sexuelle et non amoureuse.
Je suis dans une démarche de compréhension : le comprendre, me comprendre.
Mais peut-etre est-il trop tard... Au début nous parlions beaucoup et il me disait qu'il ne voulait pas arrêter notre vie à nous, qu'elle lui était indispensable et je ne l'ai pas entendu. Je voulais qu'il arrête avec elle et que l'amour qu'il lui donnait me soit rendu.
L'amour comme vases communicants , sauf que évidemment ce n'est pas ça.
Il a du mal à comprendre les réactions que j'ai eu : colère, crise de larme, incompréhension. J'aurais aimé comprendre plus tôt mais j'avais la sensation que mon univers entier s'écroulait. Et cette boule au ventre et dans la gorge qui m'étouffait.
Là il me dit qu'il est dans la phase de réflexion sur nous, notre avenir (chose qu'il ne remettait absolument pas en question au départ) ; que mes réactions lui ont fait vivre un enfer et qu'il ne se voit pas revivre ça en sachant qu'il aura envie d'aimer d'autres femmes.
Il y a 7 ans, il a déjà eu une relation amoureuse avec une autre femme et je l'ai découvert enceinte de notre premier enfant.¨Pas facile à vivre..et je crois que j'ai voulu oublier au lieu d'essayer de comprendre pourquoi il avait fait ça. Cette relation là, elle m'est tombée dessus par un coup de fil anonyme (avant même que leur histoire commence vraiment) ce qui ne m'a pas aidé à le vivre sereinement. Et il faut aussi gérer son absence auprès de nos deux enfants (7 et 5 ans)
Peur d'être abandonnée oui, grosse blessure narcissique également (elle est beaucoup plus jeune que moi même si je n'ai que 38 ans et je me suis sentie vide et vieille ; l'image de la femme trompée aussi, pas facile à vivre, d'autant que les rares personnes à qui je me suis confiée ont été expéditives pour la plupart : quitte-le! c'est anormal !...etc), et bien sûr grosse blessure dans mes sentiments pour lui (accepter que l'amour que je lui porte ne suffise pas).
J'ai paradoxalement l'impression que c'est maintenant où je pourrai comprendre qu'il s'éloigne.
Je ne suis peut-être pas très claire, il faut dire que tout tourbillonne dans ma vie (lapsus : je voulais dire "ma tête")

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

ERIC_48

le samedi 20 mars 2010 à 21h26

lets
Moi je me sens monogame.
Je m'adapte tant bien que mal.

La première question qui me vient à l'esprit, c'est "Quelle est la raison principale à cette volonté de s'adapter ?".

Se sentir monogame prête à confusion dans la mesure ou quasiment tous les polyamoureux se sont sentis monogames avant de devenir polyamoureux. Pourquoi ? Parce que la monogamie est le modèle dominant de la société, et que l'on y adhère lorsque l'on est tout petit, sans y réfléchir, et sans même savoir qu'on y adhère.

Par suite, on ne voit pas dans ta description a quel point tu es sûre ou non, d'être monogame. Y a tu déjà réfléchis calmement ?

J'ajoute que ta phrase qui dit "je n'ai évidemment pas le droit de lui demander d'y renoncer", est tout de même typiquement une phrase de polyamoureuse en herbe. Un monogame intégriste aurait dit : "je lui ai évidemment immédiatement interdit d'aller voir ailleurs, mais ce salaud...". J'exagère volontairement pour être claire sur la différence.

Ta volonté de t'adapter est-elle une tentative de te plonger dans le polyamour pour voir si tu es vraiment une monogame "confirmée" ?

Ou s'agit-il uniquement de ne pas perdre ton compagnon, comme tu as l'air de le suggérer sans le dire vraiment ?

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

lets

le samedi 20 mars 2010 à 21h35

J'avoue que pour moi il s'agit plus , me semble-t-il, de le respecter dans sa liberté (chose que je n'aurai même pas pu penser il y a un an où je l'ai supplié de protéger notre vie, notre couple, notre famille.)
A l'heure actuelle je ne me sens pas du tout polyamoureuse.
Loin de là.
Je me sens même tellement peu sûre de moi que le regard des hommes dans la rue me gène , m'agresse même . Je lui en ai parlé d'ailleurs et je sais que ça l'a beaucoup touché.
Je crois que l'idée de le perdre m'est plus insupportable que l'idée de le voir aimer quelqu'un d'autre .
Mais j'ai du mal à le voir revenir chez nous heureux juste parce qu'il a passé un moment avec elle (et je ne parle pas que de sexe)

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Siestacorta

le samedi 20 mars 2010 à 22h25

Je résume ce que je comprend. Il y a 7 ans, il a eu une autre relation. Pas dans un fonctionnement poly, en cachette, puisque c'est par un coup de fil anonyme que tu as apris la chose.
Récemment, il s'est ouvert à toi de sa recherche poly...
Bien. Tu as décrit surtout ton point de vue, et c'est excellent, parce qu'on peut bien identifier tes questions.
Mais j'aimerai aussi savoir ce qu'il dit lui, comment il a abordé la question... Ce qu'il a proposé.

En attendant, deux lectures possibles de l'histoire.
Une pessimiste, dont tu as peur : votre histoire se finit, il ne s'est pas engagé de la même manière que toi, c'est un père indigne et en fait il t'a jamais aimé tout était mensonge et en fait c'est un agent secret et il a fini sa mission et demain matin il part aux Galapagos avec un nouvelle identité (je pousse l'histoire à l'excès, pour montrer par l'absurde que votre histoire sera, de toute façon, plus complexe... ).
C'est l'optique effrayante où votre relation aurait moins de sens que ses choix et ses peurs à lui.

Je pense qu'avec la lecture optimiste tu peux déjà contrer une part de ta peur : c'est avec toi qu'il a pu se découvrir poly. Avec une femme qui a essayé de le comprendre, et dont il a des enfants.
Dans une optique poly... Il n'a pas vraiment de raison de te quitter, en fait. Il a peur, parce qu'il t'a vu souffrir, parce qu'il a projeté ton incompréhension. Mais il y a des arguments en "votre" faveur, et un poly a la liberté de moins quitter les gens, il a tendance à chercher cette possibilité. C'est quelque chose de très fort de savoir que quelqu'un nous accepte, quelqu'un avec qui on a un passé et que ça survivra a une transformation de l'histoire.
Ca fait partie du trip poly, cette transformation, ce moment de confiance où notre premier partenaire accepte l'arrivée d'un second dans le système.

Donc si tu offres à ton compagnon la possibilité de vivre ça, plutôt que de redémarrer son parcours sans savoir si les partenaires suivantes essayeront de le comprendre et de l'aimer comme tu le fais toi... Ca joue beaucoup.

Maintenant, comme le souligne Eric, tu es sans doute plus motivée par ne pas perdre ton compagnon que par entrer dans le polyamour.
Ben... la bonne nouvelle là c'est que rien ne t'y oblige. Tu peux être "polytolérante" sans être polyamoureuse toi même. Ca peut bien se passer comme ça, ça existe. J'insiste sur ça, pour dire que pour lui comme pour toi, il ne s'agit pas de choisir entre la bonne vieille monogamie ou la révolution. Vous avez tout le choix de faire à votre manière perso.

lets
j'ai du mal à le voir revenir chez nous heureux juste parce qu'il a passé un moment avec elle (et je ne parle pas que de sexe)

Il est heureux parce qu'il a passé un moment avec elle... mais ce n'est pas que ça. Si il peut exprimer ce bonheur, c'est aussi parce que toi, tu es encore là, que tu l'as pas renvoyé à coups de pompes chez sa mère, et que tu acceptes de parler avec lui de perspectives différentes de celles que vous aviez au début (lui dire de ma part qu'il a du bol d'être avec quelqu'un de bien).
Même si en ce moment c'est douloureux, il a quand même l'assurance que tu le comprends, que tu ne le détestes pas. Je me répète : c'est avec toi qu'il vit ce changement de sa vie, avec quelqu'un qui l'aime, et qui pourrait encore l'aimer malgré la rupture. Quelqu'un avec qui une grande confiance est acquise.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 00h22

lets
Je ne suis peut-être pas très claire, il faut dire que tout tourbillone dans ma vie (lapsus : je voulais dire "ma tête")

Si, si moi je te trouve assez claire, c'est assez remarquable même vu comme tout tourbillonne un peu partout autour de toi.
Bon, ok avec tout ce que dit Siesta, j'ajoute juste :

Il a du mal à comprendre les réactions que j'ai eu : colère, crise de larme, incompréhension. J'aurais aimé comprendre plus tôt mais j'avais la sensation que mon univers entier s'écroulait. Et cette boule au ventre et dans la gorge qui m'étouffait. Là il me dit qu'il est dans la phase de réflexion sur nous, notre avenir (chose qu'il ne remettait absolument pas en question au départ) ; que mes réactions lui ont fait vivre un enfer et qu'il ne se voit pas revivre ça en sachant qu'il aura envie d'aimer d'autres femmes.

Je comprends bien ça... :-( C'est affreux parce que tu souffres à la fois de te sentir dans une impasse totale vis-à-vis d'une relation à laquelle tu tiens éventuellement beaucoup, à la fois de la souffrance de l'autre et de le/la faire souffrir sans voir la possibilité ou l'issue pour faire autrement... et en même temps d'un grand sentiment d'injustice... Bon, là je te donne l'éclairage depuis "l'autre côté", je suppose qu'on est pas mal à être passé par des moments comme ça.

Cela dit, c'est peut être le cas déjà mais c'est surement quelque chose dont vous devrez discuter aussi parce que ta souffrance et tes réactions à ce moment sont juste "aussi normale" et aussi légitime que... son incompréhension et ça me semble important que ça soit reconnu surtout si c'est quelque chose sur quoi tu travailles et que tu essayes de dépasser.

Je crois que l'idée de le perdre m'est plus insupportable que l'idée de le voir aimer quelqu'un d'autre . Mais j'ai du mal à le voir revenir chez nous heureux juste parce qu'il a passé un moment avec elle (et je ne parle pas que de sexe)

Ca ca me parait (comme pour les absences d'ailleurs), un truc qui se discute. Il n'est pas obligé d'afficher son bonheur d'avoir passé un chouette moment ailleurs ou de t'en informer, tu peux aussi lui demander une certaine discrétion. C'est pareil pour les absences d'ailleurs, le temps disponible pour la famille, les enfants, toi, tout ça ça peut faire partie d'un fonctionnement négocié qui permet que les choses soient vivables pour les deux. Quitte à ce que l'arrangement soit revisitable au fur et à mesure que ça fonctionne et que la confiance se reconstruit.

Après, c'est à toi d'abord de savoir si tu sens que tu peux vivre heureuse avec ça ou pas.

Si c'est le cas, alors Siesta a complètement raison. Sentir que quelque chose est possible finalement, et qu'on peut reconstruire avec quelqu'un qu'on aime en faisant les efforts de s'accepter mutuellement comme on est... la joie peut-être à la hauteur de la peine décrite plus haut... :-)

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 00h25

ah si, juste un truc encore : 38 ans on est tout jeune encore, crois moi, j'y suis aussi ;)

#
Profil

lets

le dimanche 21 mars 2010 à 09h27

SIESTACORTA : non, la relation d'il y a 7 ans je l'ai découverte au bout de 3 mois (il n'était pas très discret d'ailleurs) et elle a duré environ 2 ans jusqu'au moment où la dame en question a voulu plus.

C'est la relation actuelle que j'ai découverte via un coup de fil bien intentionné.
Le problème que j'ai c'est que quand il est amoureux d'une autre, tout tourne autour de ça : SMS, téléphone, sortie, y compris quand je suis à proximité (notre appartement n'est pas un palace de 300m2)

Je crois, avec le recul, que ce qui m'a manqué, ce sont des moments de pause pour que je puisse me ressourcer.
Pour lui, il lui faut vivre intensément chaque histoire amoureuse et donc ne pas perdre un seul instant. Pour lui, ces relations sont "hors de" et relève presque de pensées intimes auxquelles je n'ai pas accés. Le problème c'est que je ne vois que ça! Heureusement que mon travail me passionne et permet à mon cerveau de déconnecter un peu.
Il me dit que j'ai gâché des moments intensément heureux pour lui et que ma souffrance ne justifie pas tout ; que le bonheur d'aimer le rendait intensément disponible pour moi et que je l'ai refusé ; qu'il me disait de faire attention à mes actes et mes paroles, qu'on ne peut plus revenir en arrière et que je n'en ai pas tenu compte.

#
Profil

lets

le dimanche 21 mars 2010 à 11h32

Pour ceux qui sont dans ma situation (une monogame amoureuse d'un polyamoureux) ; comment gérer vous au quotidien ces amours extérieures? Je veux dire : avez vous un"terrain d'entente/compromis"... disant jusqu'où vous acceptez certaines choses ou bien est ce que tout est possible?
La seule chose que j'ai obtenu c'est qu'elle ne vienne jamais chez nous (même pour boire un café! et a fortirori pour plus!) et encore c'est surtout parce que mon compagnon n'a pas envie d'entrelacer ses deux vies.

Et pendant ma douche tout à l'heure je réfléchissais (et oui!) : plus que polyamoureux de deux personnes, il est surtout polyamoureux de deux modes de vie : ici, avec moi pour la sécurité affective, le confort, les enfants, l'argent...et ailleurs, avec une autre, pour les émotions, les vibrations intérieures que cela crée en lui.
Et il me dit (disait?) que ces deux vies sont tout aussi importantes et nobles pour lui. Il me dit aussi que la vie ici est un socle qui lui permet d'aller vers d'autres. Et moi je n'arrive pas à enlever l'aspect "bobonne à la maison qui garde les enfants et qui fait les courses".
Mon message est un peu fourre-tout mais depuis que je vous parle mille et une questions viennent à moi.
Et je vous remercie notamment de me rendre ma normalité.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 11h50

hummm... évidemment, dis comme ça, ça donne un éclairage un peu différent à ce que tu racontes..

Si je prends la définition de l'article "c'est quoi" du site je tombe sur Le polyamour implique la connaissance et l'acceptation de chaque personne impliquée dans la relation (contrairement à simplement tromper son amoureux-se). C'est un principe qui est intimement lié aux notions d'honnêteté et de sincérité. Dans une relation monogame habituelle, les règles sont tacites, dans une relation polyamoureuse on définit simplement et explicitement des règles différentes.

Bon, bien sûr, ça c'est la théorie et on sait bien que, surtout au début, surtout si on se découvre poly au milieu d'une histoire qui ne l'est pas, c'est pas simple, pas immédiat et qu'on fait comme on peu. C'est pour ça que je me garderai bien de décider, surtout sur un témoignage unique par définition partiel, qui est ou n'est pas poly/mal-poly/pas-poly.

Mais quand même y a deux éléments qui me sonnent bizarrement aux oreilles.

D'abord l'aspect caché puisqu'en fait, si je comprends bien, il ne t'en a parlé qu'une fois découvert contre sa volonté ? Bon, ça on peut comprendre, imaginer par exemple que le saut de dire soit difficile à faire qu'on cherche le bon moment, qu'on repousse et que crac, la tuile tombe avant qu'on se soit décidé à la prendre en main sois même. Ca peut ressembler à ça ?

L'autre truc c'est l'impression que l'autre relation envahi ta vie sans prendre en compte tes ressentis et tes besoins... ça non plus, ça ne correspond pas trop à mon image du polyamour.

Pour le dire un peu brutalement et sous forme volontairement très caricaturale, le truc du mec qui dit à sa copine "moi c'est comme ça, il faut que je vive à fond mon truc, tu dois faire avec et en plus ce serait bien que tu ne montres pas trop ta souffrance parce que ça m'empêche de me concentrer" ça me rappelle beaucoup plus l'adultère bourgeois traditionnel et bien patriarcal que le polyamour...

Bon, là aussi, il y a d'autres pistes possibles, on a tous été plus ou moins maladroits à un moment ou à un autre, blessés nos ami-e-s avec quelque chose qu'on imaginait ok et qui ne l'était pas, affirmé des trucs péremptoires sans comprendre ce qui se passait en face, etc... Mais peut être que c'est autour de ça qu'il faudrait que tu précises ton ressenti pour avoir des pistes de discussion sur ce que vous pouvez et voulez.

Quand on sort des cadres prescrit par la norme, il n'y a que la discussion qui permette de savoir ce qu'on peut construire ensemble de différent. C'est même ça qui est passionnant. Mais la discussion, elle doit partir des besoins et des ressentis des deux parties concernées et dans ton cas, elle est forcément à base de compromis réciproques.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 11h55

J'ai posté avant de voir ton dernier message, c'est donc au précédent plus que je réagissais mais ce que tu dis ensuite va plutôt dans le sens de renforcer mes questions et mes ressentis...

#
Profil

lets

le dimanche 21 mars 2010 à 11h56

et autre chose : vous vous REJOUISSEZ pour votre compagnon qui éprouve un sentiment amoureux même si ce n'est pas pour vous, ou vous ACCEPTEZ simplement?

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 12h01

lets
Pour ceux qui sont dans ma situation (une monogame amoureuse d'un polyamoureux) ; comment gérer vous au quotidien ces amours extérieures ? Je veux dire : avez vous un"terrain d'entente/compromis"... disant jusqu'où vous acceptez certaines choses ou bien est ce que tout est possible ?

Je ne suis pas le mieux placé pour répondre à cette question évidemment mais même entre polyamoureux il y a souvent un "terrain d'entente/compromis" surtout au début.

Dans ma première relation réellement polyamoureuse par exemple, c'est au bout de plusieurs mois de discussions qu'on s'est découvert les même aspirations, la même envie d'autres modes de vie et on a expérimenté petit à petit les choses, en parlant beaucoup, en se mettant des limites, des bornes des accords qu'on a repoussé progressivement... à un point qu'on imaginait pas du tout au début. Et pourtant, on était aussi pire l'un que l'autre ;)

C'est encore plus vrai bien sûr quand l'autre n'est pas très sur ou ne sait pas trop ou il/elle est et ce qu'il/elle a envie de vivre, d'accepter, etc. Et à mon avis encore plus indispensable quand c'est un changement en cours de contrat !

#
Profil

lets

le dimanche 21 mars 2010 à 12h03

BOUCLEDOUX : pour être honnête, le coup de fil anonyme n'a fait que confirmer ce qu'il me disait avec précaution et que je ne voulais pas entendre. D'ailleurs ils ont eu leur première relation sexuelle plus d'un mois après. Pour lui je savais qu'il avait envie d'aimer d'autres femmes (et il voulait que je sache, pour me laisser la possibilité de choisir) mais il avait plutôt envie de garder le début de cette relation pour lui.
Mais c'est vrai qu'il ne laisse place à aucun compromis.

#
Profil

Boucledoux

le dimanche 21 mars 2010 à 12h16

lets
Mon message est un peu fourre-tout mais depuis que je vous parle mille et une questions viennent à moi.
Et je vous remercie notamment de me rendre ma normalité.

N'hésite pas à solliciter, dire, etc On est content que ça te soit utile et je pense que ça l'est aussi pour nous à un autre niveau.

Pour essayer de t'aider ben... c'est bien le moins qu'on puisse faire quand même !

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion