Polyamour.info



Les messages appartiennent à leurs auteurs. Nous n'en sommes pas responsables.

Merci de consulter notre charte de discussion pour connaître les règles qui régissent les conversations sur ce site.

Je suis terrifiée alors que je lui celle qui "propose" le polyamour

Bases
#

Onsyessaie (invité)

le vendredi 02 avril 2021 à 10h09

Je suis en couple avec mon amoureux depuis cinq ans et nous devons nous marier l'année prochaine. C'est notre première relation sérieuse à tous les deux.
Nous avons très vite parlé de notre vision de la fidélité et de l'exclusivité, dans les premiers mois de notre relation. Nous nous étions dit que, si l'un de nous ressentait le besoin de voir ailleurs, nous en parlerons et envisagerions d'ouvrir notre couple.
Pour ma part j'ai eu quelques petits coups de coeurs durant ces cinq ans mais aucun qui m'ait donné envie d'aller vers une concrétisation (sexuelle ou autre). Lui rien, ou encore plus superficiel.

À la fin du deuxième confinement, petite soirée entre amis et je rencontre une amie de l'hôte... vrai coup de foudre.
J'en parle à mon chéri mais sans plus au début, sauf que je suis amenée à la revoir régulièrement du fait que nous ayons les mêmes amis, activités, etc. Le coup de foudre se confirme. Je suis vraiment déstabilisée parce que ce coup de coeur n'éclipse pas mon conjoint, je me sens toujours amoureuse, j'ai toujours envie de me marier avec lui de de concrétiser nos projets... sauf que j'ai aussi envie de revoir cette amie, de lui parler, d'avoir une relation avec elle. J'envisageais d'ouvrir mon couple sur le plan sexuel un jour, mais pas ça...

Je réfléchis là dessus, je fais quelques recherches, je tombe sur le polyamour et je lis pas mal sur le sujet.
J'en parle au chéri et, surprise... il est séduit par l'idée.
A ses yeux, avoir plusieurs relations amoureuses s'apparente un peu à avoir plusieurs amitiés. Pour lui, les relations priment sur leur classification : toutes les relations sont différentes qu'elles soient amicales ou amoureuses, alors il n'y a pas de souci à avoir plusieurs amours. Ça lui semble couler de source.
Je suis un peu surprise parce qu'au final, il est plus emballé que moi étant donné que je suis un peu plus pessimiste que lui en règle générale.
Nous décidons de plusieurs règles, même si tout ça reste pour l'instant assez conceptuel : nous ne cherchons pas d'autres partenaires (on en a jamais ressenti le besoin et il ne le ressens toujours pas alors que je pourrais avoir quelqu'un d'autre) mais, si nous rencontrons quelqu'un, nous sommes libres d'avoir une relation avec cette personne à condition d'en parler à l'autre et de respecter ses limites, celles-ci pouvant évoluer dans le temps.
Surtout, notre relation doit rester là principale (en terme de temps et de projets).
Ce sont deux principes sur lesquels nous sommes tous les deux profondément d'accord.

Bref, tout semble être pour le mieux. Je peux batifoler et lui est super réjoui pour moi. J'ai l'impression que de tout ça résulte un boost d'amour et de confiance entre nous. Je me sens incroyablement chanceuse d'être avec cet homme aussi ouvert, serein et bienveillant.

Mais... mais mais mais tout ça me fait peur. Et si ce n'était qu'une amourette passagère, et que la vivre détruisait finalement mon couple qui est si beau ? Et si l'application de ces belles idées étaient impossibles ? Et si je le faisais finalement souffrir ? Et si je n'étais pas capable d'être aussi heureuse pour lui lorsque son tour viendra ? Est-ce que je ne devrais pas plutôt taire ce coup de coeur, qui de toute façon passera dans le temps, pour préserver mon couple de tout risque ? Et si développer une autre relation changeait mon amour pour lui ?
J'ai tellement peur de détruire cette merveilleuse relation sur un coup de tête, un caprice... et si c'était une erreur ?

#
Profil

bonheur

le vendredi 02 avril 2021 à 11h08

Bonjour Onsyessaie,

Tous ces questionnements sont légitimes. En te lisant la question que je me pose serait plus interne à ton couple initial. Pourquoi un mariage ? Personnellement, je devais décider de nouveau, alors qu'à l'époque à laquelle j'ai décidé (en commun évidemment) de nous marier, je ne le referai pas. Il faut savoir que deux personnes qui se marient se font approprier leur mariage par la communauté. En faisant cela, soit tu indiques justement ton souhait d'exclusivité. Et ceci dans tous les domaines : sexualité, amour, enfants, vie commune...

Que vous apportera ce mariage ? Je trouve, pour que votre projet aboutisse, que votre désir d'ouverture soit connu et explicité dès le départ (donc dès à présent, au plus tard l'exprimer je jour J). C'est mon opinion et elle n'engage que moi. Le polyamour, et surtout si justement tu désires faire entrer une nouvelle personne dans ta vie, et ceci ouvertement, vos actes doivent être en adéquation avec votre volonté.

Pour ce qui est de la prévisibilité de votre épanouissement, personne n'offrira de réponses. Aussi, cette personne, sait-elle ? Qu'en pense-t-elle ? Son avis ? Sa réaction ? Elle est l'objet de ton discours. En revanche, elle me semble exclue de ton discours.

Tu as peur ? Logique ! En décidant ainsi, toi, ton compagnon d'avenir et cette personne (compagne d'avenir ?), vous faites le choix de sortir du commun alors que deux de ces trois personnes désirent ardemment s'instituer dans un acte qui relève du commun. C'est faisable. Réinventer ce qui existe est gage d'évolution. Toutefois, toutes les mentalités n'évoluent pas dans ce sens.

Pour exemple, je me suis enfin (et le mot est faible) reconnue comme polyaffective en 2007. Je me suis enfin (idem) identifiée et assumée en 2011/12. Notre mariage a eu lieu en 1989, important de le souligner. Mes parents ont eu une réaction vive à mon encontre. Je me suis depuis beaucoup éloignée d'eux. Etre poly, c'est être "différent".

Est-ce obligatoire de vivre publiquement son polyamour ? Non, évidemment. Sauf que tout se sait un jour ou l'autre. Et ce jour-là, le mot mariage et son impératif, que j'ai expliqué ci-dessus, revient en pleine face et ce retour de bâton peut-être violent.

Je suis désolée si j'amène de nouveaux questionnements à ceux qui existaient. De nouvelles peurs, aux existantes. Pour moi, il n'y a pas d'erreur. L'amour, les émotions, les ressentis, les sentiments, ne sont pas des erreurs. La vision de votre avenir remet en question et là encore, pas d'erreur. Par contre, votre différence à assumer, ça oui.

La notion de risque pour votre couple. Ben c'est génial de l'aborder avant un quelconque engagement tel que celui du mariage. Regarde autour de toi, la résultante de cet engagement à vie et sans concession aucune, sans erreur aucune.

#
Profil

E-Z

le dimanche 04 avril 2021 à 09h12

J'ai cette impression, à te lire, que cela semble presque plus clair pour lui que pour toi. Il arrive à faire preuve de compersion, vous vous respectez, et vous avez déjà établi des règles. C'est plutôt positif en fin de compte.
Je comprends tes peurs, mais en soi, j'ai l'impression que ton compagnon se sent déjà polyamoureux, mais qu'il n'est juste pas tombé sur une autre personne avec qui il aurait voulu créer un lien.
Si aujourd'hui tu fais marche arrière, est-ce que cela te donnerait le droit de lui interdire une relation s'il avait un jour un coup de foudre ? Je ne pense pas.
Si tu noues des liens avec une autre personne, est-ce que cela diminuera ce que vous avez entre vous ? Si tu laisses de temps effacer une possible relation, est-ce que tu ne risques pas de le regretter à un moment ta vie ? Ce sont des questions qui t'appartiennent, et chaque personne à un ressenti différent. Je te conseillerai d'essayer d'être à l'écoute de toi même, même si c'est très compliqué.
J'ai pu lire que dans le polyamour certaines visions s'opposent. Certains estiment que toutes les relations sont sur un pied d'égalité. D'autres estiment qu'il y a une relation principale, et des relations secondaires. Je pense surtout qu'il y a plusieurs manières de vivre un polyamour. Avec de la transparence, du respect, beaucoup arrivent à vivre des choses formidables, sans regrets.

Concernant le mariage, je pense qu'il faut arrêter de lui donner le sens que tout le monde veut lui donner. Le mariage, plus qu'une sorte de contrainte sociale, a le sens que le couple s'unissant veut lui donner.
Pour moi, le mariage était une formalité. J'étais sûr de mon amour pour ma compagne, j'étais sûr de vouloir faire tout ce qui était en mon pouvoir pour mettre en place un projet commun, et c'était déjà le cas avant le mariage. Pour ma grand mère, par exemple, nous voir nous marier était un des plus beaux moments de la fin de sa vie, car pour elle, voir un de ses petits enfants se marier était quelque chose de fort, de très important, et je suis heureux qu'elle ait pu y assister.
Pour mon épouse, le mariage a une signification plus forte que pour moi, car cette signification, de mon côté, je lui donnais déjà hors du mariage.
Je crois qu'il faut bien établir ce que représente le mariage pour vous, et, en définitive, la promesse que constitue celui-ci. Durant le mariage, les époux échangent leurs voeux, c'est sûrement le passage le plus important, c'est ce qui donne sens à celui-ci.

Message modifié par son auteur il y a 9 jours.

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 avril 2021 à 10h24

Concernant le mariage, se faire sa propre opinion (la plus juste possible, surtout avant) est essentielle.

Je me suis à la base mariée par amour. Sauf que Monsieur le Maire a lu un texte du Code Civil et c'est tout. Le mariage a juste pour objectif de régir la future vie commune, en termes de lois. C'est l'objectif du mariage. Et la société en a une autre vision qui rejoint le Code Civil. L'exclusivité y est mentionnée. Autrement dit, vouloir vivre en qualité de polyamoureux et se marier, est un non-sens. Se marier par amour est un non-sens. On peut réaliser un contrat à soi, avec le respect de ce contrat. On peut lire ce contrat devant un parterre d'invités, pour officialiser son engagement. En revanche, une fois que c'est signé, c'est signé.

Les personnes qui nous aiment se réjouiront de cette fête non conventionnelles autant que d'une fête institutionnelle. Car une loi relève de l'institution. Pour reprendre @E-Z, je suis d'accord pour le sens que le couple veut lui donner, au sein du couple lui-même. Sauf que voilà, la société et l'institution sont là, qu'on le veuille ou non. Le jour où, un couple marié fait un pied de nez à cela, le retour de bâton est présent. Quand on sait, avant l'acte, la particularité de l'engagement, je trouve que l'on se doit de le qualifier au plus proche de l'aspiration. C'est une question d'honnêteté aussi bien envers soi-même qu'envers l'entourage, surtout s'il nous est cher.

En résumé : a-t-on besoin de légiférer pour donner sens à des vœux d'avenir, pour s'engager et se faire des promesses ?

@E-Z. J'avais une grand-mère merveilleuse et ça l'a réjouit d'être présente à notre mariage. J'ai appris par la suite, qu'à la mort de mon grand-père (mes grands-parents s'adoraient vraiment), celle-ci a renoué le contact avec un ex-amoureux avec lequel elle n'avait pas pu se fiancer (en 1939 ou 40 ?). J'ai eu, par hasard cet homme au téléphone et il m'a parlé de ma grand-mère, etc... Il était comme un gosse, revivant de magnifiques souvenirs. Il avait appelé ma grand-mère (dans l'annuaire, avec l'adresse de l'avis de décès), étant veuf lui-même depuis peu. Une anecdote au passage et ça ne date pas d'hier (ma discussion avec cet homme date de 1990)

#
Profil

bonheur

le dimanche 04 avril 2021 à 10h33

@E-Z parle de vision du polyamour. Mon message ci-dessus vise en effet à indiquer que le polyamour sort de la norme et des institutions. Je crois qu'il est impératif de tenir compte de la situation d'origine et de l'acceptable.

Il n'y a pas d'opposition, en matière de polyamour. Il y a des différences et de l'acceptabilité. Imposer un moule et des règles ? Surtout pas !

Chaque situation est unique et évolutive. En tout cas, c'est aujourd'hui ma perception de la vie. Vivre hors moule et les règles sont adaptables, car la vie n'est pas figée. Ne pas s'emprisonner, surtout pas. Je suis polyaffective à ma façon (j'en ai jamais rencontré d'autres) et mon chéri est monoamoureux à sa façon (puisque vivant heureux avec moi).

#
Profil

E-Z

le lundi 05 avril 2021 à 09h29

@bonheur

Je pense que le mariage a une signification différente pour chacun. Le point de vue légal, le mariage civil, n'a plus vraiment de poids. On peut devenir cohabitant. Les gens ne se marient plus en communauté. On peut divorcer très facilement. Et puis, il s'agit d'un contrat civil, et les contrats, ça se résilie.

Certains donnent un sens au mariage, et se marient devant dieu. C'est leur sens à eux.

D'autres se font des promesses. Certains se jurent fidélité alors qu'ils sont libertins. D'autres sont polyamoureux. Pour d'autres, cela ne change rien, mais c'est l'occasion de marquer le coup.

Je retiens de mon mariage un bon moment, les voeux à une femme que j'aime. Le bonheur de toute ma famille, mes amis, étant réunis pour fêter notre amour. C'était un bon moment, une célébration, et pas juste "se mettre la corde au cou".

Je ferai tous les efforts pour que notre union tiennent, car on s'est choisi. Je sais que dans le monde poly il y a parfois l'opposition entre "toutes les relations sont sur un pied d'égalité" et "il y a une relation principale et des relations secondaires". Et pour une vision "toutes les relations sont sur un pied d'égalité", le mariage n'est peut être pas la meilleure option.

#
Profil

bonheur

le lundi 05 avril 2021 à 14h14

@E-Z. Le divorce c'est facile ? De ce que j'observe autour de moi, cette résiliation de contrat laisse d'énormes traces et peu agréables. Pourquoi s'engager à signer un contrat que l'on n'a de toute façon pas du tout l'intention de respecter ? Car désolée de le répéter, dans le mariage il y a par définition exclusivité. Le bonheur lié à cela.

Après, je comprends ton point de vue et je suis heureuse que ce mode relationnel te convienne. Je parle de polyamour avec perspective de vivre au grand jour toutes situations, et non avoir une face cachée, interne au couple ou au final on fait ce que l'on désire. Il existe de ce que j'en ai constaté des libertins adultères, des libertins en couple pour qui l'autre est au courant (à minima), des libertins où l'autre ne donne pas son accord et on outrepasse la volonté d'autrui.

Fêter l'amour ! Qu'elle magnifique idée ! Tous les ans, il existe la Saint-Valentin. Aussi tous les 21 janvier la fête des câlins. Donc fêter l'amour, je plussoie. Fêter au grand jour l'exclusivité alors que l'on sait que ce ne sera pas... Pourquoi pas. Cette façon d'être n'entre plus dans mes possibilités d'acceptation, pour moi-même en tout cas. J'ai trop déconstruit pour cela, pour en rester à cela. On peut et on doit se foutre de l'opinion d'autrui pour vivre sa vie. Sortir des stéréotypes, des cases... Ne pas assumer sa vision en laissant croire autrement, c'est à mes yeux mentir. Après je sais, tout le monde n'a pas cette volonté de vivre pleinement au grand jour. Personnellement, les faces cachées me minent et me détruisent. Alors, comme le dit la chanson de Julien Doré en parlant des ombres, "on peut juste les éclairer". Alors, oui, j'aspire à éclairer autant que possibles les ombres qui viendraient me hanter. Parce qu'aimer n'est pas honteux et que tout amour a droit à la lumière. Sortir au maximum des constructions pour vivre sérieusement les amours qui nécessitent la légèreté d'aimer. Et non, ce n'est pas contradictoire.

Après, le mariage, c'est à vie. Même après un divorce, qui je le répète se passe rarement bien, on sera un-e ex-marié-e, avec un état civil. Et état civil, ben c'est Etat. Qu'on le veuille ou non, il y a loi dans mariage et pas uniquement amour. D'ailleurs, le mariage n'a aucun lien avec l'amour, mais alors aucun. Il régit des droits et des devoirs, que l'on peut en effet, en concertation ou pas, déroger. Mais si c'est pour passer outre, pourquoi s'engager dans cette voie ? Signer un contrat pour l'enfreindre en le sachant à la signature du contrat ? Je m'interroge, d'autant que rien n'oblige à le signer, ce contrat que l'on ne respectera pas. L'amour n'a pas besoin de ces signatures. Fêter l'amour, oui, oui, oui... entre amoureux et avec notre entourage en toute transparence, c'est possible. Je recommande.

#

Olga-Sama (invité)

le lundi 05 avril 2021 à 21h41

Bonjour Onsyessaie,

Merci pour ton message, j'aurais pu écrire le même et je vais profiter aussi des réponses qui te seront apportées !
Je suis dans une situation similaire à la tienne : en couple depuis bientôt 10 ans, un enfant ensemble, des projets de vie, et la décision commune dès le début de notre relation que nous pourrions chacun aller voir ailleurs si l'envie se présentait. À l'époque, nous ne parlions pas de polyamour, juste de "couple libre", le désir sexuel sans sentiments quoi. Et puis bam, il y a deux ans, je suis tombée amoureuse d'un de ses proches. J'ai découvert la théorie polyamoureuse, lu beaucoup... et je me retrouve quand même avec les mêmes questions que toi.

Alors quand j'ai lu ton post, je suis allée poser ces questions à la personne à mon sens la mieux placée pour y répondre : mon compagnon et père de mon enfant, extrêmement gentil, ouvert et bienveillant, comme le tien, et beaucoup plus au clair que moi sur le sujet, finalement, comme ça a l'air d'être ton cas.

Voici ce qu'il m'a répondu :
- Certes, tu pourrais perdre beaucoup en vivant ce nouvel amour, et clairement, la société ne sera pas de ton côté si ça arrive ("À quoi tu t'attendais ? C'est ce qu'on mérite quand on trompe son partenaire !"... que celui-ci soit au courant ou pas, d'accord ou pas). Mais tu risques tout autant d'abimer ta relation s'il ne se passe rien parce que tu te freines pour la préserver, en raison par exemple de la frustration qui pourrait naître du fait d'avoir l'impression de te "priver" pour ton chéri, et qu'il te "doit" du coup quelque chose en retour alors même qu'il ne t'a rien demandé.
Et j'ajouterais que tu risques de te sentir frustrée et trahie le jour où ton compagnon rencontrera quelqu'un, si ça arrive, et qu'il décide de vivre cette nouvelle relation à fond, lui.

- Si tu décides de vivre ta nouvelle relation à fond, et que c'est juste un caprice, comme tu dis, eh bien ça aura valu la peine d'être dans une relation polyamoureuse et pas monogame justement. Ainsi tu auras pu préserver ta première relation, ce qui aurait été encore plus compliqué dans le schéma traditionnel.
Et si c'est ton partenaire qui finalement tire parti de cette deuxième relation pour endommager votre relation à tous les deux malgré tout ce qu'il t'avait dit, eh bien tant mieux aussi : tu découvres le vrai visage de quelqu'un que tu croyais connaitre et autant que ça arrive le plus tôt possible.

Alors oui, tout cela est très rationnel, et ça ne soulage pas forcément des questionnement qui sont avant tout émotionnels. Mais s'appuyer sur la raison c'est déjà un bon début !

Pour ma part, je te conseillerais de foncer, les regrets me semblent encore plus difficiles à vivre.
Mais comme ça a été dit et redit, fais ce qui te correspond le plus avant tout !

@bonheur : je n'ai pas l'impression qu'elle se demande si elle doit se marier ou pas. Visiblement son engagement pour son chéri n'est pas remis en question, et je rejoins l'avis d'E-Z : il y a différentes manières de voir l'engagement du mariage, et il n'est pas synonyme d'exclusivité pour tout le monde !

#
Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 11h57

@Olga-Sama. Chacun fait à sa guise et chacun commet les actes dont il se sent en harmonie. Je dis cela aussi au féminin, bien entendu.

Juste j'ai vécu et j'ai compris des choses. Il aurait été ingrat de ma part de ne pas attiré l'attention sur ce qui m'est revenu en pleine gueule (pas que ça d'ailleurs). C'est avant l'acte qu'il faut s'interroger, pas après quand il est trop tard.

Peut-être que justement, se demander si le mariage est indispensable ou non, avant de se marier, c'est le bon moment. La perception du couple est en mutation, alors les décisions doivent être interrogées en lien avec ces mutations.

C'est tout ce que je veux indiquer. Mariage = engagement. Faux.

#

Olga-Sama (invité)

le mardi 06 avril 2021 à 12h22

@bonheur : Oui désolée, l'aspect "mieux vaut prévenir que guérir" de ton message était pourtant clair. Et merci pour ça, parce qu'il y a tellement de gens qui font semblant, que tout va bien, que les normes sont merveilleuses et qu'on nage dans le bonheur en les suivant...
J'espère quand même que la notion de couple étant en train de changer, les valeurs attachées traditionnellement au mariage vont changer aussi. Parce qu'au-delà d'un bel engagement avec amour et violons, c'est surtout un contrat civil, qui donne tout de même beaucoup d'avantage, en matière d'impôts, d'héritage, de port du nom de famille... Qu'on n'a pas avec les autres contrats. Et c'est tout de même un peu triste de devoir renoncer à tous ces avantages uniquement pour des raisons de valeurs morales (qui n'ont rien à voir avec un contrat juridique) tout comme c'est un peu triste de renoncer à l'aspect symbolique du mariage parce qu'on ne croit pas ou plus à ces valeurs morales.
Bref, tant qu'il n'y aura pas un vrai pendant légal au mariage (le PACS n'est pas tout à fait aussi protecteur), ça vaudra la peine de se marier, même si on n'entend pas s'engager à l'exclusivité quand on jure "fidélité" .

#
Profil

bonheur

le mardi 06 avril 2021 à 13h16

@Olga-Sama

Le mariage a besoin d'être revu et adapté. D'ailleurs j'invite à lire "la polygamie pourquoi pas ?" de Catherine Ternaux. Un livre qui interroge non sur le mariage forcé car souvent quand on parle polygamie, c'est ce qui est sous-entendu. Non, elle interroge justement sur la notion de contrat et d'amours multiples. Une polygamie consentie et voulue.

Après penser que le divorce est facile, ben non. Je m'étais renseignée pour ne plus être mariés, sans rien changer à nos engagements, nos projets... Ca aurait été compliqué, notamment en matière de biens communs. Du coup, on a tombé les alliances et on vit un "mariage" juste administratif et financier. D'ailleurs, le compte bancaire commun ne nous a jamais pesé, ni à l'un ni à l'autre. Notre vision de notre couple s'est adaptée à notre état d'esprit et on a envoyé chier les critiqueurs. Du coup, ça va. Toutefois, à une période, ça me pesait lourdement de m'entendre répondre que le mariage, blablabla.

Avec mon chéri de vie, on est en accord sur ce point, que l'on ne conseille pas le mariage. C'est trop pesant. D'ailleurs nous en avons parlé à nos jeunes adultes qui feront ce qu'ils veulent. Juste ils savent que justement le mariage c'est un jour ou l'autre faire semblant, que le merveilleux ne sera un temps plein en CDI, quant au bonheur, il ne dépend d'aucune règle.

Je ne trouve pas que les valeurs attachées traditionnellement changent, et les mentalités non plus.

Personnellement, et je dis bien moi et non en général, je m'en sors car je différencie justement ma relation amoureuse originelle avec engagement, et ce que l'institution devrait m'imposer, qu'elle ne m'imposera pas de toute façon. Fini la gentille petite citoyenne docile. Sans revendiquer, ce qui ne sert à rien, J'exprime clairement.

En tout cas, nous sommes apparemment d'accord (je peux me tromper) qu'il n'existe pas de bonne solution. Et encore moins pour des relations de même nature.

Répondre

Chercher dans cette discussion

Autres discussions sur ce thème :


Espace membre

» Options de connexion