Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

L'amitié homme-femme (sans sexualité) est-elle possible s'il y a désir des deux parts?

#
Profil

Drya

le lundi 08 février 2010 à 18h56

Je me dis la même chose, mais est-ce que le sentiment d'être passé à côté de quelquechose de très important peut disparaître?

#
Profil

Romy

le lundi 08 février 2010 à 19h06

Bien tu n'es pas passé à côté de quelque chose de très important puisque ce quelque chose ne se concrétise justement pas, n'existe pas: il manque un élément sur lequel tu n'as aucun contrôle.

J'aime bien faire des parallèles à la con, mais c'est comme un boulot que tu aimerais avoir. Tu es convaincue que tu as les compétences pour le faire, que tu serais la meilleure...Mais on ne t'engage pas. L,employeur ne croit pas que ça fonctionnera.. Peux-tu dire que tu es passée à côté de quelque chose d'important? Tu n'y es pour rien. À la limite, ce sont eux qui passent à côté de quelque chose...

#

(compte clôturé)

le lundi 08 février 2010 à 19h19

Bien vu!

#
Profil

titane

le mardi 09 février 2010 à 11h39

...Je veux comprendre et trouver une forme de vérité...
...je réfléchis pour lui qui fuit et a peur de la vérité...

Il est important en effet de réfléchir l'amour et pas seulement au niveau d'un "pragmatisme" dirigé vers le plus grand confort, mais également au niveau de l'éthique de l'amour, de la philo de l'amour et même d'une certaine spiritualité de l'amour (et oui je sais...)... toutes les barrières à l'amour multiple ou pluriel se situent à ces niveaux: on peut résoudre toutes les contraintes "physiques" si l'autre le vit toujours mal dans sa tête, dans son ventre et ailleurs... on voit bien que ça ne marche pas ! Le pragmatiqme est aussi de trouver des "propositions" à tous ces niveaux... je le pense et je le vis en essayant de faire partager mes expériences d'amours pluriels...

....Oh, il aime probablement sa femme mais plus comme avant, et pas comme demain....

En effet, on focalise trop souvent sur le statisme de l'amour... une baisse de sensation d'intensité et on pense qu'on aime plus ou qu'on est plus aimé... il faut surtout eviter, sauf en dernière instance, de juger l'autre trop vite et d'imaginer ce qu'il ressent ou pense...

....Je finis par prendre ça comme une punition injuste et humiliante parce que je ne peux pas satisfaire ce qu'il veut comme il veut, du coup il ne veut même plus donner une chance à notre amitié...

il doit régler tout seul ses peurs... c'est surtout "injuste" pour lui, non? c'est lui qui se punit...

....Laisser le temps au temps....

La patience ce n'est pas perdre du temps mais ce donner du temps à soi et aux autres... en effet...

....La vraie question c'est pas plutôt "comment accepter quelquechose qu'on prend comme très injuste...

Une histoire de toutes nos vies !! faut déjà voir si en se décentrant de son "petit cas" on ne peut pas s'apercevoir que l'injustice est vue et perçue d'une position "egoïste"... ce qui est injuste pour moi ne l'est peut-être pas pour l'autre...

....En me disant que la prochaine étape, c'est à lui de la franchir. ....

En effet ! on ne peut pas être responsable du bonheur des autres !! A chacun d'avancer !!

Je crois fondamentalement que réfléchir et formuler des "propositions" à partir desquelles celui qui veut s'ouvrir à l'amour multiple puisse s'appuyer pour se débarrasser peu à peu de ses propres barrières, croyances, craintes... s'ils viennent dans ce forum ou qu'il cherchent à lire c'est aussi pour ça non ?

#
Profil

Nounours

le mardi 09 février 2010 à 13h07

...et qu'il ne veut pas lui faire de mal, ni à elle, ni à ses enfants et veut que sa vie de famille...

Question à retardement:
Rosalie, j'ai peut-être une lecture des commentaires en diagonale trop rapide, mais je n'ai pas vu de commentaires sur les enfants du couple et je m'interroge sur la situation.

Les enfants te connaissent-ils, quelle relation as-tu avec eux, que va-t-il se passer dans le couple ? Quel âge ont les enfants ? Précise ton sentiment par rapport aux enfants ?

#
Profil

Drya

le mardi 09 février 2010 à 13h33

Décidément Titane, ce que tu dis trouve quasiment toujours écho en moi.
Je suis bien consciente que je ne peux voir le monde que depuis ma fenêtre et imaginer ce à quoi je n'ai pas accès directement, je ne peux que deviner: deviner ses raisons, en vérité je les comprend, même! mais au fond de moi, ce que je ressens quand j'écoute attentivement, c'est l'impression d'être punie injustement et donc humiliée, alors je cherche à comprendre pourquoi MOI je sens ça, et je sais que c'est en partie indépendant de son idée à lui, mais je ne vis que de mon côté de la fenêtre.
La limite entre convaincre et respecter les raisons de l'autre est parfois difficile à cerner - moi je la situe au niveau de la compréhension respective, mais quand cette compréhension n'est pas créée, c'est celui dont la décision ne dépend que de lui qui l'emporte, et je reste avec l'impression que mon point de vue n'est pas pris en compte alors que je tiens compte du sien.
Encore une fois, c'est totalement subjectif et je ne l'en rends pas fondamentalement responsable, mais je ne peux que sentir les émotions que ça provoque chez moi, et c'est un sentiment d'injustice, parce que si j'accepte sa décision, ça revient à accepter de reconnaître que la fuite est préférable à l'effort de faire le tri et garder ce qui est positif, accepter que l'évolution est impossible, (et accepter accessoirement qu'on n'avait pas le droit de s'aimer, mais c'est encore autre chose) et je ne fonctionne pas comme ça, parce que ça reste une pure perte.
Mais voilà, j'ai fait ce que moi j'ai pu, le reste devra venir de lui. J'accepte de laisser le temps qu'il faut, c'est accepter le zéro espoir qui me révolte.

#
Profil

Romy

le mardi 09 février 2010 à 15h31

@Nounours: "Rosalie, j'ai peut-être une lecture des commentaires en diagonale trop rapide, mais je n'ai pas vu de commentaires sur les enfants du couple et je m'interroge sur la situation.

Les enfants te connaissent-ils, quelle relation as-tu avec eux, que va-t-il se passer dans le couple ? Quel âge ont les enfants ? Précise ton sentiment par rapport aux enfants ? "

Ses enfants n'ont rien à voir là-dedans...nous sommes amis lui et moi.

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

titane

le mardi 09 février 2010 à 17h30

Drya, Je sais que ce n'est pas facile de se "dégager de l'autre"... pourant, par expérience, je crois que c'est le début d'une plus grande "autonomie" et donc liberté aussi... donc en général ça vaut le coup...

Avant de blamer, juger, râler sur autrui, j'essaye toujours de voir si ma colère ne provient pas de moi et de mes propres références... et puis je n'aime pas rester trop longtemps dans le "constat" ou le "plainte" (sans jugement de valeur)... je me sens mieux dans l'action ou la réflexion active... question de personnalité (pas d'universalité ! :-) )...

On s'aperçoit souvent que 80% de nos problèmes viennent de nous... restent 20% qui ne sont pas des problèmes forcément, mais des réalités ou des "libertés d'autruis" contre lesquelles on ne peut pas grand chose... alors on s'adapte, fuit, fait le tour... on peut se mettre en colère pour bousculer sans mettre trop d'espérance dans l'effet... on peut aussi apprendre à "aimer" cette situation dans le sens de l'accepter et de faire amende honorable...

J'ai peur d'aller trop loin, on va m'accuser d'être trop messianique... :-/

Message modifié par son auteur il y a 11 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 09 février 2010 à 18h50

Ton messianisme est une véritable obsession ^^

De mon côté, je suis tout à fait consciente de mon côté dépendant des autres, puisque l'intérêt dans ma vie c'est de vivre (bien) avec les autres plutôt qu'en ermite, je sais que c'est pour ça que c'est si dur de m'en détacher, c'est le risque que j'ai accepté, mais ça ne le rend pas plus facile à surmonter... Ce forum est en tout cas une source d'inspiration importante pour essayer de prendre du recul, je ne peux que remercier tous les intervenants pour leurs contributions :)

#
Profil

Romy

le mardi 09 février 2010 à 18h59

Drya je te rejoins totalement encore une fois. J'ai l'impression qu'on se ressemble un peu.:-)
Mon défi présentement est d'arrêter de réfléchir...à ça j'entends. Ça ne sera pas facile!

Message modifié par son auteur il y a 10 ans.

#
Profil

Drya

le mardi 09 février 2010 à 19h19

Effectivement, je me retrouve souvent dans ce que tu décris quand tu parles de toi ;)
Moi aussi je me dis que je ferais mieux de penser à autre chose, mais je ne peux pas, je ne veux pas, c'est trop important, même si je ne peux plus rien faire (ce que c'est que l'obsession :-/ ).
A bientôt j'espère !

#
Profil

Jena

le mercredi 10 février 2010 à 00h25

Désolé si j'ai la flemme de lire les longues tartines sur les six pages, mais un pré-requis manque à la question initiale : POURQUOI ?
Pourquoi se retenir, si on est poly, et s'il y a du désir des deux côtés ?

Vous êtes frère et soeur ? Vous êtes déjà marié et donc le sexe est interdit ? (hahaha)

#
Profil

titane

le mercredi 10 février 2010 à 10h03

je suis tout à fait consciente de mon côté dépendant des autres, puisque l'intérêt dans ma vie c'est de vivre (bien) avec les autres plutôt qu'en ermite, je sais que c'est pour ça que c'est si dur de m'en détacher, c'est le risque que j'ai accepté

Attention! "autonomie" ne veut pas dire indépendance au contraire... il s'agit de passer de la dépendance (ressentie comme telle) à l'inter dépendance... c'est lorsque tu te sens "autonome", bien dans ta peau et confiante, que tu peux aborder les autres avec ce que tu es et non avec ce mélange difficile de ce que tu aimerais être pour l'autre et ce que l'autre aimerait que tu sois pour lui et vice versa...

Je crois vraiment que si on va vers les autres avec cette "liberté" (pas independance) on peut mieux donner et recevoir... au delà de ces constructions affectives et psychologiques compliquées (certes trop réelles aussi, je ne les nie pas) dans lesquelles on se prend trop la tête et le coeur et le ventre !

Avec le temps et par la force des choses j'ai "découvert" cette nécessité de reconquérir sa liberté fondamentale non en opposition aux autres mais au contraire à côté d'eux et reconnaitre également leur liberté fondamentale... de se positionner et de s'adapter à "moi" comme je m'adapte à "eux" volontairement et plus en réaction...

en plus concret, j'ai appris à dire avec douceur, ben voilà je suis comme ça, avec ces envies et désirs et à partir de là je peux madapter dans ce sens là avec ceux qui le souhaitent volontairement: ce qui me permet d'accepter sans problème la discrétion, la pudeur, l'intimité, la distance, l'épisodique, le balancier entre amitié et amour (dans une belle continuité naturelle)... et d'accepter de "perdre" parfois... de faire le deuil...

#
Profil

titane

le mercredi 10 février 2010 à 10h09

Moi aussi je me dis que je ferais mieux de penser à autre chose, mais je ne peux pas, je ne veux pas, c'est trop important, même si je ne peux plus rien faire (ce que c'est que l'obsession :-/ ).

Je crois que cette sensation d'obsession, serait l'expression d'un "combat" entre tes aspirations profondes (ce que ceratins appellent ton Moi profond, ton CA ou encore ta nature intime... à toi d'inventer...) et tes constructions mentales et psychologiques construites jusqu'à maintenant et qui résistent... la tension entre les deux provoquent cette souffrance plus ou moins sourde...

Je pense qu'il faut déjà essayer de résoudre ses propres contradictions internes (d'où un peu d'éthique, philo et spiritualité même "laïque"...ce forum en est plein même déguisées) pour soulager ses propres tensions et pouvoir aborder plus sereinement les difficultés "extérieures" avec les autres (le confort)...

les débats que nous pouvons avoir entre polytrucs ou amoureux et les "autres" servent à ça... dévérouiller des "impossibles"...

#
Profil

Drya

le mercredi 10 février 2010 à 11h18

Je crois que cette sensation d'obsession, serait l'expression d'un "combat" (...)

C'est clair! comme disait quelqu'un, "c'est au pied du mur qu'on voit le mieux le mur!"... mais j'ai tellement le nez collé dessus que je ne vois que les micro-fissures devant moi pour l'escalader, mais je ne vois pas la porte un peu plus loin ou l'échelle derrière moi. Pour ça il faut du recul, et je n'y arrive pas encore. C'est un travail en cours et laborieux.

#
Profil

Drya

le mercredi 10 février 2010 à 11h40

Allez, j'arrête de polluer le forum de mes questionnements insolubles... comme sur l'amitié hommes-femmes qu'à posé Rosalie.
Je continuerai de vous lire. :-)

#
Profil

ScottBuckley

le lundi 17 février 2014 à 09h02

Aurelien
Désolé si j'ai la flemme de lire les longues tartines sur les six pages, mais un pré-requis manque à la question initiale : POURQUOI ?
Pourquoi se retenir, si on est poly, et s'il y a du désir des deux côtés ?

Vous êtes frère et soeur ? Vous êtes déjà marié et donc le sexe est interdit ? (hahaha)

> Merci à vous pour cette belle question, et pour vos témoignages, notamment sur l'amour ' platonique ' , qui parfois oui existe, et c'est bon aussi, cette possibilité en + !

Et autrement, même question qu'Aurélien, avec ceci que j'ajoute :
est-ce une supposition que l'autre ne voudra pas ou que c'est risqué ?
le sujet a-t-il déjà été abordé entre vous deux ou plus ?

#
Profil

artichaut

le lundi 14 septembre 2020 à 17h27

Après @ScottBuckley en 2014, je re-déterre ce fil en 2020, parce que je l'aime bien. Et parce que ça me donne envie de répondre à la question initiale :

Romy
LA question!
Est-t-il réaliste de croire qu'on peut bâtir une amitié sans attouchement s'il y a désir des deux parts? La solution que plusieurs envisagent lorsque le polyamour est impossible...

Mon expérience de la chose (pour l'avoir plusieurs fois vécu et éprouvé) c'est :
- que ça dépend de l'intensité du désir
- que ça dépend du pourquoi s'en empêcher

Et surtout :
- que ça dépend de si c'est lié à un interdit ou si c'est un choix (et donc de son rapport-personnel à l'interdit et aux choix)

Perso ça va être beaucoup plus facile pour moi si c'est un choix que si c'est un interdit. Mais je sais que pour d'autres ce sera possiblement le contraire.

Enfin n'oublions pas que le désir est une chose fluctuante. Et donc que cette fluctuation peut être considérablement déterminante.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion